Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

3. Des quidams, des clans, des errances...

Chapitre XV. Horreur surmoderne 2 – Incertitude et solitude

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je suis le Charles Manson de l’ère de l’information. »
Genesis, dans Suicide Club de Shion Sono.

C’est dans le cinéma de genre que l’on trouve l’écho d’un phénomène qui, au Japon, constitue un élan que ne frappe aucun tabou1 : le suicide. Mais les suicides qui jalonnent des films aussi marquants que Suicide Club de Shion Sono, Kairo de Kiyoshi Kurosawa ou encore Eli, Eli, Lema Sabachthani (2005) de Shinji Aoyama ne sont clairement plus les seppuku des samouraïs, saturés d’un sens de l’honneur incommensurable. Les suicides que mettent en scène les films japonais d’aujourd’hui sont les mêmes qu’analysait Pinguet au milieu des années 1980 : ceux d’une époque où n’existe plus « de but qui nous dépasse, nous réunisse et nous exalte2 », en d’autres termes des morts volontaires devenues de purs « accès de violence anomique3 ».

Les journaux japonais regorgent aujourd’hui d’articles sur des jeunes gens isolés se donnant rendez-vous par le biais d’Internet pour mourir ensemble. Ce type de fait...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540