Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Sixième partie. Territoires et enjeux spatiaux des circulations culturelles internationales

L’espace hongrois et la géopolitique de la circulation européenne (années 1680-années 1780)

François Cadilhon

Texte intégral

  • 1 Les exemplaires disponibles grâce aux bibliothèques numériques, comme Gallica pour la Bibliothèque (...)
  • 2 On peut également faire remarquer que les atlas historiques hongrois contemporains offrent leur pr (...)

1L’étude des circulations, à travers le prisme hongrois, impose d’abord de rappeler que depuis le XVIe siècle et la conquête ottomane, les cartographes européens plaçaient la Hongrie aux marges d’une Europe incertaine1. Les rapports ambigus, sinon les guerres et les révoltes permanentes, entre les Habsbourg, les Magyars et les maîtres de Constantinople ajoutent en outre une chronologie spécifique. Jusqu’à la fin du XVIIe siècle les premiers voulaient en effet repousser les sultans qui ne rêvaient que de s’emparer de Vienne. Une carte de 1670 diffusée à Paris présentait encore aux amateurs ou aux aventuriers la Partie septentrionale de la Turquie où sont les gouvernements de Bude, de Temeswar, de Bosnie et celuy de Romélie, en revanche la vue générale gravée en 1705 par Charles Inselain offrait désormais une nouvelle vision politique du continent avec le rattachement de la Hongrie à l’empire des Habsbourg. Pour l’historiographie hongroise, le traité de Karlowitz en 1699 redessina ainsi l’histoire de l’Europe centrale et celle de la Hongrie2.

La Hongrie et l’Europe des Habsbourg

  • 3 L’étude la plus récente est celle de J. Bérenger, La Hongrie des Habsbourg, 1526-1790, Rennes, 201 (...)

2Les traités de Westphalie avaient mis fin autant aux affrontements militaires et religieux européens permanents qu’aux rêves allemands, impériaux et catholiques des Habsbourg ; ils donnèrent aussi l’occasion à ces derniers de se retourner inexorablement vers les portes ouvertes des Balkans3. Après la victoire décisive devant Vienne en juillet 1683, le premier objectif fut donc la libération ou la conquête d’une Hongrie royale dont ils ne possédaient qu’une mince frange et qui devint à bien des égards indispensable au statut de grande puissance à l’empire des Habsbourg. Le prince Eugène de Savoie accumula peut-être encore plus de succès contre les Ottomans que contre les Français pendant la guerre de Succession d’Espagne et jusqu’en 1739, avec la paix de Belgrade, la Hongrie fut une zone permanente de passage pour les armées impériales ; toutefois c’est après le traité de Kütchük Kajnardji, en 1775, que les cartographes parisiens offrirent alors Une carte curieuse des nouvelles limites de la Pologne, de l’empire ottoman et des états voisins fixées par les puissances copartageantes.

  • 4 J. Bérenger, Léopold Ier, 1640-1705, Paris, 2004.
  • 5 Compte rendu historique, mars 1717, Achives du ministère des Affaires étrangères, Paris, Correspon (...)

3Selon les principes de l’absolutisme, mais aussi parce qu’il en allait de l’unité à construire d’un ensemble disparate, dont la cohésion tenait parfois du miracle, Léopold Ier, fondateur de la puissance autrichienne, voulut selon Jean Bérenger remettre la Hongrie, forte du droit des Ordres avec ses privilèges politiques, fiscaux et religieux, « sur le pied tchèque4 ». Ses successeurs agirent d’une manière différente et néanmoins avec les mêmes objectifs, y compris Marie-Thérèse présentée comme favorable aux Hongrois après la guerre de Succession d’Autriche. La synthèse en 12 points de gouvernement soumise pourtant dès 1761 par Kaunitz à l’impératrice pour mettre fin au particularisme hongrois est souvent perçue comme l’amorce d’un despotisme éclairé appliqué ensuite par Joseph II qui n’était resté, jusqu’en 1780, qu’un co-régent sans pouvoirs. Au XVIIIe siècle, la Transylvanie ayant encore été laissé à l’écart du royaume de saint Etienne, toutes les nouvelles acquisitions (du Banat de Temesvár aux confins militaires et de la Galicie à la Bucovine) furent ainsi directement rattachées à Vienne et les agents du roi de France multiplièrent les rapports en expliquant qu’à mesure où « l’empereur retirait les provinces de ce royaume du joug des infidèles il leur imposait un nouveau, beaucoup plus pressant5 ». Seul le port de Fiume fut finalement rattaché à la Hongrie en 1775 comme débouché naturel bien tardif. L’une des institutions nouvelles et certainement la plus détestée fut d’ailleurs la Neoacquistica Commissio chargée après la reconquête soit de vérifier scrupuleusement les titres de propriété des barons sur des terres qu’ils n’avaient plus foulées depuis des générations, et alors de leur faire acquitter le Jus armorum c’est-à-dire le prix de la reconquête, soit d’attribuer les nouvelles propriétés aux fidèles généraux ou serviteurs allemands auxquels on accordait, par le droit honni de l’incolat, les privilèges hongrois. Au XVIIIe siècle, la commission haïe fut dirigée par les comtes Grassalkovich qui surent, malgré ou à cause de leur mise en cause par la diète de Hongrie, gagner, pour leur plus grand profit, la confiance des Habsbourg.

  • 6 Voir B. Köpeczi, La France et la Hongrie au début du XVIIIe siècle, Budapest, 1971.
  • 7 Esprit des lois, livre VIII, chap. 9.
  • 8 Archives nationales Hongrie, Fekete család E 584.

4La crise de la conscience européenne ne toucha certainement pas la Hongrie de 1680 à 1780, l’affirmation de l’identité y était en fait presque permanente. Après la révolte du comte Thököli puis après la guerre d’indépendance menée cette fois par le prince Rákóczi, la paix de Szatmár de 1711 fut à peine un compromis honorable6. Montesquieu, qui avait voulu en 1728 découvrir le pays où son père était venu se battre au XVIIe siècle et étudier un système politique original, expliqua dans L’Esprit des lois, devenu ensuite la référence philosophique suprême des Hongrois : « On a vu la Maison d’Autriche travailler continuellement à opprimer la liberté hongroise7. » Le royaume de Hongrie, sûr de ses droits ancestraux reconnus par la Bulle d’or, était pourtant un ensemble complexe multinational favorable aux circulations protéiformes. L’utilisation de plusieurs langues y était ainsi une normalité et le contraire était perçu comme un appauvrissement. Le Ratio educationis pensé par József Ürményi afin de permettre de combler les retards scolaires en Hongrie et d’accélérer, en 1777, une modernisation indispensable après les réformes en Autriche et en Bohème évoquait les sept nations composant le royaume : Hongrois, Allemands, Slovaques, Ruthènes, Croates, Illyriens (Serbes), et Roumains. Le latin était depuis longtemps obligatoire mais l’allemand désormais recommandé sinon imposé alors que les autres langues – y compris le hongrois – étaient facultatives. Le français était cependant un outil de diffusion mis en valeur par l’identité nobiliaire et utilisé aussi bien pour les lettres que pour les affaires. Les correspondants du comte Fekete8, comme le marchand polonais Preschel, le banquier londonien Benfield ou l’homme d’affaire viennois Fries, lui écrivaient en français. À Rome, pour répondre aux attentes du comte Széchényi, soucieux de fonder un hôpital dans le diocèse de Veszprém, son agent lui expliqua les exigences financières des autorités romaines afin de concéder la bulle nécessaire et toute la transaction bancaire fut réalisée encore en français. Un éventuel retard hongrois ne doit cependant pas être exagéré ; la circulation pouvait être réversible. Le Ratio hongrois très novateur fut ainsi largement repris en France, sous le Consulat, et l’École des mines, créée en 1735 afin d’améliorer l’exploitation des gisements, à Selmec (Schemnitz) était devenue une Académie royale où, en 1770, 56 % seulement des élèves venaient de Hongrie, le reste arrivant de l’Europe entière. Le grand tour n’était enfin pas réservé qu’aux seuls Anglais ou Français et de jeunes magyars partaient chaque année dans les universités allemandes, suisses ou hollandaises. Lors d’un grand tour effectué de 1759 à 1761 pour achever son éducation, le comte József Teleki alla d’abord à Bâle suivre, pendant plus d’un mois, l’enseignement des frères Bernoulli, puis aux Provinces-Unies et enfin à Paris où il rencontra d’Alembert, La Condamine, Buffon, l’astronome de La Caille et le naturaliste Daubenton.

Une histoire du Danube

  • 9 Voir C. Lebeau, Aristocrates et grands commis à la Cour de Vienne, 1748-1791 : le modèle français,(...)

5La situation économique de la Hongrie fut une des incertitudes du XVIIIe siècle et ensuite un vaste sujet des débats historiographiques entre universitaires tchèques et hongrois. Si la noblesse tchèque s’était lancée très tôt dans les activités industrielles et commerciales, comme les Eggenberg puis les Schwarzenberg, les magnats hongrois restèrent effectivement longtemps accrochés à leurs privilèges fonciers et seigneuriaux et les initiatives individuelles, comme celles de Sándor Károlyi, pour industrialiser la Hongrie se heurtèrent aussitôt aux principes économiques caméralistes de l’empire9. L’organisation mercantiliste laissait peu de place à la Hongrie perçue uniquement comme un centre de production de matières premières censées alimenter les manufactures de la Bohème ou des États patrimoniaux. La politique douanière de Vienne entravait considérablement la diffusion internationale voire même la seule exécution des spécificités locales. En 1770, 85 % des importations venaient de l’Autriche, 87 % des exportations du royaume se dirigeaient vers l’Autriche. La situation des régions de l’Ouest, réduites de fait à une production agricole voulue, était peut-être plus favorable que celle des régions de l’Est, dont les débouchés naturels (en particulier pour le Tokay qui avait financé la révolte de Rákóczi) comme la Silésie et la Galicie avaient de fait disparu au XVIIIe siècle.

  • 10 E. Ring, « La poste de Hongrie et les récits de voyage », dans Postes d’Europe, XVIIIe-XXIe siècle (...)
  • 11 Montesquieu, Voyages, dans Œuvres complètes, t. i, Paris, éd. 1949, p. 541.
  • 12 Übersichts Karte der postâmter und postlinien in Ungarn, 1780, BN Széchényi, TM 5789.

6Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, il fallait de toute façon absolument gêner la circulation, pour empêcher les Turcs de venir assiéger Vienne. Si les objectifs furent totalement différents après Karlowitz, Charles VI ayant créé en 1723 un département technique censé gérer et faciliter les déplacements en particulier vers les marges du royaume, le mouvement fut très lent10. Le réseau de communication reposait sur les rivières où s’accumulaient les péages seigneuriaux et sur des routes trop largement défoncées avec trois axes principaux de Sopron (Ödenburg) à la côte croate, de Buda à Temesvár, de Buda à Nagyszeben (Hermannstadt) en Transylvanie. Les chemins les mieux entretenus étaient souvent ceux qui traversaient les propriétés des familles princières comme les Esterházy, Batthyány ou Pálffy. Il faut bien reconnaître en outre qu’avec l’accumulation des conflits internationaux Marie-Thérèse n’y accorda guère d’attention avant 1772 et accéléra ensuite surtout la construction de routes et de canaux vers l’Adriatique. En 1780, le retard de la Hongrie, où l’on ne disposait que de 700 kilomètres de routes royales était encore considérable. Le transport des voyageurs par les diligences était en revanche très contrôlé ; il y avait, en 1752, un service quotidien de Vienne à Pozsony (Presbourg), un par semaine pour Buda et un par mois pour Nagyszeben. Le temps du parcours était également soigneusement réglementé : deux jours pour Buda et trois semaines pour la Transylvanie. Les passagers étaient tenus de se comporter correctement, il était interdit de fumer ou de voyager avec des chiens. Selon les moyens financiers on avait la possibilité d’utiliser une diligence tirée par 2 ou par 4 chevaux pour 10 ou pour 5 personnes. À chaque station, lits et couverts étaient compris dans le prix mais la qualité du service laissait cependant souvent à désirer. Les élites sociales pouvaient évidemment utiliser leurs propres carrosses ou même louer les voitures nécessaires, toutefois pour aller à l’étranger (les lignes hongroises ayant été finalement rattachées au réseau international en 1777 par la Saxe) les nobles moins fortunés ou les gens de talents utilisaient quand même le service commun. Pour Montesquieu « jamais dans ces pays la roue d’un chariot n’avait passé alors on ferait en un jour, en carrosse, ce que l’on avait de la peine à faire, à cheval, en cinq ou six11 ». En 1702, un diplomate anglais, lord Paget, en route vers Constantinople, était horrifié par l’état des routes ; en 1775, une nouvelle description par Louis Dutens, précepteur d’un prince anglais, se montra plus optimiste. Les résultats furent jugés assez spectaculaires pour proposer aux visiteurs une carte sur le sujet en 178012 mais de nombreux touristes étrangers, voire des soldats de l’armée impériale, étaient loin de partager le même enthousiasme.

  • 13 On peut consulter à ce sujet les analyses de François Cadilhon ou de Claude Michaud dans Studia Ca (...)
  • 14 M. Ferro (dir.), Une histoire du Rhin, Paris, 1981.
  • 15 M. de Serre, Voyage en Autriche, essai statistique et géographique de cet empire, Paris, 1814, liv (...)
  • 16 Voyage de Strasbourg à Pétersbourg, AE Paris, Mémoires et documents, Russie t. 9.
  • 17 AN Hongrie, Széchényi család P 623.

7La présentation de la Hongrie par la presse européenne, en particulier La Gazette de France, et La Gazette de Hollande, changea considérablement entre 1680 et 1780. Au début, les lecteurs découvraient un royaume en guerre, à la fin c’était au contraire un espace à reconstruire et assurément à mieux connaître13. Marc Ferro ayant dirigé une histoire du Rhin14 on pourrait parfaitement y ajouter une Europe danubienne qui utilisait au XVIIIe siècle le royaume de Hongrie comme axe central. En parallèle aux conquêtes autrichiennes, les Français qui voulaient s’y rendre, disposaient d’ailleurs dès 1716 du Cours du Danube depuis sa source jusqu’à ses embouchures où sont partie de l’empire d’Allemagne et des estats qui ont été ou qui sont encore de l’empire des Turcs en Europe, dressé par le P. Coronelli, corrigé et augmenté par le SF Tillemon mais les Allemands ou les Italiens proposaient aussi leurs propres publications. Le voyage sur le Danube devenu « roi des fleuves15 » avec ses affluents n’était pour autant pas plus sûr que celui sur les routes. Dans un long périple vers Saint-Pétersbourg le marquis de Fougère prit certes soin d’avertir qu’il « faut voir les ponts de Hongrie pour juger qu’on ne les passe pas sans risque16 » mais, en dessous, « l’impétuosité du vent et l’impétuosité des eaux » étaient également redoutables. Quant au service il était tout aussi défaillant ; en 1780 Ferenc Széchényi reçut la missive respectueuse de l’un de ses invités pour le remercier « de la bonté avec laquelle votre excellence a bien voulu acquiescer que je dépose chez elle les six coffres que j’ai sur un bateau et qui sont arrivés ici par mégarde17 ».

8Parce qu’en 1757 le nouvel ambassadeur de France en Russie avait reçu des ordres très stricts pour éviter de traverser la Prusse, il fallut alors passer par la Bavière, l’Autriche, la Hongrie et la Pologne. Au sein du personnel diplomatique, souvent au service du Secret du roi, le marquis de Fougère était un officier de gendarmerie chargé en fait de relever le plus d’informations possibles sur les capacités impériales. À Vienne, après avoir décrit de manière précise les organes d’un gouvernement « polyglotte », il jugea que « le commerce ne [lui paraissait] pas considérable […] que les manufactures que l’impératrice avait cherché à établir étaient encore dans l’enfance et que la France était toujours le magasin du luxe. » Arrivé en Hongrie, au mois de mars, il expliqua « que le commerce se fait par Trieste et Fiume et est peu considérable. Celui de Constantinople se fait par terre et se réduit à peu de chose. » De châteaux en châteaux la mission diplomatique fut reçue chez le prince Esterházy, puis chez « le comte Craszalkovitz homme puissant et riche » enfin chez l’évêque d’Eger dont « le palais n’est remarquable que par ses caves avec six mille pièces de vins excellents ». Pour le marquis,

« il n’est guère possible de trouver de pays plus fertile en tout point que la Hongrie. Tout y abonde, bleds, vins, bestiaux de toutes espèces, gibiers, poissons. Il y a des mines d’or, d’argent, de cuivre, de fer, des salines. Malgré tous ses avantages, les habitants ont l’air d’y être dans la plus grande misère […] mais peut-être entre t-il dans la politique [de Vienne] de ne pas favoriser l’opulence de cette Nation qui se soumettait si difficilement […] la France tirerait de grands avantages d’un traité de commerce avec la Hongrie […] des négociants français établis à Fiume [seraient] à la porte d’un pays immense où le commerce est encore dans sa première enfance […] On pourrait donner à juste titre à ce pays le nom de nouvelle Amérique ».

  • 18 La cour de Louis XV et le journal de voyage du comte Teleki, Paris, éd. 1943, p. 104.
  • 19 L’Histoire générale de la Hongrie, de Claude de Sacy publiée à Paris en 1778 connut ensuite un gra (...)

9À Paris, le comte Teleki eut également de longues discussions avec le géographe Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville : « Nous avons beaucoup parlé de la Hongrie, de la Transylvanie, des Roumains. Il semble bien connaître la Hongrie et il s’y intéresse beaucoup. J’ai répondu que s’il voulait entretenir une correspondance avec des Hongrois je pourrai lui en recommander18. » Le prolifique géographe avait justement pour ambition de se lancer dans une nouvelle cartographie de La Hongrie et les pays adjacents19.

Les mouvements de population

  • 20 Montesquieu, Voyages, op. cit., p. 808.
  • 21 Etat actuel de la Hongrie, AE Paris, Correspondance politique, Hongrie t. 18.

10En Hongrie, avec les territoires annexes, il y avait peut-être 4,5 millions d’habitants à la fin du XVIIe siècle et 9,2 millions d’habitants en 1784, néanmoins la croissance se fit largement par l’immigration. Sur les territoires dépeuplés à la suite des guerres turques on assista à la venue des Roumains et des Serbes mais aussi à celle de serfs hongrois que les nouveaux propriétaires encourageaient à se déplacer malgré les restrictions théoriques. Dans les zones neuves tout était mis en œuvre pour attirer les immigrants (venus du Palatinat ou de la Lorraine) bien avant les tentatives de Frédéric II de Prusse ou de Catherine II de Russie. Des agents recruteurs installés à Francfort vantaient l’intérêt de venir s’installer dans le Banat de Temesvár géré par le comte de Mercy avec les nombreuses exemptions de charges. Montesquieu analysa la situation de manière différente en 1728 : « Ces pays périssent tous les jours depuis que les Allemands y sont. On est obligé de faire garder les passages pour empêcher les paysans du côté des Turcs20. » En 1755 le marquis d’Aubeterre fit encore les mêmes remarques : « On a bien été obligé [en Transylvanie] d’y faire une ligne de troupe pour empêcher l’émigration du peuple qui passait chez les Turcs21. »

  • 22 BN Széchényi, Quart Gall 55.

11Le rôle et place des Hongrois au sein de l’armée impériale peuvent également être insérés dans la réflexion sur les mouvements. À côté de la garde noble hongroise (où l’on pouvait côtoyer György Bessenyei pilier de la diffusion des idées nouvelles ensuite) créée pour Marie-Thérèse, les soldats hongrois, officiers comme soldats, étaient délibérément transférés de gauche à droite. Entourés de régiments étrangers ceux des Hongrois, commandés par des généraux allemands pour une efficacité souvent contestée, firent évidemment connaissance avec un monde nouveau alors qu’ils n’avaient parfois jamais quitté le leur. La désertion était en outre, pendant les guerres franco-autrichiennes ou prusso-autrichiennes, un phénomène courant. On passait vite d’un camp à l’autre et le phénomène de circulation touchait dans ce cas tout particulièrement les Hongrois, beaucoup ayant déjà rejoint, au nom encore de l’identité nationale, les armées françaises après l’échec de la révolte de Rákóczi. Fils de l’un des grands acteurs de la guerre d’indépendance, László (ou Ladislas) Bercsényi s’exila ainsi en France où il leva en 1720 parmi les émigrés magyars un régiment de hussards au service de Louis XV. Ayant toujours gardé un solide réseau dans son pays il écrivit au comte d’Argenson en 1747 pour lui expliquer qu’il avait eu une longue conversation avec un ancien officier hongrois de la reine lui affirmant le mécontentement dans les services de Marie-Thérèse et lui offrant de révéler les projets de l’armée impériale et royale pendant la guerre de Succession d’Autriche22. Plus tard, ce sont dans les armées polonaises liées aux confédérations multiples, entre 1767 et 1772, que les Hongrois allèrent servir contre les mêmes armées autrichiennes. Les agents secrets, au service des différents monarques européens, prirent l’habitude d’opposer, souvent facilement, les rebelles protestants de l’Est (déjà exclus des charges administratives par leur engagement confessionnel et pénalisés par la politique douanière) aux catholiques loyaux de l’Ouest.

  • 23 On peut à cet égard consulter Le rayonnement français en Europe centrale du XVIIe siècle à nos jou (...)
  • 24 AN Hongrie, Széchényi család P 623.
  • 25 Almanach von Ungarn auf das jahr 1778.

12Si l’Europe des Lumières c’était assurément la possibilité d’occuper un espace social aussi bien viennois ou parisien que hongrois, la vie princière offrait, selon les individus, la possibilité d’affirmer une identité nobiliaire internationale à la forte endogamie et de préserver la double face d’une représentation tantôt hongroise tantôt autrichienne. Admirateur de Voltaire auquel il écrivait régulièrement, le comte Fekete, issu des instituts viennois, comme le Theresianum créé en 1749 pour constituer une véritable élite cette fois impériale, et marié à une héritière des Esterházy, rédigea ainsi une Esquisse d’un tableau mouvant de Vienne tracé par un cosmopolite. Les magnats hongrois disposaient de revenus considérables qui furent étudiés dès le XVIIIe siècle par un auteur anonyme dressant une liste des magnats les plus riches et qui plaçait en tête le prince Esterházy puis le comte Batthyány et dix autres, dont les Grassalkovich ; le texte, signé GevR, était peut-être l’œuvre de Gédéon Ráday. Pour profiter de la circulation européenne, les élites hongroises tenaient à attirer les meilleurs spécialistes des genres à la mode : précepteurs, secrétaires ou cuisiniers, français surtout mais aussi allemands, italiens ou hollandais. L’idéal était de les recruter à l’étranger selon les modèles du temps23. Les exemples ne manquent pas. Pour la « chancellerie domestique » du comte Széchényi, Pál d’Almassy, installé à Fiume en 1780, avait pour mission de sélectionner les meilleurs aventuriers du siècle qui pouvaient aussi percevoir la Hongrie comme un autre eldorado du temps : « Je ne manque pas [de céder] à la réquisition de cet honnête homme avec d’autant plus d’empressement qu’on m’a donné de très bonnes informations sur les qualités du jeune homme24. » L’ouverture aux Lumières en Hongrie, du moins jusqu’en 1780, ne doit d’ailleurs pas être délibérément exagérée. Un catalogue des hommes qui propageaient et protégeaient les sciences dans le pays fut diffusé en 1778 ; il ne comportait que 333 noms25. La propagation des Lumières passa d’abord par l’aristocratie locale. Enseignants, secrétaires, juristes, libraires se conformaient en effet en priorité aux idées et aux attentes du maître.

Les réseaux des Lumières

  • 26 Les portraits individuels présentaient les nobles soit selon les critères européens du XVIIIe sièc (...)
  • 27 Die Fürsten Esterházy, Magnaten, Diplomaten und Mäzene, Eisenstadt, 1995.

13Pour une culture européenne, la géographie des arts ne saurait être négligée car la circulation des idées, des concepts et des réalisations artistiques exprimait aussi toutes les ostentations princières et les attentes hongroises spécifiques26. Le cas exemplaire des Esterházy27 peut être comparé à celui des Schwarzenberg ou des Lobkowitz en Bohème. Pour la construction de leurs multiples résidences qui devaient refléter le spectaculaire, la fantaisie, le pittoresque, de l’architecture générale et de l’organisation savante des jardins à la décoration intérieure, les Esterházy voulurent évidemment utiliser les services des meilleurs architectes et peintres du temps : les Martinelli, Fellner ou Hildebrandt (qui après avoir achevé Ráckeve pour le prince Eugène pouvait bien réaliser Esterháza selon le modèle français de la Fosse et de Froimont à Mannheim). Outre les plus belles productions picturales des écoles vénitiennes ou napolitaines (où ils avaient été ambassadeurs) les Esterházy surent par exemple acquérir en France grâce à leurs agents, dès 1751, avant même Catherine II de Russie quelques éléments recherchés de la collection Crozat et l’italianisme, très présent en peinture et en scénographie théâtrale, pouvait être conjugué avec les interprétations de Haydn, choisi comme maître de chapelle à Esterháza par Miklós le Magnifique.

  • 28 E. Ring, « La librairie austro-hongroise », dans Les mutations du livre et de l’édition dans le mo (...)
  • 29 Mes Rapsodies, Genève, 1781, t. 2, p. 302.

14La constitution de grandes bibliothèques privées fut aussi le signe autant de la position sociale que de la circulation des Lumières chez les Esterházy ou les Grassalkovich à Gödöllö et les Festetics à Keszthely. Tous ne partageaient pas ce même élan du luxe, les Ráday ou les Teleki préféraient se référer à la Lettre à d’Alembert de Rousseau en 1758 qui dénonçait le goût des spectacles avec leurs charmes trompeurs et l’installation à Genève d’une salle de théâtre. Chez les Ráday, le cabinet de curiosité était jugé inutile ; la bibliothèque, dépourvue d’ornementation exceptionnelle, était strictement divisée en deux pièces avec une salle de travail à proximité et enrichie par les meilleures enchères issues de la collection Esterházy dispersée en 1766. Pál Ráday (1677-1733) chancelier calviniste de Rákóczi, privé de carrière politique parce que protestant, avait voué le reste de sa vie aux livres et aux bourses d’études pour les meilleurs étudiants. Poète, il collectionna les ouvrages de langue hongroise dans son palais de Pécel, mais son fils Gédéon (1713-1792) accumula pour sa part les livres européens dans une bibliothèque consacrée aux ténors européens des idées des Lumières, de Bayle à Rousseau. La circulation et le commerce du livre étaient certes très surveillés en Hongrie mais les textes interdits, comme L’Esprit des lois, pénétraient cependant facilement avec d’ailleurs la complicité de l’administration autrichienne28. La plupart des imprimeurs libraires étaient d’origine allemande, installés à Pozsony puis, tardivement, à Buda ou à Pest comme János-Mihály Weingand dont le catalogue en 1781 représente les attentes hongroises et le goût pour les ouvrages aux adresses prestigieuses (et souvent fausses). Le comte Fekete qui fit édifier son château à l’image de Ferney écrivit à Voltaire : « Tout ce qui a paru jusqu’à l’année soixante je le possède malgré la difficulté qu’on a d’avoir quelques-uns de vos ouvrages dans ce pays29. » Il devait donc utiliser, comme d’autres, les services d’intermédiaires. Mais lorsque c’était vraiment impossible Sámuel Teleki demandait aux jeunes dont il finançait quand même les études (comme son cousin József) à Amsterdam de copier intégralement les livres indisponibles.

  • 30 E. Balázs, Contribution à l’étude des Lumières en Hongrie, dans Actes du colloque de Mátrafüred, 1 (...)
  • 31 P.-Y. Beaurepaire, La République universelle des francs-maçons, de Newton à Metternich, Rennes, Ou (...)

15Si la franc-maçonnerie peut être perçue comme un élément important de la circulation des Lumières, les premières loges hongroises virent le jour en Transylvanie en 1740 et en Slovaquie, en particulier à Eperjes, en 1760, et rattachées à la Grande Loge de Varsovie. Le rôle de la Pologne comme élément de la circulation intellectuelle en Hongrie fut à cet égard non négligeable ainsi que pour le mouvement complexe des Rose-croix analysé par Eva Balázs : « En vertu des sages préceptes qui gouvernent notre institution, nos frères actifs œuvrant sans cesse à la découverte des secrets de la nature. Employés dans l’agriculture, dans la médecine, dans l’industrie manufacturière, dans les finances, ou dans les mines, ces derniers sont susceptibles d’être la source de profits considérables et nos frères sont tenus de consacrer leur savoir à la prospérité de leur royaume30. » À partir de 1775, et donc tardivement, la « maçonnerie hongroise », plus politique et plus nationale, se voulut désormais indépendante de toutes loges étrangères31 mais paradoxalement le rôle de Karl von Zinzendorf, un des acteurs du caméralisme autrichien, fut réel dans l’organisation de ce mouvement ouvert aux idées nouvelles.

  • 32 J. Häseler et A. McKenna, dans Les réseaux de correspondance à l’Âge classique, Saint-Étienne, 200 (...)
  • 33 Instructions de SM l’Impératrice, AN Hongrie, Habsburg család P 1490.
  • 34 En particulier par Claude Michaud et Michel Figeac, voir La Plume et la Toile, Pouvoirs et réseaux (...)
  • 35 La République des Sciences, n ° spécial de Dix Huitième Siècle, 40, 2008.
  • 36 La publication étant difficile en Hongrie, Lalande avait proposé à Weiss de faire réaliser à Paris (...)

16La République des Lettres voulait être un corps capable de transcender les frontières politiques, confessionnelles, linguistiques, alors les Hongrois utilisèrent toutes les connexions possibles32. La correspondance avait évidemment un rôle essentiel. Le service des postes dans l’empire, dont le monopole avait été attribué à la famille Taxis puis à la famille Paar, était cependant largement contrôlé par le gouvernement de Vienne, et en Hongrie à chaque révolte les postillons et les maîtres de poste, souvent d’origine allemande, étaient donc régulièrement assassinés. En 1755, la poste royale, déjà clairement séparée du transport des voyageurs (en 1748) fut réorganisée et subordonnée à la chancellerie de cour, mais, de manière générale, si les lettres arrivaient assez bien, le coût était élevé et elles étaient systématiquement espionnées tout particulièrement à l’international. L’impératrice elle-même ne se faisant pas d’illusion sur sa propre correspondance expliqua à sa fille Marie-Caroline devenue reine de Naples en 1768 : « Vous écrirez peu ici. Vos lettres passent par trop de pays pour en croire la route sûre. Tous les mois vous recevrez un courrier de Florence qui vous portera avec sécurité de nos nouvelles. Par cette voie vous nous écrirez33. » Cet espionnage systématique avait d’ailleurs coûté cher, à la fin du XVIIe siècle, au prince Rákóczi avant même d’avoir pris la tête de la révolte nationale. Les hommes des Lumières hongroises ou européennes préféraient utiliser au mieux les expéditions privées. La correspondance du comte Fekete et celle du comte Teleki, entre un libertin désabusé et un calviniste austère, ont souvent été comparées34 mais l’ouverture aux idées nouvelles n’était pas l’apanage que de la noblesse ou des hommes de lettres. Jean-Pierre Schandeler s’est interrogé sur « la République des Sciences fracture de la République des Lettres35 » et la correspondance du jésuite astronome Ferenc Weiss est tout aussi caractéristique des Lumières hongroises. Jusqu’à la suppression de l’ordre, il travailla à l’observatoire de Nagyszombat (Tyrnau), pendant des études astronomiques des Jésuites et de Jan Klein au Clementinum de Prague. S’il échangea évidemment beaucoup de lettres en latin avec ses frères comme Carolus Scherffer du Theresianum ou Miksa Hell de l’observatoire de Vienne, il reçut en Hongrie le protestant Jean Bernoulli, devenu astronome royal à Berlin en 1763. Les théories de Newton étaient donc sans aucun doute mieux perçues dans les universités de l’empire et en Hongrie qu’en France, il entretenait aussi une solide correspondance avec Nicolas Delisle ou Jérôme de Lalande en France qui lui demanda, pour contourner les taxes de la poste et maintenir les réseaux épistolaires, de lui envoyer ses lettres à l’Académie des Sciences qui en assumerait ainsi le coût36. S’il y eut un réel décloisonnement intellectuel et scientifique de la Hongrie au XVIIIe siècle, la circulation des idées reposait donc aussi sur quelques subtilités douanières et financières.

Notes

1 Les exemplaires disponibles grâce aux bibliothèques numériques, comme Gallica pour la Bibliothèque nationale de France, sont des auxiliaires précieux. Si Jacques Le Rider a pu expliquer que « la Mitteleuropa était une entité qui ne correspond pas à une réalité géographique claire parce qu’elle conserve par essence des contenus flous et variables selon les conjonctures » (Mitteleuropa, Paris, PUF, Que sais-je ?, 1996), Eva Balázs souhaitait en 1991 en préambule d’un colloque espagnol « protester contre [l’idée] que l’Europe centrale, et plus exactement [son] pays, soit considérée comme une périphérie » (« La Hongrie du XVIIIe siècle », dans Pedralbes, Revista d’Historia moderna, 1991, p. 21).

2 On peut également faire remarquer que les atlas historiques hongrois contemporains offrent leur propre vision de l’espace mondial et européen. À une première partie, somme toute classique, succède toujours une deuxième qui utilise cette fois la Hongrie comme centre géopolitique. Voir par exemple Történelmi világatlasz, Budapest, 1997, avec la période 1699-1832 comme champ chronologique, p. 103-136.

3 L’étude la plus récente est celle de J. Bérenger, La Hongrie des Habsbourg, 1526-1790, Rennes, 2010 ; on peut consulter la synthèse d’E. Balázs pour la fin de la période, Hungary and the Habsburgs, 1765-1800, Budapest, 1997, ou, pour une approche plus large, Mil ans d’Histoire hongroise, Budapest, 2003 (en particulier les pages 335-368 rédigées par G. Tóth et J. Kalmár) et F. Cadilhon, Histoire de la Hongrie moderne, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2005.

4 J. Bérenger, Léopold Ier, 1640-1705, Paris, 2004.

5 Compte rendu historique, mars 1717, Achives du ministère des Affaires étrangères, Paris, Correspondance politique, Hongrie, t. xviii, publié dans C. Kecskeméti, Notes, rapports et témoignages français sur la Hongrie, 1717-1809, Paris, 2006.

6 Voir B. Köpeczi, La France et la Hongrie au début du XVIIIe siècle, Budapest, 1971.

7 Esprit des lois, livre VIII, chap. 9.

8 Archives nationales Hongrie, Fekete család E 584.

9 Voir C. Lebeau, Aristocrates et grands commis à la Cour de Vienne, 1748-1791 : le modèle français, Paris, CNRS éditions, 1996.

10 E. Ring, « La poste de Hongrie et les récits de voyage », dans Postes d’Europe, XVIIIe-XXIe siècle, Jalons d’une histoire comparée, M. Le Roux (dir.), Paris, 2007, p. 145-152.

11 Montesquieu, Voyages, dans Œuvres complètes, t. i, Paris, éd. 1949, p. 541.

12 Übersichts Karte der postâmter und postlinien in Ungarn, 1780, BN Széchényi, TM 5789.

13 On peut consulter à ce sujet les analyses de François Cadilhon ou de Claude Michaud dans Studia Caroliensia [Budapest], V 3-4, 2004.

14 M. Ferro (dir.), Une histoire du Rhin, Paris, 1981.

15 M. de Serre, Voyage en Autriche, essai statistique et géographique de cet empire, Paris, 1814, livre ii.

16 Voyage de Strasbourg à Pétersbourg, AE Paris, Mémoires et documents, Russie t. 9.

17 AN Hongrie, Széchényi család P 623.

18 La cour de Louis XV et le journal de voyage du comte Teleki, Paris, éd. 1943, p. 104.

19 L’Histoire générale de la Hongrie, de Claude de Sacy publiée à Paris en 1778 connut ensuite un grand succès et fut rééditée dès 1780.

20 Montesquieu, Voyages, op. cit., p. 808.

21 Etat actuel de la Hongrie, AE Paris, Correspondance politique, Hongrie t. 18.

22 BN Széchényi, Quart Gall 55.

23 On peut à cet égard consulter Le rayonnement français en Europe centrale du XVIIe siècle à nos jours, O. Chaline, J. Dumanowski, M. Figeac (dir.), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2009.

24 AN Hongrie, Széchényi család P 623.

25 Almanach von Ungarn auf das jahr 1778.

26 Les portraits individuels présentaient les nobles soit selon les critères européens du XVIIIe siècle soit selon une imagerie hongroise traditionnelle, et le plus souvent les deux styles étaient utilisés.

27 Die Fürsten Esterházy, Magnaten, Diplomaten und Mäzene, Eisenstadt, 1995.

28 E. Ring, « La librairie austro-hongroise », dans Les mutations du livre et de l’édition dans le monde, J. Michon, J. Y. Mollier (dir.), Sherbrooke, 2000, p. 143-156.

29 Mes Rapsodies, Genève, 1781, t. 2, p. 302.

30 E. Balázs, Contribution à l’étude des Lumières en Hongrie, dans Actes du colloque de Mátrafüred, 1972, p. 37.

31 P.-Y. Beaurepaire, La République universelle des francs-maçons, de Newton à Metternich, Rennes, Ouest-France éditions, 1999, p. 116.

32 J. Häseler et A. McKenna, dans Les réseaux de correspondance à l’Âge classique, Saint-Étienne, 2006, p. 7-16.

33 Instructions de SM l’Impératrice, AN Hongrie, Habsburg család P 1490.

34 En particulier par Claude Michaud et Michel Figeac, voir La Plume et la Toile, Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, P.-Y. Beaurepaire (dir.), Arras, Artois Presses Université, 2002.

35 La République des Sciences, n ° spécial de Dix Huitième Siècle, 40, 2008.

36 La publication étant difficile en Hongrie, Lalande avait proposé à Weiss de faire réaliser à Paris en 1764 ses Observations astronomiques, rédigées de 1758 à 1770 et qui sont ainsi conservées à la Bibliothèque nationale de France, V 8514-8516.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540