Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Sixième partie. Territoires et enjeux spatiaux des circulations culturelles internationales

Capitales européennes et circulations intellectuelles

Stéphane Van Damme

Texte intégral

  • 1 C’est à D. Roche que l’on doit d’avoir croisé ces deux approches, voir Humeurs vagabondes. La circ (...)
  • 2 M. Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, Folio, 1997, chap. iii. Comme il l’éc (...)
  • 3 Voir S. Van Damme, Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, (...)
  • 4 Sur l’histoire connectée, voir K. Raj, « Connexions, croisements, circulations. Le détour de la ca (...)

1Examiner la question de l’articulation entre circulation intellectuelle dans l’Europe du XVIIIe siècle et l’émergence des capitales européennes exige de prendre la mesure d’un changement historiographique important sous l’angle de la mobilité1. Là où jadis les historiens interprétaient la genèse des sciences modernes dans les villes en termes fonctionnalistes2, il est de bon ton aujourd’hui, dans une posture postmoderne, de célébrer la figure du nomade, de l’exilé, de l’aventurier, des intellectuels sans attaches, qui se définissent par un manque d’appartenance et une mobilité intellectuelle entre les cités. En voyageant de Londres à Paris, de Rome à Berlin, de Milan à Vienne, le philosophe itinérant des Lumières développerait ainsi une autre vision du monde social3. Si le choix des « circulations », des « médiations », et des « connexions4 » offre aujourd’hui un cadre analytique heuristique pour l’enquête historique en désenclavant une histoire culturelle compartimentée et segmentée en de multiples espaces nationaux, il n’est pas cependant neutre et mérite au préalable examen et discussion.

  • 5 Pour une présentation de ce paysage historiographique, voir A. Romano et S. Van Damme, « Sciences (...)
  • 6 C. Moatti et S. Van Damme, « La mobilité intellectuelle en Méditerranée. Procédures de contrôle et (...)
  • 7 S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo (éd.), The Brokered World. Go-Betweens and Global In (...)
  • 8 C’est une approche opposée à la notion de transfert qui postule à l’inverse le déplacement d’un co (...)
  • 9 Lissa Roberts voit un déplacement historiographique du thème de la « diffusion » au thème de la «  (...)

2Tentons d’emblée de situer les enjeux de ce thème de la circulation à la fois en histoire des savoirs et en histoire urbaine. En premier lieu, ces approches prennent part à la critique des catégories d’analyse qui ont cours en histoire globale des sciences et qui restent souvent imprécises et macro-historiques5. La généralisation du paradigme de la mobilité doit en effet s’accompagner de l’impérieuse nécessité de la prise en compte des ramifications sociales et locales. Loin d’imposer un point de vue en surplomb ou de décrire des espaces homogènes, la circulation des savoirs tisse des itinéraires obligés. Elle renvoie aux procédures de contrôle et de police qui contraignent les mondes savants6 à l’époque moderne. Depuis une décennie, l’analyse de la circulation des savants, des instruments, des collections est devenu le mode privilégié d’étude des savoirs de l’Europe des Lumières allant jusqu’à remplacer les monographies d’institution7. La vision de ces lieux de savoir a elle-même changé. Les lieux de savoir ne sont plus conçus comme des institutions totales de l’Ancien Régime, mais plutôt comme des nœuds dans un réseau d’échanges et de circulation. Les acteurs de cette mobilité, les dispositifs pratiques de médiation, les intermédiaires apparaissent dès lors comme des maillons essentiels de cette chaîne de transmission, où le processus de circulation devient production de savoir, car il modifie, adapte et transforme les savoirs initiaux tout au long de leur déplacement8. L’approche en termes de circulation des savoirs ne s’oppose pas ainsi à l’étude de « situations » historiques localisées9.

  • 10 B. Lepetit, « Armature urbaine et organisation de l’espace dans la France préindustrielle », Lille (...)
  • 11 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris, Éd. de l’ehess, [1975] 200 (...)
  • 12 D. Roche, « Trois académies parisiennes et leur rôle dans les relations culturelles et sociales au (...)

3De même, si l’on adopte le point de vue de l’histoire urbaine, force est de constater que là aussi, le paradigme de la mobilité autorise à relire l’émergence des capitales culturelles ou des centres de savoirs en s’interrogeant sur l’importance des échanges d’information. Dans le sillage des travaux de Bernard Lepetit sur les armatures urbaines10, de Jean-Claude Perrot sur la genèse de la ville moderne11 ou de Daniel Roche sur les milieux académiciens de province et sur les capitales culturelles12, la problématique générale visait à mesurer les effets produits par la mise en place d’un nouveau régime de production et de circulation des savoirs à l’âge classique – souvent dénommé « Révolution scientifique » – sur la définition d’une identité métropolitaine. De quelle manière les savoirs et les savants de l’âge classique et des Lumières avaient-ils contribué à l’émergence et à la reconnaissance d’une grandeur urbaine nouvelle ? De quelles façons avaient-ils imposé de nouvelles hiérarchies, de nouvelles représentations collectives de la grande ville en Europe ?

  • 13 R. Porter, Enlightenment. Britain and the creation of the modern world, Londres, Harmonsworth, 200 (...)

4Penser l’articulation entre le développement des Lumières et les grands centres urbains conduit donc à dépasser la fausse alternative entre le cosmopolitisme et le nationalisme des Lumières13. Elle exige de penser la notion de centralité comme relative, construite dans des espaces « emboîtés », mais surtout produisant des effets en retour dans l’attraction comme dans la redistribution des savoirs en Europe. On verra d’abord comment les capitales s’inscrivent dans des dynamiques circulatoires inédites au XVIIIe siècle qui les confortent comme centres de savoirs, puis comment ces capitales entendent se constituer en espaces de gouvernement des sciences.

Les dynamiques circulatoires : la mise en réseau des capitales

5Le thème de la circulation intellectuelle a depuis le début des années 1990 était identifié à l’usage de la notion de réseau en histoire des savoirs, à tel point que l’idée de réseau en est venu à recouvrir tout le vocabulaire descriptif du monde savant. Pourtant, derrière un lexique en apparence stable et homogène se cache une reconfiguration complète du paysage historiographique. On essaiera dans un premier temps de passer en revue les différentes approches en termes de réseau. Trois formes ont pu être mobilisées pour décrire le déploiement de la circulation des savoirs dans l’Europe : le réseau de sociabilité ; le réseau-lieu ; le réseau matériel.

Des institutions aux réseaux de savoirs

  • 14 Outre Daniel Roche pour la France, voir J. McClellan, Science reorganized: scientific societies in (...)
  • 15 D’après Michael Hunter sur quelque 479 membres britanniques entre 1660 et 1700, on trouve 16 % de (...)

6La notion de « réseau intellectuel » forgée dans les années 1980 a connu un succès important, en particulier pour décrire les réseaux de correspondance de la République des Lettres ou désigner les cercles plus larges autour de la franc-maçonnerie. La notion a été fortement attachée au champ d’études de la sociabilité intellectuelle. Elle a mis en évidence trois types d’organisation de la rencontre. D’abord, elle a permis de spécifier la notion de sociabilité souvent trop attachée à une logique de politisation des formes de sociabilité dans la perspective agulhonnienne. Pour Maurice Agulhon, c’était une manière de continuer à faire de l’histoire politique avec les instruments de l’histoire sociale et culturelle. Le champ de recherche sur les académies des sciences a ainsi proposé de fixer l’armature de cette Europe en savante. Les études des fondations académiques ont mis en valeur une chronologie des créations avec un rythme qui se maintient dans le premier tiers du XVIIIe siècle14 et ont mesuré la force du patronage royal, mais avec des différences selon les capitales. Si les positions de Paris, de Londres, de Berlin, de Saint-Pétersbourg ou de Florence sont similaires, Rome se singularise avec la création d’un tissu académique dans les années 1660-1670 en dehors du soutien des papes. C’est le cas de l’académie de G.G. Ciampini qui disparaîtra en 1698. En outre, ces recherches ont mis en évidence la difficulté à obtenir la reconnaissance royale et la fragilité des statuts. L’étude de la proposographie des corps académiques a ensuite fixé la sociographie de ces cénacles révélant le poids de l’aristocratie et de l’Église, la proximité de la cour et du pouvoir, la diversité des activités scientifiques15.

De l’accueil au réseau

  • 16 Ibid., p. 28.
  • 17 A. Rusnock, « Correspondence networks in the Royal Society, 1700-1750 », British Journal for the H (...)
  • 18 D. Roche, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, A. Fa (...)
  • 19 P.-Y. Beaurepaire, L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes (...)
  • 20 R. Sweet, Antiquaries. The Discovery of the Past in Eighteenth-Century Britain, Londres et New Yor (...)
  • 21 Voir J. McClellan III, « Scientific institutions and the Organisation of Science », in R. Porter ( (...)

7Ces recherches ont aussi insisté, comme dans le cadre de la franc-maçonnerie, sur le rôle de l’accueil et sur la capacité d’attraction de ces institutions. Sur les 551 fellows élus à la Royal Society de Londres durant ses quarante premières années, 72 membres étrangers furent élus, comprenant 13 % de ceux qui deviendront des fellows16. Sur le plan géographique, ces institutions recrutent largement, mais avec une tendance au localisme. À Paris, les bassins de recrutement de l’Académie des sciences se partagent entre le nord de la France avec 70 %, la vallée rhodanienne, et les Parisiens. Ces derniers voient leur pourcentage augmenter au XVIIIe siècle. Les études sur la « République des Lettres » ou la « République des Sciences » ont mis au jour l’armature urbaine des réseaux de savoir, et leur hiérarchisation. Elles se sont appuyées principalement sur l’étude des réseaux académiques17, des réseaux de correspondance et sur celui de réseaux internationaux dans lesquels circulent des savoirs mais qui ne sont pas à proprement parler des réseaux savants (ordres religieux, circuits marchands, loges maçonniques). Concrètement, cette tendance a mis à l’honneur les réseaux de correspondance : ceux des jésuites ou de la République des Lettres18. Largement appuyées sur l’outil informatique, les enquêtes ont proposé une « cartographie dynamique de l’espace européen des Lumières19 », souvent par addition ou superposition des réseaux de correspondances savantes. Les recherches ont pu mettre en évidence l’inégale attraction exercée par les capitales sur les pôles académiques provinciaux. La Society of Antiquaries à Londres peut ainsi se prévaloir d’un réseau de sociétés provinciales particulièrement utiles dans l’accumulation de la documentation, dans la copie des chartes et des manuscrits20. En même temps, Londres n’est pas l’unique centre de savoirs, elle doit composer avec Edimbourg. Au-delà des espaces nationaux qui se territorialisent et se hiérarchisent, les circulations européennes s’appuient sur des circuits qui s’établissent entre les capitales. L’institutionnalisation et l’internationalisation des équipements scientifiques comme les observatoires, les laboratoires, les jardins botaniques unifient les échanges en même temps que des relations se créent entre métropoles et empires. Le jardin royal de Kew à Londres ouvert en 1759 fonctionne en réseau avec les stations botaniques de Saint-Vincent aux Antilles, de la Jamaïque, de Calcutta et de Sydney21.

Relocaliser les Lumières

  • 22 Voir la revue Science in context, qui a consacré son numéro 4 au thème « The place of knowledge », (...)

8L’histoire sociale des sciences a ainsi permis de réinvestir une approche locale en privilégiant les études de lieux et de sites. Dans une perspective ethnographique plutôt que normative, il s’agit selon Christian Jacob de décrire des opérations sociales, pratiques et intellectuelles qui contribuent à « faire lieu ». En désirant comprendre la science en train de se faire au XVIIIe siècle, historiens et sociologues de la Révolution scientifique, se sont intéressés à la localisation de ce travail intellectuel22. Dans le cadre européen, ces recherches ont signalé un triple mouvement paradoxal.

  • 23 Expression proposée par M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, Agir dans un monde incertain : essai s (...)
  • 24 C. Licoppe, La formation de la pratique scientifique : le discours de l’expérience en France et en (...)
  • 25 L. Stewart, « Other centers of calculation, or, where the Royal Society didn’t count: commerce, co (...)
  • 26 Charlotte Guichard donne beaucoup d’éléments pour penser amateurs d’art et de sciences, Les amateu (...)
  • 27 R. Iliffe, « Capitalizing Expertise : Philosophical and Artisanal Expertise in Early Modern London (...)
  • 28 Voir la thèse de S. Esterby-Smith sur le milieu des horticulteurs à Paris et à Londres et leurs ap (...)

9Celui d’abord d’un grand enfermement des activités scientifiques portées par les cultures expérimentales23. À Paris, la création des laboratoires, des observatoires, des jardins botaniques enregistre une tendance à la spécialisation et à la discussion entre spécialistes. Christian Licoppe a retracé ce parcours vers une science confinée, celle d’un de Lavoisier, portée par les exigences de précision et de contrôle des conditions de l’expérience24. Le second mouvement au contraire est porté par une volonté de décentrement par rapport à ces lieux légitimes. La prolifération de nouvelles formes de sociabilité à Paris (salons, lycée, loges maçonniques, etc.) encourage à faire sortir les savoirs de leur milieu naturel. Larry Stewart a pu montrer comment à Londres dans les années 1700-1720, tout un réseau de nouveaux lieux se met en place qui ne doit rien à la Royal Society et permet de nouveaux échanges des sciences dans les coffee-houses de la City25. Certains professeurs comme Francis Hauksbee, James Hodgson, William Whiston, Humphrey Ditton, le Révérend Dr John Harris, et le Révérend John Theophilus Desaguliers enseignent en dehors de la Royal Society. L’ouverture sur le commerce mondial, l’engagement des négociants dans les spéculations avec l’économie coloniale et les compagnies de commerce encouragent une association entre la science expérimentale anglaise et le développement de certaines technologies. Alors que la période de la Restauration avait exacerbé une rivalité entre artisans et aristocrates virtuosi, au début du XVIIIe siècle, le centre de gravité des activités scientifiques se déplace du quartier de la cour, de Westminster, vers la City et ses boutiques de fabricants d’instruments. Dès la fin du XVIIe siècle, Robert Hook travaillait dans les coffee-houses et les tavernes, tandis que les réunions de certains Fellows de la Royal Society se tenaient régulièrement dans les tavernes de Garraway et de Jonathan dans le quartier de la Bourse, préfigurant les démonstrations expérimentales pour les marchands du XVIIIe siècle. Larry Stewart s’est demandé ce qui a pu motiver ce transfert synonyme socialement d’un déclassement. Pour lui, ce déplacement géographique de la vie scientifique londonienne s’explique par le désir d’échapper à un patronage trop contraignant exercé par la Royal Society et le pouvoir royal, à un moment où par ailleurs se développe un marché indépendant pour les instruments et les livres de philosophie de la nature. L’astronome James Hodgson, assistant de William Flamsteed à l’observatoire de Greenwich, prit ainsi l’habitude d’enseigner les mathématiques mixtes à un public de marchands et de marins dans les tavernes et coffee-houses du quartier de la bourse (en 1706, à la Queen’s Head tavern dans Fleet Street ; en 1709 et 1710, au Marine Coffee House) ou dans celui de Saint-Paul. Larry Stewart montre par ailleurs que cette conjonction entre mathematician practitioners et marchands eut des conséquences directes sur la création d’une assurance maritime. Cette mobilité inter-urbaine permet aussi de sortir d’une vision professionnalisante des sciences. Ainsi, la culture des amateurs et des connaisseurs26, les cultures artisanales27, les cultures négociantes28 ont droit de cité.

Une compétence géographique

  • 29 C. Jacob, Les lieux de savoirs. 1, Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2008.
  • 30 J.-M. Besse, « Le lieu en histoire des sciences : hypothèses pour une approche spatiale du savoir (...)
  • 31 C. Withers et D. Livingstone (dir.), Geography and Enlightenment, Chicago, University of Chicago P (...)
  • 32 Voir D. Roche, Humeurs vagabondes…, op. cit, chap. i.
  • 33 D. N. Livingstone, « “Risen into Empire.” Moral Geographies of the American Republic’« , in D. Liv (...)

10En France, les entreprises d’une anthropologie historique des lieux de savoir dessinée par Christian Jacob29 et d’une histoire urbaine de la géographie par Jean-Marc Besse30 soulignent la fécondité de cette approche en termes de circulation. Elle ne repose plus comme auparavant sur l’usage incontrôlé de métaphore spatiale, mais, au contraire, sur une réflexion méthodologique qui s’appuie sur les représentations spatiales produites par les acteurs eux-mêmes. Approfondissant cette perspective, les historiens des savoirs géographiques britanniques, David Livingstone et Charles Withers, ont proposé de relire systématiquement cette entreprise de localisation des pratiques savantes comme un élément caractéristique du monde de la Révolution scientifique et des Lumières31, comme le développement d’une compétence géographique. L’approche spatiale s’affirme comme une autre manière d’appréhender et de décrire les dynamiques des sciences modernes, en rendant compte de l’omniprésence, dans le discours et les pratiques des Lumières, d’un imaginaire géographique. À partir des récits de voyage, des préfaces, des discours d’escorte, on peut reconstituer une véritable phénoménologie des espaces savants dans les capitales aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les savants ont en effet laissé une littérature abondante32 (récits de voyage, journaux, correspondances) qui prolonge la production imprimée et utilitaire liée aux voyages qui existe depuis la fin du Moyen Âge (guides, almanachs, descriptions de ville, etc.). Ces descriptions d’expérience singulières que les savants ont soin de publier, fournissent un matériau complexe qui permet une interrogation sur les formes d’appropriation des espaces savants par les scientifiques de passage. Pour Livingstone, l’alphabétisation géographique (geoliteracy) est un élément du ciment intellectuel et politique du XVIIIe siècle33.

Un réseau matériel

  • 34 J. Lamy, « Transmissions et usages des outils scientifiques : l’observatoire de Toulouse et ses in (...)
  • 35 Sur les cultures expérimentales à Londres, voir M. Hunter, Establishing the New Science. The Exper (...)
  • 36 R. Iliffe, « Material doubts: Hook, artisan culture and the exchange of information in 1670’s Lond (...)
  • 37 P. Findlen et J. Mullan, « Gendered knowledge, gendered minds: Women and Newtonianism: 1690-1760 » (...)
  • 38 L. Stewart, The Rise of Public Science. Rhetoric, Technology, and Natural Philosophy in Newtonian (...)
  • 39 A. Turner, « Mathematical instrument-making in early modern Paris », in A. Turner et R. Fox (éd.),(...)

11L’attention nouvelle portée à la notion d’équipement recentre les recherches sur la culture matérielle des sciences. Les réseaux ne sont plus simplement des réseaux de savants ou de livres, mais d’instruments34. Un des grands défis de la Révolution scientifique fut en effet de passer à la précision pour permettre la réplication. En multipliant l’étude des lieux d’une culture expérimentale35 (laboratoires en particulier), en montrant à la fois le caractère éphémère, labile, ou encore la pluralité des modèles et des formes de sociabilité, parfois concurrentes, certains travaux ont souligné la variété des registres, de la culture artisanale36 aux espaces mondains37 ou curiaux en passant par la culture marchande ou les coffee-houses38. Les Lumières ne témoignent donc pas simplement d’une révolution dans l’organisation sociale et institutionnelle comme le soulignait James McClellan, mais aussi dans une valorisation des équipements. L’activité scientifique se pense de plus en plus à partir de dispositifs expérimentaux fondés sur la fabrication d’instruments, d’appareillages qui constituent autant de prothèses à l’innovation scientifique au XVIIIe siècle. La volonté de fonder un nouveau type d’universalité des savoirs définie par la possibilité de répliquer des expériences se traduit par la nécessité de produire des instruments précis et fiable et d’établir des protocoles expérimentaux à travers les comptes rendus. Anthony Turner a restitué ces filiations techniques autour des principaux fabricants d’instruments depuis Chorez dans les années 1620 jusqu’à Étienne Lenoir à la fin du XVIIIe siècle39. En 1717, à Paris, Pierre Le Grand visite quatre boutiques d’instruments dont celle de Butterfield. Tandis que James Bennett a montré l’effervescence autour de Fleet street, principal centre commercial pour le commerce des savoirs à Londres. À la fin du siècle, Jean Bernoulli (1744-1807), astronome du roi de Prusse, dans ses Lettres astronomiques (1771) relatait ainsi son passage dans la capitale anglaise :

  • 40 J. Bernouilli, Lettres astronomiques où l’on donne une idée de l’état actuel de l’astronomie prati (...)

« Me voici à Londres depuis huit jours ; je ne puis vous parler encore d’Astronomes ni d’Observatoires ; mais je vous ferai part de la surprise agréable où est jetté un Astronome en parcourant les rues de cette capitale. Vous avès sûrement oui parler de la richesse et de l’éclat des boutiques de Londres, mais je doute que vous vous représentiés combien l’Astronomie contribue à la beauté du spectacle : Londres a un grand nombre d’opticiens les Magasins de ces artistes sont remplis de Télescopes, de Lunettes, d’Octans etc. Tous ces instruments, rangés et tenus proprement, flattent l’œil autant qu’ils imposent par les réflexions auxquelles ils donnent lieu40. »

12Paris n’est pas en reste de ce « shopping » des instruments analysés par James Bennett.

  • 41 Simon Schaffer, « Natural philosophy and public spectacle in the eighteenth century », History of (...)
  • 42 Larry Stewart, « The selling of Newton: Science and technology in early eighteenth-century England (...)

13L’aspect spectaculaire de la visibilité de la science ne se rapporte pas simplement aux expériences académiques, mais à une pluralité de registres culturels. Les spectacles de l’illusion artificielle ou encore les exhibitions de machines sur la place publique mais aussi dans les cabinets de certains savants invitent à reformuler la question de la vulgarisation scientifique, et de la diffusion de la science dans la société41. Au XVIIIe siècle, la diffusion des thèses newtonniennes en Angleterre s’est développée dans le cadre de démonstrations publiques et des inventions qui avaient lieu dans les tavernes des villes et qui mêlaient philosophes, praticiens et entrepreneurs42.

  • 43 S. Shapin et S. Schaffer, Leviathan and the air-pump…, op. cit.

14Elles interrogent en retour la place et le statut de la théâtralité dans la constitution de la preuve scientifique. Sans reprendre la démonstration de Steven Shapin et Simon Schaffer sur la controverse sur le vide43, la stratégie de Robert Boyle consiste en effet à faire sortir la science des cercles habituels de la dispute scolastique afin de convoquer une adhésion plus large. Pour ce faire, il utilise un dispositif qui consiste à s’appuyer sur des témoins crédibles qui vont attester de l’observation d’un phénomène. C’est dans cet « espace public à accès limité » que peuvent être mises en œuvre les techniques de production et de validation du fait expérimental. La mobilisation des publics dans cette entreprise change l’importance donnée à la publicité, et à l’adhésion spontanée dans l’établissement du fait scientifique. Par cette implication nouvelle des publics, l’expérimentation autorise l’historien à mesurer l’efficacité des savoirs ainsi élaborés « dans le jeu social des actions et des énoncés scientifiques » (Roger Chartier).

  • 44 Voir M. Thébaud-Sorger, Une histoire des ballons : invention, culture matérielle et imaginaire, 17 (...)
  • 45 S. Schaffer, « Measuring virtue: eudiometry, enlightenment and pneumatic medicine », in R. K. Fren (...)

15L’attention portée à la matérialité ne s’est pas uniquement traduite par une réévaluation de la visibilité sociale des sciences dans l’administration de la preuve ou dans l’idée de performance spectaculaire44. La matérialité est aussi associée à une valorisation de la technologie expérimentale. Simon Schaffer dans son étude de l’eudiométrie dans l’Europe des Lumières, a montré l’importance des applications pratiques de ce dispositif expérimental qui vise à mesurer le « bon air », question cruciale dans les années 1760-1780, alors que les problèmes de salubrité de l’air liés aux pollutions des grandes villes commencent à poser des problèmes sérieux aux autorités. Dans le monde de la fin des Lumières, et en particulier dans l’Italie des Habsbourg, les travaux autour d’une économie « aérienne » et des sciences de la pneumatique attiraient de plus en plus l’attention du public tant pour ses dimensions spectaculaires que pour ses usages thérapeutiques : « Durant les années 1770, suivant les traductions italiennes des expérimentations pneumatiques de Joseph Priestley, une nouvelle technologie fut développée pour mesurer la qualité (bontà) des airs et ainsi fournir une base quantitative à la gestion de l’environnement médical. Cette technologie fut communément dénommée “l’eudiométrie”, un terme dû en 1775 au professeur de physique de Milan, Marsilio Landriani45. » Des réformistes anglais tels Priestley ou Bentham, aux administrateurs milanais ou florentins, jusqu’aux chimistes français comme Lavoisier, tout un monde au carrefour de l’État et de la Science se propose de faire des mesures un peu partout en Europe dans les capitales.

Gouverner la circulation des Lumières : les effets politiques de la centralité

16Un dernier infléchissement historiographique consiste à ressaisir à partir des circulations des savoirs un nouveau rapport au politique dans les sociétés d’Ancien Régime. Ce retour à la spatialisation n’est pas seulement influencé par un goût pour les voyages et la mobilité, mais se conçoit comme une nouvelle manière de gouverner les sciences. Cette mise en réseau de la science n’est donc pas neutre, elle participe d’une nouvelle territorialisation du pouvoir. Les historiens ont vu dans le XVIIIe siècle, et surtout dans la seconde moitié du siècle, un moment de rupture : la circulation des savoirs se politise en Europe, les grands centres urbains se veulent désormais des centres de commandement des sciences modernes. Pour autant les espaces qu’ils tentent de gouverner ne sont pas homogènes. Cette centralité n’est plus donnée d’avance, elle se construit par la capacité à attirer les nouveaux savoirs, à les critiquer, à les discriminer, à les rejeter ou à les redistribuer. Chaque centre de savoir élabore ainsi son propre espace de souveraineté où ses avis comptent, ont un poids dans la légitimation des sciences. On mettra l’accent dans cette seconde partie sur cette dynamique de projection des grands centres de savoirs en Europe en signalant trois cas de figure qui n’épuisent pas la variété des situations, mais qui offrent trois manières de « gouverner » les sciences à partir de la circulation.

Edimbourg, une centralité diasporique

  • 46 R. B. Sher et J. R. Smitten (éd.), Scotland and America in the age of the Enlightenment, Édimbourg (...)
  • 47 J. Robertson, The case for the Enlightenment. Scotland and Naples, 1680-1760, Cambridge, Cambridge (...)
  • 48 M. Lynch (dir.), The Oxford Companion to Scottish History, Oxford, OUP, 2001.
  • 49 Pour plus d’informations, voir S. Van Damme, « La grandeur d’Edimbourg. Savoirs et mobilisation id (...)
  • 50 R. B. Sher, The Enlightenment and the book. Scottish authors and their publishers in eighteenth-ce (...)
  • 51 Aux côtés de Benjamin Franklin, de David Hall et de James Rivington, on sait le rôle d’un Robert B (...)

17Longtemps l’historiographique sur les Lumières écossaises a été partagée entre la représentation d’Edimbourg comme capitale savante de l’Europe cosmopolite des Lumières (Venturi) et comme creuset des Lumières nationales écossaises. Depuis une vingtaine d’années, avec les travaux de Roger Emmerson, de Richard Sher46 ou encore de John Robertson47, Edimbourg cesse d’incarner les marges des Lumières pour révéler au contraire sa capacité de connexion soit à d’autres capitales comme Naples, soit à d’autres villes dans l’espace atlantique (Philadelphie, New York). Il revient à Roger Emmerson d’avoir patiemment reconstitué le tissu des lieux de la sociabilité savante qui se déploient dans la ville à l’ombre de l’université. Dès la fin du XVIIe siècle, la ville n’était plus simplement une cité de marchands et d’artisans, mais présentait les traits d’une capitale où dominaient les professions intellectuelles avec plus de 200 juristes, 24 chirurgiens et 33 médecins en 1694. Le patronage du duc de York permit la création du Royal College of Physicians ainsi que de la bibliothèque des avocats en 1681 alors que les coutumes et le droit écossais étaient établis par la publication des Institutions of laws of Scotland par Stair la même année. Dans les premières décennies du XVIIIe siècle, de nombreuses institutions de savoir furent ainsi créées : l’école de médecine à Town College en 1726 ; l’infirmerie en 1729, affirmant le nouveau rôle d’Edimbourg comme centre de formation médicale. L’architecture néo-classique de New Town au pied de la colline où se situait la veille ville, se chargeait d’incarner le nouvel Edimbourg. Les contemporains ont souvent célébré la transformation de la ville en Athènes du Nord commencée après 1750 avec son acropole (la vieille ville) et sa ville basse (New Town), son théâtre royal, son Temple de Minerve établi sur Carlton Hill48. New Town devient le nouveau pôle urbain, accélérant le déclin de Old Town grâce à la multiplication de nouveaux équipements culturels : l’observatoire, la Royal High School, la Royal Scottish Academy ou encore la National Gallery of Scotland. Les principales figures des Lumières écossaises abandonnent les vieux quartiers pour les nouvelles rues, ainsi David Hume préfère s’installer en 1769 à St David Street, et s’épanouissent dans l’organisation de sociétés comme la Philosophical Society49. Mais Edimbourg jouit aussi d’une reconnaissance plus large dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, car les milieux intellectuels ont su polariser et problématiser des questions importantes des Lumières. Que l’on s’attache à une approche autour d’un problème (la militia), d’un savoir (l’économie politique ou la « science de l’homme »), ou de figures emblématiques (David Hume, James Boswell, Henry Mackenzie), Édimbourg se trouve ancrée dans un vaste réseau de circulation et d’échanges au siècle des Lumières. La carte des non-résidents de la Royal Society of Edinburgh souligne en 1783 une normalisation par rapport aux grandes académies européennes, avec l’intégration de savants prestigieux, mais révèle aussi un jeu à plusieurs échelles où l’on associe tout un réseau de villes écossaises de différentes tailles aux représentants des colonies britanniques (Barbade, Jamaïque), aux échanges avec le continent ou l’Empire, ou même aux autres capitales régionales telle Manchester. Par rapport à ses rivales écossaises, Édimbourg jouit pourtant d’une position privilégiée dans le monde de l’édition, au point de devenir selon Richard Sher le centre éditorial des Lumières britanniques grâce à un dynamisme éditorial et commercial impressionnant qui s’appuie sur le développement d’un réseau de succursales à Londres et en Amérique du Nord50. À partir d’une étude prosopographique des auteurs et des éditeurs, R. Sher a esquissé cet espace de production et de circulation des livres entre Édimbourg, Londres, l’Irlande et les colonies américaines. Les poursuites engagées par les éditeurs londoniens pour non-respect du copyright en 1738-1739 aboutissent aussi à faire d’Édimbourg un centre de réimpressions et d’exportation des éditions anglaises. La diffusion des livres écossais à travers une grande variété de réseaux conforte leur position en Irlande, en Amérique51, dans les provinces anglaises ainsi qu’en Europe. Les relations avec Londres sont donc ambivalentes. En dépit d’indéniables tensions tout au long du siècle sur la question des droits de reproduction, qui rejaillissent sur la situation de l’édition irlandaise et écossaise, on compte de nombreuses collaborations comme en témoignent les coéditions multiples ou l’installation de libraires-imprimeurs écossais à Londres. Position centrale de Londres certes, mais qui selon R. Sher s’émousse dans les dernières décennies du siècle.

Rome entre innovation et orthodoxie

  • 52 A. Romano (dir.), Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, Rome, École française (...)
  • 53 A. Romano, « L’horizon romain de la science moderne », Rome et la science moderne entre Renaissanc (...)
  • 54 M. Madignier, « Conversazioni, salons et sociabilités intellectuelles informelles à Rome et à Flor (...)
  • 55 A. Romano, « Rome, un chantier pour les savoirs de la catholicité post-tridentine », Revue d’histo (...)
  • 56 A. Romano, « L’horizon romain de la science moderne », op. cit, p. 658.

18Le second exemple sera tiré du cas romain qui a fait l’objet depuis une décennie d’un investissement historiographique sans précédent parmi les capitales européennes. Comme le rappelle Antonella Romano en introduction d’un ouvrage monumental sur Rome et la science moderne52, l’historiographie n’a jamais vraiment pris au sérieux l’activité scientifique par rapport au centre florentin censé incarner toute la modernité du paradigme galliléen. Pourquoi parler d’une singularité romaine en la matière ? « Rome est à la fois une cité, la capitale des Etats pontificaux, et la capitale de la catholicité », écrit Antonella Romano53. Ce triple statut renvoie constamment les pratiques savantes dans un contexte à la fois local, territorial et universaliste. La culture scientifique est d’abord inscrite dans les pratiques du cosmopolitisme d’une ville, centre de la curie romaine, visitée par les pèlerins, et habitée par les diplomates de toute l’Europe. La topographie de Rome est ainsi polarisée par cette présence étrangère (quartier des Espagnols, des Français, des Florentins). À cette composante s’ajoute le poids des familles aristocratiques et celui des ordres religieux. Rome, ville promise rencontre ainsi Rome, « ville ressource ». Fort de ces mécènes, des cardinaux, des ambassades, les activités scientifiques font partie d’un cycle d’accumulation des richesses matérielles (livres, instruments, spécimen) et immatérielles (information). Ce monde savant est multipolaire et fondé sur un polycentrisme au sein de l’espace urbain, structuré autour des cours cardinalices ou des maisons aristocratiques (le palais Spada, le couvent de la Trinité-des-Monts, etc.). Aux lieux de formation (en particulier cléricale ou professorale comme le collège romain des jésuites), s’ajoutent les institutions de savoir comme la Bibliothèque Vaticane, et les espaces de la sociabilité intellectuelle ou mondaine54. Les réseaux de collectes de l’information, les lieux de la pratique expérimentale se fondent ainsi sur des équipements qui se déploient souvent à l’intérieur d’institutions religieuses. Cette prépondérance cléricale confère à Rome un profil intellectuel particulier au carrefour des recherches sur la linguistique, la théologie, la philosophie naturelle, les savoirs naturalistes ou la culture antiquaire. C’est moins dans les sciences physico-mathématiques que dans les savoirs antiquaires, que les tensions se font jour d’ailleurs entre orthodoxie et modernité55. La révolution philologique garantit à Rome une suprématie en termes d’équipement et de savoirs accumulés pour étayer la théologie, et interroger « l’historicité du christianisme ». Enfin, centre du départ pour les missions lointaines, Rome devient aussi le centre des savoirs constitués au Nouveau Monde. On conclura avec Antonella Romano que « Rome serait moins cet anti-lieu de la science moderne qu’un autre des lieux d’observation de la culture hybride qui caractérise l’entier processus de constitution de la science moderne56 ».

Londres et Paris, tribunaux de la raison

  • 57 On reprend ici certains éléments parus dans M. P. Donato, A. Lilti, S. Van Damme, « La sociabilité (...)
  • 58 R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 1990 ; A. Farge(...)
  • 59 Pour une critique très forte du fonctionnalisme des monographies urbaines, voir J.-C. Perrot, « La (...)
  • 60 Nous suivons ici P. F. Da Costa, The Singular and the Making of Knowledge at the Royal Society of (...)
  • 61 H. Chabot, « Enquête historique sur les savoirs scientifiques rejetés à l’aube du positivisme (175 (...)

19Paris et Londres sont animés par les mêmes processus d’institutionnalisation des sciences portés par la création des académies. Elles vont se livrer à une concurrence forte pour se faire reconnaître comme « tribunal de la raison57 » à un moment d’intenses réflexions sur l’opinion publique58. Si on met de côté une interprétation fonctionnaliste59 et finaliste des centres de savoir, il convient de faire une place de choix aux procédures, aux techniques, aux répertoires que les acteurs eux-mêmes mettent en œuvre pour distinguer les échelles entre les différentes capitales européennes, les mettre à l’épreuve et les stabiliser dans la durée. Loin en effet de ne tenir qu’à une définition critérielle fondée sur la présence des équipements, des informations et des hommes, la reconnaissance de la « capitale savante » repose aussi sur des guerres de représentations, des luttes symboliques, des rivalités, parfois sur fond d’espionnages. Progressivement, les grandes académies se donnent pour mission de juger les expériences et les mémoires qu’on leur soumet. On assiste à la mise en place de circuits de validation en Europe qui permet l’universalisation des savoirs. Loin de se contenter d’accumuler des données expérimentales et des curiosités dans le sillage du paradigme baconien, les institutions de savoirs vont chercher à donner à leurs activités une définition plus critique. Le modèle de la civilité aristocratique cède la place à une pratique fondée sur une compétence professionnelle, sur une nouvelle organisation en comité, sur l’écriture de rapports et de mémoires. Ainsi la Royal Society crée en 1752 un comité chargé de déterminer si la qualité des savoirs est suffisante pour alimenter les Philosophical Transactions, tandis qu’en 1779, la société londonienne abandonne son musée60. Le travail d’Hugues Chabot sur les savoirs scientifiques rejetés entre 1750 et 1835 confirme le rôle de plus en plus important joué par l’Académie des sciences de Paris61.

  • 62 C. Rabier (dir.), Fields of Expertise…, op. cit.

20Mais la science n’est plus seulement jugée et établie dans ces lieux de savoirs. La question de l’expertise souligne tendanciellement une influence des corps d’experts dans les contextes métropolitains au XVIIIe siècle, dans la production des jugements scientifiques. L’enquête collective menée par Christelle Rabier sur les savoirs de l’expertise62 à Paris et à Londres montre combien l’Ancien Régime a été précoce dans l’invention de « dispositifs experts » en sollicitant l’avis des académies des sciences pour les questions liées aux cimetières urbains, à la modernisation des hôpitaux, à la distribution d’eau potable, etc. On quitte la question du « pur » jugement scientifique pour entrer dans le domaine des savoir-faire et de la relation à l’action publique et administrative. Cette nouvelle historiographie a le grand mérite d’essayer de comprendre les « régimes de scientificité » d’institutions qui souvent ne sont pas scientifiques (le tribunal, la manufacture, l’administration, etc.). L’histoire de l’expertise a ainsi permis de faire retour sur les cultures du jugement et de la critique dans les savoirs scientifiques du XVIIIe siècle. Elle a déplacé la question du jugement de l’univers académique vers un univers pratique, fait de procédures et de normes, souvent sectorisé (expertise médicale, juridique, technique, etc.).

  • 63 H. Steinke, « Haller’s concept of irritability and sensibility and its reception in France », Lett (...)
  • 64 A. Louis, « Éloge de Haller, lu dans la séance publique du 30 avril 1778 », Éloges lus dans les sé (...)
  • 65 A. Lilti, Le monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, (...)

21Le cas du vitalisme souligne enfin les difficultés des Académies à négocier la mobilité des frontières scientifiques entre les énoncés, les savoirs, les pratiques. Ainsi, les thèses du médecin suisse Haller sur l’irritabilité63 sont introduites à Paris par un de ses élèves Johann Georg Zimmermann (1728-1795) auteur d’une thèse sur la question qu’il distribue lors de son passage à Paris à la fin du mois d’août 1751. Jean-Baptiste Senac (1693-1770), médecin du roi, Antoine Ferrein (1693-1769), professeur d’anatomie au Collège royal et au Jardin des Plantes, Jean-Baptiste-Louis Chomel (1709-1765), professeur à la Faculté de médecine, et Réaumur en sont les destinataires et vont servir de médiateurs à la circulation de ces thèses à Paris. Pour autant, les notions de Zimmermann sur l’irritabilité du tendon sont discutées et les expériences sont reproduites dès janvier 1752 à la faculté de médecine. Les premières expérimentations sont réalisées le 25 janvier 1752 par le médecin Claude-François Grandclas avec Jean Sue (1699-1762), chirurgien en chef du Collège Royal de Chirurgie en présence de plusieurs autres personnes. L’éloge de Haller lu en séance publique de l’Académie royale de Chirurgie en 1778 montre l’appropriation définitive du modèle et sa validation64. Mais même au milieu du XVIIIe siècle, la réputation scientifique de Paris n’est pas toujours admise par les protagonistes de la recherche. La controverse sur la détermination des longitudes entre 1730 et 1750 a sans doute contribué le plus activement à renforcer la position de Paris comme centre international de la dispute scientifique. Mais, l’autorité institutionnelle de l’Académie ne suffit plus à assurer la validité des énoncés, car la plupart des controverses scientifiques ont un prolongement sur la place publique. Le sort de Paris ou de Londres comme tribunal des sciences ne se joue plus désormais dans les seules arènes académiques, la dimension polémique reconfigure totalement l’espace philosophique en déplaçant les enjeux de l’institution vers un « espace public ». Antoine Lilti en a donné la parfaite illustration avec son étude de la réception du mesmérisme à Vienne, à Paris et à Londres, qui montre que les savants sont parfois des aventuriers qui viennent chercher fortune dans les grandes capitales, attirés par la société de cour et la multitude de lieux de sociabilité où ils pourront rapidement conquérir le public avant les académies65.

22En conclusion, cet article ne prétendait pas couvrir l’ensemble des approches ni même donner une synthèse de la question pour toute l’Europe. L’idée était plutôt d’attirer l’attention sur une mutation historiographique autour de deux motifs de la circulation : la mise en réseau des capitales et la dimension politique de cette mobilité des savoirs. Loin d’être neutres, les relations entre circulation des savoirs et capitales européennes engagent une réflexion nouvelle sur le contrôle ou le soutien accordé aux développements des sciences modernes en Europe.

Notes

1 C’est à D. Roche que l’on doit d’avoir croisé ces deux approches, voir Humeurs vagabondes. La circulation des hommes et des choses, Paris, Fayard, 2003.

2 M. Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, Folio, 1997, chap. iii. Comme il l’écrit : « C’est bien la fonction qui est la « raison d’être » de la ville. Par là, la ville paraît répondre à une nécessité qui la dépasse ; elle appartient à un ensemble ou à un système et se définit par rapport à lui », ibid., p. 52.

3 Voir S. Van Damme, Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, 2005, chap. i, et Id., « “The World is too large.” Philosophical Mobility and Urban Space in Seventeenth and Eighteenth-Century Paris », French Historical Studies, vol. 29, no 3 (Summer 2006), p. 379-405.

4 Sur l’histoire connectée, voir K. Raj, « Connexions, croisements, circulations. Le détour de la cartographie britannique par l’Inde, XVIIIe -XIXe siècles », in M. Werner et B. Zimmermann (dir.), De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Le Seuil, 2004, p. 73-98.

5 Pour une présentation de ce paysage historiographique, voir A. Romano et S. Van Damme, « Sciences et villes-mondes : penser les savoirs au large (XVIe-XVIIIe siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55-2, avril-juin 2008, p. 7-18.

6 C. Moatti et S. Van Damme, « La mobilité intellectuelle en Méditerranée. Procédures de contrôle et d’identification », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 2007, tome 119-1, p. 125-127.

7 S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo (éd.), The Brokered World. Go-Betweens and Global Intelligence, 1770-1820, Sagamore, Science History Publications, 2009.

8 C’est une approche opposée à la notion de transfert qui postule à l’inverse le déplacement d’un corps de savoir déjà constitué. La méthode des transferts est adaptée en revanche à l’analyse de pratiques de circulation régularisées et normées. Voir M. Espagne et M. Werner (dir.), Transferts, les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand, XVIIIe et XIXe siècle, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations, 1988.

9 Lissa Roberts voit un déplacement historiographique du thème de la « diffusion » au thème de la « circulation », L. Roberts, « Situating science in global history : Local exchanges and networks of circulation », in no spécial « Science and global history, 1750-1850 : Local encounters and global circulation », Itinerario. International Journal on the History of European Expansion and Global Interaction, 33-1, 2009, p. 9-27.

10 B. Lepetit, « Armature urbaine et organisation de l’espace dans la France préindustrielle », Lille 3, anrt, 1988, publié dans B. Lepetit, Les villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, Albin Michel, 1988. Voir aussi P. Clark et B. Lepetit (dir.), Capital cities and their hinterlands in early modern Europe, Aldershot, Scolar Press, 1996.

11 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris, Éd. de l’ehess, [1975] 2001.

12 D. Roche, « Trois académies parisiennes et leur rôle dans les relations culturelles et sociales au XVIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 111-1, 1999, p. 395-414.

13 R. Porter, Enlightenment. Britain and the creation of the modern world, Londres, Harmonsworth, 2000, p. xx-xxi.

14 Outre Daniel Roche pour la France, voir J. McClellan, Science reorganized: scientific societies in the eighteenth century, New York, Columbia University Press, 1985.

15 D’après Michael Hunter sur quelque 479 membres britanniques entre 1660 et 1700, on trouve 16 % de courtisans, politiciens, diplomates ; 16 % de médecins ; 28 % de nobles et d’aristocrates ; 12 % de savants et d’écrivains ; 8 % de théologiens, 7 % de marchands et négociants ; 4 % d’avocats ; 4 % d’officiers et de militaires, in M. Hunter, The Royal Society and its Fellows, 1660-1700. The morphology of an early scientific institution, Londres, British Society for the History of Science, 1994 (1982), p. 27.

16 Ibid., p. 28.

17 A. Rusnock, « Correspondence networks in the Royal Society, 1700-1750 », British Journal for the History of Science, 32, 1999, p. 155-169.

18 D. Roche, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, A. Fayard, 1989. L. Brockliss, Calvet’s web. Enlightenment and the Republic of Letters in Eighteenth-Century France, Oxford, Oxford University Press, 2002, et G. Audisio et F. Pugnière (dir.), Jean-François Séguier. Un Nîmois dans l’Europe des Lumières, Avignon, Edisud, 2005.

19 P.-Y. Beaurepaire, L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2003 p. 10.

20 R. Sweet, Antiquaries. The Discovery of the Past in Eighteenth-Century Britain, Londres et New York, Hambledon and London, 2004.

21 Voir J. McClellan III, « Scientific institutions and the Organisation of Science », in R. Porter (dir.), The Cambrige History of Science. vol. 4, Eighteenth-Century Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 99-100.

22 Voir la revue Science in context, qui a consacré son numéro 4 au thème « The place of knowledge », cf. l’introduction, A. Ophir et S. Shapin, « The Place of Knowledge. A methodological Survey », Science in Context, 4, 1991, p. 3-21, « The place of knowledge lays down conditions for the appearance of the objects of science, for their validation as real, and for the terms on which they are knowable », ibid., p. 15.

23 Expression proposée par M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001.

24 C. Licoppe, La formation de la pratique scientifique : le discours de l’expérience en France et en Angleterre, 1630-1820, Paris, La Découverte, 1996.

25 L. Stewart, « Other centers of calculation, or, where the Royal Society didn’t count: commerce, coffe-houses and natural philosophy in early modern London », British Journal of History of Science, 32, juin 1999, p. 133-153.

26 Charlotte Guichard donne beaucoup d’éléments pour penser amateurs d’art et de sciences, Les amateurs d’art à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2008. Voir aussi sa contribution dans ce volume.

27 R. Iliffe, « Capitalizing Expertise : Philosophical and Artisanal Expertise in Early Modern London », in C. Rabier (éd.), Fields of expertise. Paris and London since 1600, Newcastle, Cambridge Scholar Press, 2007, p. 53-82.

28 Voir la thèse de S. Esterby-Smith sur le milieu des horticulteurs à Paris et à Londres et leurs apports à la botanique, Cultivating Commerce : Connoisseurship, botany and the plant trade in London and Paris, c. 1760-c. 1815, PhD, Université de Warwick, 2010.

29 C. Jacob, Les lieux de savoirs. 1, Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2008.

30 J.-M. Besse, « Le lieu en histoire des sciences : hypothèses pour une approche spatiale du savoir géographique au XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 116-2, 2004, p. 401-422.

31 C. Withers et D. Livingstone (dir.), Geography and Enlightenment, Chicago, University of Chicago Press, 1999, et C. Withers, Placing Enlightenment. Thinking geographically at the age of reason, Chicago, Chicago University Press, 2007. Plus généralement, une tendance spatialisante est notable dans la production sur les Lumières. R. Butterwick, S. Davies et G. Sánchez Espinosa, Peripheries of the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2008, et J. Israel, Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité (1650-1750), Paris, Éditions Amsterdam, [2001] 2005.

32 Voir D. Roche, Humeurs vagabondes…, op. cit, chap. i.

33 D. N. Livingstone, « “Risen into Empire.” Moral Geographies of the American Republic’« , in D. Livingstone et C. W. J. Withers (éd.), Geography and Revolution, Chicago, CUP, 2005, p. 304-335. À noter qu’il étudie cette geoliteracy à partir de l’exemple américain.

34 J. Lamy, « Transmissions et usages des outils scientifiques : l’observatoire de Toulouse et ses instruments (XVIIIe -XIXe siècles) », Revue d’histoire des sciences, t. 59-1, janvier-juin 2006, p. 83-95. Plus largement, sa thèse : J. Lamy, L’observatoire de Toulouse aux XVIIIe et XIXe siècles : archéologie d’un espace savant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

35 Sur les cultures expérimentales à Londres, voir M. Hunter, Establishing the New Science. The Experience of the Early Royal Society, Woodbridge, Boydell and Brewer, 1989. S. Schaffer (éd.), The Uses of experiment, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

36 R. Iliffe, « Material doubts: Hook, artisan culture and the exchange of information in 1670’s London », British Journal of History of Science, 1995, 28, p. 285-318. D. Bryden, « Evidence from advertising for mathematical instrument-making in London, 1556-1714 », Annals of Science, 49 (1992), p. 301-36; R. Iliffe, « In the warehouse’: privacy, priority and intellectual property in early Royal Society », History of Science, 30 (1992), p. 29-66; S. Shapin et S. Schaffer, Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle and the Experimental Life, (Princeton, 1995), p. 229-234, 257-262 et 274-276, et S. Shapin, A Social History of Truth, Chicago, Chicago University Press, 1994, chap. viii.

37 P. Findlen et J. Mullan, « Gendered knowledge, gendered minds: Women and Newtonianism: 1690-1760 », in M. Benjamin (éd.), A question of identity: Women, Science, and literature, New Brunswick, 1993, p. 41-56. On peut songer aussi à la circulation dans les sphères mondaines, à Paris et à Londres : voir pour Paris, A. Lilti, Le monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005 et G. Sutton, Science for a polite society : gender, culture, and the demonstration of enlightenment, Boulder, Westview Press, 1995 ; pour l’Angleterre, A. Walters, « Conversation pieces : Science and politeness in Eighteenth-Century England », History of Science, XXXV, 1997, p. 121-154.

38 L. Stewart, The Rise of Public Science. Rhetoric, Technology, and Natural Philosophy in Newtonian Britain, 1660-1750, Cambridge University Press, 1992.

39 A. Turner, « Mathematical instrument-making in early modern Paris », in A. Turner et R. Fox (éd.), Luxury trades and Consumerism in Ancien regime Paris: Studies in the History of the Skilled Workforce, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 63-96.

40 J. Bernouilli, Lettres astronomiques où l’on donne une idée de l’état actuel de l’astronomie pratique dans plusieurs villes de l’Europe, Berlin, 1771, p. 63, cité par J. Bennett, « Shopping for instruments in Paris and London », in Pamela H. Smith et Paula Findlen (éd.), Merchants and Marvels. Commerce, Science and Art in early modern Europe, New York-Londres, Routledge, 2002, p. 370-395.

41 Simon Schaffer, « Natural philosophy and public spectacle in the eighteenth century », History of Science, XXI, 51, 1983, p. 1-43.

42 Larry Stewart, « The selling of Newton: Science and technology in early eighteenth-century England », Journal of Bristish Studies, 25, 1986, p. 178-192. Jan Golinski, Science as public culture. Chemistry and Enlightenment in Britain, 1760-1820, Cambridge, Cambridge University Press, 1992. Sur le monde des entrepreneurs d’expériences aérostatiques, Michael Lynn, Popular science and public opinion in eighteenth-century France, Manchester, Manchester University Press, 2006.

43 S. Shapin et S. Schaffer, Leviathan and the air-pump…, op. cit.

44 Voir M. Thébaud-Sorger, Une histoire des ballons : invention, culture matérielle et imaginaire, 1783-1909, Paris, Éd. du Patrimoine-Centre des monuments nationaux, 2010.

45 S. Schaffer, « Measuring virtue: eudiometry, enlightenment and pneumatic medicine », in R. K. French and A. R. Cunningham (éd.), The medical enlightenment of the eighteenth century, Cambridge University Press, 1990, p. 281-318.

46 R. B. Sher et J. R. Smitten (éd.), Scotland and America in the age of the Enlightenment, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1990. R. B. Sher, The Enlightenment and the book. Scottish authors and their publishers in eighteenth-century Britain, Ireland and America, Chicago et Londres, Chicago University Press, 2006.

47 J. Robertson, The case for the Enlightenment. Scotland and Naples, 1680-1760, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

48 M. Lynch (dir.), The Oxford Companion to Scottish History, Oxford, OUP, 2001.

49 Pour plus d’informations, voir S. Van Damme, « La grandeur d’Edimbourg. Savoirs et mobilisation identitaire au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55-2, avril-juin 2008, p. 152-182.

50 R. B. Sher, The Enlightenment and the book. Scottish authors and their publishers in eighteenth-century Britain, Ireland and America, Chicago et Londres, Chicago University Press, 2006.

51 Aux côtés de Benjamin Franklin, de David Hall et de James Rivington, on sait le rôle d’un Robert Bell, Écossais qui s’installe en 1768 à Philadelphie après être passé par Dublin, et qui se présente lui-même comme n’étant ni un libraire ni un imprimeur, mais un éditeur (publisher), nouvel acteur dans le monde du commerce du livre américain, voir H. Amory et D. Hall (éd.), A history of the Book in America. I, The colonial book in the Atlantic world, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 291.

52 A. Romano (dir.), Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, Rome, École française de Rome, 2008. On ne peut résumer l’extraordinaire richesse de ce volume. Antonella Romano a publié aussi avec M. Cafiero et M. P. Donato, « De la catholicité post-tridentine à la République romaine : splendeurs et misères des intellectuels courtisans », in J. Boutier, B. Marin et A. Romano (dir.), Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (XVIIe-XVIIIe siècles), p. 171-208.

53 A. Romano, « L’horizon romain de la science moderne », Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, op. cit., p. 638.

54 M. Madignier, « Conversazioni, salons et sociabilités intellectuelles informelles à Rome et à Florence au XVIIIe siècle », in J. Bourtier, B. Marin et A. Romano (dir.), Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens…, op. cit., p. 575-598.

55 A. Romano, « Rome, un chantier pour les savoirs de la catholicité post-tridentine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55-2, avril-juin 2008, p. 101-120.

56 A. Romano, « L’horizon romain de la science moderne », op. cit, p. 658.

57 On reprend ici certains éléments parus dans M. P. Donato, A. Lilti, S. Van Damme, « La sociabilité culturelle des capitales à l’âge moderne : Paris, Londres et Rome (1650-1820) », in C. Charle et D. Roche (dir.), Le temps des capitales culturelles en Europe, Seyssel, Champ-Vallon 2009 et dans S. Van Damme, Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, 2005.

58 R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 1990 ; A. Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992. Th. Broman, « The Habermasian Public Sphere and Science in the Enlightenment », History of Science, XXXVI, 1998, p. 124-147.

59 Pour une critique très forte du fonctionnalisme des monographies urbaines, voir J.-C. Perrot, « La dioptrique culturelle des fonctions urbaines », in Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, La Haye, Mouton, 1975, p. 639-701.

60 Nous suivons ici P. F. Da Costa, The Singular and the Making of Knowledge at the Royal Society of London in the Eighteenth Century, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2009.

61 H. Chabot, « Enquête historique sur les savoirs scientifiques rejetés à l’aube du positivisme (1750-1835) », thèse de doctorat d’histoire des sciences, sous la direction de Jacques Gapaillard, université de Nantes, 1999, 2 vol. 

62 C. Rabier (dir.), Fields of Expertise…, op. cit.

63 H. Steinke, « Haller’s concept of irritability and sensibility and its reception in France », Lettre de la Maison française d’Oxford, no 14, 2001, p. 37-69.

64 A. Louis, « Éloge de Haller, lu dans la séance publique du 30 avril 1778 », Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie Royale de Chirurgie de 1750 à 1792 par A. Louis, recueillis et publiés pour la première fois par E.-F. Dubois, Paris, 1859, p. 265-281.

65 A. Lilti, Le monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540