Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Cinquième partie. Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

La circulation des idées libertines en Hongrie et en Europe Centrale aux XVIIe-XVIIIe siècles

Ilona Kovács

Texte intégral

1Pour se faire une idée de la réception et de la circulation des idées dans des régions et pendant une période déterminée, l’histoire littéraire propose des méthodes traditionnelles. Il faut recenser les traductions de textes et les références dans toutes les sources possibles et éventuelles dont les correspondances et les ouvrages théoriques aussi bien que les oeuvres littéraires. Sur cette base de données, on peut tenter d’esquisser un tableau approximatif des connaissances relatives aux auteurs et aux textes, mais il est évident que ces faits ne suffisent pas pour dresser un tableau complet. À mon avis, d’une part la lecture laisse rarement des traces écrites, de l’autre, elle est loin d’être la seule voie de transmission des idées. L’oralité complète de manière efficace la lecture, ainsi les rumeurs, y compris les nouvelles, les conversations et les fausses idées engendrées par les racontars peuvent faire circuler de façon étonnante des idées dans les cas où les obstacles constitués par la langue et la censure essayent d’empêcher la diffusion d’idées jugées dangereuses par les autorités politiques et religieuses.

2Le meilleur exemple pour illustrer l’infiltration d’idées interdites par la censure est l’étrange réception du marquis de Sade en Hongrie qui est constituée d’interdits, de silences et de fantasmes. Si l’on élargit l’horizon vers tout le libertinage philosophique et littéraire, principalement français, on trouve des résultats étonnants qui paraissent confirmer la thèse avancée ci-dessus.

3Les idées libertines du XVIIIe siècle français ont exercé une grande force d’attraction en Hongrie, mais auprès d’un public assez restreint et facile à délimiter du point de vue sociologique. Étant donné que faute de traductions nombreuses et fiables, la connaissance des textes devait se réduire essentiellement à ceux qui avaient accès aux originaux, le cercle des lecteurs devait se constituer d’aristocrates et d’intellectuels parlant français. Pourtant, les mesures de censure appliquées dans l’édition et le commerce des livres n’ont pas eu pour conséquence l’absence totale des œuvres frappées d’interdiction. Ainsi, la réputation des philosophes et des romanciers libertins surpassait de loin l’effet palpable et ce phénomène se fait sentir jusqu’à nos jours. Pour ne citer qu’un seul exemple : la réflexion autour du marquis de Sade et de ses œuvres imprègne un grand nombre de textes hongrois philosophiques et/ou littéraires, mais son effet est surtout d’ordre fantasmatique, puisque les premières traductions intégrales n’existent que depuis 1989 et que sa traduction pose plus de problèmes qu’elle n’en règle…

  • 1 Voir à titre d’exemple le livre d’E. Morin, La rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil, DL, 1969 (avec l (...)

4Dans des cas pareils, comme cette absence directe d’influence, il faut poser la question de savoir si les échos ne pouvaient arriver jusqu’en Hongrie par des voies plus secrètes, plus difficiles à suivre et tenter de détecter leurs mécanismes de fonctionnement. Les communications de bouche à oreille et de personne à personne qui agissent puissamment encore de nos jours1, devaient agir encore plus sûrement avant l’ère de l’Internet. La communication orale, les rumeurs et les fantasmes engendrés par celles-ci devaient exercer un effet réel à coup sûr dont il faut tenir compte, bien qu’on ne puisse pas reconstruire intégralement le modèle de fonctionnement de cette influence. Évidemment, en plus, il faut compléter cette réflexion par les méthodes traditionnelles et faute d’œuvres libertines rédigées en hongrois (surtout en prose et dans le genre du roman), il faut dépouiller toutes les sources qui peuvent avoir conservé des traces de cette influence, notamment les correspondances de toutes sortes, mais plus particulièrement celles des écrivains, les journaux et les références les plus indirectes dans la littérature.

5En fait, quelques inventaires ont été sauvegardés pour certaines bibliothèques seigneuriales, des listes de livres qui nous permettent, malgré des lacunes et les incertitudes de reconstituer rétrospectivement plusieurs collections dispersées depuis ou transférées ailleurs, le plus souvent de la Haute Hongrie (une partie de l’actuelle Slovaquie) et de la Transylvanie (aujourd’hui en Roumanie). La plupart des grandes collections de livres possédées par des grands seigneurs hongrois se trouvent ainsi réunies (par exemple à Arad, aujourd’hui Oradea, à la Biblioteca Judeţeană, « A.D. Xenopol » ou à Presbourg, aujourd’hui Bratislava). Après avoir dépouillé toutes les sources possibles, il faut les compléter par les quelques textes originaux, surtout poétiques, qui ont été rédigés directement en hongrois suivant des modèles français et dans l’esprit du libertinage classique des XVIIe-XVIIIe siècles français. L’interprétation de toutes ces informations réunies donnera finalement une image de la diffusion multiple des idées libertines dans une région de l’Europe où la censure est restée très sévère jusqu’à la fin du XXe siècle.

Sources indirectes pour reconstituer un libertinage hongrois présumé

  • 2 Ferenc Kazinczy (1759-1831) écrivain et poète, chef de file du mouvement de la réforme de la langu (...)

6Parmi les sources utilisables dans ce domaine, les correspondances d’écrivains ont une importance magistrale, comme celle de Ferenc Kazinczy2 et celles d’autres intellectuels de l’époque maîtrisant plusieurs langues étrangères et suivant les nouveaux mouvements d’idées. Kazinczy était en un certain sens le Voltaire hongrois du siècle, du point de vue de l’organisation de la vie littéraire et culturelle par tous les moyens, mais agissant à distance surtout par la correspondance. Il avait une forte personnalité, par laquelle il aspirait à une domination réelle et efficace de l’opinion publique. Il était capable de mener des activités infatigables dans plusieurs domaines dont la traduction, la critique et la production littéraire et exerçait une influence puissante par les lettres et la parole au même degré d’intensité. En plus de diffuser sans cesse des informations, d’organiser des discussions et d’orienter les opinions, il avait une certaine tendance aussi à répandre des racontars, d’engendrer des rumeurs et de former des mythes dans le sens voulu par lui. Il passe donc pour une source précieuse et incontournable, mais à traiter avec de la critique, justement à cause de sa forte subjectivité et de son aspiration à exercer une certaine domination intellectuelle sur les autres.

7Dans le domaine des journaux personnels, celui de la comtesse Erdődy-Csáky compte pour le plus important, puisqu’il s’agit d’une grande dame noble érudite qui rend compte de ses lectures et qui s’intéresse aussi au goût et aux avis des autres. Il faut également tenir compte de certains journaux du XIXe siècle dans les cas où les diaristes essayent de présenter leurs lectures, en mentionnant les livres libertins trouvés dans les collections familiales.

  • 3 O. Granasztói, Les lectures dangereuses, in Veszedelmes olvasmányok, Budapest, Országos Széchenyi (...)
  • 4 Ibid., p. 24-25.

8Il est clair que les voyages, avant tout le Grand Tour « obligatoire » des nobles, devaient jouer un rôle important dans l’enrichissement de la culture d’une certaine couche, mais là aussi, les traces matérielles restent essentiellement les journaux. Une source très précieuse est fournie paradoxalement par les listes de censure déjà mentionnées. La pieuse Marie-Thérèse tenait à éliminer tous les livres jugés dangereux, mais les seigneurs hongrois se croyaient obligés par esprit de rébellion de désobéir en cachette, en cherchant à connaître tout ce qu’on leur interdisait. Ils commandaient donc leurs lectures systématiquement d’après les listes d’interdiction dont le fameux Catalogus Librorum Prohibitorum (1767), régulièrement remis à jour3. Joseph II, plus éclairé dans son esprit et dans ses mesures, a fini par réduire la liste, comprenant à peu près 5 000 titres au moment de la mort de la Marie-Thérèse, à 900 ouvrages. Par contre, il tentait de contrôler plus sévèrement le respect de ses prescriptions, de peur que les mœurs du peuple ne soient corrompues par ces œuvres principalement françaises d’ailleurs4.

  • 5 P. Bayard, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Paris, Éd. de Minuit, 2007.

9Ainsi, sur la base de ces listes d’interdiction, toujours renouvelées, on peut se faire une idée approximative de l’effet exercé tantôt par des œuvres littéraires et par les idées philosophiques véhiculées par les textes. L’effet ne s’exerce pas dans la plupart des cas, par la lecture proprement dite, mais plus fortement par les rumeurs : tantôt par des bribes d’idées répandues dans l’Europe entière à cette époque, tantôt par les histoires dont « on entend parler ». Les dimensions de ce genre d’influence sont difficiles (ou impossibles même) à mesurer exactement, mais je serais portée à croire qu’on sous-estime l’importance du bouche-à-oreille à toute époque. Je me réfère à ce propos au livre magistral de Pierre Bayard sur le phénomène très complexe qu’il appelle la « non-lecture » dans un de ses essais récents5. Suivant la thèse soutenue par l’auteur, l’oralité joue toujours un très grand rôle dans la réception des œuvres littéraires et des idées philosophiques. Pour nous faire une idée de la réception générale du libertinage français, on peut supposer que dans les milieux bourgeois, pas très aisés dans la Hongrie de l’époque, cette forme d’influence était importante, sans qu’on puisse toutefois délimiter le nombre et le caractère des livres dont on devait entendre parler. Étant donné que la plupart de ces livres étaient sans aucun doute français, l’impact du libertinage français devait être également important. À côté de l’élite peu nombreuse, déjà décrite, quelles étaient les dimensions de l’autre partie, anonyme, noyée dans l’obscurité de la réception orale ? Il est impossible d’en définir les vraies proportions, mais il faut tenir compte de cette masse obscure qui recevait et véhiculait des idées nouvelles par la voie orale.

  • 6 Je puise toutes les données concernant les catalogues, les listes de livres et les collections sei (...)
  • 7 O. Granasztói, op. cit., p. 29.
  • 8 Faite par O. Granasztói, op. cit., p. 30-32.
  • 9 Voir les titres manquants dans l’étude d’Olga Granasztói, p. 31-33.
  • 10 Pour la famille Orczy, je me réfère aux recherches et aux communications orales de Mária Kakucska, (...)
  • 11 C’est une édition de 1797.
  • 12 C’est une édition de 1786, non illustrée.
  • 13 Pour toutes ces collections, on ne dispose en fait que de quelques détails reconstitués, les zones (...)

10Voyons maintenant quelles sont les collections seigneuriales dont nous avons une idée plus ou moins exacte sur la base des journaux et des inventaires6 ? Selon les recherches d’Olga Granasztói, en plus du rang social et de la fortune, ce sont principalement la culture et la religion qui décident de ces goûts : « C’est en premier lieu les bibliothèques de l’élite catholique élevée à Vienne, chez les familles Apponyi, Csáky, Viczay, Erdődy, Sztáray, etc., que l’on trouve les livres qui véhiculent les idées les plus étrangères à la religion et les plus radicales. La recherche du divertissement dans le livre, l’intérêt marqué pour la littérature et la sensibilité aux questions d’actualité de tout ordre sont autant de choses qui, même à des degrés divers, définissent ce genre de collectionneurs7. » Évidemment, les femmes peuvent renforcer cet intérêt pour le libertinage, et en l’occurrence, il faut citer la comtesse Julie Erdődy qui menait une vie libre (et tenait un journal en plus pour qu’on puisse reconstituer à titre rétrospectif son mode de vie et ses relations). Son goût pour les plaisirs de l’esprit et du corps se reflète dans le choix des livres de la bibliothèque qu’elle avait réunie avec son mari le comte István Csáky. La reconstitution8 de leur grande collection, sur la base du catalogue et des livres transférés à Arad nous éclaire sur les dimensions et le caractère de cette sorte de base livresque libertine. Sur les cinq mille volumes, pratiquement tous les auteurs libertins français importants se trouvent représentés, sauf Sade. Les livres pornographiques illustrés manquent actuellement9. Les vicissitudes de l’histoire, le rangement lacunaire lors des transferts et les vols se posent, entre autres, comme motifs plausibles des manques. Une autre collection possédée par une autre famille de magnats hongrois est mieux conservée et se trouve actuellement à Arad, celle des Orczy10. Leur bibliothèque, à en juger par le catalogue, ne contenait pratiquement pas de livres illustrés, mais là aussi, manquent de nombreux volumes, peut-être tout simplement à cause du fait que la famille a fait don de ses livres à la ville et les prêts ont dû décimer le noyau le plus précieux de la collection, les livres libertins. La Bibliothèque nationale de Hongrie, portant le nom du grand mécène et fondateur de l’Académie des Sciences, le comte István Széchenyi, conserve quelques volumes d’une autre collection importante de la famille Nádasdy, fondée à la fin du XVIIIe siècle par Léopold Nádasdy, mais dévastée et dispersée, principalement lors de la deuxième guerre mondiale. Dans le fonds appelé remota erotica, on retrouve malgré toutes les vicissitudes de l’ensemble des livres, quelques ouvrages érotiques illustrés intéressants, comme les Bijoux indiscrets de Denis Diderot11 ou le roman populaire du Chevalier Andréa de Nerciat : Félicia ou mes Fredaines12. Sans prétendre à l’exhaustivité ici, et sans vouloir tenter de reconstruire hypothétiquement toutes les grandes collections connues de l’époque, en se basant sur les exemples cités des Erdődy-Csáky, ou celui de Mihály Sztáray13, on peut affirmer que les livres libertins célèbres se retrouvaient à peu près tous dans les grandes collections des nobles hongrois.

  • 14 Le fondateur avait été Paul (Pál Ráday, 1677-1773), ancien secrétaire du prince François II Rákócz (...)
  • 15 Conservée actuellement dans le Collège Réformé de Budapest.
  • 16 C’est l’édition dite complète, et en effet la plus complète des œuvres de Crébillon fils au XVIIIe(...)

11Pourtant, les familles protestantes constituent une exception qui diffère du modèle catholique, bien que les textes et les livres soient tout aussi intéressants, sinon plus importants pour eux. Deux familles nous intéressent de ce point de vue ici, les Teleki et les Ráday. La famille Teleki représente un cas particulier, étant donné que c’était une famille protestante, bien éclairée, même militante pour certains membres comme Joseph Teleki, mais très puritaine, avec les limites de cet alliage religieux et philosophique. Dans leurs lectures, on trouve des libertins, mais plutôt les philosophes que les romanciers libertins et jamais des ouvrages pornographiques ou vraiment graveleux. Les Ráday14 avaient également réuni une belle collection de livres, comprenant certains ouvrages licencieux, collection qui est devenue la Bibliothèque Ráday,15 bien fréquentée encore de nos jours et ouverte au grand public. Dans ces bibliothèques, nous retrouvons pratiquement toutes les œuvres importantes philosohiques du libertinage français, notamment les livres de Laclos, les œuvres complètes éditées à Londres de Crébillon fils16, Nerciat, Meursius, Arétin, et d’autres, mais jamais les textes pornographiques. L’œuvre de Sade manque complètement partout pour plusieurs raisons que je tenterai d’analyser plus amplement sous le titre de « syndrome Sade », bien complexe et particulier en Hongrie et typique de la réception orale.

Influences directes : œuvres libertines créées en hongrois

  • 17 Pour les détails, voir Lectures dangereuses, cité plus haut à la note 3, p. 87-93.
  • 18 Essentiellement après l’époque des Lumières, donc au XIXe siècle.

12On trouve pourtant des traces d’influence éparpillées chez plusieurs auteurs au XVIIIe siècle et une tentative assez isolée et peu réussie d’implanter le libertinage en Hongrie chez le comte János Fekete de Galántha (1741-1803)17. Parmi les raisons spéciales de l’effet limité du libertinage, il faut constater également que le roman ne s’est développé que très tardivement chez nous18, et puisque le libertinage français est très significativement représenté dans la prose (par excellence dans le roman libertin), la faiblesse du roman constituait un obstacle générique presque insurmontable. Il en va de même dans le domaine du théâtre où le manque de l’infrastructure ne permettait aucune activité importante en dehors de quelques cadres spéciaux (par exemple les théâtres scolaires monastiques) avant le milieu du XIXe siècle.

  • 19 Pour Ányos par exemple, selon une rumeur diffusée par Kazinczy, la famille aurait brûlé tous les m (...)

13Ainsi, les idées libertines doivent être recherchées surtout dans la poésie, bien que là aussi, le choix ne soit pas abondant, puisque le seul grand poète qui a pratiqué la poésie graveleuse et le théâtre scolaire dans un esprit libre, est Mihály Csokonai Vitéz qui ne s’attache pas étroitement à la philosophie libertine. À côté de ses poèmes et pièces, il n’y a que quelques tentatives intéressantes dans le domaine de la poésie licencieuse : à savoir Ferenc Verseghy, Ferenc Kazinczy, János Földi et Pál Ányos. Ainsi la liste n’est pas longue et les œuvres, si elles sont parvenues jusqu’à nous19, sont assez brèves.

14La seule exception importante connue jusqu’ici reste apparemment le comte Fekete dont la production est abondante, bien que son niveau poétique ne soit pas très élevé. Malgré ce fait, il avait une influence durable, d’autant plus qu’il avait essayé de suivre, en plus de sa poésie, dans sa vie et dans toutes ses activités aussi le modèle français du libertinage.

L’extravagant comte Fekete

  • 20 Voir l’étude de C. Michaud, « Les correspondants du comte Fekete », in Dix-Huitième Siècle, 1980, (...)
  • 21 Recueil publié sans doute aux frais de l’auteur et avec une fausse impression de Genève en 1787, p (...)

15Cet amateur d’idées éclairées et libertines devait bien se connaître et il a toujours voulu rester un modeste amateur en littérature, tout en essayant d’implanter dans sa vie et dans ses œuvres le libertinage. Il était d’un caractère capricieux, changeant, assez polyvalent et actif, il correspondait avec les grands hommes de l’époque en cinq langues20. On trouve Voltaire parmi ses correspondants célèbres, à qui il s’est permis d’envoyer ses contes français mis en vers, mais accompagnés d’une caisse de vin de Tokaj, ce qui montre qu’il ne manquait pas de sens critique envers lui-même. En fait, Voltaire aurait déclaré que son vin était meilleur que sa poésie… et de fait, sa veine poétique laisse à désirer. Fekete ne s’en est pas caché : dans le recueil composé par lui en deux tomes où il a publié toutes ses œuvres rédigées en français, Mes Rhapsodies21, il cite lui-même la formule méchante, mais perspicace de Voltaire et insiste sur son statut de vrai dilettante en poésie. C’est dans les deux tomes de ce livre qu’on trouve les contes libertins du comte qui se réfère explicitement à ses sources, françaises et italiennes. À côté de ce recueil, j’ai trouvé quelques poèmes manuscrits rédigés en hongrois (avec des traductions fragmentaires de La Pucelle d’Orléans de Voltaire et des extraits d’Ovide, Ars amatoria et Amores) dont une version hongroise d’un poème libertin de Grécourt. Dans la Dédicace de mes contes et leur Préface à la fois, il s’excuse d’avoir fabriqué des vers, puis il fait preuve de modestie (fausse ou simulée) en énumérant ses modèles réputés avec lesquels il n’oserait jamais se comparer, mais qu’il admire :

« Et je n’ai point la vanité
Pour cette petite fredaine,
De me mettre à côté
Du charmant La Fontaine.
Créateur de son art, il prêta quelquefois
À Piron, à Grécourt, à Boufflers, à Voltaire,
Sa lyre et son hautbois. »

16Le poète se réfère ici aux Contes de La Fontaine, et non pas à ses Fables, comme dans le cas de Voltaire également, ce sont les œuvres badines et libertines, comme La Pucelle déjà citée et La Princesse de Babylone. Les autres modèles énumérés sont bien moins connus, mais des poètes excellents, à savoir Alexis Piron (1689-1773) et l’abbé de Grécourt (1685-1743). Fekete a rédigé une version hongroise de La Clémentine de ce dernier, et s’est largement inspiré des sujets et du style des deux poètes. Stanislas-Jean Boufflers (1738-1815) n’a jamais été connu en Hongrie, bien que sa popularité ait été grande à son époque ailleurs. Fekete ne cite pas Boccace et son Décaméron, mais on retrouve des sujets et des motifs empruntés à l’auteur italien, et un autre conte remonte à Scarron, adaptant assez librement la Précaution inutile de celui-ci. Fekete a adapté plusieurs poèmes de Piron et un cycle de poèmes d’Henri-Joseph du Laurens (Le balai, 1761). La version hongroise (Le jaloux puni ou le Nouveau devoir de mariage) mise en vers de la nouvelle de Scarron (La Précaution inutile) varie le même sujet de la belle épouse innocente et maintenue dans l’ignorance par un mari qui sera bien puni de la sottise de sa tactique. Le leitmotiv de la froideur féminine est varié suivant un poème de Grécourt (La Clémentine), mais cette fois-ci dans une poésie de langue hongroise (XII. János pápa bullája [La Bulle du Pape Jean XXII]). Ce qui est à remarquer, c’est que chaque nation adapte le problème à ses propres femmes, parce que chez Fekete, c’est une Hongroise qui est accusée de frigidité, tandis que dans Grécourt, on trouve une Française coupable du même défaut et la version italienne (l’abbé Casti) condamne à son tour les Italiennes.

17En guise de conclusion, il faut se résigner à reconnaître que malgré tous les attraits bien connus du libertinage français en Hongrie, les échos ne se transforment pas en un mouvement intégral, ni dans la philosophie, ni dans la littérature. En fin de compte, le comte Fekete serait le seul chez nous qui ait essayé d’imiter le libertinage dans la poésie, sans jamais atteindre un vrai niveau poétique élevé. À en croire Kazinczy (toujours d’après sa correspondance), Fekete a tenté d’implanter le mode vie libertin également dans la réalité hongroise, en organisant des bals masqués, en recevant des visiteurs chez lui tout en étant entièrement nu et en laissant dégénérer des dîners en orgies, mais tout cela est resté finalement un phénomène isolé qui attire l’attention sur le manque de ce courant par ses faiblesses et ses lacunes.

Le « syndrome Sade » ou la réception sous forme de mythes

  • 22 Voir mon article sur le sujet, « Le libertinage hongrois : un phénomène de manque », in Mille ans (...)
  • 23 Et a engendré le plus d’œuvres d’art dans tous les domaines.
  • 24 Voir mon article sur les problèmes de la traduction des textes sadiens, « Est-il possible de tradu (...)

18Avant de tenter de tirer des conclusions même partielles, il convient de donner un aperçu d’un autre cas de figure de réception à la fois manquée et réussie, celle de Sade. Dans une précédente étude sur le libertinage hongrois, qui n’est pas inexistant, mais pas « intégral » non plus, j’avais qualifié le syndrome Sade de réception lacunaire, retardée, mais où les traces d’effet réel, plutôt rares, sont largement compensées par la créativité des récepteurs ; le résultat se trouve ainsi enrichi de nombreux fantasmes22. Je tente de soutenir la thèse selon laquelle certaines idées ou même des tendances d’idées se caractérisent plus par une sorte de frustration et de désir que d’emprunts réels et c’est ce qui leur donne corps en l’absence de véritables influences. Ainsi, il n’est pas étonnant que la réception de deux auteurs francophones et libertins soit très riche sans que les textes n’aient été disponibles pendant longtemps : Casanova et Sade. C’est en Hongrie et en Europe Centrale que le mythe casanovien est le plus répandu23 et que le marquis de Sade est universellement connu et cité bien que les textes principaux n’aient été traduits et diffusés dans la plupart des pays concernés qu’après 1989. En Hongie, les traductions sadiennes24, les études et essais, des films et des magazines pornographiques, tout est arrivé au début des années 90, en un grand élan fougueux, mais qui n’a pas duré longtemps. Deux ou trois ans ont suffià saturer le marché du livre érotique et Sade, enfin traduit en hongrois, a dû décevoir beaucoup de lecteurs à en juger par le manque d’intérêt actuel. Sans aborder ici la problématique de toute la lecture sadienne qui est une forme du sadisme et torture les lecteurs au lieu de les amuser, la transposition des textes sadiens en langues étrangères pose énormément de problèmes de traduction, allant jusqu’à obliger les traducteurs à inventer des expressions (des blasphèmes et des termes philosophiques également).

  • 25 Les mémoires de Casanova, rédigés en français, portent le titre de l’Histoire de ma vie, et la pre (...)
  • 26 C’est la version Laforgue qui était diffusée partout, même dans la collection de la Pléiade.

19Un parallèle riche en paradoxes, tout pareil au syndrome Sade est présenté par la réception des Mémoires de Casanova25, réception qui peut être qualifiée de fabuleuse à plusieurs titres, qu’il s’agisse de la littérature hongroise ou d’un contexte plus large, celui de l’Europe centrale et orientale. D’une part, le texte disponible à toute lecture, traduction ou adaptation était radicalement remanié26 à l’origine jusqu’en 1960-1962, date de la première édition chez Brockhaus-Plon, publiée sur la base des manuscrits. La version française réécrite essentiellement par Laforgue et celle des adaptations libres en allemand se montrait donc parfaitement malléable et se prêtait à toute idée reçue qu’on voulait y projeter. Pour résumer l’essentiel de notre point de vue, je dirais que le cliché de l’escroc inscrit en filigrane dans le texte par lui-même – il est vrai –, a tellement impressionné les esprits que les approches du texte étaient longtemps déterminées par le lieu commun du séducteur, libertin par excellence ainsi que par l’idée reçue qu’un aventurier ne peut être en aucun cas un intellectuel érudit et un écrivain conscient.

20Ainsi, malgré le fait que Sade soit partiellement intraduisible en hongrois et que Casanova n’existe toujours pas en traduction sous forme authentique, leurs mythes sont enracinés profondément dans la littérature et la pensée hongroises, ce qui montre que le libertinage français vivifie et continue encore à nourrir deux siècles après la réflexion philosophique en Europe centrale.

Détour vers la littérature polonaise et les autres littératures d’Europe Centrale

  • 27 Objawienie i oswiecenie. Z dzeijów libertinizmu w Polsce [Révélation et Lumières. De l’influence d (...)
  • 28 Ibid., p. 274.

21Pour ne pas limiter la recherche à la seule Hongrie, faisons un détour par la Pologne. La francophonie de l’aristocratie polonaise a facilité la réception des textes libertins dans l’original, mais uniquement pour une élite érudite. L’accès aux traductions a connu des passages très similaires à celui du libertinage en Hongrie. Jerzy Snopek a consacré une grande étude27 à l’analyse de l’influence des idées libertines en Pologne. Il a examiné les notions philosophiques qui apparaissent dans des textes littéraires dans plusieurs pays d’Europe Centrale dont la Pologne et la Hongrie et il a même élargi son horizon à la Russie orthodoxe pour conclure : « L’existence du libertinage se limite dans ces pays en principe à la période du siècle des Lumières, c’est pourquoi les libertins d’Europe orientale se réfèrent non seulement à leurs prédécesseurs du XVIIe siècle – Gassendi, Cyrano de Bergerad, La Mothe le Vayer ou Naudé –, mais aussi – dans une plus grande mesure – aux représentants des philosophes : Voltaire, D’Holbach, Diderot, etc.28. » Bien que je ne sois pas d’accord sur la restriction chronologique, et que je plaide pour une interprétation plus large de la réception dans toute la région, l’impact philosophique important est indubitable partout au XVIIIe siècle.

22Abstraction faite ici des problèmes de définition et de notions, Snopek passe en revue les variantes du libertinage en France, en Italie et en Angleterre, puis en Hongrie, considérée comme représentative de l’Europe Centrale. Ensuite, il se penche sur les traditions locales du mouvement d’idées en Pologne : les sources de ces tendances étaient déja considérées comme appartenant à la vieille culture philosophique polonaise remontant à l’épicurisme des Anciens. Il confirme que la version lucrécienne de la philosophie antique épicurienne a fortement influencé des libres penseurs comme Daniel Biliński et se montre dans certains éléments de la poésie de Jan Andrzej Morsztyn (1621-1693). Parmi les sociniens polonais, les plus radicaux s’inspiraient des traditions antiques tout aussi bien que de la philosophie libertine du XVIIe siècle français.

23Selon Snopek, les modèles d’attitude libertine sont tellement variés au siècle des Lumières en Pologne qu’il a proposé de les classer en neuf catégories selon les couches sociales et le degré d’érudition. Le libertin comme personnage est tellement connu chez les Polonais du siècle des Lumières qu’il figure même dans des œuvres de fiction comme personnage littéraire. L’intérêt des lecteurs pour la libre pensée et les œuvres littéraires est si grand en Pologne que cette orientation a engendré des utopies. Il faut toutefois remarquer que la réaction contre les idées libertines est plus forte que l’impact des idées sur les cercles intellectuels restreints. L’Église et le clergé ont engagé des luttes idéologiques constituant à la longue toute une guerre pour combattre les idées dangereuses pour la foi et les valeurs consacrées par l’Église. Dans un pays aussi fortement catholique que la Pologne, la guerre menée contre les idées éclairées et libertines par excellence s’exprime dans plusieurs dizaines de textes et de pamphlets antilibertins, mais la réfutation des idées hérétiques pouvait contribuer paradoxalement à leur diffusion à mon sens. Les principaux sujets controversés sont énumérés par J. Snopek suivant un classement thématique dont je reprends ici les grands axes à commencer par la corruption du siècle et la multiplication des faux philosophes ; suit après la confrontation fanatisme contre tolérance, et la réfutation des fondements philosophiques de l’athéisme. Parmi les thèmes magistraux, il faut relever le raisonnement en faveur de la nécessité de la religion, la vérité et le caractère unique de la foi chrétienne, la confirmation des dogmes revisités (et trouvés justes) à la lumière de la raison et la défense du clergé. Jan Andrzej Morsztyn, homme politique et poète baroque importants, très influencé par le marinisme constitue un exemple intéressant de cette réception contradictoire. Traducteur, entre autres de Giambattista Marini et du Tasse, il était le premier à donner une version polonaise du Cid de Corneille, mais pour ménager ses perspectives de carrière politique, il s’est gardé de prendre des positions ouvertes. Il a fait circuler ses poésies graveleuses sous le manteau et une grande partie de ses œuvres n’ont été publiées qu’au XIXe siècle. Grand maître des formes poétiques et connaisseur de l’art d’aimer, frôlant la frivolité et le libertinage dans ses poèmes amoureux, il a transposé les thèmes libertins français, mais sous forme manuscrite. La circulation sous le manteau de ses œuvres un peu délicates illustre bien la pratique polonaise qui exploitait largement toute forme de clandestinité. Le recours aux manuscrits, la multiplication des copies ont donné lieu à cette époque même à une renaissance de la copie manuscrite comme forme d’existence et de diffusion des œuvres littéraires. La peur de la censure (documentée depuis 1519) et des pertes d’argent qu’on risquait en finançant des ouvrages qu’il fallait retirer après du commerce a suscité des méthodes ingénieuses de diffusion, comme chez les Hongrois. En Pologne, la première liste de livres prohibés a été publiée en 1603 et la vigueur des sanctions a vite soutenu la renaissance de la copie et des manuscrits. Durant la deuxième moitié du XVIIe siècle, il était préférable d’engager et de payer des copistes que de prendre des risques financiers et politiques en faisant imprimer ses écrits. Ainsi Morsztyn devenu plus tard (1661) trésorier de la couronne et brillant politique, a eu raison de faire circuler la plupart de ses poèmes graveleux clandestinement. Cela lui assurait à la fois l’avantage de ne pas s’exposer à la censure, de ne pas nuire à son avenir politique et d’être connu dans les milieux avertis comme esprit éclairé et libertin. La censure est restée sous la domination politique et religieuse pendant plusieurs siècles, sans aboutir à la destruction de la liberté de penser et des ouvrages (au sens matériel). Les Jésuites par exemple ont qualifié énormément de livres d’hérétiques sans pouvoir les faire brûler et la grande circulation des manuscrits a pu contrebalancer les restrictions officielles concernant les livres imprimés. Cette situation compliquée rend toutefois l’établissement de tout bilan difficile et favorise les estimations et les hypothèses relatives à circulation non-visible des idées et à l’élargissement temporel des cadres chronologiques de la réception du libertinage.

24En fait, ce flottement et la complexité des faits sont d’autant plus valables pour les littératures slovaques et tchèques que les recherches de l’influence du libertinage français ne sont pas encore assez développées et on est vraiment obligé de recourir à des hypothèses. Pour les Tchèques, je trouve significatif que Kundera structure toute une œuvre en commentaires sur Point de lendemain, récit graveleux de Vivant Denon dans Lenteur (1995) pour illustrer l’art de vivre et d’aimer sans faire allusion à des récits pareils pris dans la littérature tchèque du XVIIIe siècle. Le décalage dans les cultures des pays d’Europe Centrale est assez général pour la réception de la philosophie du libertinage dans la production des idées et de textes libertins. Pourtant tout montre que ces pays ne sont pas restés exempts de l’influence des idées libertines, infiltrées dans leur culture par des voies clandestines et indirectes. Pour que leur production propre, originale, enrichie de traditions locales se forme, il a fallu attendre que les conditions économiques et culturelles deviennent favorables à la naissance de la libre pensée qui engendrera des œuvres dans cet esprit pour rejoindre à travers les siècles la tradition du libertinage philosophique et littéraire de la France. Ainsi, on peut dire que la circulation des idées libertines n’est pas terminée dans cette région : le libertinage est plus vivant que jamais par ici, il court encore…

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Abramovici J.-C., Le livre interdit. De Théophile Viau à Sade, Paris, Payot, 1996.

Jeanneret M., Éros rebelle, Paris, Le Seuil, 2003.

Darnton R., Édition et Sédition. L’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992.

Delon M., Le savoir-vivre libertin, Paris, Hachette, 2000.

Disciples et successeurs de Théophile de Viau (Frédéric Lachèvre). [La vie et les poésies libertines inédites de Des Barreaux et de Saint-Pavin], Genève, Slatkine reprints, 1968.

Du genre libertin au XVIIIe siècle, textes réunis par J.-F. Perrin et P. Stewart, Paris, Desjonquères, 2004.

L’Europa libertina (secc. XVI-XVIII). Bibliografia generale, Firenze, Nardini, 1997.

Goulemot J.-M., Ces livres qu’on ne lit que d’une main : lecture et lecteurs de livres pornographiques au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinéa, 1991.

Hauc J.-C., Aventuriers et libertins au siècle des Lumières, Paris, Éd. de Paris, 2009.

Invention of Pornography (The). Obscenity and the Origins of Modernity, 1500-1800, Lynn Hunt (éd.), New York, Zone Books, 1993.

Lectures dangereuses/Veszedelmes olvasmányok (Catalogue de l’exposition organisée sur l’illustration libertine dans la littérature française à la Bibliothèque Széchenyi de Budapest, en 2007), Budapest, OSZK-Kossuth, 2007 [avec les études de Katalin Gellér, Olga Granasztói et Ilona Kovács, en hongrois et en français].

Libertins du XVIIe siècle, éd. établie et présentée par Jacques Prévot, t. i, Paris, Gallimard, 1998 (Bibl. de la Pléiade).

Libertins du XVIIe siècle, éd. établie et présentée par Jacques Prévot, t. ii, Paris, Gallimard, 2004 (Bibl. de la Pléiade).

Muchembled R., Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Flammarion, 1978.

Pintard R., Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, Boivin, 1943.

Romanciers libertins du XVIIIe siècle, t. 1, Patrick Wald-Lasowski (éd.), Paris, Gallimard, 2000 (t. 2, 2005, Bibl. de la Pléiade).

Stroev A., Les aventuriers des Lumières, Paris, PUF, 1997.

Zoli S., Europa libertina tra Controriforma e Illuminismo. L’« Oriente » dei libertini e le origini dell’Illuminismo. Studi e ricerche, Bologna, Capelli, 1989.

Notes

1 Voir à titre d’exemple le livre d’E. Morin, La rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil, DL, 1969 (avec la collaboration de Bernard Paillard, Evelyne Burguière, Claude Capulier et d’autres).

2 Ferenc Kazinczy (1759-1831) écrivain et poète, chef de file du mouvement de la réforme de la langue (dit « renouvellement de la langue »), traducteur et rédacteur de revues.

3 O. Granasztói, Les lectures dangereuses, in Veszedelmes olvasmányok, Budapest, Országos Széchenyi Könyvtár-Kossuth Kiadó (catalogue de l’exposition du même nom, tenue de septembre en décembre 2007), 2007, p. 22-24.

4 Ibid., p. 24-25.

5 P. Bayard, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Paris, Éd. de Minuit, 2007.

6 Je puise toutes les données concernant les catalogues, les listes de livres et les collections seigneuriales dans l’étude citée ci-dessus d’Olga Granasztói. Pour la censure, voir ses études désignées dans les notes du catalogue cité, puis encore le catalogue de Margit Beke pour la bibliothèque des Batthyány : Az Esztergomi Főszékesegyházi Könyvtár Batthyány-gyűjteményének katalógusa, Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, 1991, ainsi que le recueil d’études publié par les soins de István Monok, à la Bibliothèque nationale Széchenyi de Hongrie : A könyvtárak és a hatalom [Les bibliothèques et le pouvoir], Budapest, 2003. On peut trouver des données intéressantes dans le livre de M. Szarvasi, Magánkönyvtáraink a XVIII. században. Főpapok és polgárok gyűjteményei. [Nos bibliothèques privées au XVIIIe siècle. Les collections sacerdotales et seigneuriales, les bibliothèques des nobles et des bourgeois], Budapest, OSZK, 1939. Voir plus particulièrement le chap. iii, p. 1-100.

7 O. Granasztói, op. cit., p. 29.

8 Faite par O. Granasztói, op. cit., p. 30-32.

9 Voir les titres manquants dans l’étude d’Olga Granasztói, p. 31-33.

10 Pour la famille Orczy, je me réfère aux recherches et aux communications orales de Mária Kakucska, voir ses études sur Lőrinc Orczy, M. Kakucska H., Révai Miklós ismeretlen levelei Orczy Lőrinchez, Budapest, 2003, ou Orczy Lőrinc és leveleskönyve (közzéteszi, [bev., sajtó alá rend., a jegyzeteket, a névmutatót és a családfákat kész.), H. Kakucska Mária, Budapest, Universitas, 2003.

11 C’est une édition de 1797.

12 C’est une édition de 1786, non illustrée.

13 Pour toutes ces collections, on ne dispose en fait que de quelques détails reconstitués, les zones d’ombres étant restées trop vastes jusqu’à nos jours, comme le constatent tous les chercheurs.

14 Le fondateur avait été Paul (Pál Ráday, 1677-1773), ancien secrétaire du prince François II Rákóczi, resté en Hongrie après la chute, conformément à la paix de Szatmár de 1711, et devenu chancelier par la suite : pourtant, c’est le fils, Gédéon (1713-1792), écrivain et érudit qui a complété la bibliothèque par des ouvrages libertins dont ceux de Crébillon fils. Il s’agit d’une famille de réformés.

15 Conservée actuellement dans le Collège Réformé de Budapest.

16 C’est l’édition dite complète, et en effet la plus complète des œuvres de Crébillon fils au XVIIIe siècle, Collection complète des oeuvres de M. de Crébillon, fils, à Londres [i.e. Paris], 1777.

17 Pour les détails, voir Lectures dangereuses, cité plus haut à la note 3, p. 87-93.

18 Essentiellement après l’époque des Lumières, donc au XIXe siècle.

19 Pour Ányos par exemple, selon une rumeur diffusée par Kazinczy, la famille aurait brûlé tous les manuscrits libertins du moine paulien mort très jeune.

20 Voir l’étude de C. Michaud, « Les correspondants du comte Fekete », in Dix-Huitième Siècle, 1980, p. 327-389.

21 Recueil publié sans doute aux frais de l’auteur et avec une fausse impression de Genève en 1787, puis une nouvelle édition du même recueil est parue sous un titre différent en 1789 à Lausanne.

22 Voir mon article sur le sujet, « Le libertinage hongrois : un phénomène de manque », in Mille ans de contacts (Relations franco-hongroises de l’an mil à nos jours), textes réunis par M. Payet et F. Tóth, dans la coll. des Études francaises de Szombathely. vol. II., Szombathely [BDTF], 2001, p. 185-203.

23 Et a engendré le plus d’œuvres d’art dans tous les domaines.

24 Voir mon article sur les problèmes de la traduction des textes sadiens, « Est-il possible de traduire Sade en hongrois ? », in Acclimater l’autre, la traduction littéraire et son contexte culturel, publié par J. Karafiáth et G. Tverdota, Budapest, Balassi, 1997, p. 137-142.

25 Les mémoires de Casanova, rédigés en français, portent le titre de l’Histoire de ma vie, et la première édition basée sur les manuscrits, Brockhaus-Plon, Paris-Wiesbaden, 1960-1962, est la seule qui à ce jour soit digne de confiance (c’est le texte qui est reproduit dans la collection Bouquins).

26 C’est la version Laforgue qui était diffusée partout, même dans la collection de la Pléiade.

27 Objawienie i oswiecenie. Z dzeijów libertinizmu w Polsce [Révélation et Lumières. De l’influence du libertinage en Pologne], Wroclaw, Warszawa, Kraków, Gdańsk, Łódz, Ossolineum, 1986, avec un résumé français p. 274-275.

28 Ibid., p. 274.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540