Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Cinquième partie. Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

Les circulations européennes du roman français, leurs modalités et leurs enjeux

Nathalie Ferrand

Texte intégral

1« La circulation se dit en général de tout mouvement périodique ou non, qui ne se fait point en ligne droite : on dit que le sang circule, que l’espece circule, & c. », explique Diderot dans l’article qu’il consacre à cette notion dans l’Encyclopédie, avant de s’attarder en détail sur les mécanismes de la circulation sanguine. Délaissant la ligne droite, la circulation est un type de mouvement particulier qui suggère des détours, des ramifications, une certaine complexité. C’est un mouvement qui peut supposer un retour au point de départ, où ce qui circule a pu être modifié en cours de route et n’être pas tout à fait le même à l’arrivée. C’est un mouvement qui peut être libre ou entravé par toute une série d’obstacles. C’est enfin un mouvement vital comme celui du sang dans les veines, de la sève dans les vaisseaux de l’arbre. À la différence du modèle de l’irradiation ou du « rayonnement » de la culture française qui, comme la lumière émanant du Roi Soleil, se transmet du centre vers la périphérie à travers une Europe réceptrice et transparente, le modèle de la circulation apparaît comme particulièrement approprié pour rendre compte de la richesse des échanges culturels suscités par le roman français au cours du XVIIIe siècle et la manière dont il a irrigué le grand corps littéraire européen.

  • 1 L. F. M. Bellin de la Liborlière, La Nuit anglaise. Traduit de l’arabe en iroquois, de l’iroquois (...)
  • 2 Voir la Bibliographie du genre romanesque français 1751-1800, A. Martin, V. G. Mylme, R. Frautschi(...)
  • 3 C’est à Hambourg que Sénac de Meilhan publie son roman L’Émigré (Fauche, 1797) ou que Mme Polier d (...)

2Prenons un premier exemple, dans l’Allemagne de la fin du siècle. En 1799 paraît à Hambourg un roman intitulé La Nuit anglaise. Traduit de l’arabe en iroquois, de l’iroquois en samoyède, du samoyède en hottentot, du hottentot en lapon, et du lapon en français1. Ce roman français – et répertorié comme tel dans les bibliographies de référence2 – n’en est pas moins le fruit d’une étonnante et complexe circulation, à la fois dans l’espace réel (géographique, littéraire) et dans l’espace fictif de traductions imaginaires qui, d’après son capricieux sous-titre, lui auraient fait traverser l’Afrique du Nord et du Sud, l’Amérique, les steppes de l’extrême Nord, la Laponie avant d’aboutir à une version en français. Ce livre qui dans son contenu même est métissé d’influences – il parodie les romans gothiques récemment exportés par l’Angleterre et qui ont fait fureur en Allemagne, tout en imitant le scénario du Don Quichotte légué autrefois par l’Espagne –, est de surcroît publié en terres allemandes où son auteur est émigré, comme d’autres Français qui, après la Révolution, publieront là certaines de leurs œuvres3. Ce roman de Bellin de la Liborlière condense pour les porter à l’extrême plusieurs traits de la mobilité du roman français dans l’Europe du XVIIIe siècle en même temps qu’il permet de poser quelques prémisses méthodologiques d’une enquête sur les formes et les enjeux de sa circulation.

  • 4 M. Kennedy, French Books in Eighteenth-Century Ireland, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, p. 47. (...)

3Parler de la circulation du roman français dans cette période demande d’emblée de rappeler plusieurs points. Le premier est que si le roman français circule et traverse les frontières, c’est parce que son espace de lecture est particulièrement étendu grâce à la diffusion de la langue française ; parce que son espace de publication, notamment à cause de la censure qui s’exerce à l’intérieur du royaume et aussi du fait des pratiques de la contre-façon, excède les frontières de la France : on le sait, des libraires comme Marc-Michel Rey à Amsterdam, John Nourse à Londres, Peter et William Wilson ou Luke White à Dublin, Conrad Walther à Dresde par exemple, sont spécialisés dans la publication des livres français à l’étranger, et certains publient même des traductions en français de livres de leur propre littérature, comme Lange à Berlin qui publie en 1754 une version française de Leben einer schwedischen Gräfin (La comtesse suédoise ou mémoires de Madame de G ***) de Gellert ou William Gilbert qui réimprime à Dublin une traduction française du Vicar of Wakefield d’Oliver Goldsmith en 17974 ; enfin parce que l’espace d’écriture du roman de langue française est plus vaste que la France : la romancière néerlandaise Isabelle de Charrière écrit son œuvre essentiellement en français, le polonais Jean Potocki écrit dans cette langue les différentes versions de son Manuscrit trouvé à Saragosse et William Beckford écrit l’un des textes fondateurs du roman gothique anglais, Vathek, conte arabe, en français en 1782. Réception, publication, écriture constituent donc trois formes de l’espace où se meut, hors frontières, le roman de langue française. Ce qui signifie aussi que concrètement le simple geste de lire en France au XVIIIe siècle un roman écrit en français peut masquer le fait que ce livre est venu de l’étranger, qu’il a franchi des frontières, qu’il a donc été l’objet d’une circulation.

  • 5 S. Charles, « Le Tom Jones de La Place ou la fabrique d’un roman français », RHLF, 94 (1994), p. 9 (...)
  • 6 G. Roche, Les Traductions-relais en Allemagne au XVIIIe siècle. Des lettres aux sciences, Paris, C (...)
  • 7 M. Bolufer, « The second rise of the novel in eighteenth-century Spain », in Remapping the rise of (...)

4Un second point à rappeler est que le français est une langue qui fait circuler non seulement la production française mais aussi largement le roman étranger de l’époque, que Fielding ou Richardson sont naturalisés français par des traducteurs adaptateurs5 avant d’aller à la rencontre de leurs nouveaux lecteurs en Europe, et que c’est parfois ce texte profondément altéré qui sert de base aux traductions ultérieures qui en sont données, tel Tom Jones (1749) réécrit d’abord par son traducteur français La Place (1750) avant d’être traduit en italien par Pietro Chiari (1756). Ce phénomène de la traduction-relais se tarit lentement après les années 1760 en Allemagne6 mais persiste dans certains pays comme en Espagne7 Pamela de Richardson se trouve traduit en 1794 encore sur la version française.

  • 8 J. Raven, « An Antidote to the French? English Novels in German Translation and German Novels in E (...)
  • 9 R. Wittmann, Geschichte des deutschen Buchhandels, München, C. H. Beck, 1999 [1991], p. 151 ; S. K (...)
  • 10 L. Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, Madrid, Casa de Velázqu (...)

5Un troisième point est que si le roman français circule, il peut aussi trouver sur son chemin des contre-circulations qui modifient le cours de sa pénétration ou rencontrer des obstacles qui cherchent à l’interrompre. La circulation du roman anglais en Europe dans la seconde moitié du XVIIIe siècle est l’une de ces lignes de force qui contrarient le cours du roman français. Cela est particulièrement sensible en Allemagne où le lectorat s’engoue pour la littérature anglaise perçue comme un affranchissement du modèle culturel français8. Parmi les obstacles plus nets à la circulation du roman français se trouve la censure, qu’elle soit religieuse ou d’état. En 1770, l’établissement de la première liste de la censure par le tout nouveau Collège des Censeurs de l’État de Bavière (institué en 1769) comporte 95 titres, dont la moitié sont français et le premier est un roman de Crébillon fils (Le Sopha)9. Quant à l’Inquisition espagnole, elle fut au XVIIIe siècle « une ogresse dévoreuse de romans » et surtout de romans français considérés comme l’expression par excellence des dangereuses Lumières10.

  • 11 Par exemple, M. Cohen, C. Dever (éd.), The Literary Channel: The Inter-National Invention of the N (...)
  • 12 F. Moretti, Atlante del romanzo europeo. 1800-1900, Torino, Einaudi, 1997, traduction française Le (...)
  • 13 La place de la France comme premier exportateur de romans au XVIIIe siècle au moins jusque vers 17 (...)
  • 14 À l’adresse : http://ferrovia.bncf.firenze.sbn.it/pelli/.R. Pasta consacrait déjà à Pelli un chapi (...)
  • 15 Parmi d’autres instruments très précieux pour ce type d’enquête, et concernant une autre aire cult (...)

6Aborder l’histoire du roman à travers ses inscriptions dans l’espace géographique et culturel répond à une tendance actuelle de la recherche dont témoigne un certain nombre de publications, notamment anglo-saxonnes11, depuis l’Atlas du roman européen. 1800-1900 de Franco Moretti12. Un « atlas » européen du roman français entre 1700-1800 reste à établir. Faute de l’existence d’une étude approfondie et qui couvre tout le spectre sur le roman français en Europe au XVIIIe siècle13, cet article cherchera à donner une brève synthèse et à tirer les fils d’un ensemble d’études éparses mais convergentes. La présentation cherchera aussi à mettre en évidence l’intérêt de différentes sources documentaires parmi lesquelles chercher traces et témoignages de ces circulations (traductions, comptes-rendus dans les périodiques, prospectus de libraires, mentions dans des catalogues de bibliothèques privées, notes de lecture dans des journaux intimes, etc.), afin de montrer qu’il s’agit d’une recherche vivante qui reste en grande partie à accomplir et qui doit se dérouler d’abord sur le terrain, c’est-à-dire dans les bibliothèques et les archives européennes, mais sans ignorer les ressources en ligne que de grands savants, certaines institutions de recherche ou des bibliothèques mettent à la disposition de tous. À ce titre, on mentionnera par exemple les 80 000 pages des Efemeridi du Florentin Giuseppe Pelli Bencivenni publiées en ligne par l’historien Renato Pasta14, journal intime tenu de 1759 à 1808 qui témoigne d’une vie de lecteur attentif à la production italienne et européenne, et où nous trouvons l’actualité du roman français attentivement commentée15.

Richardson a-t-il lu Les Illustres Françaises ?

  • 16 K. Williams « Passion in translation: translation and the development of the novel in early-eighte (...)

7Si les traducteurs français ont pratiqué les belles infidèles et largement réécrit les œuvres anglaises qui leur parvenaient comme La Place le fit avec Tom Jones ou Prévost avec Clarissa Harlowe, les traducteurs anglais le leur ont bien rendu. Quand elle traduisit en 1721 le roman d’Edme Boursault, Treize lettres amoureuses d’une dame à un cavalier (1700), la romancière Eliza Haywood altéra profondément le caractère du personnage féminin, accentuant les traits d’une passion qui devenait hors de contrôle, dans un style haletant qui n’était pas dans l’original. Dans l’essai qui servit de préface, elle donna des héroïnes françaises un portrait général qui correspondait aux clichés et était taillé sur mesure pour les goûts du marché anglais. Elle ne fut pas la seule: « During the early eighteenth century Haywood and other English writers packaged the French novel to please the English market, tailoring their translations to correspond to domestic prejudices about French fiction and the French nation as frivolous and obsessed with sexual feeling, adding lascivious scenes or showing women carried away by unrestrained desire16. »

  • 17 Certains romans français ont été très rapidement traduits en anglais, ceci dès la fin du XVIIe siè (...)
  • 18 Comme le fit Roger l’Estrange dès la fin du XVIIe siècle en traduisant les Lettres portugaises en (...)
  • 19 Termes utilisés par K. Williams, art. cit., p. 158.
  • 20 K. Williams, art. cit., p. 162.

8La question de la traduction dans la réception anglaise du roman français est cruciale car peu de lecteurs anglais étaient en mesure de lire en français et la traduction fut donc l’élément médiateur de cette réception17. Or au début du XVIIIe siècle, ces traductions se firent paradoxalement sur la base d’un dénigrement de la littérature française et les traducteurs dans leur préface n’hésitèrent pas à prendre leurs distances à l’égard des textes qu’ils ou elles traduisaient18, tout en utilisant leur matière comme un terrain d’expérimentation pour la prose romanesque anglaise (« imaginative translation » ou « creative translation19 »). Ce recours à la traduction libre, en modifiant la nature des textes traduits, construisit une opposition durable entre une prose française soi-disant marquée par l’excès et une prose anglaise raisonnée20.

  • 21 H. Roddier, « Robert Challes, inspirateur de Richardson et l’abbé Prévost », Revue de littérature (...)
  • 22 K. Williams, art. cit., p. 164.

9Considérons un instant cette forme de la circulation du roman français à l’intérieur de la production littéraire anglaise à travers le cas de Richardson. Nul plus, peut-être, que Richardson n’a bénéficié de cette opposition entre manière française et manière anglaise. Ce romancier apparut comme la voie nouvelle du romanesque au milieu du siècle, avec Pamela (1739-1740) et Clarissa (1747-1748), deux romans qui avec Sir Charles Grandison vont marquer au sceau du roman anglais les goûts littéraires de l’Europe dans la seconde partie du XVIIIe siècle. Pourtant Richardson a puisé plusieurs des situations fondamentales de Pamela et Clarissa d’un roman on ne peut plus français : Les Illustres Françaises de Robert Challe de 171321. Ce qui peut sembler relever d’un débat ancien sur la question conjecturale des sources, des influences, des intertextes, s’éclaire si on l’envisage du point de vue concret de la circulation des textes. Le premier point est qu’il n’y a pas eu une circulation directe, car Richardson ne lisait pas le français ; en revanche, Richardson a été mis en contact de la traduction anglaise de ce roman, réalisée par Penelope Aubin en 1727, car il a préfacé un recueil où elle se trouvait republiée quelques années plus tard. Or la version d’Aubin avait profondément modifié le roman de Challe, donnant une coloration licencieuse au texte – devenu The illustrious French lovers –, le privant de la subtilité morale et positive des personnages. Par exemple P. Aubin présente Angélique, la jeune servante vertueuse qui sera récompensée pour sa résistance au jeune seigneur, ami de sa maîtresse, par un mariage avec ce dernier – ce qui correspond grosso modo au scénario de Pamela – comme une jeune ambitieuse, n’agissant non pas par vertu mais par calcul. Ainsi l’option choisie par Richardson dans Pamela pourra lui avoir semblé plus innovatrice qu’elle le fut en réalité, puisqu’en s’éloignant du texte de Challe offert par la traduction déformante de Penelope Aubin, il aura rejoint sans le savoir l’original français22.

  • 23 Expression de Margaret Cohen et Carolyn Dever pour décrire les intersections et les interactions l (...)
  • 24 H. R. Plomer et al., A Dictionary of the Printers and Booksellers who were at work in England… fro (...)
  • 25 Un autre exemple est la publication chez Nourse de l’Esprit de lois de Montesquieu en français en (...)

10Parmi les médiateurs du roman français en Angleterre et qui furent des acteurs concrets du « Literary channel23 » John Nourse (1705-1780)24 mérite une mention particulière car ce libraire londonien, très actif au milieu du siècle, fut spécialisé dans la publication des livres français, y compris en langue originale. Il a publié certaines des œuvres les plus importantes des Lumières25, dont l’une des seize éditions pirates de Candide qui parurent en 1759, année de la première publication du roman à Genève. Certes très importants, les échanges franco-britanniques ne sont pourtant qu’une des dynamiques transnationales qui innervèrent les circulations européennes du roman français et il convient maintenant de franchir d’autres frontières.

Les Télémaque allemands et un Gil Blas espagnol, apprentissage des langues et imageries

  • 26 L’Allemagne est, avec les Pays-Bas et la Suisse, un centre européen de traduction et de diffusion (...)
  • 27 A. Martin, art. cit., p. 99.
  • 28 N. Ferrand, « Le creuset allemand du roman européen. Pour une histoire culturelle et transnational (...)

11Au palmarès des romanciers français les plus lus en Europe, Fénelon avec son Télémaque (1699) et Lesage avec Gil Blas (1715-1735) figurent au premier rang. Comme le dit en 1744 le sous-titre d’une traduction en latin26 de Télémaque parue en Allemagne, ce roman a été traduit dans « presque toutes les langues d’Europe » (‘in Omnes Fere Europæ Linguas Transfusus’). Ce sous-titre dit juste : Télémaque est tellement traduit en Europe que le décompte exact de ses traductions reste encore à faire27. L’espace de langue allemande lui réserve, ainsi qu’à d’autres romans français, un accueil exceptionnel28.

  • 29 H. Friedrich, Abbé Prévost in Deutschland. Ein Beitrag zur Geschichte der Empfindsamkeit, Heidelbe (...)
  • 30 R. Kramer, Marivaux’Romane in Deutschland. Ein Beitrag zur Rezeption des französischen Romans in D (...)
  • 31 A. Saada, « L’accueil de Crébillon fils en Allemagne », Revue de littérature comparée, juillet-sep (...)
  • 32 A. Pfersmann, « La gloire tudesque de Louis Sébastien Mercier », in Louis Sébastien Mercier 1740-1 (...)

12La circulation du roman français en Allemagne est intense au XVIIIe siècle et elle prend des traits particuliers. Le premier est la riche gamme littéraire des romans qui plaisent au public allemand, dans sa grande diversité. À côté des grands textes immédiatement traduits – La Nouvelle Héloïse est, malgré sa longueur, traduite l’année même de sa publication en français –, les récits labyrinthiques de l’Abbé Prévost29, la prose subtile de Marivaux30, le raffinement parisien de Crébillon31 mais aussi des romanciers plus hétérodoxes comme Mouhy ou d’Argens y sont appréciés et traduits. Quand l’Allemagne prend goût au roman anglais dans la seconde partie du XVIIIe siècle, cela ne tarit pas le cours du roman français lorsqu’il sait se renouveler : des auteurs comme Louis-Sébastien Mercier32, notamment avec L’An 2440 très lu en Allemagne et traduit rapidement, ou Rétif de la Bretonne – dont Les Contemporaines paraissent à Leipzig – auront une fortune littéraire importante à la fin du XVIIIe siècle.

  • 33 Il s’agit d’une édition parue à Iéna (John Meyer’s widow) en 1726, voir B. Fabian, The English Boo (...)
  • 34 N. Ferrand, « Le roman français du XVIIIe siècle dans les fonds de la Herzogin Anna Amalia Bibliot (...)
  • 35 Wallace Kirsop avait signalé que le roman, malgré son statut littéraire un peu marginal, servait à (...)
  • 36 Lettere d’una Peruviana. Traduites du français en italien par GL Deodati, t. 1-2, Paris, Briasson, (...)
  • 37 Certaines de ces éditions allemandes se retrouvent aujourd’hui dans les bibliothèques italiennes.
  • 38 Katalog der Drucke der Privatbibliothek von Fürstbischof Leopold Ernst Graf v. Firmian, 1776, cons (...)

13Un autre trait de cette circulation allemande est l’étonnant multilinguisme auquel elle soumet le roman français. Revenons à l’exemple de Télémaque qui est le plus éclatant : on ne se contente pas de l’y traduire en allemand, mais aussi en anglais – Télémaque étant historiquement, en 1726, le premier livre publié en anglais sur le sol allemand33 –, en italien, polonais (à Leipzig), en latin, etc., sans compter les éditions en français et bilingues, franco-allemandes, franco-italiennes, etc. Fénelon n’est pas le seul. Dans la collection de la Duchesse Anna Amalia de Weimar qui régna entre 1758 et 1775, on trouve un exemplaire des Mémoires et aventures d’un homme de qualité de l’abbé Prévost traduit en italien34. Cette édition italienne fut publiée à Iéna en 1755 et la traduction est due à un professeur de cette ville. L’exemplaire est relié avec une méthode d’italien pour les Allemands, sous la forme de Dialoghetti italiani, e tedeschi sopra le principale materie che occorrono nella vita civile, soit une méthode pour apprendre la conversation italienne dans les différentes circonstances de la vie courante. Que les romans français puissent servir à se perfectionner dans la langue de Voltaire est une chose35, qu’ils servent en Allemagne à apprendre la langue de Dante en est une autre. Toujours à Weimar, la Duchesse possède une édition bilingue franco-italienne des Lettres d’une Péruvienne de Mme de Graffigny36 et son bibliothécaire C. Jageman, qui était aussi son professeur d’italien, ajoute un commentaire manuscrit dans le catalogue personnel de la Duchesse qu’il a lui-même rédigé en 1776 : « La traduzione italiana, eccetuati alcuni mancamenti, è assai buona. Vi sono alcune volte dell’espressioni contrarie al buon dire toscano » (« la traduction italienne, à part quelques manquements, est très bonne. On y trouve parfois des expressions contraires au bon dire toscan »). D’autres romans français en italien complètent la collection, comme par exemple un Télémaque et une Manon Lescault traduits tous deux en italien à Iéna en 1726 et 1758, ainsi qu’une Contadina ingentilita (La Paysanne parvenue) de Mouhy venue de Venise. Comme on le voit, ces éditions en langue étrangère ne sont pas destinées (seulement) à un marché extérieur à l’Allemagne37, elles alimentent son propre public étonnamment polyglotte, du Nord au Sud, comme ce Prince-Archevêque de Passau, en Bavière, qui n’a que deux romans dans sa bibliothèque personnelle, deux romans « français » : Memorie ed Aventure del Uomo di qualita de l’Abbé Prévost et… Adventures of Telemachus de Fénelon38.

14Alors qu’est-ce qu’être un roman français au XVIIIe siècle en Allemagne…, en Europe ? Son caractère français tient-il à une langue, à un contenu (une forme, une manière de raconter) ? L’image d’un roman français aux contours fermement dessinés et ayant pour mission de propager la langue nationale dans une Europe acquise à sa cause, une « Europe française » à la Caraccioli, résiste mal aux données fournies par les archives. Ce qui frappe est la plasticité de ces textes qui passent d’une langue à l’autre pour former un corpus apatride jusqu’à présent peu pris en compte par l’histoire littéraire. De même que Goldsmith peut être jugé mieux adapté que Lesage pour enseigner le français aux Irlandais, Prévost est préféré à l’Arioste pour enseigner l’italien aux Allemands. Ces circulations inattendues nous amènent à reconsidérer nos catégories littéraires et à envisager la morphologie romanesque avec un autre regard.

  • 39 P. Husquinet-García, « Le Gil Blas du P. Isla, traduction ou trahison du roman de Lesage ? », in É (...)
  • 40 Voir Traduire et illustrer le roman en Europe entre Age classique et Lumières, N. Ferrand (dir.), (...)
  • 41 Édition parue à Madrid, Marin, 1797, 7 vol. Voir un commentaire de ces gravures dans N. Ferrand, « (...)

15Mais plasticité ne signifie par irénisme et vers la fin du siècle, les choses se compliquent. Le moment de la traduction, en tant qu’il est au XVIIIe siècle une véritable appropriation d’un texte « naturalisé », peut être celui d’un conflit littéraire ouvert, engageant une perception de ce qui peut ou doit constituer le patrimoine culturel d’une nation. C’est le cas lors de la traduction espagnole de Gil Blas de Santillane de Lesage en 1787. Quand le Père Isla traduit Gil Blas à la fin du XVIIIe siècle39, il présente cette opération comme une « restitution » à l’Espagne d’une œuvre que selon lui, Lesage aurait volée à son pays en plagiant les auteurs espagnols : Aventuras de Gil Blas de Santillana, robadas á España, y adoptadas en Francia, por M. Le Sage, restituidas á su patria y á su lengua nativa por un Español zeloso que no sufre se burlen de su nacion. Nation, patrie : les mots sont assez forts. Qu’un roman puisse être l’objet d’une telle dispute, voilà qui en dit long sur l’ascension de ce genre littéraire d’abord assez peu considéré. Vers la fin du XVIIIe siècle, au moment où le roman sort de son image de paria des Belles-lettres, il peut donner lieu à ce type de querelle qui engage une réflexion sur le statut d’un roman « national ». Un autre aspect intéressant dans le cas du Gil Blas espagnol est qu’il nous permet d’aborder la question des formes matérielles que prennent les œuvres littéraires dans leur circulation au XVIIIe siècle, et notamment le rôle des gravures d’illustration. Dans des proportions jusqu’à présent tout à fait sous-estimées, il apparaît que les romans circulent en Europe en se dotant de gravures qui constituent une forme de passeport servant à les présenter à leurs nouveaux publics40. Le phénomène est particulièrement frappant quand les romans sont traduits : traduction et illustration sont deux opérations solidaires et souvent c’est à l’occasion de sa traduction qu’un roman reçoit sa première illustration. Le Gil Blas du Père Isla arrive assez tard dans le siècle pour que cette œuvre ait déjà reçu de nombreuses interprétations iconographiques, mais le geste fort de rapatriement de Gil Blas en Espagne passe de façon spectaculaire par le déploiement de trente-trois gravures imposantes signées par Camarón41. Tandis que le jésuite traduit en récrivant le roman dans une version moralisée, l’allonge de six parties et conduit le récit jusqu’à la mort du héros, l’illustration vise à frapper l’imagination et à fabriquer un imaginaire espagnol du personnage français. Elle remet littéralement le héros dans ses habits espagnols, lui fait traverser visuellement son espace d’origine, social, géographique, architectural, pour le porter jusqu’au tombeau, la mort de Gil Blas étant l’objet d’une des dernières estampes.

Rica et Candide en Italie : lecteurs et censeurs

16En date du 26 août 1760, Giuseppe Pelli note dans son journal :

  • 42 Nous traduisons le texte italien des Efemeridi publié sur le site http://ferrovia. bncf. firenze. (...)

« J’ai lu le roman de Voltaire intitulé L’optimisme, dont j’ai parlé dans le premier volume p. 186. C’est un petit livre in-8° avec ce titre : Candide ou L’optimisme. Traduit de l’allemand de monsieur le docteur Ralph 1759 [en français dans le texte] (impression de Livourne je crois). On ne peut nier qu’il s’y trouve des traits plaisants, de la vivacité, et une critique fine de nombreux événements modernes exposés pourtant dans un style succinct, et âpre, mais avec des saillies et des volées qui font réfléchir. D’un autre côté, il y a aussi des choses qui ennuient un peu, et une grande invraisemblance qu’un lecteur sensé ne pourra jamais approuver42. »

  • 43 M.-R. Zambon, Bibliographie du roman français en Italie au XVIIIe siècle. Traductions, Firenze-Par (...)

17Candide, que Pelli lit en français mais dans une édition publiée en Toscane, est l’objet d’un long commentaire de la part du Florentin, qui y revient plusieurs fois dans son journal. Nombreux sont les auteurs français dont Pelli rendra compte dans son journal, tenu entre 1759 et 1808 : Diderot, Rousseau, Marmontel, Rétif, Mercier… nous livrant le témoignage exceptionnel des réflexions que leurs œuvres, et leurs romans en particulier, lus soit en traduction soit en langue originale, lui inspirent. Cette présence de la littérature française parmi les lectures du Florentin ne doit pas surprendre. Pour ce qui concerne le roman, d’après les travaux de Maria Rosa Zambon, de Tatiana Crivelli, la totalité de la production romanesque française aurait passé les Alpes au cours du XVIIIe siècle43, portée par un marché éditorial qui pratique la contrefaçon dans toute la Péninsule.

  • 44 Sur cette question, voir notamment les travaux de R. Darnton tels que Edition, sédition, L’univers (...)

18En 1762, la traduction italienne de Candide (parue sans adresse en 1759) est mise à l’Index par Rome et le roman de Voltaire rejoint la longue liste des romans français interdits au cours du XVIIIe siècle en Europe, que ce soit par des censures ecclésiastiques (romaine ou pas), ou bien d’État. Cela n’empêche pas ces textes de circuler, mais les oblige à choisir d’autres voies, celles de la clandestinité44, sauf pour les lecteurs pourvus de licences qui eux pourront y avoir accès. On trouve certains de ces « mauvais livres » parmi les lectures de G. Pelli : Thérèse philosophe par exemple qui lui tombe sous la main en avril 1763 (en français) dans une édition illustrée dont il commente les planches, ou bien Les Bijoux indiscrets de Diderot, et il en rend compte avec un sens des nuances que n’offusque pas l’obscénité.

  • 45 L. Macé, « Les Lettres persanes devant l’index, une censure “posthume” », in Montesquieu en 2005. (...)

19En 1762, la même année que Candide, un autre roman français est lui aussi condamné par Rome. Il s’agit des Lettres persanes de Montesquieu45. Cette fois, ce n’est pas la traduction italienne mais l’ouvrage en langue originale qui est visé. Or le livre est paru en 1721. Il a déjà eu le temps de se répandre en Italie et ailleurs dans le monde catholique. Quel est donc l’enjeu d’une telle censure ? Quelle circulation est visée par cette condamnation ? La censure « posthume » des Lettres Persanes est le signe

  • 46 L. Macé, art. cit., p. 54.

« de la manière dont Rome réagit face à l’émergence en Italie, au début des années 1760, d’une génération nouvelle de lecteurs particulièrement sensibles aux enseignements de ce que les consulteurs appelaient les “fables” : les contes, les romans et plus généralement la fiction. […] les jeunes gens de noble extraction comme Verri et Beccaria n’étaient plus tout à fait le seul public susceptible de céder aux charmes de la fiction des philosophes […]. Pire, les premiers romans italiens avaient vu le jour à Venise entre le milieu des années 1750 et le début des années 176046 ».

  • 47 Sur les romans de Chiari, voir C. A. Madrignani, All’origine del romanzo in Italia. Il « celebre A (...)
  • 48 N. Ferrand, « Un roman plus philosophique que Cleveland ? La Filosofessa italiana de Pietro Chiari (...)

20Le message est clair : ce ne sont plus les romanciers français qui sont la cible, mais plutôt les auteurs italiens et notamment leurs premiers romans, des romans écrits en référence à la littérature française des Lumières, comme La Filosofessa italiana de Pietro Chiari47, qui ouvre la saison du roman italien moderne et que son auteur annonce en 1753 comme « plus philosophique » que Cleveland de l’Abbé Prévost48.

  • 49 P. Koch, « Trajectoire européenne d’une œuvre sans passeports : les “fragments de la vie du comte (...)

21Ce bref parcours n’a évidemment pas exploré tous les méandres de la circulation du roman français en Europe ni toutes ses modalités. L’accent a été mis sur la circulation des œuvres imprimées, mais il convient de rappeler que certains romans ont aussi circulé sous forme manuscrite. Cela peut avoir précédé la publication – comme l’atteste le cas des Fragments de la vie du Comte de Gramont d’Antoine Hamilton en 171249 ; cela peut aussi avoir tenu lieu de publication, comme dans le cas d’œuvres clandestines ou bien dans le cas de La Religieuse de Diderot qui d’un côté paraît sous forme manuscrite dans la Correspondance littéraire, périodique réservé à une toute petite élite de lecteurs et têtes couronnées européennes (avant d’être imprimé après la mort de son auteur), et qui de l’autre est copié pour Catherine II – circulation intime à destinataire unique, mais qui mérite d’être signalée parmi les singularités du XVIIIe siècle. On sait que l’Impératrice de Russie ne s’en tiendra pas là et qu’elle achètera en 1760 toute la bibliothèque de Diderot… et celle de Voltaire après sa mort.

22Il est apparu en tout cas qu’en cherchant à suivre les circulations des romans français en Europe, on ne rencontre pas seulement le roman français mais aussi le roman européen naissant. Car la circulation des œuvres n’est pas seulement un déplacement dans l’espace, elle porte des effets esthétiques dont la morphologie de ces textes témoigne encore aujourd’hui.

Notes

1 L. F. M. Bellin de la Liborlière, La Nuit anglaise. Traduit de l’arabe en iroquois, de l’iroquois en samoyède, du samoyède en hottentot, du hottentot en lapon, et du lapon en français, Hambourg, Brunswick, 1799. Ce roman rare a été l’objet d’une récente réédition par Maurice Lévy, aux éditions Anacharsis en 2006.

2 Voir la Bibliographie du genre romanesque français 1751-1800, A. Martin, V. G. Mylme, R. Frautschi, Londres, Mansell-France Expansion, 1977. Pour la première partie du siècle, la bibliographie de référence est de S. P. Jones, A List of French Prose Fiction. From 1700 to 1750, New York, The H. W. Wilson Co, 1939. La révision de ces deux bibliographies est en cours et elles sont appelées à fusionner.

3 C’est à Hambourg que Sénac de Meilhan publie son roman L’Émigré (Fauche, 1797) ou que Mme Polier de Bottens publie Mémoires d’une famille émigrée en 1798. Sur les romans d’émigration, voir l’anthologie Romans de l’émigration (1797-1803), présentés, édités et annotés par S. Genand, Paris, Honoré Champion, 2008.

4 M. Kennedy, French Books in Eighteenth-Century Ireland, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, p. 47. Comme l’explique la campagne de publicité lancée par le libraire dublinois en 1797, la traduction en français du roman de Goldsmith est destinée aux professeurs de français en Irlande. Elle est censée remplacer Gil Blas ou Télémaque à partir desquels plusieurs générations de lecteurs ont appris le français parce que « the scenes of Gil Blas being painted in too strong colours, and the text of Telemachus rather above the comprehension of youth […] the Vicar of Wakefield was found better calculated to promote improvement in knowledge of the French language » (Dublin Evening Post, 15 août 1797).

5 S. Charles, « Le Tom Jones de La Place ou la fabrique d’un roman français », RHLF, 94 (1994), p. 931-958.

6 G. Roche, Les Traductions-relais en Allemagne au XVIIIe siècle. Des lettres aux sciences, Paris, CNRS édition, 2001.

7 M. Bolufer, « The second rise of the novel in eighteenth-century Spain », in Remapping the rise of the European novel, Edited by Jenny Mander, Oxford, SVEC, 2007:10, p. 203.

8 J. Raven, « An Antidote to the French? English Novels in German Translation and German Novels in English Translation 1770-99? », in Eighteenth Century Fiction, volume 14, number 3-4, April-July 2002, p. 715-733; B. Fabian, The English Book in Eighteenth Century Germany, Londres, 1992.

9 R. Wittmann, Geschichte des deutschen Buchhandels, München, C. H. Beck, 1999 [1991], p. 151 ; S. Kellner (éd.), Der « Giftschrank ». Erotik, Sexualwissenschaft, Politik und Literatur, München, BSB, 2002.

10 L. Domergue, La Censure des livres en Espagne à la fin de l’Ancien Régime, Madrid, Casa de Velázquez, 1996, p. 225. 500 livres français furent interdits par l’Inquisition entre 1747 et 1807 dont 150 relevaient du genre romanesque.

11 Par exemple, M. Cohen, C. Dever (éd.), The Literary Channel: The Inter-National Invention of the Novel, Princeton University Press, 2002, ou J. Mander (éd.), Remapping the Rise of the European Novel, Oxford, SVEC, 2007:10.

12 F. Moretti, Atlante del romanzo europeo. 1800-1900, Torino, Einaudi, 1997, traduction française Le Seuil, 2001. Rappelons néanmoins que ce livre est davantage un ouvrage de théorie littéraire qu’un atlas documentant exhaustivement la géographie du roman européen au XIXe siècle.

13 La place de la France comme premier exportateur de romans au XVIIIe siècle au moins jusque vers 1750 est clairement démontrée par la recherche et par les bibliographies disponibles. Mais il reste encore beaucoup à connaître sur la diffusion du roman français en Europe, comme le rappelle Angus Martin, notamment concernant ses traductions en langue étrangère, voir A. Martin « Traffic in translations : French fiction and the European novel 1701-1750 », in Remapping the Rise of the European Novel, 2007, op. cit., p. 91-100. Le seul ouvrage synthétique sur le roman en Europe au XVIIIe siècle est celui d’A. Montandon, Le roman au XVIIIe siècle en Europe, Paris, PUF, 1999, mais il aborde le sujet par sous-genres littéraires (roman picaresque, roman épistolaire, etc.) plutôt que par espaces géographiques et culturels.

14 À l’adresse : http://ferrovia.bncf.firenze.sbn.it/pelli/.R. Pasta consacrait déjà à Pelli un chapitre de Editoria e cultura nel settecento, Firenze, Leo Olschki editore, 1997, chap. v, « Profilo di un lettore ».

15 Parmi d’autres instruments très précieux pour ce type d’enquête, et concernant une autre aire culturelle, signalons Retrospektive Digitalisierung wissenschaflticher Rezensionsorgane und Literaturzeitschriften des 18. und 19. Jahrhunderts aus dem deutschen Sprachraum de l’université de Bielefeld (http://www.ub.uni-bielefeld.de/diglib/aufklaerung/index.htm) qui comprend à ce jour les recensions contenues dans 160 périodiques allemands de l’époque, soit près d’un million de pages.

16 K. Williams « Passion in translation: translation and the development of the novel in early-eighteenth-century England », in Remapping the rise of the European novel, 2007, op. cit., p. 157.

17 Certains romans français ont été très rapidement traduits en anglais, ceci dès la fin du XVIIe siècle, comme dans le cas de La Princesse de Clèves (1678), roman traduit en 1679. Les Lettres persanes (1721) de Montesquieu sont traduites en 1722, la Vie de Marianne (1731-1741) de Marivaux en 1743 (The Virtuous orphan), Le Sopha de Crébillon est traduit l’année même de sa parution en français (The Sopha, 1742), Les Bijoux indiscrets de Diderot (1748) en 1749 (The indiscreet toys).

18 Comme le fit Roger l’Estrange dès la fin du XVIIe siècle en traduisant les Lettres portugaises en 1678.

19 Termes utilisés par K. Williams, art. cit., p. 158.

20 K. Williams, art. cit., p. 162.

21 H. Roddier, « Robert Challes, inspirateur de Richardson et l’abbé Prévost », Revue de littérature comparée 21, 1947, p. 5-38.

22 K. Williams, art. cit., p. 164.

23 Expression de Margaret Cohen et Carolyn Dever pour décrire les intersections et les interactions littéraires entre France et Grande-Bretagne en particulier au cours au XVIIIe siècle, voir M. Cohen, C. Dever (éd.), The Literary Channel : The Inter-National Invention of the Novel, op. cit., p. 2.

24 H. R. Plomer et al., A Dictionary of the Printers and Booksellers who were at work in England… from 1726 to 1775, Londres, The Bibliographical Society, 1932, p. 183.

25 Un autre exemple est la publication chez Nourse de l’Esprit de lois de Montesquieu en français en 1757.

26 L’Allemagne est, avec les Pays-Bas et la Suisse, un centre européen de traduction et de diffusion d’œuvres en vernaculaire traduites en latin, voir F. Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe, Paris, Albin Michel, 1998, p. 107.

27 A. Martin, art. cit., p. 99.

28 N. Ferrand, « Le creuset allemand du roman européen. Pour une histoire culturelle et transnationale du roman des Lumières », in Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte – Cahiers d’histoire des littératures romanes, Heidelberg, no 3/4, 2006, p. 303-337.

29 H. Friedrich, Abbé Prévost in Deutschland. Ein Beitrag zur Geschichte der Empfindsamkeit, Heidelberg, 1929.

30 R. Kramer, Marivaux’Romane in Deutschland. Ein Beitrag zur Rezeption des französischen Romans in Deutschland im 18. Jahrhundert, Heidelberg, 1976.

31 A. Saada, « L’accueil de Crébillon fils en Allemagne », Revue de littérature comparée, juillet-septembre 2002, p. 343-354.

32 A. Pfersmann, « La gloire tudesque de Louis Sébastien Mercier », in Louis Sébastien Mercier 1740-1814. Un hérétique en littérature, J.-Cl. Bonnet (dir.), Paris, Mercure de France, 1995, p. 417-443.

33 Il s’agit d’une édition parue à Iéna (John Meyer’s widow) en 1726, voir B. Fabian, The English Book in Eighteenth Century Germany, op. cit., p. 13.

34 N. Ferrand, « Le roman français du XVIIIe siècle dans les fonds de la Herzogin Anna Amalia Bibliothek de Weimar », in Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte – Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes, Heidelberg, no 24, 3/4, 2000, p. 277-296.

35 Wallace Kirsop avait signalé que le roman, malgré son statut littéraire un peu marginal, servait à l’apprentissage des langues, voir W. Kirsop, « Nouveautés : théâtre et roman », in Histoire de l’édition française, vol. II, Fayard-Cercle de la Librairie, p. 277. Voir également la note 4 de cet article.

36 Lettere d’una Peruviana. Traduites du français en italien par GL Deodati, t. 1-2, Paris, Briasson, 1759.

37 Certaines de ces éditions allemandes se retrouvent aujourd’hui dans les bibliothèques italiennes.

38 Katalog der Drucke der Privatbibliothek von Fürstbischof Leopold Ernst Graf v. Firmian, 1776, conservé à Munich, à la Bayerische Staatsbibliothek. Nous reproduisons les deux titres tels qu’ils sont manuscrits dans le catalogue.

39 P. Husquinet-García, « Le Gil Blas du P. Isla, traduction ou trahison du roman de Lesage ? », in Études de Philologie Romane et d’Histoire Littéraire offertes à Jules Horrent à l’occasion de son soixantième anniversaire, J.-M. D’Heur et N. Cherubini (éd.), Liège, 1980, p. 669-675. Sur la traduction espagnole très adaptée d’un autre roman français au siècle des Lumières, voir D. Jimenez, « Lectures de Laclos en Espagne », 81e année, no 885-886/janvier-février 2003, p. 157-167. L’auteur étudie la réception très surveillée des romans français en Espagne et montre comment elle a retrouvé la trace de la première adaptation des Liaisons dangereuses (sous le titre de La Presidenta de Turvel), grâce à sa mention dans un périodique, La Gaceta de Madrid, espèce de Journal officiel qui pendant le règne absolutiste de Charles IV et les années révolutionnaires en France, était avec le Mercurio histórico y político, le seul organe d’information qui ne soit pas interdit. Cette gazette était donc l’unique passerelle entre l’actualité littéraire et les lecteurs.

40 Voir Traduire et illustrer le roman en Europe entre Age classique et Lumières, N. Ferrand (dir.), Oxford, SVEC, 2011 :05, à paraître.

41 Édition parue à Madrid, Marin, 1797, 7 vol. Voir un commentaire de ces gravures dans N. Ferrand, « Le roman européen illustré au XVIIIe siècle dans les fonds de la Bibliothèque de l’État de Bavière, Munich », in Traduire et illustrer le roman en Europe entre Âge classique et Lumières, op. cit.

42 Nous traduisons le texte italien des Efemeridi publié sur le site http://ferrovia. bncf. firenze. sbn. it/pelli/.

43 M.-R. Zambon, Bibliographie du roman français en Italie au XVIIIe siècle. Traductions, Firenze-Paris, Sansoni-Didier, 1962 et Les romans français dans les journaux littéraires italiens du XVIIIe siècle, Firenze-Paris, Sansoni-Didier, 1971 ; T. Crivelli, « Lectures méconnues : le roman italien du XVIIIe siècle », in J. M. Goulemot (éd.), Lecture, livres et lecteurs du XVIIIe siècle, Tours, « Cahiers d’histoire culturelle », 12, 2003, p. 145-162.

44 Sur cette question, voir notamment les travaux de R. Darnton tels que Edition, sédition, L’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1991.

45 L. Macé, « Les Lettres persanes devant l’index, une censure “posthume” », in Montesquieu en 2005. Études présentées par C. Volpilhac-Augé, Oxford, SVEC, 2005 :05, p. 48-59.

46 L. Macé, art. cit., p. 54.

47 Sur les romans de Chiari, voir C. A. Madrignani, All’origine del romanzo in Italia. Il « celebre Abate Chiari », Napoli, Liguori editore, 2000.

48 N. Ferrand, « Un roman plus philosophique que Cleveland ? La Filosofessa italiana de Pietro Chiari (1753) », in Fictions de la pensée, pensées de la fiction. Roman et philosophie aux XVIIe et XVIIIe siècles, C. Duflo (dir.), Québec, Presses de l’université Laval, sous presse.

49 P. Koch, « Trajectoire européenne d’une œuvre sans passeports : les “fragments de la vie du comte de Gramont” », in Trasmissione dei testi a stampa nel periodo moderno, vol II., a cura di Giovanni Crapulli, Edizioni dell’Ateneo, 1987, p. 207-254 et vi p. de planches.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540