Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

3. Des quidams, des clans, des errances...

Chapitre XIV. Iden-tité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet éclatement douloureux du Moi est une donnée tellement sensible de la surmodernité (japonaise) qu’il dépasse le niveau formel. La prégnance de ce motif est telle qu’il s’invita déjà lorsqu’il s’agissait de traiter de la temporalité. Les victimes de la malédiction dans La Mort en ligne se voyaient ainsi prévenues de leur sort par des doubles d’elles-mêmes, sortes d’aberrations temporelles. Mais d’autres films placent de façon plus évidente encore ce motif en leur centre, pures traductions fictionnelles de la solitude et de l’incertitude de l’individu.

Dans Doppelganger, comme toujours chez Kiyoshi Kurosawa, nous entrons dans l’univers de la surmodernité, un Japon à la fois très avancé technologiquement et qui semble presque vide d’habitants. Le héros, Hayasaki, est un chercheur en robotique qui se révèle incapable de se plier aux compromis qu’exige de lui son travail au sein d’un laboratoire commercial soumis aux règles de la rentabilité et de l’efficacité. Ses recherches, Hayasaki...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540