Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Cinquième partie. Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

Pour une étude de la circulation des modèles d’éducation féminine en Europe

Dominique Picco

Texto completo

1Si par modèle, on entend communément un objet d’imitation, ce substantif peut s’appliquer à l’éducation pour désigner un ensemble de principes servant de référence, qu’il soit copié, critiqué ou rejeté. Il en va ainsi de la Maison royale de Saint Louis, établissement réservé aux filles de la vieille noblesse désargentée, inauguré en 1686, à Saint-Cyr, à l’ombre du château de Versailles. Fondé par Louis XIV sur les instances de Mme de Maintenon, ce pensionnat perdure jusqu’à sa suppression en 1793. À travers les places offertes gracieusement, le monarque souhaite récompenser et fidéliser une noblesse « moyenne » aux fortes attaches provinciales, constituer un vivier de futures épouses pieuses et bien élevées tout en transmettant, à travers elles, des valeurs religieuses, morales et politiques. Parmi les nombreux poncifs circulant sur cette institution, tout au long du XVIIIe siècle, en France et en Europe, figure celui de « modèle d’éducation féminine ».

2En l’absence de plan d’éducation, l’analyse des formes du modèle s’appuie sur un ensemble de textes normatifs, ainsi que sur les écrits de Mme de Maintenon. S’y ajoutent des sources plus proches des pratiques, inventaires de bibliothèques et cahiers de géographie. Quelques écrits des élèves ou des Dames de Saint Louis, maîtresses des demoiselles, livrent de rares éléments sur l’éducation. Au XVIIIe siècle, la réputation européenne de Saint-Cyr est indéniable, pourtant le modèle n’est jamais reproduit à l’identique. Ainsi en est-il en Russie de l’Institution des jeunes filles nobles et bourgeoises de Smolny, fondée par Catherine II en 1764. Son plan d’éducation permet d’observer à la loupe ressemblances et différences entre ces deux établissements. Les similitudes s’expliquent-elles par des coïncidences entre les pratiques du temps – d’où relève d’ailleurs en grande partie le modèle saint-cyrien ? Les différences résultent-elles d’une volonté d’adaptation au contexte russe ? Enfin, ce cas permet d’initier une réflexion sur les modes de circulation des pratiques éducatives féminines à travers l’espace européen.

Le modèle éducatif de Saint-Cyr

Un modèle social : des filles de la noblesse désargentée

3Les deux cent cinquante demoiselles de Saint-Cyr, admises entre sept et douze ans ne ressortent, sauf exception, qu’à vingt ans sans jamais retourner entre-temps dans leur famille ; voulue par les fondateurs, cette coupure complète les distingue des collégiens. Des enfants, en bonne santé et ayant une jolie mine, sont sélectionnées par le roi ou par ses proches collaborateurs en fonction de leur âge et d’un « profil » dessiné par la monarchie dans des règlements remontant à la fin du XVIIe siècle, dont la diffusion est assurée par des brochures circulant dans le pays. Appartenance à une noblesse ancienne et prouvée sur quatre degrés, pauvreté attestée par l’évêque, service armé du père délimitent les contours des familles pouvant prétendre à une place. La faiblesse des revenus justifie la prise en charge par l’État des frais de scolarité et d’entretien ainsi que d’une dot de 3 000 livres. Les seules sources disponibles, pour le début du XVIIIe siècle, révèlent que seule une demande sur quatre était satisfaite, privilégiant orphelines, filles de militaires et membres d’une grande fratrie. Si l’ancienneté de la noblesse est presque toujours respectée, comparer les critères et les réalités du recrutement révèle de nombreuses distorsions quant à la fortune des familles des admises. Certaines appartiennent à des lignages qu’il est impossible de considérer comme démunis : à côté de passe-droit, il est difficile de faire la part entre gêne affectée pour la circonstance et sentiment de pauvreté lié à la difficulté de tenir son rang.

Un modèle pédagogique

  • 1 Mme de Maintenon, L’esprit de l’institut des filles de Saint-Louis, Paris, 1808, p. 63.
  • 2 Les rouges (7 à 10 ans), les vertes (11 à 14 ans), les jaunes (15 à 16 ans) et les bleues (jusqu’à (...)
  • 3 Bibliothèque municipale de Versailles (ci-après BMV), Mémoires de Manseau.
  • 4 Ibidem p. 281.

4Les Dames de Saint Louis, maîtresses des demoiselles, rapidement recrutées parmi les anciennes élèves de la maison – condition garantissant la reproduction du modèle – « ne sont pas seulement engagées à instruire les demoiselles, mais à les élever, ce qui comprend tous les soins des mères envers leurs enfants1 » ; ces religieuses doivent entourer les pensionnaires d’affection, sans s’attacher à aucune. Les méthodes pédagogiques mêlent tradition et modernité. Si la répartition des élèves en quatre classes à gros effectifs2 est classique pour l’époque, la division en bandes d’environ dix enfants est originale et dépasse la prise en compte des aptitudes propres à chaque âge pour s’attacher à la maturité de chacune et aux capacités individuelles. Les demoiselles, là encore selon une disposition commune, sont placées sous la surveillance permanente d’une maîtresse et toujours occupées. Selon le schéma tracé pour les années 1680, dans les mémoires du premier intendant de Saint-Cyr, les journées commencent par la messe suivie d’« une leçon générale de lecture » puis « on les fait écrire et jeter » ; l’après-midi, après la récréation, « elles travaillent en broderie, tapisserie ou linge », puis « on leur montre l’orthographe » ; après la collation, elles reçoivent de nouvelles « leçons d’écriture, de lecture, et de jet3 ». Seuls les jours de récréation, dimanches et fêtes, vêtures, entrevues avec les parents au parloir, quatre fois par an, viennent briser la monotonie. Au fil de la journée, les enseignantes varient les méthodes : cours ex cathedra, jeux, recours à l’image et travail par table. Les apprentissages répondent à une progression – « il faut leur dire peu de choses à la fois, afin qu’elles retiennent plus facilement4 » ; les Dames encouragent l’émulation en usant de récompenses et punitions rarement corporelles sauf fautes très graves, l’objectif étant de former et non de faire souffrir ou d’humilier.

  • 5 Archives départementales des Yvelines.

5Certains Cahiers de géographie5 suggèrent plus précisément les méthodes pédagogiques et témoignent de la progression suivie : quatre leçons de géographie générale, cinq sur les différents continents, sept sur la France et deux de géographie ecclésiastique. Entre elles s’intercale l’étude des pays, sans qu’il soit possible d’en retrouver l’ordre exact. Cet ensemble unique de documents pédagogiques, renseigne sur les méthodes mais aussi sur les contenus d’une « matière » enseignée à Saint-Cyr au cours du XVIIIe siècle.

Un modèle disciplinaire ?

  • 6 Utile pour comprendre la liturgie.
  • 7 A. Pièjus, Le théâtre des demoiselles. Tragédie et musique à Saint-Cyr à la fin du Grand Siècle, P (...)
  • 8 D. Picco, « L’histoire pour les demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793) », in Les Femmes et l’écritur (...)
  • 9 K. Taylor et D. Picco, « Géographie à l’usage des demoiselles de Saint-Cyr », Itinéraires spiritue (...)

6Comme dans toutes les maisons d’éducation pour filles d’Europe, l’objectif prioritaire – issu de la place accordée aux femmes par les réformes religieuses dans l’enracinement de la foi familiale – reste d’en faire de bonnes chrétiennes. Futures mères et éducatrices, elles doivent transmettre aux générations suivantes leur formation religieuse et morale. Elles apprennent à lire – en français, puis en latin6 –, à écrire et à compter. La fondatrice souligne la place essentielle qu’occupe, dans cette éducation de qualité, la maîtrise orale de la langue française ; il faut leur apprendre à bien prononcer, notamment par la pratique du théâtre. Toutes étudient la musique, le chant, un instrument pour les plus douées7. L’histoire est enseignée à partir de la classe verte : histoire sainte pour permettre l’assimilation ludique des dogmes, histoire antique mais aussi histoire moderne et nationale exaltant le fondateur et la monarchie absolue. Ici l’originalité de Saint-Cyr est nette : l’histoire ne ressemble ni à celle qui était dispensée dans les collèges jésuites, ni aux rudiments donnés dans d’autres maisons pour filles8. La géographie permet de situer les événements passés et apporte un savoir récent à l’instar des mémoires pour l’instruction du duc de Bourgogne9. L’emploi du temps n’omet pas le « travail », broderie ou tapisserie. Mme de Maintenon exalte d’ailleurs le travail, moyen de lutte contre l’oisiveté mais également remède aux difficultés financières de certaines familles. Les éducatrices donnent à leurs élèves des règles d’hygiène, veillent à leur alimentation et au développement de leur corps par la pratique de la danse et le port d’un corset. Leur avenir dépend, en effet, en grande partie de leur corps qui, s’il n’est beau, doit au moins être présentable.

7Tout n’est pas novateur dans cette éducation, la plupart des contenus et des pratiques participent des conceptions de l’époque sur l’éducation des filles bien nées. Cette éducation sexuellement et socialement différenciée présente cependant quelques originalités : des méthodes individualisées, un souci d’adaptation à la noblesse en donnant à ces femmes des outils pour participer à la sociabilité propre à leur milieu, la dimension politique de certains contenus en lien avec les objectifs du fondateur.

Smolny : copier ou adapter le modèle de Saint-Cyr ?

Smolny, le Saint-Cyr russe ?

  • 10 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772 dans Voltaire Catherine II, Correspondance, 1763-17 (...)
  • 11 Collectif, L’empire russe de 1762 à 1855, Paris, 1966, p. 7.
  • 12 I. de Madariaga, Histoire de la Russie au temps de la Grande Catherine, Paris, 1981, p. 526.
  • 13 H. Carrère d’Encausse, Catherine II, Paris, 2002, p. 356.
  • 14 M. Forycki, « Denis Diderot et le Saint-Cyr pétersbourgeois » et W. Troubetskoï, « Quelques smolia (...)

8En suivant l’historiographie française, de Voltaire à nos jours, les liens entre la fondation de Louis XIV et Smolny seraient évidents. Renonçant à un voyage à Saint-Pétersbourg, Voltaire écrit en 1772 à la tsarine : « Je ne verrai pas non plus votre Saint-Cyr qui est fort au-dessus de notre Saint-Cyr10. » Alain Besançon, en 1966, utilise l’expression « ce fut son Saint-Cyr11 » pour désigner l’Institut Smolny. Quelques décennies plus tard, Isabelle de Madariaga envisage la création de cette institution comme « largement inspirée par le Saint-Cyr de Mme de Maintenon12 ». Dans sa biographie de Catherine II, Hélène Carrère d’Encausse reprend les liens entre les deux établissements, tout en soulignant, sans le vouloir, des différences. Elle y voit une « éducation inspirée des idées de Madame de Maintenon : éducation générale incluant notamment langues étrangères, éducation morale, mais aussi arts d’agrément. La danse, le chant faisaient partie intégrante du cursus, et des représentations semi-publiques permettaient aux familles de constater l’aisance et les dons que cette éducation développait13 ». Or point de langues étrangères à Saint-Cyr, ni de représentations devant les familles. Les liens évoqués par ces historiens relèvent-ils pour autant du poncif historiographique ? Une telle permanence est à examiner à la lumière de travaux récents14.

  • 15 B. Neveu, « Du culte de Saint Louis à la glorification de Louis XIV : la Maison royale de Saint-Cy (...)

9Il existe une indéniable similitude entre ces deux maisons : leur création liée à la volonté d’un prince et leur proximité du pouvoir politique. Louis XIV s’est impliqué personnellement dans la création de Saint-Cyr aux côtés de Mme de Maintenon. Il souhaite récompenser les officiers de ses armées et venir en aide à une noblesse durement frappée par les guerres qui se succèdent en leur accordant le privilège de faire élever leurs filles aux frais de l’État. Au même titre que l’hôtel des Invalides (1670), les compagnies de cadets gentilshommes (1682), Saint-Cyr s’insert dans un système de gratification de la noblesse par des privilèges, des pensions ou des décorations, pour mieux la fidéliser15.

  • 16 Ivan Betskii (ou Betskoï) (1703 ou 1704-1795), conseiller de la tsarine sur les questions éducativ (...)
  • 17 A. Stroev dans « L’art d’être grand-mère : les écrits pédagogiques de Catherine II » dans Femmes é (...)

10L’optique est bien différente en Russie, mais la volonté politique tout aussi forte. Sacrée en 1762, Catherine II consacre les premières années de son règne à consolider sa position sur le trône tout en engageant de nombreuses réformes. En 1764, le Plan d’ensemble pour l’éducation des jeunes des deux sexes (PSK), fruit de sa collaboration avec Ivan Betskoï16 est achevé. Persuadée que la naissance d’une nouvelle société passe par la mise en place d’une instruction publique, elle s’inscrit également dans la lignée des souverains précédents, de Pierre la Grand à Élisabeth. Si depuis le début du siècle, l’effort a été considérable, il reste encore à faire pour le peuple, les orphelins et les femmes. Aussi dès 1763, Catherine II met-elle en place une commission chargée d’évaluer les réformes précédentes et d’examiner son projet de création d’un système d’éducation valable pour tous les sujets russes orthodoxes – serfs excepté – âgés de cinq à dix-huit ans17. En 1764 ouvre, à Saint-Pétersbourg, la communauté des demoiselles et des bourgeoises, plus connue sous le nom d’Institut Smolny.

Ressemblances, différences

  • 18 Institution de la communauté des demoiselles et de celle des bourgeoises dans Les plans et les sta (...)

11Au sein du PSK, le plan pour l’Institution de la communauté des demoiselles et de celle des bourgeoises18 éclaire, en vingt pages, différents aspects de la vie de l’institution après une présentation liminaire justifiant l’éducation les filles comme une garantie de l’ordre public ; à première vue, le nom de l’institution pourrait laisser penser à un recrutement social beaucoup plus large qu’à Saint-Cyr. Or, il n’en est rien.

  • 19 Couleurs des classes et âges différent par rapport à Saint-Cyr : brun pour les six/neuf ans, bleu (...)

12Deux cents places sont réservées à des demoiselles « dépourvues de fortune » admises vers l’âge de six ans. Les familles doivent fournir des documents similaires à ceux qui sont exigés pour entrer à Saint-Cyr : baptistère, titres de noblesse, « état des biens du père ainsi que de ses services », auxquels viennent s’ajouter un certificat de petite vérole et un engagement écrit de ne pas les reprendre avant l’âge de dix-huit ans. Comme à Saint-Cyr, la scolarité est entièrement gratuite et chaque élève reçoit une dot. Les pensionnaires, réparties en « quatre âges composés de cinquante Delles19 » reçoivent des enseignements adaptés. Entre six et neuf ans, elles étudient : « 1er le catéchisme et les devoirs de religion ; 2e Un choix de petits contes moraux ; 3e les langues russienne et étrangères ; 4e le calcul ; 5e le dessin et la miniature ; 6e la danse ; 7e la musique vocale et l’instrumentale ; 8e enfin l’art de broder, de tricoter, de coudre et d’employer le fil ou le coton, la laine ou la soie, en un mot, tous les ouvrages de main qui conviennent au sexe. » De classe en classe de nouvelles matières sont introduites, la géographie, l’histoire et l’économie puis la littérature, l’architecture et le blason ; enfin, la physique expérimentale et l’anatomie. Aux disciplines scolaires viennent s’ajouter des activités pratiques dans les cuisines. L’hygiène est enseignée : l’usage des bains est recommandé et le linge régulièrement changé. Enfin si catéchisme, prières et offices font partie de l’emploi du temps, ils n’occupent qu’une place secondaire ; une autre « religion » prévaut ici comme dans tous les établissements fondés par Catherine, celle de la construction d’une nouvelle société.

  • 20 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, op. cit.

13Sur l’encadrement des élèves, le plan n’est pas très bavard. La supérieure, nommée par la tsarine, choisit directrice et enseignantes. En dehors des qualités requises pour occuper de telles fonctions, rien n’est dit ni sur leur origine sociale, ni sur leur état. Tout comme à Saint-Cyr, elles doivent savoir se faire aimer et respecter sans recourir aux châtiments corporels ; il leur faut apprendre à connaître leurs élèves, à déceler leurs dispositions et être capables de s’adapter à leurs niveaux en mettant en œuvre des méthodes pédagogiques variées. Mais ici, les amitiés entre les élèves sont encouragées, les demoiselles sont autorisées à « se faire des présents réciproques ». Si les visites des parents, en présence d’une maîtresse, restent limitées, certains dimanches et fêtes, des spectacles publics sont organisés. Voltaire y voit une parenté avec le Saint-Cyr du Grand Siècle, si différent de celui du XVIIIe siècle où les élèves sont « très dévotes et très honnêtes, tandis que les Russes de Smolny joindront à ces deux bonnes qualités celle de jouer la comédie comme elles faisaient autrefois chez nous20 ».

  • 21 Institution de la communauté des demoiselles…, op. cit., p. 131.

14La dernière page du plan est consacrée aux bourgeoises. Deux cent quarante places leur sont réservées ; elles reçoivent une éducation calquée sur celles des nobles et répondant à deux objectifs : constituer un vivier de gouvernantes et femmes de compagnie pour les demoiselles, participer à la construction d’une nouvelle catégorie sociale : « L’ordre moyen de la société, ou le Tiers-État21. »

15Le modèle de l’éducation délivrée à Saint-Cyr n’a donc pas été reproduit à l’identique. Créé plus de soixante-quinze ans après la maison française, l’Institut des demoiselles nobles et bourgeoises présente des différences dues au changement d’époque et de contexte social et politique. Bien des similitudes existent cependant qui ne résultent pas que de l’air du temps mais de transferts culturels nés de la circulation des idées, des livres et des hommes entre la France et la Russie.

Les modalités de circulation des modèles éducatifs

Une question de réputation ?

  • 22 Lettre du 17 mars 1698 in Lettres de la princesse Palatine (1672-1722), Paris, 1985, p. 222-223.
  • 23 Mme du Hausset, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, Paris, 1988, p. 58.
  • 24 Lettre à George Montagu, 17 septembre 1769, in Lettres d’Horace Walpole écrites à ses amis pendant (...)

16L’intérêt que les étrangers portent à l’éducation dispensée à Saint-Cyr contraste avec l’opinion des Français. Dans les années suivant sa création, les contemporains – qu’ils aient visité Saint-Cyr ou en aient ouï parler –, se focalisent sur la protection des fondateurs ou sur les représentations devant la Cour. Cette vulgate se retrouve dans les Lettres de Mme de Sévigné, le Journal de Dangeau, les Mémoires de Mme de Lafayette ou de l’abbé de Choisy. Il n’est guère que Mme de Caylus et la princesse Palatine pour donner une vague appréciation sur l’éducation des demoiselles. Si La Palatine, belle-soeur du roi soleil, n’a pas visité Saint-Cyr vu son inimitié avec la fondatrice, bien des remarques émaillent sa correspondance. Elle y souligne la qualité de l’éducation : « J’ai entendu le roi lui-même dire que les demoiselles y seront si bien élevées qu’il souhaiterait que ses filles eussent reçu une telle éducation22. » Quelques décennies plus tard, l’opinion de Louis XV est fort différente, à en croire le marquis d’Argenson et Mme du Hausset. Selon elle, le roi aurait déclaré : « Voilà comment sont ces bégueules de Saint-Cyr. Mme de Maintenon s’est bien trompée avec d’excellentes intentions. Ces filles sont élevées de manière qu’il faudrait de toutes en faire des dames du palais ; sans quoi elles sont malheureuses et impertinentes23. » Même si ces textes n’ont pas tous été publiés dès le XVIIIe siècle et donc ne peuvent, a fortiori, être connus hors de France, leur contenu est représentatif d’une opinion très répandue dans le pays. Les visiteurs étrangers ne partagent pas ce point de vue. En 1769, à l’issue d’une visite à Saint-Cyr, Horace Walpole raconte avec enthousiasme ce qu’il y a vu et entendu24. Cependant, ni la réputation, ni les impressions d’un simple visiteur ne peuvent suffire pour que le modèle éducatif de Saint-Cyr soit reproduit à l’étranger, encore faut-il que les principes, l’organisation soient connus via la circulation de certains ouvrages ou des visites plus approfondies.

La circulation des livres

  • 25 A. Daviddenkoff, « De l’éducation : Catherine II et Montaigne », dans Catherine II et l’Europe, A.(...)
  • 26 G. Dow, « “A saint and almost an heroïn”, Mme de Maintenon en Angleterre », in Lectures de Madame (...)
  • 27 S. Van Dijk, « Mme de Maintenon et ses lectrices hollandaises » et M. von Strien-Chardonneau, « Ré (...)
  • 28 L. La Beaumelle, Mémoires pour servir à l’histoire de Mme de Maintenon, suivi de Lettres de Mme de (...)

17Les ouvrages de pédagogie et les écrits s’intéressant à l’éducation des filles circulent en Europe. La future Catherine II, éduquée par une gouvernante française, s’est nourrie de nombreuses lectures dont dans le domaine éducatif : Montaigne25, Télémaque et le Traité sur l’éducation des filles de Fénelon mais aussi Sur l’éducation de Locke, traduit en russe en 1759. Rien n’atteste cependant, à ce stade de notre recherche, qu’elle ait eu sous les yeux des textes exposant l’organisation de Saint-Cyr et ses principes éducatifs ; il reste d’ailleurs à prouver que ces textes, publiés à la fin du XVIIe siècle, aient été connus hors de France. Il est par contre bien établi que les écrits de Mme de Maintenon circulent. Ainsi, ils sont connus en Angleterre, par l’intermédiaire d’extraits choisis en français, puis par des traductions, la première remontant à 175326. L’étude des bibliothèques et des recensions de périodiques littéraires hollandais révèle que les œuvres de la marquise étaient diffusées et lues dans ce pays, en particulier par un public féminin27. Les collections de la Bibliothèque nationale polonaise conservent quatre exemplaires des Mémoires pour servir à l’histoire de Mme de Maintenon de La Beaumelle issues de bibliothèques aristocratiques, dont celle des Krasinski. Trois tomes de l’édition 175728 proviennent de la bibliothèque de Stanislaw Lubomirski ; son épouse, Izabela Czartoryska, amie et confidente de Stanislas Auguste Poniatowski, fit plusieurs séjours en France dans les années 1760.

  • 29 Cette tradition découle de la formule, « Addition de l’éditeur M. D ****** », précédant le dernier (...)

18Preuve que le livre joue un rôle majeur dans la circulation des idées et des réalisations éducatives, Catherine II veut faire traduire le PSK en français et le publier hors de Russie : il pourra ainsi contribuer à son image de souveraine réformatrice. La traduction est confiée à Nicolas Gabriel Clerc dit Leclerc, un des nombreux Français vivant dans l’orbite de la cour impériale, peu expérimenté en la matière. Dernier protagoniste : Diderot. Sollicité par la tsarine, il fait un bref séjour à Saint-Pétersbourg, en 1773-1774, et rapporte, entre autres manuscrits à faire publier, les Plans de Betskoï. De là naît une tradition encore vivace qui attribue au philosophe les volumes publiés à Amsterdam entre 1775 et 177729. S’il a retravaillé la traduction de Clerc, avec qui il est en relation épistolaire, s’est-il contenté d’améliorer son style qu’il juge lourd et maladroit ou bien a-t-il modifié le texte en profondeur ? La découverte récente d’un manuscrit en français d’une partie du PSK permet de répondre en partie à cette question ; signé de Clerc, il révèle que la collaboration entre les deux hommes a commencé en Russie.

La circulation des hommes

  • 30 L.-H. Labande (éd.), Un diplomate français à la cour de Catherine II 1775-1780. Journal intime du (...)
  • 31 Voir par exemple sa lettre du 23 octobre 1773, dans Diderot, Correspondance, Paris, 1966, tome xii (...)
  • 32 Journal intime du chevalier de Corberon, op. cit., p. 255-256.
  • 33 Idem, lettre du 2 juillet 1776, p. 302.
  • 34 S. Karp, « Le point de vue des physiocrates suédois sur les établissements d’enseignement de Cathe (...)

19Si pour Diderot, invité de l’impératrice, l’accès à Smolny fut aisé, ce ne fut pas le cas pour le baron de Corberon, membre de la légation française en Russie, qui dut patienter plusieurs mois30. Qu’ont retenu ces hommes de leur visite ? À sa fille, Diderot raconte représentations théâtrales et scènes prises sur le vif31. Une distribution de prix relatée par Corberon dans son journal intime, offre de précieux détails sur la vie de l’institution32. Esprit avisé, il n’est pas dupe de ce qu’on lui montre lors d’une visite soigneusement orchestrée : « Malgré la surprise prétendue, on s’y attendait, et les demoiselles me l’ont dit ; ce qui a fait que nous avons trouvé partout le meilleur ordre possible33. » Ses jugements sur les éducatrices et les contenus sont sévères ; il rapporte commérages sur les mœurs et destin des anciennes élèves. D’autres visiteurs manifestent un grand enthousiasme à l’égard de Smolny. Le baron von Nolcken, ambassadeur de Suède à Saint-Pétersbourg s’émerveille de la propreté, de l’ordre, il loue la bonne santé, l’humeur joyeuse, le naturel des élèves comme autant d’originalités34.

  • 35 Lettre à George Montagu, op. cit. p. 212-215.

20À en croire Horace Walpole, il suffit d’obtenir l’autorisation de l’évêque de Chartres pour pouvoir visiter Saint-Cyr ; une recommandation de Mme du Deffand auprès de la Supérieure et « tout ce qui pouvait être vu » lui est accessible, quatre heures durant. Il découvre l’appartement de Mme de Maintenon, assiste à l’office chanté par les demoiselles et visite les classes : « Dans la première, les demoiselles, qui étaient en train de jouer aux échecs, reçurent l’ordre de nous chanter les chœurs d’Athalie ; dans une autre, elles exécutèrent des menuets et des danses de campagne, tandis qu’une religieuse […] jouait du violon. Dans les autres classes, elles jouèrent devant nous des proverbes et des dialogues, écrits par Mme de Maintenon pour leur instruction35. »

  • 36 BMV, Ms, Mémoires de ce qui s’est passé de plus remarquable depuis l’établissement de la Maison de (...)

21Des témoignages de ce type ne peuvent avoir suffi à Catherine pour élaborer les règlements de Smolny. Selon Georges K. Epp, des notes de sa main révèlent sa parfaite connaissance de Saint Cyr. À côté de lectures éventuelles, des informations précises lui ont peut-être été fournies par Betskoï lui-même qui fut membre de la légation russe à Paris. Une tradition veut qu’il ait même visité la Maison royale, ce qui est plausible bien que son nom n’apparaisse pas dans les Mémoires des Dames de Saint-Louis36. Les visites des Russes y sont en bonne place depuis Pierre le Grand en 1717. En 1757, la princesse d’Anhalt, mère de Catherine, « […] voulut voir la maison […] Elle parut contente et même attendrie de tout ce qu’elle vit ici ». En 1762,

« l’ambassadeur et l’ambassadrice de Russie […] avaient ordre de leur souveraine de voir Saint-Cyr et d’en prendre une connaissance très détaillée. Son projet était d’élever un pareil établissement dans ses états. […] Nous vîmes donc au mois de juillet l’ambassadeur de Russie avec Mme sa femme. Rien n’échappa à leur examen. Comme ils parlaient mal le français, ils se firent expliquer toutes choses par leur truchement et exprimèrent par le même organe leur satisfaction et celle que leur rapport procurerait à la tsarine ».

22Nouvelle visite en mars 1764 :

« Nous vîmes aussi l’archimandrite de Russie, envoyé par l’impératrice comme le précédent ambassadeur pour examiner l’ordre et l’arrangement des classes dont elle voulait prendre modèle pour son établissement. Il vit toutes choses avec l’attention et le détail qu’exigeait la fin qu’il se proposait, et fit ses observations en homme de tête. Après s’être instruit de tout, il voulut bien à son tour instruire la communauté des intentions de sa souveraine dans une conversation à l’heure de la récréation. »

  • 37 Sophie Ivanovna Dubuissson (1717-1797) épouse de Guillaume Laffont (ou Lafond) et fille d’un march (...)
  • 38 N. Pellegrin, « La clôture en voyage (fin XVIe-début XVIIIe) », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés (...)
  • 39 Anne et Poncie de la Treille Fosières sont accompagnées d’Odette de Lenfermat et rejointes, un peu (...)

23Ces visites ont sans doute donné lieu à des rapports soigneusement épluchés par Betskoï et la tsarine. Georges K. Epp, évoque également le possible passage à Saint-Cyr, comme élève ou comme maîtresse, de Sophie Lafond, première supérieure de Smolny37. Cette hypothèse est invérifiable puisque son nom n’apparaît pas dans les archives de Saint-Cyr ; pourtant il n’est pas absurde de l’envisager puisque des religieuses se déplaçaient à travers l’Europe38. Ce phénomène s’observe parmi les anciennes demoiselles de Saint-Cyr. Par exemple, à la demande de l’impératrice Marie-Thérèse, trois élèves devenues visitandines arrivent à Vienne, en 1764, pour réformer le Kloster der Heimsuchung sur le modèle de la maison royale de Saint-Louis39. Si en l’état actuel de nos recherches, on ne sait si Catherine II fit venir d’anciennes demoiselles de Saint-Cyr, on peut supposer, avec Georges K. Epp, que l’ambassadeur d’Autriche ait pu servir d’informateur à la tsarine.

*

  • 40 M. Roggero, « Éducation », in Le monde des Lumières, V. Ferrone et D. Roche (dir.), Paris, 1999, p (...)
  • 41 Abbé Castel de Saint-Pierre, Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, 1738-1740, p. 270.
  • 42 Institution de la communauté des demoiselles…, op. cit., p. 113.

24Les trop rares écrits émanant de Français un tant soit peu favorables à l’éducation délivrée à Saint-Cyr n’ont pu construire la réputation internationale de l’établissement en une période où s’élèvent partout en Europe des critiques à l’encontre de l’éducation conventuelle40. Ainsi, pour l’abbé Castel de Saint-Pierre, les jeunes filles sortant des couvents « sont ignorantes des choses les plus communes et les plus importantes41 ». Comme nombre de ses contemporains, le préfacier du plan pour Smolny en attribue la responsabilité aux éducatrices : « Un défaut essentiel dans l’éducation des filles ; c’est que des femmes qui ont renoncé au monde ou qui ne l’ont jamais connu sont chargées d’instruire celles qui y doivent vivre42. » Si les condamnations du modèle conventuel d’éducation féminine semblent unanimes en Europe et expliquent le succès de l’éducation domestique, elles n’empêchent pas la diffusion du modèle saint-cyrien et la mise en place dans la Russie de la Grande Catherine d’une institution offrant des similitudes avec la fondation de Louis XIV. Le prestige dont jouissent le roi soleil et la culture classique n’est sans doute pas étranger à la volonté d’imitation d’une souveraine amie des philosophes et de Voltaire en particulier, grand admirateur du Grand Siècle. Bel exemple de circulation et d’adaptation d’un modèle éducatif féminin, le cas Saint-Cyr/Smolny, est sans doute loin d’être unique. L’enquête ouverte réclame ainsi d’être poursuivie en direction de Vienne, de Prague et de l’Espagne des Bourbons et élargie à l’échelle européenne aux autres passeurs d’éducation que sont précepteurs et gouvernantes.

Notas

1 Mme de Maintenon, L’esprit de l’institut des filles de Saint-Louis, Paris, 1808, p. 63.

2 Les rouges (7 à 10 ans), les vertes (11 à 14 ans), les jaunes (15 à 16 ans) et les bleues (jusqu’à 20 ans).

3 Bibliothèque municipale de Versailles (ci-après BMV), Mémoires de Manseau.

4 Ibidem p. 281.

5 Archives départementales des Yvelines.

6 Utile pour comprendre la liturgie.

7 A. Pièjus, Le théâtre des demoiselles. Tragédie et musique à Saint-Cyr à la fin du Grand Siècle, Paris, 2000.

8 D. Picco, « L’histoire pour les demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793) », in Les Femmes et l’écriture de l’histoire, 1400-1800, J.-C. Arnould et S. Steinberg (dir.), Rouen, 2008, et H Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles. L’exemple de la Maison Royale de Saint Louis de Saint-Cyr (1686-1793), Angers, 2007.

9 K. Taylor et D. Picco, « Géographie à l’usage des demoiselles de Saint-Cyr », Itinéraires spirituels, enjeux matériels en Europe, Mélanges offerts à Philippe Loupès, Pessac, 2005.

10 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772 dans Voltaire Catherine II, Correspondance, 1763-1778, Paris, 2006, p. 250

11 Collectif, L’empire russe de 1762 à 1855, Paris, 1966, p. 7.

12 I. de Madariaga, Histoire de la Russie au temps de la Grande Catherine, Paris, 1981, p. 526.

13 H. Carrère d’Encausse, Catherine II, Paris, 2002, p. 356.

14 M. Forycki, « Denis Diderot et le Saint-Cyr pétersbourgeois » et W. Troubetskoï, « Quelques smolianki et une saint-cyrienne imaginaire », in L’éducation des jeunes filles nobles en Europe XVIIe et XVIIIe siècles, C. Grell, A. Ramière de Fortanier (dir.), Paris, 2004.

15 B. Neveu, « Du culte de Saint Louis à la glorification de Louis XIV : la Maison royale de Saint-Cyr », Journal des savants, juillet/décembre 1988.

16 Ivan Betskii (ou Betskoï) (1703 ou 1704-1795), conseiller de la tsarine sur les questions éducatives, culturelles et artistiques.

17 A. Stroev dans « L’art d’être grand-mère : les écrits pédagogiques de Catherine II » dans Femmes éducatrices au siècle des Lumières, I. Brouard-Arends et M.-E. Plagnol-Diéval, Rennes, 2007. G. K. Epp, The Educational Policies of Catherine II: the era of enlightment in Russia, Frankfurt, Bern, Nancy, 1984.

18 Institution de la communauté des demoiselles et de celle des bourgeoises dans Les plans et les statuts des différents établissements ordonnés par Sa Majesté impériale Catherine II pour l’éducation de la jeunesse et l’utilité générale de son Empire, Amsterdam, 177. Voir D. Picco, « Le plan d’Ivan Betskoï pour l’Institut des demoiselles nobles de Smolny, modèle ou contre-modèle éducatif ? », in Construire l’éducation de l’Ancien Régime à nos jours, M. Figeac-Monthus, F. Cadilhon, M. Combet (dir.), Pessac, 2009, p. 102 à 128.

19 Couleurs des classes et âges différent par rapport à Saint-Cyr : brun pour les six/neuf ans, bleu pour les neuf/douze ans, gris pour les douze/quinze ans et blanc pour les plus âgées.

20 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, op. cit.

21 Institution de la communauté des demoiselles…, op. cit., p. 131.

22 Lettre du 17 mars 1698 in Lettres de la princesse Palatine (1672-1722), Paris, 1985, p. 222-223.

23 Mme du Hausset, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, Paris, 1988, p. 58.

24 Lettre à George Montagu, 17 septembre 1769, in Lettres d’Horace Walpole écrites à ses amis pendant ses voyages en France (1739-1775), Paris, 1872, p. 209-216.

25 A. Daviddenkoff, « De l’éducation : Catherine II et Montaigne », dans Catherine II et l’Europe, A. Daviddenkoff (dir.), Paris, 1997.

26 G. Dow, « “A saint and almost an heroïn”, Mme de Maintenon en Angleterre », in Lectures de Madame de Maintenon (xviie-xxe), Ch. Mongenot, M. -E. Plagnol-Diéval (dir.), colloque mars 2010, à paraître.

27 S. Van Dijk, « Mme de Maintenon et ses lectrices hollandaises » et M. von Strien-Chardonneau, « Réception des ouvrages de Mme de Maintenon en Hollande au XVIIIe siècle », Ch. Mongenot M.-E. Plaglol-Diéval, op. cit.

28 L. La Beaumelle, Mémoires pour servir à l’histoire de Mme de Maintenon, suivi de Lettres de Mme de Maintenon, La Haye et Leyde, 1757, tomes I à III.

29 Cette tradition découle de la formule, « Addition de l’éditeur M. D ****** », précédant le dernier paragraphe du PSK et d’articles de 1775 de la Correspondance littéraire et du Journal Encyclopédique. Voir G. Dulac, « Diderot, éditeur des plans et statuts des établissements de Catherine II », Dix-Huitième Siècle, 1984, n ° 16, p. 323-344.

30 L.-H. Labande (éd.), Un diplomate français à la cour de Catherine II 1775-1780. Journal intime du chevalier de Corberon, chargé d’affaires de France en Russie, Paris, 1901, tome i.

31 Voir par exemple sa lettre du 23 octobre 1773, dans Diderot, Correspondance, Paris, 1966, tome xiii, p. 77.

32 Journal intime du chevalier de Corberon, op. cit., p. 255-256.

33 Idem, lettre du 2 juillet 1776, p. 302.

34 S. Karp, « Le point de vue des physiocrates suédois sur les établissements d’enseignement de Catherine II (1773-1775) », Cahiers du monde russe, 43/2-3, avril-septembre 2002, p. 335.

35 Lettre à George Montagu, op. cit. p. 212-215.

36 BMV, Ms, Mémoires de ce qui s’est passé de plus remarquable depuis l’établissement de la Maison de Saint-Cyr.

37 Sophie Ivanovna Dubuissson (1717-1797) épouse de Guillaume Laffont (ou Lafond) et fille d’un marchand de vin français huguenot, directrice provisoire de Smolny puis supérieure en 1773. Voir G. Dulac et S. Karp (dir.), Les Archives de l’Est et la France des Lumières, Ferney Voltaire, 2007, tome I, p. 225.

38 N. Pellegrin, « La clôture en voyage (fin XVIe-début XVIIIe) », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 2008, n ° 28, p. 77-98.

39 Anne et Poncie de la Treille Fosières sont accompagnées d’Odette de Lenfermat et rejointes, un peu plus tard, par Antoinette de Kulha-Linange.

40 M. Roggero, « Éducation », in Le monde des Lumières, V. Ferrone et D. Roche (dir.), Paris, 1999, p. 242.

41 Abbé Castel de Saint-Pierre, Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, 1738-1740, p. 270.

42 Institution de la communauté des demoiselles…, op. cit., p. 113.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540