Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Cinquième partie. Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

La construction du réseau universitaire de Göttingen : un observatoire exemplaire pour les circulations internationales

Anne Saada

Texte intégral

  • 1 E. Böhme, D. Denecke et alii (dir.), Göttingen. Geschichte einer Universitätsstadt, vol. 2 : Vom D (...)
  • 2 Ibid., p. 225.
  • 3 Ibid., p. 161.

1L’inscription de la ville de Göttingen dans l’espace des circulations internationales savantes ne va pas de soi. De fait, avant la fondation de son université en 1734 (inaugurée en 1737), cette petite ville protestante située dans l’Électorat du Hanovre était inexistante tant à l’échelle de l’Europe qu’à celle du Saint-Empire Romain Germanique. Sa population de quelque 3500 habitants comptait alors essentiellement des drapiers et des négociants, mais point de savants1. Dès les années 1750, la population de la ville atteignait 8500 habitants2. Parmi eux, 600 étudiants3 : ils venaient du Hanovre, mais aussi de nombreux territoires du Saint-Empire, ainsi que des pays voisins, l’Angleterre, les Provinces-Unies, la Russie, etc. À une échelle plus large, la ville avait réussi à se faire un nom sur la carte de la République des Lettres : elle était devenue un centre reconnu de production et de diffusion du savoir. Cette ascension fulgurante pose des questions : comment et par quels moyens cette petite ville allemande a-t-elle pu devenir en si peu de temps un lieu central dans l’espace des circulations internationales ? La réponse réside, annonçons-le d’emblée, dans la capacité qu’ont eue les fondateurs de l’université à mobiliser la dimension internationale.

  • 4 Il existait certes une université à Helmstedt (1576) dans le duché de Brunswick-Wolfenbüttel, terr (...)
  • 5 J. M. Gesner, De academia Georgia Augusta quae Gottingae est a Serenissimo Potentissimoque Princip (...)
  • 6 E. F. Rössler (éd.), Die Gründung der Universität Göttingen : Entwürfe, Berichte und Briefe der Ze (...)

2L’idée de fonder une université à Göttingen remonte au début du XVIIIe siècle, lorsque l’Électorat de Hanovre était devenu un État puissant grâce à l’accession de l’Électeur – Georg Ludwig – au trône d’Angleterre, en 1714. Le Hanovre en était sorti renforcé sur les plans économique et politique, et avait acquis une nouvelle dimension européenne. C’est dans ce contexte qu’était née l’idée de fonder une université moderne, soin qui avait été confié au ministre d’État Gerlach Adolph Freiherr von Münchhausen. Ce geste reposait sur trois motifs. Dans la mesure où tous les Électorats disposaient d’une université d’abord, il était légitime que le Hanovre en possédât une4. Le but cependant n’était pas seulement d’équiper le territoire d’une nouvelle université afin d’élever l’État au même niveau que les autres Électorats, mais d’en fonder une « qui soit susceptible de compter d’emblée parmi les meilleures universités allemandes5 » et, si possible, qui supplante celle de Halle en Prusse (1694), la plus réputée à l’époque. Derrière la création d’une université, en effet, l’enjeu pour George II était d’affirmer symboliquement sa supériorité sur le roi de Prusse. Les universités, de fait, participaient à la lutte politique qui se déployait à l’échelle impériale : fondées avec un privilège impérial, leurs diplômes étaient reconnus dans tout l’Empire. Le deuxième facteur invoqué pour légitimer la fondation d’une université était d’ordre économique : comme le Hanovre ne possédait pas d’université, les étudiants du Hanovre quittaient chaque année le territoire pour aller se former dans d’autres États. Le Hanovre s’appauvrissait ainsi d’environ 100 000 Reichstaler, soit 375 000 livres tournois par an6. Enfin, Münchhausen et ses conseillers avaient fait valoir des raisons d’ordre territorial : installer une université dans l’Électorat permettrait de donner aux étudiants la formation la mieux adaptée aux besoins de l’administration du Hanovre, surtout en matière juridique. Depuis le départ de la cour de Hanovre pour l’Angleterre en 1714, l’administration du territoire, en effet, revenait aux mains des fonctionnaires du Hanovre. Pour investir les fonctions étatiques les plus hautes, la noblesse avait besoin d’acquérir les compétences juridiques nécessaires en se formant à l’université.

  • 7 N. Hammerstein, « Zur Geschichte und Bedeutung der Universitäten im Heiligen Römischen Reich Deuts (...)
  • 8 A. Schindling, « Die protestantischen Universitäten im Heiligen Römischen Reich deutscher Nation i (...)

3Si les raisons pour fonder une université semblaient pertinentes, des risques cependant pesaient sur le projet : il existait déjà 32 universités dans l’Empire7. Dix-huit d’entre elles étaient protestantes, six constituaient des concurrentes sérieuses ; parmi elles, plusieurs étaient situées dans des régions proches du Hanovre. Comment la jeune université allait-elle faire pour subsister, c’est-à-dire comment devait-elle procéder pour attirer un nombre d’étudiants suffisant ? Le degré de réussite d’une université, en effet, était fonction de sa fréquentation : le budget de l’institution en dépendait. En dehors des trois grandes universités de Leipzig, Iéna et Halle qui comptaient entre 600 et 1000 inscrits, la plupart des universités (Rostock, Greifswald, Duisburg, Paderborn) n’étaient pas fréquentées par plus de 100 étudiants par an8 et leur existence était menacée.

  • 9 Ibid., p. 248.
  • 10 C. McCLelland, State, society and university in Germany. 1700-1914, Cambridge, Cambridge Universit (...)

4Considérée sous cet angle, l’université de Göttingen fut une réussite : elle parvint très rapidement à s’imposer face à ses concurrentes. En d’autres termes, elle sut détourner vers elle une partie des étudiants des universités rivales. En 1750, l’université comptait 625 étudiants et en 1790, 8009. Conformément aux priorités de Münchhausen, l’objectif consistant à convaincre les étudiants appartenant à des familles aisées et à l’aristocratie européenne de s’inscrire à Göttingen avait été atteint. L’une des raisons de ce choix était que les étudiants nobles payaient des droits d’inscription plus élevés que les autres, ce qui permettait de renforcer le budget de l’université. De fait, le pourcentage d’étudiants nobles à Göttingen fut plus important qu’ailleurs : celui-ci tournait autour de 13 % entre 1737 et 1797, alors qu’à Leipzig et Heidelberg, il était d’environ 7 % et, à Halle, 4 % après 174010.

  • 11 Malgré la présence de l’Académie des sciences, Berlin en 1735 ne comptait pas parmi les capitales (...)

5Cette réussite permit à Göttingen de se hisser rapidement au rang des capitales des Lumières allemandes, l’Aufklärung. À la différence des Lumières françaises, précisons-le, l’Aufklärung était fortement liée à l’Université : elle s’est accomplie dans et par elle. Les acteurs et les porteurs de l’Aufklärung se trouvaient à l’intérieur de l’Université : Christian Thomasius – souvent appelé le Père des Lumières –, mais aussi Christian Wolff et Immanuel Kant étaient professeurs. Fonder une université dans l’Empire et qui plus est, une université concurrentielle, c’était donc se placer directement sur le terrain de la compétition pour les Lumières. Dans la mesure où il n’existait pas une capitale unique en Allemagne mais des capitales, les villes luttaient les unes contre les autres pour acquérir, dans un champ ou un autre, une prééminence sur les nombreuses autres cités qui pouvaient prétendre à un certain renom. Dans le domaine de l’Aufklärung, les villes de Halle, Leipzig, Iéna et Göttingen représentaient les principales forces en présence11. Pour conquérir la première place, Münchhausen et ses conseillers se sont appuyés, on l’a évoqué, sur l’argument international. Concrètement, cela signifie qu’ils ont mis en œuvre un ensemble de moyens pour faire entrer Göttingen dans l’économie des échanges savants européens et pour donner à la ville une visibilité au-delà du territoire et partant, au-delà des frontières de l’Empire. Parer Göttingen d’une dimension internationale, c’était la doter d’un atout dont ses rivales allemandes ne disposaient pas. Cercle vertueux, la reconnaissance qu’elle serait capable d’obtenir auprès des institutions de la République des Lettres contribuerait à renforcer sa place dans l’Empire. Les deux dimensions – celle visant à conquérir une place dans l’espace de l’Europe savante et celle consistant à utiliser cette reconnaissance comme une plus-value pour se distinguer dans l’Empire – interagissaient l’une sur l’autre.

6Quels furent les moyens de cette politique ? Tout d’abord, l’exploitation du lien dynastique avec l’Angleterre : les fondateurs de l’université n’eurent de cesse de rappeler le rang de leur souverain pour souligner le statut exceptionnel de leur territoire. Mais surtout, pour intégrer Göttingen dans le circuit européen des savoirs, Münchhausen et ses conseillers ont mis en place autour de l’université un réseau d’institutions constitué d’une bibliothèque, d’un journal savant et d’une Académie des sciences. Leur mission pour deux d’entre elles – l’université et la bibliothèque – était de rassembler le savoir et les savants européens à Göttingen afin de faire de la ville un laboratoire de l’Europe (première partie) et, pour les deux autres, d’assurer à celui-ci une visibilité auprès des capitales du savoir (deuxième partie). Ces quatre institutions constituaient les piliers de la République des Lettres. L’originalité à Göttingen fut de les concentrer dans un même lieu et de les articuler les unes sur les autres. Ce dispositif, sans précédent en Europe, fut couronné de succès : des étudiants venus de tous les pays s’inscrivirent à l’université, et le savoir produit à Göttingen connut une réception européenne.

7L’inscription de Göttingen sur la carte des circulations internationales n’est donc pas le fruit d’un développement progressif, comme ce fut le cas pour Edimbourg, Paris, Londres, Amsterdam, mais elle est le produit d’un véritable processus de fabrication : les promoteurs de l’université ont cherché et appliqué un ensemble de recettes pour faire sortir une ville de l’anonymat et la constituer en métropole européenne du savoir. Qualifier Göttingen de Las Vegas des Lumières serait évidemment outrancier, mais cette comparaison aurait le mérite de souligner le caractère artificiel d’une ville-champignon de l’Aufklärung, érigée, comme la capitale du jeu, selon un programme précis et à un rythme rapide. C’est précisément cette dimension de construction qui fait de Göttingen un laboratoire exemplaire pour mettre en évidence les critères qui ouvrent la voie à l’Europe des circulations internationales.

Faire venir l’Europe à Göttingen

8Que signifie doter Göttingen d’une dimension internationale ? De quelles ressources les fondateurs de l’université disposaient-ils pour le faire ? Au début, en vérité, ils ne possédaient rien qu’ils puissent exporter, mais ils avaient le pouvoir d’échanger grâce à l’argent dont ils étaient pourvus. Ils firent ainsi venir l’Europe à eux, en troquant de l’argent contre des professeurs et des livres : ils pratiquèrent d’abord un recrutement des professeurs à l’échelle internationale, puis firent l’acquisition de fonds étrangers pour la constitution de la bibliothèque.

  • 12 J. S. Pütter, Versuch einer academischen Gelehrten-Geschichte von der Georg-Augustus-Universität z (...)

9Les premiers jalons d’une ouverture internationale furent posés par la composition d’un corps professoral cosmopolite. En témoigne la préface de l’Essai d’une histoire académique des savants de l’université George Auguste de Goettingue (1765), présentation de l’université rédigée par le professeur de droit Johann Stephan Pütter à la demande du roi d’Angleterre. D’emblée, Pütter mettait en avant le côté international de l’université, qu’il qualifiait de « colonie savante en provenance de toutes les contrées12 ». Pour illustrer cette image, il citait les noms des professeurs nés en Angleterre – John Thomson –, en Hollande – Gottfried Sellius –, en Hongrie – Jan Segner –, en Suisse – Albrecht von Haller –, liste qui se poursuivit plus tard avec le Français Charles de Villers, l’Italien Johann Dominico Fiorillo, etc. Chaque professeur faisait l’objet d’une notice. Pütter y indiquait pour chacun le parcours académique, les titres honorifiques, l’appartenance à des académies et sociétés savantes, les voyages faits à l’étranger, la liste des œuvres publiées. À titre d’exemple paradigmatique, citons la notice de Albrecht von Haller :

  • 13 Ibid., vol. 1, p. 89-93 (traduction par Anne Saada).

« Albrecht von Haller, né le 16 octobre 1708 à Berne, a étudié jusqu’en 1723 à Tübingen, puis sous la direction de Boerhaave et d’Albinus à Leyde, où il a obtenu son doctorat en 1726 après un voyage en Allemagne. Il a séjourné ensuite à Londres, à Paris, et en 1728 chez Bernouilli à Bâle, où il a remplacé en anatomie un professeur malade. Après plusieurs voyages botaniques en Suisse, il fut nommé bibliothécaire de la ville de Berne et responsable du théâtre anatomique. En septembre 1736, il fut nommé deuxième professeur ordinaire de médecine à Göttingen. En dehors du théâtre anatomique dont il s’est occupé, il a créé un jardin botanique, est devenu en 1738 le médecin du roi, en 1743 conseiller aulique et a été anobli en 1749. Membre de l’Académie des Sciences d’Angleterre, de France, de Suède, de Prusse, et d’Uppsala, ainsi que de l’Académie de Chirurgie à Paris, de la Société botanique de Florence, il a été nommé en 1751 premier président de la Société des Sciences de Göttingen par George II, institution fondée selon les lignes directrices qu’il avait données. Nommé membre du Conseil de la ville de Berne en 1753, il est rentré dans sa ville natale […]13. »

  • 14 Schlözer s’est rendu célèbre pour ses travaux sur l’histoire de la Russie et par son approche de l (...)
  • 15 Lichtenberg était connu pour ses recherches sur l’électricité (en particulier, les paratonnerres).

10Les notices de la centaine de professeurs qui avaient exercé à Göttingen jusqu’en 1765 étaient toutes calquées sur le même modèle : y défilaient sans fin des noms d’universités, de villes, d’Académies, de savants célèbres, et de titres glorieux. Pour être professeur à Göttingen, il fallait avoir étudié à Leipzig, Strasbourg, avoir exercé à Berne, Padoue, avoir voyagé de Lyon à Copenhague, être conseiller d’un souverain, être membre des académies de Londres, Paris, Stockholm, etc. Tels étaient les critères qui se dégageaient de ces notices : la mobilité à l’intérieur de l’espace universitaire, les signes de reconnaissance internationale, les réseaux de sociabilité, les voyages. L’image que véhiculaient ces 200 pages d’inventaire était que Göttingen faisait désormais partie des étapes indispensables du circuit universitaire européen, soit qu’elle constituât un tremplin pour la carrière de certains, soit qu’elle fût un point d’aboutissement pour d’autres. La ville était maintenant reliée aux autres pôles universitaires par ces professeurs qui voyageaient d’un lieu à un autre. On en donnera deux exemples parmi les figures devenues célèbres : August Ludwig Schlözer14 qui avait été précepteur en Suède, puis qui avait longtemps séjourné en Russie, où il était attaché à l’Académie de Pétersbourg ; Georg Christoph Lichtenberg15 qui était allé plusieurs fois en Angleterre. La diversité des origines et des itinéraires des professeurs de l’université était la garantie pour les étudiants de pouvoir rencontrer l’Europe à Göttingen.

  • 16 A. Hessel, « Von der Gründung bis zur Heynes Tod », K. J. Hartmann, H. Füchsel (dir.), Geschichte (...)
  • 17 H. J. Müllenbrock, Th. Wolpers, Theodor (dir.), Englische Literatur in der Göttinger Universitätsb (...)

11De la même manière que l’université de Göttingen fit venir à elle de nombreux professeurs, la bibliothèque devint rapidement l’une des plus universelles d’Europe. Partie de 12 000 ouvrages en 1734, elle rassemblait environ 150 000 titres à la fin du siècle16 (à la même époque, la bibliothèque universitaire de Cambridge en comptait 30 000, et celle de Halle, 12 00017). Sa croissance annuelle à partir des années 1760 était en moyenne de 2 000 ouvrages. Parmi eux, le livre européen avait une forte représentation. Un sondage réalisé sur les années 1771 et 1788 montre ainsi que le livre français (c’est-à-dire le livre publié en langue française ou à l’intérieur des frontières du royaume) constituait 10,5 % des acquisitions en 1771, 16,5 % en 1788 et le livre anglais, respectivement 5 % et 4 %.

  • 18 A. Hessel, art. cit., p. 31.
  • 19 Niedersächsische Staats-und Universitätsbibliothek Göttingen, Bibl. Archiv, A: 8b, 8c, 8d. 1-2, 9a (...)

12La forte présence du livre étranger à Göttingen a été rendue possible par la mise en place de relations solides avec des libraires. Alors que la bibliothèque durant ses 30 premières années s’approvisionnait essentiellement par le biais de ventes de bibliothèques privées hollandaises18, la politique d’acquisition connut une profonde mutation avec la nomination de Christian Gottlob Heyne comme premier bibliothécaire en 1763 : désormais la bibliothèque s’adressait directement à des libraires implantés dans les différents pays. Concernant la France, la firme Bauer et Treuttel installée à Strasbourg devint le principal interlocuteur de la bibliothèque. Elle fournissait environ 150 ouvrages par an à Göttingen. Le temps qui s’écoulait entre une commande et sa livraison était en moyenne de six semaines. La bibliothèque noua également des contacts avec des libraires américains, danois, suédois, français, hollandais, suisses, italiens, anglais, polonais, espagnols, portugais, hongrois19, mais jamais ceux-ci ne furent aussi denses et réguliers qu’avec la firme Bauer.

  • 20 SUB Göttingen, Bibl. Archiv A : 13c et 16e.
  • 21 Magasin encyclopedique, ou journal des sciences, des lettres et des arts, 1799, vol. 6, p. 255-256
  • 22 Alice D. Snyder, « Books borrowed by Coleridge from the Library of Göttingen, 1799 », Modern Philo (...)

13À mesure que la bibliothèque s’enrichissait, Göttingen s’intégrait au marché européen du livre. On en donnera pour preuve le fait que de nombreux libraires tentèrent de faire de la bibliothèque de Göttingen leur cliente, signe du pôle économique qu’elle représentait. Les archives de la bibliothèque conservent de nombreuses lettres de sollicitation qui en rendent compte20. Mais surtout, en raison de l’efficacité et de l’étendue des réseaux tissés avec les libraires européens, la bibliothèque est devenue un centre de diffusion du livre dans l’Empire et au-delà : premièrement, savants et institutions passaient par son intermédiaire pour commander des livres. Une fois arrivés à Göttingen, la bibliothèque assurait leur redistribution dans l’Empire. Deuxièmement, on s’adressait à elle pour obtenir des ouvrages introuvables ailleurs. Ainsi, comme le commentait le Magasin Encyclopédique en 1799, « même des gens de lettres connus, établis hors de Goettingue obtiennent souvent des ouvrages de la bibliothèque publique de cette université21 ». Parmi ces « gens de lettres connus », citons Samuel Coleridge qui se fit envoyer des livres en Angleterre, Goethe à Weimar, ainsi que le célèbre bibliothécaire de Wolfenbüttel, Lessing, qui mourut avant d’avoir restitué à la bibliothèque de Göttingen les livres qu’il avait empruntés22.

  • 23 Strasbourg, Bauer, 1768-1779, 14 vol. Traduction en français de la Neue Erdbeschreibung, Hamburg, (...)
  • 24 Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1785 (2e édition avec augmentation, 1792-1801).

14Quels livres la bibliothèque de Göttingen achetait-elle ? Suffisait-il qu’un ouvrage soit étranger pour qu’il fasse son entrée à Göttingen ? Comme pour les professeurs précédemment évoqués, les livres faisaient l’objet d’une sélection précise. Une bibliothèque, en effet, n’est pas un amas de livres, mais un ensemble cohérent d’ouvrages. Parmi les critères retenus, l’utilité, l’usage pour les professeurs et les étudiants, les livres rares et chers que les personnes privées ne pouvaient pas acquérir, les collections coûteuses. Pour Münchhausen et ses successeurs, les domaines à couvrir en priorité étaient l’histoire universelle, l’histoire européenne, l’histoire littéraire, les récits de voyage et les cartes géographiques. La dimension internationale de la bibliothèque était donc non seulement présente par l’origine des ouvrages achetés, mais aussi par le genre même des collections constituées. Ce croisement entre professeurs cosmopolites et fonds universels a donné lieu à des projets scientifiques d’ampleur internationale à Göttingen, comme la Géographie universelle du professeur Anton Friedrich Büsching23 ou encore, l’Histoire universelle rédigée en abrégée et enchaînée d’après ses principales divisions (Weltgeschichte nach ihren Haupt Theilen im Auszug und Zusammenhang) de August Ludwig von Schlözer24.

15La dimension internationale de Göttingen a donc été acquise au terme d’une série d’opérations qui mettaient en jeu des hommes et des livres. D’un côté, le recrutement de professeurs qui avaient été formés dans les capitales du savoir et de l’autre, une sélection de livres en vue de la constitution d’une bibliothèque de type universel. La conjugaison de ces deux éléments a permis à Göttingen de gagner en visibilité sur la carte universitaire européenne – puisqu’elle était devenue une étape possible pour ceux qui se destinaient à ce type de carrière – et sur le marché du livre – parce que la bibliothèque avait été repérée par les libraires et les érudits comme pôle du livre. Mais, comment rendre visibles à une échelle plus large les spécificités de Göttingen ? Rappelons, en effet, que le but des fondateurs de l’université était d’attirer à Göttingen un grand nombre d’étudiants.

La redistribution du savoir et l’intégration de Göttingen à l’Europe savante

16Pour porter largement et efficacement les mérites de Göttingen au-delà du territoire, les promoteurs de l’université firent appel à deux institutions traditionnelles de la République des Lettres : un journal savant fondé en 1739, et une Société Royale des Sciences ouverte en 1751. Göttingen devenait ainsi le chef-lieu d’un réseau d’institutions inédit dans la République des Lettres : une université, une bibliothèque, un journal savant et une Académie. Clé de voûte du système, les quatre institutions fonctionnaient ensemble.

17Au milieu du XVIIIe siècle, associer un journal savant à une université dans le Saint-Empire n’était pas faire preuve d’originalité : toutes les moyennes et grandes universités – Leipzig, Halle, Wittenberg, Iéna, etc. – en possédaient un. La mission de ces revues était double : rendre compte des nouveautés les plus importantes de la République des Lettres, et rendre visible l’activité scientifique qui se déroulait à l’échelle locale. Dans l’espace concurrentiel qu’était le Saint-Empire, ces journaux étaient conçus comme des instruments de promotion, des armes de combat au profit des institutions savantes auxquels ils étaient attachés.

  • 25 M. Gierl, « Bauen an der festen Burg der Aufklärung. Historia literaria von Heumann bis Eichhorn u (...)

18Le journal savant de Göttingen, les Göttingische Zeitungen von Gelehrten Sachen (Nouvelles savantes de Göttingen, devenues en 1753 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen) commença à paraître en 1739. Conformément aux ambitions des fondateurs de l’université, il s’agissait de faire savoir par l’entremise du journal que la ville de Göttingen était aussi performante – voire plus – que ses voisines. Pour les rédacteurs de la revue, qui n’étaient autres que les professeurs de l’université, l’objectif était donc de prouver qu’ils étaient capables de se tenir aussi bien informés que leurs rivaux de l’actualité de la République des Lettres, et de mettre en évidence la spécificité du savoir produit à l’échelle locale. Il en résulta un périodique dans lequel étaient présentés chaque année les comptes rendus de 600 à 800 ouvrages (publication bi-hebdomadaire). Caractéristique majeure des ouvrages recensés, plus de la moitié d’entre eux provenaient de villes d’édition situées hors des frontières de l’Empire. En 1760 par exemple, ce pourcentage s’élevait à 60 % (soit 354 livres sur 600)25. Cette forte présence du livre étranger avait pour but de montrer que Göttingen avait mis en œuvre des moyens efficaces pour être reliée aux grandes villes de l’édition – Leipzig, La Haye, Paris, Londres –, malgré la distance géographique qui l’en séparait. L’image que véhiculait le journal était que Göttingen, grâce à l’ampleur des réseaux déployés, se situait au cœur de l’Europe savante, et non à sa marge. La dimension internationale du journal, et derrière elle, de la bibliothèque et de l’université, devenait ainsi immédiatement lisible.

  • 26 Ibid., p. 292-293.

19Mettre en avant la littérature étrangère était un premier pas pour construire la réputation de l’université. La seconde étape consistait à assurer la visibilité de l’activité scientifique locale. À côté du programme des enseignements dispensés à Göttingen et présenté à chaque semestre dans le périodique, les Göttingische Anzeigen consacraient une place importante à la production des professeurs de l’université. Ainsi en 1760 toujours, parmi les 256 livres recensés parus dans l’Empire, 90 avaient été édités à Göttingen (soit 35 %). Göttingen, on s’en doute, était la ville allemande la mieux représentée au sein du journal. Mais, la comparaison ne s’arrête pas là. En valeur absolue, Göttingen était également la ville qui figurait à la fréquence la plus élevée : tandis que Göttingen apparaissait à 90 reprises, on comptait en moyenne 30 occurrences pour chacune des villes de Paris, Londres et Leipzig. Le message subliminal que véhiculait le journal était le suivant : sur la carte des métropoles du savoir, Göttingen était dorénavant au même niveau que Paris, Londres et Leipzig, quand elle ne les avait pas dépassées26.

  • 27 K. Schmidt, Manuskript der Arbeitsstelle Systematisches Register zu deutschsprachigen Rezensionsze (...)
  • 28 M. Gierl, « Compilation and the Production of knowledge in the Early German Enlightenment », H. E.(...)

20Ce message ne resta pas confidentiel : les Göttingische Anzeigen connurent un tirage élevé au XVIIIe siècle. Celui-ci tournait autour de 650 exemplaires, moyenne plus élevée que la plupart des journaux savants, à l’exception de ceux de Leipzig27. La revue par ailleurs parut tout au long du XVIIIe siècle – et plus longtemps encore puisqu’elle existe toujours – preuve de son succès autant que de la solidité des soutiens institutionnels dont elle bénéficiait. Signe du statut de référence que les Göttingische Anzeigen avaient acquis, les journaux savants qui offraient des suppléments composés à partir des comptes rendus publiés par d’autres revues, accordaient la première place à Göttingen. Ainsi, en 1757, parmi les 126 articles publiés dans les Tübingischen Berichte von gelehrten Sachen, 40 provenaient des Göttingische Anzeigen et 28 des journaux de Leipzig, pour ne mentionner que les plus importants28. La diffusion de l’activité des savants de Göttingen s’en trouvait démultipliée. Ces trois indicateurs, tirage, durée de vie, degré de reproduction, permettent de conclure à une circulation large du savoir produit à Göttingen.

  • 29 Voir les archives de l’Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, Scient. 48, Scient. 50.
  • 30 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, St. 36, 22 mars 1753, p. 329-333.

21Autre signe de reconnaissance, éditeurs et savants suisses, hollandais, allemands, etc. s’adressaient désormais à la revue pour qu’elle publie des comptes rendus de leurs ouvrages29. Göttingen était ainsi devenue l’un des lieux de validation et de légitimation du savoir : un compte rendu positif de la part de l’équipe des rédacteurs avait symbole de consécration ; un compte rendu négatif avait valeur de condamnation. Et, de ce genre de sentence, on préférait être épargné, même si l’on s’appelait Voltaire. En 1753, celui-ci alla jusqu’à publier un Avis à l’auteur du journal de Gottingue pour répondre au compte rendu qui avait été fait de son Siècle de Louis XIV30 :

  • 31 Œuvres complètes de Voltaire, Paris, Garnier, Louis Moland, 1877-1882, 50 vol., vol. 24, p. 7-9. C (...)

« Quand un journaliste veut rendre compte d’un ouvrage, il doit d’abord en saisir l’esprit ; quand il le critique, il doit avoir raison. Le journaliste de Gottingue a oublié entièrement ces deux devoirs, et il se trompe sans exception sur tout ce qu’il dit. Il se trompe quand il dit que l’auteur du Siècle de Louis XIV devait parler de Tillotson en parlant de Bourdaloue ; il ne songe pas qu’il ne s’agit que des écrivains de France. Il se trompe quand il dit que le baron des Coutures ne méritait pas d’être cité. Sa traduction de Lucrèce est la meilleure qu’on ait en France31. »

22Malgré la teneur de son discours, Voltaire ne pouvait faire de plus beau cadeau aux Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen : par ce geste, il montrait que les professeurs de Göttingen étaient devenus des interlocuteurs valables dans la République des Lettres.

  • 32 J. McClellan, « L’Europe des académies », Dix-Huitième Siècle 25 (1993), p. 153-165.

23Le public des Göttingische Anzeigen cependant était majoritairement allemand, du fait de la langue dans laquelle était rédigé le journal. Pour accéder à une visibilité plus large, à l’échelle européenne, l’arsenal université-bibliothèque-journal se vit renforcé en 1751 par la fondation d’une Société Royale des Sciences (Königliche Societät der Wissenschaften). La présence d’une Académie représentait le moyen le plus efficace pour marquer sur le plan institutionnel l’appartenance à la République des Lettres. Les Académies, de fait, étaient les seules institutions savantes qui formaient une communauté à l’échelle européenne32.

  • 33 J. McClellan, Science Reorganized, Scientific Societies in the Eighteenth Century, Columbia Univer (...)
  • 34 J. S. Pütter, op. cit., vol. 1, p. 254-256 et vol. 2, p. 281-283.

24La présence à Göttingen d’une Académie donna d’abord à ses membres – qui étaient recrutés parmi les professeurs de l’université – la possibilité de participer à des projets scientifiques internationaux. Ainsi, en 1769, les professeurs de Göttingen prirent part aux observations sur le passage de Vénus, aux côtés de la Royal Society de Londres, et des académies de Paris, Berlin, de Munich et du Danemark33. L’Académie, ensuite, permit à Göttingen de tisser des liens avec des savants dans toute l’Europe, par le recrutement de membres étrangers. On en donnera pour exemple le choix du Français Joseph-Jérôme Lefrançois de Lalande (membre de l’Académie des sciences de Paris depuis 1753), de l’Américain Benjamin Franklin en 1766, de l’Anglais Sir John Pringle (médecin à la cour de Londres) en 1766, du Suédois Torbern Bergman (membre de l’Académie Royale de Suède) en 1778, etc.34. Enfin, l’Académie donnait aux savants de Göttingen le moyen d’élargir leur audience, grâce à la fondation d’une nouvelle revue dont la langue n’était plus l’allemand, mais le latin. La langue allemande, on l’a évoqué, constituait le principal obstacle à une diffusion large des Göttingische Anzeigen. D’où l’idée – formulée en 1751 – que le journal de l’Académie serait rédigé en latin afin de donner une visibilité européenne à la production scientifique des professeurs de l’université :

  • 35 G. Roethe, « Göttingische Zeitungen von gelehrten Sachen », Festschrift zur Feier des Hundertfünfz (...)

« La fonction d’Acta sera en plusieurs choses identiques à celle des Gelehrte Zeitungen, mais s’en distinguera sur un point fondamental [l’usage de la langue latine] et qui lui confère son avantage. Les écrits excellents et remarquables qui paraissent à Göttingen gagneront ainsi en célébrité. Les étrangers, qui ne comprennent pas l’allemand, pourront alors avoir une meilleure connaissance de la littérature allemande ; et comme nous avons déjà quelques étudiants anglais et français et que nous en espérons d’autres, cela pourrait inciter de nombreux étudiants des deux nations qui veulent acquérir un savoir solide à venir chez nous, non dans le but d’un voyage, mais d’un long séjour pour se former ici35. »

  • 36 Ibid, p. 645.

25Publier en latin, donc, pour permettre aux étudiants et aux savants qui ne lisaient pas l’allemand d’avoir accès aux publications des professeurs et par ce biais, attirer la jeunesse européenne à Göttingen. Quelques années plus tard, en 1775, les ambitions des promoteurs de Göttingen étaient devenues plus élevées : il s’agissait désormais de faire « connaître ce que les Allemands pensent de la production des savants étrangers, ce qui devrait être particulièrement bénéfiques à ces prétentieux de Français36 ». Avoir intégré le réseau européen des Académies ne suffisait plus : il fallait désormais y occuper une position dominante.

26Göttingen mit donc les moyens pour se faire entendre dans l’Empire et au-delà de ses frontières. L’activité des professeurs était portée par le journal savant d’une part, et par l’Académie d’autre part. Il faut ajouter à ces deux vecteurs, les innombrables publications des professeurs de l’université, qui excellèrent dans la production de synthèses à dimension internationale, dont l’Histoire universelle – déjà citée – de Schlözer est l’emblème. Cette concentration d’institutions destinées à la production et à la diffusion du savoir était la marque de l’université de Göttingen. Ce dispositif assurait à Göttingen une présence forte sur l’espace public et médiatique de la République des Lettres, que nulle autre ville universitaire allemande n’avait les moyens d’égaler.

*

27Qu’apporte l’étude du cas de Göttingen à la problématique des circulations internationales ? Ce travail a montré que les circulations internationales sont le fruit d’une politique consciente qui visait à faire de Göttingen un pôle sur la carte de la République des Lettres afin, but ultime, de lui donner un rang dans le Saint-Empire. Les fondateurs de l’université, en effet, étaient confrontés au problème suivant : comment, quand on est une petite ville du Hanovre, devenir un centre reconnu dans le Saint-Empire ? La solution adoptée par le gouvernement du Hanovre a consisté à développer un dispositif institutionnel universitaire résolument tourné vers l’Europe, qui nécessitait la mise en place d’un ensemble de réseaux allant de l’Europe vers Göttingen (logique d’importation) puis de Göttingen vers l’Europe (logique d’exportation). C’est de cette intégration dans l’Europe que la ville a acquis sa légitimité dans l’Empire.

28Deux enseignements principaux se dégagent donc de cette étude : on comprend, premièrement, que les circulations internationales ne sauraient être appréhendées à partir du seul repérage de flux – d’une géographie –, parce qu’elles renvoient ici à une construction consciente, voulue et recherchée. À Göttingen, en effet, les circulations étaient mises au service d’une stratégie locale et d’une volonté politique d’un gouvernement, et ce sont ces deux éléments qui viennent donner leur sens aux flux dont Göttingen était le point de départ et d’arrivée. Conséquence méthodologique, et c’est le second point, l’étude des circulations internationales ne doit pas être seulement abordée à l’« échelle des circulations internationales », mais aussi dans leur ancrage fort aux contextes locaux et nationaux. Passer du constat des flux à leur compréhension implique donc de les replacer dans un jeu d’échelle précis, qui seul est susceptible d’en éclairer les rythmes, les modalités et la valeur.

Notes

1 E. Böhme, D. Denecke et alii (dir.), Göttingen. Geschichte einer Universitätsstadt, vol. 2 : Vom Dreißigjährigen Krieg bis zum Anschluss an Preußen : der Wiederaufstieg als Universitätsstadt (1648-1866), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 224 et p. 326 et suiv.

2 Ibid., p. 225.

3 Ibid., p. 161.

4 Il existait certes une université à Helmstedt (1576) dans le duché de Brunswick-Wolfenbüttel, territoire auquel le Hanovre était fortement lié, mais la réputation de celle-ci était mauvaise.

5 J. M. Gesner, De academia Georgia Augusta quae Gottingae est a Serenissimo Potentissimoque Principe ac Domino Domino Georgio II… condida [et] a. d. XVII. Sept. 1737 solenniter dedicata Brevis narratio, Gottingae, 1737, p. 35-36.

6 E. F. Rössler (éd.), Die Gründung der Universität Göttingen : Entwürfe, Berichte und Briefe der Zeitgenossen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1855, p. 3.

7 N. Hammerstein, « Zur Geschichte und Bedeutung der Universitäten im Heiligen Römischen Reich Deutscher Nation », Historische Zeitschrift, 241, 1985, p. 287-328 ; voir p. 287.

8 A. Schindling, « Die protestantischen Universitäten im Heiligen Römischen Reich deutscher Nation im Zeitalter der Aufklärung », N. Hammerstein (dir.), Universitäten und Aufklärung, Göttingen, Wallstein, 1995, p. 8-19 ; voir p. 13. W. Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, vol. 2 : Von der Reformation zur Französischen Revolution (1500-1800), München, Beck, 1996, p. 248.

9 Ibid., p. 248.

10 C. McCLelland, State, society and university in Germany. 1700-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 47.

11 Malgré la présence de l’Académie des sciences, Berlin en 1735 ne comptait pas parmi les capitales de l’Aufklärung : elle ne disposait pas d’une université d’une part, et d’autre part, son activité éditoriale n’était pas encore très développée. Les grands périodiques berlinois sont plus tardifs.

12 J. S. Pütter, Versuch einer academischen Gelehrten-Geschichte von der Georg-Augustus-Universität zu Göttingen, Göttingen, Vandenhoeck, 1765-1838, 4 vol., vol. 1 (1765), p. 5. Cet ouvrage fut remis trois fois à jour jusqu’en 1838.

13 Ibid., vol. 1, p. 89-93 (traduction par Anne Saada).

14 Schlözer s’est rendu célèbre pour ses travaux sur l’histoire de la Russie et par son approche de l’histoire universelle.

15 Lichtenberg était connu pour ses recherches sur l’électricité (en particulier, les paratonnerres).

16 A. Hessel, « Von der Gründung bis zur Heynes Tod », K. J. Hartmann, H. Füchsel (dir.), Geschichte der Göttinger Universitätsbibliothek, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1937, p. 33.

17 H. J. Müllenbrock, Th. Wolpers, Theodor (dir.), Englische Literatur in der Göttinger Universitätsbibliothek des 18. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1988, p. 12.

18 A. Hessel, art. cit., p. 31.

19 Niedersächsische Staats-und Universitätsbibliothek Göttingen, Bibl. Archiv, A: 8b, 8c, 8d. 1-2, 9a-9d, 10a, 11a2, 11b, 11c, 12a, 12b, 12b1, 12c, 13b-16c, 18b. Dans la suite du texte, la bibliothèque universitaire et d’État de Göttingen sera désignée par l’abréviation SUB.

20 SUB Göttingen, Bibl. Archiv A : 13c et 16e.

21 Magasin encyclopedique, ou journal des sciences, des lettres et des arts, 1799, vol. 6, p. 255-256.

22 Alice D. Snyder, « Books borrowed by Coleridge from the Library of Göttingen, 1799 », Modern Philology, 25, 1927-8, p. 377-380 ; R. Eck, « Aus den Anfängen der Fernleihe : Herder und Goethe in Weimar als Benutzer der Göttingen Universitätsbibliothek », Göttinger Jahrbuch, 2000, p. 100-112 ; E. Mittler (dir.), « Der gute Kopf leuchtet ueberall », Goethe, Göttingen und die Wissenschaft, Göttingen, Wallstein, 1999 ; A. Hessel, art. cit., p. 157-158.

23 Strasbourg, Bauer, 1768-1779, 14 vol. Traduction en français de la Neue Erdbeschreibung, Hamburg, Bohn, 1760 (7 éditions avec remises à jour jusqu’en 1792).

24 Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1785 (2e édition avec augmentation, 1792-1801).

25 M. Gierl, « Bauen an der festen Burg der Aufklärung. Historia literaria von Heumann bis Eichhorn und die Göttinger Universität als reale und fiktive Bibliothek », H. E. Bödeker, A. Saada (dir.), Bibliothek als Archiv, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 221), 2007, p. 281-297 ; voir p. 292-293.

26 Ibid., p. 292-293.

27 K. Schmidt, Manuskript der Arbeitsstelle Systematisches Register zu deutschsprachigen Rezensionszeitschriften des 18. Jahrhunderts (à paraître), p. 19-20.

28 M. Gierl, « Compilation and the Production of knowledge in the Early German Enlightenment », H. E. Bödeker, P. Reill, J. Schlumbohm (dir.), Wissenschaft als kulturelle Praxis, 1750-1900, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 154), 1999, p. 69-104 ; voir p. 85-86.

29 Voir les archives de l’Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, Scient. 48, Scient. 50.

30 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, St. 36, 22 mars 1753, p. 329-333.

31 Œuvres complètes de Voltaire, Paris, Garnier, Louis Moland, 1877-1882, 50 vol., vol. 24, p. 7-9. Ce texte fut d’abord imprimé séparément, puis dans la Bibliothèque impartiale, tome VII, deuxième partie, p. 316 (cahier de mars et avril 1753).

32 J. McClellan, « L’Europe des académies », Dix-Huitième Siècle 25 (1993), p. 153-165.

33 J. McClellan, Science Reorganized, Scientific Societies in the Eighteenth Century, Columbia University Press, New York, 1985, p 219-220.

34 J. S. Pütter, op. cit., vol. 1, p. 254-256 et vol. 2, p. 281-283.

35 G. Roethe, « Göttingische Zeitungen von gelehrten Sachen », Festschrift zur Feier des Hundertfünfzigjährigen Bestehens der Königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1901, p. 569-688 ; voir p. 636 (traduction par Anne Saada).

36 Ibid, p. 645.

Auteur

CNRS UMR 8547 Pays germaniques : histoire, culture philosophie

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540