Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Cinquième partie. Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

La pratique savante d’Albrecht von Haller : interface de circulation des savoirs entre les espaces français et germaniques au XVIIIe siècle

Florence Catherine

Texte intégral

1Il s’agit ici de procéder à un examen des circulations savantes à la lumière de la pratique d’Albrecht von Haller (1708-1777), médecin, botaniste et homme de lettres bernois de grand renom. Après avoir contribué à asseoir le prestige de l’université de Göttingen, où il occupe les chaires d’anatomie, de chirurgie et de botanique de 1736 à 1753, Haller réside en Suisse, où il accomplit une carrière administrative et politique au service de la République bernoise, sans jamais délaisser son activité scientifique et littéraire. Animé d’une grande curiosité, Haller maîtrise avec talent des flux d’informations venant de toute l’Europe lettrée. Il dispose à cet effet du plus grand réseau épistolaire savant du XVIIIe siècle : bien que la plupart des courriers rédigés par Haller ait été détruite à sa demande, l’on dénombre encore 17 000 lettres résultant de son commerce avec 1 200 correspondants.

2Processus complexe, dont chaque étape doit être interrogée, la circulation des savoirs s’inscrit dans un questionnement en termes d’espace-temps qui invite à articuler l’examen du cadre matériel des échanges à l’étude des contenus intellectuels en mouvement. À quelles fins et par quels procédés échange-t-on des connaissances savantes ? Dans quelle mesure les flux informatifs provenant de l’étranger sont-ils constitutifs d’une pensée différenciée dans l’espace de réception ? C’est en trois temps que nous bâtirons notre étude : après avoir vu que la transmission des savoirs est une justification primordiale de la sociabilité lettrée, dont elle dicte pour partie les codes, nous évoquerons les supports d’échange. Enfin, nous analyserons les usages et les formes de réception des idées dans un espace étranger.

3Par souci de clarté, nous nous concentrerons sur les idées médicales et botaniques échangées entre Haller et ses contemporains français, le fonctionnement de ces deux champs de savoir étant particulièrement révélateur des enjeux de la circulation des connaissances au XVIIIe siècle.

La circulation des connaissances : fonction essentielle de la sociabilité savante

  • 1 Lettre de Jean-François-Clément Morand à Haller, le 28 mai 1772, Burgerbibliothek de Berne, Nachla (...)

4L’examen des circulations au sein du monde savant au XVIIIe siècle rappelle la permanence du sens premier de la République des Lettres : réduire les distances pour permettre et faciliter la communication entre les doctes. La circulation des courriers et des imprimés savants est en effet un précieux outil de connexion des espaces de l’Europe lettrée. Il est aussi fréquent d’adjoindre aux missives des paquets contenant des livres et des curiosités. Inhérents aux codes de la sociabilité lettrée, ces échanges ont valeur de présents, destinés à sceller une amitié. Mais ce geste revêt souvent une attente plus intéressée : après avoir présenté à l’Académie royale des sciences de Paris ses recherches sur « la racine de Bryone pour en faire du pain de cassave », Jean-François-Clément Morand, déçu par le peu d’intérêt manifesté par ses confrères, l’adresse à Haller, car il lui semble que « […] cecy est bien un gibier pour la Société economique de Berne1 ». Le médecin parisien espère ainsi accroître l’audience de son travail destiné à nourrir plus facilement la population paysanne.

5Pour Haller, la circulation des écrits fait partie intégrante de l’activité savante et donc de la production des savoirs. D’une façon générale, il est valorisant d’insister auprès de ses confrères sur le fait qu’on obtienne une grande quantité d’ouvrages. Acquérir des livres c’est déjà faire acte d’activité savante, comme l’atteste le médecin lyonnais Emmanuel Gilibert qui s’évertue à recueillir les publications de la Société Economique de Berne. Il écrit ainsi à Haller :

  • 2 Lettre de Jean-Emanuel Gilibert à Haller, le 19 novembre 1776, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass (...)

« Comme je suis obligé de m occuper d agriculture qui a plus d affinité qu on ne le pense communement avec l histoire naturelle, je suis tres curieux de lire vos deux memoires sur les bleds, je pense qu ils seront publiés dans les nouveaux volumes de la société de berne, dans ce cas j’en pourrai jouir vu que je receuille [ sic] avec soin tout ce qui sort de cette auguste assemblée […]2. »

  • 3 Lettres de Haller à Tissot du 27 décembre 1763 et du 17 juillet 1764.
  • 4 Lettre de Haller à Jean-Frédéric Herrenschwand, le 13 octobre 1752.

6L’un des premiers temps de la circulation est celui de la sélection des biens, matériels ou intellectuels, que l’on estime utile de transmettre. Le choix d’un correspondant peut découler de l’espoir d’établir un lien solide avec un pôle de savoir étranger. Soulignons l’importance que revêt pour Haller le fait d’avoir un épistolier résidant à Paris. Ainsi, il se désole de chaque silence prolongé de son principal correspondant parisien, le médecin François Thiery3, et, en 1752, le départ de ce dernier pour l’Espagne lui cause bien des craintes4.

  • 5 Haller le remercie dans la dédicace de sa Bibliotheca medicinae practicae qua scripta ad partem me (...)

7Les échanges de textes scientifiques procèdent d’une double réflexion : celle de l’émetteur et du destinataire de l’envoi. Auteur d’ouvrages à caractère bibliographique, Haller ne peut compter sur sa seule bibliothèque pour atteindre l’exhaustivité à laquelle il prétend. Pour accéder aux titres qui lui manquent, il s’adresse à ses confrères, notamment à Rast de Maupas, un médecin lyonnais en possession de 18 000 ouvrages, qui lui prête de nombreux livres rares5. Le lettré en quête d’ouvrages peut s’enquérir auprès d’un correspondant d’un titre exact. L’ampleur des envois, leur nécessaire réciprocité, et la précision avec laquelle on classe les titres que l’on souhaite obtenir sont attestés par ces propos de Haller, qui retourne à Rast de Maupas le catalogue et des volumes issus de sa bibliothèque :

  • 6 Lettre de Haller à Rast de Maupas, le 2 avril 1775. Correspondance inédite de Albert de Haller, Ba (...)

« J’ai préparé pour vous un gros paquet contenant vos propres livres, ma Bibliothèque de chirurgie et ce que j’ai cru pouvoir vous convenir d’entre mes nouveautés. Cela partira dès qu’un copiste aura tiré de votre catalogue quelques titres d’éditions rares. Vous m’avez permis de noter les livres que je souhaiterais lire. J’ai pris cette liberté ; il y en a trop, mais vous ne m’enverrez que ce qui ne vous incommodera pas trop. J’ai mis un guillemet aux livres que je souhaiterais particulièrement de lire ; mais ils me feraient tous plaisir, et je les enverrais sans les endommager le moins du monde6. »

  • 7 Lettre de Jean-Baptiste Chomel à Haller, le 1er mai 1754, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albr (...)

8Il est du devoir de l’interlocuteur ainsi sollicité de satisfaire aux désirs de son correspondant et de lui indiquer les nouveautés imprimées dont on a connaissance. En outre, désireux d’asseoir la relation épistolaire par des échanges de qualité, le rédacteur d’un courrier choisit avec soin les travaux dont la pertinence justifie qu’on les envoie à son correspondant dont on prend en compte les curiosités et les intérêts particuliers. Pour plaire à Haller dont il connaît le goût pour l’érudition critique, le Parisien Jean-Baptiste Chomel lui fait parvenir une liste annotée des thèses de médecine soutenues dans les écoles parisiennes depuis le XVIe siècle7.

  • 8 Lettre de Haller à Saussure, le 7 juin 1768, The Correspondence between Albrecht von Haller and Ho (...)
  • 9 Ses lettres à Morgagni ou à Caldani comportent des résumés appréciatifs de certains écrits françai (...)

9Par ailleurs, au cours du siècle, l’on assiste à l’émergence, lente et progressive, de champs disciplinaires. Dès lors, pour les hommes de science qui tendent à autonomiser leur activité, collecter des faits à la manière des curieux et des amateurs n’est plus de mise. Par conséquent, afin d’obtenir une information de qualité, il convient de s’adresser sciemment aux auteurs les plus talentueux d’un champ de savoir. C’est pour cela, qu’écrivant au jeune Horace Benedict de Saussure, sur le point de partir pour Paris, Haller lui donne l’instruction suivante : « Je m’amuse a ma bibliothéque de botanique. M de Jussieu me feroit grand plaisir en me procurant la note des livres rares françois, qui pouroient m’etre inconnus : je n’ai outre mon recueil, que des catalogues connus pour m’en instruire8. » Les savants tendent dans leurs courriers à s’enquérir de renseignements précis dont ils espèrent faire usage dans leurs propres travaux. Les médecins, quant à eux, rendent compte à leurs confrères des résultats des traitements thérapeutiques auxquels ils ont recours. La correspondance de Haller avec ses confrères, que l’on pense au Vaudois Samuel-Auguste Tissot, à l’Italien Leopoldo Marcantonio Caldani, au Parisien François Thiery ou au Lyonnnais Jean-Baptiste Rast de Maupas, est riche de remarques de cette nature. La médecine progressant par la comparaison des observations, la circulation des informations ne saurait être bilatérale. La correspondance de Haller est un pivot de communication reliant les espaces germaniques et français, et de façon plus générale le Nord et le Sud de l’Europe. Ses correspondants italiens sont donc régulièrement avertis par son intermédiaire de l’actualité des parutions médicales françaises9.

  • 10 En 1758, la France est touchée par une épidémie de fièvre venant de Suisse. Lettre de Thiery à Hal (...)
  • 11 « Mémoire sur une maladie épidémique arrivée dans le Canton de Berne en 1762 », par M. Haller, His (...)
  • 12 Lettre de Thiery à Haller, le 27 novembre 1756. Lettre reproduite dans O. Hamon, Contribution à l’ (...)
  • 13 Lettre de Claude Bourgelat à Haller, le 12 mars 1776, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht (...)
  • 14 M. Gierl, « Zeitschriften-Stadt-Information-London-Göttingen-Aufklärung », dans Jenseits der Disku (...)

10En réalité, la nature même de la médecine incite au partage des connaissances : confrontés aux mêmes maux10, les praticiens doivent idéalement faire œuvre commune. Haller estime donc être de son devoir de rendre publics en France les bons résultats obtenus par l’usage des purgatifs, des lavements et du miel lors d’une épidémie touchant le canton de Berne11. Le cas de l’inoculation, dont l’adoption est l’objet d’âpres discussions dans toute l’Europe, est très révélateur d’une communication à grande ampleur des diverses expériences régionales. En l’informant de dissertations issues d’espaces germaniques, Haller élargit le champ référentiel de Thiery, membre du Comité parisien en charge de cette question, et l’aide donc concrètement à rédiger son travail sur l’inoculation12. Pour décider de l’éventuelle adoption de la méthode inoculatoire, le comité entend procéder à l’examen des résultats constatés dans tous les pays d’Europe où elle se pratique. Ceci souligne le poids de la circulation des modèles extérieurs dans la définition d’une politique de santé publique. L’homme de science devant exercer ses talents au service de l’intérêt public, le vétérinaire Claude Bourgelat sollicite les conseils de Haller pour lutter contre l’épizootie des bêtes à cornes qui sévit dans le Sud de la France en 177413. Au regard de cette remarque la définition de Martin Gierl qui considère les « Lumières comme une socialisation de l’information14 », prend ici tout son sens.

  • 15 Lettre de Michel Adanson à Haller, le 12 mars 1771, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht v (...)
  • 16 Lettre de Jakob Christoph Ramspeck, le 22 décembre 1756, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albre (...)
  • 17 Lettre d’Antoine-Nicolas Duchesne à Haller, le 10 septembre 1765, Burgerbibliothek de Berne, Nachl (...)
  • 18 Lettre d’Adanson à Haller, le 15 mars 1773, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Halle (...)

11En outre, il est important de souligner que les échanges développés entre les lettrés issus des espaces germaniques et français permettent la mise en relation de pôles de savoir complémentaires. Le commerce entretenu par Haller avec ses confrères botanistes parisiens est ici exemplaire. En effet, s’il est à même de leur fournir des plantes des Alpes15, dont on sait toute l’importance pour la constitution de la botanique au XVIIIe siècle, Haller obtient par leur entremise des végétaux exotiques, récoltés lors de voyages plus ou moins lointains16. En botanique, le goût des collections persiste, rendant d’autant plus nécessaire de développer des liens avec des régions étrangères. C’est en ce sens, qu’un jeune botaniste versaillais invite Haller à offrir des exemplaires de fraisiers destinés à compléter la collection du roi : « Vous pourriez même ajouter quelques pieds étiquetés et des graines des différentes variétés que vous possedez en les envoyant par la poste avec l’adresse cy dessus dite pour le magnifique jardin botanique du Roi à Trianon : vous ferez particulièrement plaisir à sa Majesté qui vient de faire rassembler tous les fraisiers cultivés en Europe17. » On remarquera que l’envoi de végétaux suit des règles implicites, telle que l’étiquetage, destinées à faciliter leur réception. Il ne s’agit pas d’énumérer le savoir, mais de le trier afin d’en tirer profit. Tout en remerciant Haller de lui avoir fait parvenir un paquet de 400 plantes, le naturaliste Michel Adanson lui reproche cependant avec amertume de ne pas avoir pris la peine de les trier auparavant, geste qui aurait évité d’envoyer des plants déjà en sa possession18.

12Ainsi, générant une réflexion sur les modes de sociabilité savante, la circulation des biens intellectuels repose sur des modalités matérielles qu’il faut maintenant définir.

Les supports matériels et intellectuels de la diffusion des savoirs

  • 19 Lettre de Haller à Saussure, le 21 février 1768, The Correspondence between…, op. cit., p. 403.

13Hormis un séjour effectué à Leyde, Londres et Paris au cours de ses études, Haller réside principalement à Göttingen et dans les espaces de la République bernoise, n’entreprenant guère de voyages à l’étranger. Le très dense maillage de son réseau épistolaire permet au Bernois de parcourir les espaces du savoir. Parallèlement, la mobilité de ses amis est essentielle pour la transmission de paquets. Nombreux sont les témoignages qui attestent cette pratique. Ainsi, le libraire genevois François Grasset écrit de Toulouse le 3 janvier 1762, qu’il a transmis à Montpellier un paquet que Haller destinait à son réputé confrère François Boissier de Sauvages, et qu’en geste de remerciement, celui-ci lui a également envoyé un présent. De même, avant de se rendre à Paris, Saussure s’enquiert de commissions et lettres de recommandation auprès de Haller qui lui répond : « Je Vous prie de demander a M du Hamel, par quelle voye je pourai lui faire tenir mon ouvrage de botanique, qui va paroitre au comencemt [sic] d’avril ; je suis fort en peine toutes les fois que j’ai quelque chose pour Paris. Je serois curieux de tenir de Vous quelque relation sur l’etat moderne des sciences dans cette grande Ville19. »

  • 20 Lettre de Saussure à Haller, 24 avril 1768, ibid., p. 404.
  • 21 Lettre de Haller à Tissot, le 11 juin 1759, Albrecht von Hallers Briefe an Auguste Tissot 1754-177 (...)

14La coutume assez courante de mentionner la provenance d’envois auxquels on fait référence dans des lettres à des tiers, permet de reconstituer le circuit des paquets échangés et d’établir une prosopographie des porteurs de courriers. Précieux intermédiaire de Haller à Paris où il séjourne quelque temps, Saussure expose les considérations qui président à l’établissement de ce circuit : « […] [M. Du Hamel] m’a chargé de vous remercier, Monsieur, de l’intention où vous êtes de lui donner votre Ouvrage, qu’il recevra avec bien du plaisir. Il vous prie de l’adresser à Mr Spielman Professeur à Strasbourg en le chargeant de le faire passer à Paris à Mr Du Hamel. Après mure délibération nous avons conclu que c’étoit la route la plus sure & la moins longue20 ». De même, quand son ami bernois s’inquiète du retard d’un paquet qui doit lui parvenir, Tissot l’informe que : « Les livres a relier sont encore a Lausanne21. »

  • 22 Les périodiques, comme le Journal de Médecine, Chirurgie et Pharmacie ou l’Année littéraire, qui a (...)
  • 23 Lettre d’Étienne Housset à Haller, le 19 novembre 1755, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrec (...)
  • 24 Lettre de Haller à Rast de Maupas, le 14 février 1777, Correspondance inédite…, op. cit., p. 28.

15Il faut également évoquer un autre aspect matériel de la circulation des ouvrages, dont les libraires sont des agents essentiels. En effet, les annonces de parutions de livres étrangers contiennent les noms des libraires qui en assurent la vente. La lecture des périodiques permet donc de reconstituer le réseau de distribution des ouvrages de Haller en France22, mais il faut la croiser avec les remarques de plusieurs de ses correspondants qui révèlent qu’il est plus aisé de se procurer certains livres que d’autres. Un jeune étudiant en médecine, du nom d’Étienne Housset, déplore la faible diffusion de certains titres : « je nai point trouvé d autres livres chez les libraires de montpellier, qui fussent de vous, que les commentaires et les primae lineae ce dont je suis bien faché ; on desire beaucoup vos ouvrages dans cette ville, votre imprimeur devroit etre un peu plus intriguant23 ». Le parallèle de cette remarque avec une plainte de Haller est ici évident : « J’ai bien de la peine à me procurer les nouvelles de France ; nos libraires n’y trafiquent pas24… »

  • 25 Lettre de Haller à Saussure, 7 juin 1768, The Correspondence between…, op. cit., p. 407.

16La circulation des savoirs ne peut se soustraire aux contraintes matérielles – le coût et la lenteur de la poste, et les conflits comme la Guerre de Sept Ans sont des obstacles à la communication – et aux aléas des échanges. L’interruption d’une correspondance peut entraîner la fermeture d’un canal de distribution de travaux étrangers qu’il est autrement malaisé de se procurer. L’irrégularité des rythmes épistolaires s’explique également par l’égarement des envois. Commissionnaire zélé et surchargé par sa correspondance, Haller ne parvient pas toujours à se remémorer le contenu de paquets perdus ou l’exact destinataire à qui il les avait attribués. Haller avoue ainsi à Saussure : « Il s’est perdu chez M. l’Ambassadeur de Beauteville un paquet pour M de Mairan, expedié en decembre. Je ne me souviens plus de ce que c’etoit. Je reparerai la perte si mon illustre collégue, qui en a été averti par M Thierry, veut me dire ce qui lui manque25. »

  • 26 « Il arrivera dans quatre jours à Strasbourg un paquet contenant ce que j’ai pu amasser jusqu’à ce (...)

17Le retard des courriers est un thème récurrent des correspondances, les savants étant souvent incertains du devenir de leurs envois. Confrontés aux aléas matériels qui ralentissent les échanges, les savants élargissent et densifient leur réseau. C’est justement parce que Haller a besoin d’une chaîne d’intermédiaires en France que plusieurs de ses interlocuteurs entrent en communication avec Jakob Reinbold Spielmann, apothicaire strasbourgois, pour qu’il serve de relais. Grouper les paquets et envois permet d’optimiser les canaux de diffusion26, et Haller favorise l’entrée en communication de différents savants, générant ainsi de nouvelles connexions réticulaires.

  • 27 Soit que Haller envoie par l’intermédiaire de l’ambassadeur un paquet pour Paris, soit qu’un secré (...)

18On recourt aussi aux « voyageurs par état », en particulier aux militaires et aux ambassadeurs, pour transmettre des courriers à l’étranger. Soleure, résidence de l’ambassade de France en terre helvète, est à plusieurs reprises le relais des échanges entre Haller et Paris27. Les voies empruntées pour acheminer lettres et paquets montrent la complexité des rouages de l’économie des échanges.

  • 28 Dans sa correspondance avec Charles Bonnet ou Auguste Tissot, Haller fait de nombreuses allusions (...)

19Par ailleurs, le rôle des périodiques comme vecteurs de circulation des connaissances croît au cours du XVIIIe siècle. La forte augmentation du nombre d’ouvrages imprimés ne permet pas aux lecteurs de s’informer de façon exhaustive de l’actualité savante. Par conséquent, il est de plus en plus courant de se référer aux extraits et aux recensions publiés dans les journaux. Autre avantage, de nombreux périodiques français sont disponibles à l’étranger, même si de grandes disparités existent dans les rythmes de diffusion. À ce sujet, l’historien se doit donc d’être prudent, et d’éviter toute généralisation. Si Haller note des difficultés pour obtenir l’Histoire de l’Académie royale des sciences – dont l’écart entre le temps de l’émission et celui de la réception est un reproche récurrent – il semble que se procurer le Journal des Savants soit plus aisé et plus rapide28.

  • 29 Lettre de Saussure à Haller, le 6 mars 1767. The Correspondence between…, op. cit., p. 334.
  • 30 Averti des travaux de Haller par le Journal encyclopédique, Jean-Chrysostome de Creyssent (1738-17 (...)

20Enrichir les flux intellectuels nécessite une connexion des vecteurs informatifs. Ainsi, les correspondants de Haller lui relatent le contenu ou des extraits de périodiques français. Les lettres de Tissot ou de Saussure, qui affirme lire presque tous les journaux français29, sont très révélatrices de cette articulation entre l’outil épistolaire et la lecture de périodiques. De plus, les extraits et les annonces des publications étrangères éveillent la curiosité des lecteurs qui souhaitent ensuite se les procurer30.

Réception et appropriation des connaissances

  • 31 Catalogue Le Cat (Dr). Vente 19 avril 1773, Bibliothèque municipale de Rouen, Nmm-79-Lecat.
  • 32 Catalogue de la bibliothèque scientifique de MM. de Jussieu, Paris, Henri Labitte Libraire, 1857.

21Parmi les sources qui permettent l’identification des traces de la circulation des textes savants, les fonds des bibliothèques privées figurent en bonne place. Le catalogue de vente de la bibliothèque du chirurgien rouennais Claude-Nicolas Le Cat, adversaire notoire de Haller, révèle qu’il a acquis les textes les plus importants du Bernois31. La bibliothèque de la famille Jussieu – lieu réputé dans lequel certains grands esprits tels que Linné viennent travailler – contient également de nombreux livres et mémoires de Haller, dont ses principaux titres de botaniques et quelques-uns de ses écrits d’anatomie32. La fréquentation des bibliothèques privées et le succès de leur catalogue d’inventaire rappellent qu’elles sont tout autant des lieux de concentration que des pôles de diffusion du savoir.

  • 33 Lettre de Paul-Joseph Barthez à Haller, le 25 août 1773, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albre (...)
  • 34 Lettre de Haller à Tissot, le 25 janvier 1762. Albrecht von Hallers Briefe an Auguste Tissot…, op. (...)

22Cependant, la distance géographique occasionne parfois un manque de visibilité dans la circulation des écrits, les auteurs ignorant ce qu’il advient de leurs textes. C’est ainsi que le médecin montpelliérain Paul-Joseph Barthez s’inquiète auprès de Haller : « Si la Gazette de Gottingue donne quelque extrait de mon Discours [de principio vitali Hominis], je vous serai très obligé de vouloir bien m’envoyer une copie de cet extrait (en caractères françois et non allemands). Je reçois cette Gazette depuis longtems, mais toujours trop tard33. » Autre conséquence du difficile contrôle de la circulation des ouvrages à l’étranger, la concomitance des recherches génère des suspicions de plagiat. Des stratégies sont donc mises en œuvre lors de la diffusion des informations scientifiques, notamment pour éviter toute tentative de copie injustifiée. Pressé par Tissot de lui dévoiler le contenu d’un mémoire destiné à l’Académie royale des sciences de Paris, Haller n’accepte de le lui confier qu’avec réticence. Par précaution, il insiste pour que Tissot ne dévoile à personne les idées du texte, tant que celui-ci ne sera pas imprimé34.

  • 35 Lettre de Thiery à Haller, le 13 mars 1758. Lettre reproduite dans O. Hamon, Contribution à l’étud (...)
  • 36 Les lettres ont parfois pour vocation de circuler dans des cercles choisis. L’on sait que l’abbé B (...)

23Néanmoins, Haller est persuadé de la nécessité de diffuser le savoir venu de l’étranger. Après s’être acquitté de la tâche de concentrer un très grand nombre de flux informatifs, le lettré se doit de procéder à leur redistribution. Dans le cas précis des circulations transfrontalières, un croisement d’échelles s’opère : les échanges à caractère international génèrent une redistribution nationale et locale des idées. Le destinataire de connaissances provenant de l’étranger, se doit de les diffuser dans des cercles plus proches. Haller fait régulièrement part à ses amis allemands – pensons à son correspondant le plus prolixe et le plus intime, le médecin et poète de Hanovre Paul Gottlieb Werlhof – et helvètes des informations et des nouveautés qui lui parviennent de France. Inversement, à Paris, François Thiery fait de même, communiquant à ses confrères les idées et ouvrages envoyés par Haller comme en témoignent ces lignes : « J’ay enfin reçu Mr, Votre 1er volume de la grande, de l’immortelle physiologie. Je l’ai dévorée à l’instant, j’ay cependant eu la complaisance de suspendre ma lecture pour communiquer le même plaisir à Mr. Falconet en attendant qu’il s’en soit procurer un exemplaire35. » On notera également que la diffusion d’informations étrangères dans des cercles locaux prend très souvent la forme d’une communication orale, dont il est malaisé de retrouver des traces36.

  • 37 À titre d’exemple, citons ces mots, tirés de sa lettre à Tissot du 28 mai 1759 : « Michel sur le p (...)

24Pour diffuser le contenu d’écrits français au sein des espaces germaniques et helvètes, et en favoriser indirectement la circulation, Haller procède de différentes façons. Dans ses lettres, il exprime par de courtes sentences, son appréciation des livres, incitant ainsi ses correspondants à se les procurer ou à en négliger la lecture37. La rédaction de comptes rendus d’ouvrages scientifiques français, publiés dans les Göttingische Gelehrte Anzeigen, organe de l’université de Göttingen, est l’expression de leur réception dans la pensée hallérienne, matérialisant l’aboutissement de leur circulation. Loin d’être neutre, l’acte implique une sélection des titres les plus dignes d’être recensés, préalable à la transmission orientée de leur contenu dans les espaces germaniques.

  • 38 Collection de thèses médico-chirurgicales, sur les points les plus importans de la chirurgie théor (...)

25La circulation d’idées implique une appropriation par les acteurs de l’espace de réception. L’emprunt d’un bien intellectuel n’est pas neutre, l’agent de sa réception peut en déformer certains caractères culturels, en fonction de présupposés liés à sa propre culture. Les traductions sont très révélatrices de ce procédé, leurs auteurs n’hésitant pas à adapter le contenu et la forme d’une œuvre pour en faciliter la diffusion et la rendre plus plaisante. Charles-Augustin Vandermonde, qui entreprend de traduire la Collection de theses medico-chirurgicales (1757) de Haller, s’offre d’en corriger les défauts et d’en supprimer délibérément le caractère érudit, qui ne convient pas à un lectorat français38.

  • 39 Lettre de Chomel à Haller, le 7 juin 1750, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller
  • 40 Ainsi, les titres des thèses de chirurgie qu’il estime utile de consulter sont publiés sous le tit (...)
  • 41 Lettre d’Adanson à Haller, le 10 janvier 1772, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Ha (...)
  • 42 Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits : Papiers de Camille Falconet (1671-1 (...)

26Au final, la circulation aboutit à la confrontation des savoirs. Soit que les hommes de science procèdent à des emprunts parmi les connaissances qui leur parviennent, soit qu’ils les jugent sans intérêt pour leurs propres recherches. Alors qu’il reçoit un ensemble de thèses allemandes envoyées par Haller, Chomel en choisit une, particulièrement instructive et bien écrite, pour la « communiqu[er] a plusieurs de [s] es confreres qui en ont touts eté charmés39 ». De même, la collection de thèses, telle qu’elle est conçue par Haller qui publie des listes recensant les meilleurs travaux40, active la circulation du savoir entre les pôles universitaires européens, en même temps qu’elle stimule la recherche et les ambitions de chaque institution puisqu’elle les place en situation concurrentielle. Au passage, on notera que ce travail de classement et la réflexion méthodologique qui en découle sont eux-mêmes objets d’un transfert intellectuel. Accusant réception du premier volume de la Bibliotheca botanica (1771) de Haller, Michel Adanson déclare en apprécier pleinement la méthode. Souscrivant à ses pertinentes réflexions, il assure se référer aux jugements qu’il porte sur les auteurs d’écrits botaniques pour bâtir ses propres recherches41. Pour sa part, le célèbre Camille Falconet rassemble des thèses sélectionnées par Haller pour les insérer au sein de sa vaste collection personnelle42.

*

27Au terme de cette analyse, il apparaît que la présente étude de cas met bien en évidence les rouages du fonctionnement de la circulation des biens intellectuels. D’abord, l’activité de Haller confirme que l’échange épistolaire, couplé à l’envoi des imprimés scientifiques, est un vecteur essentiel de l’interconnexion des pôles de savoir. Étendre et densifier son réseau de correspondants s’avère décisif pour accéder aux ouvrages étrangers les plus significatifs et les plus utiles.

28De plus, au cours du siècle, l’explosion du nombre d’écrits scientifiques complexifie le processus. La circulation de savoirs de qualité induit un jugement et une orientation des connaissances puisqu’en amont et en aval des échanges, l’émetteur et le récepteur sélectionnent les biens intellectuels estimés les plus utiles.

29Les pratiques des Républicains des Lettres constituent des interfaces d’échanges de savoirs dans la mesure où au désir de capter un grand nombre de flux informatifs, se joint la volonté de les rediffuser vers d’autres cercles intellectuels. Analysé sous l’angle des circulations intellectuelles, le savoir est appréhendé comme une dynamique. C’est bien en cela que la circulation des connaissances est constitutive de la production du savoir.

Notes

1 Lettre de Jean-François-Clément Morand à Haller, le 28 mai 1772, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

2 Lettre de Jean-Emanuel Gilibert à Haller, le 19 novembre 1776, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

3 Lettres de Haller à Tissot du 27 décembre 1763 et du 17 juillet 1764.

4 Lettre de Haller à Jean-Frédéric Herrenschwand, le 13 octobre 1752.

5 Haller le remercie dans la dédicace de sa Bibliotheca medicinae practicae qua scripta ad partem medicinae practicam facientia a rerum initiis recensentur, Bernae : apud Em. Haller, 1776, tomus i, p. vii.

6 Lettre de Haller à Rast de Maupas, le 2 avril 1775. Correspondance inédite de Albert de Haller, Barthez, Tronchin, Tissot, avec le Dr Rast, de Lyon. Quelques détails biographiques sur Dr le Rast publiés par le Dr Vernay, Lyon, Imprimerie d’Aimé Vingtrinier, 1856, p. 23.

7 Lettre de Jean-Baptiste Chomel à Haller, le 1er mai 1754, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

8 Lettre de Haller à Saussure, le 7 juin 1768, The Correspondence between Albrecht von Haller and Horace – Bénédict de Saussure, O. Sonntag (éd.), Bern, Stuttgart, Toronto, Hans Huber Publishers, 1990, p. 408.

9 Ses lettres à Morgagni ou à Caldani comportent des résumés appréciatifs de certains écrits français qui lui sont parvenus.

10 En 1758, la France est touchée par une épidémie de fièvre venant de Suisse. Lettre de Thiery à Haller, le 13 septembre 1758. Lettre reproduite dans O. Hamon, Contribution à l’étude des correspondants de Haller et en particulier de Thierry, thèse pour le doctorat en médecine, soutenue devant l’université de Rennes, 1970, p. 171.

11 « Mémoire sur une maladie épidémique arrivée dans le Canton de Berne en 1762 », par M. Haller, Histoire de l’Académie royale des sciences, Paris, 1766 (année 1763).

12 Lettre de Thiery à Haller, le 27 novembre 1756. Lettre reproduite dans O. Hamon, Contribution à l’étude des correspondants…, op. cit., p. 151 : « Je vous suis sensiblement obligé, Monsieur, et j’accepte avec grand plaisir l’offre que vous voulez bien me faire de me donner les notices que votre mémoire vous fournira sur la petite vérole et son origine. & j’ai fait chercher la dissertation de Mr. Reiske que vous m’indiquez, et n’ai pu la trouver. Je seray fort aise de la lire dans votre recueil. »

13 Lettre de Claude Bourgelat à Haller, le 12 mars 1776, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

14 M. Gierl, « Zeitschriften-Stadt-Information-London-Göttingen-Aufklärung », dans Jenseits der Diskurse. Aufklärungspraxis und Institutionenwelt in europäische komparativer Perspektive, hrsg. von Hans Erich Bödeker und Martin Gierl, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2007, p. 243-264, p. 244.

15 Lettre de Michel Adanson à Haller, le 12 mars 1771, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller. Après lui avoir demandé un exemplaire de toutes ses figures de plantes, il ajoute : « Vous m’obligeriez sensiblement en concourant à l’accélération de mon ouvrage et à la perfection, surtout dans la partie des plantes alpines dont je suis très pauvre […]. »

16 Lettre de Jakob Christoph Ramspeck, le 22 décembre 1756, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller. Jussieu fait passer une gravure d’orchidée peinte par ses soins lors d’un voyage au Portugal.

17 Lettre d’Antoine-Nicolas Duchesne à Haller, le 10 septembre 1765, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

18 Lettre d’Adanson à Haller, le 15 mars 1773, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

19 Lettre de Haller à Saussure, le 21 février 1768, The Correspondence between…, op. cit., p. 403.

20 Lettre de Saussure à Haller, 24 avril 1768, ibid., p. 404.

21 Lettre de Haller à Tissot, le 11 juin 1759, Albrecht von Hallers Briefe an Auguste Tissot 1754-1777, herausgegeben von Erich Hintzsche, Bern ; Stuttgart ; Wien, Hans Huber, 1977, p. 77.

22 Les périodiques, comme le Journal de Médecine, Chirurgie et Pharmacie ou l’Année littéraire, qui annoncent la vente des ouvrages de Haller en France, mentionnent les noms et adresses des libraires qui en font commerce.

23 Lettre d’Étienne Housset à Haller, le 19 novembre 1755, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

24 Lettre de Haller à Rast de Maupas, le 14 février 1777, Correspondance inédite…, op. cit., p. 28.

25 Lettre de Haller à Saussure, 7 juin 1768, The Correspondence between…, op. cit., p. 407.

26 « Il arrivera dans quatre jours à Strasbourg un paquet contenant ce que j’ai pu amasser jusqu’à ce moment pour vous. Il est, selon vos ordres, adressé à Mr. le Dr. Spielmann, à qui il sera remis franc de port », lettre de Thiery à Haller, le 7 mars 1762. Lettre reproduite dans O. Hamon, Contribution à l’étude des correspondants…, op. cit., p. 230.

27 Soit que Haller envoie par l’intermédiaire de l’ambassadeur un paquet pour Paris, soit qu’un secrétaire d’ambassade lui apporte un courrier en provenance de la capitale française. Voir la lettre d’Antoine-Nicolas Duchesne à Haller du 11 mars 1770 et celle d’Antoine Barthès de Marmorières datée du 11 septembre 1762.

28 Dans sa correspondance avec Charles Bonnet ou Auguste Tissot, Haller fait de nombreuses allusions à la lecture du Journal des Savants, qui contrastent avec le regret de ne pouvoir obtenir facilement l’Histoire de l’Académie royale des sciences.

29 Lettre de Saussure à Haller, le 6 mars 1767. The Correspondence between…, op. cit., p. 334.

30 Averti des travaux de Haller par le Journal encyclopédique, Jean-Chrysostome de Creyssent (1738-1787), chanoine de Saint-Julien-de-Brioude, sollicite le Bernois pour les obtenir. Lettre de Creyssent à Haller, le 24 octobre 1777.

31 Catalogue Le Cat (Dr). Vente 19 avril 1773, Bibliothèque municipale de Rouen, Nmm-79-Lecat.

32 Catalogue de la bibliothèque scientifique de MM. de Jussieu, Paris, Henri Labitte Libraire, 1857.

33 Lettre de Paul-Joseph Barthez à Haller, le 25 août 1773, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

34 Lettre de Haller à Tissot, le 25 janvier 1762. Albrecht von Hallers Briefe an Auguste Tissot…, op. cit., p. 129.

35 Lettre de Thiery à Haller, le 13 mars 1758. Lettre reproduite dans O. Hamon, Contribution à l’étude des correspondants…, op. cit., p. 164.

36 Les lettres ont parfois pour vocation de circuler dans des cercles choisis. L’on sait que l’abbé Bignon, président de l’Académie royale des sciences, a pour habitude de lire devant l’institution certains courriers lui étant adressés.

37 À titre d’exemple, citons ces mots, tirés de sa lettre à Tissot du 28 mai 1759 : « Michel sur le pouls a son merite. S’il est vrai : et Louis sur les os n’est pas sans utilité. »

38 Collection de thèses médico-chirurgicales, sur les points les plus importans de la chirurgie théorique et pratique ; recueillies et publiées par M. le Baron de Haller et rédigées en François par M [***], Paris, Vincent, 1757, 1er vol. , p. x.

39 Lettre de Chomel à Haller, le 7 juin 1750, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

40 Ainsi, les titres des thèses de chirurgie qu’il estime utile de consulter sont publiés sous le titre : Disputationes chirurgae selectae, collegit, edidit, praefatus est Albertus Hallerus, 5 vol. , Lausannae, sumptibus Marci-Michael. Bousquet & Socior., 1755-1756.

41 Lettre d’Adanson à Haller, le 10 janvier 1772, Burgerbibliothek de Berne, Nachlass Albrecht von Haller.

42 Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits : Papiers de Camille Falconet (1671-1762). Dissertations qui sont dans les collections qu’a faites M. Haller, dans d’autres et dans celles que j’ai fait relier ensemble, NAF 22096, f. 257.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540