Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Cinquième partie. Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

Le défi linguistique de l’Europe des Lumières : la traduction, creuset des circulations scientifiques internationales (années 1680-années 1780)

Patrice Bret

Texte intégral

  • 1 L. Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel (« L’évolution de l’humani (...)
  • 2 Voir par exemple M. Espagne et K. Dmitrieva (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangu (...)

1« Le Parisien qui voyage en Europe s’aperçoit à peine qu’il a quitté Paris », écrit Louis-Antoine de Caraccioli dans Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe française (1776), ajoutant à propos du français : « C’est la seule langue qu’on aime à parler et qui deviendrait unique, si la plupart des Européens étaient consultés. » Souvent la langue française est ainsi associée au cosmopolitisme des Lumières et la culture française à la circulation des idées et des formes1. Pourtant, quoique le français domine effectivement les échanges culturels internationaux, ni l’Enlightenment anglais ou écossais, ni l’Aufklärung allemand ni les absolutismes éclairés de l’époque ne sont réductibles à ce schéma, qui ne saurait rendre compte de l’ensemble de la vie intellectuelle de l’Europe entre les années 1680 et 17802. Derrière cette vérité partielle, largement partagée mais socialement marquée, la réalité linguistique est tout autre et la traduction apparaît comme un phénomène crucial du XVIIIe siècle européen. Bien des auteurs célèbres du temps – de Voltaire à l’abbé Morellet – sont aussi traducteurs et certains, tels Buffon, La Mettrie, Diderot ou Samuel Johnson sont entrés dans la République des Lettres en traduisant. Que l’ouvrage phare des Lumières, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751-1765), soit issu d’un simple projet de traduction de la Cyclopaedia de Chambers (1728) souligne d’ailleurs combien la circulation des idées est indissociable de la médiation linguistique. Instrument de réappropriations culturelles et de débats autant que de diffusion, la traduction est d’abord circulation de contenus intellectuels, mais s’accompagne aussi de mobilités humaines et d’une abondante circulation matérielle.

  • 3 L. d’Hulst, Cent ans de théorie française de la traduction : de Batteux à Littré, 1748-1847, Lille (...)
  • 4 I. Pantin, « Langues », in M. Blay et R. Halleux (dir.), La science classique, XVIIe-XVIIIe. Dicti (...)
  • 5 G. Dotoli, Traduire en français du Moyen Âge au XXIe siècle, Paris, Hermann Éditeurs, 2010.

2Sous quelque forme que ce soit, la traduction participe, par essence, d’une circulation internationale, puisqu’elle est d’abord translation d’un texte d’une langue vers une autre, question théorique qu’affectionne le siècle des Lumières3. Souvent moins littérale qu’adaptation, voire plagiat, elle s’est développée depuis la Renaissance avec l’essor de l’imprimé, véhiculant les enjeux culturels et « nationaux » attachés aux langues vulgaires, dont l’émancipation croissante par rapport à la domination du latin contribue à fonder la culture moderne. Très vite, la traduction des textes religieux et des textes antiques s’est accompagnée de celle de savoirs pratiques (manuels d’arithmétique ou traités techniques destinés aux militaires, artisans et marchands) ou intéressant un public de curieux au-delà des seuls savants (récits de voyages, livres de zoologie illustrés)4… Entre les années 1680 et les années 1780, le phénomène se massifie et change de nature : les Anciens cèdent le pas aux modernes et la traduction se diversifie largement. En France, l’Iliade d’Homère, traduit par La Valterie (1681), Mme Dacier (1712), Houdar de La Motte (1714), fait ainsi place aux Lusiades du Portugais Camoens (1735) ou au Paradis perdu de Milton, traduit huit fois de l’anglais entre 1729 et 1778. Pourtant, le déclin notable et irréversible du latin et de l’italien – la langue vivante de la culture renaissante – reste relatif : le premier devance toujours l’anglais dans les traductions de la première moitié du XIXe siècle et le nombre d’éditions traduites du second croît de 22 % entre le XVIIe et le XVIIIe siècle… À l’étranger, Les Aventures de Télémaque de Fénelon (1699) connaissent des dizaines d’éditions à travers l’Europe, dont une trentaine pour la seule Italie, et il en est de même des best-sellers français du siècle nouveau. La traduction épouse désormais la diversité et l’actualité de l’édition – 90 % des auteurs italiens traduits en français au XVIIIe siècle sont des contemporains5.

  • 6 J. von Stackelberg, art. « Traduction », in M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, p (...)

3Vecteur de nouveaux genres littéraires importés de l’étranger, la traduction impose les modes, construit la vogue romanesque qui participe de l’anglomanie croissante. La prédominance du français ouvre un marché international aux éditeurs et aux traducteurs français. Parallèlement à la diffusion des œuvres des « philosophes » et des encyclopédistes, la France joue ainsi « le rôle de plaque tournante des idées nouvelles6 ». Mais les traductions françaises proviennent de toute l’Europe : d’après l’original turc paru à Constantinople en 1731, par exemple, le baron hongrois Revicky publie à Vienne en 1769 celle du Traité de tactique d’Ibrahim Mutefferiqa, un renégat hongrois qui a fondé l’imprimerie impériale de la capitale ottomane. Refuge des huguenots, la Hollande tient une place de choix dans l’édition francophone jusqu’au milieu du siècle : Pierre Coste y publie la traduction de l’Essai sur l’entendement humain de Locke (1700), dont Jean Le Clerc a déjà traduit le prospectus dans son périodique, deux ans avant la sortie de l’ouvrage en 1690.

  • 7 J. von Stackelberg, art. « Traduction », in M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, p (...)
  • 8 G. Dotoli, Traduire en français…, op. cit., p. 178.

4C’est par le biais du français que la production littéraire et scientifique britannique gagne le continent : cinq ouvrages seulement sont traduits de l’anglais en français au XVIIe siècle, mais cent fois plus au XVIIIe, dont près d’un tiers sont retraduits en allemand7. Le français ouvre aussi des horizons nouveaux, que la retraduction déverse à travers l’Europe : traduits en français par Antoine Galland (1704-1717, 12 vol. ), les contes arabes des Mille et une nuits, sont retraduits en italien, allemand, flamand, danois et yiddish avant même leur première édition en langue originale à Calcutta (1814)8. Ces traductions indirectes diminuent à la fin du siècle, sauf dans les sciences et arts et les récits de voyage. Le recours à une traduction-relais est souvent explicité ou attesté par l’intégration des notes du traducteur précédent. Les traducteurs allemands ou italiens le minimisent parfois, voire l’occultent. Mais la comparaison entre leur production, l’édition originale et la traduction française trahit aisément l’artifice, du fait de la prédilection des traducteurs français pour l’élégance de l’écriture et la valorisation de l’art de traduire. Longtemps, ces « belles infidèles » héritées du classicisme du Grand Siècle donnent le ton et les exigences de la langue-cible l’emportent sur la fidélité à l’original. Le renversement de tendance vient de l’Allemagne, où Mme Gottsched condamne cette méthode dès 1739 dans le Spectateur allemand et prône une rigoureuse fidélité à la langue-source. De nouvelles critiques contre cette dénaturation du texte étranger sont portées par Diderot et Fréron dans les années 1760.

  • 9 Voir P. Bret, Mme P *** de Dijon. Sociabilités savantes, traduction scientifique et spécialisation (...)

5Les sciences et les arts – qui représentent une part croissante de l’édition et de la culture de l’homme des Lumières – sont un bon observatoire pour étudier les enjeux et les pratiques de la traduction9. Elles anticipent d’ailleurs ce mouvement vers la fidélité à l’égard des originaux, cohérent avec les exigences d’une « science sévère » qui prend le pas sur la « science mondaine » en fin de période, et le répandent dans la presse. Avec le déclin du latin, amorcé dès la fin du XVIIe siècle dans l’écriture scientifique et au milieu du siècle suivant dans l’enseignement, la traduction devient une impérieuse nécessité pour la marche des sciences et du progrès technique.

Une impérieuse nécessité pour les sciences et les arts

6Seule la clarté, peut-être, l’emporte sur la stricte fidélité dans les traductions des sciences et des arts, car prime la transmission de l’information : la traduction de la Statique des végétaux de Stephen Hales par Buffon (1735) – qui est aussi sa première œuvre publiée – est « claire et intelligible malgré son exactitude et sa fidélité » pour le Journal de Trévoux, et la limpidité de celle des Principia de Newton par Mme Du Châtelet (1756) est unanimement saluée malgré ses altérations. Mais, sans être absente pour autant, comme en témoignent les recensions dans les journaux, la question du style n’alimente pas dans les sciences un débat aussi vif que dans les lettres. D’éminents savants parisiens y veillent, tels Maupertuis, Buffon, d’Alembert ou Condorcet, qui sont d’ailleurs également membres de l’Académie française. Car la pureté de la langue française est menacée par son succès même, par son emploi par les étrangers et par les deuxième et troisième générations de huguenots. Voltaire parle du « style réfugié » et le grammairien Laveaux du « patois barbare » de la Gazette littéraire de Berlin et de la colonie française de la capitale prussienne, où l’a appelé Frédéric II. Non seulement, les travaux en langue étrangère sont traduits, mais les publications françaises de l’étranger donnent lieu à des rééditions où la langue est rectifiée. La Collection académique doit apporter des « corrections considérables » aux travaux de l’Académie de Berlin (1755) – où le français est la langue officielle de 1746 à 1810 – et Condorcet n’hésite pas à donner à Paris une édition des Lettres à une princesse d’Allemagne, également publiées en français (Saint-Pétersbourg, 1768-1774), afin de restituer la langue dans sa pureté (1787). Dans l’intervalle, cet ouvrage de vulgarisation du grand mathématicien bâlois Leonhard Euler a été publié en allemand, russe, italien, anglais, hollandais, suédois, danois – et bientôt en espagnol. Il vient concurrencer le succès européen séculaire des Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle (1686) et celui, plus récent, de l’ouvrage italien qui a assuré la popularité de Newton sur le continent, Le Newtonianisme pour les dames d’Algarotti, un comte vénitien chambellan du roi de Prusse (1735). Si une version française a longtemps assuré une diffusion suffisante auprès d’un public savant restreint à travers l’Europe entière, elle n’y suffit plus lorsque l’espace public s’élargit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 10 G. Romme, Notes scientifiques et anecdotes, 1782-1788, A.-M. Bourdin, J. Ehrard et H. Rol-Tanguy ( (...)

7Sans doute les savants de l’Europe lisent-ils souvent le français, mais la traduction dans une langue vernaculaire s’impose quand il s’agit de s’adresser à un public d’apprenants, étudiants ou amateurs, et dès que l’on sort du cadre savant : parmi les nombreuses œuvres d’Euler, seuls les textes techniques et pédagogiques sont traduits en russe, et les cours publics de chimie de Guyton de Morveau à Dijon, publiés en 1777-1778, sont aussitôt traduits en allemand en Poméranie suédoise (1779-1780), dix ans avant deux traductions espagnoles simultanées. Le français reste néanmoins considéré comme le meilleur moyen de diffuser le savoir savant, même pour des ouvrages rédigés en latin. En Russie, Romme note que la traduction française de la Minéralogie de Bergman par l’Abbé Mongez (1784) « s’est très bien vendue mais elle a fait oublier la traduction latine » de Jacob Ferber, un Suédois installé à Saint-Pétersbourg après avoir servi en Bohême et avant de servir en Prusse10.

8Langue de la diplomatie et langue de culture, le français s’est imposé naturellement comme langue de la science, allant jusqu’à remplacer le latin dans les mémoires des académies de Berlin (1745) et de Turin (1760) et à tenir une place majeure dans ceux de Saint-Pétersbourg. Il serait faux d’en conclure qu’il a conquis le statut universel du latin ou qu’il domine l’ensemble des sciences. Sa place est incontestée dans les mathématiques et la géodésie, mais, même si la révolution chimique des années 1770-1780 et la nouvelle nomenclature (1787) naissent en France pour se répandre rapidement à l’étranger, l’allemand est par excellence la langue moderne de la chimie et surtout de la minéralogie et la métallurgie. Ainsi, l’Art des métaux d’Alonso Barba, publié à Mexico (1620) puis à Madrid (1640), maintes fois réédité en Espagne, traduit en italien en 1676, et publié huit fois en français de 1729 à 1752 – dont trois fois en Hollande – fait place à la riche production de langue allemande, que le baron d’Holbach utilise dans l’Encyclopédie, et que traduisent les académiciens français (Hellot, Geoffroy fils) et les mineurs saxons installés en France (Koenig, Schreiber). Lors de la brusque irruption du mouvement traductif en chimie, dans les années 1750, l’allemand est, après le latin, le plus traduit en français, bien que l’anglais soit venu plus tôt et domine dans les décennies suivantes ; l’italien tient une place marginale et le suédois n’est traduit que dans les années 1780, bien que la chimie suédoise soit déjà traduite sur les originaux latins ou allemands, ou à partir des traductions poméraniennes. De fait, la littérature scientifique « du Nord » (anglaise, allemande, suédoise) est souvent connue en Italie ou dans la péninsule ibérique et l’Amérique latine par les traductions françaises, jusqu’aux années 1780, lorsque des « pensionnaires du roi d’Espagne » vont se former à Freiberg et que des minéralogistes saxons et suédois sont envoyés en Espagne et à Mexico. Là, dans ses journaux savants successifs à partir de 1768, Alzate traduit les recensions des traductions françaises d’ouvrages allemands ou britanniques qu’il tire du Journal de physique ou du Journal encyclopédique. Tardivement, l’anglais, dont l’apprentissage se développe, devient lui-même languerelais, par exemple pour un texte latin du grand botaniste Linné, traduit en français par Broussonet sur la version anglaise (1788).

9La traduction enrichit le contenu d’une œuvre, en prolonge la vie et en multiplie la diffusion. La Statique des végétaux de Hales (1727) est traduite en Hollande (1734), en France (1735), en Allemagne (1748), à Naples (1756). Dans l’édition italienne, Maria Ardinghelli utilise la version française de Buffon pour mieux comprendre les concepts difficiles, mais elle ajoute des notes explicatives, des calculs complémentaires, réintègre une expérience omise par lui et corrige des calculs erronés qu’il a reproduits tels quels. De même, l’Art de la verrerie de Neri, initialement publié en italien (1612), est augmenté tour à tour en anglais (1662), en latin (1668), en allemand (1679), langue de laquelle le baron d’Holbach traduit finalement sept auteurs en français pour constituer sous ce titre une somme sur le sujet bien éloignée de l’original (1752). La traduction assure la circulation internationale d’un texte et accroît l’offre de lecture par un élargissement géographique, linguistique et social du lectorat potentiel. Le nombre d’éditions disponibles des œuvres des principaux chimistes suédois (Wallerius, Cronstedt, Scheffer, Bergman, Scheele) est plus que triplé par la traduction, qui met en jeu trois langues-sources (suédois, latin, allemand) et quatre langues-cibles (français, anglais, allemand, latin) – sans compter une exceptionnelle retraduction en suédois – tandis que le nombre des auteurs (traducteurs et commentateurs) est décuplé : aux cinq auteurs originaux s’ajoutent quatorze Allemands, douze Français, sept Britanniques, trois Portugais, deux autres Suédois, un Autrichien et un Italien. Même triplement de la diffusion pour les 84 mémoires de Lavoisier traduits à l’étranger, dont le nombre de versions disponibles, toutes langues confondues, passe à 259, pour moitié dans la presse, dont 193 versions intégrales – sans compter quelques rééditions dans la langue d’origine. Mais la traduction ne se limite pas à l’imprimé.

  • 11 P. Bret, « Traductrices scientifiques », dans Dictionnaire des femmes des Lumières, H. Krief et V.(...)

10Les pratiques invisibles de la traduction révèlent qu’elle tient dans la vie scientifique une place importante dont la seule production imprimée ne suffit pas à en rendre compte : elle nourrit les débats savants et la marche même de la science. Avant même la première version française de l’Optique de Newton par Coste (1720), Étienne-François Geoffroy traduit l’ouvrage en séance à l’Académie (1706-1707), puis il assiste un confrère qui souhaite répéter des expériences de la seconde édition anglaise (1721). Dans la seconde moitié du siècle, l’abbé Pingré, astronome, fait figure de traducteur attitré de l’Académie pour l’espagnol, traduisant un poème didactique de Tomas de Iriarte sur la musique aussi bien que des manuscrits d’histoire naturelle ou des journaux. Parfois, la lecture d’une traduction marque une étape dans la publication d’une œuvre étrangère, comme à l’Académie de Dijon au début des années 1780. Mais les savants utilisent également des traductions manuscrites faites par eux-mêmes, par leurs collaborateurs ou par leurs épouses, telles Mme Gueneau de Montbeillard ou Mme Lavoisier – car la traduction est aussi une activité notable des femmes des Lumières11. Tout un pan du phénomène traductif appartient ainsi au domaine des archives et aux écrits du for privé.

La traduction, la correspondance et les journaux savants

  • 12 Sur les circulations savantes entre ces deux pays, voir Notes & Records of the Royal Society, 62 : (...)
  • 13 J. McClellan III, Science Reorganized. Scientific Societies in the Eighteenth Century, New York, U (...)

11Les sciences sont elles-mêmes d’abord circulation internationale, par les voyages, les expéditions d’ouvrages, d’échantillons et d’instruments, les traductions. Les échanges scientifiques sont très vifs entre les capitales des grandes puissances, notamment Londres et Paris12, et les nouvelles académies des puissances émergentes – Berlin (1700), Saint-Pétersbourg (1724) – se construisent en débauchant les savants étrangers. Euler est ainsi attiré tour à tour à Saint-Pétersbourg (1726), à Berlin (1741) et de nouveau à Saint-Pétersbourg, à l’appel de Catherine II (1766) – ce qui ne l’empêche pas de donner éventuellement la primeur de ses travaux à la Royal Society de Londres… Frédéric II appelle le mathématicien Maupertuis à la présidence de son académie francisée (1746). Le Piémontais Lagrange, fondateur de l’Académie de Turin (1758) est attiré à Berlin (1766) puis à Paris (1787). Les échanges avec les académies d’États secondaires (Copenhague, Stockholm, Turin…) et de villes de provinces (Bologne, Montpellier, Dijon, Edimbourg, Manchester, Vérone, Dublin, Haarlem…) ne sont pas en reste13. Par la traduction, celle de Dijon acquiert une telle renommée internationale qu’elle fait figure de deuxième académie des sciences de France dans les années 1780.

  • 14 Le paratexte représente parfois près de la moitié de l’ensemble, comme dans la traduction de L’Ess (...)
  • 15 P. Bret, « Les promenades littéraires de Madame Picardet. La traduction comme pratique sociale de (...)

12La correspondance est la première et la principale étape de cette circulation. Les productions de l’étranger et les traductions sont un thème récurrent des échanges épistolaires. Nombre de lettres discutent de l’apport de nouvelles œuvres traduites dans la langue de l’auteur, bien sûr, mais aussi dans une langue étrangère, car les préfaces, notes et commentaires qui accompagnent la traduction dépassent le seul public de la langue-cible et lui donnent une valeur universelle14. Mieux, une correspondance étrangère trouve parfois son origine dans la traduction. Ainsi le magistrat et chimiste dijonnais Guyton de Morveau entre en relation avec le Suédois Bergman après avoir lu un « extrait » de ses recherches sur les affinités électives dans le Journal de physique (1778) ; il entreprend lui-même de traduire les œuvres latines de Bergman et forme un groupe de traducteurs autour de l’académie locale qui publie systématiquement, pour la première fois, des traductions intégrales d’articles allemands, suédois, italiens et anglais, naturalisant ainsi les travaux de plusieurs dizaines d’auteurs étrangers15. Des pages entières de la correspondance sont alors consacrées aux opérations de traduction en cours : discussions critiques, demandes d’éclaircissements sur la grammaire ou sur l’emploi d’un terme, la conversion de poids et mesures, etc.

  • 16 S. Hächler, « Deux réseaux de correspondance en interaction. La correspondance entre Albert de Hal (...)

13Les échanges épistolaires se font souvent en français, même entre étrangers : en 1705, un correspondant de Leibniz se croit obligé, après quelques civilités en français, de se tourner vers le latin « pour parler maintenant le langage qui est comme consacré aux sciences », mais celui-ci lui répond en français, manifestant le choix d’un nouveau régime linguistique de la science, et l’échange se poursuit dans cette langue. Le médecin et botaniste bernois Haller et son confrère turinois Allioni utilisent aussi de préférence le français dans leur correspondance, de 1754 à 177616. En 1783, le chimiste irlandais Richard Kirwan exprime même à son confrère suédois Bergman son soulagement d’abandonner le latin lorsqu’il apprend, après plusieurs lettres échangées, que celui-ci maîtrise le français.

14En latin ou en langue étrangère, les lettres nécessitent parfois elles-mêmes une traduction. Glissant de la sphère privée vers l’espace public, elles sont notamment traduites en séance dans les académies ou publiées dans les journaux. Jouant un rôle de médiation indispensable pour les débats scientifiques internationaux, elles enrichissent alors la matière éditoriale à l’instar d’articles originaux, ou prennent position sous forme de manifeste, comme, en 1791, le ralliement de l’Écossais Joseph Black à Lavoisier dans le quotidien Journal de Paris, pour l’information du public, et dans les Annales de chimie, pour celle de la communauté internationale. Ainsi, loin de freiner la correspondance, les journaux savants en forment un prolongement et l’alimentent, les savants y discutant leurs dernières lectures.

  • 17 I. Passeron (dir.), « La République des sciences », Dix-Huitième Siècle, t. 40, 2008.
  • 18 À noter que l’initiative est d’abord provinciale (Dijon et Auxerre) avant d’être transférée à Pari (...)
  • 19 K. Hufbauer, The Formation of the German Chemical Community (1720-1795), Berkeley, Cal., 1982.
  • 20 Anne Saada estime que les Göttingische gelehrte Anzeigen, fondées en 1739 dans le sillage de la cr (...)

15La période des années 1680-1780 correspond justement à l’éclosion de la presse périodique sous la forme de mémoires académiques, collections, almanachs et surtout de journaux savants, fondés sur l’utopie d’une circulation internationale au sein d’une République des lettres universelle, d’où émerge une République des sciences17. La traduction est toujours mise en avant par les éditeurs, tant en début de période, lorsque naissent les premiers journaux et les académies (Journal des savants à Paris, 1661 ; Philosophical Transactions à Londres, 1665 ; Giornale de’Letterati à Rome, 1668 ; Acta eruditorum, à Leipzig, 1682, etc.), qu’un siècle plus tard. Comme l’Encyclopédie, de grandes opérations éditoriales périodiques s’enracinent dans la traduction. Les unes s’y tiennent, tels les volumes « Partie étrangère » de la Collection académique, qui proposent de 1755 à 1779, un choix de mémoires des grandes académies étrangères18 ; d’autres s’en éloignent : les Annales de chimie, vecteur de la révolution chimique de Lavoisier (1789), naissent du projet de donner une version française des Chemische Annalen de Lorenz Crell en Allemagne, elles-mêmes fondées en grande partie sur la traduction de publications périodiques (les Philosophical Transactions de la Royal Society de Londres et… les Mémoires de l’Académie de Berlin) et des correspondants étrangers de l’éditeur lui-même19. Après la correspondance, la circulation scientifique internationale passe ainsi en grande partie par le biais de la traduction sous toutes ses formes : recensions (« extraits ») d’ouvrages, traductions abrégées de mémoires, traductions de sommaires et de titres, voire simples annonces de nouvelles scientifiques de l’Europe20. Si Lavoisier est traduit à partir de 1775, c’est par des articles de presse que ses travaux sont d’abord connus hors des principaux espaces linguistiques : l’Allmäna Bibliotheket en Suède, le Journal littéraire de Varsovie ou les Akademicheskiâ izvestiâ de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Les auteurs mécontents des traductions demandent et obtiennent des rectifications, tel Felice Fontana dans le Journal de physique en 1776.

16Mais à la fin du XVIIIe siècle, ces formes altérées, que goûte un public cultivé et curieux, ne suffisent plus à satisfaire les savants qui ont besoin de connaître, non les découvertes et résultats, mais les procédures et argumentations. En 1775, le chimiste Macquer se plaint qu’une découverte du Poméranien Scheele faite en Suède ait été publiée dans un journal d’Edimbourg et mal traduite par la Gazette salutaire de Bouillon. Saluée par la communauté scientifique, la traduction intégrale s’impose dans les années 1780. Grâce à cet afflux de matière, la presse savante commence à se muer en une presse scientifique spécialisée autour des grands champs disciplinaires en cours de structuration. Les prestigieux mémoires académiques et les journaux encyclopédiques sont détrônés par la demande de publications périodiques rapides et spécialisées proposant à parité des œuvres nationales ou traduites.

  • 21 Voir Dix-Huitième Siècle, t. 40, 2008, p. 265.

17Acteur de l’avancement et de la reconfiguration des sciences, la traduction s’inscrit ainsi au cœur de la circulation internationale des idées, dont Guyton de Morveau souligne l’importance pour les savants en recevant à l’Académie de Dijon le minéralogiste et traducteur espagnol Francisco Angulo qui rentre d’Allemagne (1785) : « Quelles que soient leurs mœurs, leur langage, leur habitation, ils ne forment tous qu’une même république. […] La communication est pour eux de premier besoin. […] Les uns voyagent pour recueillir des faits, les autres méditent pour les leur expliquer ; une théorie entrevue sous un pôle vient acquérir sous un autre sa maturité. La vérité, si j’ose dire, n’est vérité que lorsqu’elle a subi la température de tous les climats21. »

Les chemins détournés de la traduction

18La traduction des idées passe aussi par la circulation des hommes et des choses. Savants en vue ou personnages de second plan, les traducteurs séjournent à l’étranger, comme E.-F. Geoffroy à Londres, où il est élu à la Royal Society (1698). Ce n’est certes pas le cas général, mais un tel voyage à l’étranger est alors un gage de qualité. La Collection académique ne manque pas de s’en targuer en 1755 : « Pour faire connoître ce qu’on doit attendre de M. Larcher, il suffit de dire qu’il a entrepris le voyage d’Angleterre, & qu’il a passé à Londres deux années consécutives afin d’apprendre l’Anglois à fond, & de se mettre en état de bien traduire les productions les plus estimées de cette Nation respectable. » Pourtant, le séjour dans un autre pays est souvent moins lié à la langue traduite qu’à la formation. L’Espagnol Angulo suit les cours du grand minéralogiste Werner à Freiberg puis ceux de Guyton de Morveau à Dijon, mais il traduit Kirwan de l’anglais en français (1785). À cette époque tardive apparaît une nouvelle génération de savants et traducteurs polyglottes, comme Thomas Beddoes à Oxford, mais les connaissances linguistiques permettent aussi d’intégrer les amateurs. Ayant fait le tour des laboratoires de l’Europe savante continentale (1781-1783) et des îles britanniques (1785-1786), le Président de Virly, un magistrat passionné de voyages, de langues, de chimie et de minéralogie, traduit l’allemand, l’anglais et le suédois avec une pratique de la langue. Dans son cas, à une connaissance suffisante des deux langues source et cible s’ajoute celle du domaine traité. Cela n’est pas toujours vrai, aussi la traduction est-elle presque toujours en partie collective. Ayant été élevé et éduqué à Vienne, le médecin Fontallard est bilingue et agréé comme traducteur par l’Académie royale des sciences puis par le Conseil des mines sous la Révolution. À l’occasion, son texte doit pourtant être révisé par des spécialistes, tant « pour prévenir tout malentendu, que la technologie allemande […] a pu faire naître en plusieurs endroits », précise l’éditeur strasbourgeois Treuttel (1786), que pour la pureté de l’expression française, pour laquelle il récuse la compétence des élites alsaciennes.

  • 22 A. Önnerfors, « Svenska Pommern : kulturmöten och identifikation 1720-1815 », thèse de l’universit (...)

19Les régions transculturelles tiennent pourtant une place privilégiée dans cette circulation – la Poméranie entre la Suède et l’Allemagne22, l’Alsace ou la Suisse entre celle-ci et la France, etc. – et cette pratique les conduit souvent au-delà de leur bilinguisme. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Greifswald (Poméranie) est aussi le principal lieu d’entrée de la chimie française dans l’espace germanique et Genève celui des sciences britanniques sur le continent. Mais les diasporas religieuses sont autant de communautés bilingues qui jouent un rôle essentiel, sans compter les individus expatriés qui mettent leurs compétences linguistiques et scientifiques au service de la traduction. Tout au long du siècle, la traduction vers l’anglais provient ainsi pour une part non négligeable de ces étrangers domiciliés en Angleterre : aux réfugiés huguenots des premières décennies succèdent des savants fixés à Londres ou Edimbourg, qu’ils soient Hollandais (Jan Ingenhousz), Autrichien d’origine suédoise (Franz Xaver Schwediauer), Portugais (Jacinto de Magalhães, dit Magellan), Prussien (Johann Reinhold Forster), etc.

20Plus nombreux encore sont les traducteurs de cabinet qui ne voyagent pas. La traduction étant liée à des circulations matérielles autant que porteuse de contenu et de transferts culturels, ils utilisent des réseaux de communication existants ou constituent les leurs pour répondre aux besoins du moment. La première des voies et la plus directe est celle des réseaux personnels, des échanges entretenus avec des confrères étrangers. Elle ne dispense pas, bien souvent, d’avoir recours aux réseaux postaux, commerciaux ou diplomatiques. En Angleterre, Kirwan reçoit les mémoires de l’Académie de Stockholm directement par la poste, mais c’est loin d’être la norme. Dès les années 1680, des bateaux-poste assurent pourtant un service régulier entre la Poméranie et la Scanie, et la voie postale via Hambourg est la plus rapide entre la France et la Suède, si rapide que, un siècle plus tard, des extraits de thèses paraissent en France quelques mois après la soutenance à Uppsala. Les ouvrages traduits font l’objet d’une diffusion marchande par les réseaux de distribution des librairies et des cabinets de lecture. Dans les dernières décennies, les libraires spécialisés parisiens (Pissot, Valade, Panckoucke…) et londoniens (Emsley, Boffe) et de province (Kœnig à Strasbourg, Mailly à Dijon) servent d’intermédiaires. En temps de guerre, trouver un navire en partance pour le lieu de destination n’est pas une mince affaire quand il faut pallier la déficience des libraires suédois (Swederus à Uppsala). L’Alsacien Baër, chapelain de l’ambassade de Suède à Paris, assure ainsi la liaison entre les académies de Paris et de Stockholm, par l’entremise du consul suédois à Rouen. Mais des circuits plus inattendus sont sollicités : pour soutenir l’activité de son entreprise de traduction en 1783, Guyton de Morveau a recours au négoce du sel au Croisic, où Marquel l’aîné est en affaires avec Arfvidson et fils à Göteborg. Ainsi les délais varient entre moins de quatre mois et plus de deux ans, au détriment de la régularité, mais le délai de parution entre un original et sa traduction a considérablement diminué aux alentours de 1780.

  • 23 G. Romme, Notes scientifiques…, op. cit., p. 226-228.
  • 24 J. Lamy, « Antoine Darquier et la cosmologie de Johann Heinrich Lambert : emprunts et distances »,(...)

21Les mêmes voies servent en aval, pour la diffusion des œuvres traduites, et en amont, tant pour l’apprentissage des langues que pour l’obtention des originaux et des matériaux complémentaires qui font la valeur ajoutée de la traduction. Certes, les langues les plus courantes s’apprennent en ville, moins au collège d’ailleurs qu’auprès de maîtres particuliers ou dans les cours publics qui se multiplient dans les années 1770. Ayant suivi le comte Stroganov en Russie, comme précepteur (1779), Gilbert Romme note avec soin la liste des « Cours ouverts à Paris dans tous les genres », que fournissent les almanachs. L’offre d’anglais l’emporte désormais, mais des cours d’espagnol, d’italien, d’allemand sont également dispensés ainsi que de français, notamment pour étrangers23. Il en est de même à Londres, à Amsterdam ou à Berlin – où, depuis longtemps, les huguenots enseignent le français – et à Constantinople, où Pierre Crutta, un Albanais catholique de Scutari, frère du drogman de Stanislas de Pologne, ouvre une école de langues occidentales. En province, la situation est encore très variable au début des années 1780 : le collège des Godrans à Dijon propose des cours publics d’allemand, mais l’astronome Darquier ne trouve à Toulouse ni grammaire ni dictionnaire, et il doit à la rencontre d’une « Dame Saxonne fort instruite » l’apprentissage de cette langue qui lui permet ensuite de traduire les Lettres cosmologiques de Lambert (1783)24 Pour les langues rares, enfin, les traducteurs peinent à faire venir les matériaux d’un apprentissage autonome. Le minéralogiste espagnol Fausto d’Elhuyar demande ce dernier à Bergman « une bonne Grammaire et un bon Dictionnaire : la version de ce dernier pourroit etre en Allemand, en Anglois, en François ou en Latin comme vous jugerez plus a propos ». Si le latin n’est plus la langue d’usage universel, il est pour Diderot la « mesure commune » à laquelle se réfèrent les autres langues, et Guyton reçoit de Suède, après quatorze mois d’attente, un dictionnaire suédois-latin alors qu’il en possède déjà un suédois-français. Il réclame aussi l’édition originale suédoise de la Minéralogie de Cronstedt, défigurée par une mauvaise traduction allemande, et – comme le chevalier de Keralio quelques années plus tôt – « une traduction suédoise du Télémaque [de Fénelon] ou autre livre de littérature qui existe dans les deux idiomes pour y prendre les tours » (1781).

Politique et marché de la traduction scientifique

  • 25 I. Gouzévitch, « De la Moscovie à l’Empire russe : le transfert des savoirs européens », Bulletin (...)

22La traduction scientifique n’est pas qu’une affaire de la République des lettres. Elle devient rapidement une affaire d’Etat car elle s’inscrit aussi dans les rivalités entre les puissances. Comme au Japon et dans l’Empire ottoman dès la fin du XVIIIe siècle, elle tient une place centrale dans les politiques de modernisation. C’est notamment le cas au début du XVIIIe siècle dans la Russie de Pierre le Grand. La correspondance du tsar montre combien il veille lui-même au détail des opérations, n’hésitant pas à réfuter des traductions insuffisantes. Jusqu’à la fin de son règne (1689-1725), il en fixe la politique et le programme : un oukase de janvier 1724 – cinq jours avant la création de l’Académie de Saint Pétersbourg – commande encore d’envoyer les savants et techniciens apprendre les langues à traduire et de former ceux qui les connaissent à un domaine scientifique ou technique. Outre les agents consulaires et les « pensionnaires pétroviens » qu’il envoie ainsi dans les autres pays, les traductions sont produites par des « étrangers moscovites », d’origine hollandaise, germanique, britannique ou des savants, tel le mathématicien Farquharson, d’Aberdeen, qui supervise l’entreprise sous l’autorité du tsar. Traduire contribue alors autant à forger une langue qu’un Etat moderne. Initiée par la traduction et la compilation d’œuvres étrangères, la modernisation s’accompagne de la simplification de l’alphabet cyrillique (1708) et d’une réforme éditoriale (1715). L’ingénieur militaire Suvorov ajoute un dictionnaire technique à sa version de la Véritable manière de fortifier de M. de Vauban du chevalier de Cambray. Sous le règne de Pierre le Grand, le russe s’enrichit de quelque 10000 mots étrangers, dont 15 % dans le domaine scientifique et technique. Le quart des publications porte d’ailleurs sur les techniques, et même jusqu’à 60 % dans les années qui suivent la réforme de l’alphabet25. Cette politique est poursuivie par l’impératrice Catherine II, de 1762 à 1796.

23Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, des politiques similaires sont développées dans l’Espagne de Charles III (1759-1788) et dans le Portugal de José Ier (1750-1777), où les œuvres et traductions françaises avaient longtemps suffià satisfaire les élites mais ne peuvent répondre aux ambitions d’un absolutisme éclairé. Dans un ouvrage publié en portugais à Naples (1746), le philosophe Luis António Verney critique l’isolationnisme culturel de son pays et propose une réforme de l’enseignement dont s’inspirent celles du ministre Pombal. La mise en place de nouvelles institutions et la réforme de l’université de Coimbra en 1772 passent par l’appel à des savants italiens formés à Padoue, comme Franzini et Ciera en mathématiques ou Vandelli en chimie. La politique de traduction prend parfois la forme de compilation ou de plagiats d’ouvrages étrangers : les Elementos de chimica e farmácia de Paiva (Lisbonne, 1783), que l’auteur présente comme le premier ouvrage de chimie en langue portugaise, établi d’après les plus célèbres chimistes et notamment Scopoli, n’est qu’une traduction des Fundamenta chemiae de ce dernier, publiés à Prague en 1777.

24Certes, la France n’a pas un tel retard à combler, surtout après la réception de Newton. Au contraire, elle apparaît souvent comme un modèle scientifique. Le phénomène y est néanmoins pris en compte, sinon avec une parfaite constance, du moins avec des efforts récurrents du gouvernement et de l’Académie pour lancer ou favoriser des programmes de traduction scientifique, surtout à partir de 1737 sous l’impulsion du chancelier d’Aguesseau et du ministre Maurepas, tous deux académiciens honoraires. Les traductions des Philosophical Transactions et celles du baron d’Holbach, au milieu du siècle, s’inscrivent dans ce mouvement. Le mérite en revient aussi au directeur de la Librairie Malesherbes et à Trudaine de Montigny qui profitent de leur présidence à l’Académie pour soutenir le mouvement – dont bénéficie la Collection académique – des années 1750 aux années 1770. Lui-même traducteur, le contrôleur général des finances et principal ministre réformateur Turgot prend même la plume pour annoncer à Euler son intention de rééditer son traité sur la construction et la manœuvre des vaisseaux et de faire traduire son commentaire sur les principes d’artillerie de Robins (1775).

25Mais traduire les sciences est surtout devenu une affaire de marché de la librairie avant de devenir une âpre concurrence entre les journaux dans les années 1780. « Nos libraires, écrit la Décade philosophique dans la décennie suivante, s’empressent de publier en français un ouvrage dès qu’il jouit de quelque succès dans l’étranger ; pour vendre le livre, ils comptent sur son titre plutôt que sur son mérite ; […] ils s’adressent à des littérateurs de peu de capacité, souvent à plusieurs traducteurs pour achever plutôt [sic] un même ouvrage. » Dans tous les pays, des éditeurs se spécialisent dans la traduction scientifique, comme Briasson à Paris ; d’autres multiplient les éditions pirates. Ils préfèrent souvent des traductions rapides et des traducteurs de moindre compétence scientifique et linguistique, comme les étrangers domiciliés qui traduisent la science européenne en anglais. Ainsi, l’édition anglaise de la Minéralogie du Suédois Cronstedt est due à l’alliance de son compatriote Engeström avec les Portugais de Londres Magellan et Mendes da Costa (1788). Schwediauer s’associe avec Jeremy Bentham pour traduire Bergman (1783) et contraint Charles Blagden – qui a pourtant le soutien des chimistes – à renoncer à traduire un autre ouvrage de cet auteur.

26Attendue par les savants, favorisée sous leur contrôle par les dirigeants et convoitée par les éditeurs, la traduction est un phénomène majeur de la période 1680-1780, par ses contributions aux débats scientifiques et à l’avancement des sciences, à l’élargissement de l’espace public et aux reconfigurations disciplinaires qui commencent à s’opérer. Avec le temps, les enjeux « nationaux » scientifiques, linguistiques et éditoriaux qu’elle véhicule, de plus en plus entremêlés, ont adapté la République des lettres aux réalités nouvelles de la production scientifique européenne.

Notes

1 L. Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel (« L’évolution de l’humanité »), 1938.

2 Voir par exemple M. Espagne et K. Dmitrieva (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France-Allemagne-Russie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996 ; U. Hastings Gonthier et A. Sandrier (dir.), Multilinguisme et multiculturalité dans l’Europe des Lumières. Multilinguism and Multiculturalism in Enlightenment Europe, Paris, Honoré Champion, 2007; A. Thomson, S. Burrows et Ed. Dziembowski (dir.), Cultural transfers: France and Britain in the long eighteenth century, Voltaire Foundation, Oxford, SVEC 2010:4.

3 L. d’Hulst, Cent ans de théorie française de la traduction : de Batteux à Littré, 1748-1847, Lille, Presses universitaires de Lille, 1990 ; M. Ballard, L. dHulst (dir.), La traduction en France à l’âge classique, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1996.

4 I. Pantin, « Langues », in M. Blay et R. Halleux (dir.), La science classique, XVIIe-XVIIIe. Dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1998, p. 75-83.

5 G. Dotoli, Traduire en français du Moyen Âge au XXIe siècle, Paris, Hermann Éditeurs, 2010.

6 J. von Stackelberg, art. « Traduction », in M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, p. 1212.

7 J. von Stackelberg, art. « Traduction », in M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, p. 1212.

8 G. Dotoli, Traduire en français…, op. cit., p. 178.

9 Voir P. Bret, Mme P *** de Dijon. Sociabilités savantes, traduction scientifique et spécialisation de la presse au XVIIIe siècle. Paris, Hermann Éditeurs, à paraître.

10 G. Romme, Notes scientifiques et anecdotes, 1782-1788, A.-M. Bourdin, J. Ehrard et H. Rol-Tanguy (éd.), [Clermont-Ferrand], Presses universitaires Blaise-Pascal, 2009, p. 112.

11 P. Bret, « Traductrices scientifiques », dans Dictionnaire des femmes des Lumières, H. Krief et V. André (dir.), Paris, Honoré Champion, 2011.

12 Sur les circulations savantes entre ces deux pays, voir Notes & Records of the Royal Society, 62 : 4, décembre 2008 ; A. Thomson, S. Burrows et E. Dziembowski (éd.), Cultural transfers…, op. cit. ; R. Fox et B. Joly (dir.), Échanges franco-britanniques entre savants depuis le XVIIe siècle – Franco-British interactions in science since the seventeenth century, Oxford, College publications, 2010. Voir aussi P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne (XVIe-XIXe siècle), Documents pour l’histoire des techniques, no 19, 2010.

13 J. McClellan III, Science Reorganized. Scientific Societies in the Eighteenth Century, New York, University of Columbia Press, 1985; Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académie et académiciens provinciaux (1680-1789), Paris, Mouton, 1978.

14 Le paratexte représente parfois près de la moitié de l’ensemble, comme dans la traduction de L’Essai sur le phlogistique de Kirwan par Mme Lavoisier, accompagnée d’une réfutation systématique par son mari et ses confrères (1788).

15 P. Bret, « Les promenades littéraires de Madame Picardet. La traduction comme pratique sociale de la science au XVIIIe siècle », in Traduire la science, hier et aujourd’hui, P. Duris (dir.), Pessac, Publications de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2008, p. 125-152.

16 S. Hächler, « Deux réseaux de correspondance en interaction. La correspondance entre Albert de Haller (1708-1777) et Carlo Allioni (1728-1804) », in La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, P.-Y. Beaurepaire (éd.), Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 253-272.

17 I. Passeron (dir.), « La République des sciences », Dix-Huitième Siècle, t. 40, 2008.

18 À noter que l’initiative est d’abord provinciale (Dijon et Auxerre) avant d’être transférée à Paris.

19 K. Hufbauer, The Formation of the German Chemical Community (1720-1795), Berkeley, Cal., 1982.

20 Anne Saada estime que les Göttingische gelehrte Anzeigen, fondées en 1739 dans le sillage de la création de l’université de Göttingen, en publient 7 à 900 recensions par an dans les années 1770, dont 25 à 30 % de livres français. En recueillant les informations des autres périodiques, L’Esprit des journaux joue un rôle central dans la presse européenne, qui y puise volontiers sa matière étrangère.

21 Voir Dix-Huitième Siècle, t. 40, 2008, p. 265.

22 A. Önnerfors, « Svenska Pommern : kulturmöten och identifikation 1720-1815 », thèse de l’université de Greifswald, 2003.

23 G. Romme, Notes scientifiques…, op. cit., p. 226-228.

24 J. Lamy, « Antoine Darquier et la cosmologie de Johann Heinrich Lambert : emprunts et distances », Historia scientiarum, 19-1, juin 2009, p. 43-54.

25 I. Gouzévitch, « De la Moscovie à l’Empire russe : le transfert des savoirs européens », Bulletin de la Société des amis de la bibliothèque de l’École polytechnique-SABIX, no 33, mai 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540