Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Cinquième partie. Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

Le livre voyageur

Dominique Varry

Texte intégral

  • 1 D. Bougé-Grandon (éd.), Le Livre voyageur. Constitution et dissémination des collections livresque (...)

1Depuis qu’il existe, et quelle que soit sa forme, le livre est voyageur1. La période des années 1680-1780 ne déroge pas à cette règle. Du lieu d’impression aux lieux de consommation (achat, lecture…) le livre est transporté, en feuilles ou relié, sur des charrettes ou dans des carrosses, à dos de mule, sur des bateaux, le plus souvent dans des balles recouvertes de toile ou des tonneaux, parfois dans les poches de son propriétaire. Le livre ne voyage pas seulement dans un espace géographique, mais aussi dans le temps. Il est le produit d’une époque, se vend, s’achète, se prête, se donne ou s’hérite, se revend, se rhabille éventuellement d’une nouvelle reliure, porte parfois les stigmates de cette transmission (marques d’appartenance, annotations de lecteurs successifs, biffures de censeurs, déchirures, coulures de chandelle et auréoles de pieds de verres de vin comme sur certains livres de Voltaire). Le livre, quand il est précieux, peut aussi constituer un butin de guerre. Tel fut le cas en 1746, lors de la prise de Bruxelles par les Français, des manuscrits de Bourgogne hérités de Charles le Téméraire. Les « gens du livre », eux aussi voyagent. Qu’il s’agisse des auteurs, dont nous ne traiterons pas ici, des imprimeurs-libraires, des compagnons imprimeurs (compositeurs et pressiers), des relieurs, des colporteurs de toutes espèces… et des lecteurs.

Correspondances et voyages

  • 2 R. Darnton et M. Schlup (éd.), Le rayonnement d’une maison d’édition dans l’Europe des Lumières : (...)

2L’imprimeur-libraire ne peut se contenter de demeurer dans son atelier. Il doit s’informer du marché, des modes, des pratiques et production de ses confrères… Le premier moyen à sa disposition pour ce faire est la correspondance, qui de strictement commerciale en vient parfois à un mode plus personnel et amical. Malheureusement pour l’historien, la plupart de ces correspondances ont disparu. L’une des exceptions les plus notables à cet état de fait est celle de la Société typographique de Neuchâtel (STN), pour laquelle 35000 lettres de correspondants de toute l’Europe : imprimeurs-libraires, colporteurs, fournisseurs de tous ordres, auteurs en mal d’éditeur, voire simples particuliers et lecteurs ordinaires, ont été conservées pour sa période d’activité de 1769 à 1793. Cette correspondance a été largement mise à profit dans son œuvre par Robert Darnton, et par d’autres historiens depuis2. Ces correspondances de libraires ont parfois d’autres conséquences qu’immédiatement marchandes. C’est par l’intermédiaire des libraires lyonnais spécialisés dans le livre espagnol Roch et Pierre Deville, que le bibliophile néerlandais Gerard Meerman (1722-1771) put entrer en relation avec Gregorio Mayans y Siscar (1699-1781), l’un des représentants des Lumières espagnoles, permettant à ce dernier et de se procurer des livres qu’il ne pouvait trouver en Espagne, et d’être publié aux Pays-Bas et en Allemagne.

  • 3 D. Varry, « Une collaboration à distance : Jean-Jacques Rousseau et Marc-Michel Rey », L’écrivain (...)

3Enfin, il est des collaborations qui ne peuvaient se mener que par lettres, comme dans le cas de Rousseau, établi à Montmorency, et de son éditeur Marc-Michel Rey installé à Amsterdam3. Dans un tel cas, les discussions sur le choix du papier, des caractères, des ornements, des gravures… ne pouvaient se faire que par écrit. Les épreuves faisaient l’aller-retour par voie postale. Pour réduire les frais, et par raison de sécurité, on essayait de trouver des arrangements. Le courrier officiel de Monsieur de Malesherbes, directeur de la Librairie, était utilisé pour faire transiter les épreuves de La Nouvelle Héloïse. Pour un texte plus risqué comme le Contrat social, c’est la valise diplomatique et les services du chapelain de l’ambassade des Pays-Bas à Paris qui étaient requis.

  • 4 G. Barber, « The Cramers of Geneva and their trade in Europe between 1755 and 1766 », Studies on V (...)

4Lorsqu’ils sont conservés, comme pour la STN ou pour le libraire genevois Cramer4, les comptes permettent également de reconstituer réseaux et échanges commerciaux internationaux. Ainsi, les Cramer ont-ils 79 correspondants en Italie entre 1755 et 1766. Mais il arrivait aussi aux imprimeurs-libraires de voyager. Avant de reprendre l’affaire paternelle, il était d’usage que les fils de maîtres s’essayent chez un ou plusieurs confrères lointains. Une fois installés, les déplacements professionnels plus ou moins réguliers étaient fréquents. Certaines grandes maisons ont eu des comptoirs en pays étrangers. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les frères Deville, libraires lyonnais spécialisés dans le livre espagnol, avaient établi l’un des leurs à Madrid d’où il contrôlait les affaires dans la péninsule ibérique, et les expéditions vers le Mexique. D’autres firmes recoururent à des commis voyageurs qui, d’une certaine manière pratiquaient la « veille économique » avant la lettre. Tel est en particulier le cas de la STN qui, en 1773 et 1776, chargea un « voyageur » de visiter les imprimeurs-libraires français selon un plan et un itinéraire préalablement établis. Le but principal d’une telle expédition était de se renseigner sur les professionnels susceptibles de se lier avec la firme neuchâteloise, et surtout sur leur sérieux et leur solvabilité, de s’enquérir des modes et des projets éditoriaux intéressants voire concurrents, de créer des itinéraires d’acheminement discrets pour les impressions prohibées, et de proposer le catalogue de la maison. Le voyageur était muni d’un aide-mémoire qui, pour chaque ville, lui indiquait dans quel ordre visiter les professionnels, et les questions à poser ou à éviter.

  • 5 R. Wittman, Geschichte des deutschen Buchhandels, München, Verlag C. H. Beck, 1991. Réédité en 199 (...)
  • 6 D. Varry, « André Degoin, imprimeur-libraire lyonnais condamné pour production d’ouvrages protesta (...)

5L’une des destinations traditionnelles des professionnels du livre était les foires. Pourtant, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les deux foires annuelles de Francfort5 avaient perdu de leur attrait, et leur audience se limitait aux professionnels des régions d’Empire et des Pays-Bas, alors même qu’elles connaissaient la concurrence plus âpre de la foire de Leipzig. En effet, le nombre de titres français, anglais et italiens qui se chiffrait par centaines aux catalogues des foires de Francfort jusqu’en 1620, chute fortement à partir de cette date pour n’atteindre plus que quelques unités au début du XVIIIe siècle. Une autre foire peut être évoquée : celle de Beaucaire (Gard). Se déroulant durant une douzaine de jours autour du 22 juillet, elle attirait des marchands orientaux et occidentaux, et des dizaines de milliers de chalands (120 000 personnes en 1769). Les marchandises les plus diverses y étaient proposées. Mais la foire de Beaucaire fut au XVIIIe siècle un important marché de livres prohibés que surveillaient les autorités. Le Rhône était voie de transport importante. La foire constituait à la fois un débouché pour la production imprimée de l’enclave pontificale d’Avignon qui piratait les impressions françaises dotées de privilèges du roi, et une plaque tournante pour l’acheminement d’ouvrages protestants en provenance de Genève et de Lyon et destinés aux religionnaires du Midi6.

  • 7 R. Chartier, « Livre et espace : circuits commerciaux et géographie culturelle de la librairie lyo (...)

6Les compagnons (compositeurs et pressiers) étaient pour une partie d’entre eux gyrovagues, s’employant de-ci de-là pour quelques semaines, au gré des circonstances. Ils contribuaient ainsi à la transmission des nouvelles professionnelles : impressions en cours chez tel ou tel, titres intéressants susceptibles d’être contrefaits… Un cas exemplaire est celui de Jean-Pierre Sourdet, évoqué par Roger Chartier et Jacques Rychner7. Fils d’un tailleur d’habits, on peut suivre ses pérégrinations grâce à sa correspondance, à la graphie très phonétique, à son épouse vivant à Lyon. Il travailla à la STN de mai à juillet 1770. Il était ensuite à Lausanne, puis partit pour le Piémont. En 1773 il était à Dijon, en 1775 à Grenoble, en 1777 chez Pellet à Genève, en 1778 à Mâcon, à nouveau à Genève mais chez Bassompierre en 1780, à Paris puis Bourges puis Verdun en 1781, de nouveau à Paris en 1783. Il était de retour à Lyon en 1786.

7Nous savons aussi que dans les grandes firmes de librairie, il était d’usage d’avoir toujours quelques commis étrangers, qui pouvaient aider à la correspondance commerciale ou à la correction des épreuves. Les Deville de Lyon ont demandé à Mayans y Siscar de leur trouver un correcteur espagnol, qui fut débauché d’un atelier de Valence, pour les aider dans les corrections orthographiques, suite au travail de normalisation entrepris en ce domaine par l’Académie royale espagnole.

De nouvelles formes de consommation du livre

  • 8 A. Charon, E. Parinet (dir.), Les Ventes de livres et leurs catalogues XVIIe-XXe siècle, Paris, Éc (...)
  • 9 J. Van Heel, « From Venice and Naples to Paris, The Hague, London, Oxford, Berlin… The Odyssey of (...)

8Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’Europe vit s’organiser le commerce du livre de seconde main et du livre d’antiquariat, en particulier dans le cadre de ventes publiques accompagnées de catalogues imprimés8. Le mouvement débuta aux Pays-Bas au XVIe siècle, puis se répandit en France, en Grande-Bretagne et ailleurs. Le système de la vente à l’enchère s’introduisit tardivement, dans le cours du XVIIIe siècle. Les catalogues de vente imprimés constituent une source à manier avec précaution pour l’historien. Ils ne renseignent pas sur les lectures, mais sur des ouvrages possédés, dont certains se chargent d’un intérêt bibliophilique. Les catalogues étaient préalablement à l’impression soumis à la censure. Les libraires n’hésitaient pas à mêler des ouvrages d’origines diverses pour dresser un catalogue, ce qui fait qu’ils ne sont pas un reflet exact des collections de leurs prétendus propriétaires. Ces catalogues n’étaient imprimés que pour des bibliothèques d’importance ou de qualité. La plupart des ventes, dont nous avons perdu toute trace, se faisaient à partir d’un catalogue manuscrit consultable chez le libraire organisateur. Dans le cours du XVIIIe siècle, certains libraires se spécialisèrent dans le livre d’antiquariat, dans des secteurs géographiques propres : le quai des Augustins à Paris, Moorfields à Londres… Ce commerce du livre de seconde main connut une nouvelle impulsion dans les pays catholiques après la suppression de la Compagnie de Jésus en 1763. De nombreuses bibliothèques jésuites furent alors mises sur le marché. C’est ainsi par exemple qu’en 1764 le libraire Corradi de Madrid acheta 43 caisses (939 titres) de livres imprimés du Collège parisien de Clermont, par l’intermédiaire du libraire Debure le jeune, pour la bibliothèque royale publique. D’autres documents de même origine, mais plus précieux, alimentèrent le marché bibliophilique. Le collectionneur néerlandais Gerard Meerman acheta pour 15 000 louis d’or la totalité des manuscrits du Collège de Clermont. La Bibliothèque du roi s’émut, fit bloquer l’envoi à Rouen, et exigea 40 manuscrits en lui abandonnant le reste (850 manuscrits)9.

  • 10 J. Viardot, « La curiosité en fait de livres : phénomène européen ou singularité française ? », Hi (...)

9À la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles apparut la notion de « livres rares et curieux10 », que nous appelons aujourd’hui la bibliophilie. L’intérêt des amateurs se portait sur la notoriété du texte, celle de l’édition, la condition de l’exemplaire, son état de conservation, sa provenance. Le phénomène concerna d’abord la France, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. De 1700 à 1830 environ, Paris et Londres, puis en seconde ligne La Haye et Amsterdam constituèrent les principaux centres de vente. Vers 1700, de grands aristocrates anglais se piquèrent de rassembler des incunables qu’ils traquèrent dans l’Europe entière. Jusque vers 1730, ils dominèrent ce marché, et transportèrent vers la Grande-Bretagne des bibliothèques entières. Ainsi de 1723 à 1731, la firme Woodward and Lyon dispersa neuf grandes bibliothèques françaises. À partir des années 1730, les aristocrates anglais s’effacèrent devant des collectionneurs issus de la grande bourgeoisie ou des mondes lettrés et érudits. À la même époque, des amateurs continentaux commencèrent à intervenir dans les grandes ventes anglaises, ainsi en 1734 de Claude Gros de Boze qui rapporta de Londres l’exemplaire unique du livre considéré à l’époque comme le plus rare du monde : le Christiani restitutio de Michel Servet. Par ailleurs, la pratique du grand tour incita les voyageurs à s’intéresser au livre italien. Le roi d’Angleterre George III racheta en bloc la collection d’incunables vénitiens constituée par son consul dans la Sérénissime. Sans disparaître, l’intérêt pour les incunables fit place à d’autres thématiques, aux imprimeurs humanistes (Alde, Estienne, Elzevier…) et aux auteurs hétérodoxes, tandis que les Anglais recherchaient les éditions de Shakespeare et de la période élisabéthaine. À Londres, le summum du phénomène bibliophilique fut atteint en 1812, lors de la vente du duc de Roxburgh. À Paris, il s’amorça en 1738 lors de la vente du comte d’Hoym ministre plénipotentiaire de l’électeur de Saxe, et atteignit son apogée en 1784 avec la première vente du duc de La Vallière dont le produit atteignit 500 000 livres tournois. Toutes les bibliothèques royales d’Europe y achetèrent. La Bibliothèque du roi y acquit 900 volumes dont 190 incunables, et déboursa à elle seule un quart du total de la vente. De grands libraires, organisateurs de ces ventes, contribuèrent à façonner le marché. C’est ainsi que le libraire parisien Martin « inventa » le système de classification dit des libraires de Paris en cinq grandes catégories (théologie, droit et jurisprudence, sciences et arts, belles-lettres, histoire), utilisé pour les catalogues de ventes, mais aussi ceux de nouveautés, puis par les bibliothèques et les bibliographes… et enfin par les historiens. C’est ainsi également que le libraire parisien Guillaume-François Debure publia, de 1763 à 1768 une Bibliographie instructive en sept volumes qui contribua à orienter le goût des amateurs.

De nouvelles structures d’accès au livre

  • 11 J.-D. Mellot, « Libraires en campagne : les forains normands du livre à la fin du XVIIIe siècle »,(...)

10Aux XVIIe et surtout XVIIIe siècle, la demande de livres s’accrut de façon considérable, à mesure que ceux-ci se multipliaient dans les demeures de couches de plus en plus larges de la population européenne. Le laboureur qui serrait six mauvais petits livres de prière dans son armoire était déjà détenteur d’une bibliothèque. Paradoxalement, les contrôles religieux ou administratifs, et le contingentement imposé dans certains pays comme la France aux métiers du livre, firent que l’offre fut incapable de satisfaire la croissance du marché. Les capitales et les grandes villes avaient leurs imprimeurs et leurs libraires. Mais d’autres circuits apparurent et se développèrent dans les cités grandes ou modestes, et dans les campagnes plus délaissées11. Certaines métropoles avaient leurs colporteurs officiels, munis d’une plaque : Paris, Lyon… En Angleterre, à partir de 1699, tous les colporteurs devaient être détenteurs d’une licence. Aux Pays-Bas, leur activité était plus libre. Cependant, à Utrecht, ils furent obligés en 1760, par les autorités provinciales, de détenir un permis annuel. Aux colporteurs autorisés s’adjoignaient souvent des clandestins, et des « étaleurs » plus ou moins officiels ou furtifs qui disposaient de caisses mobiles et de tables pliantes. Plus officielles étaient les « street stalls » londoniennes, baraques de bois qu’on pouvait fermer à clé et qui contenaient deux à trois cents volumes. Les plus célèbres étaient alignées le long de Westminster Hall, et ne fonctionnaient que lors des séances du parlement.

  • 12 A. Sauvy, « Noël Gille dit La Pistole “marchand forain libraire” roulant par la France », Bulletin (...)

11Pour desservir les seigneurs vivant dans leurs châteaux, les curés de campagne, les habitants des bourgs… les marchands itinérants se multiplièrent. Certains imprimeurs publiaient d’ailleurs une partie de leur production pour eux. Ainsi en est-il de la « bibliothèque bleue » de Troyes et d’ailleurs, mais aussi de livres d’imprimeurs néerlandais comme van Egmont et van Gysen qui portaient au titre l’inscription « imprimé en compagnie pour les colporteurs ». Certains de ces marchands itinérants étaient de simples colporteurs dont la hotte contenait livres bleus, almanachs, mouchoirs et aiguilles. D’autres faisaient « rouler » des voitures qui transportaient des centaines d’ouvrages. Le plus célèbre d’entre eux fut sans doute Noël Giles, dit « La Pistole » (1744-1824), client de la STN, et dont les interrogatoires de police dévoilent bien des aspects insoupçonnés de ce commerce itinérant12 de livres utilitaires mais aussi de contrefaçons et d’ouvrages prohibés. Certaines régions se firent une spécialité de ces métiers. Le cas du Briançonnais est bien connu, qui a lancé sur les routes de France, d’Italie, d’Espagne et de Portugal des dizaines de « marchands de livres », comme on les appelait. Celui de la région de Coutances l’est moins. De ses « libraires en campagne » et « marchands de grands chemins » normands sont pourtant issus certains des plus grands libraires parisiens du XIXe siècle : Blaizot, Garnier, Lemerre…

12Le mouvement d’ouverture des grandes bibliothèques privées au public, encore peu nombreux mais choisi, des savants et des beaux esprits, tel qu’il avait été initié au début du XVIIe siècle par les manifestes de Juste Lipse (De Bibliothecis Syntagma, 1602) et Gabriel Naudé (Advis pour dresser une bibliothèque, 1627, réédité en 1644, traduit en anglais en 1661) se poursuivit à travers toute l’Europe. Les legs suscitant les legs, des bibliothèques petit à petit devinrent publiques. En 1772, pour la première fois fut lancée une souscription pour racheter la bibliothèque du défunt évêque de Grenoble, et la mettre à la disposition du public. Si les livres de ces bibliothèques se consultaient sur place, ils attiraient de loin les lecteurs. Les guides de voyage du temps ne manquent d’ailleurs pas de signaler les bibliothèques à visiter.

13Le XVIIIe siècle vit également l’apparition de nouvelles structures de circulation du livre qui se répandirent dans toute l’Europe et dans les colonies américaines. Parmi celles-ci, il convient de citer les cabinets de lecture (circulating libraries, Leihbibliotheken) fonctionnant par abonnement, et souvent adjoints à une librairie dans le but de fidéliser une nouvelle clientèle. Le premier cabinet de lecture ouvrit à Edimbourg en 1725. Ils se répandirent très vite en Grande-Bretagne. Londres en compta bientôt 112, tandis que 119 localités britanniques en abritèrent un total de 269. William Lane peut être considéré comme leur créateur, puisqu’il créa une chaine de librairies auxquelles nombre de ces cabinets de lecture étaient associés, et pour lesquels il publia des titres spécifiques. En France, le premier cabinet de lecture ouvrit à Lyon en 1759. Vers 1789, Paris en comptait treize, tandis que 36 autres s’étaient ouverts en province. Un second type de structure à voir le jour à l’époque est celui des sociétés de lecture (book-club, Lesegesellschaften) qui fonctionnaient sur un mode associatif. Une cotisation annuelle permettait aux membres d’emprunter des livres récents qui, à la fin de l’année pouvaient être mis aux enchères parmi les membres ou intégrés à une bibliothèque commune.

Échanges et entraves

  • 13 F. Lopez, « La librairie madrilène du XVIIe au XVIIIe siècle », Livres et libraires en Espagne et (...)
  • 14 M.-L. Lopez-Vidriero, « Le Rôle de l’Espagne dans le commerce du livre au XVIIIe siècle », Le Livr (...)
  • 15 M.-H. Piwnik, « Libraires français et espagnols à Lisbonne au XVIIIe siècle », Livres et libraires (...)

14La circulation du livre entre pays européens ne se faisait cependant pas sans obstacles posés par des législations nationales plus ou moins rigides destinées pour une part à empêcher l’entrée d’une littérature jugée dangereuse, et d’autre part à protéger les professionnels du cru. Ainsi, en Espagne, aucune politique du livre n’exista avant le règne de Ferdinand VI13. Le pays comptait environ 180 libraires vers 1747. Ils n’étaient pas organisés en communauté, et ne tenaient pas de registres des ouvrages imprimés, comme en France. Ils avaient d’ailleurs souvent des intérêts antagonistes. Ils devaient simplement fournir en début d’année au Saint-Office des catalogues des ouvrages présents en leurs boutiques, et accepter des visites de contrôle. Depuis 1605, les libraires devaient en outre relever le nom de leurs acheteurs. Enfin, les importateurs étaient tenus de déclarer leurs livres au Saint-Office. Mais ces obligations demeuraient plus théoriques qu’efficaces. En 1752, une politique du livre commença à s’esquisser. Elle débuta par un recensement des boutiques et ateliers. Mais elle fut menée par des fonctionnaires royaux, et non par le Saint-Office. La loi 22 du titre XVI de l’année 1754, réaffirmait d’abord des mesures antérieures de normalisation des pages de titre de façon à bien identifier auteurs et imprimeurs, mais rendit également obligatoire une licence royale spécifique pour l’importation d’œuvres d’auteurs espagnols imprimés en castillan à l’étranger, et imposa une taxe à tout ouvrage imprimé hors d’Espagne vendu dans le pays. Une autre mesure également destinée à protéger les professionnels locaux fut introduite en 1778 à la demande des relieurs : l’interdiction d’importer des livres étrangers reliés. Les reliures étaient cassées à la frontière. Seules les reliures anciennes, antérieures à 1700, échappaient à cette règle14. Les grands importateurs européens étaient alors les frères Deville de Lyon (qui firent faillite en 1743), puis Cramer et Grasset, tous deux de Genève, qui tous se heurtèrent à la censure et à l’inquisition. Pourtant, il existait alors une clientèle avide d’ouvrages en français, en particulier de sciences et de voyages. Au Portugal15, la loi Curiel de 1752 interdit l’importation de livres en romance imprimés ailleurs qu’en Espagne. En 1755, Pombal créa la Junta de Comercio à laquelle tous les commerçants furent obligés de se faire immatriculer. Les libraires français semblent les seuls étrangers à s’implanter durablement dans le royaume, spécialement à Lisbonne (où on en dénombre 17 dans la seconde moitié du XVIIIe siècle), Porto et Coïmbre.

  • 16 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier. L’art de la calomnie en France 1650-1800, Paris, Gallimard (...)

15Par opposition à la situation ibérique, et par contraste avec la France, l’Angleterre faisait figure de terre de liberté. De fait, elle exportait peu de chose vers le reste de l’Europe, et l’anglomanie à la mode au XVIIIe siècle passait davantage par les traductions que par les éditions anglophones. Mais Londres a accueilli des Huguenots, et fut aussi le lieu de refuge d’auteurs de brochures scandaleuses attaquant la monarchie française16, et trouvant dans Grub Street, du nom d’une rue de l’East-End, un milieu d’écrivassiers miséreux accueillant. De fait, « Londres » sur les pages de titre, parfois « Londres, au berceau de la liberté », devait devenir une fausse adresse très largement employée, selon une courbe ascendante depuis les années 1740 jusqu’au début de la Révolution française. Et lorsqu’en 1771 Théveneau de Morande donnait pour adresse à son Gazetier cuirassé « à cent lieues de la Bastille à l’enseigne de la liberté », tout le monde comprenait. Curieusement, l’utilisation de la fausse adresse « Londres » ne fut pas seulement le fait des Français. On la trouve aussi sur des publications sorties de villes aussi diverses qu’Amsterdam, Bâle, Francfort, Genève, Karlsruhe, Lausanne, Neuchâtel (STN), Offenbach, ou Rotterdam.

  • 17 M. Van Delft, C. de Wolf (éd.)., Bibliopolis. History of the printed Book in the Nethrtlands, Den (...)

16L’une des régions les plus dynamiques en matière de diffusion de livres, tout au moins jusqu’à la crise des années 1740, fut les Pays-Bas17. Jusqu’en 1725, la République des sept provinces unies fut un centre majeur de production et de commerce, en particulier grâce aux villes d’Amsterdam, La Haye (Reinier Leers), Rotterdam et Leyde, fournissant des livres de belle qualité en formats maniables à toute l’Europe. Une part très importante de cette production était imprimée en français, surtout à partir de la révocation de l’édit de Nantes qui vit l’arrivée de nombreux auteurs, imprimeurs et libraires huguenots : les frères Huguetan (Lyon), et Henry Desbordes à Amsterdam, Abraham Acher à Rotterdam, Jean Neaulme à La Haye. Ils furent rejoints un peu plus tard par des réfugiés jansénistes. À partir de cette époque, cette région devint une tête de réseau international pour toute l’Europe, et se spécialisa également dans certains produits comme les atlas, ou comme les Judaica destinés à l’Europe centrale. Selon Giles Barber, de 1700 à 1780, 30 % des livres reliés (éditions anciennes) et 61 % de livres non reliés (nouveautés) importés en Angleterre venaient de Hollande. Cette région avait pour particularité de réimprimer rapidement des textes déjà publiés dans d’autres pays, pour les mettre sur le marché international à des prix défiants toute concurrence : bibles anglaises, missels catholiques à l’adresse de Cologne ou d’Anvers, textes classiques, romans français… Les journaux hollandais, comme la République des Lettres (1684) contribuaient à faire connaître cette production. Pour contourner la censure de pays comme la France ou l’Angleterre, elle était parfois obligée de recourir à de fausses adresses, dont la plus célèbre fut sans doute « à Cologne chez Pierre Marteau ». Jusqu’au milieu du XVIIe siècle, seuls les États-Généraux délivraient des privilèges dans la République. Par la suite, les provinces en accordèrent aussi. À la différence de la France, ces privilèges n’étaient pas liés à un examen par la censure, et ne valaient pas approbation du contenu des ouvrages. À partir des années 1740, malgré l’importance de libraires comme Élie Luzac et Marc-Michel Rey, on constate un déclin de la production en français qui s’explique par un plus grand libéralisme des autorités françaises envers les textes publiés, et par l’apparition ou l’affirmation de centres d’imprimerie situés en périphérie du territoire français : Liège (Bassompierre), Bouillon (Pierre Rousseau), Kehl (Société typographique), Trévoux, Genève (Cramer), Lausanne (Grasset), Neuchâtel (Fauche, STN) ou en son sein (Avignon). C’est aussi une époque où les coûts de production devinrent plus chers aux Provinces-Unies, où les salaires étaient plus élevés qu’ailleurs.

17Le cas de Trévoux, capitale de la Souveraineté de Dombes, illustre l’importance de ces centres étrangers périphériques qui, pour une part produisaient contrefaçons et livres prohibés en France, et d’autre part permettaient à la France de contourner certains de ses règlements. Le succès de Trévoux est d’abord dû à la fiction d’être un territoire étranger, ce qui permit aux Jésuites, avec l’aval du pouvoir, de publier un journal en contournant le privilège d’exclusivité dont jouissait La Gazette dans le royaume. Après plusieurs tentatives infructueuses, l’imprimerie fut établie durablement en 1699 lorsque le duc du Maine fit appel à des imprimeurs parisiens : Jean Boudot auquel Étienne Ganeau succéda à sa mort en 1706. Après le décès en 1716 de Louis Ganeau, frère d’Étienne et chef de l’atelier, les difficultés commencèrent et l’association parisienne périclita en 1730. Bien que portant toujours l’adresse de Trévoux, les Mémoires furent imprimés d’abord à Lyon, puis à Paris. L’imprimerie de Trévoux devint alors un atelier mercenaire produisant contrefaçons et textes risqués sous de fausses adresses, et accueillant à l’occasion des professionnels lyonnais qui venaient y imprimer en toute quiétude des ouvrages prohibés. L’année 1762, qui vit l’annexion de la souveraineté à la France, signa l’arrêt de mort de l’imprimerie trévoltienne qui n’avait plus alors de raison d’être.

  • 18 R. Chartier, H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française. Le livre triomphant (1660-1830) (...)
  • 19 J.-D. Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provincial et c (...)

18En France, de nouvelles mesures vinrent renforcer le contrôle exercé d’une manière de plus en plus forte depuis le XVIe siècle. Parmi celles-ci, signalons l’introduction en 1723 du Code de la librairie et imprimerie de Paris, dit « Code Saugrain » du nom du syndic de la communauté parisienne ; et la volonté sans cesse réaffirmée de limiter le nombre des ateliers dans le royaume. En 1667, le nombre d’imprimeries dans la capitale fut ramené à 35. Elles étaient plus de 75 quelques années plus tôt. Entre 1701 et 1704, le nombre des ateliers du royaume fut fixé à 278. On l’abaissa à 250 en 1739. Ces objectifs chiffrés ne purent être réalisés avant la Révolution. Par ailleurs, la France était dominée par la « prééminence de la librairie parisienne », qui accaparait auteurs et textes à la mode, et les privilèges d’impression, par opposition à une « anémie provinciale », pour reprendre les titres de deux chapitres de l’Histoire de l’édition française18. Les grands centres provinciaux (Lyon et Rouen19), et les villes de moindre importance, ne pouvant vivre des seuls titres tombés dans le domaine public, étaient obligés de recourir à la contrefaçon, et n’hésitaient pas au XVIIIe siècle à publier les auteurs à la mode dans des éditions prohibées, sous fausses adresses étrangères. La France était à la fois un exportateur de livres, et était concurrencée par les éditions étrangères qui s’y débitaient. En théorie, le livre étranger ne pouvait pénétrer le royaume que par certaines villes où les arrivages étaient examinés : Paris, Rouen, Nantes, Bordeaux, Marseille, Lyon, Strasbourg, Metz, Amiens et Lille. Dans la réalité des faits, de multiples itinéraires de contournement furent employés. Versailles, devint ainsi une plaque tournante pour faire entrer le livre prohibé dans Paris… en soudoyant les cochers des grands seigneurs. L’arsenal coercitif et répressif voulu par la monarchie française ne put jamais empêcher la parution et la circulation du livre. Le même phénomène se vérifie dans les autres pays européens, à une époque où le nombre de livres et celui des lecteurs étaient croissants.

Notes

1 D. Bougé-Grandon (éd.), Le Livre voyageur. Constitution et dissémination des collections livresques dans l’Europe moderne (1450-1830), Paris, Klincksieck, 2000.

2 R. Darnton et M. Schlup (éd.), Le rayonnement d’une maison d’édition dans l’Europe des Lumières : la Société typographique de Neuchâtel 1769-1789, Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire, Hauterive, Éditions Gilles Attinger, 2005. D’une manière générale, pour Neuchâtel, voir toute l’œuvre de Robert Darnton.

3 D. Varry, « Une collaboration à distance : Jean-Jacques Rousseau et Marc-Michel Rey », L’écrivain et l’imprimeur, A. Riffaud (dir.), Rennes, PUR, 2010, p. 217-230 (sous presses).

4 G. Barber, « The Cramers of Geneva and their trade in Europe between 1755 and 1766 », Studies on Voltaire and the eighteenth century, XXX, 1964, p. 409-411.

5 R. Wittman, Geschichte des deutschen Buchhandels, München, Verlag C. H. Beck, 1991. Réédité en 1999.

6 D. Varry, « André Degoin, imprimeur-libraire lyonnais condamné pour production d’ouvrages protestants (vers 1735) », La Lettre clandestine, n ° 13, 2004, p. 71-84.

7 R. Chartier, « Livre et espace : circuits commerciaux et géographie culturelle de la librairie lyonnaise au XVIIIe siècle », Revue française d’histoire du livre, 1971, n ° 1, p. 77-108, voir p. 97-99. J. Rychner, Genève et ses typographes vus de Neuchâtel 1770-1780, Genève, Christian Braillard, 1984, p. 64-65.

8 A. Charon, E. Parinet (dir.), Les Ventes de livres et leurs catalogues XVIIe-XXe siècle, Paris, École nationale des chartes, 2000.

9 J. Van Heel, « From Venice and Naples to Paris, The Hague, London, Oxford, Berlin… The Odyssey of the Manuscript Collection of Gerard and Johan Meerman », Books on the Move. Tracking Copies through Collections and the Book Trade edited by Robin Myers, Michael Harris and Giles Mandelbrote, New Castle (Del.) & London, Oak Knoll Press & The British Library, 2007, p. 87-111. La collection Meerman est à l’origine du Museum Meermanno-Westreenianum de La Haye.

10 J. Viardot, « La curiosité en fait de livres : phénomène européen ou singularité française ? », Histoire de l’édition française. Le livre triomphant 1660-1830, R. Chartier et H.-J. Martin (dir.), Paris, Fayard et Cercle de la Librairie, 1990, p. 195-206.

11 J.-D. Mellot, « Libraires en campagne : les forains normands du livre à la fin du XVIIIe siècle », Le Livre voyageur…, op. cit., p. 153-178. R. Myers, M. Harris, G. Mandelbrote (éd.), Fairs, Markets and the itinerant Book Trade, New Castle (Del.) & London, Oak Knoll Press & The British Library, 2007. Voir les texts de J. Salman, « Watching the Pedlar’s Movements: itinerant distribution in the urban Netherlands », p. 137-158; et M. Harris, « The Book Trade in the Public Spaces: London street booksellers, 1690-1850 », p. 187-211. L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe XVe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

12 A. Sauvy, « Noël Gille dit La Pistole “marchand forain libraire” roulant par la France », Bulletin des bibliothèques de France, tome 12, mai 1967, p. 177-190.

13 F. Lopez, « La librairie madrilène du XVIIe au XVIIIe siècle », Livres et libraires en Espagne et au Portugal (XVIe-XXe siècles). Actes du colloque international de Bordeaux (25-27 avril 1986), Paris, Éditions du CNRS, 1989, p. 39-59.

14 M.-L. Lopez-Vidriero, « Le Rôle de l’Espagne dans le commerce du livre au XVIIIe siècle », Le Livre voyageur…, op. cit., p. 129-151.

15 M.-H. Piwnik, « Libraires français et espagnols à Lisbonne au XVIIIe siècle », Livres et libraires en Espagne et au Portugal (XVIe-XXe siècles)…, op. cit., p. 81-98.

16 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier. L’art de la calomnie en France 1650-1800, Paris, Gallimard, 2010.

17 M. Van Delft, C. de Wolf (éd.)., Bibliopolis. History of the printed Book in the Nethrtlands, Den Haag, Koninklijke Bibliotheek & Zwolle, Waaders Publishers, 2003. La Bibliothèque royale des Pays-Bas offre un site internet d’histoire du livre néerlandais, Bibliopolis (dont une version en anglais) extrêmement documenté et utile : http://www.bibliopolis.nl/index/index/lang/en.

18 R. Chartier, H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française. Le livre triomphant (1660-1830), Paris, Promodis, 1984. Réédition : Paris, Fayard et Cercle de la Librairie, 1990.

19 J.-D. Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École nationale des chartes, 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540