Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Quatrième partie. Culture de la mobilité et circulations culturelles internationales en Europe

Les circulations maçonniques internationales en Europe

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

1Le « principe de circulation » (Henriette Asséo), l’attention à la « culture de la mobilité » (Daniel Roche) et récemment l’étude du « processus de communication » ont permis de mettre en perspective le modèle et le laboratoire unique que la franc-maçonnerie offre au cours de la période à l’Europe pour se penser et se vivre comme un espace de circulations internationales harmonieuses, où « l’esprit de commerce » doit l’emporter sur « l’esprit de conquête ». Au-delà du maillage serré et de la polarisation de l’espace européen par plusieurs milliers de loges maçonniques, réunissant sans doute 200 000 à 300 000 francs-maçons, de dispositifs de gestion de la mobilité qui font quotidiennement leurs preuves (certificat permettant d’identifier le franc-maçon étranger qui en est porteur et de vérifier sa qualité d’initié ; listes de membres ; guide des loges par ville ; cartes ; correspondances ; secours mutuels) et sont particulièrement recherchés, la « République universelle des francs-maçons » place les circulations internationales au cœur des préoccupations de ses membres qui par ailleurs jouent souvent un rôle clé dans d’autres circulations (celles des réfugiés huguenots et jacobites, diplomates, négociants, militaires, artistes, collectionneurs, étudiants et ingénieurs notamment).

2La mobilité à la fois intense et réglée, la circulation harmonieuse sont au cœur du projet et des pratiques maçonniques. À la fin de chaque assemblée de loge, les membres éprouvent symboliquement la résistance de la chaîne qui unit les « francs-maçons dispersés à travers les deux hémisphères ». Le sentiment d’appartenance à une diaspora est une composante essentielle de l’identité maçonnique – chez nombre de pères fondateurs de l’ordre, il est d’autant plus vif qu’ils sont aussi huguenots du Refuge ou jacobites. Il explique l’attention aiguë aux moyens de favoriser la communication, y compris à long rayon, entre les membres, et la représentation du cosmos maçonnique comme un territoire réticulaire, un espace organisé en réseaux, où la célérité des échanges et l’étanchéité par rapport à l’environnement profane – par opposition à la sphère initiatique – doivent être garanties. La sociabilité maçonnique ne se contente pas de s’épanouir dans le sanctuaire fraternel. Elle vise à repousser les bornes du temple jusqu’aux confins de l’univers, à fonder la République universelle des francs-maçons comme un espace de circulation libre, harmonieux et fraternel, par-delà les obstacles géographiques, politiques, religieux et linguistiques.

La correspondance et le maillage maçonnique de l’espace européen

3À l’instar des autres diasporas religieuses ou intellectuelles – si l’on songe à la République des lettres et des sciences –, la diaspora maçonnique a pris très tôt conscience du caractère vital de la communication et de la mise sur pied de réseaux autonomes d’échange d’informations, de recommandations et de secours, comme de manifestation de solidarité et de fraternité dans les heures fastes et les temps d’épreuves. Comme le déclare le marquis de Chefdebien au convent (assemblée maçonnique) européen des Philalèthes (les chercheurs ou amis de la vérité) tenu à Paris en 1785 : « Une correspondance confiante et régulière portera la circonférence de notre union fraternelle jusqu’aux confins de l’univers. » De son côté, Joseph de Maistre (alors magistrat du roi de Piémont-Sardaigne à Turin) souligne la nécessité d’adopter des protocoles de reconnaissance et d’échange communs afin de fluidifier les échanges tout en limitant les intrusions de parasites – c’est le cas des aventuriers et chevaliers de fortune, ces « gestionnaires de la mobilité » (Daniel Roche) –, qui ont bien vite compris l’utilité d’« en être » ou d’en usurper l’appartenance pour se faufiler par les circuits maçonniques jusqu’au cœur du royaume de la civilité et du bon goût. L’aventurier est d’ailleurs un bon guide pour saisir les circulations internationales dans leur matérialité comme dans leur fragilité.

4Convaincus de l’importance du commerce épistolaire dans l’économie de la franc-maçonnerie européenne, les frères ont alors conçu, ébauché, puis élargi des réseaux aux connexions toujours plus nombreuses et complexes. L’entreprise d’Antoine Meunier de Précourt (1724-1777) est ici exemplaire – même si elle est méconnue. En outre, elle témoigne de la capacité des pionniers de l’ordre à articuler mobilité maçonnique et mobilité profane, à étendre et à recouper les espaces relationnels où se meuvent les frères. Vénérable – président – de la loge Saint-Jean des Parfaits Amis à Metz, il esquisse dès 1755 un projet de correspondance maçonnique universelle, qu’il présente à la Grande Loge en 1760 : « (Je vous demande Très Chers Frères) la liste de toutes les loges qui sont émanées comme nous de la vôtre, afin d’établir entre elles et vous cette correspondance générale qui doit régner de l’orient à l’occident et du septentrion au midi entre tous les corps réguliers. » Le réseau de Meunier de Précourt, qui recouvre partiellement comme celui du Lyonnais Jean-Baptiste Willermoz un réseau de correspondants commerciaux, devient l’un des plus étoffés d’Europe : Metz est non seulement unie à Francfort, Coblence, Mayence, et Hanovre, mais aussi à Alost dans les Pays-Bas autrichiens, et même à une loge de Palerme qui bénéficie du savoir-faire d’un consul des Cantons suisses pour mettre sur pied un solide réseau de correspondance capable de l’intégrer à la maçonnerie continentale. Meunier de Précourt convainc également la Triple Union de Reims de mettre à profit la position de carrefour de la ville sur les routes commerciales et du Grand Tour, pour mettre sur pied un réseau de correspondances apte à renforcer la couverture de l’espace maçonnique européen amorcée par les Messins.

5Il passe en Allemagne et en 1764, lors du convent d’Altenberg, rejoint parmi les premiers la Réforme maçonnique templière qui partie de Saxe, aura bientôt une audience européenne. L’année suivante, il est à Hambourg où il figure sur la matricule de la plus vieille loge d’Allemagne, Absalom, en qualité (profane) de Direktor der russischen Kolonisten in Hamburg [sic]. En 1766, il est à Saint-Pétersbourg, où il se remarie en l’église (catholique) Sainte-Catherine en octobre, et participe activement au recrutement de colons étrangers pour la Russie comme associé de la compagnie formée par de Bosse et Coulliette d’Hauterive. Il intéresse donc aussi les circulations internationales de travail. Meunier de Précourt meurt en 1777 à Saint-Pétersbourg. Quant à sa fille – née de sa première union – qui l’a accompagné en Russie, Marie-Angélique, elle épouse en 1780 à Moscou, Chrétien-Charles Martin originaire de La Haye. À chacune des étapes de sa mobilité européenne qui reste encore à préciser, Meunier de Précourt a étendu son espace relationnel, tissé de nouveaux échanges épistolaires, et diffusé les cahiers et rituels de hauts grades maçonniques dont il a favorisé l’appropriation culturelle et symbolique.

6À partir des années 1760, de véritables bureaux généraux de correspondance, comme celui du négociant en textile Jean-Baptiste Willermoz à Lyon, ou du Garde du Trésor royal Charles Pierre Paul Savalette de Langes à Paris, se structurent et mettent en œuvre une stratégie complexe, à la fois succursaliste – caractérisée par la création à partir d’une loge mère ou d’un noyau primitif, de filiales, sur le modèle des ordres monastiques – et conglomérale – c’est-à-dire marquée par la formation d’une nébuleuse de cercles, sociétés, groupes et antennes péri-maçonniques comme le régime des Philalèthes, l’Ordre théurgique des Elus Coëns, les cercles alchimistes et les sociétés de l’Harmonie de Mesmer, autour d’une loge-centre brillante et cosmopolite (la Bienfaisance à Lyon pour Willermoz, les Amis Réunis à Paris pour Savalette de Langes). Ces stratégies de déploiement réticulaire visent clairement à la maîtrise d’un espace de circulations et de ses centres nodaux : carrefours, métropoles urbaines, notamment frontalières – Strasbourg est ainsi l’objet d’une rivalité constante entre Willermoz et Savalette de Langes. Elles associent donc la création de relais ex-nihilo, lorsque le réseau ne couvre pas une zone importante et qu’une implantation devient nécessaire, et ex-alio, c’est-à-dire d’agrégation de réseaux ou d’amorces de réseaux de correspondance préexistants, en profitant du décès de leur animateur, de son ralliement, ou en faisant clairement de l’entrisme, en implantant des agents – dormants ou actifs – dans le réseau concurrent.

7Pour comprendre le développement et la maîtrise des réseaux de Willermoz et de Savalette de Langes, qui comptent sans doute parmi les réseaux particuliers – développés en marge de l’obédience – les plus aboutis, on constate que le négociant comme l’ancien conseiller au Parlement de Paris devenu Garde du Trésor royal, ont su tirer le meilleur parti de leurs activités profanes et de leur connaissance intime de la « culture de la mobilité ». C’est ainsi notamment que Willermoz compense son infériorité sociale par rapport à Savalette de Langes, fils d’un intendant et petit-fils de fermier général, en mettant à profit le nœud routier lyonnais pour accueillir princes (notamment le frère de George III, William Henry duc de Gloucester et le duc de Sudermanie, frère de Gustave III de Suède, et lui-même futur souverain), diplomates (les ambassadeurs de Danemark Plessen et de Suède Staël-Holstein) et les faire adhérer à son projet de constitution de l’ordre maçonnique d’inspiration chevaleresque et chrétienne des Chevaliers bienfaisants de la Cité Sainte. De son côté, Savalette de Langes réunit dans sa loge parisienne des Amis Réunis, les fermiers généraux, les représentants de l’aristocratie européenne, et de la grande banque protestante, les amateurs et les artistes de renom. Ces réseaux concurrents s’arrachent l’adhésion de membres susceptibles d’apporter d’un coup un « carnet d’adresses » et donc un avantage décisif. Sans compter que ces réseaux relaient des modèles maçonniques, véhiculent de nouveaux rituels, comme autant d’agents d’acculturation et favorisent ainsi la diffusion des réformes maçonniques concurrentes.

Favoriser la mobilité et gérer les circulations internationales

8Si les réseaux de correspondance maillent l’espace européen, c’est le voyage qui l’anime et le mobilise dans d’intenses circulations internationales. L’échange d’informations prépare, accompagne et prolonge la rencontre née du voyage, mais ne la remplace pas. Aussi, pour concrétiser le projet des pères fondateurs de la Grande Loge de Londres en 1717-1723, « permettre à des hommes qui sans cela seraient restés à perpétuelle distance », de se découvrir et de se reconnaître comme frères, l’accueil des frères visiteurs, et tout particulièrement des frères étrangers, revêt une importance capitale. Les francs-maçons ont clairement conscience que l’épreuve de l’étranger est essentielle car elle teste la cohésion et l’harmonie de la micro-société fraternelle qu’est la loge. En effet, celle-ci s’est constituée comme un cercle d’élus, d’amis choisis, d’intimes qui se sont cooptés. Ils entretiennent en outre des relations de proximité familiale, professionnelle, géographique. Au contraire, le franc-maçon étranger qui sollicite l’hospitalité de ses « frères », surgit de nulle part. Il représente cette diaspora des « francs-maçons dispersés sur les deux hémisphères », qu’on honore à la fin des agapes, mais qui confronte brutalement la loge au paradoxe de la sociabilité des Lumières qui se déploie dans les délices des affinités et amitiés locales tout en revendiquant sa capacité à se projeter jusqu’aux limites de l’universel. L’accueil réservé aux voyageurs étrangers qualifie la loge tant du point de vue de sa cohésion interne que de sa foi cosmopolite. À Calais, au centre des circulations transmanche, le secrétaire de la loge Saint-Louis des Amis Réunis l’affirme clairement : « Vous ne serez étrangers en aucun lieu ; partout vous trouverez des frères et des amis ; vous êtes devenus des citoyens du monde entier ! »

9Le cas de l’étudiant huguenot La Beaumelle initié à Genève – futur précepteur et journaliste à Copenhague – permet d’ailleurs d’appréhender le premier élément du dispositif d’accueil et de prise en charge du visiteur étranger par les loges implantées sur sa route. Il s’agit d’un document exceptionnel qui tient à la fois du certificat maçonnique et du passeport – celui qu’appellera de ses vœux Joseph de Maistre trente ans plus tard – par lequel le Vénérable de la loge Saint-Jean des Trois Mortiers de Genève, demande pour le bénéficiaire accueil et fraternité :

« Très Vénérables Premier et Second Surveillants, Maîtres compagnons et Apprentis Salut
Nous le Vénérable et les Officiers de la Respectable Loge de Saint-Jean aux Trois Mortiers, primitive de Genève, certifions et attestons à tous ceux qu’il appartiendra que le frère Laurent Angliviel de la Beaumelle âgé d’environ vingt deux ans, taille dégagée, haut d’environ cinq pieds deux pouces, cheveux noirs, visage ovale, yeux noirs, a été reçu apprenti et compagnon dans notre Respectable Loge. Prions toutes les Respectables Loges répandues sur la surface de la Terre, auxquelles notre cher frère se présentera, de vouloir l’y recevoir en cette qualité, et lui rendre tous les bons offices qu’il dépendra d’eux, offrant d’en faire de même envers tous les frères qui de leur part se présenteront à notre Respectable Loge avec pareil certificat. Donné aux frontières de Genève ce 14 mars 1747
Signé Albrecht maître de la loge
Daniel Argand, secrétaire. »

10Le volume de certificats maçonniques en circulation ne cesse d’augmenter au cours du XVIIIe siècle avec la multiplication des implantations maçonniques et des ramifications internationales des réseaux de correspondance fraternelle. Dans certaines loges de transit les secrétaires sont totalement débordés par les demandes de certificats de frères visiteurs qui souhaitent poursuivre leur périple en France munis du fameux viatique. Le certificat maçonnique en appelle à la fraternité de celui qui le reçoit et l’examine, il sollicite les liens de l’initiation partagée. Il en résulte de fréquents abus. Certains candidats à l’initiation ne restent d’ailleurs sur les colonnes des temples que le temps d’obtenir le précieux certificat, comme l’admet Auguste de Giech, comte du Saint-Empire, originaire de Thurnau en Franconie. Il déclare à la loge de la Candeur, à Strasbourg, venir en France « für sein Plaisir (pour son plaisir) » et ne reparaît plus en loge après son initiation et le certificat empoché.

11En retour de l’hospitalité offerte, la loge demande parfois au visiteur étranger de signer son registre de procès verbaux des assemblées, à moins qu’elle ne tienne un « livre des visiteurs » à l’instar des notabilités des Lumières provinciales qu’il faut avoir « visitées », ou un livre d’or. Elle enregistre ainsi son rayonnement et les témoignages de sa foi cosmopolite. La loge amstellodamoise la Bien Aimée a ainsi tenu, quatre décennies durant à partir du 11 décembre 1754, un Visiteurenboek où « les soussignés frères maçons étrangers ont bien voulu honorer notre loge de leur présence, et de nous en donner une marque de souvenir par leur signature ». Au cours de la première décennie de tenue du livre, on est frappé du nombre élevé de visiteurs munis d’un certificat de la plus ancienne loge d’Allemagne, Absalom zu den drei Nesseln de Hambourg, de Minerve au Compas de Leipzig qui vit au rythme de la grande foire saxonne, ainsi que de loges scandinaves – par la suite les visiteurs suédois sont à peu près absents des colonnes de la loge amstellodamoise. Les Bordelais sont encore peu nombreux – alors que les Néerlandais sont présents en masse dans les loges maçonniques du port français, signe que leurs navires assurent l’essentiel du fret dans un commerce d’entrepôt. Mais leur nombre augmente de manière continue. L’essentiel du contingent est alors fourni par l’Amitié – ancienne Amitié allemande. Simultanément la Bien Aimée accueille des négociants membres des loges néerlandaises des Indes occidentales : Curaçao (Vriendschap – Amitié), Saint-Eustache (Le Parfait maçon), du Surinam (La Zélée, La Concorde) ; du Cap et des Indes orientales : Batavia (Fidèle sincérité), illustration de la rapide expansion outre-mer de la maçonnerie néerlandaise. A partir des années 1770, le nombre de visiteurs britanniques et issus des colonies anglaises d’Amérique du nord augmente fortement, tandis que la loge triple quasiment son nombre de visiteurs entre 1764-1773 et 1774-1783 et élargit son aire de recrutement.

12Tout aussi significatif est le volumineux dossier de certificats maçonniques que la police parmesane retrouve dans les papiers de l’aventurier Antonio Pocchini de La Riva, originaire de Padoue, après son arrestation. Ici aussi le « gestionnaire de la mobilité » apporte la preuve de l’efficacité du dispositif maçonnique dans les circulations internationales en Europe. Présent à Orléans le 26 mai 1766, le comte Pocchini de La Riva fait viser sans difficulté le certificat que la loge de Toulon lui a remis. Il affirme être originaire de Lausanne et appartenir à la « loge de la Croix Blanche, Faubourg Saint-Martin » de cette ville. Désireux de reprendre la route pour gagner les Flandres, Pocchini de La Riva sollicite et obtient une lettre de recommandation pour les loges de Lille. On le retrouve ensuite dans le Visiteurenboek de la loge la Vertu de Leyde – loge universitaire – qu’il signe comte Pocchini della Riva le 21 octobre 1769 en se présentant comme membre de la Distinction de Strasbourg. En fait, le prétendu capitaine Antonio Pocchini de La Riva de Padua est un aventurier. Arrêté à Parme en 1772, il est chassé du duché après que ses papiers ont été saisis. Ils se composent d’un carnet d’adresses maçonniques de 29 folios – véritable Who’s who ? européen –, suivi d’un ensemble de certificats, de visas et de catéchismes maçonniques. Pocchini n’est donc pas un simple frère visiteur, mais bien un de ces aventuriers capables de s’insinuer dans les circuits d’échanges maçonniques pour en détourner une partie et négocier leur entrée dans le monde. Leur présence même témoigne de l’efficacité des réseaux maçonniques et de leur couverture de l’espace européen des circulations internationales.

13L’accueil de milliers d’étrangers, deux à trois mille au moins pour le seul royaume de France, a conduit les francs-maçons – et non les obédiences centrales – à créer des structures d’accueil adaptées aux attentes multiples des voyageurs. Des loges d’accueil d’étudiants étrangers, comme la Candeur à Strasbourg, pour les étudiants de l’Université luthérienne, l’Irlandaise du Soleil Levant, à Paris pour les étudiants irlandais en médecine, ou la Vertu, à Leyde, dont le prince Youssoupoff, son Député Maître – l’adjoint du « vénérable » –, reçoit en 1776 deux autres aristocrates russes venus étudier aux Provinces-Unies, le prince Kourakin et le comte Apraxin, traduisent une différenciation et une spécialisation de l’offre maçonnique à destination de la société pérégrine. Dans ces loges, que fréquentent maîtres et élèves, étrangers de condition et gouverneurs, le tour de formation se prolonge en tour d’initiation, sans jamais oublier le tour d’agrément.

14Au certificat qui permet une reconnaissance immédiate, directe, de l’état maçonnique, les voyageurs francs-maçons associent une ample provision de lettres de recommandation rédigées par des frères influents, qui éclairent l’itinéraire à suivre et, en annonçant l’arrivée prochaine, activent les dispositifs d’accueil. Voici la lettre que le piémontais Alexandre Valpergue de Mazin, marquis d’Albarey – il opte pour la graphie française d’un nom souvent italianisé – adresse à Jean de Turckheim, à Strasbourg :

« Turin ce 22eme Septembre 1784.
Très Respectable et Bien Aimé Frère,

Avez-vous reçu mes félicitations pour votre nomination à la Charge d’Ammeister – au sein du Magistrat strasbourgeois- ?
Vous ne doutez pas que je n’ai pris toute la part possible à ce nouveau témoignage, que vos compatriotes ont rendu à vos talents et à vos vertus. Je ne regrettais que de vous voir perdu pour tout le temps de votre Ammeisterat, pour nous ; mais en réfléchissant à tout le bien que vous en aurez fait j’en bénis le Très-Haut.
Je sais que cette Charge importante exige l’homme tout entier, et absorbe nécessairement tout votre temps, j’espère néanmoins, que vous ne regarderez pas comme une indiscrétion ou importunité de ma part la recommandation que je vous fait par celle ci de M. le Baron de Duntea, qui aura l’honneur de vous la présenter. Il m’a été recommandé par notre cher et très Digne Maître Provincial a Falcone, qui m’écrit de Naples en sa faveur.
Ce jeune Seigneur appartient à une Loge de la Reforme établie à Riga, et il a été reçu au 3e Grade – maître – dans la Loge des trois Palmes à l’Orient de Leipzig – il s’agit de Minerve aux Trois Palmes étudiée plus loin –, où il était aux études. Je l’ai un peu examiné, et il m’a paru avoir de très bonnes qualités de cœur. La grande reconnaissance, qu’il m’a témoigné avoir pour le cher a Falcone m’a prévenu en sa faveur.
Il compte s’arrêter à Strasbourg un peu plus qu’il n’a fait ici ; et vous pouvez en juger mieux, je le recommande à votre Amitié, et vous priant d’offrir mes fraternelles salutations à tous nos Chevaliers Grands Profès en vous assurant de mon tendre et inviolable attachement, je me dis à jamais de cœur et d’âme tout à vous,

Très Respectable et Bien Aimé Frère,
Votre très humble Serviteur et très affectionné Ami et Frère a Rupicapra. »

15Dans le cadre du voyage de formation et d’information de l’administrateur, Karl von Zinzendorf, « chambellan de leur majesté impériale, conseiller aulique de commerce » a été quant à lui reçu franc-maçon en mars 1766 à Malte, au sein de la loge Saint Jean d’Ecosse du Secret et de l’Harmonie, fille de Saint-Jean d’Ecosse de Marseille, sur les encouragements du chevalier de Flachslanden, chevalier de l’ordre de Malte, franc-maçon à la Candeur de Strasbourg. Zinzendorf cite dans son carnet maltais les noms d’autres membres de la loge : Ligondès, Crose-Lincel, G. B. Tommasi, Loras, Litta, Grillet de Monthoux, et le frère cadet du prince de Caramanico, le comte d’Aquino qui aurait accompagné Cagliostro pendant ses séjours à Naples, à Malte et en Sicile. À la fin de la même année 1766, le 13 décembre, il visite la puissante loge de la Candeur, orient de Strasbourg, loge de l’Université luthérienne, et sollicite un certificat de franc-maçon régulier, qu’il obtient grâce à la recommandation du même chevalier de Flachslanden, l’un des piliers de l’atelier.

Une étude de cas : Leipzig au centre de la toile

16La diffusion de la franc-maçonnerie sur le continent européen emprunte notamment les routes du grand négoce. Dans ce domaine, Leipzig avec ses foires et son marché européen du livre, polarise l’espace saxon avec Dresde – au cœur de circulations maçonniques aristocratiques et diplomatiques avec ses Hoflogen (loges de cour) – et affiche ses prétentions au rang de centre nodal de la République universelle des francs-maçons.

  • 1 C’est par exemple Jean-Baptiste Féronce von Rosenkreutz (1723-1799) qui fait l’intermédiaire avec (...)

17La loge Aux Trois Compas est officiellement installée le 20 mars 1741. Elle devient Minerve au cercle en 1746 puis en 1766, Minerve aux Trois Palmes (Minerva zu den drei Palmen). Les négociants huguenots de la place de Leipzig participent activement à sa création et la loge travaille d’emblée en français. Figurent notamment parmi les fondateurs, des membres de deux familles réfugiées, les Dufour et les Feronce, les premiers originaires du Languedoc, les seconds du Lyonnais. À la tête de solides maisons de commerce en textile, ils réussissent leur intégration en Saxe, au point de fonder de véritables dynasties d’entrepreneurs puis de serviteurs de l’État1. La sociabilité maçonnique tient une place essentielle dans leur espace relationnel, dans leur dispositif d’intégration communautaire et dans la société saxonne, mais aussi à plus long rayon dans les réseaux d’échanges et d’information professionnels qu’ils tissent à travers l’Europe, au fil des transactions, des correspondances échangées, des nombreux voyages effectués – qu’éclairent leurs riches archives familiales – des partenaires et religionnaires lyonnais accueillis lors des foires de la Nouvelle Année, de Pâques ou de la Saint-Michel.

18Lorsque Aux Trois Compas ouvre ses travaux, Pierre-Jacques Dufour (1716-1784) est officier de la loge, Premier Surveillant. Il appartient à la troisième génération du Refuge : son grand père, Pierre Dufour né à Sauve en Languedoc en 1638 est mort à Leipzig en 1732 ; son père, Jacques (1673-1762) et ses deux oncles Pierre (1657-1729) et Marc Antoine (1683-1757) sont également nés à Sauve et meurent en Saxe. Dans son sillage, d’autres huguenots sont reçus maçons, au nombre desquels son frère Marc-Antoine Dufour junior, né en 1719, reçu le 17 juillet 1741, Pierre Feronce (1710-1772) représentant de l’autre grande famille huguenote, initié le 15 mai 1741 en même temps que son grand ami Pierre Samuel Fizeaux, Jean André Janssen, reçu le 9 mai, ou encore Johann Eberhardt Sandrart. Dès ces premiers mois, une solide et double liaison est établie avec Berlin, à la fois dans la communauté réformée, avec le pasteur Jacques Pérard, et dans le domaine des affaires, avec la réception du négociant et banquier Johann Ernst Gotzkowsy initié dès le 20 mars 1741.

19Initié à Leipzig le 9 octobre 1741 à l’âge de 28 ans, puis affilié à la loge francophone des Maîtres écossais de l’Union à Belin, fréquentée par les diplomates étrangers et très liée à l’entourage de Frédéric II que l’un de ses frères a contribué à fonder, Jacques Pérard (1714-1766) mérite de retenir l’attention car il interconnecte différentes circulations internationales et espaces relationnels comme on le voit souvent avec la nébuleuse huguenote. Né à Paris, il étudie la théologie à Berlin, il devient bibliothécaire du comte Zabalsk, pasteur à Gramzow, chapelain du roi de Prusse et prédicateur de la cour à Stettin, journaliste à la Nouvelle bibliothèque germanique, ou Histoire littéraire de l’Allemagne, de la Suisse, & des pays du Nord. Par les auteurs de la Bibliothèque germanique, & du Journal litteraire d’Allemagne, correspondant de Prosper Marchand aux Provinces-Unies et de Jean Henry Samuel Formey – lui-même pasteur de l’Eglise française, secrétaire perpétuel de l’Académie de Berlin, figure de l’Aufklärung chrétienne, journaliste et infatigable épistolier –, académicien à Berlin et membre correspondant de l’Académie des belles-lettres, sciences et arts de La Rochelle en 1752.

20On a affaire à un groupe d’amis, de parents et d’alliés qui à chaque génération à partir de la troisième entrent en Maçonnerie à l’âge adulte. Jacques Marc Antoine Dufour (1737-1805) cousin de Pierre et Marc Antoine déjà évoqués s’affilie à Minerve le 27 décembre 1771 en compagnie de Daniel Simon Feronce (1742-1793), fils de Pierre II Feronce (1710-1772) – ce dernier a été reçu compagnon à Lyon. À la même période, Auguste Crayen, Jacques Fizeaux – tous deux initiés à Amsterdam – et François Dubosc maintiennent également la présence familiale en loge.

21Une génération plus tard, le gendre de Daniel Simon Feronce, Jacques Ferdinand Dufour (1766-1817), rejoint à son tour la loge de Leipzig. Si l’affiliation maçonnique s’insère dans un dispositif beaucoup plus vaste de socialisation, elle déborde le cadre familial et communautaire pour s’ouvrir sur d’autres horizons sociaux et confessionnels. Minerve n’est pas une loge « huguenote » : à la veille de son changement de nom en 1746, les réformés d’origine française représentent 10 % des membres. Il serait tout aussi erroné de croire que cette proportion traduit leur marginalisation. Elle prouve au contraire que tout en relevant, mais sans exclusive, de la nébuleuse huguenote, la loge a réussi son ouverture et son intégration dans la société saxonne. Cette mutation pose évidemment le problème de la langue de travail, malgré l’attachement des huguenots au français. On observe cependant un effacement progressif du français au sein de ces familles d’origine huguenote à partir de la troisième génération. Suzanne Feronce, épouse d’un pasteur genevois, débute son testament olographe en 1779 par : « Au nom de Dieu, amaien [sic] » et poursuit dans un français très approximatif, au point qu’Yves Krumenacker qui cite cette source dans Des protestants au siècle des Lumières. Le modèle lyonnais pense qu’elle est d’une famille allemande.

22La loge adopte l’allemand le 25 août 1746, même si le français reste très régulièrement employé, notamment pour les correspondances avec les loges étrangères. Si les archives familiales des Dufour et Feronce livrent peu d’informations sur la manière dont nos huguenots francs-maçons vivent leur engagement maçonnique, une lettre de Jacques Marc Antoine Dufour à son fils Jacques Ferdinand qui effectue un voyage de formation négociante en Baltique – Allemagne, Danemark, Norvège, Courlande, Livonie et Lituanie – au cours de l’été 1789 témoigne de la pression qu’exercent leurs aînés sur les jeunes négociants pour qu’ils se fassent recevoir maçon. Jacques Marc Antoine Dufour commence par confier à son fils, alors à Copenhague, qu’il est « un peu revenu du zèle maçonnique », avant de le prévenir des tentatives que son correspondant local ne manquera sûrement pas de faire : « Il te proposera de t’initier dans les mystères. » S’il lui suggère un subterfuge, il ne cherche pas vraiment à l’en dissuader. Il s’estime tenu au secret, même vis-à-vis de son fils. À ce dernier de prendre seul sa décision quant à l’opportunité d’une réception : « En tout cas une échappatoire toute prête ce serait de lui dire que tu as promis de te faire recevoir soit à Brunswick soit à Leipzig. […] Si je pouvais te communiquer mes connaissances dans cet art soi-disant Royal, tu en aurais meilleure composition mais ne le pouvant pas tu feras à cet égard ce que tu jugeras à propos. » Le dossier de la loge Minerve indique que Ferdinand a été finalement initié à Reval – Tallinn sur la Baltique –, par la loge Isis, avant d’être affilié en 1790 à Leipzig. D’autres négociants de Leipzig ont été initiés ou élevés à des grades supérieurs au cours de leurs voyages de formation ou d’affaires.

23La matricule manuscrite de Minerve pour la période 1741-1766 est éclairante. 58 membres de la loge ont été reçus hors de Leipzig – l’atelier totalise pour cette période 270 membres mais l’information fait défaut pour 127 d’entre eux. La répartition géographique n’est guère surprenante : les régions textiles qui vendent leur production aux foires de Leipzig sont représentées avec Lyon mais aussi Verviers – dont le regretté Gérard Gayot avait montré les liens qui l’unissaient avec Leipzig –, de même qu’un port comme Dantzig ou le lieu d’une foire importante pour nos négociants : Brunswick. Les tableaux des loges lyonnaises complètent la source saxonne et montrent que des négociants de Leipzig rendaient régulièrement visite à leurs fournisseurs lyonnais ou séjournaient à Lyon dans le cadre de leur apprentissage du métier : Christophe Henry Kirchoffest ainsi, à la Sincère Union, en 1774, puis de 1785 à 1788 – il sera d’ailleurs exécuté à Lyon le 6 nivôse an II –, Teutscher, à la Candeur en 1786, ou le Français Nicolas Mioche, qui figure sur les tableaux du Parfait Silence de Lyon en 1786-1787 et 1791 comme négociant à Leipzig.

24Le Visiteurenboek de la loge la Bien-Aimée d’Amsterdam nous livre également cinq noms de visiteurs en provenance de Leipzig. Le premier, Christian Wilhelm Fichtel, reçu maçon à Dantzig, député de Minerve, met à profit sa visite le 2 avril 1756 pour établir une correspondance régulière entre les deux ateliers. Suivent en 1760, Johann Benjamin Schmidt, le 12 septembre, et Jobst Henri Hansen le 13 décembre. Le baron Frédéric Guillaume de Buddenbrock, membre des loges de Berlin, Brunswick, Leipzig et Königsberg visite la loge amstellodamoise le 9 décembre 1761. Neuhaus l’imite le 14 avril 1779. On trouve également trace du passage des Dufour sur les tableaux des loges de Zurich et de Bâle. En revanche, nous n’avons pas à ce jour de registres permettant de repérer quels négociants étrangers présents à Leipzig à l’occasion des foires visitaient les loges de la ville. Mais il est certain que les visites, les réceptions et les affiliations à l’étranger assoient l’audience européenne de la loge, et favorisent les échanges de cahiers de grades et de rituels. Ces liens personnels ou collectifs, fragiles ou durables maillent l’espace maçonnique européen et offrent aux négociants une solide toile d’informateurs, de partenaires et d’amis. L’initiation partagée transcende le clivage entre liens faibles et liens forts. Même s’il ne croit plus beaucoup à l’Art Royal – le terme désigne alors la franc-maçonnerie –, Jacques Marc Antoine Dufour ne s’estime pas autorisé à dévoiler les secrets de l’ordre à son fils, encore profane ; tous deux seront bientôt des maillons de la chaîne d’union à laquelle appartiennent aussi bien leurs parents et amis les plus chers, que « toute une famille dispersée de par le monde » dont ils ne connaissent pas les membres, mais qui n’en sont pas moins leurs frères.

Notes

1 C’est par exemple Jean-Baptiste Féronce von Rosenkreutz (1723-1799) qui fait l’intermédiaire avec Friedrich Melchior Grimm pour l’abonnement de Charles-Guillaume-Ferdinand, prince héréditaire, puis duc de Brunswick (1735-1806), dont il est ministre, à la Correspondance littéraire.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540