Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Quatrième partie. Culture de la mobilité et circulations culturelles internationales en Europe

N’oubliez pas le guide ! L’Itinéraire d’une partie de l’Europe de Louis Dutens

Stéphane Blond

Texte intégral

  • 1 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées ou Journal de plusieurs voyages aux villes p (...)

« Nous avons beaucoup de livres de voyages, mais il y en a peu où l’on trouve ce dont un voyageur a le plus de besoin pour avancer commodément en sa route1. »

  • 2 Sur le développement des voyages, se reporter notamment à : Le voyage en France : Anthologie des v (...)

1C’est en ces termes qui dénotent une volonté de se démarquer par rapport à la littérature de voyage traditionnelle que Louis Dutens débute son Itinéraire des routes les plus fréquentées de l’Europe. Publié à la fin du XVIIIe siècle, cet ouvrage répond à un contexte important par de multiples aspects : amélioration du réseau routier, croissance du nombre de voyageurs, multiplication des communications et développement de l’offre éditoriale en rapport avec les voyages2. L’Itinéraire d’une partie de l’Europe est conçu comme un outil adapté aux besoins quotidiens des voyageurs qui sillonnent les routes pour leur éducation et leur plaisir. Pendant plusieurs décennies, Dutens parcourt le continent européen et son livre propose une synthèse des richesses repérées sur le terrain. Dans ce Grand Tour, tous les grands lieux de la culture artistique, politique et littéraire sont évoqués. En parfait cosmopolite, Dutens décrit un espace européen où la culture des Lumières prend tout son sens. Les frontières politiques cèdent la place à un espace ouvert, animé par d’intenses circulations internationales.

  • 3 L’exemplaire consulté est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Arsenal, 8-H-811.

2Le Journal de Dutens symbolise assez bien le développement d’un genre éditorial axé sur des aspects pratiques, afin de satisfaire une demande croissante de la part des voyageurs cosmopolites. Cette étude repose sur l’édition française de 1783 de l’Itinéraire, une version à la fois très complète et très diffusée3. L’enjeu consiste à présenter cet ouvrage qui est utilisable avant et pendant l’acte de circulation. Après la description de la philosophie et la structure générales du guide de Dutens, il faut évoquer le rôle de ce type de publication pour le développement des communications à travers l’Europe.

Le développement de la littérature de voyage

Un European Trotter

  • 4 D. Poulot, Les Lumières, Paris, Presses universitaires de France, 2000, en particulier p. 131-142.
  • 5 L. Dutens, Mémoires d’un voyageur qui se repose contenant des anecdotes historiques, politiques et (...)

3Malgré un grand nombre de livres, Dutens reste un auteur étonnamment méconnu. Il n’a pas fait l’objet d’une étude particulière et les éléments le concernant sont souvent très succincts. Pour en savoir davantage sur ce personnage et son goût des voyages, le plus simple consiste à se référer à ses différents écrits et à de multiples passages à caractère biographique. Grâce à une vaste correspondance à travers l’Europe et de fréquents déplacements, Dutens incarne l’idéal de l’homme des Lumières, animé par une soif permanente de savoir et de découvertes4. Dans les Mémoires d’un voyageur qui se repose, il dresse un inventaire complet et passionnant de ses multiples voyages à travers les pays et les cours d’Europe5.

  • 6 I. Ardouin-Weiss, Les Dutens de Touraine et du Haut-Poitou : 1664-1917, Tours, Centre généalogique (...)
  • 7 Sur la mode anglaise du Grand Tour, se référer aux ouvrages de J. Black, The British and the Grand (...)

4Louis Dutens est né à Tours le 15 janvier 1730, dans une famille d’origine protestante6. En 1748, il s’installe à Paris où il s’adonne à la poésie, mais le succès n’est pas au rendez-vous. Au début de la décennie 1750, il se rend à plusieurs reprises à Londres où il exerce la fonction de précepteur auprès de jeunes nobles. Entre 1758 et 1766, il séjourne fréquemment à Turin, en tant que secrétaire de l’Envoyé extraordinaire de la Grande-Bretagne dans cette ville. De retour à Londres, à partir de 1766, il accompagne ensuite lord Algernon, fils du duc de Northumberland dans son Grand Tour en France, en Italie, en Allemagne, en Prusse et en Hollande7. C’est probablement à cette occasion qu’il conçoit le projet de consigner les démarches effectuées lors de ses déplacements. En effet, l’avertissement de son Journal et de fréquentes mentions rappellent que l’auteur est un grand voyageur qui a parcouru la plupart des États européens au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le sous-titre de l’ouvrage évoque des séjours s’échelonnant entre 1768 et 1783 et l’auteur précise que son propos est le résultat direct de multiples séjours :

  • 8 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. i.

« Dans les courses que j’ai faites en différentes parties de l’Europe, j’ai eu la précaution de noter quelques observations de fait, qui pourront être utiles à ceux qui auraient occasion de faire le même chemin8. »

  • 9 Parmi les ouvrages ayant trait à ces questions, il faut citer L. Dutens, L’Ami des étrangers qui v (...)

5Dutens s’installe à Paris en 1774, et l’année suivante, il devient membre associé libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. C’est également en 1775 qu’il publie pour la première fois chez le libraire parisien Pissot son Itinéraire des routes les plus fréquentées d’Europe. En 1776, il retourne à Londres, puis voyage en Italie en compagnie de Stuart de Mackenzie. Il réalise encore un séjour à Turin en tant que chargé d’affaires, puis voyage à Florence et à Rome. Il revient à Paris en 1783, l’année où son Itinéraire est réédité dans une version augmentée, car tenant compte de ses derniers déplacements. En 1784, Dutens se rend à Londres où il devient membre de la Société royale. Jusqu’à sa mort le 23 mai 1812, il se consacre à des travaux d’écriture. En dehors de son Itinéraire, plusieurs de ses ouvrages font référence à ses voyages et à la correspondance qu’il entretient avec les milieux éclairés européens9. Ses différents travaux apparaissent en bonne place dans les catalogues de vente des bibliothèques des grandes familles nobiliaires.

Un beau succès éditorial

  • 10 Sur ce sujet, voir G. Chabaud, É. Cohen, N. Coquery, J. Penez, Les guides imprimés du XVIe au XXe (...)
  • 11 Sur ce précieux itinéraire et la richesse de son contenu, se référer à un article de Guy Arbellot (...)
  • 12 Th. Nugent, The Grand Tour. Containing an exact description of most of the cities, towns, and rema (...)

6L’Itinéraire de Dutens n’inaugure pas un genre éditorial, car la littérature de voyage couvre le marché européen bien avant le XVIIIe siècle10. Dès 1552, le Guide des chemins de France de Charles Estienne (1504 ?-1564) décrit des itinéraires routiers pour l’usage d’une élite attirée par les voyages. L’originalité du livre de Dutens tient surtout à l’étendue de l’espace considéré. Avant lui, les ouvrages en langue française ne s’intéressent qu’à une contrée ou un pays en particulier, comme La nouvelle description de la France (1718) de Jean-Aymar Piganiol de la Force (1673-1753), ou le célèbre Indicateur fidèle ou guide des voyageurs qui enseigne toutes les routes royales et particulières de la France… (1764) de Claude-Sidoine Michel (17 ?-17 ?) et Louis-Charles Desnos (1725-1805)11. Le propos de Dutens aborde la quasi-totalité du continent européen, comme le premier grand guide européen publié trois décennies plus tôt (1749) par l’Anglais Thomas Nugent (1700 ?-1772)12. Le titre intégral de l’ouvrage de Dutens décrit de vastes ambitions et un propos très varié :

  • 13 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., page de titre. Cf. Annexe I.

« Itinéraire des routes les plus fréquentées, ou Journal de plusieurs voyages aux villes principales de l’Europe, depuis 1768 jusqu’en 1783, où l’on a marqué en heures et minutes le temps employé à aller d’une poste à l’autre, les distances en milles anglais, mesurées par un odomètre appliqué à la voiture, les productions des différentes contrées, les choses remarquables à voir dans les villes et sur les routes, les auberges, etc. On y a joint le rapport des monnaies et celui des mesures itinéraires, ainsi que le prix des chevaux de poste des différents pays13. »

  • 14 En France, cette édition est disponible à Strasbourg, Lyon, Dijon, Marseille, La Rochelle, Bordeau (...)
  • 15 À l’étranger, l’Itinéraire est diffusé à Lisbonne, Madrid, Turin, Florence, Genève, Bâle, Mannheim (...)
  • 16 On dénombre au moins dix éditions du Journal de Dutens publiées en France et en Europe : en 1775 à (...)

7L’ouvrage de Dutens bénéficie d’une large diffusion, facilitée en grande partie par l’utilisation de la langue française, la langue des principales cours européennes au XVIIIe siècle. En dehors de la ville de Paris, l’édition de 1783 est disponible chez différents libraires français14 et étrangers15 qui ont toujours pignon sur rue dans des villes évoquées dans le guide. Cette démarche est stratégique sur le plan commercial, car les possibilités de vente s’en trouvent considérablement accrues. Les éditions régulièrement augmentées, publiées à des dates rapprochées en France comme à l’étranger, soulignent une demande importante et un intérêt éditorial indéniable16. Une autre preuve du succès de l’ouvrage est révélée par son plagiat. En 1783, Dutens alerte le lecteur sur une contrefaçon diffusée à Liège qu’il considère, sans surprise, comme beaucoup moins complète et impartiale que son Journal authentique :

  • 17 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., non paginé.

« Je dois prévenir le lecteur que dans une contrefaçon de cet itinéraire, faite à Liège, l’article de cette ville n’est pas de moi, autrement on pourrait trouver étrange que, m’étant abstenu de faire les éloges des Gouvernements et des souverains les plus considérables de l’Europe, je me fusse particulièrement répandu en louanges sur cet État, qui n’offre rien de plus digne de cette distinction, que vingt autres dont je n’ai rien dit de remarquable17. »

  • 18 Selon Christian Huetz de Lemps, « finalement, on ne trouve que relativement peu de voyageurs dont (...)

8Pour autant, il ne faut pas exagérer la portée éditoriale de ce guide, car il s’adresse à un public éclairé très restreint, celui des voyageurs internationaux18. De plus, les tirages sont probablement réduits – comme souvent à cette période –, ce qui ne permet pas d’en faire un best-seller européen. Le succès de cet ouvrage tient surtout à la posture éditoriale adoptée par l’auteur.

La pédagogie touristique de Dutens

Organisation générale de l’ouvrage

  • 19 Plusieurs éditions anglaises sont publiées au format in-duodécimo.
  • 20 Op. cit., p. iv.
  • 21 Op. cit., p. iv-xii. Les mesures concernent l’Angleterre, la France, le Piémont, Gênes, Parme, Bol (...)
  • 22 Op. cit., p. xiii-xxiv. Ce rapport évoque l’Angleterre, la France, Turin, Gênes, Parme, Modène, Bo (...)
  • 23 Op. cit., p. xxv-xxx. Les comparaisons abordent l’Angleterre, la France, l’Italie, le Piémont, Gên (...)

9Grâce à son format in-octavo19, l’Itinéraire est un livre pratique, aisément transportable et consultable sur le terrain par les voyageurs. Il s’agit d’un véritable guide touristique, assez proche des guides contemporains dans son contenu. Il présente de manière synthétique des informations utiles, historiques et culturelles. L’Itinéraire est également doté d’une structure rigoureuse et résolument pédagogique. Un long préambule paginé en chiffres romains expose la méthode de l’auteur, avec un « Avis sur cette nouvelle édition », des conseils intitulés « Précaution nécessaire pour ceux qui voyagent avec un grand train », ainsi qu’un « Avertissement » de cinq pages qui énumère les informations abordées. Les renseignements portent à la fois sur les mesures itinéraires, les montagnes remarquables, les bonnes et les mauvaises auberges et les « choses remarquables à voir dans les villes où l’on passe, et dans celles où l’on s’arrête20 ». Dutens insiste régulièrement sur sa quête d’une exactitude et d’une clarté d’exposition. L’avertissement est suivi de trois outils comparatifs totalement inédits qui concernent les différentes contrées parcourues, avec un « Rapport des mesures itinéraires21 », un « Rapport des monnaies22 » et une précieuse notice sur le « Prix des chevaux de poste dans les différents pays de l’Europe23 ». Grâce à ces éléments, le voyageur peut évaluer concrètement les difficultés et les frais spécifiques à tel ou tel itinéraire.

  • 24 Dutens évalue un mille anglais à 825 toises, soit environ 1,61 kilomètre. L. Dutens, Itinéraire de (...)
  • 25 Op. cit., p. v.
  • 26 « Tables des rapports de la dépense en voyage en Angleterre, en France et en Italie ». Op. cit., f (...)
  • 27 « Rapport des mesures linéaires de différents pays, en pouces et décimales d’Angleterre. » Op. cit (...)

10Dutens applique une méthode de travail uniforme. Le mot Journal utilisé dans le titre suggère que l’auteur est muni de carnets de note dans lesquels il consigne ses observations au fur et à mesure de ses déplacements. Pour établir la longueur des itinéraires, il utilise un odomètre, un petit instrument appliqué contre la roue d’une chaise de poste. Grâce à cet odomètre, l’auteur exploite des données prises sur le terrain, sans être astreint à de fastidieuses opérations de visée et de triangulation semblables au lever des cartes. Les mesures sont présentées en milles anglais, probablement parce que l’odomètre est calibré en pieds ou en yards anglais24. De plus, les différents voyages entrepris par Dutens ont souvent pour point de départ le Royaume-Uni, ce qui implique l’utilisation des mesures de ce pays. Enfin, l’auteur justifie l’adoption de ce système par l’avance anglaise dans le domaine des voyages, car, observe-t-il, « les Anglais seuls voyagent plus que toutes les nations ensemble25 ». Pour éviter que le lecteur soit perturbé par des mesures qu’il ne connaît pas, Dutens a tout prévu. Deux tableaux à double entrée permettent de comparer les coûts de transport26 et les unités de mesure de longueur27 à travers l’Europe.

  • 28 Op. cit., p. iv.
  • 29 Une note jointe au premier itinéraire précise : « On n’a pas compté dans toutes les routes le temp (...)
  • 30 Op. cit., non paginé.

11Toujours dans le but de faciliter les déplacements des voyageurs, l’auteur fournit une évaluation de la durée du trajet, « pour partir plutôt ou plus tard, selon qu’il est convenable28 ». Le temps de parcours est indiqué à la minute près, sans tenir compte des différentes haltes techniques29. Si le voyageur emprunte une autre route, Dutens décrit brièvement le milieu naturel (plaines, plateaux, collines, montagnes, etc), de manière à évaluer le temps supplémentaire nécessaire. Enfin, le dispositif introductif est complété par une « Table des matières et des routes30 » qui simplifie le repérage.

  • 31 La Bibliothèque nationale possède un bel exemplaire de cette carte (49 x 48 cm) réalisée en 1783 p (...)
  • 32 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. iv.

12À la suite de l’avertissement, la pagination commence en chiffres arabes. Dans l’édition de 1783, la partie dédiée aux itinéraires couvre 269 pages qui se répartissent en plusieurs sections. Les pages 2 à 197 décrivent les itinéraires parcourus de longue date par l’auteur. Les pages 198 à 200 comprennent une addition avec les « Routes envoyées par l’auteur pendant le cours de l’impression ». Les itinéraires espagnols couvrent les pages 201 à 240. Enfin, les pages 241 à 269 contiennent un « Supplément contenant plusieurs nouvelles routes ». L’édition de 1783 est la première à intégrer une carte de l’Europe qui est pliée et placée à la fin de l’ouvrage31. Cette carte physique ne présente pas le tracé des itinéraires évoqués par l’auteur et seules les villes les plus importantes sont marquées. Dutens sait que cette carte ne peut suffire, donc il suggère aux voyageurs d’acquérir sur place des plans et des cartes qui seront d’une grande justesse32.

Informations techniques et commentaires

  • 33 Cf. Annexe IV.
  • 34 Op. cit., p. 2.
  • 35 Sur les environs de Toulouse, l’auteur note par exemple que ce pays est « très beau et très fertil (...)
  • 36 Op. cit., p. 91-99, route de Florence à Rome.

13Chaque itinéraire fait l’objet d’une présentation identique basée sur un système de doubles pages. Le nombre de doubles pages varie seulement en fonction de la quantité des étapes et de l’ampleur des commentaires33. Les pages de gauche sont réservées à un tableau à cinq colonnes qui énumère les villes étapes de l’itinéraire, l’emplacement et le nombre de postes, la distance en milles anglais, le temps de route en heures et en minutes, plus des observations locales générales. Ainsi, pour la route d’Édimbourg à Londres, Dutens observe que « la province de Durham est une des plus agréables et des mieux cultivées de l’Angleterre34 ». Les pages de droite sont consacrées à des « remarques » plus détaillées sur les villes et les lieux référencés dans le tableau. Ces observations insistent davantage sur les curiosités culturelles et artistiques, l’histoire, les activités commerciales et la gastronomie35. À de rares exceptions, comme la ville de Rome qui dispose d’une notice de 9 pages36, la plupart des descriptions sont brèves et dépassent rarement quelques lignes, à l’instar de la notice dédiée à la ville de Marseille :

  • 37 Op. cit., p. 59, route de Montpellier à Marseille.

« Marseille a 100 milles âmes. Depuis 1762 jusqu’à 1772, la population y a augmenté de 10 000 âmes. C’est une colonie des Phocéens bâtie plus de 600 ans avant Jésus-Christ. On y admire l’arsenal, la salle d’armes, le cours ou la grande rue, longue de 700 toises, tirée au cordeau, avec des allées d’arbres au milieu. Le port est un des plus commerçants de la France. On fait voir à l’abbaye de Saint-Victor la grotte où l’on dit qu’a demeuré Sainte-Madeleine. La salle du spectacle est assez belle. La façade de l’hôtel de ville est du fameux Puget37. »

  • 38 Seul le passage du col du Mont-Cenis s’accompagne de remarques plus précises sur l’évolution des c (...)
  • 39 Dans la plupart des cas, seul le nom de l’auberge est signalé par une brève mention dans le tablea (...)
  • 40 Op. cit., p. 156.
  • 41 Sur ce sujet, se reporter à l’ouvrage de synthèse de G. Livet, Histoire des routes & des transport (...)

14Malgré les ambitions de l’auteur, le lecteur peut regretter la rareté des renseignements sur les conditions matérielles de circulation, les péages et les douanes38, les auberges39, les soins pour les chevaux ou l’état des routes. Lorsque des remarques sont formulées, elles restent très laconiques, comme pour « la route de Vienne à Prague qui est fort belle, comme le sont tous les chemins des États de la Maison d’Autriche40 ». Pourtant, de nombreuses recherches historiques démontrent que le développement des circulations et l’accélération des transports doivent beaucoup aux nombreux travaux routiers entrepris au cours du XVIIIe siècle41. Les commentaires de Dutens sont brefs, mais cette posture éditoriale est volontaire, car il se contente de donner des clés de lecture, des informations de base. Pour en savoir davantage sur les lieux visités, l’auteur invite le voyageur à cultiver ses connaissances. Cette démarche rappelle que l’ouvrage s’adresse à des lecteurs qui font du voyage une initiation, un apprentissage pour parfaire leur éducation :

  • 42 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. iv.

« Il sera facile aux curieux de se pourvoir de descriptions des pays qu’ils désireront visiter plus particulièrement, ou bien ils les trouveront sur les lieux mêmes42. »

Le Grand Tour de Dutens

Données générales

  • 43 Les différents itinéraires sont répertoriés dans un tableau récapitulatif en Annexe V.
  • 44 Op. cit., non paginé.

15Au total, l’ouvrage de Dutens comprend 117 itinéraires routiers43. La plupart d’entre eux sont des itinéraires transnationaux et le passage des frontières ne suscite pas de commentaire. Cet aspect confirme la volonté de décrire l’Europe comme un espace totalement ouvert, même virtuellement. Les 55 premiers itinéraires disposent des remarques les plus complètes. Les 5 itinéraires suivants ont été additionnés au dernier moment, juste avant la publication, donc sans indication particulière. Les 7 itinéraires de la péninsule ibérique répondent à une présentation légèrement différente, car Dutens concède avec regrets ne pas avoir réalisé ce voyage : « J’étais parti deux fois de Londres pour faire ce voyage, et deux fois j’avais été arrêté par des obstacles imprévus44. » Pour l’Espagne, il utilise les renseignements issus d’un voyage réalisé en 1775 par De Voglie, inspecteur général des Ponts et Chaussées de France. Ce dernier procède à des mesures en lieues françaises et la durée de parcours n’est pas toujours indiquée, mais l’essentiel est préservé :

  • 45 Op. cit., p. 201.

« J’ai déjà dit que je n’ai pas été en Espagne. Cela rend compte de la différence que l’on trouvera dans la méthode suivie pour la description de la route suivante. J’ai cependant essayé, autant qu’il m’a été possible, de l’accommoder à ma méthode, en sorte que toute la différence consiste en un peu moins de précision pour le temps employé sur la route, et l’indication des auberges. Du reste, les voyageurs ne peuvent que gagner au change, les observations de M. de Voglie étant remplies de justesse et de sagacité. J’y ai joint celles de deux autres voyageurs de ma connaissance, qui ont bien vu ce pays-là depuis douze à quinze45. »

16Les itinéraires fournis en supplément ne contiennent pas de commentaire descriptif et beaucoup d’entre eux forment un doublon par rapport aux itinéraires empruntés par Dutens. Seuls quelques itinéraires inédits permettent au lecteur de compléter la visite d’une province. Pour ce faire, Dutens exploite des informations de seconde main, sans plus de précision sur ses sources :

  • 46 Op. cit., p. 141.

« Un grand seigneur anglais, qui a beaucoup voyagé, et qui avait un excellent odomètre à sa chaise, a pris avec soin les mesures suivantes, qu’il a eu la complaisance de me communiquer, pour les donner au public. On y trouvera plusieurs routes qui ne sont point dans mon itinéraire46. »

  • 47 Cf. Annexe V.

17Même s’il faut rester prudent dans la manipulation des données chiffrées, jamais exemptes de petites erreurs ou d’aberrations, les itinéraires de Dutens décrivent un réseau routier de près de 27 000 kilomètres et 3 000 heures de trajet47. En confrontant les distances aux temps de parcours, des moyennes horaires peuvent être déterminées. La moyenne globale s’élève à environ 8,1 kilomètres par heure. À raison de sept à huit heures de trajet par jour, c’est donc tout au plus 70 kilomètres que les voyageurs peuvent parcourir quotidiennement. Bien entendu, cette moyenne occulte de nombreux écarts liés à l’environnement naturel ou à l’état de la chaussée. Sur des itinéraires assez plats comme la route de Paris à Tours, la moyenne horaire s’élève à une douzaine de kilomètres par heure. Par contre, sur des routes beaucoup plus vallonnées comme celle de Bayonne au col de Roncevaux, la moyenne horaire se limite à 3,8 kilomètres.

Lieux parcourus

  • 48 Op. cit., p. 26.

18L’Itinéraire de Dutens présente une liste très exhaustive des hauts lieux de la culture européenne des Lumières. Les étapes majeures de son Grand Tour sont constituées par des villes. L’auteur décrit parfois l’environnement naturel lorsque celui-ci présente un caractère remarquable. Ainsi, au sujet de la ville d’Orange, il note qu’elle « est située dans une belle plaine, arrosée de plusieurs rivières. Ici on voit le mont Ventoux, qu’on dit être la plus haute montagne de France48 ». Une carte rétrospective fait clairement apparaître le cheminement de l’auteur et les étapes majeures de ses voyages (figure 1).

19Le point de départ de l’ouvrage correspond à des itinéraires anglais, avec pour centre névralgique la ville de Londres. Après la traversée de la Manche entre Douvres et Calais, la France apparaît d’abord comme un espace de transit, traversé par des axes nord-sud menant vers l’Espagne et l’Italie. Les descriptions des villes françaises sont peu développées, hormis la ville de Lyon dont le patrimoine antique attire l’auteur. La ville de Paris fait l’objet d’une petite notice très intéressante avec des conseils sur la manière d’intégrer la société cultivée et de mieux connaître le peuple :

  • 49 Op. cit., p. 17. Les principales cours d’Europe sont accompagnées d’informations similaires sur le (...)

« Paris étant divisé en plusieurs sociétés qui vivent intimement ensemble, les étrangers doivent se munir de bonnes lettres de recommandation, non seulement pour le ministre de leur cour, mais pour des personnes distinguées, surtout pour celles qui reçoivent les étrangers, et tiennent table ou maison ouverte. En fréquentant trois ou quatre de ces maisons, vous voyez les Français, mais ce n’est pas encore assez pour connaitre entièrement les mœurs de la nation49… »

  • 50 F. Brizay, Touristes du Grand Siècle : le voyage d’Italie au XVIIe siècle, Paris, Belin, 2006, et (...)
  • 51 J. Garms, « Le Grand Tour et la fascination pour l’Antique », in T.W. Gaehtgens et K. Pomian, Hist (...)
  • 52 J. Garms, « Rome : foyer de création et de rencontres européennes », in T.W. Gaehtgens et K. Pomia (...)

20Malgré un long et difficile itinéraire jusqu’à Lisbonne, la péninsule ibérique comporte assez peu de routes et le sud est totalement ignoré. À l’inverse, le nord de l’Italie est parcouru de long en large et l’auteur ne cache pas son intérêt pour cette région. L’accès se fait soit par la Savoie via Turin, soit par la Suisse via Genève. La péninsule italienne reste une destination phare du Grand Tour et les villes qui forgent le patrimoine architectural, culturel et artistique de la péninsule sont référencées : Florence, Rome, Milan, Naples ou encore Venise50. Différents itinéraires transversaux permettent de multiplier les excursions. La fascination pour les chefs-d’œuvre de la Renaissance, et plus encore ceux de l’Antiquité, constitue un véritable fil conducteur51. Rome forme l’épicentre de cette culture antique qui permet à l’auteur de montrer son savoir sur l’Empire romain52.

  • 53 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. 149 et 151.

21Le parcours de Dutens se poursuit ensuite avec les pôles urbains du Saint-empire romain germanique. Après la traversée des Alpes au nord de l’Italie, une longue route mène jusqu’à Vienne. La capitale de la maison Habsbourg suscite elle aussi l’admiration de l’auteur : « Je ne puis quitter Vienne sans dire que c’est une des cours de l’Europe où la société est sur le meilleur pied53… » À partir de Vienne, Dutens effectue une excursion dans deux villes proches dotées d’une cour brillante : Presbourg (actuelle Bratislava) et Esterhaz. D’autres grandes cours sont au programme à l’est de l’Europe, comme Prague, Berlin ou encore Potsdam où l’auteur signale l’influence du roi Frédéric II de Prusse. Le Grand Tour de Dutens s’achève en Europe du Nord. L’espace rhénan n’est pas négligé, mais l’auteur s’attarde plus volontiers sur les richesses héritées du grand commerce dans les Pays-Bas autrichiens et les Provinces-Unies. De grands lieux artistiques constituent à nouveau des étapes incontournables, comme Amsterdam, Anvers ou Utrecht.

Figure 1. – Le Grand Tour d’Europe de Louis Dutens (itinéraires et villes étapes).

22D’Édimbourg à Naples et de Lisbonne à Vienne, le voyageur Louis Dutens se prête à un vaste panorama du continent européen qu’il partage avec les lecteurs de son Itinéraire d’une partie de l’Europe. Cet ouvrage constitue un outil de propagande pour découvrir sans modération les références culturelles de l’Europe éclairée et, mutatis mutandis, il démontre que les voyageurs n’hésitent pas à sillonner des routes éloignées. Pour ce faire, ils ont besoin d’indications concrètes pour se repérer. À la manière d’un manuel pédagogique, le guide touristique de Dutens propose un programme de voyage pour un public cultivé et de jeunes nobles désireux de parfaire leur éducation. L’accent est volontairement mis sur une série d’informations permettant d’aller à l’essentiel.

23Cette posture éditoriale qui fait du cosmopolitisme un genre de vie possède malgré tout de nombreuses limites. Si la circulation semble facile sur le papier, la situation est plus délicate sur le terrain. Le voyageur se heurte fréquemment à des contraintes de transport ou des formalités diplomatiques qui ralentissement les déplacements. Ces réserves mises à part, l’Itinéraire de Dutens prouve qu’à la fin du XVIIIe siècle, les circulations doivent être pensées sur des espaces beaucoup plus vastes qu’au siècle précédent. Désormais, l’Europe forme un tout à l’intérieur duquel la culture ne rencontre aucun obstacle.

Annexes

Annexe I. Page de titre de l’édition parisienne de 1783

Louis Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, non paginé.

Annexe II. Table des rapports de la dépense en voyage en Angleterre, en France et en Italie

Louis Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, non paginé.

Annexe III. Table de conversion des unités de mesure de longueur

Louis Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, p. vii.

Annexe IV. Un extrait d’itinéraire : route de Paris à Lyon et Avignon

L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, p. 20-21.

Annexe V. Les itinéraires évoqués par Louis Dutens (édition de 1783)

Nota : les distances sont données en miles anglais, sauf pour l’Espagne (lieues françaises signalées par un astérisque). L’abréviation Nd signifie données non déterminées.

Notes

1 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées ou Journal de plusieurs voyages aux villes principales de l’Europe, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, p. iii.

2 Sur le développement des voyages, se reporter notamment à : Le voyage en France : Anthologie des voyageurs européens en France, du Moyen Âge à la fin de l’Empire, Paris, Robert Laffont, 1995 ; P.-Y. Beaurepaire, « L’Europe des Lumières : un espace de circulation et d’échanges », in L’Europe des Lumières, Paris, Presses universitaires de France, 2004, p. 41-82 ; M.-N. Bourguet, « Voyages et voyageurs », in M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 1092-1095 ; N. Broc, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, Paris, Ophrys, 1975 ; Y. Hersant, « Sur les routes d’Europe », in Ph. Roger (dir.), L’homme des Lumières de Paris à Saint-Pétersbourg : actes du colloque international (automne 1992), Naples, Vivarium, 1995, p. 65-78 ; F. Moureau (éd.), Métamorphoses du récit de voyage : actes du colloque de la Sorbonne et du Sénat, 2 mars 1985, Paris, Champion, Genève, Slatkine, 1986 ; R. Pomeau, L’Europe des Lumières : cosmopolitisme et unité européenne au dix-huitième siècle, Paris, Stock, 1966 ; D. Roche, « Voyage », in V. Ferrone et D. Roche (dir.), Le Monde des Lumières, Paris, Fayard, 1999, p. 349-357 et D. Roche, Humeurs vagabondes : De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003.

3 L’exemplaire consulté est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Arsenal, 8-H-811.

4 D. Poulot, Les Lumières, Paris, Presses universitaires de France, 2000, en particulier p. 131-142.

5 L. Dutens, Mémoires d’un voyageur qui se repose contenant des anecdotes historiques, politiques et littéraires, relatives à plusieurs des principaux personnages du siècle, Paris, Chez Bossange, Masson et Besson, 1806, 3 tomes. Les éléments de cet ouvrage sont résumés dans la Biographie universelle ancienne et moderne de Michaud, Paris, Chez Madame C. Desplaces et chez M. Michaud, 1855, t. xii, p. 137-139.

6 I. Ardouin-Weiss, Les Dutens de Touraine et du Haut-Poitou : 1664-1917, Tours, Centre généalogique de Touraine, 1981.

7 Sur la mode anglaise du Grand Tour, se référer aux ouvrages de J. Black, The British and the Grand Tour, London, Croom Helm Cop., 1985 et The British Abroad: the Grand Tour in eighteenth century, Stroud, A. Sutton et New York, St Martin’s press, 1992.

8 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. i.

9 Parmi les ouvrages ayant trait à ces questions, il faut citer L. Dutens, L’Ami des étrangers qui voyagent en Angleterre, Londres, Chez P. Elmsly, 1787 ; Correspondance interceptée, Paris, C. Simon, 1788 et Le Guide moral, physique et politique des étrangers qui voyagent en Angleterre, Londres et Paris, Legras, 1792.

10 Sur ce sujet, voir G. Chabaud, É. Cohen, N. Coquery, J. Penez, Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle : villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000 ; Y. Marcil, La fureur des voyages : les récits de voyage dans la presse périodique, 1750-1789, Paris, Honoré Champion, 2006.

11 Sur ce précieux itinéraire et la richesse de son contenu, se référer à un article de Guy Arbellot qui contient deux cartes révélant la réduction des temps de parcours en France au cours du dernier tiers du XVIIIe siècle : « La grande mutation des routes de France au milieu du XVIIIe siècle », Annales, Économies, Sociétés et Civilisations, 1973, volume 28, no 3, p. 765-791.

12 Th. Nugent, The Grand Tour. Containing an exact description of most of the cities, towns, and remarkable places of Europe, London, S. Birt, D. Browne, A. Millar, G. Hawkins, 1749.

13 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., page de titre. Cf. Annexe I.

14 En France, cette édition est disponible à Strasbourg, Lyon, Dijon, Marseille, La Rochelle, Bordeaux, Nantes, Calais et Lille.

15 À l’étranger, l’Itinéraire est diffusé à Lisbonne, Madrid, Turin, Florence, Genève, Bâle, Mannheim, Bruxelles, Maastricht et Amsterdam.

16 On dénombre au moins dix éditions du Journal de Dutens publiées en France et en Europe : en 1775 à Paris chez Pissot et la même année à Londres chez P. Elmsly ; en 1777 à Paris chez Pissot et la même année chez André Dury à Londres ; en 1779 à Londres chez William Faden et P. Elmsly ; en 1782 à Paris-Bruxelles chez Lemaire ; en 1783 à Paris chez Théophile Barrois Le Jeune ; en 1786 à Londres chez T. Spilsbury à Londres ; en 1788 à Paris chez Théophile Barrois Le Jeune ; en 1789 à Livourne chez Thomas Masi et Compagnie ; en 1791 à Paris chez Théophile Barrois Le Jeune ; enfin en 1793 à Londres chez William Faden et P. Elmsly.

17 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., non paginé.

18 Selon Christian Huetz de Lemps, « finalement, on ne trouve que relativement peu de voyageurs dont l’objectif principal soit simplement la volonté de satisfaire une curiosité, de voir d’autres paysages et d’autres hommes, c’est-à-dire de faire ce que nous appellerions aujourd’hui du tourisme », in L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 2002 [1996], « Voyages, voyageurs », p. 1266.

19 Plusieurs éditions anglaises sont publiées au format in-duodécimo.

20 Op. cit., p. iv.

21 Op. cit., p. iv-xii. Les mesures concernent l’Angleterre, la France, le Piémont, Gênes, Parme, Bologne et Florence, Rome, Naples, l’Allemagne, la Russie et l’Espagne.

22 Op. cit., p. xiii-xxiv. Ce rapport évoque l’Angleterre, la France, Turin, Gênes, Parme, Modène, Bologne, Florence, Rome, Naples, Venise, Milan, Genève, la Suisse, l’Allemagne, Dresde, Berlin, Brunswick et Hanovre, Cologne, la Hollande, le Brabant, Liège et Spa, Madrid.

23 Op. cit., p. xxv-xxx. Les comparaisons abordent l’Angleterre, la France, l’Italie, le Piémont, Gênes, Modène, la Toscane, les États ecclésiastiques, les États de Naples, les États de Venise, le Milanais, Genève et la Suisse, la Savoie, l’Allemagne, la Hollande, la Flandre, le passage du Mont-Cenis et l’Espagne.

24 Dutens évalue un mille anglais à 825 toises, soit environ 1,61 kilomètre. L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. ix.

25 Op. cit., p. v.

26 « Tables des rapports de la dépense en voyage en Angleterre, en France et en Italie ». Op. cit., feuille pliée non paginée. Cf. Annexe II.

27 « Rapport des mesures linéaires de différents pays, en pouces et décimales d’Angleterre. » Op. cit., p. vii. Cf. Annexe III.

28 Op. cit., p. iv.

29 Une note jointe au premier itinéraire précise : « On n’a pas compté dans toutes les routes le temps de changer de chevaux aux postes, parce que cela doit être différent pour les voyageurs, selon la quantité de chevaux dont chacun à besoin. » Op. cit., p. 2.

30 Op. cit., non paginé.

31 La Bibliothèque nationale possède un bel exemplaire de cette carte (49 x 48 cm) réalisée en 1783 par Louis Stanislas d’Arcy Delarochette, auteur de plusieurs cartes anglaises : « Îles Britanniques, Pays-Bas et Provinces-Unies, Allemagne, Suisse France, Italie, Espagne, Portugal, pour l’itinéraire de M. Dutens. » BNF, Cartes et Plans, Ge D-12203 (BIS).

32 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. iv.

33 Cf. Annexe IV.

34 Op. cit., p. 2.

35 Sur les environs de Toulouse, l’auteur note par exemple que ce pays est « très beau et très fertile en grains, fruits et vins exquis ». Op. cit., p. 50.

36 Op. cit., p. 91-99, route de Florence à Rome.

37 Op. cit., p. 59, route de Montpellier à Marseille.

38 Seul le passage du col du Mont-Cenis s’accompagne de remarques plus précises sur l’évolution des coûts de transport, op. cit., p. xxx.

39 Dans la plupart des cas, seul le nom de l’auberge est signalé par une brève mention dans le tableau des pages de gauche.

40 Op. cit., p. 156.

41 Sur ce sujet, se reporter à l’ouvrage de synthèse de G. Livet, Histoire des routes & des transports en Europe : Des chemins de Saint-Jacques à l’âge d’or des diligences, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2003. Sur l’accélération des transports, voir l’étude de Ch. Studeny, L’invention de la vitesse : France XVIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 1995.

42 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. iv.

43 Les différents itinéraires sont répertoriés dans un tableau récapitulatif en Annexe V.

44 Op. cit., non paginé.

45 Op. cit., p. 201.

46 Op. cit., p. 141.

47 Cf. Annexe V.

48 Op. cit., p. 26.

49 Op. cit., p. 17. Les principales cours d’Europe sont accompagnées d’informations similaires sur les pratiques sociales.

50 F. Brizay, Touristes du Grand Siècle : le voyage d’Italie au XVIIe siècle, Paris, Belin, 2006, et surtout G. Bertrand, Le grand tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle-début XIXe siècle, Rome, École française de Rome, 2008.

51 J. Garms, « Le Grand Tour et la fascination pour l’Antique », in T.W. Gaehtgens et K. Pomian, Histoire artistique de l’Europe : le XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1998, p. 277-283.

52 J. Garms, « Rome : foyer de création et de rencontres européennes », in T.W. Gaehtgens et K. Pomian, op. cit., p. 284-290.

53 L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées…, op. cit., p. 149 et 151.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Le Grand Tour d’Europe de Louis Dutens (itinéraires et villes étapes).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Louis Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, non paginé.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende Louis Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, non paginé.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Louis Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, p. vii.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104414/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, Paris, Chez Théophile Barrois le Jeune, 1783, p. 20-21.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104414/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Nota : les distances sont données en miles anglais, sauf pour l’Espagne (lieues françaises signalées par un astérisque). L’abréviation Nd signifie données non déterminées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104414/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540