Version classiqueVersion mobile

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Quatrième partie. Culture de la mobilité et circulations culturelles internationales en Europe

Du bon usage des recommandations : lettres et voyageurs au XVIIIe siècle

Emmanuelle Chapron

Texte intégral

  • 1 F. Galiani, L. d’Épinay, Correspondance. IV. juin 1773-mai 1775, G. Dulac, D. Maggetti (éd.), Pari (...)

« J’ai donné il y a quelques jours deux lettres de recommandation l’une pour vous, l’autre pour le comte d’Albaret, à un Sicilien joueur de cor de chasse. Je n’ai pas pu les refuser à un ami qui me les a demandées, mais je vous préviens, que je ne connais ni de vue ni de nom le sujet que je vous ai recommandé. En conséquence je n’entends vous le recommander qu’avec bénéfice d’inventaire comme on reçoit les successions suspectes. Écoutez-le, et jugez-en vous-même1. »

  • 2 T. Grosser, « Les voyageurs allemands en France. Études de cas et perspectives d’analyse », in J. (...)
  • 3 Elles permettent aux voyageurs de faire « ce qu’ils ne pourroient peut-estre pas faire en six mois (...)
  • 4 T. Watkins, Travels through Swisserland, Italy, Sicily… in the years 1787, 1788, 1789, Londres, Ca (...)

1L’avertissement donné en 1774 à Madame d’Épinay par Ferdinando Galiani illustre à merveille le discrédit qui frapperait à la fin du XVIIIe siècle les lettres de recommandation aux voyageurs. Souvent observé depuis Paris, le phénomène est rapporté à l’inflation de ces écritures dont la foule croissante des voyageurs cherche toujours à se munir, suivant les conseils de la littérature apodémique, comme de passeports, lettres de crédit, billets de santé, certificats maçonniques, cartes ou guides2. Les lettres accompagnent alors toutes les catégories de voyageurs, savants et aristocrates, mais également étudiants, marchands, artisans ou pèlerins dont elles contribuent à garantir l’identité et la légitimité du déplacement. Réunies avant le départ ou recueillies le long du trajet, elles doivent surtout permettre au voyageur d’activer à son profit un ensemble de connaissances indirectes et de raccourcir ainsi le temps nécessaire pour accéder aux ressources matérielles, sociales et intellectuelles de la ville traversée. Elles peuvent lui procurer, selon les cas, un guide pour visiter la ville, une introduction dans les sphères de la sociabilité urbaine et des commodités matérielles, logement, table ouverte ou prêt de voiture3. Le plus souvent remise sous cachet volant, la recommandation peut également se trouver dans une lettre fermée. Elle peut donc être « publique » ou « privée », selon la distinction introduite par le voyageur anglais Thomas Watkins4.

  • 5 Voir les réflexions de J.-C. Waquet, « Solidarités personnelles et pouvoir aristocratique à Floren (...)

2Plus encore que pour d’autres types de recommandation (pour un emploi par exemple), il est difficile de mesurer l’effet propre de la lettre5. On peut en revanche questionner la manière dont les protagonistes – voyageurs d’une part, scripteurs et destinataires des lettres d’autre part – se représentent son efficacité à créer un lien social. C’est autour de l’émergence, à partir des années 1770, d’un regard plus critique sur la pratique des recommandations que l’on pourra relire la question de leur perte de valeur, au creux des débats sur le rapport à l’étranger, l’économie morale de l’hospitalité, les signes de l’identité et de la valeur sociale.

La mesure de l’efficace : le regard des voyageurs

  • 6 Elles apparaissent dans plus de 60 % des récits du XVIIIe siècle, contre 44 % au siècle précédent (...)
  • 7 T. Grosser, « Les voyageurs allemands… », art. cit.
  • 8 Cf. les remarques de F. Heal, Hospitality in Early Modern England, Oxford, Clarendon press, 1990.

3Dans les correspondances et les récits où elles sont fréquemment mentionnées, les voyageurs décrivent d’un ton généralement satisfait les avantages qu’ils ont tirés de leurs recommandations6. On pourra certes arguer qu’ils ne sont pas toujours les mieux placés pour juger des efforts de leur hôte : comme le souligne Thomas Grosser, bien des voyageurs jeunes et inexpérimentés se satisfont sans doute sincèrement des assemblées de troisième catégorie vers lesquels ils sont conduits à Paris par les diplomates de leur pays7. Mais une telle attitude de contentement est plus largement dictée par les conventions qui gouvernent l’attitude du voyageur reçu dans la maison à laquelle il a été adressé. Les règles de la politesse lui commandent d’accepter ce que lui offre son hôte et de lui en témoigner de la reconnaissance, qu’il s’agisse d’une simple conversation ou d’une invitation à séjourner sous son toit8. De fait, les sentiments personnels, qu’ils soient de satisfaction sincère, de relative déception ou de véritable frustration, apparaissent mal derrière les « politesses » et les « honnêtetés » dont les voyageurs disent avoir été comblés et sur lesquelles peu déchirent le voile.

  • 9 T. Grosser, « Les voyageurs allemands… », art. cit., et J. Black, The British abroad. The Grand To (...)

4L’attitude des voyageurs n’en est pas pour autant passive. Beaucoup se montrent attentifs à identifier les codes qui gouvernent le bon usage des recommandations. Cette reconnaissance participe à l’appréciation qu’ils font de l’efficacité des lettres et leur permet le cas échéant de relativiser leur déception. La valeur de la recommandation se définit en premier lieu par rapport à d’autres types de capitaux sociaux : les voyageurs reconnaissent que partout en Europe, un nom illustre, un réseau de connaissances personnelles ou une belle fortune valent mieux qu’une lettre, mais qu’une bonne recommandation (comme celles de William Hamilton à Naples, du cardinal de Bernis à Rome ou de Friedrich Melchior Grimm à Paris) peut pallier dans une certaine mesure un déficit de notoriété sociale. L’inégale valeur des recommandations participe d’ailleurs au tracé des itinéraires du Grand Tour, dessinant des espaces réservés aux voyageurs d’un rang élevé et dotés de recommandations de poids – les salons parisiens, les cours allemandes – et des circuits de reversement plus accessibles au voyageur sans qualité – les grandes villes de la province française, la Suisse ou les Pays-Bas9.

  • 10 J. C. G. Fick, Manuel portatif ou Guide des voyageurs de toutes les classes qui parcourent l’Allem (...)
  • 11 A. Riggs Miller, Letters from Italy… in the years 1770 and 1771, Londres, Dilly, 1776, I, p. 465.

5La manière d’utiliser ses lettres doit en second lieu se conformer aux règles de la civilité. Que la littérature apodémique de la fin du XVIIIe siècle commence à prendre le soin d’énoncer ces règles est sans doute un signe de la banalisation des recommandations et de leur utilisation dans des cercles sociaux plus larges, autant que du souci utilitaire qui anime ces manuels, l’exact maniement des lettres devant permettre d’en majorer l’efficacité10. Elles commandent le moment de « rendre ses lettres », selon l’expression consacrée, dès les premiers jours qui suivent l’arrivée en ville, de ne pas se mettre à la charge des maisons auxquelles on est recommandé, de ne pas multiplier les visites importunes. On conseille ainsi à Anna Riggs Miller, qui voyage en Italie dans les années 1770, de ne remettre qu’une ou deux lettres dans chaque ville, « otherwise [the stranger] is not near so well served, as when this method is observed11 ». En procédant autrement, elle risquerait de ne pouvoir répondre favorablement à toutes les sollicitations, et outre que ses refus pourraient passer pour une impolitesse, ses arbitrages la mêleraient aux conflits qui peuvent exister entre les familles.

  • 12 P. Dibon, F. Waquet, Johannes Fredericus Gronovius, pèlerin de la république des lettres. Recherch (...)
  • 13 The Letters of Philip Dormer Stanhope, Fourth Earl of Chesterfield, B. Dolrée (éd.), Londres, King (...)

6Le sens dont sont revêtues les recommandations diffère également selon les catégories de voyageurs. Dans le monde savant du XVIIe siècle, la lettre n’est pas seulement la promesse d’un accès facilité aux doctes et aux institutions du savoir, mais « un capital de crédit que le jeune savant emporte avec lui, la marque de l’affection et de l’estime des autorités de la République des Lettres », ce qui explique que les voyageurs s’en munissent également pour des savants avec lesquels ils correspondent déjà ou pour des villes qu’ils ne visiteront pas12. Dans le cadre du voyage aristocratique, la lettre participe aux apprentissages sociaux et professionnels. Philip Dormer Stanhope, duc de Chesterfield, dont le fils voyage en Europe entre 1748 et 1751, en fait un instrument capable de régler le rythme de ses pas et de lui inculquer les règles de préséance des cours allemandes et italiennes13.

7Les récits dessinent finalement une cartographie européenne de l’hospitalité qui tient tant de l’imaginaire des peuples que des écarts à la norme réellement constatés. La bonne réputation généralement acquise aux Italiens est par exemple modérée sur place par la découverte de certaines particularités qui étonnent les voyageurs parce qu’elles contreviennent aux attentes qu’ils considèrent comme légitimes – ainsi l’habitude de la noblesse italienne de ne pas convier les visiteurs à sa table (sauf à Milan, mais certainement pas à Rome ou à Naples), à laquelle ils tentent tout au long du siècle de donner une explication satisfaisante.

Rhétorique de la recommandation

  • 14 J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon, « Introduction », in Eid., La politique par correspondance. Us (...)
  • 15 C. H. de Grimarest, Recueil de lettres sur divers sujets, Paris, Nyon, 1725 (1re éd. 1709), p. 234 (...)
  • 16 P. Jacob, Le parfait secrétaire, ou La manière d’escrire et de respondre à toute sorte de lettres,(...)

8Les voyageurs rapportent finalement peu l’efficacité de la recommandation à sa dimension strictement épistolaire, c’est-à-dire à la fois discursive et relationnelle. Celle-ci s’inscrit à l’inverse pour le scripteur dans le cadre d’une pratique qui, depuis la « révolution épistolaire » portée par l’humanisme, est à la fois normée par les traités de rhétorique et convaincue de sa capacité à créer des liens forts entre les individus14. Dès les premières décennies du XVIIIe siècle, la lettre de recommandation spécifiquement destinée au voyageur fait son entrée dans les chapitres que les Secrétaires consacrent à ce genre. Loin d’en faire un geste d’écriture à sens unique, les manuels la représentent comme le maillon d’un ensemble complexe d’échanges. Dans le Recueil de lettres sur divers sujets publié en 1709, Grimarest présente successivement une lettre à « A Mr du C ** pour lui demander une lettre de recommandation en Angleterre », la réponse positive de ce dernier, la lettre de recommandation proprement dite, la réponse du correspondant le remerciant de lui avoir adressé son ami, les remerciements du voyageur et la réponse satisfaite de Mr du C **, qui se promet d’écrire en Angleterre pour en remercier à son tour ses correspondants15. Le réseau se trouve également mis en abyme à l’intérieur des lettres, qui évoquent chacune les obligations créées et le désir de les repayer. Pour le scripteur et le destinataire de la lettre, l’effet de la recommandation relève donc du « pacte épistolaire », qu’il s’agisse de convaincre de la sincérité d’une demande pour garantir sa bonne issue, ou au contraire de dégager discrètement son interlocuteur de toute obligation à l’égard d’un voyageur indésirable. Reconnaissant « qu’aujourd’huy la pluspart des recommandations ne s’accordent qu’à l’importunité des prières, & non pas à l’amitié, ou au mérite des personnes16 », les auteurs ménagent en effet dès le XVIIe siècle la possibilité d’une recommandation non contraignante, par le biais de subterfuges stylistiques (écriture froide) ou formels (recommandation en apostille).

  • 17 Sur ces aspects, S. M. Fitzmaurice, The Familiar Letter in Early Modern English. A pragmatic appro (...)
  • 18 Bibl. Mun. Nîmes [BMN], ms. 138, f° 350: Bonelli à Séguier, Rome, 18 novembre 1775 et BMN, ms. 141 (...)

9L’étude des lettres de recommandation dans le cadre d’une correspondance entière éclaire la marge de manœuvre des scripteurs, sous la double contrainte des normes épistolaires et du cachet volant. Celle de l’érudit nîmois Jean-François Séguier (1703-1784) comprend au moins soixante lettres de recommandation adressées par quarante-deux correspondants entre 1751 et 1784. La renommée savante de Séguier (déchiffreur de l’inscription de la Maison Carrée), qui en fait un cicérone tout indiqué pour la visite des antiquités de la ville, son célèbre cabinet d’histoire naturelle et les relations qu’il entretient en Italie (il a passé vingt ans à Vérone auprès du marquis Maffei) en font une cible de choix pour les voyageurs en route vers la péninsule. Les lettres suivent toutes dans leurs grandes lignes la trame fixée par l’art épistolaire. S’ouvrant sur la présentation de la personne recommandée (« Le porteur de la lettre est… », « Cette lettre vous sera remise par… »), elles en développent les qualités, les intentions et les circonstances du voyage. Elles suggèrent en général une visite du cabinet d’histoire naturelle, parfois celle de la ville, en des termes plus ou moins pressants, d’un solide « je vous le recommande » aux plus souples « j’espère que vous pourrez… ». La fermeté du ton reflète la conviction qui anime la demande, mais elle dépend également d’éléments extratextuels comme l’écart social entre le scripteur et le voyageur ou le degré d’intimité avec Séguier17. La lettre du professeur romain Giorgio Bonelli, qui utilise le voyage de son élève Demeste pour tenter de rétablir un lien brisé avec Séguier depuis vingt-cinq ans, ou celle de l’abbé Capmartin de Chaupy, qui profite du voyage du comte Statella pour entrer en contact avec l’érudit, présentent ainsi toutes les caractéristiques d’une recommandation sans pourtant n’employer aucune formule explicite de requête18.

  • 19 BMN, ms. 136, f° 61 : Amoreux à Séguier, Montpellier, 17 avril 1773 et BNF, NAF 6571, f° 120 : Ség (...)
  • 20 BNF, NAF 6571, f° 169 : Séguier à Amoreux, Nîmes, 13 juillet 1776.
  • 21 BMN, ms. 148, f° 229, 25 décembre 1767, nous traduisons.

10Dans ce discours implicite, certains signes devaient être sans ambiguïté. C’est le cas de recommandations très brèves, lorsqu’elles ne sont pas compensées par la qualité sociale du scripteur ou du voyageur. Ainsi, les quelques lignes accordées par le naturaliste montpelliérain Pierre Joseph Amoreux à un voyageur italien (« Le gout des antiquités et de l’histoire naturelle qui guide M. Raniery italien dans ses voyages, lui fait rebrousser chemin a Nimes uniquement pour s’entretenir avec vous et visiter vos cabinets »), dénuées de toute demande particulière, n’apparaissent-elles guère engageantes. La réponse du Nîmois confirme la faible recommandabilité du personnage et le peu d’efforts faits pour le recevoir : « J’ai vû et j’ai accueilli Mr Rainieri que vous m’aviés recommandé. Je crois qu’il fait quelque commerce de morceaux précieux d’histoire naturelle. Je ne pus lui montrer mon cabinet qu’en partie parce que le jour qu’il vient [sic] j’étois un peu indisposé19. » Ces recommandations a minima sont la contre-partie d’une communication épistolaire souvent dépendante des voyageurs dans son économie pratique : confier une lettre à un voyageur, c’est lier l’assurance qu’elle sera remise en main propre au besoin du voyageur de se présenter avec références devant son destinataire. Les scripteurs se montrent en retour très conscients de l’épreuve que ces demandes de faveur font subir à leur amitié : « Lorsque je vous addresse quelqu’un ou que je vous le recommande, je crains toujours d’abuser de votre confiance et je compte beaucoup sur votre indulgence. Mais l’amitié que vous me temoignés me rassure », écrit Séguier à Amoreux en 177620. La représentation du scripteur comme destinataire final des attentions accordées au tiers (« les courtoisies que vous lui ferez, je ne les recevrai pas autrement que si elles m’étaient faites », lui écrit le véronais Torelli à propos d’un voyageur anglais21) apparaît alors comme un élément essentiel du pacte épistolaire, car elle permet d’évacuer la part d’incertitude liée au personnage du voyageur au profit d’une relation binaire protégée de tous les hasards.

  • 22 Sur les relations entre aristocrates et diplomates, J. Stoye, English Travellers Abroad, 1604-1667 (...)
  • 23 Horace Walpole’s correspondence, W. S. Lewis (éd.), New Haven, Yale UP, 1954, 19, p. 232, 5 avril (...)

11La correspondance échangée entre les années 1740 et 1780 par Horace Walpole (fils du ministre Robert Walpole et membre du Parlement) et Horace Mann (le représentant anglais à Florence) permet de saisir les enjeux politiques et sociaux de cette incertitude dans une capitale européenne traversée par des voyageurs toujours plus nombreux. La vingtaine de recommandations adressées par Walpole permettent à Horace Mann de renforcer ses liens de clientèle avec l’aristocratie anglaise et de mieux s’imposer aux élites florentines, mais elles l’exposent également, dans une période souvent critique, aux impairs politiques de voyageurs trublions22. Après une recommandation malheureuse, Walpole met au point un protocole clair : son ami ne devra pas se soucier outre mesure des nombreuses « lettres formelles » (« formal letters ») qu’il est obligé de donner, mais seulement de celles dont il lui donnera confirmation par lettre privée – cette précaution lui enlevant d’ailleurs les scrupules qu’il aurait à écrire des lettres insincères. Dans les faits, Walpole signale plutôt à son ami les voyageurs dont il ne garantit rien, mais que l’intérêt politique ou la puissance de leurs protecteurs recommandent de soigner. Il n’est cependant pas certain que cette sémiotique épistolaire se répercute sur l’accueil fait au voyageur, car Mann se trouve pris dans un rapport de clientélisme et d’amitié qui lui commande de faire publiquement bon accueil aux voyageurs envoyés par Walpole : « I hope to be able to convince him of the infinite regard I shall always show to your recommendations », lui écrit-il à propos d’un voyageur pour lequel son ami lui avait pourtant recommandé de ne prendre aucune peine particulière23. Par ailleurs, s’il évite la mésinterprétation des lettres, le dédoublement du discours ne protège en rien de la mauvaise appréciation initiale du scripteur, qui envoie encore à Horace Mann quelques importuns.

L’ère du soupçon

  • 24 D. Roche, « L’hospitalité à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles) », Francia, 30/2, 2003, p. 1-20
  • 25 Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer, E. Chevallier (éd.), Naples, Publications (...)
  • 26 J. H. von Riedesel, Voyages en Sicile, dans la Grande Grèce et au Levant, Paris, Jansen, 1802 (1re(...)
  • 27 S. Wahnich, « Les révoltes de l’hospitalité. Analyse sémantique d’une notion pratique », in Dictio (...)

12Ce climat de méfiance se retrouve à partir de la fin des années 1770 dans les récits des voyageurs, qui pointent plus nombreux les politesses sans suite ou les manœuvres hypocrites déployées par leurs hôtes pour se débarrasser d’eux. La critique participe au lieu commun du déclin de l’hospitalité occidentale, vertu individuelle et collective consubstantielle au voyage qui se trouverait paradoxalement menacée par l’évolution des manières de voyager et la multiplication des commodités offertes aux voyageurs24. Certains voyageurs décrivent ainsi un basculement des devoirs de l’hospitalité vers le secteur mercenaire du prototourisme. Lors de son séjour à Rome en 1792, Johann Lorenz Meyer critique la pratique des princes romains dont « la première faveur – souvent aussi la dernière – accordée par eux à l’étranger qui leur est souvent recommandé » consiste à le remettre aux mains d’un cicérone chargé de lui faire visiter la ville25. Dans le même temps, les récits montrent combien l’exigence croissante des aises le dispute désormais chez les voyageurs eux-mêmes au prix de la relation humaine. Les récits de voyage en Sicile illustrent parfaitement les termes de ce débat contradictoire. Les voyageurs qui s’y dirigent plus nombreux à partir des années 1770 décrivent des rituels d’accueil exubérants et spontanés, qui semblent directement puiser dans l’Antiquité dont ils découvrent au même moment les traces autour d’eux. Johann Hermann von Riedesel compare son hôte agrigentin au généreux Gelias, quand Vivant Denon pense trouver au musée de Palerme, dans une tessère en ivoire, les origines de la lettre de recommandation26. S’il est alors convenu de penser que l’hospitalité antique est une vertu liée au manque de structures d’accueil, les voyageurs ne manquent pourtant pas de se plaindre de l’archaïsme sicilien en la matière. Non seulement l’absence de réseau hôtelier dans ces contrées peu traversées rendent les voyageurs extrêmement dépendants des lettres qui peuvent leur ouvrir les portes des monastères, mais même les voyageurs les mieux recommandés sont contraints d’accepter un lit bien rudimentaire. Leur agacement traduit l’écart entre la « vertu morale » que représente l’hospitalité, associée à la confiance, à la générosité, au don de soi, et les « secours » que les voyageurs en attendent très concrètement, un logement, un repas, une visite guidée27.

  • 28 G. Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en (...)
  • 29 A. Riggs Miller, Letters from Italy…, op. cit., I, p. 94.
  • 30 J. C. G. Fick, Manuel portatif…, op. cit., p. 14-16.

13Ce souci d’une recommandation utile est plus largement symptomatique de l’inflexion des manières de voyager. Gilles Bertrand suggère que la culture des élites s’imprègne alors des normes de comportement des milieux marchands, attentifs à la rentabilité de leur voyage28. Anna Riggs Miller, future épouse d’un baronet, estime ainsi que « pour des gens décidés à ne rester que peu de temps dans un endroit, et à voir tout ce qui est digne de la curiosité des étrangers, les lettres de recommandation et ce qui s’ensuit ne sont pas du tout appropriés […]. Les fréquents dîners hors de chez soi raccourcissent les matinées ; et l’après-midi se perd toujours entre le Corso, les visites et l’opéra29 ». À Parme et à Milan, pour ne pas ralentir leur voyage, le couple ne remet finalement aucune lettre. On ne peut mieux dire le souci d’un voyage rapide et agréable, dégagé des obligations mondaines. Cette attitude contamine même le discours apodémique de la fin du siècle. En 1792, Johann Christian Georg Fick conseille toujours de se procurer des lettres, mais d’en user avec précaution : « Il suffit de passer quelques heures dans une maison pour juger si une telle connoissance peut nous être utile ou non. Désire-t-on dès lors ne pas continuer sa liaison, il faut se retirer avec prudence, sans faire apercevoir qu’on a eu intention de le faire30. »

14La facilité avec laquelle sont dispensées les lettres de recommandation est un second lieu commun qui prend dans les années 1780 un ton de gravité nouvelle. Les observateurs y voient un facteur de délitement de ce système de légitimation du voyageur qui s’était consolidé autour des écritures portatives depuis la fin du Moyen Âge. Le comte polonais Michal Jan de Borch, qui voyage en Sicile au milieu des années 1770, en décrit avec précision les enjeux :

  • 31 M. J. de Borch, Lettres sur la Sicile et sur l’île de Malthe, Turin, Reycends, 1782, p. 7-10. Nous (...)

« Cet usage [des recommandations] a furieusement dégénéré en abus depuis quelque temps par la trop grande facilité avec laquelle [les seigneurs italiens] accordent ces lettres, souvent même sans connaître la personne qui leur en demande […] et il ne serait pas étonnant de les voir à la suite des temps sans aucune efficacité, puisqu’elles ont entièrement dérogé à leur première dignité. Anciennement elles servaient de passeport au mérite, à présent ce n’est qu’une dette que toute personne de distinction se croit obligée de payer à la première réquisition, car au point où en sont les choses, il y aurait vraiment de la malhonnêteté à refuser quelqu’un. […] vous désireriez, j’en suis sûr, pour l’honneur de ces mêmes seigneurs, et la sûreté de la société, qu’ils n’accordassent ces lettres qu’à bonnes enseignes, et du moins à la naissance seule, au défaut du mérite réel31. »

  • 32 The Present State of music in France and Italy…, Londres, Becket, 1773-1775 (1re éd. 1771). J.-L. (...)
  • 33 L. Berchtold, Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilit (...)

15Hors des pratiques prototouristiques cependant, à l’intérieur d’autres régimes d’interconnaissance (les réseaux maçonniques, les enquêtes scientifiques), la recommandation conserve sa valeur de signe distinctif. L’usage qu’en font les savants se situe d’une certaine manière dans la continuité des pratiques érudites du XVIIe siècle (celles d’un Montfaucon en partance pour l’Europe des bibliothèques), mais leur maniement témoigne d’un souci inédit de rationalisation des démarches. On les trouve ainsi mentionnées de manière assez systématique dans les récits d’Arthur Young ou de l’organiste Charles Burney, auteur d’un « Grand Tour musical » destiné à rassembler les matériaux de son histoire générale de la musique32. Cet usage documentaire des recommandations est lui aussi formalisé dans les traités apodémiques des dernières années du siècle, à l’usage du plus grand nombre. Auteur d’un Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur Patrie (1797) dédié à Arthur Young, le comte Berchtold conseille de se munir de lettres de recommandation non seulement pour l’ambassadeur et les personnes de qualité, mais également pour les banquiers, les commerçants, les chefs des douanes et même « pour la classe inférieure du peuple », « car nous trouvons souvent plus d’instruction dans une chaumière que dans un palais33 ».

  • 34 Comme en témoigne le cas d’Aubin Louis Millin, qui signale dans l’introduction de son Voyage en Sa (...)

16La question de la perte d’efficacité des lettres de recommandation à la fin du XVIIIe siècle n’est pas un faux problème, à condition de l’envisager autrement qu’en termes quantitatifs. La nature du lien ainsi créé se dégage d’une négociation à trois où interviennent, au-delà des caractéristiques propres des individus, l’évolution des formes et structures de l’accueil, la réflexion sur le pacte épistolaire, les nouvelles préoccupations des voyageurs. Au tournant du siècle, les mentions de lettres se font moins fréquentes dans les récits, ce qui ne signifie pas leur disparition du portefeuille des voyageurs : le rôle important des mondanités et des divertissements montre que les voyageurs continuent à souhaiter s’insérer dans la société des villes qu’ils traversent34. La continuité de la pratique ne doit pourtant pas masquer son évolution ni sa dissociation en registres antinomiques : pour le nouveau « touriste », c’est un mal encore nécessaire ; pour le savant, un instrument perfectible, avant que l’institutionnalisation du voyage comme procédure d’enquête n’en infléchisse fondamentalement les modalités pratiques.

Notes

1 F. Galiani, L. d’Épinay, Correspondance. IV. juin 1773-mai 1775, G. Dulac, D. Maggetti (éd.), Paris, Desjonquères, 1996, p. 169.

2 T. Grosser, « Les voyageurs allemands en France. Études de cas et perspectives d’analyse », in J. Mondot, J.-M. Valentin, J. Voss (éd.), Deutsche in Frankreich, Franzosen in Deutschland 1715-1789 : Institutionelle Verbindungen, soziale Gruppen, Stätten des Austausches, Sigmaringen, Thornbecke, 1992, p. 209-235 ; A. Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005, p. 148.

3 Elles permettent aux voyageurs de faire « ce qu’ils ne pourroient peut-estre pas faire en six mois sans un tel rencontre [sic], et par ce moyen ils pourront voyager promptement avec beaucoup de profit et de moindre despence » (F. de Gerzan, L’Art de voyager utilement, dans Profitables curiositez inouyes, Paris, Legras, 1650, p. 26).

4 T. Watkins, Travels through Swisserland, Italy, Sicily… in the years 1787, 1788, 1789, Londres, Cadell, 1792, I, p. 424.

5 Voir les réflexions de J.-C. Waquet, « Solidarités personnelles et pouvoir aristocratique à Florence aux XVIIe et XVIIIe siècles », Ricerche storiche, 15, 1985, p. 107-119.

6 Elles apparaissent dans plus de 60 % des récits du XVIIIe siècle, contre 44 % au siècle précédent (sondage réalisé sur 201 récits de voyage en Europe accomplis entre 1580 et 1815), mais les transformations de l’écriture du voyage ont peut-être contribué à leur donner une plus grande visibilité (cf. F. Wolfzettel, Le discours du voyageur : pour une histoire littéraire du récit de voyage en France du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1996).

7 T. Grosser, « Les voyageurs allemands… », art. cit.

8 Cf. les remarques de F. Heal, Hospitality in Early Modern England, Oxford, Clarendon press, 1990.

9 T. Grosser, « Les voyageurs allemands… », art. cit., et J. Black, The British abroad. The Grand Tour in the Eighteenth Century, New York, St. Martin’s Press, 1992, p. 217.

10 J. C. G. Fick, Manuel portatif ou Guide des voyageurs de toutes les classes qui parcourent l’Allemagne, Strasbourg-Paris, Levrault, 1802, p. 14-16 (1re éd. all. 1792).

11 A. Riggs Miller, Letters from Italy… in the years 1770 and 1771, Londres, Dilly, 1776, I, p. 465.

12 P. Dibon, F. Waquet, Johannes Fredericus Gronovius, pèlerin de la république des lettres. Recherches sur le voyage savant au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1984, p. 20-21. Voir aussi A. Goldgar, Impolite learning. Conduct and community in the Republic of Letters, 1680-1750, New Haven-Londres, Yale UP, 1995, p. 23-26.

13 The Letters of Philip Dormer Stanhope, Fourth Earl of Chesterfield, B. Dolrée (éd.), Londres, King’s Printers, 1932, IV (1748-1751). J. Boutier, « Le Grand Tour. Une pratique d’éducation des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », in Le voyage à l’époque moderne, Bulletin de l’Association des historiens modernistes des Universités, 27, 2004, p. 7-21.

14 J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon, « Introduction », in Eid., La politique par correspondance. Usages politiques de la lettre en Italie, XIVe-XVIIIe siècles, Rennes, PUR, 2009, p. 7-19.

15 C. H. de Grimarest, Recueil de lettres sur divers sujets, Paris, Nyon, 1725 (1re éd. 1709), p. 234-244.

16 P. Jacob, Le parfait secrétaire, ou La manière d’escrire et de respondre à toute sorte de lettres, Paris, Sommaville, 1646, p. 205.

17 Sur ces aspects, S. M. Fitzmaurice, The Familiar Letter in Early Modern English. A pragmatic approach, Amsterdam-Philadelphia, Benjamins, 2002.

18 Bibl. Mun. Nîmes [BMN], ms. 138, f° 350: Bonelli à Séguier, Rome, 18 novembre 1775 et BMN, ms. 141, f° 42: Capmartin de Chaupy à Séguier, Florence, 25 juin 1774.

19 BMN, ms. 136, f° 61 : Amoreux à Séguier, Montpellier, 17 avril 1773 et BNF, NAF 6571, f° 120 : Séguier à Amoreux, Nîmes, 4 mai 1773.

20 BNF, NAF 6571, f° 169 : Séguier à Amoreux, Nîmes, 13 juillet 1776.

21 BMN, ms. 148, f° 229, 25 décembre 1767, nous traduisons.

22 Sur les relations entre aristocrates et diplomates, J. Stoye, English Travellers Abroad, 1604-1667: their influence in English society and politics, Londres-New Haven, Yale UP, 1989 (1re éd. 1952).

23 Horace Walpole’s correspondence, W. S. Lewis (éd.), New Haven, Yale UP, 1954, 19, p. 232, 5 avril 1746.

24 D. Roche, « L’hospitalité à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles) », Francia, 30/2, 2003, p. 1-20.

25 Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer, E. Chevallier (éd.), Naples, Publications du centre Jean Bérard, 1980, p. 120. Sur ces ciceroni, D. Gallo, « Pour une histoire des antiquaires romains au XVIIIe siècle », in J. Boutier, B. Marin et A. Romano (dir.), Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (XVIIe-XVIIIe siècles), Rome, EFR, 2005, p. 257-275.

26 J. H. von Riedesel, Voyages en Sicile, dans la Grande Grèce et au Levant, Paris, Jansen, 1802 (1re éd. all. 1771), p. 41. Vivant Denon, Voyage en Sicile, Paris, Didot, 1788, p. 81.

27 S. Wahnich, « Les révoltes de l’hospitalité. Analyse sémantique d’une notion pratique », in Dictionnaire des usages socio-politiques, 1770-1815. 6. Notions pratiques, Paris, Klincksieck, 1999, p. 31-50.

28 G. Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe-début XIXe siècle, Rome, EFR, 2008, p. 489.

29 A. Riggs Miller, Letters from Italy…, op. cit., I, p. 94.

30 J. C. G. Fick, Manuel portatif…, op. cit., p. 14-16.

31 M. J. de Borch, Lettres sur la Sicile et sur l’île de Malthe, Turin, Reycends, 1782, p. 7-10. Nous soulignons.

32 The Present State of music in France and Italy…, Londres, Becket, 1773-1775 (1re éd. 1771). J.-L. Jam, « Les réseaux de sociabilité dans les voyages de Young », in L. Pérol (dir.), Micro-sociétés du XVIIIe siècle, Clermont-Ferrand, Publications de la faculté des lettres de l’Univ. Blaise-Pascal, 1993, p. 163-177.

33 L. Berchtold, Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur Patrie, Paris, Du Pont, 1797. En termes comparables, J. de Giovane, Plan pour faire servir les voyages à la culture des jeunes gens qui se vouent au service de l’Etat dans la carrière politique…, Vienne, Alberti, 1797, p. 46-48.

34 Comme en témoigne le cas d’Aubin Louis Millin, qui signale dans l’introduction de son Voyage en Savoie, en Piémont, à Nice et à Gênes (Paris, Wassermann, 1816, p. 2) avoir employé quelques mois à réunir les recommandations nécessaires à son voyage, sans en mentionner aucune dans la suite du récit.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search