Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

3. Des quidams, des clans, des errances...

Chapitre XIII. Seconde vue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Pendant que je la regardais, un autre moi me regardait la regardant. »
Kôbô Abe1

Même si les stratégies esthétiques mises en œuvre dans le cinéma japonais contemporain s’apparentent parfois aux recherches des auteurs de ce que Pasolini a appelé le « cinéma de poésie », ce cinéma qui fait sentir la caméra2, on a déjà observé que ce qui sous-tendait ces démarches ne pouvait pas être réellement comparé. D’un côté, en Occident, comme Pasolini l’écrit lui-même, il s’agit de construire un cinéma « lyrico-subjectif3 ». De l’autre, au Japon, il s’agit de bâtir par touches, dans un mouvement diffus, sans manifeste artistique énoncé, un cinéma comme expérience esthétique partagée, selon des codes communs différents de ceux du MRI. Un septième art reconstruisant, d’une tout autre façon, moins crispée, ce que le culturalisme avait érigé et que l’opulence surmoderne a entamé : le sentiment d’appartenance à une communauté (désormais par le seul moyen de l’art et non plus selon une multitude de co...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540