Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Quatrième partie. Culture de la mobilité et circulations culturelles internationales en Europe

Voyager dans l’Europe des années 1680-1780

Gilles Bertrand

Texte intégral

  • 1 E. J. Leed, The Mind of the Traveler. From Gilgamesh to Global Tourism, Basic Book, 1991 (trad. it (...)
  • 2 J.-P. Poussou, « Les mouvements migratoires en France et à partir de la France de la fin du XVe si (...)

1Le voyage est une activité centrale, fondamentale dans l’histoire des sociétés de l’Europe moderne. Il occupe une part importante de l’existence d’un certain nombre de personnes qui, pour de multiples raisons, quittent leur résidence habituelle avec l’idée d’un retour. D’emblée, en effet, le voyage implique la conscience d’accomplir un déplacement d’une durée limitée, c’est-à-dire suffisamment longue pour n’être pas une simple promenade, mais dont les cadres sont assez nettement définis pour qu’on ne le confonde pas avec la migration définitive, l’errance ou le vagabondage. On ne parlera pas d’un voyage des mendiants, alors que les pèlerins effectuent pour le salut de leur âme, voire pour des raisons de subsistance, une pérégrination qui relève de l’expérience voyageuse. Défini par un but précis, suivant un itinéraire raisonné et impliquant le projet de revenir ou au moins de s’installer quelque part après qu’il a été accompli, le voyage concerne des personnes qui ont fait le choix de partir pour des raisons variées. Agissant sur un plan général comme une force qui transforme les personnalités individuelles, les mentalités, les rapports sociaux1, ce déplacement modifie également la vie des sédentaires et prend place au cœur de la dynamique des échanges. Il participe, sans s’y réduire, d’un vaste mouvement de circulation d’objets, de marchandises dotées d’une valeur qui s’accroît par leur insertion dans des circuits commerciaux. Certes il n’est pas toujours aisé de saisir le moment où le voyage se transforme en un séjour prolongé, mais il peut constituer une étape au sein d’une migration définitive ou provisoire. Face à la multiplicité des formes de déplacement, il importe donc de distinguer entre la qualité de migrant et celle de voyageur, entre le phénomène global de la mobilité, qui a été largement étudié par les démographes et spécialistes de l’histoire des populations, et celui plus spécifique du voyage, tout aussi ancien mais qui introduit des paramètres restrictifs, au point que J.-P. Poussou en faisait en 1970 une sous-catégorie des migrations2.

2Complétant l’achat et la vente de marchandises nécessaires à la subsistance quotidienne, les échanges de correspondances, de livres, de matériaux d’intérêt scientifique ou d’œuvres d’art favorisent la diffusion des idées et manières de penser le monde. Ils aident aussi à résoudre les problèmes concrets qui se posent aux sociétés grâce à la comparaison et à l’observation des solutions techniques adoptées par les administrations ou les experts en savoirs variés des différents pays. Cette circulation de modèles et d’objets tant culturels que matériels, destinés pour beaucoup à s’insérer dans des réseaux commerciaux, est cependant rendue possible par la mobilité d’acteurs appartenant à toutes les strates de la société. Les membres des couches dirigeantes et les élites cultivées, princes, nobles, clercs ou financiers, artistes et lettrés, côtoient les soldats, les artisans, les colporteurs ainsi que toutes sortes d’agents qui permettent au voyage d’exister : courriers, maîtres de poste et voituriers, cantonniers, marins, ingénieurs et aubergistes, cartographes et auteurs de guides. Le nombre des individus qui se déplacent ou favorisent le déplacement des autres étant considérable, il convient de mieux cerner le rôle qu’a joué le voyage dans le vaste et complexe processus des circulations internationales entre l’âge d’or de l’absolutisme louis-quatorzien et l’amorce de la crise révolutionnaire.

Circuler dans l’Europe : une pratique diffusée et encadrée

  • 3 Le débat sur cette dominante de sédentarité a été notamment réouvert par J.-P. Poussou dans « L’en (...)
  • 4 R. Mandrou, Introduction à la France moderne. 1500-1640, Paris, Albin Michel, 1998 (1re éd. 1961), (...)
  • 5 P. Hazard, La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Gallimard, coll. Idées, 1961 (1(...)

3Que le voyage ait constitué un élément fondamental de la vie des sociétés européennes à la fin du XVIIe et tout au long du XVIIIe siècle nous invite à réexaminer pour cet arc temporel l’idée selon laquelle les sociétés d’Ancien Régime auraient été dominées par une stabilité structurelle3. L’expérience du voyage et plus largement le désir de connaître d’autres lieux n’y furent pas seulement le fait de quelques individus privilégiés, voyageant sur ordre des princes ou pour satisfaire leur curiosité, mais bien le lot, comme l’a jadis suggéré R. Mandrou, d’une grande partie de la population. Recourant au terme d’« évasions » pour définir, à côté des « activités prosaïques » et des « dépassements », l’un des types majeurs d’activités humaines, l’auteur de l’Introduction à la France moderne reconnaissait dès les années 1500-1640 l’existence d’un « nomadisme » dans la plupart des professions, y compris chez les paysans. Il n’hésitait pas non plus à mettre en rapport la déambulation des pèlerins ou des voyageurs d’agrément avec la recherche largement répandue de mondes imaginaires que l’on atteignait par le biais d’excitants tels que le tabac, l’eau de vie et bientôt le café, par la fréquentation des spectacles, par la quête mystique ou encore par la lecture des récits et descriptions géographiques4. De son côté Paul Hazard, dans La crise de la conscience européenne, pourrait avoir exagéré la rupture entre l’époque classique et l’entrée dans l’âge des Lumières quand, pour décrire les années 1680-1715, il a intitulé son premier chapitre « De la stabilité au mouvement5 ». S’il est vrai qu’il se plaçait essentiellement sur le plan de l’histoire des idées, la définition que Furetière propose du voyage en 1690 dans son Dictionnaire universel entérine davantage une continuité d’usages qu’elle n’indique une mode récente. Or, Furetière souligne que le voyage est un « transport qu’on fait de sa personne en des lieux éloignez » avant de décliner plusieurs cas : « par curiosité pour voir des choses rares », « pour instruire [un] procès », « pour apprendre à vivre dans le monde », « pour faire commerce », « par dévotion » s’il s’agit d’un pèlerinage. S’ils peuvent être « de long cours » ou à l’inverse réduits à une « petite course », se limitant à de simples « allées & venuës » dans un espace circonscrit, tous ces voyages, à l’exception du dernier voyage de l’agonisant, sont marqués au signe du « retour ».

  • 6 A. Maczak, Travel in early modern Europe, Cambridge, Polity press, 1995 (éd. orig. polonaise 1978)
  • 7 J. Black, The British Abroad. The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, Sutton, 1992.
  • 8 C. Studeny, L’invention de la vitesse. France, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 1995, p. 10.
  • 9 G. Miselli, Il burattino veridico, overo istruzzione generale per chi viaggia. Con la descrizzione (...)
  • 10 A. Jouvin de Rochefort, Le voyageur d’Europe, ou sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe (...)
  • 11 Le Nouveau Voyage d’Italie de Misson (1691) est précédé de pages sur la Hollande et l’Allemagne.
  • 12 Sur la lancée des Délices de la Hollande par J.-N. de Parival (1651), objet de nombreuses rééditio (...)
  • 13 On pense pour l’Italie aux volumes de l’abbé Richard (1766, 6 vol. ) ou de Lalande (1769, 8 vol. )
  • 14 Voir dans ce même ouvrage la contribution de S. Blond.

4C’est bien cette diversité dans le mouvement des individus à travers l’Europe des XVIe et XVIIe siècles que l’historien polonais A. Maczak s’était attaché à décrire de la Russie à l’Italie et de l’Angleterre aux Balkans lorsqu’il inventoriait les problèmes concrets que les voyageurs étaient amenés à affronter. Ceux-ci allaient de l’état des routes et de l’élaboration des itinéraires à l’hébergement, des coûts du voyage à la question du change des monnaies, de l’hygiène aux douanes, des rencontres en voyage aux instructions, conseils et dangers, des sources de curiosité aux impressions rapportées6. On peut pareillement reconstituer pour le XVIIIe siècle, ainsi que l’a proposé J. Black pour les Anglais7, les éléments d’une histoire matérielle des voyages qui passe par le repérage des infrastructures qui en assuraient le déroulement : routes, relais de poste et ponts, canaux et ports, cartes et guides itinéraires, auberges, maréchaussée, lettres de change. Il importe néanmoins de marquer ce qui est spécifique de cette période. Même si le rêve de la vitesse s’y manifeste8, le rythme du déplacement sur terre reste ponctué par celui du cheval et de la marche, mesuré en nombre de pas et de jours de marche, et ce n’est donc pas de ce côté-là qu’il faut déceler des évolutions réellement significatives. En revanche les infrastructures routières autant que fluviales s’améliorent, ainsi qu’en témoigne par exemple en France la création, en 1747, de l’École et du Conseil général des Ponts et Chaussées. L’ingénieur et intendant des finances Trudaine, qui en fut l’artisan, fit lui-même réaliser plusieurs milliers de kilomètres des futures routes nationales reliant la capitale aux frontières et aux ports de mer et c’est lui qui fit établir pour l’administration des Ponts et Chaussées entre 1745 et 1780 les 3 000 planches en 62 volumes de l’Atlas des routes et projets routiers de France. L’organisation des postes était de son côté devenue performante. Celle mise en place depuis plusieurs siècles par la famille Thurn und Taxis, dont le siège était installé à Bruxelles avant d’être transféré à partir de 1724 à Francfort-sur-le-Main, jouissait d’un monopole dans le Saint-Empire romain germanique. Fondé sur des parcours fixes avec relais pour les chevaux environ tous les 40 km, ce système permettait de transmettre le courrier de Bruxelles à Innsbruck en cinq jours. Si les cartes élaborées en Italie par Coronelli ou Cantelli et en France par les Sanson ou les Delisle demeuraient imprécises à l’aube du XVIIIe siècle, les voyageurs furent invités à participer à leur amélioration. Le genre des guides de voyage se structura enfin de façon décisive : on ne se contenta plus comme au XVIe siècle des livres de postes à l’usage des marchands et des pèlerins. Certes la règle de base demeurait celle de l’itinéraire et donc des listes, le voyage s’effectuant de ville en ville, et c’est bien à cette exigence que le Burattino veridico de Giuseppe Miselli répond en 1684 : il allait importer encore longtemps pour le voyageur de pouvoir évaluer le temps à employer entre chaque poste9. Dès la fin du XVIIe siècle ont néanmoins commencé à se multiplier des commentaires intégrant dans les guides une dimension de récit comme chez Jouvin de Rochefort en 1672 ou Claude Jordan en 1693, auteurs de descriptions en plusieurs volumes sur l’Europe10. Il en va de même dans les guides par pays, tels ceux de Misson (1691) et de Deseine (1699) sur l’Italie11, ou dans la série des descriptions parues sous le titre de « Délices12 ». Les récits guides ensuite gonflèrent au point de devenir dans les années 1760 de véritables sommes encyclopédiques13, prélude à leur dégraissage à partir de 1775 sous la forme de guides et itinéraires rapides en un ou deux volumes, dont celui de Dutens reste un modèle14.

Penser le voyage, voyager avec son lecteur

  • 15 J. Stagl, A history of curiosity: the theory of travel, 1550-1800, Shur, Harwood academic publishe (...)
  • 16 B. de Muralt est l’auteur de la fameuse Lettre sur les voiages, parue à Genève en 1725.

5Sans doute faut-il voir dans le développement d’une pensée des voyages au cours des dernières décennies du XVIIe siècle l’effet de l’importance revêtue aux yeux des élites cultivées par cette pratique multiforme et générale du déplacement. On peut d’ailleurs avancer qu’il y a voyage précisément à partir du moment où on le pense comme tel car c’est ce qui justifie le nombre important des arts de voyager ayant circulé en Europe à partir du milieu du XVIe siècle15. La tradition dont hérite l’époque des Lumières peut être cueillie dans le bref essai de Francis Bacon « Of travaile » (1625), où celui-ci explique que « Voyager est pour la jeunesse une forme de l’éducation, pour les aînés une forme de l’expérience ». Mais le voyage a suscité des approches controversées car il met en jeu un schéma moral inscrivant les individus dans une carte des risques et des bénéfices qu’ils sont susceptibles de retirer de leur visite des divers Etats et de la multiplicité des rencontres qui jalonnent leur parcours. Dès l’« Epître à Philippe de Lannoy » de Juste Lipse, en 1578, puis surtout aux XVIIe et XVIIIe siècles, le déplacement est considéré par toute une galaxie d’auteurs comme une source d’enrichissement et un moyen d’accroître ses connaissances et de frotter, selon l’expression de Montaigne, sa cervelle contre celle d’autrui. Il acquiert, à l’époque où Voltaire célèbre dans les Lettres anglaises (1734) les vertus du commerce qu’incarne l’Angleterre, reine des mers, ce suprême privilège de favoriser l’échange : autant celui entre les individus et les esprits que l’échange des biens et des valeurs. Certains auteurs insistent toutefois sur les dangers auxquels le voyage expose ceux qui le pratiquent, des brigands à l’amollissement des mœurs que risque d’engendrer la conquête d’une liberté mal maîtrisée : ainsi les jeunes gens ou les femmes échapperaient-ils, à la faveur de leurs déplacements lointains, au contrôle qu’exercent dans le pays de résidence habituelle leurs pères et leurs précepteurs, la société ou la famille. Ce danger n’a cessé d’être souligné par des moralistes souvent imprégnés d’un modèle protestant teinté de patriotisme, comme on le constate dans la Suisse de Béat de Muralt16 ou dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIIe siècle, soucieuse de cultiver ses valeurs propres contre les menaces d’une déperdition de ces mêmes valeurs sur le continent, en particulier au contact de l’Italie marquée par le désordre qu’entraînerait le pouvoir papal.

  • 17 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (1re éd. 19 (...)
  • 18 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fay (...)
  • 19 Y. Marcil, La fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Pari (...)

6Par-delà les périls encourus ou les avantages obtenus, il reste que le siècle s’est nourri de la littérature des voyages et en a constitué en version imprimée une sorte de complément de l’Encyclopédie. De Furetière au Dictionnaire de Trévoux et à l’Encyclopédie, on répète à l’envi qu’un récit de voyage est un « voyage » et qu’il suffit pour voyager d’en lire les relations. Les descriptions sont réunies dans des compilations appelées « collections », telles celles de J.-F. Bernard sur les pays du nord (1716), puis de l’abbé Prévost (Histoire générale des voyages, 1745-1770) et enfin de l’abbé Raynal (1770) : en les dévidant, le siècle instille un positionnement critique sur l’organisation des sociétés17 et légitime la figure du « voyageur en chambre18 ». Si les limites de l’Europe sont ici dépassées, le continent lui-même est sillonné jusque dans ses espaces précédemment négligés comme la Scandinavie, les Alpes ou le sud de l’Italie. Y. Marcil a montré combien les périodiques européens de la seconde moitié du XVIIIe siècle ont stimulé le besoin de connaître et de voyager en offrant à leurs lecteurs des résumés ou des extraits de récits19.

  • 20 S. Collini, A. Vannoni (éd.), Le istruzioni per i viaggiatori (XVII-XIX secolo) : antologia di tes (...)
  • 21 R. Le Huenen, « Qu’est-ce qu’un récit de voyage ? », Littérales (Université de Paris X), 1990, no (...)
  • 22 Landi visita successivement la France, Liège, l’Allemagne rhénane, la Hollande, l’Angleterre, la S (...)

7L’expérience d’écriture double de son côté le déplacement physique de la plupart des voyageurs. Il est rare, en effet, qu’un voyage ne soit pas motivé par le souci de faire part de ses impressions à d’autres personnes. Cette mise en écriture, réclamée dès Bacon, justifie de rédiger pendant le voyage lui-même son journal. Les instructions de nature plus scientifique précisent, surtout après 1750, que pour que cette rédaction soit fiable il convient de griffonner des notes sur le moment avant de les remettre au propre le soir, quelques jours plus tard ou encore au retour du voyage20. Le statut des relations de voyage est ainsi extrêmement varié et leur forme d’une grande plasticité21. Certaines ont une allure désordonnée comme celles que le noble de Plaisance Ubertino Landi consigna lors de son tour d’Europe d’avril 1713 à mai 171422, ou que Montesquieu rédigea en 1728-1729 dans le journal de Gratz à La Haye, puis fit recopier peu avant sa mort. D’autres voyageurs leur donnent une rigueur quasi mécanique et respectueuse de la succession des événements du voyage, tandis qu’un désordre calculé caractérise des textes imprimés comme ceux de Grosley et Roland de la Platière dans le cas de l’Italie.

8Outre cette volonté d’exactitude pointe dans la mécanique d’écriture une autre dimension, liée au privilège accordé par les élites à la conversation. Le voyage ne doit pas totalement mettre à l’écart le voyageur de la vie mondaine à laquelle il est habitué : le genre du voyage littéraire, mêlant les vers au récit en prose selon le modèle du Voyage en Provence et Languedoc de Chapelle et Bachaumont publié en 1663, eut de nombreux imitateurs tout au long du XVIIIe siècle. Le dialogue est par ailleurs si essentiel dans l’esprit de la société de cour que la forme de la lettre a tôt fait de devenir le genre par excellence du compte rendu de voyage, ainsi que le montre le recours à des lettres fictives ou réécrites, comme dans le cas du Voyage de Misson (1691) et des Lettres familières du président de Brosses, remaniées au retour du voyage d’Italie de 1739-1740.

La diversité des formes de voyage

  • 23 G. Bertrand, « Grand Tour (tourisme, touriste) », in O. Christin (dir.), Dictionnaire des concepts (...)
  • 24 C’est du reste précisément en temps de guerre que des administrations comme celles du royaume de F (...)
  • 25 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1 (...)

9Les historiens, historiens d’art et spécialistes de la littérature anglo-saxons ou italiens ont souvent associé les années 1680-1780 à l’âge d’or du Grand Tour23. Un certain nombre d’écrits ou d’objets conservés plaident en faveur de l’importance qu’eut ce rituel partagé par les jeunes gens des grandes familles, partant pour un à trois ans sur les routes d’Europe en compagnie d’un précepteur et d’un ensemble d’autres personnes à leur service (fig. 1). Du reste, les élites au long de ces cent années étaient peu sensibles à l’obstacle du franchissement des frontières, qui ne devint pesant à leurs yeux qu’à partir de la Révolution française, lorsque se généralisa l’usage des passeports. En dépit de l’impatience que suscitaient les douanes et les changements de monnaies, ces voyageurs aisés généralement munis de lettres de recommandation ressentaient peu, sinon en temps de guerre, l’impact émotionnel des limites de souveraineté d’États indiquées par les cartes24. Même si la délimitation d’État se renforça bien avant la fin du siècle, comme en témoigne le traité de Turin de 1760 entre la Savoie et la France25, les frontières les plus vivement ressenties étaient d’abord sociales, opposant les privilégiés aux pauvres, les membres de la haute société au bas peuple. Ce dernier, malgré la diversité des langues et des patois, des manières de s’habiller ou de se rapporter au monde, offrait aux riches un visage partout similaire lorsqu’il mendiait ou proposait avec insistance ses services. À l’inverse, les membres de la haute société se sentaient chez eux partout. En bons sujets cosmopolites, ils reconnaissaient d’un bout à l’autre de l’Europe les mêmes valeurs, usaient d’une langue et de références communes – le français, mais aussi l’italien ou le latin –, partageaient des activités mondaines et fréquentaient les mêmes lieux de sociabilité.

  • 26 Cf. par exemple J. Boutier, « Le “Grand Tour” des élites britanniques dans l’Europe des Lumières : (...)

10Contre l’idée d’un modèle dominant qui serait assimilable au Grand Tour des jeunes nobles, s’impose à l’observateur une infinie variété de voyages dans l’Europe moderne. Le tour destiné à la formation des jeunes gens est lui-même en constante métamorphose et l’on ne peut par conséquent le réduire à un schéma rigide en termes d’appartenance nationale, de durée, d’itinéraires et d’objectifs26. Lancée selon J. Boutier au même moment, dans les années 1540-1560, par les Anglais et les Allemands, la formule concerna dès le XVIIe siècle de jeunes Européens de toutes nations, y compris des Italiens se rendant vers les pays du Nord. Sur le même registre s’effectuèrent néanmoins des voyages de confirmation des savoirs et l’on doit donc très nettement distinguer du Grand Tour ces tours d’Europe accomplis par des clercs, savants et philosophes d’âge mûr. On ne compte pas non plus les artistes, peintres, sculpteurs, architectes ou musiciens appelés dans les cours d’Allemagne, de Russie, de France ou d’Espagne pour satisfaire à la demande de souverains ou de riches mécènes, et qui eux aussi s’instruisaient en voyageant. Dès les années 1680, Leibniz avait sillonné la partie centrale de l’Europe pour en principe travailler aux recherches généalogiques de l’électeur de Hanovre et rédiger une Histoire de la maison de Brunswick. Il avait, à cette occasion, tissé des liens étroits avec de nombreux lettrés, en particulier en Italie. C’est de son propre chef que Montesquieu décida en revanche de visiter à partir du printemps 1728, en vue de mieux les connaître, l’Autriche, la Hongrie, l’Italie, l’Allemagne, les Provinces-Unies et l’Angleterre. Un modèle analogue était repris en 1770 et 1772 par l’Anglais Charles Burney, qui visita le continent et y connut les principaux compositeurs de l’Europe des Lumières.

  • 27 Voir à ce sujet G. Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, 1966-1988, en particul (...)

11Plutôt que d’entrer ici dans le détail de la diversité des formes de voyage au long du siècle – des soldats aux marchands, des pèlerins aux étudiants, des diplomates aux ingénieurs ou administrateurs –, on retiendra que dans les années 1770 est mis en cause le modèle du voyage d’instruction des élites qu’a tendu à résumer, malgré sa plasticité, la formule du Grand Tour. Même si elle n’a jamais été dominante, cette pratique idéologique d’observation et de connaissance de leur propre espace par les élites européennes, devenue encyclopédique au fil des décennies, se trouve assez rapidement relativisée. Des voyages tantôt plus spécialisés, tantôt plus égotistes se développent à la fois en son sein et sur ses marges. Les uns relèvent des expéditions et missions savantes en vue de parvenir à mesurer le monde, à mieux connaître la nature et le comportement des peuples, les autres d’entreprises à forte charge émotionnelle et de plus en plus hâtives de visite des pays étrangers, annonciatrices du tourisme qui caractérisera l’âge des chemins de fer. Parallèlement à l’émergence des émois personnels dans la littérature de voyage de la seconde moitié du XVIIIe siècle s’esquisse une évolution des goûts, mêlant le néo-classicisme à la passion pour les paysages pittoresques qu’incarnent les montagnes et bientôt les rivages27. D’autres voyages sont à partir des mêmes années 1770 motivés par des raisons clairement politiques : à l’heure des premières révoltes anglaises et de la déclaration d’indépendance américaine, des patriotes fuient leur pays, portent au-delà des frontières certaines des valeurs dont il est le foyer ou cherchent ailleurs de nouveaux modèles de gouvernement.

La fonction utopique du voyage

  • 28 F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante. Conscience de soi et perception de l’autre dans (...)
  • 29 G. Gelléri, « Cette chose ordinaire et inutile. » Le voyage d’Angleterre de 1660 à 1789 : défi phi (...)

12Quelles que soient les formes qu’ils prennent, tous les voyages dont il vient d’être question agissent sur les sociétés européennes en infléchissant et en modelant la vision que les peuples ont réciproquement les uns des autres. Il n’est assurément pas nécessaire qu’un déplacement physique ait lieu pour qu’un pays étranger soit appréhendé, jugé, et le caractère de ses habitants commenté. F. Waquet a montré combien l’image dévalorisante de l’Italie et a contrario l’image positive que les lettrés italiens et français diffusèrent sur la France à l’époque de Louis XIV fut le fruit moins de l’expérience concrète des voyageurs que d’une intense activité d’échanges épistolaires et savants entre les gens de lettres de part et d’autre des Alpes, au terme de trois siècles de tensions, de luttes intenses et de rivalités dans la tentative de se poser comme pôles hégémoniques sur le plan culturel28. Un semblable phénomène de translation s’observe du monde latin au monde anglo-saxon avec l’image dont l’Angleterre se mit à jouir à partir de 1685 auprès des gens de lettres suisses et surtout français. Le refuge huguenot en Angleterre fut idéalisé et l’Angleterre devint dès lors un observatoire exotique où l’on pouvait découvrir « ce qu’il y a de pourri dans le royaume de France29 ». Dans le contexte d’une perception spéculaire des pays étrangers, que manièrent souvent les hommes des Lumières en recourant le cas échéant à des stéréotypes, les contemporains de Voltaire et leurs épigones de la seconde moitié du siècle conçurent l’Angleterre comme un laboratoire d’idées où il leur importait moins de décrire les réalités des provinces anglaises que de faire, depuis Londres et parfois même sans donner les preuves d’un voyage réel, l’éloge du fonctionnement des institutions et de la liberté du commerce. Ainsi l’Angleterre, tout comme la Toscane du grand duc Léopold, participa-t-elle de la naissance d’une conscience politique au contact de ce qui allait devenir une anti-France.

  • 30 G. Labrot, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, 1534-1677, Seyssel, Champ Vallon, 198 (...)

13Par-delà les continuités du voyage d’instruction propre aux nobles autant qu’aux marchands ou aux artistes, et la perduration d’une gamme variée de voyages accomplis par les représentants de milieux plus modestes, pèlerins, artisans ou colporteurs, une périodisation mérite d’être esquissée sur le rôle et la fonction des voyages à travers l’Europe. Les années 1680-1715 virent s’opérer une reconversion vers le voyage de curiosité après que la dimension sacrale ou la préoccupation militaire ont occupé le devant de la scène, privilégiant le pèlerinage comme l’a montré G. Labrot à propos de Rome30. Une mode du voyage éclairé s’installa à l’aube du siècle, dès Caylus, Crozat ou Landi, culminant avec Montesquieu ou Silhouette, associant monde catholique – Italie, Espagne, Allemagne du Sud – et monde protestant – Hollande, Suisse, Angleterre – et construisant des itinéraires symboliques. La fonction critique du voyage et le désir de connaître devinrent prédominants. Puis avec l’augmentation du nombre des voyageurs après 1748 et surtout au lendemain de la guerre de Sept Ans, le voyage d’observation et de divertissement tendit à se banaliser tandis que s’imposaient de nouveaux modes d’appropriation des espaces.

14Or, c’est dans ces dernières décennies du siècle que semble s’être mise à fonctionner à plein régime l’utopie du voyage, créatrice d’espaces imaginaires mais bientôt aussi très réels. Tout au long de la centaine d’années que nous venons d’examiner, le voyage a revêtu des significations contradictoires, qu’il lui a fallu assumer. Il a pu être signe de paix, les voyageurs se déployant sur les routes une fois signés les traités, bien que le lexique et les modèles du voyage, y compris cartographiques, aient été ceux de la guerre puisque le voyageur utilisait, comme le montre l’Atlas du Voyage en Italie de Lalande, les plans préparés pour le soldat, et qu’il devait pour arriver sans encombres à sa destination être attentif aux mêmes objets que lui : ponts et gués, forêts, collines, villes fortifiées. Au voyage libre et consenti n’a cessé de s’opposer le voyage contraint, imposé par des exigences professionnelles. Au voyage ouvert, connu et visible de tous, a répondu une ligne du voyage secret, furtif et clandestin. Mais cette richesse paradoxale, porteuse des contradictions des sociétés européennes, en a également fait une sorte de laboratoire, un terrain d’expérimentation qui a trouvé sa pleine signification entre les années 1750 et les années 1780. Les voyages ont alors accompagné le progrès d’un sentiment esthétique qui l’emporta sur l’érudition, permis d’élargir les espaces de la science expérimentale, favorisé l’échange des idées dans les salons, les académies et les loges, stimulé la construction de nouvelles patries. Ce faisant, leur capacité à aiguiser le regard, le pouvoir d’observation, les a portés vers une dimension qui avait longtemps été sous-évaluée : ils sont devenus le vecteur et l’instrument d’une action militante, en mesure de transformer la société.

Les voyages de Thomas Coke (1712-1718).

Notes

1 E. J. Leed, The Mind of the Traveler. From Gilgamesh to Global Tourism, Basic Book, 1991 (trad. ital. 1992, p. 13).

2 J.-P. Poussou, « Les mouvements migratoires en France et à partir de la France de la fin du XVe siècle au début du XIXe siècle. Approches pour une synthèse », Annales de démographie historique, 1970, p. 11-78.

3 Le débat sur cette dominante de sédentarité a été notamment réouvert par J.-P. Poussou dans « L’enracinement est le caractère dominant de la société rurale française d’autrefois », Histoire, Economie et Société, 2002, 21e année, no 1, p. 97-108.

4 R. Mandrou, Introduction à la France moderne. 1500-1640, Paris, Albin Michel, 1998 (1re éd. 1961), p. 287-316.

5 P. Hazard, La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Gallimard, coll. Idées, 1961 (1re éd. 1935), p. 15-47.

6 A. Maczak, Travel in early modern Europe, Cambridge, Polity press, 1995 (éd. orig. polonaise 1978).

7 J. Black, The British Abroad. The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, Sutton, 1992.

8 C. Studeny, L’invention de la vitesse. France, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 1995, p. 10.

9 G. Miselli, Il burattino veridico, overo istruzzione generale per chi viaggia. Con la descrizzione dell’Europa, e distintione de’Regni, Provincie, e Città e con un’esatta cognitione delle monete […] con la Notizia d’alcune parole più necessarie in varie parti d’Europa espresse nelle lingue, Italiana, Francese, Spagnola, Tedesca, Polacca, e Turchesca. Con la Tavola delle Poste nelle vie più regolate, che al presente si trovano […], Roma, Nicolò L’hulliè… Piazza Navona…, 1684. Il est réédité à Bologne en 1699.

10 A. Jouvin de Rochefort, Le voyageur d’Europe, ou sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe, d’Espagne et de Portugal, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Pologne, d’Angleterre, de Danemark et de Suède, Paris, Denis Thierry, 1672, 6 vol. ; C. Jordan, Voyages historiques de l’Europe, Paris, Pierre Aubouyn, 1693, 3 vol. 

11 Le Nouveau Voyage d’Italie de Misson (1691) est précédé de pages sur la Hollande et l’Allemagne.

12 Sur la lancée des Délices de la Hollande par J.-N. de Parival (1651), objet de nombreuses rééditions, parurent une série de descriptions par pays intitulées « Délices » et dont on donne ici entre parenthèses la date de première édition : Délices de la France par F.-S. d’Alquié (1670), des Païs-Bas par B. Christyn, F. Foppens et P. Foppens (1697), de l’Italie par Rogissart et Havard (1706), de l’Espagne et du Portugal par J. Alvarez de Colmenar (1707), de la Grande-Bretagne et de l’Irlande par J. Beeverell (1707), de la Suisse par G. Kypseler de Munster (1714).

13 On pense pour l’Italie aux volumes de l’abbé Richard (1766, 6 vol. ) ou de Lalande (1769, 8 vol. ).

14 Voir dans ce même ouvrage la contribution de S. Blond.

15 J. Stagl, A history of curiosity: the theory of travel, 1550-1800, Shur, Harwood academic publishers, 1994; N. Doiron, L’Art de voyager. Le Déplacement à l’époque classique, Laval-Paris, Les Presses universitaires de Laval-Klincksieck, 1995.

16 B. de Muralt est l’auteur de la fameuse Lettre sur les voiages, parue à Genève en 1725.

17 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (1re éd. 1971).

18 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, chap. 3, « Le voyageur en chambre », p. 95-136.

19 Y. Marcil, La fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Paris, Champion, 2006.

20 S. Collini, A. Vannoni (éd.), Le istruzioni per i viaggiatori (XVII-XIX secolo) : antologia di testi, Florence, Edizioni Polistampa, « Quaderni del Centro Romantico » du Cabinet Vieusseux, 1997.

21 R. Le Huenen, « Qu’est-ce qu’un récit de voyage ? », Littérales (Université de Paris X), 1990, no 7, p. 11-27.

22 Landi visita successivement la France, Liège, l’Allemagne rhénane, la Hollande, l’Angleterre, la Suisse et la Savoie. Cf. E. Guagnini, « Il “Grand Tour” e un viaggio italiano di un aristocratico piacentino : Ubertino Landi », inId. (dir.), La regione e l’Europa. Viaggi e viaggiatori emiliani e romagnoli nel Settecento, Bologne, Il Mulino, 1986, p. 59-69.

23 G. Bertrand, « Grand Tour (tourisme, touriste) », in O. Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010, p. 171-187.

24 C’est du reste précisément en temps de guerre que des administrations comme celles du royaume de France se mettent à exiger de façon stricte des passeports (ainsi en 1713-1714, au début des années 1740 ou à la fin de la guerre de Sept Ans).

25 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 356.

26 Cf. par exemple J. Boutier, « Le “Grand Tour” des élites britanniques dans l’Europe des Lumières : la réinvention permanente des traditions », in Le Chemin, la Route, la Voie, ouvr. coll., Paris, PUPS, 2005, p. 225-242.

27 Voir à ce sujet G. Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, 1966-1988, en particulier le t. vii, Naissance de la conscience romantique au siècle des lumières, 1976.

28 F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante. Conscience de soi et perception de l’autre dans la République des lettres (1660-1750), Rome, École française de Rome, 1989.

29 G. Gelléri, « Cette chose ordinaire et inutile. » Le voyage d’Angleterre de 1660 à 1789 : défi philosophique, enjeu politique, pratique sociale, thèse soutenue à l’EHESS, Paris, 2009.

30 G. Labrot, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, 1534-1677, Seyssel, Champ Vallon, 1987.

Table des illustrations

Légende Les voyages de Thomas Coke (1712-1718).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540