Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Troisième partie. Circulations administratives, techniques et scientifiques

Les échanges techniques entre la France et l’Angleterre au XVIIIe siècle : la révolution industrielle en question

Liliane Hilaire-Pérez

Texte intégral

  • 1 Par exemple: W. O. Henderson, Britain and Industrial Europe, 1750-1850. Studies in British Influen (...)

1L’analyse des échanges techniques entre l’Angleterre et la France est marquée par le comparatisme normatif qui a longtemps présidé à l’histoire économique et technique du couple franco-anglais. Cette vision, héritière du mythe de la révolution industrielle dont on connaît de mieux en mieux les ressorts historiques depuis le XIXe siècle, s’est appuyée sur la notion de supériorité anglaise et de rattrapage du continent dans les domaines phares de la sidérurgie, de la vapeur et de la mécanisation du coton. Un large pan de l’historiographie, fondé sur l’étude de ces rapports de concurrence a induit une linéarité des avancées et des retards techniques et suggéré à la fois l’unicité des modèles de développement économique et l’univocité des circuits, de l’Angleterre vers le continent1.

  • 2 J. R. Harris, Industrial Espionage and Technology Transfer. Britain and France in the 18th Century (...)
  • 3 L. Hilaire-Pérez, C. Verna, « Dissemination of technical knowledge in the middle ages and the earl (...)
  • 4 D. Mitchell (éd.), Goldsmiths, silversmiths and bankers: innovation and the transfer of skill, 155 (...)

2Ces approches sont fortement remises en cause actuellement comme on le précisera. Pourtant, et c’est ce que l’on veut souligner en introduction, la problématique de la supériorité britannique a ouvert le champ à l’étude des circulations techniques. Les travaux de John R. Harris sur les transferts anglais en France au XVIIIe siècle ont valeur de point de repère majeur dans cette historiographie2. Les facteurs d’émigration, les circuits des entrepreneurs et des colonies d’ouvriers, leurs conditions d’installation et/ou de retour, le cheminement difficile des savoirs techniques, les politiques migratoires placées en France sous le sceau de l’espionnage et du débauchage : un cadre d’étude était donné par John R. Harris, imbriquant le récit des vies des migrants et de leurs réseaux de part et d’autre de la Manche et les négociations incessantes avec les États, entre besoin d’institutions et contournement des contraintes. La question n’était déjà plus celle des transferts, héritée du modèle diffusionniste, mais des circulations techniques3. Ainsi, dans le sillage d’une historiographie linéaire des relations entre France et Grande-Bretagne, ont peu à peu pris place des histoires intégrées et plurielles mettant l’accent sur la complexité des circuits, sur le rôle des passeurs et des médiations, sur les hybridations culturelles4.

  • 5 P. O’Brien, C. Keyder, Economic growth in Britain and France, 1780-1914. Two paths to the twentiet (...)
  • 6 L. Prados de la Escosura (éd.), « Introduction: was British industrialisation exceptional? », dans (...)
  • 7 K. Pomeranz, Une grande divergence : La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale (...)
  • 8 R. Smith, « The Swiss connection. International networks in some eighteenth-century luxury trades  (...)
  • 9 J. Mokyr, The Gifts of Athena: Historical Origins of the Knowledge Economy, Princeton, PUP, 2002.

3L’enjeu était aussi spatial : il consistait à relire les relations de cœur et de périphérie entre l’Angleterre et le continent. Les travaux de Patrick O’Brien ont été ici essentiels, révisant à la baisse l’écart des taux de croissance entre France et Angleterre5, replaçant l’Angleterre dans une perspective européenne d’industrialisation au sein de laquelle des structures de production différentes peuvent revêtir une efficacité propre et offrir ainsi une panoplie de solutions techniques6. Des horizons nouveaux s’ouvraient, ceux des échanges techniques en Europe, dont la Grande-Bretagne avait aussi bénéficié. Si l’« européanité » de la révolution industrielle est actuellement remise en cause par les tenants de l’histoire globale insistant sur l’exception britannique dans la maîtrise des ressources coloniales7, un consensus s’est établi autour du fait que l’insertion de la Grande-Bretagne dans les échanges mondiaux a été déterminante pour l’innovation technique. On sait que dans l’horlogerie anglaise (promue par les huguenots), les entrepreneurs londoniens misaient sur des réseaux de sous-traitance et de fourniture de semi-produits français et suisses, apposant seulement leur marque sur le produit final8. Ils bénéficiaient ainsi des spécialisations artisanales au sein d’un plateau d’expertise technique européen. Loin des explications endogènes de l’inventivité britannique9, les échanges, le rôle des migrations, des circuits commerciaux et des marchés de production sont considérés comme les clés de l’industrialisation, non sans poser aux historiens des problèmes d’identification des techniques, des produits, des passeurs.

  • 10 Un article pionnier est celui de François Crouzet, « Les sources de la richesse de l’Angleterre vu (...)

4À mesure, le questionnaire sur les relations entre la France et l’Angleterre s’est déplacé. Il ne s’agit plus actuellement de mesurer l’écart et le rattrapage ni de déterminer une voie optimale de la croissance, mais de comprendre la manière dont les contemporains ont construit sur le long terme cet espace relationnel trans-Manche, à la fois zone de transit pour des produits, des équipements et des migrants et espace culturel où circulent des savoirs et où s’élaborent, à travers des jeux de miroirs, des constructions identitaires, des idéologies et la compréhension de réalités techniques et économiques nouvelles10. Si des savoirs circulent, des idéologies techniciennes, des modes d’évaluation et d’investissement de la technique se diffusent aussi. On insistera sur un point. Le couple franco-anglais joue un rôle fondamental dans la « politisation » de la technique, dans l’émergence de « l’encouragement à l’industrie », comme l’attestent les efforts de l’administration du commerce en France tout au long du siècle pour acclimater les savoir-faire anglais. Les échanges techniques trans-Manche sont le lieu d’élaboration d’un droit de l’inventeur, de politiques industrielles et d’institutions de la technologie fondées sur la collecte et la rationalisation de l’information technique.

5On retracera dans cet article les relectures de l’histoire des échanges techniques entre Angleterre et France au XVIIIe siècle : d’une part, l’étude des circuits techniques marquée par la hiérarchisation des espaces productifs ; d’autre part, la mise en évidence du rôle de « réservoir » joué par l’Europe pour l’industrie anglaise ; enfin, le questionnement sur la « politisation » des échanges techniques à mesure que s’est développé l’intérêt pour l’histoire des réseaux, des hybridations et des médiations culturelles.

Des circuits techniques hiérarchisés

  • 11 C. MacLeod, « The European origins of British technological predominance », in L. Prados de la Esc (...)

6Comme l’indique Christine MacLeod dans un article majeur sur les origines européennes de la révolution industrielle11, jusqu’à la fin du XVIIe siècle, la Grande-Bretagne est importatrice de techniques : ingénieurs hollandais pour l’assèchement des Fens (East-Anglia), verriers italiens associés à l’invention du « flint glass » à Londres dans les années 1670 et surtout, émigration huguenote, longtemps considérée comme déterminante pour l’acquisition de techniques dans l’horlogerie, le textile, la papeterie.

  • 12 W. C. Scoville, The persecution of Huguenots and French economic development, 1680-1720, Berkeley, (...)

7L’étude de l’impact des huguenots dans l’économie anglaise a joué un rôle clé dans la construction de l’histoire des circulations. Au sein de nombreux travaux, on rappellera les thèses de Warren C. Scoville12, inscrivant son propos dans l’actualité des migrations nées des guerres et de la colonisation. Loin de toute approche anthropologique liant une pratique économique ou une technique à sa dimension sociale et symbolique, Scoville tentait de mesurer l’impact des migrants persécutés sur les économies des pays d’accueil. Non seulement les pays occidentaux se posaient en pourvoyeurs de solutions techniques, mais l’émigration des juifs d’Europe aux États-Unis et surtout au Proche-Orient fournissait un exemple immédiat de déplacement de minorités et Scoville faisait explicitement la comparaison avec les huguenots. Le modèle diffusionniste, alors en plein essor, érigeait les mobilités de minorités comme facteur déterminant des circulations de savoirs dans les économies passées. L’auteur distinguait ainsi les groupes et les minorités, les uns (« craft groups ») engagés dans un même métier ou des métiers connexes, les autres, micro-sociétés où l’organisation interne et le fait communautaire primaient sur les activités. Cette dimension culturelle, politique et identitaire expliquait l’impact direct et immédiat (« pervasive and rapid effect ») des migrations de minorités sur les économies d’accueil, d’où la gradation établie par l’auteur entre transmission diffuse, « par radiation », et accélérée, « par migration », les minorités étant les vecteurs des transformations les plus marquantes.

  • 13 L. Hilaire-Pérez, « Transferts technologiques, droit et territoire : le cas franco-anglais au XVII (...)

8Le deuxième transfert technique important, au début du XVIIIe siècle, inaugurait un retournement structurel, l’Angleterre devenant pourvoyeuse de techniques pour le continent. L’étude de ce transfert par John R. Harris a aussi eu valeur fondatrice ; l’auteur y déployait sa méthode, une microanalyse des politiques migratoires, des recrutements et des filières (hommes, informations, matériel) entre centres de départ et lieux d’accueil ; il mettait en lumière des traits récurrents de la gestion des migrations anglaises en France (relais jacobites, investissement gouvernemental, « manufactures-pilotes ») et surtout les résultats mitigés de cette politique, suggérant que l’avance anglaise restait inégalée. On ne détaillera pas, sauf à rappeler que ce sont 150 ouvriers introduits en France en 1718, dont 70 horlogers et 30 ouvriers du métal, installés dans diverses manufactures aux environs de Paris et en Normandie, menés par un petit groupe d’artisans-entrepreneurs franco-anglais, réuni autour de John Law, dans un contexte spéculatif commun à la France et à l’Angleterre13. Dès 1719, en réponse, un Act est adopté pour interdire l’émigration ouvrière, suivie d’autres mesures pour empêcher l’exportation d’outillage. L’auteur montrait que les piliers de ce transfert étaient deux horlogers londoniens jacobites, Henry Sully, descendant de huguenots converti au catholicisme, et William Blakey, spécialiste des aciers cémentés et dont le fils, du même nom, né en Angleterre, naturalisé français, ne cessera de mener des affaires entre France, Angleterre et Hollande dans la métallurgie et les pompes à feu, jouant de toutes les ressources qu’offraient les monopoles d’invention (en France et en Angleterre), l’appartenance à des corporations, les coteries aristocratiques, les sociabilités savantes, l’entreprise manufacturière et le commerce de détail.

  • 14 L. Hilaire-Pérez, « John Kay, une stratégie industrielle », La revue. Musée des arts et métiers, n(...)
  • 15 L. Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 281- (...)
  • 16 Ibid., chap. ii ; S. Chassagne, Le coton et ses patrons, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, 192-217 ; (...)

9Autant de caractères que l’on retrouve dans les circuits techniques du milieu du XVIIIe siècle, qu’il s’agisse de John Kay, importateur de la navette volante dans le tissage en 1747, détenteur de monopoles en Angleterre et en France14, de Michael Alcock, fabricant quincaillier de Birmingham, installé à La-Charité-sur-Loire, dans une manufacture privilégiée dont les associés essaiment et diffusent les techniques anglaises, ainsi Sanche et Hyde dans la gigantesque fabrique d’Amboise, appuyée par le capitalisme de cour et haut-lieu des essais sur les aciers cémentés dans les années 178015. Une historiographie fournie a montré que l’importation des savoir-faire anglais s’inscrit dans les plans réformateurs du directeur du commerce, Daniel Trudaine, assisté de l’entrepreneur jacobite John Holker, inspecteur général des manufactures, actif promoteur de la mécanisation textile dans ses fabriques de Sens et de Rouen16.

  • 17 J. Payen, Capital et machine à vapeur au XVIIIe siècle. Les frères Périer et l’introduction en Fra (...)
  • 18 D. Woronoff L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 19 (...)
  • 19 C. MacLeod, « Europeans origins… », p. 114-117; J. R. Harris, The British iron industry, 1700-1850 (...)

10La dernière et troisième vague des importations de techniques anglaises a lieu dans les années 1780, sous le signe des transactions capitalistes favorisées par Calonne, appuyées sur les réseaux nobiliaires innovateurs (comte d’Artois, duc d’Orléans) et motivées par une concurrence croissante avec l’Angleterre que renforce le traité de libre-échange de 1786 : fabrication des machines à filer d’Arkwright par les Milne au château de La Muette, production de machines à vapeur par les frères Périer protégés du duc d’Orléans17, tentative (et échec) de la sidérurgie au coke dans la manufacture du Creusot (dont le roi est actionnaire)18. Ces entreprises sont des lieux de condensation des circulations techniques ; elles sont aussi révélatrices des blocages, de la difficulté d’homogénéiser des territoires techniques, ainsi dans le textile puisque la navette volante sera réintroduite à la fin du siècle, et surtout dans la métallurgie où la France ne dispose pas de la « coal fuel technology » dont l’Angleterre seule a acquis la longue maîtrise19.

11Ainsi pourrait s’écrire une histoire des échanges techniques franco-anglais faisant alterner et s’inverser les flux à mesure que la polarisation des territoires productifs se déplace de part et d’autre de la Manche. On sait maintenant que ce récit ne suffit pas à rendre compte de mouvements bien plus complexes, irréductibles à l’univocité des circuits et à la vision homogénéisatrice d’espaces économiques hiérarchisés.

L’« européanicité » des échanges techniques

12Les révisions de l’histoire de la révolution industrielle ont contribué à faire éclater ces histoires nationales du développement économique, soit par le bas, via la micro-analyse des rythmes différenciés des transferts à l’échelle des villes, des communautés de métier, des entreprises et des ateliers, soit par le haut, en abaissant les frontières techniques entre les États, en montrant ainsi que l’Angleterre a continué à puiser dans les ressources du continent bien après l’immigration huguenote.

  • 20 M. Virol, « Savoirs d’ingénieur acquis auprès de Vauban, savoirs prisés par les Anglais ? », in P.(...)
  • 21 H. Clifford, « In defence of the toyshop: the intriguing case of George Willdey and the Huguenots  (...)
  • 22 D. Mitchell, « Innovation and the transfer of skill in the goldsmiths’trade in Restoration London  (...)
  • 23 On retrouve le même motif, le placement de natifs chez des étrangers, dans le cas des protestants (...)
  • 24 Emma Packer, « The interaction between English and Huguenot goldsmiths in the late seventeenth and (...)
  • 25 C. Hartop, « Art and industry in 18th-century London: English silver, 1680-1760, from the Alan and (...)

13L’approche de Scoville n’est ainsi plus de mise. Les travaux récents sur les huguenots revoient à la baisse le rôle du facteur religieux20 et leur rôle dans la transmission des savoirs techniques. Les études sur l’orfèvrerie révèlent un impact diffus des réfugiés, via des réseaux de sous-traitance et la circulation entre les ateliers des patrons et des modèles, tant les continentaux excellent dans le dessin, la façon et la conception des formes21. David Mitchell a montré la diversité des modes de transmission via l’apprentissage22 : compagnons huguenots placés chez des fabricants natifs, huguenots employés en même temps que des étrangers dans un atelier et travaillant à la confection des mêmes articles, natifs placés en apprentissage chez des huguenots23. Ainsi se pose la question de l’identification des individus, des ouvriers silencieux et souvent illégaux, mal acceptés par les corporations, absents des archives dans lesquelles sont pourtant listés les biens qu’ils ont produits et fournis aux fabricants natifs24. Une autre piste est celle des liaisons entre les huguenots et d’autres artisans étrangers à Londres, comme les Allemands, protestants et catholiques, eux aussi détenteurs de savoirs spécifiques, notamment en orfèvrerie et qui ont voyagé avec facilité en Angleterre et sur le continent25.

  • 26 L. Roberts, « Full steam ahead. Entrepreneurial engineers as go-betweens during the late eighteent (...)
  • 27 R. Morieux, « La fabrique sociale des réseaux migratoires. Les ouvriers du lin entre Cambrésis, Pa (...)

14À une plus haute échelle, les circuits ne sont pas plus faciles à repérer. La France continue en effet d’être pourvoyeuse de techniques au cours du XVIIIe siècle. Christine MacLeod rappelle des exemples connus d’entrepreneurs innovateurs qui acclimatent outre-Manche des techniques aussi importantes que la fabrication de la soude à partir du sel marin ou le blanchissage au chlore. Lissa Roberts a montré le rôle des sociabilités techniciennes continentales dans le développement des machines à vapeur, réfutant l’orientation « anglo-centrique » de l’historiographie et plaidant pour un « décentrage » des études sur les transferts techniques26. L’auteur s’appuie sur la correspondance du négociant Jan Daniel Huichelbos van Liender, membre de la Société batave de philosophie expérimentale. Van Liender, qui deviendra le partenaire européen exclusif de James Watt, fait office à la fois d’amateur éclairé, de client potentiel, de médiateur et d’agent, en relation avec une variété d’individus (43), engagés dans les techniques de la vapeur pour des usages diversifiés : drainage, bonification des terres, art des jardins, moulins. Si les machines en circulation en Europe sont d’inspiration anglaise (Newcomen, Savery), l’auteure insiste sur les nombreuses adaptations continentales, sources de micro-inventions dont on sait le rôle crucial dans l’innovation. Dans un autre registre, on sait maintenant aussi que les migrations huguenotes de France vers l’Angleterre ont continué en plein XVIIIe siècle. Renaud Morieux a étudié le réseau des mulquiniers du Cambrésis qui introduit dans le Sussex la fabrication des toiles de lin à la fin du siècle27. Cette « circulation internationale des biens et des hommes », migration « circulaire » que n’interrompt pas la répression des autorités révèle des régions rurales « totalement intégrées à l’économie de l’Europe du Nord-Ouest », suggérant la nécessité de reprendre l’étude des marchés du travail entre France et Angleterre et de questionner « le découpage spatial adéquat pour étudier ces phénomènes ».

  • 28 On commence à en prendre la mesure grâce au reclassement des Archives de Soho : P. Jones, « Matthe (...)
  • 29 E. Robinson, « Boulton and Fothergill, 1762-1782, and the Birmingham export of hardware », Univers (...)
  • 30 P. Jones, Industrial Enlightenment…, op. cit. ; L. Hilaire-Pérez, « Cosmopolitisme et réseaux de s (...)
  • 31 L. Hilaire-Pérez, « Les échanges techniques dans la métallurgie légère entre la France et l’Anglet (...)

15Ces interrogations sur la chronologie, sur les espaces et sur les groupes mobilisés valent aussi, symétriquement, dans le cas des importations de savoir-faire à l’initiative des Anglais. Ainsi Matthew Boulton, futur partenaire de James Watt, plus connu comme industriel et exportateur de machines à vapeur en Europe, cherche dans les années 1760, à acquérir des techniques métallurgiques sur le continent. Il est à la tête de la manufacture de quincaillerie de Soho, à Birmingham, et ce sont les compétences de l’artisanat dans l’orfèvrerie qui l’intéressent. Si Boulton se constitue un réseau de clientèle européen en faisant de Soho un haut-lieu de visite international28, mêlant les codes de sociabilité de l’élite éclairée, la promotion commerciale des produits et la négociation de l’information technique, ses stratégies s’inscrivent aussi dans un mouvement inverse, d’acquisition des savoirs en France et participent cette fois d’un système d’information développé dans les métiers du luxe. Eric Robinson l’avait tôt souligné, restituant le rôle initiateur de la production d’articles issus de l’économie artisanale (chandeliers, tabatières, étuis, couverts…) dans la formation de Boulton et donnant un nouvel éclairage à une figure mythique de la révolution industrielle29. Le manufacturier de Soho, plus connu pour ses réseaux innovateurs mêlant science et entreprise30, est en étroite relation avec le milieu artisanal parisien, réputé pour ses savoir-faire dans l’orfèvrerie (modelage, vernis, finitions). On peut suivre les efforts de Boulton pour nouer des contacts avec les fabricants, à la lumière de ses notes-books rédigés lors d’un voyage en 1765, listant des noms et des adresses, des techniques à rechercher en France (« To See and To Learn ») et des recettes griffonnées, parfois raturées, en abrégé et bilingues31. Ces pratiques conduisent à interroger l’espace social des circulations, l’entrepreneur éclairé étant amené à partager les codes sociaux et culturels de l’artisanat, aux prises avec les difficultés de transmission de techniques peu codifiées que seuls peuvent reproduire ceux qui en ont acquis la familiarité.

16Ces transcriptions ne suffisent pourtant pas et Boulton doit poursuivre l’enquête auprès de fabricants londoniens et recruter des ouvriers grâce à des relais à Bruxelles, à Amsterdam, à Paris. La correspondance de Boulton est riche en échanges avec ses intermédiaires dont Eric Robinson avait noté que certains appartenaient à la communauté juive anglaise. Pour l’ormoulu (laiton ou bronze enduit d’un amalgame au mercure dont Boulton cherche à développer le marché), c’est Solomon Hyman, marchand quincaillier franco-anglais qui joue le rôle principal. C’est lui qui permet à Boulton d’assister à une opération de dorure à Paris en 1765. C’est à lui que Boulton demande de trouver de nouvelles recettes « pour mettre le cuivre jaune en couleur ou pour saucer la Foundry comme on fait à Paris » et surtout pour débaucher des ouvriers (« I wish I had the best workman in Paris for making gold boxes or mounting tortoishell »). Avec l’ormoulu, se met en place un recrutement des compétences continentales qui devient une spécialité de Soho. Hyman achemine aussi des outils et des matériaux, par l’intermédiaire du facteur de Boulton à Londres, John Motteux. Loin de se suffire à elle-même, la transcription du procédé s’accompagne d’une synergie de moyens, matériels et humains, du maintien des liens avec le pays d’origine aussi, indispensable à l’acquisition du procédé.

17Cet échange s’opère entre centres de haute maturité technique ; l’Angleterre et la France maîtrisent la métallurgie de finition et les alliages du cuivre ; Boulton bénéficie d’un plateau d’expertise technique européen et des spécialités développées par des centres urbains dans la métallurgie de finition. Il faudrait ajouter les Allemands, également présents à Soho, et compléter par d’autres circuits car les techniques empruntées par Boulton reviennent sur le continent, ainsi par le biais des frères Orsel, issus du négoce quincaillier lyonnais, passés à la manufacture en France (Paris, les Ardennes) après un séjour à Birmingham où ils ont fréquenté Boulton et ses ouvriers (dont l’Allemand Kern).

  • 32 C. MacLeod, « European origins… », p. 125.
  • 33 Ibid., p. 126.

18On comprend que selon Christine MacLeod, « la direction du transfert technique [du continent vers l’Angleterre] n’a pas soudainement tourné à 180 degrés au dix-huitième siècle : bien que devenant de plus en plus des exportateurs de premier plan pour des techniques spécifiques, les Britanniques ont continué à être des importateurs avisés de techniques et de techniciens »32. Si les Anglais ont bénéficié des gisements de charbon et du coton de l’empire, ils n’ont pu résoudre les problèmes d’exploitation que suscitaient ces ressources qu’en puisant dans un « réservoir de savoirs techniques qui ne se limitait pas aux frontières nationales » ; ce réservoir « s’était rempli pendant des siècles, alimenté par des courants à travers toute l’Europe et au-delà. La révolution industrielle britannique fut bien une réalisation européenne » (« a European achievement »)33.

  • 34 G. Riello, P. O’Brien, « Regards sur la Révolution industrielle », op. cit. ; S. Llinares, « Les m (...)
  • 35 Delphine Gardey parle à juste titre de technique « resignifiée », voir « Une culture singulière ? (...)
  • 36 J.-Y. Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin (...)

19Un tel récit marque ses distances avec l’identité nationale des techniques, construite au fil de multiples processus d’attribution34. Il ouvre ainsi de nouveaux questionnements, privilégiant l’importance des hybridations dans les processus de circulations35, en rien unificateurs et au contraire, sources d’adaptation et de « traduction », et donc indissociables du procès continu de recomposition des origines et des identités (des produits, des matières, des techniques et des hommes). Non seulement s’est ainsi développée une perception territorialisée des savoirs techniques, accompagnée d’une prise en compte de la diversité des rythmes de circulation et de la qualité différenciée des espaces de réception, mais cette compréhension a permis de souligner l’originalité du XVIIIe siècle, tant l’essor de l’économie de la variété, fondée sur la différenciation croissante des produits s’appuie sur l’hétérogénéité des circuits d’approvisionnement et sur une coordination de plus en plus complexe des marchés de production à l’échelle européenne36.

  • 37 L. Pérez, « Steel and toy trade between England and France: the Huntsmans’correspondence with the (...)

20La commercialisation de l’acier au creuset, mis au point par Benjamin Huntsman à Sheffield vers 1740, le confirme. Si Huntsman est habituellement décrit comme un fabricant, les archives récemment découvertes révèlent l’ampleur de ses réseaux marchands37. Il s’agit des comptes de William Blakey (fils) qui avec sa femme, Elisabeth Aumerle, mercière tenant le « Magazin anglois » près de la rue Saint-Honoré, est activement impliqué dans le trafic d’articles en acier importés de Sheffield ou fabriqués dans leur forge d’Essonne à partir des barres d’acier achetées à Huntsman. La correspondance entre les Huntsman et Madame Blakey révèle l’adaptation des matériaux anglais et des outils aux besoins des ouvriers parisiens (prescriptions, envoi de patrons que les Huntsman transmettent aux soustraitants du Lancashire). Si les aciers viennent de Sheffield, les modèles sont parisiens, reflétant la prééminence persistante des compétences de modelage de la capitale française. Les Huntsman demandent avec insistance des modèles aux Blakey, proposant de transposer en acier les coûteux objets de luxe parisiens – d’imiter pour inventer, un motif majeur de la création technique au XVIIIe siècle. Les articles de Sheffield sont donc aussi bien de Paris ; ils sont façonnés par un réseau commercial franco-anglais qui brouille les identités des produits, comme l’atteste le jeu des appellations, la mercière exigeant que les articles soient marqués « London acier fondu », une pratique courante à Sheffield, tant la réputation de la ville pour son orfèvrerie est encore à faire face à Londres et à Paris.

21Envisager les échanges techniques franco-anglais dans un cadre européen, dans une économie marquée par l’intensification des échanges, par l’extension des circuits et la complexification croissante des taxinomies, conduit donc à prendre ses distances avec les perceptions uniformisatrices nées du mythe de la révolution industrielle et à interroger l’identité (et les modes d’identification) des procédés et des produits. La question se pose aussi pour les passeurs, dont les appartenances hybrides peuvent être considérées comme la source des capacités à comparer, transposer et « traduire » les techniques. C’est sur ces intermédiaires culturels et sur l’évolution de leur statut au XVIIIe siècle que se concentre une partie des études actuelles.

Entre intermédiation et rationalisation des échanges techniques

  • 38 An appeal for the new to the old Whigs, 1791; « Introduction », dans S. Schaffer, L. Roberts, K. R (...)
  • 39 A letter to Edmund Burke, esq., on the latter part of the late report of the Select Committee on t (...)
  • 40 P. D. Curtin, Cross-cultural trade in world history, Cambridge, CUP, 1984.

22Comme le rappellent les auteurs d’un livre récent sur la globalisation des savoirs à la fin du XVIIIe siècle, l’expression de « go-between », entremetteur, revêt le sens nouveau de d’intermédiaire public, ainsi sous la plume d’Edmund Burke pour qui « The world is governed by go-betweens », des hommes de l’ombre qui retournent les coalitions politiques38. À l’échelle de l’empire, Burke est aussi familier du rôle des intermédiaires dans le gouvernement instauré en Inde par l’East India Company. Messagers, interprètes, agents, espions, les go-betweens transcendent les appartenances nationales et culturelles et sont indispensables en Inde pour mener les affaires courantes note le marchand et pamphlétaire Joseph Price39. Ce sont des figures de « cross-cultural brokers » tels que les a définis Philip D. Curtin, mais leur heure de gloire est déjà passée, elle s’efface avec le « crépuscule des diasporas marchandes » au milieu du XVIIIe siècle40, à mesure que s’affirme l’institutionnalisation des transferts de savoirs.

  • 41 L. Roberts, « Full steam ahead », op. cit., p. 236-238.
  • 42 O. Raveux, « L’Orient et l’aurore de l’industrialisation occidentale : une lecture à travers la tr (...)
  • 43 L. Hilaire-Pérez, « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant : inven (...)

23Cette même temporalité rythme leur histoire en Europe. Lissa Roberts, dans son étude des techniques de la vapeur, fait référence au passage de l’ère des « ingénieurs entrepreneurs » indépendants à celle des firmes de construction mécanique dont l’atout, outre les trafics de pièces et de composants, est d’organiser le recrutement d’ingénieurs migrants, connaisseurs de techniques peu codifiées qu’il s’agit de faire partager aux ouvriers natifs41. La remarque fait écho au rôle de l’État en France dans les « manufactures pilotes » pour consolider les transferts techniques. Un deuxième exemple est fourni par l’étude d’Olivier Raveux sur l’introduction en France de la teinture du coton à la garance, ou « rouge tuc », pour l’indiennage (une technique orientale convoitée de part et d’autre de la Manche)42 : au dynamisme et à la mobilité des artisans arméniens arrivés à Marseille dans les années 1670 succède l’initiative des Occidentaux qui vont chercher en Asie les savoirs et les artisans et codifient les techniques importées, avec le soutien du gouvernement – ainsi le négociant Jean-Claude Flachat missionné par Trudaine en Orient en 1757, qui rédige un traité à la suite et installe une manufacture privilégiée à Saint-Chamond employant des ouvriers recrutés pendant son voyage43.

  • 44 M. Berg, Luxury and pleasure in eighteenth-century Britain, Oxford, OUP, 2005, p. 105-110 (« Imita (...)
  • 45 La Society of Arts reçoit les Éphémérides du Citoyen, les Observations sur la physique l’histoire (...)
  • 46 La Dublin Society qui sera un exemple pour la Society of Arts de Londres, adopte dès 1731 le systè (...)
  • 47 L. Hilaire-Pérez, « Les sociabilités industrielles en France et en Angleterre au XVIIIe siècle : r (...)
  • 48 L. Hilaire-Pérez, « Transferts technologiques, droit et territoire », op. cit., p. 563-566.
  • 49 Métier à tisser, machine à couper la paille, crémaillère pour tour à soie, ressort de voiture, gru (...)
  • 50 C. Rabier, « Les techniques chirurgicales autour de 1800 entre France et Grande-Bretagne : les enj (...)
  • 51 S. Llinares, « Les mémoires et les correspondances des marins voyageurs », op. cit.

24On pourrait insister sur la rationalisation des circulations techniques au XVIIIe siècle, en rappelant que le premier transfert massif du début du siècle, mené par John Law en 1718, s’accompagne de la fondation de l’une des premières sociétés des arts en Europe, la Société des Arts de Paris (1726-1736), dont les fondateurs sont les horlogers londoniens déjà évoqués, Sully et Blakey père. Le mouvement de création de ces sociétés, étroitement lié aux sociabilités maçonniques porteuses d’une valorisation et d’une compréhension nouvelle des techniques, est l’une des expressions majeures de l’institutionnalisation des échanges techniques. La Society of Arts de Londres (1753) est un haut-lieu d’imitation des produits de luxe français44, c’est aussi l’un des centres de la République des Lettres en Europe et notamment de la diffusion de l’agronomie française45. Les technologues français offrent aux élites anglaises un modèle réformateur, en même temps que se diffuse outre-Manche une gestion académique de l’innovation46. En retour, la mobilisation civile en faveur du progrès technique, qui peine à se développer en France hors du monopole académique, devient une spécificité anglaise, copiée par l’éphémère Société libre d’émulation de l’abbé Baudeau (1776-1779) et par la Société d’encouragement pour l’industrie nationale de Chaptal (1801)47. La fin du siècle voit se multiplier les interférences franco-anglaises dans la gestion politique de la technique, qu’il s’agisse des circulations juridiques entre France et Angleterre en matière du droit de l’inventeur48, ou des institutions créées pour collecter, répliquer, transposer les savoirs techniques anglais. Dans le dépôt de machines de l’Hôtel de Mortagne (1782), rue de Charonne, est installée une bibliothèque ouverte sur l’étranger qui reçoit les transactions et les catalogues de mécaniques de la Society of Arts, à partir desquels sont ainsi construits des modèles49 – des dispositifs clés dans la pédagogie de l’innovation, visuelle et comparative qui se met en place. Une culture technologique visant la mise en ordre des savoirs pratiques se développe, en lien avec la rationalisation des circuits techniques, avec l’importance acquise par les « échanges imprimés » (en langues vernaculaires)50, avec l’activité de renseignement, les missions, les voyages d’information, l’implication des personnels d’ambassades et consulaires51. La diversité des systèmes d’information mis en œuvre par les États et leur signification rapportée à la nature des terrains d’enquête forment un sujet de recherche largement ouvert.

  • 52 « Immigrants dont la vie quotidienne dépend de leurs multiples et constantes interconnections par- (...)
  • 53 M. Virol, « Savoirs d’ingénieur acquis auprès de Vauban », op. cit. Huguenot, au service de Vauban (...)

25Cependant, au XVIIIe siècle, cette rationalisation des transferts techniques ne fait que se surimposer à l’action de longue durée des passeurs, des go-betweens. Leur étude, sensible à la complexité identitaire d’intermédiaires polyvalents et « transmigrants52 » – ainsi Henry Sully, les Blakey ou l’ingénieur Jean Thomas53 – suggère que c’est au cœur de la transformation des êtres que prend place un mouvement d’éclatement, de déstabilisation et de recomposition des savoirs qui autorise ensuite une mise en ordre, un effort de convergence.

  • 54 I. Gouzévitch, « Les voyages en France et en Angleterre et la naissance d’un expert technique : le (...)
  • 55 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fay (...)

26À la fin du siècle, l’itinéraire de l’ingénieur Augustin Betancourt entre les Canaries, l’Espagne, la France, l’Angleterre et la Russie révèle combien son identité d’expert technique se construit au fil de ses voyages, notamment de part et d’autre de la Manche puisqu’il séjourne entre ces deux rives plus de la moitié de son temps pendant la première période de sa vie, de 1778 à 180854. Indissociablement liée aux enjeux professionnels, la part de l’engagement personnel dans cette mobilité constitue en soi un mode d’existence et l’œuvre d’une vie. Les séjours « acquièrent pour lui, avec le temps, une valeur autonome », celle de la liberté et de la transgression que procure le déplacement – le voyage comme « découverte de soi et de l’autre55 ». Loin de se résumer à des missions officielles, les voyages de Betancourt sont aussi des « fugues que l’homme s’évertue à déguiser en charges commissionnées », sources de rencontres multiples, d’inventions et d’entreprises. Ils lui fournissent sans cesse des occasions et les moyens d’élaborer des projets, en somme la possibilité de se construire, de constituer son savoir et de penser la technique par l’action subjective.

27Réseaux, circuits, identités mêlées, traductions et adaptation de soi : dans la « zone de contact » franco-anglaise et ses espaces de résonance, s’affirment des capacités analogiques, combinatoires, substitutives et comparatives, portées par des logiques de décloisonnement tant géographiques que sociales et identitaires – autant de creusets pour l’invention et la pensée de synthèse, tant ces situations de dialogues entre mondes hétérogènes induisent de polyvalence, de modularité et d’abstraction, et président ainsi à l’émergence d’un « espace de la technique ».

  • 56 Le Jew Bill de 1753 devant faciliter les naturalisations n’aboutit pas, il est révoqué dès 1754.
  • 57 Le thème est rare dans l’historiographie. Une exception: G. Yogev, Diamonds and coral. Anglo-Dutch (...)

28Dans ce milieu d’intermédiaires, s’élaborent des rationalisations nées de l’expérience pratique des échanges. Ces aptitudes dessinent une communauté de pratiques entre marchands, artisans, ingénieurs, manufacturiers. Elles s’expriment notamment par un effort langagier, taxinomique, de mise en ordre des informations collectées – sans désir de faire science, mais pour servir l’action. Ainsi chez Solomon Hyman, marchand juif franco-anglais dont nous avons évoqué le rôle d’intermédiaire au service de l’industriel Boulton. Si le cas de Hyman et d’autres partenaires non-sépharades de Boulton pose la question du rôle des juifs anglais, insiders-outsiders56, dans l’Industrial Enlightenment, dans la consommation des Lumières et les réseaux innovateurs en Europe57, il permet aussi de prendre la mesure des stratégies langagières développées par des acteurs impliqués dans un processus d’intégration culturelle via l’échange marchand. Hyman est spécialisé dans le commerce de quincaillerie de part et d’autre de la Manche (dans les deux sens), un trafic pour lequel il se forge un vocabulaire multilingue à partir du yidiche, de l’hébreu et de termes français et anglais transcrits en caractères hébraïques dans son livre de comptes courant de 1766 à 1777. Si les mots « anglais » renvoient à un certain nombre d’articles importés typiques des biens de consommation en plein essor outre-Manche, les vocables « français » se rapportent aux finitions et aux modèles et signent la reconnaissance par Hyman de l’identité française des savoir-faire en orfèvrerie (que précisément l’industriel Boulton lui demande de lui communiquer). La langue de Hyman, ancrée dans une économie de la variété et de l’échange qui complexifie la sémantique des objets et impose un effort taxinomique aux praticiens, est un hybride calqué sur ses flux de marchandises, et constitue un code que le marchand articule au fil des commandes. Les termes sont remployés et combinés dans des séries modulaires, ainsi telle liste de tabatières mêlant le yidiche pour les tailles et les décorations de surface, le français pour les couleurs, les matériaux, la technicité des objets. De la pratique marchande franco-anglaise de Hyman et de son mode d’identification des produits, naît un langage technique, une réduction systématique des caractéristiques concrètes des biens. Aux côtés des entreprises technologiques, savantes qui institutionnalisent les échanges franco-anglais, cet effort d’abstraction et de composition d’un praticien du négoce signe le rôle des dynamiques marchandes dans les capacités d’hybridation mais aussi de formalisation des savoirs pratiques entre France et Angleterre.

Conclusion

29Le thème des circulations techniques entre France et Angleterre au XVIIIe siècle est inscrit dans une double tradition historiographique, celle de l’Angleterre phare de la révolution industrielle et pourvoyeuse d’inventions que le continent acquiert peu à peu, celle plus récente d’une histoire politique des transferts mettant en valeur le rôle moteur du Politique et les jeux complexes des entrepreneurs avec les institutions. Ces approches sont fondamentales tant elles ont permis de révéler les itinéraires d’entrepreneurs, les réseaux de sociabilité, les synergies de moyens, les cheminements des techniques, les échecs, mais aussi l’investissement politique de cette sphère des échanges, par les administrateurs réformateurs en France, par le gouvernement et les sociétés savantes privées outre-Manche.

30Au fil de ces études, s’est affirmée une distance avec le modèle unilinéaire de croissance qui sous-tendait une vision univoque et hiérarchisée des circuits techniques. Au schéma de la supériorité anglaise a succédé l’« européanicité » de la révolution industrielle, l’importance des emprunts anglais sur le continent et la prise en compte de la complexité des circuits techniques trans-Manche et de l’importance des hybridations (des produits, des techniques, des institutions, des individus). Loin des fresques unificatrices du modèle diffusionniste, l’enquête sur les circulations techniques franco-anglaises a donc conduit à poser à neuf des questions d’identification et à interroger les catégories de référence. L’assignation des provenances et des identités est devenue un objet d’enquête en soi. Ces relectures ont aussi permis de souligner l’originalité d’une période que les sources institutionnelles conduisaient à effacer, celle des intermédiaires qui transcendent les frontières (géographiques, sociales, religieuses), déstabilisent et recomposent les appartenances des êtres et des choses, font éclater les langues elles-mêmes et sous-tendent ainsi l’effort de reclassement des savoirs pratiques en Europe qui se déploie dans les institutions technologiques.

  • 58 Cette dialectique abstraction/divergence et concrétisation/convergence est centrale en philosophie (...)

31C’est donc une nouvelle temporalité des échanges techniques franco-anglais qui se dessine actuellement, non plus celle d’une inversion des flux au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles (l’Angleterre débitrice puis créditrice) mais celle du passage, ou plutôt de l’articulation, d’une civilisation de l’échange – un monde de l’intermédiation – à l’institutionnalisation des circuits via le droit, l’enseignement, la codification des savoirs et l’essor des firmes industrielles – des médiations. Dans ce balancement, se lit encore un autre mouvement, entre diversification des savoirs et des circuits d’une part, et combinaison, transposition de ceux-ci au gré des desseins des entrepreneurs, des besoins des États d’autre part. Cette dialectique entre les variations et les convergences, entre la multiplication des possibles et leur intégration (par les praticiens, par les théoriciens) autorise l’émergence de rationalités technologiques et l’intensification de l’effort inventif58.

Notes

1 Par exemple: W. O. Henderson, Britain and Industrial Europe, 1750-1850. Studies in British Influence on the Industrial Revolution in Western Europe, Liverpool, University Press of Liverpool, 1954.

2 J. R. Harris, Industrial Espionage and Technology Transfer. Britain and France in the 18th Century, Aldershot, Ashgate, 1998.

3 L. Hilaire-Pérez, C. Verna, « Dissemination of technical knowledge in the middle ages and the early modern history. New approaches and methodological issues », Technology and culture, vol. 47, juillet 2006, p. 536-565, nouvelle édition « La circulation des savoirs techniques du Moyen Âge à l’époque moderne. Nouvelles approches et enjeux méthodologiques », Tracés, 16, juin 2009, p. 25-61.

4 D. Mitchell (éd.), Goldsmiths, silversmiths and bankers: innovation and the transfer of skill, 1550-1750, Stroud, Alan Sutton publishing, 1995; P. Jones, Industrial Enlightenment: Science, Technology and Culture in Birmingham and the West Midlands, 1760-1820, Manchester, MUP, 2008.

5 P. O’Brien, C. Keyder, Economic growth in Britain and France, 1780-1914. Two paths to the twentieth century, Londres, Allen and Unwin, 1978.

6 L. Prados de la Escosura (éd.), « Introduction: was British industrialisation exceptional? », dans id., Exceptionalism and industrialism. Britain and its European rivals, 1688-1815, Cambridge, CUP, p. 111-126.

7 K. Pomeranz, Une grande divergence : La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale (2000), Paris, Albin Michel, 2010, p. 36.

8 R. Smith, « The Swiss connection. International networks in some eighteenth-century luxury trades », Journal of Design History, vol. 17, no 2, 2004, p. 123-139.

9 J. Mokyr, The Gifts of Athena: Historical Origins of the Knowledge Economy, Princeton, PUP, 2002.

10 Un article pionnier est celui de François Crouzet, « Les sources de la richesse de l’Angleterre vues par les Français du XVIIIe siècle » (1981), dans id., De la supériorité de l’Angleterre sur la France, Paris, Perrin, 1985, p. 104-119. La thématique est devenue centrale. Voir G. Riello, P. O’Brien, « Regards sur la Révolution industrielle. Les perceptions du passage de la Grande-Bretagne vers une société industrielle », in P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne (XVIe-XIXe siècle), Documents pour l’histoire des techniques, no 19, no spécial, 2010.

11 C. MacLeod, « The European origins of British technological predominance », in L. Prados de la Escosura (éd.), Exceptionalism and Industrialism, op. cit., p. 111-126.

12 W. C. Scoville, The persecution of Huguenots and French economic development, 1680-1720, Berkeley, California University Press, 1960.

13 L. Hilaire-Pérez, « Transferts technologiques, droit et territoire : le cas franco-anglais au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 44-4, octobre-décembre 1997, p. 547-579.

14 L. Hilaire-Pérez, « John Kay, une stratégie industrielle », La revue. Musée des arts et métiers, no 23, 1998, p. 33-40.

15 L. Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 281-282.

16 Ibid., chap. ii ; S. Chassagne, Le coton et ses patrons, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, 192-217 ; P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 216-240.

17 J. Payen, Capital et machine à vapeur au XVIIIe siècle. Les frères Périer et l’introduction en France de la machine à vapeur de Watt, Paris-La Haye, Mouton, 1966.

18 D. Woronoff L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 1984, p. 336-339, « Le contre-exemple du Creusot ».

19 C. MacLeod, « Europeans origins… », p. 114-117; J. R. Harris, The British iron industry, 1700-1850, Basingstoke, Macmillan, 1988.

20 M. Virol, « Savoirs d’ingénieur acquis auprès de Vauban, savoirs prisés par les Anglais ? », in P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne, op. cit., p. 29-39.

21 H. Clifford, « In defence of the toyshop: the intriguing case of George Willdey and the Huguenots », Proceedings of the Huguenot society, vol. 27, 1999, p. 171-188.

22 D. Mitchell, « Innovation and the transfer of skill in the goldsmiths’trade in Restoration London », dans Id. (éd.), Goldsmiths, silversmiths, and bankers…, op. cit., p. 5-22.

23 On retrouve le même motif, le placement de natifs chez des étrangers, dans le cas des protestants allemands du faubourg Saint-Antoine : Alain Thillay, Le faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers ». La liberté du travail à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2002.

24 Emma Packer, « The interaction between English and Huguenot goldsmiths in the late seventeenth and early eighteenth centuries », in D. Mitchell (éd.), Goldsmiths, silversmiths, and bankers…, op. cit., p. 84-95.

25 C. Hartop, « Art and industry in 18th-century London: English silver, 1680-1760, from the Alan and Simone Hartman Collection », Proceedings of the Huguenot society, vol. 27, 1998, p. 50-63.

26 L. Roberts, « Full steam ahead. Entrepreneurial engineers as go-betweens during the late eighteenth century », in S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo (éd.), The brokered world. Go-betweens and global intelligence, 1770-1820, Sagamore Beach, Watson, 2009, p. 183-238.

27 R. Morieux, « La fabrique sociale des réseaux migratoires. Les ouvriers du lin entre Cambrésis, Pays-Bas autrichiens et Sussex dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », in P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne, op. cit., p. 41-55 ; Id., Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise (XVIIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR, 2008, p. 319-333.

28 On commence à en prendre la mesure grâce au reclassement des Archives de Soho : P. Jones, « Matthew Boulton et ses réseaux, à partir des Archives de Soho à Birmingham », Documents pour l’histoire des techniques, no 17, 2009, p. 11-18.

29 E. Robinson, « Boulton and Fothergill, 1762-1782, and the Birmingham export of hardware », University of Birmingham historical journal, vol. vi, no 1, 1957, p. 60-79; Id., « International exchange of men and machines, 1750-1800, as seen in the business records of Matthew Boulton », in A. E. Musson et E. Robison (éd.), Science and Technology in the Industrial Revolution, Manchester, MUP, 1969, p. 217-229.

30 P. Jones, Industrial Enlightenment…, op. cit. ; L. Hilaire-Pérez, « Cosmopolitisme et réseaux de sociabilité d’un entrepreneur au siècle des Lumières : Ami Argand (1750-1803) », in M. Cotte (éd.), Les circulations techniques. En amont de l’innovation : hommes, objets et idées en mouvement, Belfort/Besançon, UTBM/PUFC, 2004, p. 91-95.

31 L. Hilaire-Pérez, « Les échanges techniques dans la métallurgie légère entre la France et l’Angleterre au XVIIIe siècle », in J.-P. Genet, F.-J. Ruggiu (éd.), Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques (France-Angleterre, Xe-XXe siècles), Paris, Presses de la Sorbonne, 2007, p. 161-183.

32 C. MacLeod, « European origins… », p. 125.

33 Ibid., p. 126.

34 G. Riello, P. O’Brien, « Regards sur la Révolution industrielle », op. cit. ; S. Llinares, « Les mémoires et les correspondances des marins voyageurs en Angleterre (1750-1790) » et M. Thébaud-Sorger, « “Nation fière, nation légère…” La France, l’Angleterre et l’invention des ballons à la fin du XVIIIe siècle », in P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne, op. cit.

35 Delphine Gardey parle à juste titre de technique « resignifiée », voir « Une culture singulière ? Short-hand systems et abréviation de l’écriture en Angleterre à l’époque moderne », in P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne, op. cit., p. 67-78.

36 J.-Y. Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.

37 L. Pérez, « Steel and toy trade between England and France: the Huntsmans’correspondence with the Blakeys (Sheffield-Paris, 1765-1769) », Historical Metallurgy, 42-2, 2008, p. 127-147.

38 An appeal for the new to the old Whigs, 1791; « Introduction », dans S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo (éd.), The brokered world, op. cit., p. ix-xxxiii.

39 A letter to Edmund Burke, esq., on the latter part of the late report of the Select Committee on the state of justice in Bengale, 1782; ibid.

40 P. D. Curtin, Cross-cultural trade in world history, Cambridge, CUP, 1984.

41 L. Roberts, « Full steam ahead », op. cit., p. 236-238.

42 O. Raveux, « L’Orient et l’aurore de l’industrialisation occidentale : une lecture à travers la trajectoire de Dominique Ellia, indienneur constantinopolitain à Marseille au temps de Colbert », à paraître dans les mélanges en l’honneur de Gérard Gayot. Je remercie vivement l’auteur pour la communication de ce texte.

43 L. Hilaire-Pérez, « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant : inventions et réseaux au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 49-1, avril 2002, p. 89-114.

44 M. Berg, Luxury and pleasure in eighteenth-century Britain, Oxford, OUP, 2005, p. 105-110 (« Imitation and British invention »).

45 La Society of Arts reçoit les Éphémérides du Citoyen, les Observations sur la physique l’histoire naturelle et sur les arts puis le Journal de Physique de l’abbé Rozier qui demande en retour à la Société de lui expédier ses transactions.

46 La Dublin Society qui sera un exemple pour la Society of Arts de Londres, adopte dès 1731 le système sélectif français des prix académiques ; R. Hahn, « The application of science to society : the societies of arts », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, XXV, 1963, p. 829-836.

47 L. Hilaire-Pérez, « Les sociabilités industrielles en France et en Angleterre au XVIIIe siècle : réseaux, institutions, enjeux », in S. Benoît, G. Emptoz, D. Woronoff (éd.), Encourager l’innovation en France et en Europe. Autour du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, Paris, CTHS, 2006, p. 203-240.

48 L. Hilaire-Pérez, « Transferts technologiques, droit et territoire », op. cit., p. 563-566.

49 Métier à tisser, machine à couper la paille, crémaillère pour tour à soie, ressort de voiture, grue, polissoir, etc. – la diversité des techniques suggère que les inventions anglaises recherchées participent du palier technique européen déjà évoqué.

50 C. Rabier, « Les techniques chirurgicales autour de 1800 entre France et Grande-Bretagne : les enjeux des échanges », P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne, op. cit., p. 59-65.

51 S. Llinares, « Les mémoires et les correspondances des marins voyageurs », op. cit.

52 « Immigrants dont la vie quotidienne dépend de leurs multiples et constantes interconnections par-delà les frontières et dont les identités publiques se configurent en relation avec plus d’un État-nation » ; citation donnée par R. Morieux, « La fabrique sociale des réseaux migratoires », op. cit., p. 54.

53 M. Virol, « Savoirs d’ingénieur acquis auprès de Vauban », op. cit. Huguenot, au service de Vauban, il émigre, fonde une famille en Angleterre et adopte la nationalité britannique en 1706 ; il acquiert peu à peu l’anglais et, pour conserver une position sociale, « traduit son savoir-faire militaire dans les relevés agricoles ».

54 I. Gouzévitch, « Les voyages en France et en Angleterre et la naissance d’un expert technique : le cas d’Augustin Betancourt (1758-1824) », in P. Bret, I. Gouzévitch et L. Pérez (éd.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne, op. cit., p. 89-109.

55 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003.

56 Le Jew Bill de 1753 devant faciliter les naturalisations n’aboutit pas, il est révoqué dès 1754.

57 Le thème est rare dans l’historiographie. Une exception: G. Yogev, Diamonds and coral. Anglo-Dutch Jews and eighteenth century trade, Leicester, LUP, 1978, mais l’auteur juge les juifs en retrait du mouvement innovateur. Pour une autre approche, voir nos recherche en cours : L. Pérez et B. Vaisbrot, « Le livre de comptes de Solomon Hyman. Judaïsme, culture négociante et réseaux innovateurs entre Paris, Londres et Birmingham au XVIIIe siècle », in G. Buti, M. Janin-Thivos et O. Raveux (éd.), Les langues du commerce, Aix-en-Provence, PUP, à paraître.

58 Cette dialectique abstraction/divergence et concrétisation/convergence est centrale en philosophie des techniques. Pour Antoine Picon, « il se pourrait que le progrès technique ne se traduise pas inéluctablement par un passage de l’abstrait au concret, en d’autres termes par une intégration croissante des fonctions et des formes, mais par une succession de mouvements de concrétisation et de déconcrétisation » ; L’invention de l’ingénieur moderne. L’Ecole des Ponts et Chaussées 1747-1851, Paris, ENPC, 1992, p. 387.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540