Version classiqueVersion mobile

Les administrations coloniales, XIXe-XXe siècles

 | 
Samia El Mechat

Première partie. Élites administratives et fonctionnaires coloniaux : formations, trajectoires et itinéraires

Maurice Papon, administrateur colonial (1945-1958)

Jean-Pierre Peyroulou

Texte intégral

1Maurice Papon (3 septembre 1910-17 février 2007) fut au centre de la vie judiciaire et mémorielle de la France pendant près d’une quinzaine d’années. Il le demeura après sa condamnation par la justice française pour complicité de crimes contre l’humanité pendant l’occupation allemande et le régime de Vichy, en raison du rôle qu’il joua dans la déportation des Juifs quand il était secrétaire général de la préfecture de la Gironde. Après que son procès eut permis à la nation de comprendre la compromission de l’État français avec l’occupant entre 1940 et 1944, la tentation serait assez grande dans le nouveau contexte mémoriel de faire de Maurice Papon un symbole de la politique française pendant la guerre d’Algérie. Elle se manifesta d’ailleurs lors du procès de Bordeaux quand fut abordée, au cours du septième jour d’audience, le 16 octobre 1997, une question sur laquelle ne portait pourtant pas l’accusation, la répression de la manifestation des Algériens organisée par le FLN à Paris le 17 octobre 1961, alors que M. Papon était le préfet de police de Paris.

  • 1 On trouvera des éléments dans : Einaudi, J.-L, La Bataille de Paris, 17 octobre 1961, Seuil, 1991, (...)

2Si les rôles de Maurice Papon, dans les fonctions de secrétaire général de la préfecture de la Gironde pendant l’occupation allemande, puis de préfet de police de Paris après 1958 sont désormais connus, ceux qu’il joua dans ses diverses fonctions à Paris, à Rabat ou à Constantine en relation avec l’Algérie et le protectorat marocain entre 1945 et 1958, entrecoupées des parenthèses corses et parisiennes, le sont en revanche beaucoup moins1.

3Cette communication se situe dans la perspective de l’examen des circulations des expériences administratives et politiques entre les colonies, en particulier l’Algérie, et la métropole. Maurice Papon en constitue un exemple biographique particulièrement intéressant en raison des nombreuses fonctions, à peu près toutes en relation avec les questions coloniales, qu’il occupa pendant la IVe République. L’absence d’une étude sur le corps préfectoral en Algérie interdit les comparaisons. Nous suivrons sa carrière de son arrivée à la tête de la sous-direction de l’Algérie du ministère de l’Intérieur en 1945 à son départ de la préfecture de Constantine et l’IGAMIE de l’Est algérien en 1958.

Maurice Papon, directeur de l’Algérie au ministère de l’Intérieur (1945-1946)

4Le 26 octobre 1945, Maurice Papon fut nommé à la tête d’une sous-direction de l’Algérie du ministère de l’Intérieur. Au printemps, les attributions du ministère des Affaires musulmanes qu’occupait le général Catroux revinrent pour une part au ministère de l’Intérieur, en l’occurrence à Adrien Tixier. Épurée, après la mise à la retraite d’office de son ancien directeur, Marcel Michel, la sous-direction assurait la liaison entre le ministre de l’Intérieur et le gouverneur général de l’Algérie (GGA), Yves Chataigneau.

  • 2 Note dans ANAOM (Archives nationales, Archives d’Outre-mer) 81F4.

5En 1946, dans le contexte de réforme de l’Algérie après le sanglant mois de mai 1945 dans le Constantinois et d’essor du nationalisme algérien, la question de l’opportunité de remplacer la fonction du GGA par celle de ministre-résident fut brièvement posée après le départ de de Gaulle ainsi que celle du transfert des pouvoirs de la sous-direction au GGA ou à un éventuel ministre-résident. Papon n’y fut pas favorable, conformément à la position du ministère. L’institution d’un ministre-résident apparut rapidement comme l’établissement d’une dyarchie entre Paris et Alger et un avant-goût de la fin. En conséquence, elle fut vite abandonnée. Quant à la sous-direction, elle offrait « des garanties de continuité et de permanence » : elle permettait de contrôler l’action du GGA, des préfets et2 l’application de la politique gouvernementale en Algérie, ce qui n’était pas toujours assuré.

6Or, dans le contexte général de décolonisation, la politique du gouvernement était d’assurer un avenir à l’Algérie française par l’application d’une illusoire politique de réformes permettant une meilleure intégration politique, économique et sociale des « Français Musulmans » à la France. M. Papon assura la transmission entre le ministre et le GGA, l’information du ministre relative d’une part à la répression judiciaire des Algériens accusés d’avoir participé aux violences de mai 1945 et d’autre part aux suites de la décision d’Adrien Tixier de demander en juillet 1945 l’ouverture d’informations judiciaires concernant l’action des miliciens de Guelma accusés par les nationalistes, les communistes algériens et français d’avoir perpétré de nombreux assassinats en mai et en juin 1945 dans cette petite ville et dans ses campagnes de l’Est algérien. Les archives présentent un Maurice Papon faisant remonter l’exaspération de Tixier à la fin de l’année 1945 devant la lenteur de la justice militaire à délivrer des commissions rogatoires sur les agissements des miliciens européens et celle des services de police à les exécuter. Le sous-directeur participa enfin à l’élaboration du projet de loi d’amnistie de 1946 concernant les événements du Constantinois. Le 3 décembre 1945, Papon présenta une ébauche, suivant les recommandations du ministre de l’Intérieur : une large amnistie excluant les assassinats de façon à réguler au plan politique la répression judiciaire. Elle permettait de libérer les dirigeants nationalistes, d’assurer leur participation aux élections à venir tout en donnant des gages de fermeté à l’opinion française algérienne et de poursuivre la politique de réformes assimilationnistes et décentralisatrices entamée par le CFLN, le 7 mars 1944, avec l’ordonnance d’extension de la citoyenneté sans renoncement au statut musulman et poursuivie par le gouvernement Ramadier lors de l’adoption par la Chambre du Statut de l’Algérie en 1947. Maurice Papon travailla sur ces questions jusqu’à son départ pour la préfecture de la Corse. Nous trouvons à Paris, à la sous-direction de l’Algérie, Maurice Papon dans un rôle technique, durant lequel il fit un premier apprentissage des questions coloniales algériennes avant de les aborder sur le terrain trois années plus tard.

Maurice Papon, préfet de Constantine (1949-1951)

7Nommé préfet de Constantine le 17 septembre 1949, Maurice Papon arriva le 6 octobre dans le département le plus conflictuel d’Algérie, comme l’avaient montré le massacre antijuif de Constantine en 1934 et surtout ceux de 1945. Son peuplement y était le plus déséquilibré d’Algérie : 2 917 000 Algériens, 173 600 Européens essentiellement concentrés dans les villes de Bône, Constantine et Philippeville, dont une forte proportion de Juifs qui leur étaient assimilés par leur statut de citoyens. Le département était le foyer du réformisme musulman. La composition du cabinet de Papon reflétait la recherche d’un équilibre politique entre les communautés. Outre le fidèle Pierre Somvielle, il comptait un Européen, un Juif, un Musulman et pas n’importe lequel, Mouloud Ben Badis, un parent d’Abdelhamid Ben Badis qui introduisait le réformisme en Algérie et qui fonda l’association des Oulémas. Avoir un membre de la grande famille constantinoise des Ben Badis, c’était disposer d’une liaison au sein même du cabinet avec les vieilles familles citadines de Constantine, avec les Oulémas et avec l’UDMA (Union démocratique du Manifeste algérien) qui était à Constantine sa vitrine politique. Le Constantinois était aussi la principale région d’implantation du nationalisme algérien (UDMA de Ferhat Abbas et PPA-MTLD, le Parti du Peuple algérien – Mouvement pour le Triomphe des Libertés démocratiques de Messali Hadj) à la frontière de la Tunisie où les revendications nationales avaient une longueur d’avance sur l’Algérie. Enfin, situé dans la mouvance radicale-socialiste, le département était représenté dans les gouvernements successifs. René Mayer, ministre de Défense en septembre 1949 dans le gouvernement Queuille puis de la Justice en octobre de la même année dans le gouvernement Bidault, fut en effet député de Constantine de 1946 à 1956 et président du Conseil Général.

8Premier domaine pour lequel M. Papon manifesta ses qualités d’administrateur et d’organisateur : la réorganisation de la préfecture. La dispersion des services nuisait à la circulation de l’information et à l’efficacité de l’administration. Papon rationalisa l’organigramme de la préfecture : regroupement des attributions dans des bureaux spécialisés, des bureaux à l’intérieur de divisions, elles-mêmes rassemblées dans deux secrétariats généraux (il n’en existait qu’un avant auparavant), celui de l’Administration générale (assistance, santé, instruction, administration communale, comptabilité et finances publiques), et celui de l’Économie et de la Police. Le rassemblement de la production agricole du ravitaillement et de l’ordre public dans un même secrétariat général, montrait bien combien ces sujets étaient pensés de la même façon, en terme de « gouvernementalité » des populations. M. Papon supprima l’ancien service des Réformes musulmanes et ventila ses attributions dans les divisions de deux secrétariats généraux, mettant ainsi en 1951 les services de la préfecture en concordance avec la politique d’intégration des « Musulmans » que prônait avec le succès que l’on sait les gouvernements de la IVe République.

9Deuxième domaine : Papon tenta de s’attaquer au problème ancien de la sous-administration du département. Il se manifesta tout particulièrement lors de la découverte de l’Organisation spéciale en 1950 et son démantèlement partiel. L’arrestation des membres de cette organisation paramilitaire, trois années après sa création par le PPA, fut fortuite. Un millier d’hommes échappèrent pendant trois ans aux services de police qui ne disposaient d’aucune information sur cette organisation clandestine. De l’avis des pouvoirs publics, la cause de cette carence tenait à la sous-administration du département au vu de sa taille et de sa population. Papon proposa en 1950 de le partager en deux, en créant une préfecture à Bône. L’idée de réforme départementale circulait depuis 1947. Le GGA et René Mayer y étaient favorables. Le projet échoua en raison de l’opposition du maire de Constantine et surtout devant l’Assemblée algérienne, faute de l’argent nécessaire.

10Troisième domaine : la question des Algériens tués, dont les corps avaient été brûlés dans la région de Guelma par les miliciens en 1945, se posait à Papon comme à ses prédécesseurs. Les pouvoirs publics persistaient depuis cinq ans à les considérer comme des « disparus ». Papon retrouva sur le terrain une question qu’il connaissait bien. Il avait assisté à ses premiers développements en 1945 quand il était directeur de l’Algérie. Si l’affaire judiciaire à propos de tueries était enterrée quand il arriva à Constantine, il en allait autrement de plusieurs questions relatives aux plaintes et aux « disparus ».

11La première avait trait à l’implication de la préfecture de Constantine dans le rachat des plaintes déposées par les Algériens en 1945 et 1946. Il ne faudrait pas imaginer un Papon grand ordonnateur de la raison d’État départementale. Son rôle fut modeste. Le crédit agricole de Guelma et les autorités locales de l’époque décidèrent de donner de l’argent à certains plaignants pour qu’ils retirent leurs plaintes. L’opération était financée par un prêt consenti par la caisse du crédit agricole à un ancien policier algérien auquel ne correspondait aucune échéance de remboursement. Tout ceci ne posait aucun problème particulier jusqu’à ce qu’un nouveau directeur, étranger à cette affaire, demandât le remboursement du prêt à un ancien policier ayant joué l’intermédiaire entre des familles de plaignants d’une part et la caisse et les autorités locales d’autre part. La chose menaçait de devenir publique ; elle se propageait dans l’administration préfectorale. Il fallait trouver une solution. C’est ainsi que Papon demanda le 30 juin 1951 au gouverneur Léonard un subside pour couvrir l’emprunt et une série d’avantages pour l’embarrassant maître chanteur. Tour de passe-passe pour éviter les traces comptables, nécessité pour le GGA et Papon de couvrir les agissements de la sous-préfecture et des personnalités locales de Guelma : voici un préfet bricolant une petite raison d’État colonial.

  • 3 Le prefet de Constantine au vice-président du Conseil, le 11 juillet 1950, ANAOM, 81F874.

12La seconde question relative à ces « disparitions » était celle des certificats de décès. Pour que l’état civil établisse un certificat de décès, un constat de décès est nécessaire. Pour se faire, il faut disposer d’un cadavre identifiable. Or, comme il n’y avait pas de cadavres – ils avaient été détruits par le feu en 1945 – il ne pouvait pas y avoir de certificat de décès. On appliquait aux Algériens assassinés par les miliciens en 1945 les pratiques de temps de paix et de tranquillité publique. C’est ainsi que les morts dont les cadavres avaient été détruits devenaient des « disparus » ; l’état civil ne pouvait pas les considérer comme morts puisqu’ils pouvaient réapparaître à tout moment. Telle était la doctrine de l’administration pour refuser l’établissement de certificats de décès aux parents qui en faisaient la demande. En effet, délivrer des certificats de décès, c’était reconnaître que les « disparus » étaient morts et remettre cette question sur la place publique. C’était impossible dans la logique d’un maintien d’une Algérie française en l’état. Le problème venait du fait que les personnes étaient persévérantes : elles tenaient à l’établissement de certificats de décès, pas seulement et d’ailleurs assez peu pour des raisons politiques, mais parce qu’elles en avaient besoin pour régler des questions de famille (héritage, remariage...). En 1950, un habitant d’Héliopolis, une commune située au nord de Guelma, Amar Medjaïdi, écrivit à René Mayer, ministre de la Justice et député de Constantine. Il lui exposait les difficultés qu’il rencontrait à obtenir un certificat de décès de l’administration communale normalement habilitée à produire ce type de documents et lui demandait d’intervenir pour faciliter l’obtention de ce certificat. Le 26 juin 1950, le cabinet du ministre demanda au préfet de Constantine d’aviser. Le 11 juillet 1950, Maurice Papon exposa au cabinet de René Mayer toutes les raisons qu’avait l’administration de ne pas répondre favorablement à cette demande comme à toutes les autres : « Cette reconnaissance ne pourrait qu’avoir des conséquences fâcheuses, notamment de donner à certains partis séparatistes la possibilité de renouveler leurs attaques contre la France et les rendre peut-être plus efficaces en les basant sur des statistiques précises » et de finir en écrivant qu’il « attendait les instruction du gouvernement pour donner suite aux requêtes3 ». Elles ne vinrent jamais. De la même façon que son prédécesseur et que le GGA, le préfet Papon interpréta cette absence d’instructions comme il convenait : en faisant trainer et en épuisant les requérants par la passivité des services de l’État et sans jamais dire que l’administration refusait de délivrer des certificats de décès. L’inertie, dictée par cette raison d’État, s’avéra efficace. Aucun demandeur n’obtint de certificats de décès pour des parents considérés comme « disparus ».

  • 4 Lettre du préfet de Constantine au GGA date du 12 juin, dans l’agenda de Roger Leonard au 13 juin (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 L. Mazzuca, responsable du comité de Setif du parti républicain radical et radical-socialiste a Re (...)

13Quatrième domaine : M. Papon organisa comme son prédécesseur la fraude électorale. Elle devint une institution d’État en Algérie lors des élections des 4 et 11 avril 1948 a l’Assemblée algérienne. Elle consistait en un relèvement des suffrages de candidats soutenus par l’administration et en un abaissement de ceux qui s’étaient portes sur les candidats nationalistes. Elle avait pour but de faire barrage aux nationalistes qui avaient emporté les élections municipales de 1947 dans le second collège. Au mois de juin 1951 se tenaient en Algérie les élections législatives comme en métropole. Roger Leonard avait été nommé moins d’un mois auparavant, le 16 mai 1951, à la tête du Gouvernent général de l’Algérie, en remplacement de celui qui apparaissait comme le grand ordonnateur des truquages électoraux de 1948, le socialiste Marcel-Edmond Haegelen. Le 24 mai 1951 : il donna instruction a ses subordonnes d’éviter toute fraude. Nouvelles élections, nouvelles mœurs électorales en Algérie, semblait-il. Le 6 juin 1951, Maurice Papon rencontra Roger Léonard à la villa des Oliviers à Alger pour évoquer la situation à la veille du 1er tour dans le département le plus sensible d’Algérie où sept sièges étaient à pourvoir dans le collège musulman. Papon lui proposa un scénario électoral administrativement équilibré : l’élection de cinq administratifs, de deux nationalistes, soit un MTLD et un UDMA, en l’occurrence Ferhat Abbas dans la troisième circonscription (Sétif). Au 1er tour, Abbas obtenait la majorité absolue, le MTLD était en position de gagner dans les autres circonscriptions. Le 12 juin, dans un courrier qui ne manque pas de sel dont on trouve trace dans l’agenda de Roger Léonard, Papon transmettait au gouverneur général un nouveau scénario électoral qu’il lui proposait grâce au « jeu des rectifications4 » – il s’agissait de « rectifier » les erreurs du suffrage universel : remonter deux listes « apparentées » à l’administration (Ourabah et Benaly Cherif) au détriment du MTLD. Plus délicate était la décision à prendre au sujet de l’élection d’Abbas : « Certains éléments ne seront-ils pas tentés de rendre la haute administration responsable de cette décision en comparant ce qui se passait [sous Naegelen] et ce qui se passe maintenant [sous Léonard]. Pour l’empêcher, il faudrait que les rectifications soient telles que la haute administration s’expose alors à être accusée de se livrer comme naguère à la préfabrication5 ». Papon laissait le choix à Léonard d’une « élection » à administratifs et Abbas ou à 7 administratifs. Le 17 juin 1951, aucun nationaliste n’entrait à la chambre. Pour l’opinion française du Constantinois, il avait contribué efficacement au maintien de l’Algérie française : « Ses administrés considèrent avec sympathie et reconnaissance l’apaisement qu’il a instauré dans le département6 » écrivait le président des radicaux-socialistes de Sétif.

Maurice Papon à la Préfecture de Police de Paris et au Secrétariat général du Protectorat du Maroc (1951-1956)

14Entre les postes qu’il occupa à Constantine, Papon exerça trois fonctions. Le 11 octobre 1951, il fut nommé secrétaire général de la Préfecture de Police de Paris. Le 16 juillet 1954, il devint secrétaire général du Protectorat au Maroc, puis il occupa quelques mois en 1956 la fonction de conseiller technique au cabinet du secrétariat d’État aux Affaires algériennes, Marcel Champeix, jusqu’à sa seconde nomination à Constantine.

15Les liens entre la préfecture de Police de Paris et l’administration de l’Algérie remontent au moins à Lépine qui fut GGA de 1897 à 1899 avant de devenir préfet de Police à Paris. Léonard fit le chemin inverse. La dimension de maintien de l’ordre commun à ces postes et l’émigration des Algériens à Paris explique ces liens. Outre le quotidien du contrôle des garnis, des foyers habités par les ouvriers immigrés, outre la lutte contre la criminalité que la Préfecture de Police de Paris imputait largement aux nord-africains (la moitié des crimes commis à Paris selon elle, un tiers selon la police judicaire), le principal événement intéressant les Algériens et la France fut la manifestation du 14 juillet 1953 dont la répression policière causa la mort de 6 Algériens militants au MTLD. Elle fut à l’origine de la reconstitution des Brigades nord-africaines que le gouvernement avait supprimées à la Libération. La thèse d’Emmanuel Blanchard au sujet de la préfecture de police devrait nous apprendre à la fin de l’année 2008 quel fut le rôle de Papon dans la reconstitution de cette police spéciale.

  • 7 Lettre du 26 décembre 1952, Fonds René Mayer, AN, 363 AP 32.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.
  • 10 Lettre du 9 août 1954, fonds René Mayer, AN, 363 AP 32.

16Pendant cette période, Papon se forgeait une sorte de doctrine fourretout « du gouvernement en pays d’Islam », comme il désignait dans ses nombreux courriers à René Mayer, l’art de gouverner les « Musulmans ». On y trouve les poncifs et les clichés coloniaux de l’époque : une théorie de « l’instabilité psychologique7 » des « Musulmans », un laïus sur la « nature presque biologique qui conduit le « Musulman » à considérer la vie avec acceptation et détachement8 ». On y rencontre des considérations générales : « L’un des aspects des pays d’Islam est que les problèmes de forme absorbent les problèmes de fond ». D’autres fois encore, Papon prenait des poses à la Lyautey : « Ni brutalité du faible, ni morgue du supérieur, mais le calme du fort et du juste et la courtoisie de l’honnête homme9. » Tout est dans la formule. Parfois, il s’aventure auprès de Mayer à émettre une critique au sujet de la politique conduite au Maroc. Il déplore la déposition du Sultan Mohammed Ben Youssef le 20 août 1953 : « Ne risque-t-on pas de tenir Mohammed V pour un Bourguiba amélioré ? La déposition fut [...] une énorme faute10 » mais il ajoute aussitôt : « Son rappel serait, semble-t-il, une faute plus lourde encore. » Les seules analyses manifestant un peu de hauteur furent celles qu’il transmit à René Mayer, quand ce dernier présidait le CECA : il évoquait, après la Conférence de Bandung, la montée de l’Asie et de l’Afrique, et par conséquent la nécessité de l’Europe, ainsi que le problème de l’avenir des minorités européennes dans les pays nouvellement indépendants.

  • 11 Notes professionnelles concernant M. Maurice Papon, préfet hors-classe, année 1956, OURS (Office u (...)

17Alors que la guerre d’Algérie ne cessait de s’intensifier depuis le 20 août 1955, Maurice Papon présentait le double avantage au printemps 1956 d’apparaître d’une part comme un spécialiste des affaires algériennes et d’autre part comme un haut fonctionnaire, « à l’autorité absolument remarquable11 », de nature à rassurer une opinion européenne algérienne inquiète après les toutes premières intentions du gouvernement Guy Mollet. Son passé depuis 1945 et sa proximité avec la mouvance radical-socialiste en faisait un homme capable de faire face à la montée en puissance des militaires dans la guerre. C’est pourquoi il fut nommé le 2 mai 1956 préfet de Constantine et Inspecteur général de l’Administration en mission extraordinaire (IGAME) de l’Est Algérien.

Maurice Papon, préfet de Constantine et IGAME de l’Est Algérien (1956-1958)

  • 12 Lettre de service du 16 mai 1956 fixant les pouvoirs de l’IGAME. ANAOM, Préfecture de Constantine, (...)
  • 13 Rapport de l’Igame de l’Est algérien au ministre-résident, Constantine, 1er juin 1956, ANAOM, GGA (...)

18Il arriva le 16 mai dans le département de Constantine et devint en tant qu’IGAME, l’interlocuteur pour tout le Constantinois du général commandant le corps d’armée de Constantine. Il disposait du « contrôle supérieur et de la coordination générale des autorités civiles et militaires dans les départements compris dans les régions de l’Est algérien12 ». Cette région, correspondant aux wilayas I (Aurès), II (Nord-Constantinois) et III (Kabylie), était la plus touchée par la guerre comme le montrait son rapport alarmant du 1er juin 195613. La guerre à outrance était désormais menée sous la conduite du ministre-résident Robert Lacoste depuis le 6 février, en vertu des pouvoirs spéciaux votés par l’Assemblée nationale, le 12 mars 1956, qui permettaient au gouvernement d’octroyer des nom-breux pouvoirs à l’armée et de légaliser les zones interdites. Papon arriva donc à Constantine à un moment où le pouvoir civil remettait les clés de la guerre et de l’Algérie à l’armée. Sur ce plan, le département de Constantine avait été un département-pilote. En mai 1955, dans la sous-préfecture de Batna, les pouvoirs civils avaient été déjà transférés aux militaires, en l’occurrence au général Parlange qui jouait un rôle de préfet militaire. La guerre modifiait donc les pouvoirs préfectoraux.

19Quelle fut l’action de Maurice Papon d’une part au sujet de la conduite de la guerre, désormais de plus en plus pensée et menée dans la logique de la « guerre révolutionnaire » de façon à soustraire la population algérienne au contrôle de l’ALN et de l’Organisation politico-administrative (OPA) du FLN au profit de la France, et d’autre part dans le domaine des rapports entre les pouvoirs civils et les pouvoirs militaires ?

  • 14 Rapport de l’Igame de l’Est algérien au ministre-résident, le 30 octobre 1957, ANAOM, GGA, 12 CABS (...)

20Dès son arrivée, Papon était converti à la guerre révolutionnaire. Il en fut aussi un zélateur : « En guerre révolutionnaire, mieux vaut être en avance qu’en retard. L’important, c’est de réussir le ralliement de la masse paysanne au sein de laquelle la rébellion a éclaté14. » Il fallait donc soustraire les fellahs à l’emprise du FLN par la création de villages de regroupement. Expérimentés dans les Aurès, ils s’étendirent au reste du département et à l’Algérie. Entre les mois de septembre 1956 et d’octobre 1958, par conséquent pendant la période de Papon, sur le territoire de l’IGAMIE, le nombre de Algériens regroupés passa de 117 000 à 360 000.

21Six mois avant le préfet d’Alger, le 17 juin 1956, Papon se dessaisit de ses pouvoirs politiques au profit de l’armée. La guerre qui avait éclaté dans les Aurès le 1er Novembre 1955 s’étendait à tout le Constantinois depuis l’insurrection du 20 août 1955. Dans le Nord-Constantinois, la wilaya II substituait aux structures françaises étatiques de véritables structures alternatives dans les domaines de l’impôt, de la justice, et du ravitaillement.

22La guerre n’épargnait pas la métropole de l’Est algérien. Entre les mois d’avril 1955 et 1956, Constantine connut 101 attentats. Structure mixte (militaire et civile) chargée de détruire l’OPA à Constantine – le premier Centre de renseignement et d’action (CRA) d’Algérie fut créé à Constantine au mois de juin 1956. Cet organisme était placé sous l’autorité du commandant du secteur. Il regroupait les unités opérationnelles, la gendarmerie et les services de police. Organisme de la guerre révolutionnaire, le CRA faisait du renseignement et de l’exploitation. Il était installé au Hamma (le jardin d’essai), près de Constantine et du Centre de traitement et de transit (CTT) où étaient placées les personnes arrêtées en attente d’un interrogatoire souvent accompagné de tortures ou d’une assignation à résidence. L’appareil répressif dépendait du CRA. Maurice Papon gardait un pouvoir de contrôle sur ce dernier. Il nommait les policiers au CRA, mais n’en décidait pas l’emploi. Il était l’un des destinataires des rapports d’arrestation. Enfin, il signait les assignations à résidence. Lui revenait enfin un rôle d’impulsion. Plusieurs directives de Maurice Papon enjoignaient les chefs militaires de détruire l’OPA. Le 30 octobre 1957, à la fin de la Bataille d’Alger, il plaida pour un renforcement de la guerre révolutionnaire, souligna « l’unité d’action et de doctrine » entre l’autorité militaire et l’autorité civile dans le département et l’IGAMIE et poussa à augmenter « le rythme révolutionnaire » de la guerre. Papon était donc un fonctionnaire, partisan dès le printemps 1956 d’une collaboration très étroite entre les militaires et les civils, d’une guerre totale contre l’ALN et l’OPA. Il était donc en symbiose avec la politique de Lacoste sur ce plan.

23Cette position se doublait d’une autre. Il entendait défendre les pouvoirs civils face aux militaires dans le département de Constantine et dans une moindre mesure dans le territoire de l’IGAMIE au nom de l’efficacité de la délégation de pouvoir et de la responsabilité politique, en partant du principe que la guerre révolutionnaire est d’abord une affaire politique. Il estimait, à ce titre, que le préfet et l’IGAME avaient une part déterminante dans la conduite de la guerre.

  • 15 Sur cette question : Branche R., La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Gallimard, 200 (...)

24On peut observer cette position au moment de la création du détachement opérationnel de protection (DOP)15. Cette structure fut créée au début de la Bataille d’Alger. Elle résultait de la réflexion et de l’expérience des militaires sur la façon de mener la guerre révolutionnaire. Le DOP disposait d’une certaine autonomie par rapport aux troupes du secteur et par rapport au deuxième bureau. C’était un service chargé des arrestations et des interrogatoires. Le système expérimenté à Alger se généralisa au reste de l’Algérie à la fin de l’année 1957. Quelle fut la position de Papon face au DOP ?

  • 16 Directive sur la lette contre l’OPA rebelle, 19 juin 1957, ANAOM, préfecture de Constantine, 93/44 (...)
  • 17 L’IGAME au ministre-résident, 25 octobre 1957, ANAOM, Préfecture de Constantine, 93/4408.
  • 18 ANAOM, Préfecture de Constantine, 93/4408.

25Le 25 octobre 1957, il refusa son établissement à Constantine. Il développa deux arguments pour justifier son opposition. Le premier était que le CRA avait fait ses preuves d’efficacité et suffisait par conséquent. Il avait réussi « l’amalgame16 » entre les civils et les militaires. Il écrivait : « Il s’avère que la collaboration entre les autorités militaires et civiles a été portée ici au plus haut point d’efficacité et qu’il est de mauvaise politique de changer sans motif sérieux un système qui a donné satisfaction17. » Dès lors pourquoi fallait-il créer une deuxième structure, le DOP, qui ferait doublon avec le CRA ? Le second argument, plus fondamental, tenait à la nature même du DOP. Cette structure mixte était autonome du préfet. Elle n’était pas créée par une délégation de pouvoir de ce dernier à l’autorité militaire du secteur. « La mise en place par l’autorité militaire des DOP directement rattachés à la 10e région militaire était incompatible avec les arrêtés ministériels conférant aux préfets la responsabilité du maintien de l’ordre » écrivait Maurice Papon à Robert Lacoste, le18 décembre 1957 18. Le DOP était placé sous la hiérarchie militaire. Les policiers faisant partie du DOP échappaient à l’autorité du préfet et ne servaient qu’à maintenir une fiction de légalité lors des arrestations et des interrogatoires.

  • 19 Einaudi, J.-L., La ferme Ameziane. Enquête sur un centre torture pendant la guerre d’Algérie, L’Ha (...)

26Maurice Papon s’inclina devant la création du DOP en janvier 1958 une fois que Robert Lacoste, le ministre résident, après un an d’existence du DOP à Alger, dissipa au mois de janvier 1958 la confusion des pouvoirs qui entourait le DOP. Un arrêté précisait que le DOP dépendait seulement des commandements militaires auxquels ils étaient subordonnés. Après les premiers tâtonnements, le préfet était officiellement dégagé de toute responsabilité. Les réserves de Maurice Papon disparurent. Le DOP installa son centre de torture à la ferme Ameziane au Hamma19. Tous les suspects arrêtés de l’Est algérien pouvaient y être conduits.

27Le 17 mars 1958, Maurice Papon quitta Constantine pour devenir Préfet de Police de Paris après sa nomination par le ministre de l’Intérieur, Maurice Bourgès-Maunoury. Il devait reprendre en main une police parisienne atteinte par la guerre d’Algérie qui sévissait aussi dans la capitale. Les manifestations policières du 13 mars 1958 devant le Palais-Bourbon déstabilisaient le gouvernement de Félix Gaillard. Quand il rejoignit Paris, Maurice Papon laissait dans le département de Constantine et dans l’IGAMIE une organisation de la guerre révolutionnaire bien en place. Il partit certainement au bon moment. 25 attentats eurent lieu en avril à Constantine. Commençait ce que l’on a pu appeler la bataille de Constantine. La ferme Ameziane était alors le principal centre de torture d’Algérie avec celui d’Alger. Surtout, Maurice Papon partit surtout avant le 13 mai 1958. Ce haut fonctionnaire ayant réalisé un beau parcours sous la protection des radicaux-socialistes se vit ainsi épargné par la nécessité de faire un choix tactique qui aurait alors pu déterminer sa carrière à venir. Dans un article paru dans Les Temps modernes puis repris dans le numéro 9 de Verité-Liberté en mai 1961, Claude Lanzmann fit rapidement le lien entre les pratiques en vigueur à Constantine et à la Préfecture de Police de Paris. Il donna à son texte le titre suivant : « L’humaniste et ses chiens ».

Notes

1 On trouvera des éléments dans : Einaudi, J.-L, La Bataille de Paris, 17 octobre 1961, Seuil, 1991, 329 p., House J. & Macmaster N., Paris 1961. Algerians, State Terror, and Memory, Oxford University Press, 2006, 375 p.

2 Note dans ANAOM (Archives nationales, Archives d’Outre-mer) 81F4.

3 Le prefet de Constantine au vice-président du Conseil, le 11 juillet 1950, ANAOM, 81F874.

4 Lettre du préfet de Constantine au GGA date du 12 juin, dans l’agenda de Roger Leonard au 13 juin 1951. FNSP (Fondation nationale des Sciences politiques), CHEAV, Fonds Roger Leonard.

5 Ibid.

6 L. Mazzuca, responsable du comité de Setif du parti républicain radical et radical-socialiste a René Mayer, le 14 novembre 1951, AN (archives nationales). 363 AP 32.

7 Lettre du 26 décembre 1952, Fonds René Mayer, AN, 363 AP 32.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Lettre du 9 août 1954, fonds René Mayer, AN, 363 AP 32.

11 Notes professionnelles concernant M. Maurice Papon, préfet hors-classe, année 1956, OURS (Office universitaire de Recherche socialiste), AGM 87.

12 Lettre de service du 16 mai 1956 fixant les pouvoirs de l’IGAME. ANAOM, Préfecture de Constantine, 93/4400.

13 Rapport de l’Igame de l’Est algérien au ministre-résident, Constantine, 1er juin 1956, ANAOM, GGA (Gouvernement général de l’Algérie), 12 CAB 124.

14 Rapport de l’Igame de l’Est algérien au ministre-résident, le 30 octobre 1957, ANAOM, GGA, 12 CABS 124.

15 Sur cette question : Branche R., La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Gallimard, 2001, p. 255-277.

16 Directive sur la lette contre l’OPA rebelle, 19 juin 1957, ANAOM, préfecture de Constantine, 93/4400.

17 L’IGAME au ministre-résident, 25 octobre 1957, ANAOM, Préfecture de Constantine, 93/4408.

18 ANAOM, Préfecture de Constantine, 93/4408.

19 Einaudi, J.-L., La ferme Ameziane. Enquête sur un centre torture pendant la guerre d’Algérie, L’Harmattan, 1991, 117 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search