Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Deuxième partie. Circulations économiques et financières

Les colonies de marchands étrangers en Espagne (années 1680-années 1780)

Arnaud Bartolomei

Texte intégral

  • 1 D. L. González Lopo et A. Eiras Roel (coord.), La inmigración en España : actas de coloquio, Santi (...)

1Habituellement perçue et décrite comme un foyer d’émigration, l’Espagne semble redécouvrir depuis le début de la décennie son passé de terre d’accueil des étrangers, en même temps que le pays, sous l’effet d’une très forte croissance économique, est devenu un pôle d’attraction majeur pour des centaines de milliers d’immigrants. La richesse de la bibliographie publiée récemment sur la question l’atteste suffisamment1. De fait, si l’on excepte le XXe siècle, au cours duquel l’Espagne a accusé un solde migratoire très négatif, force est de constater que le pays a toujours été durant l’époque moderne une destination privilégiée pour les migrants des pays voisins. C’est au moment de la Reconquista (XIe-XVe siècles) que cette vocation de la Péninsule ibérique s’est tout d’abord affirmée. Il fut, en effet, alors fait massivement appel aux « Francs », à savoir aux Européens venant du nord des Pyrénées, pour combattre les royaumes arabes et peupler les terres progressivement reconquises. Dans ce cadre, des politiques extrêmement attractives pour les étrangers, fondées notamment sur l’octroi de franchises et de privilèges, furent mises en œuvre par les souverains castillans et aragonais. Ces flux migratoires nord-sud se pérennisèrent par la suite lorsqu’il fallut combler les vides démographiques causés par l’expulsion hors de la Péninsule des populations jugées « indésirables » (les Juifs en 1492, les Morisques en 1609) et par la colonisation des Amériques (500 000 départs). Plus encore que ce phénomène de vases communicant, c’est cependant le spectaculaire enrichissement des territoires castillans, au XVIe siècle, qui entraîna la vaste « remue d’hommes » qui, des contreforts du Massif Central (mais aussi d’Italie ou d’Irlande) jusqu’aux plateaux de la Mancha et aux vallées de l’Èbre et du Guadalquivir, déferla sur la Péninsule et vint ranimer des économies locales affaiblies par un déficit chronique de main-d’œuvre. La hausse spectaculaire des prix et des salaires suscitée par l’afflux des métaux américains dans la Péninsule transforma en effet l’Espagne, au cours de l’époque moderne, en un véritable Eldorado pour les populations rurales démunies du Limousin, du Béarn ou encore de l’Aveyron. De véritables filières migratoires de « boulangers », de « laboureurs », de « porteurs d’eau », de « domestiques » ou encore de « chaudronniers » se mirent ainsi en place dès le XVIe siècle et demeurèrent actives jusqu’à la fin de l’Ancien Régime : après quelques années passées dans les villes ou les campagnes espagnoles (castillanes aussi bien qu’aragonaises), ces artisans et paysans français revenaient au « pays » pour y confier à une personne de confiance le petit pécule laborieusement constitué, puis ils s’en retournaient exercer leur métier. Après deux ou trois séjours en Espagne, ils possédaient un capital suffisant pour s’installer dans leur province natale et ils cédaient alors leur place à un parent ou à un proche qui, à son tour, prenait l’habitude de séjourner régulièrement en Espagne (Poitrineau, 1985).

  • 2 À l’époque moderne, l’Espagne continue d’exporter les produits de son sol – la laine notamment. Ma (...)

2Cette migration des pauvres ne doit cependant pas masquer un second phénomène qui, quoique a priori similaire, relève en fait de logiques migratoires différentes et constitua un enjeu d’une toute autre nature pour les autorités espagnoles : la multiplication dans les villes de la Péninsule de « colonies de marchands étrangers ». Si le premier phénomène, en effet, qui résultait des conditions économiques attractives de la Péninsule et du développement d’un puissant préjugé contre le travail manuel au sein d’une population relativement privilégiée, eut tendance à être considéré comme une conséquence naturelle de l’enrichissement du pays et, ce faisant, fut globalement toléré, voire encouragé, le second fut sans cesse dénoncé et combattu comme un facteur d’affaiblissement et d’appauvrissement du Royaume. De fait, alors qu’aux XVe et XVIe siècles, les marchands castillans avaient pris l’habitude de s’expatrier dans l’Europe du Nord-Ouest pour y former des colonies dont la prospérité était notamment basée sur le commerce des laines (Casado Alonso, 2003), deux siècles plus tard, le mouvement s’était radicalement inversé et c’étaient dorénavant les négociants français, britanniques, génois ou même allemands qui venaient fonder des établissements dans les ports et les places marchandes espagnols, accaparant de la sorte l’essentiel des profits dégagés dans le commerce international de la Péninsule2.

  • 3 Divers travaux anciens traitent de la question : A. Girard, Le commerce français à Séville et à Ca (...)

3Devenues un symbole du « déclin » espagnol et un enjeu majeur dans les relations internationales du XVIIIe siècle, ces colonies de marchands étrangers installées en Espagne, qui sont l’objet d’une historiographie très riche et constamment renouvelée3, constituent un excellent laboratoire pour observer, à l’échelle d’un territoire donné, aussi bien la nature et l’ampleur des circulations négociantes dans l’Europe des Lumières que les problèmes qu’elles soulevèrent et les défis qu’elles posèrent à des « proto-États-Nations » soucieux de contrôler et de réguler un phénomène transnational, à la fois vivificateur et déstabilisateur pour leurs économies et leurs sociétés. Aussi, après avoir dressé un état des lieux de cette importante présence marchande étrangère dans la Péninsule, nous analyserons les différents facteurs qui ont contribué à faire de l’Espagne l’une des destinations privilégiées des migrations négociantes européennes au XVIIIe siècle, avant de voir plus en détail l’attitude adoptée par une monarchie espagnole soucieuse de renouer avec sa grandeur passée en limitant l’influence des intérêts étrangers présents sur son territoire.

L’Espagne, un royaume sous l’emprise des marchands étrangers

  • 4 Outre le cas de Cadix, mentionnons notamment les études monographiques sur Malaga (M. B. Villar Ga (...)
  • 5 Parmi l’immense littérature publiée au cours des dernières années sur les « réseaux marchands », s (...)

4La question de la présence marchande étrangère en Espagne a été inégalement étudiée par les historiens européens. Si les colonies marchandes françaises dans la Péninsule ont fait l’objet dès les années 1930 de nombreuses études et si elles ont déjà donné lieu à de remarquables travaux de synthèse, la situation est beaucoup plus contrastée pour les colonies originaires des autres pays : à l’exception de quelques places espagnoles, qui ont bénéficié d’études monographiques particulièrement précieuses4, le sujet était resté globalement en friche jusqu’à ces dernières années. Depuis dix ans, cependant, sous le double effet du renouveau des études sur l’immigration en Espagne évoqué ci-dessus et de la vogue, en Europe, des études consacrées aux « réseaux marchands5 », les travaux sur les colonies étrangères en Espagne se sont multipliés. Pour la seule ville de Cadix, des thèses ont récemment été soutenues sur les colonies hollandaise, flamande, britannique, irlandaise, germanique, française et génoise (Crespo Solana, 2001, Lario de Oñate, 2000, Weber, 2004, Bartolomei, 2007, Brilli, 2008). Les autres places de la Péninsule ont aussi suscité divers travaux, auxquels viennent se joindre les études menées à plus vaste échelle sur certaines communautés étrangères, comme les Irlandais ou les Portugais (Recio Morales, à paraître, Pulido Serrano, 2010). Il est donc dorénavant possible de réaliser une cartographie relativement précise de la présence marchande étrangère dans la Péninsule et de mettre ainsi en évidence les « creux » et « pleins » laissés dans le maillage du territoire par les colonies étrangères.

  • 6 C’est d’abord Séville qui bénéficia du monopole de la navigation et du commerce avec les Indes pui (...)
  • 7 Toutes les références aux enquêtes fiscales de 1764 et 1773 sont tirées de J. A. Salas Ausens, « P (...)

5Le complexe Cadix-Séville et, plus généralement, les provinces andalouses constituent indéniablement le premier pôle d’immigration marchande en Espagne et cela, depuis le début de l’époque moderne. La raison principale est facile à deviner : c’est de là, d’abord depuis Séville puis, depuis Cadix, que s’effectuait l’essentiel du très lucratif commerce colonial avec les Indes6. Aussi, est-on peu surpris de constater, dans les recensements réalisés entre 1764 et 1773 dans le cadre de la réforme fiscale de la Unicá Contribución, qu’un marchand étranger sur deux, recensés en Espagne, vivait en Andalousie (soit 1559 sur 3 089)7. Au sein des provinces andalouses, ce sont les ports qui concentraient le plus grand nombre de marchands étrangers : Cadix en premier lieu (876 en 1764-1773), puis Séville (384), Malaga (195) et El Puerto de Santa María (55). Mais, y compris dans les petites localités de l’intérieur, on trouve presque toujours une poignée de gros boutiquiers étrangers qui « tiennent » le commerce local : ils sont deux à Alcalá la Real (des Italiens), trois à Andujar (des Français), trois à San Roque (deux Français et un Italien), sept à Vélez (trois Français et quatre Britanniques), etc. Dans l’ensemble, ce sont les Français qui, avec 1 004 représentants, tiennent le haut du pavé, devant les Maltais (180), les Italiens (119, essentiellement des Génois), les Britanniques (87), les Allemands (75) et les Flamands (37). Localement, cependant, les rapports de force peuvent varier : ainsi, si les marchands français sont les plus nombreux à Malaga (89 sur 195), ils sont cantonnés dans des rôles de boutiquiers et ce sont les Britanniques, des Irlandais le plus souvent, qui contrôlent le secteur des exportations de vins. La situation est la même dans l’archipel des Canaries où les Irlandais constituent la première communauté étrangère (21 sur 71).

6La situation est globalement très similaire dans les provinces du Levante (Valence, Alicante, Carthagène et Murcie), qui concentrent pour leur part près d’un millier de marchands étrangers en 1764-1773 (907), provenant pour les deux tiers du royaume de France – le reste se composant essentiellement d’Italiens (222) et de Maltais (43). Ce fait suffit à attester que l’emprise des marchands étrangers sur le commerce extérieur ne se limitait pas aux seuls échanges avec les Indes et s’étendait à toutes les branches susceptibles d’intéresser les négociants européens (importation de produits manufacturés pour approvisionner le marché espagnol, exportation des matières premières extraites des provinces méditerranéennes comme la soude de Murcie, les vins de Malaga ou encore la soie de Valence). Dans l’ancien royaume de Valence, la domination des marchands français est implacable : en faisant l’avance des fonds aux producteurs locaux, ils accaparent la totalité des denrées exportables et ils sont omniprésents, aussi bien dans les grandes villes du littoral (où ils contrôlent aussi bien le commerce que les opérations de banque induites par les paiements internationaux) que dans les bourgs des campagnes valenciennes.

7A l’intérieur de la Péninsule, la présence étrangère est moins pesante sauf dans les provinces frontalières du nord (Aragon et Navarre accueillent 109 et 81 marchands étrangers en 1764-1773) et à Madrid (81), où le commerce des articles de luxe et les opérations bancaires ont attiré des représentants des plus grandes firmes européennes. C’est au sein du milieu des banquiers français de Madrid que François Cabarrus, le futur ministre des finances de Joseph Bonaparte, a accumulé sa première fortune et c’est grâce au soutien du réseau négociant français en Espagne qu’il a pu devenir, au tout début des années 1780, le grand argentier de la Couronne, en organisant notamment les émissions des vales reales – des titres de dette négociables – et en participant à la création de la Banque Saint-Charles (1780). Au total, l’emprise des négociants européens sur les secteurs les plus rentables de l’économie espagnole semble sans limite. Cela serait cependant sans compter sur deux régions périphériques qui font preuve d’une plus grande indépendance vis-à-vis des intérêts étrangers : la Catalogne et les provinces basques.

8La Catalogne, en effet, alors qu’elle a bénéficié d’une croissance économique précoce – ici, la reprise, après la dramatique crise du second XVIIe siècle, s’est manifestée dès les années 1680 – et qu’elle n’a cessé de s’affirmer comme un pôle économique majeur dans la Péninsule tout au long du XVIIIe siècle (exportation de vins et d’eaux-de-vie, production manufacturière d’indiennes), ne compte que 53 marchands étrangers en 1764-1773, soit un chiffre bien inférieur à la très modeste Navarre (81) ou encore aux provinces pourtant très excentrées de Galice (81 également) et des Canaries (71). Dans les provinces basques, qui bénéficient aussi d’une économie florissante grâce à leur industrie métallurgique, à leur insertion précoce dans les circuits du commerce colonial (par le biais notamment d’une compagnie privilégiée basée à Saint-Sébastien) et au dynamisme de leur secteur bancaire, le capitalisme local a aussi mieux résisté à la pénétration étrangère, puisque seulement 70 marchands étrangers s’y sont installés.

9Là où les bourgeoisies espagnoles ont fait preuve du plus grand dynamisme – en Catalogne et dans les provinces basques – la présence marchande étrangère est demeurée marginale : ce constat suggère donc que la domination des marchands étrangers sur l’économie espagnole a été à la fois une cause et une conséquence du déclin national. Cette idée, communément admise par les contemporains et largement reprise par les premiers historiens des colonies étrangères en Espagne, mérite cependant d’être discutée à l’aune des travaux récents réalisés sur les réseaux marchands transnationaux.

Aux origines d’une « si douce domination »

10L’historiographie a traditionnellement mis en avant les aspects diplomatiques pour expliquer la situation de dépendance vis-à-vis des intérêts étrangers dans laquelle s’était trouvée l’économie espagnole au XVIIIe siècle. En effet, à la suite des calamiteuses défaites militaires enregistrées par la couronne espagnole au XVIIe siècle, les grandes puissances européennes avaient obtenu l’inscription dans les traités de paix de clauses commerciales particulièrement avantageuses pour leurs ressortissants installés dans la Péninsule : immunités juridiques pour les marchands étrangers et leurs domiciles, placés sous la juridiction bienveillante d’un Juge-Conservateur plutôt que sous celle des autorités locales, restriction des contrôles douaniers susceptibles d’être pratiqués à l’encontre des navires et des magasins des négociants étrangers – ce qui, de facto, revenait à offrir un blanc-seing pour la pratique de la contrebande –, enfin, multiplication des privilèges douaniers pour les marchandises européennes introduites en Espagne. Protégées par ces dispositions, les communautés marchandes étrangères, auraient donc prospéré en se livrant notamment à des pratiques frauduleuses au nez et à la barbe d’autorités espagnoles impuissantes.

11Des travaux plus récents, menés à partir des sources consulaires et diplomatiques conservées de part et d’autre des Pyrénées, ont cependant conduit à nuancer cette vision des choses (Rambert, 1959, Stein, 1989, Hermann, 2004). En effet, dans le cadre de sociétés européennes d’Ancien Régime où chaque corps et chaque communauté disposait de ses propres privilèges, ceux dont jouissaient les marchands étrangers en Espagne n’avaient rien d’exceptionnel, ni d’exorbitant. En outre, ils étaient régulièrement contestés et remis en cause : à chaque conflit, les ressortissants des nations en guerre contre l’Espagne faisaient l’objet de représailles, même si, en théorie, les marchands étrangers étaient placés sous la protection des traités (Alloza Aparicio, 2006). Cette réalité explique notamment pourquoi les Français installés dans la Péninsule bénéficièrent de conditions d’existence favorables au XVIIIe siècle : contrairement aux Anglais qui durent faire face à plusieurs vagues de représailles, les marchands français profitèrent de la longue trêve qui caractérisa les relations diplomatiques entre les deux Couronnes entre 1713 et 1793. Il faut enfin rappeler que, dans la pratique administrative quotidienne, les privilèges étaient régulièrement bafoués par des fonctionnaires espagnols (des douanes notamment), mus par leur xénophobie ou leur cupidité. Les sources diplomatiques françaises, par exemple, regorgent de requêtes émanant de marchands français résidant dans la Péninsule et se plaignant des « vexations » endurées et des multiples atteintes à leurs privilèges : ils sollicitent alors l’intervention de l’Ambassadeur à Madrid, voire du ministre français des Affaires étrangères. Les ingérences de l’Inquisition sont également régulièrement dénoncées. Si les privilèges et les rapports de force diplomatiques facilitèrent donc l’entreprise des marchands européens, et notamment celle des Français, ils ne peuvent expliquer à eux seuls une situation qui découlait, avant toute chose, de la nature du système commercial qui liait depuis le XVIe siècle l’Espagne aux autres pays européens.

12Puissance manufacturière et commerciale majeure à l’époque des Rois Catholiques, l’économie espagnole changea en effet profondément de nature au cours des deux siècles qui suivirent. L’afflux de richesses des Indes provoqua alors une très forte inflation dans la Péninsule, laquelle, couplée à la pénurie de main-d’œuvre chronique dont souffrait le Royaume, entraîna une forte hausse des salaires et une dégradation radicale de la compétitivité des industries hispaniques par rapport à leurs rivales flamandes, anglaises, françaises ou silésiennes, d’autant que ces dernières bénéficiaient largement, de leur côté, de la disponibilité de leur abondante main-d’œuvre rurale, mobilisée dans le cadre du domestic system. Il devint donc plus rentable pour les cargadores qui exportaient des marchandises aux Indes ou pour les boutiquiers qui approvisionnaient les marchés métropolitains de faire venir les produits manufacturés (toiles de lin, draps de laine, soieries et cotonnades) des autres pays européens plutôt que de se les procurer auprès des producteurs nationaux. En outre, l’attrait pour l’investissement foncier, extrêmement rentable dans le cadre des vastes haciendas andalouses ou castillanes comme le goût pour le service de l’État et le mode de vie nobiliaire contribuèrent à détourner du commerce et des activités productives les plus grosses fortunes. L’appel aux capitaux européens devint dès lors incontournable. L’étude des ressources déclarées par les négociants de Cadix lors des enquêtes fiscales de 1753 et 1762 est de ce point de vue extrêmement significative, puisque les marchands espagnols, qui représentaient la moitié du corps mercantile de la ville, déclaraient posséder moins du cinquième des ressources financières de la place, alors que les maisons de commerce françaises, deux fois moins nombreuses, déclaraient en détenir près de 50 % (Bustos Rodríguez, 1995). A contrario, l’autonomie préservée du capitalisme autochtone en Catalogne et dans les provinces basques prouve bien qu’aux endroits où l’esprit d’entreprise était demeuré le plus vif, l’implantation des intérêts étrangers fut plus limitée.

  • 8 La revue des Annales s’est largement fait l’écho de ces différents apports en publiant notamment l (...)
  • 9 Ainsi, c’est dans ce contexte que furent fondées la majeure partie des maisons de commerce françai (...)

13Si une telle analyse, qui assimile la présence de marchands étrangers, non plus comme la cause du déclin espagnol, mais plutôt comme l’une de ces conséquences, a été peu remise en cause par les historiens contemporains, elle ne peut cependant pas être jugée pleinement satisfaisante et elle révèle ses limites lorsque l’on se place dans une perspective résolument comparatiste à l’échelle européenne : doit-on, par exemple, considérer des villes comme Londres et Amsterdam, probablement les plus cosmopolites du continent, comme des places commerciales sur le déclin ou dépendantes ? Et la constitution de puissantes colonies de marchands étrangers à Marseille et Bordeaux au XVIIIe siècle, est-elle un signe du déclin de ces deux ports, jusque-là exclusivement sous le contrôle des marchands locaux, ou, au contraire, de leur formidable essor et de leur excellente insertion dans les circuits commerciaux internationaux ? Poser ces questions, c’est y répondre. Pour mieux comprendre le phénomène des colonies marchandes étrangères, il n’est donc pas inutile de s’appuyer sur les travaux récents menés sur les réseaux négociants transnationaux qui, le plus souvent, se fondent, d’une part, sur des sources empiriques inédites et, d’autre part, sur des présupposés théoriques intégrant les apports d’une historiographie économique anglo-saxonne profondément renouvelée, au cours de ces dernières années, par des théories formulées dans le cadre des sciences économiques comme la théorie des jeux ou la théorie des coûts de transaction8. Dans la lignée de ces travaux, sont notamment mis en avant le contexte d’incertitude dans lequel se déroulait le commerce international à l’époque moderne : en l’absence d’un droit international et d’institutions susceptibles de résoudre, à un moindre coût, les litiges pouvant survenir dans le cadre du commerce à distance, l’installation de filiales tenues par des parents, des compatriotes ou des coreligionnaires dans les villes avec lesquelles on commerçait, constituait un moyen efficace pour éviter d’avoir affaire à des partenaires commerciaux peu scrupuleux9. Les marchands étrangers ont donc permis de « connecter » des espaces économiques qui ne l’auraient pas été sans leur intervention. Dans un article récent, Margrit Schulte Beerhühl explique ainsi pourquoi les autorités anglaises favorisèrent l’implantation de marchands scandinaves et germaniques à Londres au XVIIe siècle (Schulte Beerhühl, 2010). En effet, quoique ces derniers aient concurrencé les négociants de la place, ils permirent à l’Angleterre, grâce à leurs réseaux familiaux, de se procurer les matières premières provenant de la Baltique à moindre coût et de disposer de relais efficaces pour écouler les denrées importées de ses colonies et réexportées vers les marchés européens.

14Dans cette perspective, il apparaît comme peu pertinent de considérer les marchands étrangers présents en Espagne sous un angle strictement négatif – à savoir comme les êtres égoïstes, venus piller les ressources nationales, que dénoncent les moralistes de l’époque : par leur action, ils favorisèrent également l’insertion du pays dans les circuits internationaux du commerce et contribuèrent à son développement économique. La situation de Cadix illustre particulièrement bien le rôle positif que pouvaient jouer les marchands étrangers pour les territoires qui les accueillaient puisque c’est en partie grâce à leur installation précoce dans la ville que le port l’emporta sur Séville pour le contrôle du monopole du commerce colonial. En outre, les historiens ont également constaté que longtemps après la suppression officielle du monopole (1778), la ville conserva encore un avantage indéniable sur ses principales rivales (Barcelone, Malaga, Saint-Sébastien) parce que les commerçants étrangers y étaient demeurés : c’est ainsi que les négociants marseillais, par exemple, pour pénétrer dans les circuits commerciaux de la Carrera de Indias, préférèrent continuer à faire affaire sur la place de Cadix où ils avaient leurs habitudes et où ils disposaient de correspondants sûrs et solidement implantés plutôt que de recourir au port de Barcelone, pourtant bien plus proche. Cette position ambiguë des marchands étrangers, à la fois facteur de développement et de dépendance économique, et la conscience aiguë qu’en avaient les contemporains, explique finalement les atermoiements dont fit preuve la Couronne espagnole dans ses relations avec les colonies marchandes étrangères.

L’Espagne face à ses marchands étrangers

15Dans son ouvrage consacré aux procédures de naturalisation dans le monde hispanique, l’historienne Tamar Herzog a nuancé la vision que l’on se faisait traditionnellement de la politique d’accueil des étrangers en Espagne en mettant en évidence la très grande libéralité de la coutume castillane vis-à-vis de ces derniers : obtenir la naturalité espagnole et les droits et privilèges qui lui étaient liés était une chose relativement aisée pour les étrangers dès lors qu’ils acceptaient de s’intégrer aux communautés locales dans lesquelles ils résidaient (Herzog, 2006). Elle remarque cependant que la situation s’avérait plus complexe lorsque, au sein de ces communautés, il existait des groupes de pression organisés qui s’opposaient à un tel processus afin de se protéger de la concurrence des nouveaux venus. Ainsi le Consulado, l’instance qui, au XVIIIe siècle, représentait à Cadix les négociants espagnols habilités à pratiquer le commerce avec les Indes, n’eut de cesse au cours du siècle de s’élever contre toutes les mesures qui permettaient aux négociants étrangers installés dans la ville de participer au commerce colonial. Pendant plusieurs décennies, il mena un procès afin d’empêcher la participation au commerce colonial des fils des marchands étrangers (dits « janissaires ») alors même que ces derniers, parce qu’ils étaient nés en Espagne, auraient normalement dû être considérés comme des naturales du pays (García-Mauriño Mundi, 1999). En fait, il n’y avait pas de contradiction majeure entre les positions du Consulado et la coutume castillane car ce qui était reproché aux janissaires était précisément leur « mauvaise » intégration : ces derniers étaient en effet accusés de mettre leurs droits à participer au commerce colonial, récemment acquis, à la disposition de leurs parents étrangers, demeurés au pays ou résidant à Cadix. Or, si dans ce cas précis, l’accusation ne semble pas avoir été avérée, il est clair que les étrangers en Espagne eurent souvent tendance à jouer sur les deux tableaux, essayant d’acquérir les privilèges des Espagnols sans renoncer à ceux que leur offraient les traités internationaux, et que, dans leur ensemble, ils se montrèrent toujours très réticents face à l’idée de renoncer officiellement à la protection consulaire de leur pays d’origine. Cette attitude ambivalente explique finalement les deux grands axes de la politique que la Couronne espagnole s’efforça de suivre, tout au long du siècle, vis-à-vis des négociants étrangers : d’une part, affaiblir leur position, en renforçant celle du capitalisme national ; d’autre part, encourager leur intégration à la nation espagnole en les incitant à renoncer à leur souveraineté.

16Le premier de ces deux axes est parfaitement illustré par la politique de remise en cause des privilèges des nations étrangères qui fut menée tout au long du siècle par les monarques espagnols. Ces mesures culminèrent en 1778 avec la mise en place de la politique dite du comercio libre, qui supprimait le monopole du commerce colonial dont bénéficiait Cadix au profit de l’ensemble des ports péninsulaires et instaurait de nouveaux tarifs douaniers très favorables aux productions nationales aux dépens de leurs rivales étrangères, dans le but de court-circuiter le port andalou, réputé soumis aux intérêts étrangers, et de réorienter vers les bourgeoisies basque et catalane la manne financière suscitée par le commerce colonial. L’analyse et l’interprétation des résultats de cette politique ont suscité une immense littérature dont on ne peut rendre compte exhaustivement ici. Nous nous contenterons donc de souligner que si l’industrie cotonnière catalane et d’autres secteurs tirèrent un profit certain des réformes de 1778, l’influence commerciale de Cadix et des colonies étrangères qui y résidaient ne fut pas réellement ébranlée par la mesure : à la veille de la Révolution française, le port assurait encore près de 80 % du commerce colonial et la colonie marchande française de la ville, avec plus de 500 membres, ne montrait aucun signe d’essoufflement (Bartolomei, 2007).

17Le second volet de la politique menée par la Couronne vis-à-vis des marchands étrangers ne fut, de son côté, guère plus concluant. Deux statuts furent instaurés, en 1716, pour les étrangers résidant dans la péninsule : l’un de transeunte pour ceux placés sous la protection de leur consul, l’autre de domiciliado (ou d’avecindado) pour ceux qui acceptaient de renoncer à leur protection consulaire et de relever du droit commun espagnol. Cette mesure, qui visait à détourner les marchands étrangers de leur statut privilégié, ne porta cependant jamais réellement ses fruits car les ressortissants étrangers ne voyaient pas l’intérêt de renoncer à leurs avantages au profit d’un statut, celui de domiciliado, qui ne leur ouvrait pas même les portes du commerce colonial, puisqu’il fallait encore acquérir une carta de naturalización pour obtenir ce droit. Chaque tentative faite par la Couronne espagnole pour imposer aux marchands étrangers le statut de domiciliado se solda donc par de vigoureuses réactions des Cours européennes, qui avaient bien compris qu’il ne fallait pas céder sur ce point essentiel. C’est finalement la Révolution française qui offrit à Madrid l’occasion d’un passage en force : sous prétexte de préserver le pays de la menace révolutionnaire, la Real Cedula du 20 juillet 1791 ordonnait en effet un recensement de tous les étrangers résidant dans le pays et les obligeait à se déclarer officiellement transeuntes ou domiciliados. Elle prévoyait par ailleurs toute une série de mesures discriminatoires à l’égard des transeuntes (allant de l’interdiction d’exercer certains métiers jusqu’à l’expulsion pure et simple). Mais, cette mesure se révéla également en partie inefficace puisque, si l’immense majorité des classes populaires d’origine étrangère optèrent bien pour le statut de domiciliado, les marchands eux confirmèrent leur attachement à celui de transeunte, en dépit des menaces qu’il impliquait pour la pérennité de leurs établissements. Ils furent guidés dans ce choix par des considérations que l’on ne peut réduire à leur seule dimension utilitariste puisque, en l’occurrence, les avantages du statut de transeunte étaient contrebalancés par les risques encourus. Si les membres des colonies marchandes, qui n’avaient jamais rompu avec leurs pays d’origine et qui n’avaient jamais cessé de maintenir des relations commerciales, sociales et affectives étroites avec leurs compatriotes, optèrent donc massivement pour le statut de transeunte, c’est avant tout parce que c’était celui qui reflétait le mieux leur situation.

Conclusion

18Le principal problème auquel se trouvèrent confrontés le gouvernement et, plus généralement, la société espagnole dans leurs rapports aux marchands étrangers est finalement que ces derniers, dans leur grande majorité, ne souhaitaient pas s’intégrer à leur pays d’accueil ni renoncer à leur statut national, soit en raison des avantages que leur procurait ce statut, soit du fait des sentiments d’allégeance et d’attachement qui les liaient à leur patrie d’origine. S’ils avaient donc tendance – pour des raisons d’efficacité commerciale notamment – à s’enraciner dans les territoires où ils avaient choisi de s’installer, ils se montraient en général peu soucieux de se fondre dans la société locale et de renoncer à leurs privilèges. D’ailleurs, il n’est pas dit, et c’est un point que les historiens devront continuer à étudier afin de parvenir à des conclusions plus fermes sur la question, qu’en acceptant de s’intégrer à leurs sociétés d’accueil – en l’occurrence à la société espagnole –, ces marchands étrangers aient pu continuer à jouer le rôle d’intermédiaire qu’ils assumaient traditionnellement dans les circulations marchandes internationales : c’est en effet précisément parce qu’ils étaient citoyens d’un pays et qu’ils résidaient dans un autre, qu’ils parvenaient à « connecter » ces espaces distants ; les amputer d’une partie de leur identité plurielle aurait certainement abouti à remettre en cause le fondement même de la fonction sociale et économique qu’ils assumaient dans le cadre de l’Europe moderne.

19Symptômes d’une époque dans laquelle la confiance, nécessaire à la réalisation des échanges à distance, n’avait d’autre garantie que les relations personnelles existant entre les partenaires (qu’elles soient d’origine familiale, confessionnelle ou nationale), les colonies de marchands étrangers, et les réseaux transnationaux dont elles étaient le support, ne perdirent finalement de leur vigueur qu’aux siècles suivants lorsque l’apparition de nouvelles technologies (navires à vapeur, télégraphe) et de nouvelles formes de régulation des litiges commerciaux (droit international) entraînèrent une dépersonnalisation de l’intermédiation marchande et permirent l’émergence d’un marché européen décloisonné.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Angel Alloza Aparicio, Europa en el mercado español. Mercaderes, represalias y contrabando en el siglo XVII, Valladolid, 2006.

Arnaud Bartolomei, La Bourse et la vie. Destin collectif et trajectoires individuelles des marchands français de Cadix, de l’instauration du comercio libre à la disparition de l’empire espagnol (1778-1824), thèse, université de Provence, 2007.

Catia Brilli, La diaspora commerciale ligure nel sistema atlantico iberico. Da Cadicce a Buenos Aires (1750-1830), thèse, université de Pise, 2008.

Manuel Bustos Rodríguez, Los comerciantes de la Carrera de Indias en el Cádiz del siglo XVIII, Cadix, 1995.

Hilario Casado Alonso, El triunfo de Mercurio : la presencia castellana en Europa (siglos XV y XVI), Burgos, 2003.

Ana Crespo Solana, Entre Cádiz y los Paises Bajos. Una comunidad mercantil en la ciudad de la Ilustración, Cadix, 2001.

Ana Crespo Solana (coord.), Comunidades transnacionales. Colonias de mercaderes extranjeros en el Mundo Atlántico (1500-1830), Madrid, 2010.

Jesús Cruz Valenciano, Gentlemen bourgeois and revolutionaries. Political change and cultural persistance among the spanish dominant groups, 1750-1850, Cambridge, 1996.

Antonio Dominguez Ortiz, « Los extranjeros en la vida española durante el siglo XVIII », Anuario de historia social de España, III (2), Madrid, 1960, p. 293-310.

John Everaert, De Internacionale en koloniale handel der vlaamse firma’s te Cadiz, 1670-1700, Bruges, 1973.

Les Français en Espagne à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, CNRS, 1990.

Roberto Franch Benavent, Crecimiento comercial y enriquecimiento burgues en la Valencia del siglo XVIII, Valence, 1986.

María García-Mauriño Mundi, La pugna entre el Consulado de Cádiz y los jenízaros por las exportaciones a Indias (1720-1765), Séville, 1999.

Albert Girard, Le commerce français à Séville et à Cadix au temps des Habsbourg. Contribution à l’étude du commerce des étrangers en Espagne aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, 1932.

Domingo L. González Lopo et Antonio Eiras Roel (coord.), La inmigración en España : actas de coloquio, Santiago de Compostela, 6-7 de noviembre de 2003, Saint-Jacques-de-Compostelle, 2004.

Agustín Guimerá Ravina, Burguesía extranjera y comercio atlántico. La empresa comercial irlandesa en Canarias (1703-1771), Santa Cruz de Tenerife, 1985.

Christian Hermann, « Affirmation de la souveraineté nationale et déclin des privilèges français en Espagne au XVIIIe siècle », dans Jean-Pierre Dedieu et Bernard Vincent (éd.), L’Espagne, l’État, les Lumières. Mélanges en l’honneur de Didier Ozanam, Madrid, 2004, p. 27-40.

Tamar Herzog, Vecinos y extranjeros. Hacerse españole en la Edad moderna, Madrid, 2006 (1re éd. New York, 2003).

Jean-François Labourdette, La nation française à Lisbonne de 1699 à 1790. Entre colbertisme et libéralisme, Paris, 1988.

María del Carmen Lario de Oñate, La colonia mercantil británica e irlandesa en Cádiz a finales del siglo XVIII, Cadix, 2000.

Anthony Molho et Diogo Ramada Curto (coord.), « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales HSS, 2003, no 58-3.

Didier Ozanam, « La Colonie française de Cadix au XVIIIe siècle », Mélanges de la Casa Velázquez, 1968, p. 259-347.

Abel Poitrineau, Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin du XVIIe au XIXe siècle, Aurillac, 1985.

Juan Ignacio Pulido Serrano, « Procesos de integración y asimilación : el caso de los portugueses en España durante la edad moderna », dans Ana Crespo Solana (coord.), Comunidades transnacionales. Colonias de mercaderes extranjeros en el Mundo Atlántico (1500-1830), Madrid, 2010, p. 189-206.

Gaston Rambert, « La France et la politique commerciale de l’Espagne au XVIIIe siècle », RHMC, 1959, p. 269-283.

Oscar Recio Morales, Ireland and the Spanish Empire, 1600-1825, Dublin (à paraître).

David R. Ringrose, Madrid y la economía española, 1560-1850, Barcelone, 1985.

Antonio Salas Ausens, « Pequeños comerciantes extranjeros en la España del siglo XVIII », dans Ana Crespo Solana (coord.), Comunidades transnacionales. Colonias de mercaderes extranjeros en el Mundo Atlántico (1500-1830), Madrid, 2010, p. 123-142.

Margrit Schulte Beerhühl, « Merchant Empires : Mercaderes hamburgueses en Londres y sus redes de comercio internacional (1660-1815) », dans Ana Crespo Solana (coord.), Comunidades transnacionales. Colonias de mercaderes extranjeros en el Mundo Atlántico (1500-1830), Madrid, 2010, p. 103-121.

Stanley J. Stein, « Política mercantil española y el comercio con Francia en la época de Carlos III », dans Actas del Congreso Internacional sobre « Carlos III y la Ilustración », Madrid, 1989, p. 219-280.

María Begoña Villar García et Pilar Pezzi Cristobál (coord.), Los extranjeros en la España moderna : actas del I Coloquio Internacional, celebrado en Málaga del 28 al 30 de noviembre de 2002, Malaga, 2003.

Klaus Weber, Deutsche Kaufleute in Atlantikhandel 1680-1830 : Unternehmen und Familien in Hamburg, Cadiz und Bordeaux, Munich, 2004.

Michel Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, 1993.

Notes

1 D. L. González Lopo et A. Eiras Roel (coord.), La inmigración en España : actas de coloquio, Santiago de Compostela, 6-7 de noviembre de 2003, Saint-Jacques-de-Compostelle, 2004, et M. B. Villar García et P. Pezzi Cristobál (coord.), Los extranjeros en la España moderna : actas del I Coloquio Internacional, celebrado en Málaga del 28 al 30 de noviembre de 2002, Malaga, 2003. Au total, ces deux ouvrages collectifs regroupent 117 contributions d’historiens, modernistes le plus souvent. Sur le même sujet, l’ouvrage très commenté de l’historienne américaine Tamar Herzog renouvelle en profondeur l’approche de la question : Vecinos y extranjeros. Hacerse españole en la Edad moderna, Madrid, 2006 (1re éd. New York, 2003).

2 À l’époque moderne, l’Espagne continue d’exporter les produits de son sol – la laine notamment. Mais, du fait du déclin de sa production industrielle et artisanale, elle devient importatrice de produits manufacturés, textiles notamment, indispensables pour approvisionner tant son marché national que ceux des colonies américaines. Le déficit commercial qui en résulte est soldé par d’immenses transferts de métaux précieux, provenant des mines péruviennes et mexicaines, vers les pays exportateurs européens (France, Angleterre, Pays-Bas et Hollande, Gênes et certaines régions allemandes).

3 Divers travaux anciens traitent de la question : A. Girard, Le commerce français à Séville et à Cadix au temps des Habsbourg. Contribution à l’étude du commerce des étrangers en Espagne aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, 1932, A. Dominguez Ortiz, « Los extranjeros en la vida española durante el siglo XVIII », Anuario de historia social de España, III (2), Madrid, 1960, p. 293-310, D. Ozanam, « La Colonie française de Cadix au XVIIIe siècle », Mélanges de la Casa Velázquez, 1968, p. 259-347 et J. Everaert, De Internacionale en koloniale handel der vlaamse firma’s te Cadiz, 1670-1700, Bruges, 1973. Parmi les publications plus récentes : Les Français en Espagne à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 1990, M. Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, 1993 et, sur le royaume voisin du Portugal, J.-F. Labourdette, La nation française à Lisbonne de 1699 à 1790. Entre colbertisme et libéralisme, Paris, 1988. Enfin, différentes thèses ont été soutenues sur le sujet au cours de la dernière décennie, dont on trouvera d’utiles résumés dans l’ouvrage collectif suivant : A. Crespo Solana (coord.), Comunidades transnacionales. Colonias de mercaderes extranjeros en el Mundo Atlántico (1500-1830), Madrid, 2010.

4 Outre le cas de Cadix, mentionnons notamment les études monographiques sur Malaga (M. B. Villar García, Los extranjeros en Malaga en el siglo XVIII, Cordoue, 1982), les Canaries (A. Guimerá Ravina, Burguesía extranjera y comercio atlántico. La empresa comercial irlandesa en Canarias [1703-1771], Santa Cruz de Tenerife, 1985) ou encore Valence (R. Franch Benavent, Crecimiento comercial y enriquecimiento burgues en la Valencia del siglo XVIII, Valence, 1986). Pour Madrid, cf. D. R. Ringrose, Madrid y la economía española, 1560-1850, Barcelone, 1985 et J. Cruz Valenciano, Gentlemen bourgeois and revolutionaries. Political change and cultural persistance among the spanish dominant groups, 1750-1850, Cambridge, 1996.

5 Parmi l’immense littérature publiée au cours des dernières années sur les « réseaux marchands », signalons le dossier des Annales suivant qui offre une excellente synthèse sur le renouveau historiographique en cours : A. Molho et D. Ramada Curto (coord.), « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales HSS, 2003, no 58-3.

6 C’est d’abord Séville qui bénéficia du monopole de la navigation et du commerce avec les Indes puis, à partir de 1680, ce fut le port de Cadix. En 1717, le transfert des institutions centrales de la Carrera de Indias (la Casa de Contratación et le Consulado), depuis Séville vers Cadix, achevèrent ce processus de redéploiement du monopole colonial espagnol. À partir de 1778, cependant, le monopole de Cadix commença à être démantelé au profit d’une dizaine de ports péninsulaires, dans le cadre de la réforme du comercio libre.

7 Toutes les références aux enquêtes fiscales de 1764 et 1773 sont tirées de J. A. Salas Ausens, « Pequeños comerciantes extranjeros en la España del siglo XVIII », dans A. Crespo Solana (coord.), Comunidades transnacionales, p. 123-142.

8 La revue des Annales s’est largement fait l’écho de ces différents apports en publiant notamment les travaux d’Avner Greif portant sur le rôle des institutions dans la réduction de l’incertitude et des risques dans la pratique du commerce médiéval (« Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge », Annales HSS, 1998, no 53-3, p. 597-633), ainsi que les débats suscités par ces propositions (R. Boyer, « Historiens et économistes face à l’émergence des institutions du marché », Annales HSS, 2009, no 64-3, p. 665-693). On trouvera également une réflexion théorique dans différents articles du numéro « Les réseaux marchands à l’époque moderne » (Annales HSS, 2003, 58-3, op. cit.).

9 Ainsi, c’est dans ce contexte que furent fondées la majeure partie des maisons de commerce françaises à Cadix. Il s’agissait le plus souvent de filiales « en commandite » de firmes installées en France, à la tête desquelles les associés plaçaient des personnes de confiance (souvent de jeunes parents). La filiale se chargeait de recevoir et d’écouler les marchandises manufacturées qui lui étaient expédiées et de faire les « retours » en denrées coloniales ou en métaux précieux. Notons cependant que, avec le temps, ces filiales tendirent à s’émanciper et à diversifier leurs partenariats en Europe.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540