Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Deuxième partie. Circulations économiques et financières

Les négociants allemands à Londres, Cadix et Bordeaux (fin XVIIe-début XIXe siècle)

Margrit Schülte Beerbühl et Klaus Weber

Texte intégral

1L’existence d’importantes communautés marchandes étrangères est l’une des caractéristiques des villes portuaires européennes au cours de la période moderne. Ce phénomène est lié en grande partie au choix des puissances coloniales d’Europe de l’Ouest de maintenir le système des monopoles commerciaux. Seuls les ressortissants du pays sont autorisés à tirer profit des commerces coloniaux nationaux. L’implication des étrangers dans ces échanges n’est permise que dans certains ports de la métropole et non pas dans les colonies alors que c’est précisément ces places outre-mer qui attirent les marchands étrangers.

2Jusque vers 1830, des milliers de marchands d’origine germanique s’établissent dans les ports britanniques, néerlandais, français, portugais et espagnols. Au début de l’ère moderne, l’Allemagne n’a pas ses propres colonies et la réussite économique des marchands allemands, dont l’activité commerciale est centrée sur les exportations, est fortement dépendante des échanges avec les États voisins de l’Europe occidentale. En valeur, les ports allemands traitent davantage d’affaires avec Bordeaux, le plus grand port européen spécialisé dans la réexportation des produits coloniaux, qu’avec tous les ports britanniques réunis, tandis que Londres et Cadix servent de centres de transit pour la filière d’exportation des marchandises allemandes. Plus tardivement, après la victoire de la Grande-Bretagne sur les armées de Napoléon, Londres devient le principal partenaire commercial des villes hanséatiques allemandes.

3Londres, Cadix et Bordeaux font l’objet de la présente étude. Les recherches récentes estiment à environ 240 et 230 le nombre de marchands allemands ayant vécu respectivement à Cadix et à Bordeaux au cours de la période 1680-1830, et à environ 500 le nombre de ceux qui résident à Londres entre 1660 et 1815. Toutefois, cette dernière estimation est basée uniquement sur les marchands allemands ayant acquis la citoyenneté britannique ; le nombre total est probablement beaucoup plus élevé. Par ailleurs, ces chiffres ne tiennent compte que des actionnaires des établissements allemands et de leurs descendants de sexe masculin qui, à leur tour, deviennent des actionnaires. Cette estimation pourrait être augmentée d’au moins 50 % en ajoutant les comptables, les membres des différentes familles, les apprentis et les compatriotes exerçant des professions connexes.

4Les trois villes portuaires attirent des groupes de marchands spécifiques dont les activités correspondent au profil économique de chacune d’entre elles. À partir de la fin du XVIIe siècle, Bordeaux s’affirme peu à peu comme le principal port de transit des produits venus des îles des Caraïbes récemment acquises par la France. Dans les années 1780, plus de 50 % des exportations coloniales françaises vers les marchés européens – auxquelles s’ajoutent les ventes de l’importante filière viticole – transitent par Bordeaux. De même, Cadix, qui reste pendant la quasi-totalité du XVIIIe siècle le seul port espagnol pleinement autorisé à commercer avec les colonies des Amériques, réceptionne, au cours de cette période, au minimum 80 % des produits américains destinés à l’Espagne. Enfin, la capitale britannique occupe, tout au long du XVIIIe siècle, une position dominante parmi les grandes cités marchandes européennes. Elle devient même la première place financière mondiale et, à ce titre, accueille les premières grandes compagnies d’assurance, créées dans le but d’atténuer le risque induit par une globalisation plus ou moins forte des échanges commerciaux. S’établir à Londres devient, dès lors, une option particulièrement attractive pour l’ensemble de l’élite économique européenne, notamment pour les marchands allemands. Ces derniers représentent en effet la communauté mercantile étrangère la plus importante de la ville au XVIIIe siècle.

5Bien qu’un système de plantation très productif ait été développé dans les colonies françaises, leurs concurrentes espagnoles, dont la superficie et la population sont très largement supérieures, représentent un marché beaucoup plus intéressant pour les manufactures européennes. En effet, le minerai d’argent, marchandise la plus largement exportée depuis les colonies espagnoles des Amériques, permet de faire des affaires beaucoup plus intéressantes que l’achat des denrées coloniales. De ce fait, le commerce atlantique espagnol attire un nombre considérable de marchands français, néerlandais, italiens, britanniques, allemands et d’autres nationalités. Le groupe étranger le plus important sur ce terrain d’activité vient de France et bénéficie des faveurs de la dynastie bourbonne qui règne à Madrid. Les marchands allemands présents à Cadix, bien qu’ils soient en nombre relativement limité, leur opposent une concurrence non négligeable. Etonnamment, la grande majorité des marchands allemands ne sont pas originaires des ports hanséatiques, mais, le plus souvent, de petites localités des régions intérieures de l’Allemagne. Sur les 237 Allemands, dont l’origine est attestée par des documents, seuls 88 viennent de Hambourg, 6 de Brême et 3 de Lübeck. Plus de la moitié des marchands allemands de Cadix sont originaires des régions proto-industrielles allemandes, comme la Westphalie et la Silésie, zones spécialisées dans la filière linière, ou bien de Rhénanie, région où sont localisées de nombreuses manufactures de fer. En effet, les articles en lin et en métal, que l’on ne peut considérer comme des produits de luxe, représentent le gros des exportations allemandes vers l’Espagne (c’est également le cas pour la France). La seule autre région à fournir un contingent significatif de marchands à la communauté allemande de Cadix est la Bohême septentrionale, avec près de 47 représentants issus de Haida (Nový Bor), ville spécialisée dans l’industrie verrière. Un certain nombre de marchands originaires de Bohème et de Westphalie ont commencé leur carrière comme simples colporteurs dans leur région natale. Parmi les marchands installés à Cadix, 18 viennent des vallées d’Ammer, en Bavière, et de Gardena, dans le Tyrol, toutes deux étant renommées pour leur production d’icônes religieuses sculptées dans le bois, un produit idéal pour l’exportation vers les pays catholiques. Enfin, quelques marchands venus de la Forêt-Noire distribuent des horloges à coucou, une invention née, vers 1730, dans leurs lointaines montagnes.

6Pour pouvoir s’imposer sur les marchés européens, il est déterminant, qu’au stade de la production, tous les produits allemands bénéficient d’une main-d’œuvre abondante et peu onéreuse. L’essor de la production argentifère au Mexique et au Pérou, l’une des premières causes d’une inflation galopante et durable, s’accompagne d’une chute des prix et des salaires, phénomène né aux Amériques qui traverse ensuite l’Atlantique et s’étend jusque dans les profondeurs de l’Europe centrale et orientale. Cette véritable révolution des prix qui marque le début de l’ère moderne, alliée à une croissance démographique exponentielle de la population européenne au XVIIIe siècle, favorise l’émergence et le développement, en Europe centrale, d’une proto-industrie dont la production est très compétitive en Europe de l’ouest, en Afrique et aux Amériques, grâce au faible coût de la main-d’œuvre. En outre, les manufacturiers réduisent le coût des transactions et augmentent leurs profits en mettant en place des réseaux familiaux qui s’étendent à tous les marchés européens. Originaire de la Westphalie rurale, la famille Ellerman réussit ainsi à établir des succursales à Hambourg, Amsterdam, Cadix et même, temporairement (et sans doute illégalement), dans le Nouveau Monde. Par ailleurs des Bohémiens établissent des succursales permanentes dans toute la Péninsule ibérique, ainsi qu’à Lima et à Mexico.

7Pour sa part, la colonie marchande allemande de Bordeaux se trouve dans un contexte économique très différent. Les îles françaises des Caraïbes, qui n’ont été colonisées par la France qu’à la fin du XVIIe siècle, ne tardent pas à constituer un véritable empire colonial reposant sur un système de plantation extrêmement productif. Au XVIIIe siècle, elles sont ainsi capables de produire les trois quarts de la consommation de sucre de l’Europe occidentale. Parallèlement, le système manufacturier français est à la fois plus compétitif et mieux protégé par les coutumes que son équivalent espagnol, ce qui rend nettement moins lucratif les importations vers la France – les débuts de la colonie allemande à Bordeaux traduisent cet état de fait. Les marchands allemands de Bordeaux viennent principalement des ports de la Hanse, de places financières telles que Francfort et de centres commerciaux comme Magdebourg. Ils achètent du sucre, du café, de l’indigo, du vin et du cognac français qu’ils expédient ensuite en Allemagne, où ces produits donnent déjà naissance à un marché de masse. Bien que des textiles allemands soient débarqués en grande quantité dans les ports français, ils sont destinés à être réexportés vers les marchés d’Afrique et d’Amérique latine. En effet, dans le cadre de son économie de plantation, la France occupe une place dominante dans la traite négrière. Or, comme les textiles sont les biens d’échange les plus répandus, certains marchands allemands parviennent à bâtir de véritables empires commerciaux atlantiques, fondés sur la complémentarité des entreprises : manufactures textiles en Flandres et en Rhénanie, compagnies d’assurance maritime à Bordeaux, Bruges et Ostende, compagnies négrières, plantations d’indigo et de coton dans les Caraïbes et domaines viticoles dans le Bordelais. Friedrich Romberg, venu d’Iserlohn, ville manufacturière spécialisée dans les produits métallurgiques, et Johann Jakob Bethmann, issu d’une famille de banquiers de Francfort, figurent parmi les plus importants d’entre eux.

8Depuis l’expansion de l’économie de plantation britannique et celle du commerce britannique avec l’Inde au XVIIe siècle, un nombre croissant d’Allemands immigrent à Londres dans le but de participer au grand commerce mondial. Ils réexportent le surplus de la production coloniale n’ayant pas été consommé dans les Îles britanniques vers les territoires du Saint-Empire, de la Russie et de la Baltique, où ils espèrent réaliser un profit substantiel avec des denrées telles que le sucre, le café ou les colorants. Outre le thé et le café, le tabac du Maryland et de Virginie est l’un des produits les plus recherchés par les réexportateurs allemands. En moyenne, 80 % du tabac importé en Angleterre au cours du siècle sont ensuite réexportés. L’Allemagne et les Pays-Bas sont les plus gros acheteurs après la France.

9Parallèlement, les Allemands exportent une grande variété de produits à base de lin, de bois ou de métal. À partir du milieu du XVIIIe siècle, lorsque la Grande-Bretagne commence à importer des grains, un flux d’approvisionnement régulier est mis en place depuis l’Allemagne. Cependant, c’est le lin, sous ses diverses formes, qui représente la majeure partie des exportations allemandes vers la Grande-Bretagne, tout comme à Bordeaux et à Cadix. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, 70 à 80 % de tous les articles en lin importés proviennent d’Allemagne. 90 % de ce stock sont ensuite réexportés outre Atlantique pour satisfaire la demande des couches inférieures de la société du Nouveau Monde, qu’elles soient blanches ou de couleur. Cela signifie qu’à peu près les deux tiers de la totalité du lin exporté par la Grande-Bretagne sont d’origine allemande.

10Les compagnies de textile allemandes établies à Londres, comme Furstenau Langkopf & Co, sont en même temps de gros exportateurs de tabac et illustrent parfaitement les liens qui existent entre le trafic colonial et le commerce du textile. Les Allemands prennent également des parts dans toutes les grandes compagnies commerciales dont ils deviennent parfois même directeurs, comme c’est le cas pour la Companie des mer du Sud, la Compagnie de Russie et la Compagnie des Indes orientales.

11Environ 250 marchands allemands établis à Londres sont originaires des deux grandes villes hanséatiques de Brême et de Hambourg. Environ 130 viennent des régions du nord-ouest de l’Allemagne, Westphalie, Hanovre ou duché de Berg, et un peu moins de Saxe, de Silésie et des grandes villes commerçantes de l’intérieur du pays. Le déplacement des marchands allemands vers Londres fait partie d’un schéma migratoire mercantile complexe qui a pour vocation de créer des réseaux internationaux très étendus permettant de relier le nord-ouest de l’Allemagne et les régions textiles de Silésie et de Saxe à la capitale britannique, via les ports allemands de la mer du Nord. En outre, depuis Londres, les familles allemandes envoient certains de leurs jeunes membres vers des places commerciales telles que Bordeaux, Cadix et Livourne. Par exemple, les frères de la famille Zurhorst, originaire de la ville de Hamm, en Westphalie, s’installent à Londres, Amsterdam, Rotterdam et Saint-Pétersbourg. Ils comptent parmi les principaux importateurs du sucre produit dans les colonies néerlandaises et britanniques.

12À Cadix et Bordeaux, de nombreux marchands allemands se marient avec les filles de leurs partenaires français et espagnols mais aussi, dans une moindre mesure, avec celles de résidents britanniques, irlandais ou néerlandais. Dès la seconde génération, il devient difficile de définir l’identité nationale de ces familles, et plus particulièrement des plus fortunées d’entre elles. Pourtant, là aussi, il existe des différences entre les communautés allemandes des deux villes. À Bordeaux, des minorités calvinistes et sépharades sont déjà présentes ce qui aide les protestants allemands à nouer des liens de famille avec les dynasties marchandes et maritimes françaises alors que ce n’est pas le cas dans la très catholique Cadix. À partir de 1769, les protestants d’origine étrangère ont leur propre cimetière et, en 1776, ils sont autorisés à assister aux services religieux calvinistes. En Espagne, en revanche, il est interdit aux protestants d’avoir leurs propres églises et, jusqu’à un point avancé du XIXe siècle, ils doivent enterrer leurs morts à l’extérieur des murs de la ville.

13À partir des années 1740, la loi française commence à ouvrir le marché colonial aux étrangers en les autorisant à traiter directement avec les Caraïbes. De nombreux Allemands investissent alors dans le transport maritime transatlantique et fondent même leurs propres plantations dans les îles. Se marier avec une Française facilite l’accès à ces privilèges et ce type d’alliance renforce le phénomène d’acculturation. Parmi les Allemands qui immigrent à Bordeaux, ou qui y sont élevés au XVIIIe siècle, 49 individus sont mariés, dont 32 avec une Française et seulement 11 avec une compatriote germanique. De la même manière, au XVIIIe siècle, chez les Allemands de Cadix, 48 mariages ont laissé une trace dans les archives : 18 le sont avec une Espagnole et une vingtaine avec une Allemande. Il semble que l’intégration par la conversion au catholicisme et le mariage, immédiatement après, soit plus fréquent à la fin du XVIIe siècle qu’au XVIIIe siècle.

14La prégnance du catholicisme et les réglementations locales ne sont cependant pas seules responsables des difficultés d’intégration des marchands étrangers à Cadix. Le groupe substantiel de cinquante et quelques Bohémiens germanophones qui y résident est entièrement catholique, mais la loi féodale de Bohème ne les autorise à se marier qu’avec des femmes de leur pays d’origine, ce qui rend extrêmement rares liens familiaux avec des marchands espagnols. Ce n’est qu’en 1781, avec la libéralisation de la loi féodale dans leur patrie, que les marchands bohémiens développent des pratiques plus exogamiques. Cela favorise la collaboration avec leurs partenaires espagnols qui, dès lors, leur servent de prête-noms pour contourner le monopole commercial et fonder des établissements à Mexico et à Lima.

15En Angleterre, l’accès aux colonies ne peut se faire qu’avec l’acquisition de la nationalité britannique. C’est une affaire coûteuse qui relève du droit privé. La citoyenneté britannique s’accompagne d’un certain nombre de privilèges économiques et fiscaux, comme le droit de prendre des parts dans les grandes compagnies à monopoles qui commercent avec les Indes ou la Russie. Elle permet également de bénéficier d’une réduction des droits coutumiers et portuaires de 50 %. Cependant, ce statut de citoyen de plein droit n’est accessible qu’aux protestants, les catholiques et les juifs n’ayant pas la possibilité d’être naturalisés. Au moins les juifs ont-ils, contrairement aux catholiques, la possibilité d’acquérir une citoyenneté limitée, un statut intermédiaire qui ne les prive que de certains privilèges.

16Les marchands cherchent à s’intégrer à la population locale, non seulement sur le plan légal, mais également sur le plan social. Pourtant, le nombre de mariages entre des immigrés et des femmes de nationalité britannique reste faible. À Londres, il est plus courant (ou plus facile) de s’intégrer par le truchement de la loi que par la conclusion d’une alliance matrimoniale. La grande majorité des expatriés allemands épousent des femmes d’ascendance allemande, si tant est qu’ils se marient. La situation est toutefois différente pour la seconde génération et il n’est pas rare de voir célébrer des mariages entre des individus de nationalités différentes. L’élite mercantile londonienne est relativement cosmopolite et il est courant que les fils d’immigrés prennent pour épouses des femmes d’origine néerlandaise, suisse ou huguenote.

17L’importance de ces réseaux cosmopolitiques familiaux commence néanmoins à s’affaiblir après que la France a perdu une partie de son empire antillais et l’Espagne ses colonies américaines. Les républiques indépendantes du Nouveau Monde préfèrent suivre des routes commerciales directes, sans avoir à passer par des places intermédiaires telles que Cadix ou Bordeaux. L’impact des révolutions atlantiques sur les réseaux commerciaux du début de l’ère moderne démontre clairement que de tels réseaux ne pouvaient exister et se développer que sous l’Ancien Régime. La migration mercantile allemande vers Bordeaux cesse pratiquement en 1789. Seuls les établissements des familles allemandes ayant investi suffisamment tôt dans le commerce du vin survivent à la Révolution française et à l’Empire. Ce groupe donnera plus tard à Bordeaux un certain nombre de notables importants, qui conserveront des liens sociaux et culturels avec l’Allemagne tout au long du XIXe siècle. Leurs connexions économiques avec l’Allemagne, la Baltique et l’Europe de l’Est leur assurent une position dominante sur les marchés viticoles. Cette ambivalence culturelle n’est remise en cause qu’en 1870, quand éclate le conflit franco-prussien. L’émergence du nationalisme contraint les Allemands de Bordeaux à adopter la citoyenneté française, ce qui met un terme à l’identité cosmopolite de la ville qui datait de l’Ancien Régime.

18Le déclin de la colonie marchande allemande de Cadix se produit un peu plus tardivement, aux alentours de 1810, après l’accession à l’indépendance des colonies espagnoles d’Amérique. Face à l’échec de son intégration sociale et à des opportunités d’investissement limitées, en dehors du commerce maritime, le sort de la colonie est scellé. Un petit nombre de familles westphaliennes et bohémiennes reussissent néanmoins à pérenniser leurs affaires jusqu’au XIXe siècle, tandis que d’autres quittent la ville pour aller s’installer à Hambourg, Londres, Mexico, au Chili ou encore au Pérou. Seule une branche de la famille Böhl, originaire de Hambourg, intéressée dans les activités viticoles depuis approximativement 1815, réussit, à l’instar de plusieurs dynasties de commerçants et de viticulteurs allemands établis à Bordeaux, à tirer avantage de ces changements. Elle est d’ailleurs toujours en activité aujourd’hui dans le domaine des spiritueux et des produits alimentaires.

19L’évolution de la situation dans la capitale britannique contraste fortement avec ce que venons d’observer pour Bordeaux et Cadix. Pendant les guerres révolutionnaires, puis les guerres napoléoniennes, de nombreux marchands établis sur le continent se réfugient à Londres. Parmi eux, beaucoup sont protestants, mais on relève également une présence croissante de juifs et de catholiques allemands. À la différence de leurs compatriotes continentaux, les marchands allemands de la seconde ou la troisième génération ne se retirent pas à la campagne. La majorité d’entre eux reste dans les affaires et, souvent, ils diversifient leurs activités, se lançant dans la finance, les assurances ou le courtage. D’autres encore se font entrepreneurs, créant des raffineries de sucre, des salines ou des fabriques de textile ou bien, tout simplement, en prenant des parts dans ces industries. À la fin des guerres napoléoniennes, la Grande-Bretagne réussit finalement à s’imposer sur l’échiquier international comme la première puissance commerciale, industrielle et coloniale. En conséquence, avec le retour à la paix, les entrepreneurs continentaux viennent souvent s’y établir de façon permanente. Parmi ceux qui choisissent cette option figurent de célèbres banquiers d’affaires, comme les Schroder de Hambourg ou les Rothschild de Francfort-sur-le-Main.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Perry Gauci, Emporium of the World. The Merchants of London 1660-1800, Londres, 2007.

Wolfgang Henninger, Johann Jakob von Bethmann, 1717-1792. Kaufmann, Reeder und kaiserlicher Konsul in Bordeaux, 2 vol. , Bochum, 1993.

Pierre Jeannin, « La clientèle étrangère de la maison Schröder et Schyler, de la guerre de Sept Ans à la Guerre d’Indépendance », in Bulletin du Centre d’histoire des espaces atlantiques, nouvelle série 3, 1987, p. 21-83.

Alain Ruiz (dir.), Présence de l’Allemagne à Bordeaux du siècle de Montaigne à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Bordeaux, 1997.

Edmund Schebek, Böhmens Glasindustrie und Glashandel. Quellen zu ihrer Geschichte, Prague, 1878 (réimpr. Francfort-sur-le-Main, 1969).

Margrit Schulte Beerbühl, Deutsche Kaufleute in London: Welthandel und Einbürgerung 1660-1818, Munich, 2006.

Klaus Weber, Deutsche Kaufleute im Atlantikhandel 1680-1830. Unternehmen und Familien in Hamburg, Cádiz und Bordeaux, Munich, 2004.

Auteurs

Université de Düsseldorf
Université de Hambourg

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540