Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Deuxième partie. Circulations économiques et financières

Schémas de communication internationale et système commercial néerlandais, 1500-18001

Jan Willem Veluwenkamp

Texte intégral

Introduction

  • 1 J.W. Veluwenkamp, « International business communication patterns in the Dutch commercial system, (...)

1Pendant trois siècles, entre 1500 et 1800, le système commercial néerlandais a connu un âge d’or, au cours duquel il s’est formé, s’est développé à un niveau particulièrement élevé, avant de décliner. Au XVIe siècle, les Néerlandais ont acquis « la primauté dans le commerce mondial », au XVIIe ils dominent les affaires internationales, et au XVIIIe ils commencent à perdre cette prééminence. À cette époque, ils sont considérés comme « les maîtres de l’économie européenne ». Les fonctions de leur système commercial sont multiples. Jusqu’au XVIIIe siècle, les Provinces-Unies présentent une forte concentration d’industries dont la production alimente le marché international et accroît le volume des exportations et des importations. En outre, les Provinces-Unies restent, pendant plus d’un siècle, le principal marché international où les marchands locaux et étrangers y échangent, très concrètement, leurs produits. À la même époque, elles sont aussi le point de rencontre des intermédiaires du commerce international et des transporteurs, ainsi qu’un grand pôle économique où les marchands organisent directement le commerce et le transport entre des pays tiers.

2Le commerce international requiert l’existence de communication entre des individus se trouvant en des points du globe parfois très éloignés les uns des autres. Acheter et vendre des marchandises à l’étranger se révèle en effet impossible s’il n’y a aucun moyen d’établir des relations d’affaires. Au tout début de la période moderne, compte tenu du faible niveau de développement technologique, il n’existe que deux façons, assez basiques, de communiquer. Dans la première, le marchand, ou l’homme d’affaires, se déplace lui-même jusqu’à l’endroit où se trouve la personne avec laquelle il souhaite entrer en contact pour discuter face à face ; il peut aussi envoyer quelqu’un d’autre en tant que mandataire. La seconde méthode est tout simplement de correspondre par courrier. C’est le moyen le plus économique pour nouer des relations et le marchand y a en général recours si la correspondance est sûre, ce qui dépend essentiellement de la qualité des services postaux et de la fiabilité des voies commerciales. Il faut qu’il soit possible d’envoyer des lettres dans les deux sens et que les missives arrivent en temps voulu. Il est également indispensable que le marchand puisse compter sur son correspondant à l’étranger pour que celui-ci agisse sur la base de messages écrits et gère ses affaires en son absence comme il le souhaite – surtout lorsque la règlementation locale n’assure qu’une protection limitée. Par conséquent, la confiance personnelle et l’expertise commerciale sont essentielles. Les relations de confiance ne peuvent s’établir que dans la durée et seulement si le contact est régulièrement entretenu. Ce type d’experts est fréquent dans le monde négociant des grands centres commerciaux : Anvers, Londres, Augsbourg au XVIe siècle, Amsterdam, Londres ou Hambourg au XVIIe siècle. Mais il est plus difficile d’en trouver à la périphérie de l’Europe, en Russie ou en Orient.

  • 2 V. Zakharov, « Russian trade policy in the 18th century », dans F. de Goey et J.W. Veluwenkamp (éd (...)

3Jusque dans les années 1760, les marchands russes ne traitent pas directement avec leurs confrères occidentaux. Le commerce international se pratique par l’intermédiaire des marchands étrangers vivant en Russie. Les Russes n’ont pas encore acquis les pratiques commerciales de l’Europe occidentale, telles que la gestion commerciale, les transferts internationaux d’argent, le transport des marchandises, l’assurance et l’analyse des conditions du marché international. Selon Viktor Zakharov2 : « […] le monde des affaires, en Europe occidentale, revêt un caractère étrange et inintelligible pour une écrasante majorité des marchands russes du XVIIe siècle ».

4Ainsi, il existe deux modèles distincts de communication commerciale internationale. Le premier est le traditionnel voyages d’affaires : les marchands se rendent à l’étranger pour rencontrer en personne les revendeurs et les fournisseurs locaux et traitent avec eux sur place. Cette solution onéreuse est réservée à un petit nombre de négociants ayant un volume d’affaires important. Le second est le recours à la voie postale : les marchands correspondent avec leurs partenaires de l’étranger, acheteurs et fournisseurs, et traitent à distance sans les rencontrer. Ce dernier modèle présente de nombreux avantages. Le marchand peut faire des affaires avec des partenaires commerciaux résidant à grande distance pour un prix très modique.

  • 3 J. W. Veluwenkamp, « Merchant colonies in the Dutch trade system (1550-1750) », dans C.A. Davids, (...)

5Les historiens spécialisés dans le commerce néerlandais au début de la période moderne ont jusqu’ici consacré peu d’attention à ces schémas communicationnels et à la manière dont ils se sont développés. Quelques publications traitent néanmoins de ces questions. Dans un article sur les colonies marchandes3, j’ai montré que les entrepreneurs néerlandais commencent à s’établir à l’étranger et à former des colonies dans la seconde moitié du XVIe siècle et dans les premières décennies du XVIIe siècle ; ensuite, ils sont poussés à le faire par la perspective de profit et le manque de sophistication des pratiques commerciales des marchands originaires de ces pays. L’offre et la demande se concentrant dans un premier temps à Anvers puis à Amsterdam, les Néerlandais ont une excellente connaissance du monde des affaires, des réseaux commerciaux, des ressources financières et ont un accès direct aux fournisseurs et acheteurs internationaux. Ces conditions domestiques favorables leur offrent la possibilité de se rendre à l’étranger afin de pénétrer et de développer de nouveaux marchés extérieurs pour écouler leur production, et ainsi accroître leur chiffre d’affaires et leurs profits. Ils s’installent à l’étranger car ils ne peuvent pas se reposer sur les négociants du cru qui ne disposent pas du savoir, des relations, du crédit ou de la faculté d’initiative pour évaluer et utiliser les possibilités commerciales locales, tout en étant suffisamment habiles pour associer commerce local et commerce international.

6Les colonies marchandes à l’étranger assurent la liaison entre les marchés régionaux et les marchés internationaux. Les Néerlandais achètent localement aux marchands et aux fabricants des produits destinés à l’export qu’ils expédient ensuite à leurs donneurs d’ordres et à leurs partenaires commerciaux aux Provinces-Unies ou ailleurs. Inversement, ils vendent les marchandises qu’ils reçoivent de leurs fournisseurs hollandais aux commerçants et aux consommateurs locaux. D’une manière plus abstraite, les colonies sont les points de convergence du réseau commercial néerlandais à l’étranger et permettent aux négociants de trouver et de développer de nouveaux marchés. Ces colonies marchandes demeurent essentielles tant que les expatriés néerlandais font du profit et conservent un système commercial dominant. Lorsque commercer devient pour eux une routine, ils perdent alors leur prédominance. Les concurrents étrangers pénètrent le marché international, les colonies perdent de leur vigueur, se font moins incontournables que par le passé et entrent dans une phase de déclin. Elles deviennent obsolètes dans les premières décennies du XVIIIe siècle, lorsque la concurrence étrangère écrase l’industrie néerlandaise et les secteurs commerciaux associés.

  • 4 M. Van Tielhof, The « mother of all trades ». The Baltic Grain Trade in Amsterdam from the late 16 (...)

7Milja Van Tielhof, dans son étude sur le commerce du grain dans la Baltique4, a globalement confirmé mes interprétations sur l’essor et à la chute des colonies marchandes néerlandaises. Elle suggère une relation causale entre le développement des communautés et l’amélioration du système postal entre la Baltique et les Provinces-Unies au milieu du XVIIe siècle. L’essor et le déclin des colonies sont l’un et l’autre la conséquence des solutions apportées au problème des intermédiaires, c’est-à-dire la nécessité pour le marchand d’abandonner une partie de son pouvoir décisionnaire à un agent sûr et compétent. À l’origine, les donneurs d’ordre néerlandais sont obligés de laisser leurs représentants dans les ports de la Baltique prendre les décisions concernant l’exécution des commandes, notamment en raison de la lenteur des communications. En conséquence, l’accroissement de la fiabilité et de la vitesse des expéditions postales contribuent à l’abandon de la pratique consistant à se reposer sur des agents locaux et, progressivement, à la disparition des colonies marchandes néerlandaises.

8Cet article développe la thèse de Milja Van Tielhof en abordant la question, non pas sous l’angle du problème des intermédiaires mais sous celui des réseaux commerciaux internationaux. En effet, le véritable problème se trouve dans la communication même, le recours à des intermédiaires n’étant qu’une manière d’y remédier. De ce fait, l’essor et le déclin des colonies marchandes ainsi que l’amélioration du système postal sont liés au développement du réseau de communications internationales attaché au système commercial néerlandais. Pour résumer, entre 1500 et 1800, la qualité des services postaux et la fiabilité des relations d’affaires à l’étranger atteignent un niveau tel que le système de communication commerciale internationale des Néerlandais passe progressivement du schéma du voyage d’affaires à celui de la correspondance. Au cours de cette transformation, ce système passe par deux stades intermédiaires. Au premier stade, celui des représentants de commerce, les marchands envoient leurs propres représentants à l’étranger afin qu’ils y traitent des affaires pour leur compte. Au second stade, celui du commerce à la commission, des commissionnaires s’installent à l’étranger pour y gérer les affaires de leurs commettants.

Premier schéma : les voyages d’affaires

  • 5 C. Lesger, Handel in Amsterdam ten tijde van de Opstand. Kooplieden, commerciële expansie en veran (...)

9Au XVIe siècle, les importations et les exportations des Pays-Bas transitent par de nombreux ports locaux et autres « villes-portes », centres urbains qui servent de point de départ et d’arrivée pour les marchandises5. La plupart de ces centres commerciaux se trouvent dans les provinces maritimes du Brabant, des Flandres, de Hollande et de Zélande, qui forment l’ossature économique des Pays-Bas. Ces villes sont spécialisées dans les échanges commerciaux avec différents marchés étrangers. Les transactions sont conduites, dans une large mesure, par Anvers, ville orientée à la fois vers l’Angleterre, les régions de l’Allemagne intérieure et le sud de l’Europe. Amsterdam, qui fait figure de petit port face à Anvers, est, quant à elle, la porte vers le Nord de l’Allemagne, la Norvège et la Baltique. Ensemble, tous les centres commerciaux des Pays-Bas constituent un grand marché international où les négociants étrangers viennent acheter, vendre et expédier des marchandises. Ils arrivent de toute l’Europe – de France, d’Angleterre, d’Écosse, d’Allemagne, des côtes de la mer Baltique, d’Italie, d’Espagne et du Portugal. Ils contribuent à faire des Pays-Bas l’un des principaux centres du commerce européen. Les négociants locaux prennent part aux échanges commerciaux de deux manières. D’un part, ils vendent aux étrangers les produits locaux et leur achètent ce qu’ils destinent au marché national. D’autre part, ils tissent un réseau de relations commerciales directes par voies maritimes, à l’intérieur d’une zone de plus en plus étendue allant de la Baltique aux côtes atlantiques de la France. De plus, ils créent et développent de nouveaux marchés à l’exemple de la Russie dans les années 1560 en utilisant comme point d’accès le petit port de Kola, sur la côte nord-est de la péninsule du même nom.

10L’activité internationale des marchands néerlandais représente probablement plus de la moitié du commerce maritime total des Pays-Pas au XVIe siècle. En 1544, près de trois affréteurs de navire sur quatre exportant des marchandises à partir du port d’Amsterdam vivent aux Pays-Bas, principalement au nord du pays. Par ailleurs, en 1560, les Néerlandais achètent la moitié du grain transitant par le détroit du Sund. Tant les commerçants du nord du pays que ceux du sud participent au développement de l’activité commerciale à l’étranger. Parmi les marchands néerlandais qui commercent avec le port baltique de Narva, dans les années 1560 et 1570, beaucoup sont originaires du sud, principalement d’Anvers. De la même manière, ceux qui initient les échanges commerciaux avec la Russie, via la péninsule de Kola dans les années 1560 et via la mer Blanche dans les années 1570, sont également originaires d’Anvers et d’autres villes du sud du pays.

11Au XVIe siècle, le mode de communication privilégié des marchands néerlandais est celui du négociant qui se rend lui-même à l’étranger pour y conclure des affaires ou y envoie des partenaires ou des employés pour le suppléer. Lui-même ou ses agents commerciaux voyagent avec la marchandise et traitent sur place directement avec les marchands locaux. Les choses se passent généralement de cette manière dans le cadre des échanges commerciaux avec la Russie, en particulier avec le port d’Arkhangelsk, fondé sur la mer Blanche dans les années 1580. C’est aussi la règle pour le commerce avec les villes portuaires de la côte atlantique de la France où les Néerlandais ont pour habitude de se rendre pour acheter du vin et du sel qu’ils revendent ensuite en grande quantité sur le marché international. Il existe différentes variantes dans ce modèle des agents commerciaux envoyés à l’étranger. Ainsi, le commandant du navire peut se voir confier la charge de vendre directement la cargaison. En fait, les activités commerciales internationales des Provinces-Unies sont, dans une large mesure, conduites par des capitaines pour le compte de compagnies d’armement dans lesquelles ils possèdent des parts. Parfois, les marchands ou leurs agents demeurent à l’étranger durant toute la saison commerciale avant de rentrer au port de départ. À partir des années 1570, il arrive aussi que les entrepreneurs travaillent avec des agents établis à l’étranger de manière permanente ou semi-permanente. C’est à cette époque que les communautés de marchands flamands se développent dans les ports turcs de Smyrne et d’Alep.

12La principale raison pour laquelle les marchands effectuent des voyages d’affaires, au lieu de correspondre tout simplement par courrier avec leurs clients et leurs fournisseurs à l’étranger, est que le système postal international est très lent et a une étendue limitée. Dans la première moitié du XVIe siècle, un système postal digne de ce nom est créé dans en Allemagne mais toutes les régions de l’Empire ne deviennent pas, pour autant, facilement accessibles. Dans de nombreuses villes des Pays-Bas, les premiers services postaux professionnels ne sont mis en place que dans la deuxième moitié du XVIe siècle, voire au début du XVIIe siècle. En 1612, Amsterdam n’a de liaison directe qu’avec une vingtaine de places seulement, parmi lesquelles Anvers, Cologne et Hambourg sont les plus éloignées. Quand le destinataire se trouve au-delà de ce réseau direct, le courrier est remis à d’autres postiers qui opérent à partir de villes relais. Ainsi, tout le courrier à destination de la France doit d’abord être envoyé à Anvers et celui de la Baltique transite par Hambourg. Les délais sont longs, les retards fréquents. À la fin du XVIe siècle, les lettres expédiées depuis Dantzig mettent facilement trois semaines en été et sept en hiver avant d’arriver à Amsterdam. Heureusement, il existe des alternatives aux communications postales proprement dites. Les lettres peuvent notamment être remises directement par les capitaines de navires, comme c’est souvent le cas au XVIIe siècle.

  • 6 J. Jonker et K. Sluyterman, Thuis op de wereldmarkt. Nederlandse handelshuizen door de eeuwen heen (...)

13Pourtant, en dépit de ses lenteurs, le service postal permet aux marchands de rester en contact avec leurs agents à l’étranger. Jonker et Sluyterman6 avancent – à juste titre – que les communications postales sont régulières, sinon fréquentes, et que la correspondance peut même être « plutôt animée » dans les dernières décennies du XVIe siècle. Mais ces communications sont trop lentes pour permettre aux marchands de traiter directement avec leurs clients et leurs fournisseurs étrangers. Pour établir des relations de confiance, il faut que les communications soient beaucoup plus rapides. Pour faire des affaires avec des marchands locaux, les échanges d’informations doivent être beaucoup plus efficaces que les voies postales à ce stade de leur développement. Les marchands étrangers ne reçoivent pas l’information suffisamment à temps pour connaître les besoins des négociants, de ce qu’ils ont à vendre, dans quelle quantité et à quelle conditions. Cela est d’autant plus vrai dans les régions périphériques où les marchands locaux n’ont pas toujours l’expertise commerciale suffisante pour prendre des initiatives.

Deuxième schéma : les représentants

14Dans les années 1580, la révolte des Pays-Bas entraîne la séparation entre les provinces du nord et celles du sud et donne naissance à la république des Provinces Unies. Les rebelles du nord bloquent l’accès par voie maritime au Brabant et aux Flandres, afin qu’Anvers, le principal port, soit coupé des grands flux de marchandises internationaux. En conséquence, dans les années 1590, le centre de gravité économique des Pays-Bas se déplace du Sud vers le Nord. Au cours de la même période, le volume, la diversité et l’étendue géographique du commerce néerlandais s’accroissent de manière remarquable. Au XVIe siècle, le développement des flux commerciaux directs avec l’étranger et la pénétration croissante tant des marchés existants que de nouveaux marchés gagnent en force et en dynamisme. Les entrepreneurs de Zélande, de Hollande, et plus particulièrement d’Amsterdam, organisent des expéditions commerciales et envoient des navires vers les pays du sud de l’Europe, vers les empires coloniaux espagnol et portugais, en direction de l’Afrique, de l’Asie et des Amériques. Ils commercent directement avec les marchands locaux. Ces liaisons directes avec les différents marchés européens et le reste du monde connu confèrent aux Néerlandais, qui tirent profit des différences de prix existant entre des lieux parfois très éloignés les uns des autres, des avantages en termes de compétitivité. La réexportation et le commerce de redistribution deviennent leur domaine de prédilection. Les Néerlandais, à partir des Provinces Unies avec Amsterdam comme place centrale, s’emparent d’une large part du commerce international. Selon Van Tielhof, la ville connaît une croissance très rapide et, conséquence de sa fonction de centre international, devient un haut lieu des échanges d’informations économiques. Parallèlement, cette position renforce sa fonction commerciale qui, grâce à ces informations, possède un avantage décisif comme centre de redistribution.

15La grande expansion du commerce néerlandais se poursuit au XVIIe siècle, période marquée par un changement graduel mais fondamental des différents modes de communication commerciale. En règle générale, lors des voyages d’affaires, les Néerlandais sont représentés par intermittence et pour de brèves périodes sur les marchés étrangers mais, la plupart du temps, ils sont physiquement absents. Or, garantir une présence à l’étranger de manière permanente offre de grands avantages en termes de compétitivité en facilitant, par exemple, l’entretien des contacts avec les relations d’affaires et en permettant, par ailleurs, de bénéficier des variations locales des prix à court terme. Pour cette raison, à la fin du XVIe siècle, les entrepreneurs néerlandais qui en ont la possibilité envoient à l’étranger des partenaires commerciaux ou des employés chargés de gérer leurs affaires tout au long de l’année. Ainsi, le voyage d’affaires classique s’estompe progressivement au profit du représentant.

16Les donneurs d’ordres préfèrent généralement envoyer des membres de leur famille ou de proches connaissances pour les représenter à l’étranger. Ils font plus facilement confiance à des gens de leur entourage plutôt qu’à des agents commerciaux moins proches d’eux. Ainsi, dans la plupart des cas, leurs représentants sont néerlandais. Les communications internationales étant encore très lentes, le degré de fiabilité doit être à la hauteur des enjeux commerciaux. Comme par le passé, les services postaux sont inadaptés au monde des affaires et les marchands dépendent fortement des capitaines de navire qui acheminent leurs lettres. Dans de telles conditions, il demeure pratiquement impossible de bâtir des relations de confiance avec des négociants locaux. En outre, les marchands installés en périphérie des grands flux économiques européens ne sont pas toujours compétents en matière de commerce international. Les Néerlandais sont très en avance sur les marchands de la Baltique que ce soit au regard du crédit, de la connaissance des affaires ou des contacts et cette avance ne fait que croître au fur et à mesure qu’Amsterdam se développe et devient un grand centre international d’information commerciale. Les marchands qui ne sont pas au fait de ces évolutions ne sont pas jugés aptes à représenter une maison de commerce néerlandaise.

17L’installation de représentants à l’étranger conduit au développement de colonies marchandes dans de nombreuses villes portuaires européennes. On trouve des communautés à Arkhangelsk, Bergen, Stockholm, Dantzig, Hambourg, Londres, Nantes, La Rochelle, Bordeaux, Cadix, Séville, Malaga, Alicante, Livourne, Venise, Alep et Smyrne. Le cas de Bordeaux est relativement bien documenté dans les sources. À la fin du XVIe siècle, des marchands néerlandais commencent à s’y établir. Entre 1630 et 1660, 68 d’entre eux y résident, la communauté néerlandaise locale comptant alors près de 40 familles. Ce sont généralement des partenaires commerciaux ou des employés de donneurs d’ordres restés aux Provinces-Unies et avec lesquels ils sont fréquemment apparentés. La plupart d’entre eux appartiennent à des familles de marchands et considérent souvent les affaires qu’ils traitent comme une extension des activités de l’entreprise familiale implantée à Amsterdam ou à Rotterdam et avec laquelle ils conservent généralement des liens étroits. Au milieu du XVIIe siècle, les marchands néerlandais sont devenus une composante essentielle du commerce bordelais. S’il n’est pas inhabituel de voir les négociants français du port aquitain s’engager dans des affaires internationales, voire avec les Provinces-Unies, le degré de compétence et la capacité d’initiative des Néerlandais contrastent fortement avec le style et les pratiques commerciales relativement passives des élites marchandes françaises. En quelques décennies, les commerçants néerlandais transforment les structures économiques de l’Aquitaine et apportent la prospérité à toute la région bordelaise. Sous leur impulsion, les domaines qui environnent la ville sont mis en culture et la production et l’exportation de vin connaissent une période de forte croissance. Ce sont également eux qui y initient le raffinage du sucre ainsi que la production et l’exportation d’eau-de-vie.

18Le même schéma est observable dans les échanges avec la Russie. Cependant, les marchands néerlandais continuent d’embarquer chaque année, pendant la saison d’été, à bord des navires effectuant la liaison entre Amsterdam et Arkhangelsk afin de commercer avec les Russes à l’occasion de la foire annuelle. Ils logent généralement dans la gostinye dvory ou salle des marchands, un immense entrepôt situé au bord de la rivière. Cependant, de plus en plus d’agents commerciaux résident en Russie de manière permanente, à Arkhangelsk pendant toute la durée de la foire, à Moscou en hiver. L’accès habituel à la Russie se fait par le port d’Arkhangelsk, mais seule une poignée de Néerlandais dispose d’une autorisation officielle pour s’aventurer à l’intérieur des terres. Ces rares marchands privilégiés envoient leurs représentants en Russie pour s’y installer.

Troisième schéma : les commissionnaires

19Les marchands néerlandais d’Amsterdam ont grand intérêt à pouvoir communiquer régulièrement avec leurs représentants permanents à l’étranger. Cette faculté, quand ils la possèdent, leur confére un avantage décisif sur la concurrence. Plus les échanges d’informations sont fréquents, plus leur connaissance de l’état du marché est étendue et plus forte est leur supériorité commerciale. Aussi la demande d’informations est-elle de plus en plus pressante.

  • 7 W. Behringer, Im Zeichen des Merkur. Reichspost und Kommunikationsrevolution in der Frühen Neuzeit (...)

20Le besoin croissant de disposer d’un service postal efficace à des fins commerciales coïncide avec leur développement. Ainsi, dans un contexte plus global, il se produit au début de la période moderne une véritable révolution de la communication basée sur une amélioration très nette de la qualité et de la quantité des services postaux à travers toute l’Europe. Les communications par courrier deviennent plus rapides, plus régulières et plus fiables. Il est difficile de connaître précisément cette révolution postale, mais quelques exemples peuvent l’illustrer. Au XVIIe siècle, les bureaux de poste dans les villes impériales d’Allemagne se multiplient, phénomène qui culmine dans la seconde moitié du siècle avec la création de 17 nouveaux bureaux. Dans la principauté de Saxe, le nombre de relais de poste quadruple entre 1690 et 1700, passant en dix ans de 20 à 80. De manière plus générale, le nombre de relais pour l’ensemble de l’Allemagne s’élève à 600 en 1714, alors qu’il n’était que de 200 en 16327. Il en résulte un progrès évident des communications. Alors que le courrier mettait auparavant facilement trois semaines en été et sept en hiver pour être acheminé de Dantzig à Amsterdam, le service postal assure désormais la liaison en quinze jours au milieu du XVIIIe siècle, et cela toute l’année.

21La révolution postale, avancée technologique d’ordre principalement organisationnel, est déclenchée par une demande conjointe des gouvernements et des hommes d’affaires. Elle est, par ailleurs, grandement facilitée par une évolution favorable des institutions, notamment politiques. La Paix de Westphalie, signée en 1648, permet d’assurer la stabilité croissante des régimes et le respect de la loi dans toute l’Europe. De manière plus générale, la stabilité et la sécurité sont les fruits de l’entrée du continent dans une ère de progrès consécutive à l’affirmation de la souveraineté des États dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Quelles qu’en soient les causes, la révolution postale favorise les progrès de la correspondance commerciale internationale qui devient à la fois plus régulière et plus intensive, tandis que les échanges et la diffusion de l’information gagnent en vitesse. Cette amélioration des échanges à caractère informatif stimule fortement la communication entre les marchands néerlandais établis dans de très nombreux ports et les centres commerciaux européens. Il devient beaucoup plus facile de correspondre avec toute l’Europe et d’établir des relations de confiance. De nouvelles perspectives s’ouvrent, pour les gros comme pour les petits entrepreneurs. Ils peuvent désormais, du moins pour les plus importants d’entre eux, étendre leur réseau de correspondants. Ils ne sont plus, comme par le passé, dépendants de leurs partenaires ou de leurs employés pour traiter leurs affaires à l’étranger et ils peuvent correspondre avec les membres de toutes les colonies marchandes néerlandaises. Ces améliorations profitent aussi aux petits négociants. Pendant longtemps, ces derniers n’ont eu qu’un accès limité au réseau commercial international, n’étant pas en mesure d’envoyer et d’entretenir des représentants à l’étranger. Ils achetaient leurs marchandises aux gros importateurs et fournissaient les gros exportateurs. Le grand commerce était réservé aux négociants de premier plan qui avaient les moyens d’envoyer leurs agents à l’étranger. Avec les progrès de la correspondance, le marché international s’ouvre aux entrepreneurs de taille plus modeste qui peuvent désormais se mettre et rester en contact avec des expatriés et faire des affaires avec eux en toute confiance. Ainsi, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les petits négociants prennent l’habitude de commander par courrier de petits colis de marchandises que leur expédient leurs compatriotes établis à l’étranger. Ainsi, on peut supposer qu’il existe quelques gros importateurs de marchandises étrangères et beaucoup de petits. Cette hypothèse ne peut être vérifiée de manière très sûre, étant donnée la rareté des informations disponibles. L’analyse des importations à Amsterdam depuis Arkhangelsk semble toutefois l’accréditer. En 1703, 88 % des importateurs (153 compagnies) reçoivent 37 % de la valeur des marchandises importées. Aucun d’entre eux n’importe plus de 1 % de ces produits et le plus gros importateur réceptionne 15 % des marchandises, en valeur globale. En 1709, la tendance s’est encore accentuée.

22Au cours du XVIIe siècle, les marchands néerlandais établis à l’étranger acceptent de petites commandes passées par de modestes négociants résidant aux Provinces-Unies. Cette pratique donne un caractère routinier à ces échanges, qui deviennent très courants et finissent par constituer l’activité principale de quelques membres de toute colonie marchande néerlandaise. Ils entrent souvent dans le schéma du commerce intermédiaire, en vertu duquel l’agent commissionné à l’étranger achète et vend des marchandises pour le compte de plusieurs, voire de nombreux donneurs d’ordre résidant aux Provinces-Unies et est rémunéré par un pourcentage calculé sur le montant de la transaction.

23Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, l’essor des intermédiaires de commerce conduit à l’augmentation rapide du nombre de marchands néerlandais se rendant chaque année à la foire d’Arkhangelsk. Dans les années 1660, environ cent quatre-vingt d’entre eux viennent conclure des affaires en Russie. Durant les décennies suivantes, ce nombre décroît et chute à quatre-vingt dans les années 1690. Aussitôt qu’ils en ont la possibilité, les négociants font le choix d’avoir un commissionnaire à l’étranger pour les représenter plutôt que de se déplacer. Cette option leur permet non seulement d’économiser du temps, mais également de bénéficier du fait que leurs agents peuvent traiter des affaires avec les Russes à la fois avant l’arrivée des navires à Arkhangelsk et après leur départ. Cette évolution de la stratégie commerciale néerlandaise conduit à l’augmentation du nombre d’étrangers résidant de manière permanente à Arkhangelsk où le nombre de foyers d’expatriés passe de huit en 1649 à vingt-cinq en 1680. Cette situation est assez logique si l’on considère que le nombre de commissionnaires s’est considérablement accrû et que ces derniers ont besoin d’un pied-à-terre en ville.

Quatrième schéma : la correspondance directe

24À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les marchands néerlandais commencent à correspondre et à traiter directement avec les marchands étrangers. Ils recourent de moins en moins souvent aux services des commissionnaires néerlandais, en conséquence de quoi les colonies marchandes perdent en vigueur et en nécessité, et commencent à s’étioler. C’est le cas de Bordeaux mais aussi – on peut le supposer – d’autres ports de la côte atlantique, des ports du Levant, d’Italie ou de l’Espagne à la fin du XVIIe siècle. Jonker et Sluyterman affirment que la disparition des colonies marchandes néerlandaises est provoquée par le passage du système des intermédiaires au recours aux marchands locaux. Mais, ce faisant, ils omettent de prendre en considération la phase durant laquelle les expatriés néerlandais pratiquent eux-même le commerce intermédiaire.

25L’émancipation des marchands locaux résulte, d’une part, de la mise en place des intermédiaires et, d’autre part, de la diffusion des connaissances et des qualifications commerciales. Si des relations de confiance sont établies sur la base de communications postales avec des expatriés néerlandais, elles peuvent l’être tout aussi bien avec des correspondants indigènes. Seule condition requise : il faut que les étrangers aient les compétences et les connaissances commerciales nécessaires. Pendant longtemps, les marchands néerlandais correspondent de préférence avec leurs compatriotes installés à l’étranger, ce qui signifie que l’expérience et l’expertise restent dans les cercles néerlandais dont les membres sont en contact permanent avec leurs compatriotes d’Amsterdam. Mais le savoir se diffuse et les marchands locaux ont un moyen facile d’acquérir la connaissance du métier en profitant d’un transfert de compétences des négociants néerlandais. À cet égard, les colonies marchandes néerlandaises apparaissent comme des centres de diffusion du savoir commercial. Leurs membres se mélangent à la société locale et, pour des raisons pratiques, partagent leur expérience avec les marchands locaux. Lorsque les coutumes locales ne sont pas trop éloignées de leur propre culture, les Néerlandais n’hésitent pas à engager des marchands locaux comme employés et à établir avec eux des partenariats commerciaux. L’étape suivante est d’épouser une femme appartenant à une famille de marchands locaux. Mais, que ce soit en tant qu’employés, partenaires commerciaux ou parents, les concurrents potentiels autochtones entretiennent des liens étroits avec les communautés néerlandaises, se familiarisent progressivement avec leurs pratiques commerciales et comblent leur retard en matière d’expertise commerciale. C’est ainsi que les agents et les commissionnaires néerlandais perdent ce qui faisait leur supériorité et sont de moins en moins irremplaçables.

26La colonie marchande de Bordeaux, qui périclite dans la seconde moitié du XVIIe siècle, offre un bon exemple de ce processus. La fondation de la colonie bordelaise remonte à la fin du XVIe siècle. Cinquante ans plus tard, un réseau très dense de liens familiaux s’est développé entre les familles d’expatriés néerlandais et la communauté protestante locale, au point que, à l’intérieur de cette communauté, la nationalité est devenue un critère de second ordre. Par ailleurs, à Bordeaux même, les partenariats entre marchands français et néerlandais se multiplient. Le nombre de marchands néerlandais établis à Bordeaux s’élève à près de soixante-dix au milieu du siècle. La communauté commence à décliner entre 1665 et 1670. Ils ne sont plus que 51 en 1670, et 17 en 1697, un nombre qui demeure plus ou moins constant jusqu’en 1715. Ce déclin répond à la crise de la filière viticole traditionnelle, conséquence de la politique mercantiliste du gouvernement français et des guerres survenues entre 1672 et 1715. La révocation de l’Édit de Nantes, en 1685, porte un coup supplémentaire à la communauté. Outre la conjoncture historique, le transfert de l’expertise néerlandaise aux marchands locaux et la participation de plus en forte des Français aux activités commerciales expliquent aussi en partie ce déclin. Sans doute sont-ils la conséquence des liens familiaux et économiques que tissent entre elles les communautés française et néerlandaise. Il semble clair, en tous cas, que les Néerlandais de Bordeaux apparaissent peu à peu comme étant de moins en moins irremplaçables au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle. Les marchands locaux interviennent plus facilement sur leur marché domestique que les expatriés. Ils ont la confiance des Néerlandais, maîtrisent le marché international, et ont naturellement une meilleure connaissance du marché local.

27Le cas de la firme de Jan Isaac de Neufville & Comp. d’Amsterdam est un bon exemple de la manière dont on peut, au XVIIIe siècle, bâtir des relations de confiance – ce qui est indispensable dans le monde des affaires – avec de véritables étrangers en entretenant avec eux une correspondance régulière, et des possibilités qu’offre ce mode de communication pour conclure de petites transactions à titre d’essai. En 1730, lorsque cette compagnie se lance, dans le commerce international du lin, elle se met en quête de clients à l’étranger – tout particulièrement en Angleterre – en collectant des adresses et en envoyant des courriers dans lesquels elle propose de « travailler à l’essai sur des échantillons ».

28De tels exemples ne doivent pas masquer le fait que le degré d’acquisition de l’expertise commerciale néerlandaise est variable d’une région à l’autre. Au début du XVIIe siècle, Londres, par exemple, est franchement en retard. Cependant, avant 1640, environ 30 % des importations londoniennes de tissu damassé et de langes fabriqués aux Provinces-Unies sont réalisées par des marchands étrangers – parmi lesquels on trouve nombre de Néerlandais –, les 70 % restants étant réalisés par des citoyens anglais. En même temps, tout au long du XVIIe et du XVIIIe siècle, la colonie marchande britannique de Rotterdam conserve d’étroites relations avec l’Angleterre et n’a nul besoin d’experts. Les villes portuaires de la côte occidentale de la France sont sans doute légèrement plus marquées par l’esprit provincial mais, là aussi, les marchands apprennent rapidement. Dans les régions qui se trouvent davantage en marge de l’économie européenne, comme la Russie, les techniques du commerce international ont plus de mal à se diffuser. Même dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les marchands russes n’ont pas les compétences nécessaires pour traiter directement des affaires de portée internationale. Seule exception, Arkhangelsk où les Russes réussissent à conquérir une part du marché étranger local à hauteur de 40 %, dans les années 1780. Cette réussite s’explique par le fait qu’il y a moins de marchands étrangers en activité à Arkhangelsk qu’à Saint-Pétersbourg où la concurrence est beaucoup plus forte.

29Ainsi, l’« émancipation des locaux » résulte de la croissance économique rapide de nombreux pays européens au XVIIIe siècle. Bien sûr, le processus est accéléré par les politiques mercantilistes des gouvernements qui promeuvent l’industrie nationale en la subventionnant directement et en élevant des barrières douanières afin de mieux contrôler les exportations de matière brute et les importations de produits finis. L’Angleterre et la France mettent en place une politique de ce type dans la seconde moitié du XVIIe siècle et, à partir de 1720, suivent la Prusse, la Russie, la Suède, le Danemark, l’Autriche puis l’Espagne. Le commerce extérieur de l’Angleterre et ceux de la France en particulier et, dans une moindre mesure, de Hambourg, de la Norvège, de la Suède, de la Prusse et de la Russie, connaissent alors une croissance très forte. Cette émancipation produit, en retour, un affaiblissement très net du rôle des Provinces-Unies dans l’économie internationale au cours du XVIIIe siècle. Le volume du commerce extérieur de la République stagne, puis commence à décroître et, peu à peu, les Néerlandais perdent leur suprématie commerciale.

Conclusion

30Le développement des communications internationales du système commercial néerlandais connait quatre phases distinctes au cours de la période qui va de 1500 à 1800. Chacune de ces phases se traduit par la prédominance d’un modèle de communication qui lui est propre. Jusqu’en 1590, les marchands néerlandais qui font des affaires avec les marchands étrangers ont tendance à se rendre sur place en personne pour y rencontrer leurs partenaires et traiter directement avec eux : c’est le modèle du « voyage d’affaires ». Les Néerlandais préfèrent ce schéma de communication car il n’existe pas encore de système postal international digne de ce nom. Vers 1590, des marchands néerlandais s’établissent à l’étranger de manière permanente par l’intermédiaire de représentants, souvent des proches. Le système postal ne répond toujours pas aux besoins des marchands et laisser sur place des représentants permanents offre des avantages concurrentiels plus importants que les voyages d’affaires. C’est à cette époque que les colonies marchandes néerlandaises se développent dans toute l’Europe. Le schéma des représentants s’impose et domine les échanges commerciaux internationaux jusqu’aux environs de 1650. Cependant, au cours du XVIIe siècle, les services postaux gagnent considérablement à la fois en rapidité et en efficacité. Conséquence de cette révolution postale, il devient beaucoup plus facile à la fois pour les gros et les petits négociants néerlandais de correspondre régulièrement avec leurs compatriotes installés à l’étranger, d’établir avec eux des relations de confiance et de faire des affaires par leur intermédiaire. Aussi, à partir de 1650, le schéma du commerce intermédiaire et des commissionnaires prend le relais. Mais, si les relations de confiance peuvent être établies avec des expatriés néerlandais, cela doit être tout aussi possible avec des marchands autochtones – si toutefois ils ont les qualifications requises mais c’est le cas dans la plupart des régions d’Europe. Ainsi, assez logiquement, le schéma de la correspondance directe l’emporte à partir de 1700.

31Évidemment, cette chronologie n’est qu’une représentation schématique d’une réalité parfois très complexe. Elle n’est pas non plus dénuée d’ambiguïté, et cela pour deux raisons. En premier lieu, chaque phase se fond très progressivement dans la suivante si bien que, dans une large mesure, les différentes phases se chevauchent dans l’échelle temporelle. En second lieu, le niveau de développement des services postaux et le degré de sophistication commerciale différent d’un pays à l’autre. Il en résulte que le passage d’un système de communication à l’autre, tout comme l’acquisition de l’expertise commerciale, se font à un rythme différent selon les régions. L’empiètement des différentes phases les unes sur les autres peut être illustré dans le cas des ports baltiques. Van Tielhof a souligné le fait que les communautés néerlandaises fleurissent dans les ports de la Baltique dans le dernier quart du XVIe siècle et le premier quart du XVIIe siècle. Durant ces années, certains marchands d’Amsterdam engagent toujours des capitaines de navires comme agents. Ceci implique un empiètement très clair du schéma des voyages d’affaires sur celui des représentants, et inversement. De même, alors qu’au XVIIIe siècle les marchands néerlandais sont majoritairement représentés par des agents locaux commissionnés, il demeure une importante communauté néerlandaise à Dantzig. On constate donc, un chevauchement du schéma des commissionnaires et de celui de la correspondance directe.

32Il va sans dire que le rythme de développement des services postaux différe également selon les points du continent. Les principales villes avec lesquelles Amsterdam a des liaisons postales directes en 1612 sont Anvers, Cologne et Hambourg. Beaucoup plus tard, de très nombreuses villes sont intégrées dans ce réseau postal international. En 1668, par exemple, une liaison postale indirecte est établie depuis de l’Europe de l’Ouest vers Moscou, au moment où cette dernière ville est reliée directement à la fois à Riga et à Vilnius. Quant aux différences de niveau d’expertise commerciale entre les différents pays, elles apparaissent clairement si dans le cas de l’Angleterre, de la France et de la Russie. Les Britanniques ont suffisamment de compétences en matière commerciale pour traiter directement avec les Provinces-Unies dès le début du XVIIe siècle – et peut-être même plus tôt. Un constat similaire peut être fait pour les marchands français de la seconde moitié du siècle. Mais les marchands russes n’ont pas un niveau d’expertise suffisant pour traiter des affaires internationales en direct, même dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

33Malgré les chevauchements entre les phases de communication successives, les écarts dans le niveau de développement des services postaux et le degré d’expertise des uns et des autres, le tableau général est assez clair. La révolution postale du XVIIIe siècle a mis fin à la nécessité d’effectuer des voyages d’affaires, à l’envoi d’agents commerciaux expatriés puis à celle de commissionnaires. Elle entraîne une dissémination simultanée de l’information, de l’expertise et des initiatives, partout où elle passe, et elle ouvre la voie de la négociation directe avec les marchands locaux des différents pays.

34Si la révolution postale ouvre cette voie, les Néerlandais en sont les défricheurs. Après 1590, les Provinces-Unies en général, et Amsterdam en particulier, s’imposent comme la plaque tournante des échanges d’informations, avantage qui renforce la position dominante de la ville dans le commerce international et offre aux marchands néerlandais la possibilité de pénétrer, de développer et d’ouvrir des marchés, parfois très éloignés, à l’étranger et, ce faisant, d’étendre le réseau commercial néerlandais et l’échelle des échanges internationaux. La domination des Provinces-Unies s’estompe lorsque la révolution postale intensifie considérablement les communications commerciales internationales et facilite la diffusion de l’information, de l’expertise et de la confiance – un phénomène qui stimule le développement économique de toute l’Europe, et au-delà. Tout ceci n’est finalement pas très surprenant. Toute économie a besoin d’infrastructures pour exister, notamment de moyens pour véhiculer l’information, et leur développement a toujours été une condition essentielle au développement économique.

35Les Néerlandais ont d’abord été des défricheurs. La révolution postale a ensuite ouvert grand la voie qu’ils avaient esquissée et le reste de l’Europe s’y est engouffré.

Notes

1 J.W. Veluwenkamp, « International business communication patterns in the Dutch commercial system, 1500-1800 », dans H. Cools, M. Keblusek et B. Noldus (éd.), Your humble servant. Agents in early modern Europe, Hilversum, 2006, p. 121-134.

2 V. Zakharov, « Russian trade policy in the 18th century », dans F. de Goey et J.W. Veluwenkamp (éd.), Entrepreneurs and institutions in Europe and Asia 1500-2000, Amsterdam, 2002, p. 55-70.

3 J. W. Veluwenkamp, « Merchant colonies in the Dutch trade system (1550-1750) », dans C.A. Davids, W. Fritschy et L. A. Van der Valk (éd.), Kapitaal, ondernemerschap en beleid. Studies over economie en politiek in Nederland, Europa en Azië van 1500 tot heden. Afscheidsbundel voor prof. dr. P.W. Klein, Amsterdam, 1996, p. 141-164.

4 M. Van Tielhof, The « mother of all trades ». The Baltic Grain Trade in Amsterdam from the late 16th to the early 19th century, Leiden, 2002.

5 C. Lesger, Handel in Amsterdam ten tijde van de Opstand. Kooplieden, commerciële expansie en verandering in de ruimtelijke economie van de Nederlanden, ca. 1550-ca. 1630, Hilversum, 2001.

6 J. Jonker et K. Sluyterman, Thuis op de wereldmarkt. Nederlandse handelshuizen door de eeuwen heen, Den Haag, 2000.

7 W. Behringer, Im Zeichen des Merkur. Reichspost und Kommunikationsrevolution in der Frühen Neuzeit, Göttingen, 2003.

Auteur

Université de Groningen

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540