Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Première partie. Hommes en mouvement

Guerre sur terre et circulations internationales en Europe

Yann Lagadec

Texte intégral

1À l’automne 1758, Salomon Duby, capitaine-général des fermes du Roi au département de Cherbourg, adresse au duc d’Harcourt, commandant en chef en Normandie, un mémoire afin d’obtenir quelque dédommagement des pertes qu’il a subies lors du raid mené par les troupes britanniques à Cherbourg au mois d’août précédent. Ce « Suisse de Nation » y rappelle non seulement son action, à la tête d’une « Troupe brune » de 80 employés des fermes, contre les soldats du général Bligh mais aussi son passé militaire au service « de plusieurs puissances, et entre autres dans le régiment Royal-Allemand ». Duby, qui précise plus loin avoir « embrassé la religion romaine », incarne à lui seul quelques-unes des principales formes de circulations internationales liées à la guerre dans l’Europe des années 1680-1780, mais aussi quelques-unes de leurs multiples implications, culturelles, économiques ou sociales : une migration professionnelle – dans ce cas militaire – par étapes, au profit successivement de « plusieurs puissances », ponctuée d’une installation définitive dans le dernier des pays hôtes ; l’adoption de la religion dominante pour une meilleure « intégration », alors même que le protestantisme des soldats étrangers ne pose guère problème en règle générale ; la continuation du service de ce pays, civil cette fois, la chose n’empêchant pas de reprendre les armes pour le défendre face à ce qui reste la principale forme de circulation internationale des combattants, l’invasion.

2Ces circulations transfrontalières liées à la guerre ne se limitent d’ailleurs pas à ces quelques dimensions en ce large XVIIIe siècle qui, bien que moins durement marqué que le « siècle de fer » s’ouvrant vers 1618, n’en connaît pas moins nombre de conflits. Les mouvements des hommes – militaires mais aussi civils – se doublent souvent de ceux des biens : si le fait est bien connu et durable pour ce qui relève des naval stores – notamment de la Baltique – indispensables aux arsenaux français, anglais ou hollandais, ou pour les chevaux que le secrétaire d’État à la Guerre français achète en Suisse, dans le Palatinat, ponctuellement dans le Holstein, ces flux concernent pour une part aussi les armes. La principauté de Liège exporte ainsi largement sa production d’armement, tandis que c’est d’Angleterre ou des Provinces-Unies que la Russie de Pierre le Grand fait venir une bonne partie de la poudre à canon nécessaire à ses armées, avant la création de manufactures à Voronej et Moscou en 1704-1705. En cela, le tsar emboîte le pas aux autres puissances européennes, tant pour des raisons strictement militaires que dans le cadre de politiques mercantilistes protectionnistes. Cette circulation des biens favorise souvent celle des techniques et, plus largement, celle des idées et des informations, la guerre participant ainsi pour une part au moins des vastes transferts culturels à l’œuvre à l’échelle de l’Europe, de manière parfois fort indirecte. Ainsi, du « voyage immobile » offert à la grande masse de la population qui n’ignore pas, le plus souvent, le sort des armes du pays : la presse, les gravures, les Te Deum et festivités en tous genres sont autant de médias favorisant la circulation des nouvelles y compris au sein du peuple. Le modeste laboureur vendômois Pierre Bordier rend compte par exemple de la prise de Minorque en 1756 suite à laquelle « on a chanté un Te Deum », de la bataille de Rossbach en novembre 1757, mais aussi de la victoire des alliés autrichiens de la France contre les Prussiens à Kolin quelques mois plus tôt.

3D’où le désir de prendre ici en considération la guerre comme fait social « total ».

Les opérations militaires, facteur de mobilité

  • 1 Ont été exclus ici les mouvements de troupes vers les colonies depuis les métropoles, et ceux vers (...)

4La mobilité des armées, importante en temps de paix – à l’exception de quelques corps de troupes des maisons royales, guards et autres chevau-légers –, est encore accrue en temps de guerre en raison même des opérations militaires1, se jouant alors des frontières. Les difficultés inhérentes à ces mouvements constituent cependant l’un des principaux handicaps en matière de stratégie.

5En effet, alors que les efforts de développement des réseaux de transport terrestres et fluviaux à l’intérieur des États facilitent la circulation des troupes d’un bout à l’autre du pays, que la mise en place de systèmes comparables aux étapes françaises rationalise les déplacements, l’entrée en territoire ennemi expose les armées à de nombreuses difficultés. La principale tient à la capacité à faire suivre les munitions et les vivres nécessaires, rations de pain, de viande ou de biscuit par milliers pour les hommes, mais aussi de fourrage pour leurs montures – 1 000 tonnes par jour pour les 40 000 chevaux d’une armée standard : il est impossible alors de vivre uniquement sur le pays, de se passer du recours à des munitionnaires par ailleurs inégalement scrupuleux dans le respect des marchés passés. Aussi les opérations tendent-elles pour une large part vers la prise des places-fortes – et des magasins – de l’adversaire. La guerre de siège est alors au cœur de toutes les stratégies : les villes conquises constituent autant de points d’appui pour la poursuite d’une campagne tout en perturbant les voies logistiques de l’ennemi. « Le plus grand secret de la guerre et le chef-d’œuvre d’un général habile est d’affamer l’ennemi. La faim épuise plus sûrement les hommes que le courage, et vous l’emporterez avec des risques moindres qu’en combattant » écrit Frédéric II de Prusse à ses généraux en 1757, précisant cependant qu’une « guerre se termine très rarement par la prise d’un dépôt et les choses ne se décident que par les grandes batailles ».

6Celles-ci impliquent en général marches et contre-marches, retraites précipitées et poursuites plus ou moins risquées. C’est en ces occasions que les déplacements quotidiens des armées en campagne, de l’ordre 10 à 15 km en général, une vingtaine lorsque les circonstances l’imposent, dépassent 30 km ponctuellement, un rythme que l’on ne peut tenir bien longtemps. En été, un départ matinal, vers 4 h, permet de parcourir les quelques kilomètres prévus avant que le soleil n’atteigne son zénith. Ponctuellement cependant, ainsi que le note dans son journal des routes le baron des Plas, lieutenant au régiment du Roi-Infanterie, « l’armée marcha 15 h sans pain [le 9 juin 1757], très fatiguée par les chaleurs et la nécessité ». Plus tard, c’est à cause d’une « pluye continuelle et universelle » que « les troupes ont beaucoup souffert », révélant combien ces marches sont pénibles, tant à cause des conditions météorologiques qu’en raison des problèmes de ravitaillement ou de la mauvaise qualité des routes et chemins. Les troupes britanniques présentes en Bretagne à l’été 1758 y insistent : ce sont des « routes étroites, bordées d’arbres de chaque côté », encaissées, et boueuses qu’il faut emprunter, ainsi que le déplore, chaque jour ou presque, dans son journal, le caporal Todd, du 30th Foot Regiment, qui ne semble avoir pour référence que les turnpike roads. Malgré tout, à l’échelle d’une campagne, plus encore à celle d’une guerre ou d’une carrière, ce sont des centaines voire des milliers de kilomètres que certains combattants sont amenés à parcourir, plus de 1 500 km en Allemagne pour le baron des Plas pour la seule année 1757 par exemple.

7Ces marches empruntent très largement les grandes voies de circulation transnationales, définissant, à l’échelle de l’Europe, quelques « corridors militaires » : si le camino espanol perd de son importance avec la cession des Pays-Bas à l’Autriche, les sièges et batailles récurrents de Namur (1692, 1695 et 1745 notamment), Minden (1757 et 1759), Montmélian (1691 et 1703-1705) par exemple dessinent une géographie des principales zones d’affrontement à l’échelle du continent. Ainsi de la Bavière, de la Saxe ou de la Bohême, de la Catalogne, de la Savoie ou des Pays-Bas espagnols puis autrichiens, des vallées de la Meuse, du Rhin ou du Main, de celle du Danube et des plaines de Hongrie.

  • 2 Y. Lagadec et S. Perreon, La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758). Entre histoire (...)
  • 3 C. Horst, « Les meilleurs ennemis du monde ? L’occupation française en Allemagne pendant la guerre (...)

8Ce sont aussi ces zones qui, périodiquement, sont soumises à l’occupation plus ou moins dure des armées étrangères. La tendance est sans doute, au moins en Europe occidentale, à une certaine « civilisation des mœurs » militaires : les conditions du sac du Palatinat en 1689, celui de Berg-op-Zoom en 1747 scandalisent d’autant plus l’opinion publique européenne que de telles pratiques, sur une telle échelle, semblent désormais dépassées. Il est d’ailleurs significatif de voir des officiers britanniques dénoncer, en 1758, les manières « de tartares et de cosaques » de leurs propres troupes sur le littoral breton2. Il n’en reste pas moins que la vie sur le pays qu’imposent, dès lors que l’on franchit les frontières, les limites intrinsèques des systèmes logistiques des armées en campagne ne sont pas sans conséquences pour les populations locales, soumises aux réquisitions et contributions dans le meilleur des cas, au simple pillage bien souvent. Cette présence de troupes étrangères n’est cependant pas toujours vécue trop durement. Certains en tirent même parfois – fort modestement – profit, à l’instar de ce boucher cherbourgeois commis à la livraison de viande aux occupants britanniques en août 1758. Quant aux élites sociales, elles partagent avec les officiers étrangers une vie mondaine parfois brillante. Ainsi en Savoie, occupée par les troupes espagnoles : la présence de l’infant don Philippe à Chambéry durant les hivers 1743-1744 et 1748-1749 est l’occasion de festivités répétées, associant haute société savoyarde et officiers espagnols. Les officiers français sont eux aussi bien reçus en Rhénanie ou au Hanovre durant la guerre de Sept Ans, la multiplication des unions avec les filles des meilleures familles de Clèves finissant par inquiéter Frédéric II. « Nous avons eu les meilleurs ennemis qu’on pût avoir, des ennemis qui nous ont traités d’une manière gentille, voire amicale » confesse finalement un professeur de Göttingen3.

  • 4 Sur ces récits de guerre mais aussi le développement d’un « tourisme » des champs de bataille, voi (...)

9Ces voyages, au sens plein du terme, que constituent aussi les opérations militaires, sont d’ailleurs l’occasion de nombreux récits. Récits épistolaires tout d’abord, à destination des proches restés au pays, à qui l’on fait partager la découverte de nouveaux horizons. En juin 1742, à peine arrivé en Bohême, le capitaine Jacques de Chalonge, du régiment de Tournaisis, écrit à son neveu : « Quoique je n’aie pas encore eu trop le temps de me reconnoître, je dérobe, à mes affaires les plus pressantes, celui de répondre à votre lettre du 26 mars, que je viens de retirer de la poste, de vous rendre compte de mon voyage dont j’ai fait un petit journal. » En Flandres au même moment, le major Richard Davenport, du 10th Dragoons, décrit à son frère une vie monotone, les distractions se limitant au billard et à un petit théâtre français où il se rend chaque soir, « sans comprendre tout à fait ce qui s’y joue ». Le récit est parfois plus structuré, véritable journal voire mémoires, éventuellement destinés à la publication, selon des formes assez largement nouvelles au XVIIIe, qui s’épanouiront cependant au début du siècle suivant4. Tout autant que la guerre et ses vicissitudes, les combats, la mort, on cherche à y mettre en scène un étranger pittoresque, presque exotique. Au-delà du rappel des étapes et des distances parcourues – à l’image de ce que proposent les guides de voyage du temps –, les particularités des localités traversées sont évoquées, le recours à l’insolite permettant de capter l’attention du lectorat, fût-il restreint au cercle familial. Les paysages – qui constituent aussi le « terrain » des combattants – sont au cœur de nombre de notations. Un officier britannique, en Bretagne en 1758, s’intéresse aux malouinières, ces « maisons de campagne appartenant à des marchands de St.-Servans, une grande ville limitrophe de St-Maloes », concluant de ses pérégrinations dans la campagne que « the environs of St. Maloes are extremaly pleasant ». Des paysages, l’on passe facilement aux principaux monuments : le Major Davenport raconte à son frère sa visite de la cathédrale gothique de Gand, la découverte de ses retables dont un, de Rubens, « very beautiful ».

10L’insolite, pour ces voyageurs militaires, c’est aussi, pour une large part, les habitants des pays traversés, leur langue – « je me trouve à l’ABC de l’idiome des Bohémiens de sorte que je suis obligé de parler par signes » écrit Chalonge – leurs costumes, leurs coutumes. Les pratiques alimentaires suscitent nombre de commentaires. Alors que tout est cher, Julien Brunel, simple soldat breton en garnison à Liège en 1682, note dans une lettre à sa mère que « la bierre ne vault que 4 liardz ». Charles-Étienne Bernos, soldat du régiment de Limousin, voit dans Krems, en Moravie, « une ville fort jolie, habitée par beaucoup de juifs qui engraissent des oyes pour en tirer le foie qui devient fort gros et dont ils font commerce […], aussi en mangions-nous souvent en buvant du joli vin blanc qui ne se vendoit que trois à quatre kreutzer ». Les femmes constituent un autre sujet cher à des militaires qui sont des hommes souvent jeunes et célibataires. À Hanovre en 1757, Antoine Mopinot de la Chapotte, lieutenant-colonel dans un régiment de cavalerie, se réjouit par exemple d’y trouver une ville « belle et agréable ; il y a comédie française, de jolies femmes, qu’on se propose de rendre aimables, et en attendant plus de filles qu’à Paris ».

  • 5 Voir A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère Choiseul. Le soldat, P (...)

11La captivité de guerre est, sans doute pour des centaines de milliers de combattants à l’échelle du XVIIIe siècle, l’occasion d’un séjour contraint à l’étranger, dans des conditions de pénibilités fort variables5 : si un officier de hussards français, capturé par les troupes autrichiennes en août 1746, dit ne pouvoir « que me louer des façons qu’on a eu pour moy chez les ennemis, surtout tous les officiers d’hussards qui m’ont d’abord pris en amitié, m’entendant parler hongrois », si l’on autorise fréquemment les captifs à vivre – et travailler – chez le bourgeois, le Britannique John Howard, dans son fameux ouvrage sur les prisons en Europe, se plaint d’avoir souffert « toutes les extrémités de la soif et de la faim » lors de sa capture par les Français en 1756, évoquant « la barbarie » du traitement réservé aux prisonniers anglais du château de Dinan où plusieurs épidémies, font il est vrai des ravages. Que dire du sort réservé à des combattants des armées de Charles XII pris par les Russes lors de la Grande Guerre du Nord, vendus comme serfs pour certains, tel l’Écossais Henry Wright ?

  • 6 Ces troupes constituées d’anciens prisonniers de guerre se révèlent peu fiables cependant, et dése (...)

12D’anciens captifs font néanmoins le choix, une fois la paix revenue, de s’établir dans le pays qu’ils avaient combattu, à l’instar de Jan Hannesse, prisonnier hollandais, qui tient la forge d’un maréchal-ferrant de Château-Thierry avant d’épouser sa veuve. D’autres, ne supportant plus la captivité, préfèrent servir la puissance qui les a capturés plutôt que d’attendre un éventuel cartel d’échange. C’est le cas notamment de ces Français servant Frédéric II dans les Freibatallionen französischen Deserteuren à compter de 1758-17596. Il est vrai que le service de l’étranger est l’une des principales formes de migration militaire dans l’Europe du XVIIIe siècle.

Recrutement militaire et circulations internationales

13Paradoxalement, alors que l’un des bouleversements majeurs concernant les armées de la seconde moitié du XVIIe siècle est celui de leur progressive « étatisation », ce mouvement s’accompagne d’un recours au moins égal – et parfois croissant – à des troupes d’origine étrangère. À cette première évolution s’en ajoute une seconde : celle du recrutement de ces mercenaires, non plus pour le temps d’une campagne, mais comme éléments pleinement constitutifs d’armées désormais permanentes.

  • 7 En France, l’on compte 33 régiments « étrangers » dans les années 1690 pour la seule infanterie, p (...)

14La part de combattants étrangers dans les armées européennes est parfois considérable. Dès 1702, 22 000 des 40 000 hommes employés par l’Angleterre sur les théâtres d’opérations européens sont loués à l’extérieur, en Prusse, au Danemark, en Hesse, Holstein et Saxe notamment. Dix ans plus tard, ce sont près de 100 000 « Allemands » qu’emploie l’alliance anglo-hollandaise. En Prusse, la proportion de soldats étrangers croît rapidement à compter de 1713 pour atteindre 40 % en 1740, plus de 50 % sans doute au milieu du siècle. De 1700 à 1709, 21 % des 70 000 combattants engagés par la Savoie de Victor-Amédée II sont étrangers. En 1734, ils représentent même 35 % des effectifs. En France, la part de ces troupes étrangères passe de 15 % dans les années 1660, à 32 % pendant la guerre de Hollande, 20 à 24 % pour celle de la ligue d’Augsbourg, de l’ordre de 85 000 hommes alors – plus que l’ensemble de l’armée française dans les années 16507. Ces proportions restent globalement les mêmes ensuite, d’ailleurs comparables à ce que l’on observe dans les armées du Roi catholique : en 1751, 21 % des 133 bataillons ne sont pas espagnols, mais principalement irlandais, wallons ou suisses.

  • 8 Voir sur cette question A. Corvisier, « Service militaire et migrations au XVIIIe siècle », Annale (...)
  • 9 Dans certains régiments de la brigade écossaise au service des Provinces Unies, l’on prête cependa (...)
  • 10 A. Corvisier, « Service militaire… », art. cit., rappelle par ailleurs l’importance d’autres types (...)

15Les raisons à cette mobilité professionnelle des militaires sont multiples. Elles reposent avant tout sur l’inadéquation entre la vocation ou les possibilités militaires d’une population et les besoins militaires de l’État. À l’échelle des individus, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte8. Ainsi de la « tradition » du service militaire étranger de certains pays, tels la Suisse, l’Irlande, l’Écosse ou la Hongrie : elle ne perdure cependant que parce que d’autres types de conditions le permettent. Le premier facteur de mobilité est sans doute d’ordre financier, tenant à la situation économique des individus comme de leur région d’origine : l’émigration des combattants écossais dépend ainsi tout autant de la conjoncture économique que de la situation internationale. L’on passe alors d’une armée à l’autre, au gré des conditions plus ou moins favorables offertes par les uns et par les autres, des possibilités d’ascension sociale souvent plus rapides dans les pays aux armées nombreuses ou régulièrement en guerre. D’autres facteurs, plus importants sans doute, entrent aussi en ligne de compte. L’on pense aux motivations politiques de certains, par exemple chez les jacobites qui, en s’engageant dans les régiments irlandais ou écossais en France, trouvent le moyen de poursuivre la lutte en faveur du Prétendant, au moins jusqu’à ce que, dans les années 1760, cette cause apparaisse comme définitivement perdue. Mais l’engagement à l’étranger est aussi et surtout un moyen de fuir la répression pour ceux qui, en 1715 comme en 1745, se sont trouvés compromis dans une rébellion sans lendemain, à l’instar de James Keith qui sert successivement l’Espagne – catholique – et la Prusse – luthérienne9. Quelle place accorder alors à la religion dans ces migrations militaires ? Elle est inégale sans doute, mais nette chez les jacobites, anglais et irlandais bien plus qu’écossais, le jacobitisme étant chez ces derniers avant tout épiscopalien. L’interdiction pour les « papistes » d’obtenir une commission dans l’armée britannique contraint par ailleurs de nombreux officiers à opter pour le service à l’étranger. Enfin, il ne faudrait pas négliger d’autres types de motivations, sans doute moins nobles : s’engager à l’étranger est pour certains un moyen d’échapper à la justice de leur pays, volontairement, tel cet Horace Saint-Paul, gentleman entré au service de l’Autriche, ou pas, à l’image de ce Conrad Müller, voleur de bois « ivrogne et impie », remis par les autorités de Hesse-Darmstadt à des recruteurs impériaux en 1734, l’armée – y compris étrangère – apparaissant comme un appendice du système carcéral10.

  • 11 De manière fort significative, lors de la bataille d’Almansa, en Espagne, en 1707, ce dernier, d’o (...)

16Derrière les motivations individuelles, se dissimulent des systèmes de recrutement fort variés qui, parfois, coexistent à l’intérieur d’une même armée. Dans toutes, figurent des « aventuriers » qui ont opté pour le service à l’étranger. C’est le cas, notamment, chez les officiers, d’Eugène de Savoie, commandant d’armée au service des Habsbourg au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, à Kléber – futur général de la Révolution –, sous-lieutenant dans un régiment autrichien de 1776 à 1783, en passant par Bonneval Pacha ou le baron de Tott, officiers français qui servent l’Empire ottoman dans les années 1730-1770. De manière plus générale, plus de 8 % des brigadiers nommés par Louis XV avant 1759 sont des étrangers, 11 % des 307 lieutenants-généraux nommés par Louis XVI : les Irlandais et Britanniques – Dillon, Lally, Berwick11 – côtoient notamment le Danois Waldemar de Lowendal – qui a successivement servi les armées danoises, impériales et russes – ou l’Allemand Maurice de Saxe. L’Ecossais Francis McLean incarne parfaitement ce « vagabondage militaire » : entré au service des Provinces-Unies comme lieutenant du régiment écossais de Colyear’s pendant la guerre de Succession d’Autriche, il passe dans l’armée britannique en 1758 en raison de la neutralité hollandaise dans le conflit en cours et combat comme capitaine puis lieutenant-colonel aux Antilles et au Canada. De retour en Europe, il sert dans l’armée portugaise, avec le grade de général. Il accepte cependant le commandement d’un régiment dans l’armée britannique au moment de la guerre d’Amérique, redevenant colonel en 1778, et meurt trois ans plus tard en Nouvelle-Écosse, redevenu brigadier-général. Les soldats et bas-officiers sont eux aussi concernés, notamment – mais pas seulement – en Europe centrale et orientale, là où les étrangers ne servent pas majoritairement dans des unités spécifiques. Des officiers prussiens sont ainsi envoyés dans certains États germaniques à la recherche de nouvelles recrues, particulièrement d’hommes de grande taille destinés aux unités de grenadiers, usant de tous les stratagèmes pour parvenir à leurs fins. De véritables filières transnationales de recrutement existent parfois, avec leurs relais locaux : c’est le cas en Irlande notamment, mais aussi dans les cantons suisses où l’engagement sur plusieurs générations de certaines familles d’officiers, tels les Perregaux, de Neuchâtel, facilite le recrutement.

  • 12 Ces troupes nationales en quelque sorte prêtées à la France que constituent les régiments suisses (...)
  • 13 C. Ingrao, The Hessian Mercenary State, 1760-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

17Il est vrai que les soldats suisses au service de l’étranger bénéficient en général d’un statut particulier dans l’Europe du XVIIIe siècle, celui de troupes capitulées. La signature d’un accord diplomatique – des « capitulations » – entre les cantons suisses et les puissances à la recherche de combattants – France, Autriche, Espagne – garantit à ces dernières la stabilité du recrutement. Ce service capitulé ne va pas sans contreparties cependant, la principale étant l’interdiction d’employer ces troupes dans une guerre offensive contre l’une des autres puissances ou au-delà des mers, cantonnant pour une part les régiments ainsi levés à des tâches de maintien de l’ordre intérieur12. De ce point de vue, les unités irlandaises offrent une bien plus grande souplesse d’emploi, amenant des officiers tels Maximilian Browne ou Francis McDonnell, servant les armes autrichiennes, à combattre et défaire des bataillons irlandais des armées françaises et espagnoles à Crémone en 1702 ou Velletri en 1744. Il en va plus largement de même des régiments « loués » auprès de certains États germaniques de second rang par la France, l’Angleterre, les Provinces-Unies, mais aussi Venise ou l’East India Company : ainsi de la Hesse-Cassel, l’exemple le mieux connu13. Ce landgraviat fait en effet de son armée moins un instrument de puissance qu’un élément central de sa politique économique et fiscale. Tout en permettant de lutter contre la pauvreté de ce territoire sans autres richesses que ses hommes, en procurant un emploi à certains et en jugulant une émigration jusqu’alors importante, la « location » de régiments à l’étranger accroît les ressources de l’État hessois qui diminue ses exigences fiscales de 25 % au cours du siècle, les situant à un niveau 2 ou 3 fois moins élevé qu’en Prusse, en Bavière ou dans la principauté de Deux-Ponts. Non dépourvu de risques, ce Soldatenhandel ou commerce des soldats, première source d’« exportation », est à la base d’un système inspiré du caméralisme d’autant mieux accepté par la société qu’il offre des possibilités d’ascension sociale y compris aux roturiers, favorisant le développement des industries textiles et sidérurgiques, l’introduction, dans les années 1770, de réformes judiciaires, religieuses ou sociales marquées du sceau du despotisme éclairé du landgrave Frédéric II : « ces troupes sont notre Pérou » s’était exclamé son prédécesseur Guillaume VIII dès 1745.

  • 14 Les hussards au service de la France sont ainsi de moins en moins hongrois : alors que 74 % des ca (...)
  • 15 P. H. Wilson, « The Politics of Military Recruitment in Eighteenth-Century Germany », English Hist (...)

18Le recrutement de soldats étrangers dessine ainsi à l’échelle de l’Europe les contours d’un vaste et mouvant marché international des combattants, marqué sans doute par les progrès des Allemands, la stagnation des Suisses, le recul des Italiens mais aussi des Irlandais et des Écossais accaparés par la demande croissante des armées britanniques14. La concurrence entre États recruteurs y définit ainsi des « aires de chalandises » propres à chaque puissance, soumises à la volonté des uns et des autres de limiter, contrôler voire interdire le recrutement par des puissances étrangères sur son propre territoire tout en développant ses filières spécifiques à l’extérieur. Ce marché est aussi et surtout très largement tributaire des alliances et des équilibres diplomatiques. Dans l’Empire, l’autorisation – ou pas – de recrutement donnée par les différents États de rang secondaire mais aussi, pour une part, par les différents Kreis s’inscrit dans un jeu subtil visant à se concilier les faveurs des principales puissances. Le Wurtemberg mise ainsi sur l’ouverture au recrutement prussien au début du XVIIIe siècle afin de s’affranchir de la pression autrichienne. La faiblesse des bénéfices de cette alliance conduit à sa rupture, largement contreproductive, la principale conséquence étant le développement de l’action clandestine des recruteurs dans les années 173015. C’est d’ailleurs pour lutter contre les effets incontrôlables de ces recrutements souterrains et maintenir une certaine autonomie qu’au même moment, le cercle de Souabe décide de confier ces opérations à ses propres officiers, en liaison avec un coordinateur autrichien basé à Fribourg, le financement revenant à l’Empereur, alors en guerre contre les Turcs. Le territoire de Hesse-Cassel est lui aussi très tôt fermé aux recruteurs extérieurs alors même que, nous l’avons vu, cet État fournit d’importants contingents à l’étranger – entre autres à la Grande-Bretagne pendant la guerre d’Indépendance américaine –, des contingents d’ailleurs composés pour une part de ressortissants des principautés voisines. Les Jäger hessois au service de George III affinent ainsi leurs modes d’opération sur le théâtre nord-américain, incarnant finalement vers 1780 une sorte d’archétype du fantassin léger, illustrant surtout la capacité des cultures professionnelles militaires à circuler en Europe.

Guerre et circulations internationales des « cultures militaires » européennes

  • 16 Y compris en des domaines inattendus : ce sont des officiers des Gardes suisses qui, en 1766, pous (...)

19La guerre est aussi affaire de culture, au sens plein du terme. La société militaire n’échappe donc pas aux grands courants traversant les sociétés européennes dans leur globalité au cours des années 1680-178016.

  • 17 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 170-171 et M. S. Anderson,(...)

20Les principaux échanges concernent les techniques et tactiques strictement militaires. Le fusil à silex, la baïonnette, la cartouche se répandent ainsi dans les armées européennes à compter des années 1680, supplantant, partout ou presque, le mousquet et la pique, conduisant aussi, au fur et à mesure de l’étirement des lignes de feu et d’une standardisation sans précédent des outils de mort, à une sorte de blocage tactique dont témoignent en partie les grandes batailles du siècle. Les principales innovations viennent alors de ce qui précède ou suit la bataille, et notamment des troupes légères de fantassins ou de cavaliers. Le modèle est ici largement oriental, celui des croates, pandours, hussards des confins austro-ottomans, utilisés en Europe orientale par l’Empereur, recrutés dans les Balkans par les autres puissances avant qu’elles ne reprennent et copient leurs tactiques de la « petite guerre ». Dans le même temps, c’est en matière d’organisation, de discipline, de commandement que les succès militaires de Frédéric II de Prusse – notamment à Leuthen et Rossbach en 1757, grâce à l’introduction de l’ordre oblique et à un certain renouveau tactique – confèrent à son armée un statut de modèle. À l’instar de Guibert en 1773, nombreux sont les officiers qui, de toute l’Europe, viennent assister aux grandes manœuvres de l’armée prussienne après la guerre de Sept Ans : l’on s’inspire, l’on imite aussi souvent ce modèle prussien, dans l’espace germanique bien évidemment – ainsi en Hesse-Cassel, où le landgrave est à la recherche des moyens d’améliorer la qualité d’une armée qui constitue sa principale source de revenus –, mais aussi chez le traditionnel ennemi autrichien, dans le Piémont, en Grande-Bretagne où une première traduction du règlement militaire prussien est publiée dès 1754, ou encore en France. Ici, le baron de Pirch, Poméranien, se voit confier, avec le comte de Wingenstein, la mission de convertir les troupes du roi à la tactique prussienne17.

  • 18 S. Loriga, Soldats. Un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, Le (...)
  • 19 Sur la furia francese, J. Chagniot, « Le mépris du feu, ou le facteur national dans la pensée de F (...)
  • 20 P. E. Russell, « Redcoats in the Wilderness: British Officers and the Irregular Warfare in Europe (...)

21Les résistances sont nombreuses cependant. « Nous prenons trop aux Allemands » écrit sur ce point Saint-Lambert dans l’article « Transfuge » de l’Encyclopédie en 1765. En Piémont, un général voit dans ces méthodes une « discipline […] souvent arbitraire18 ». À Berlin en 1764 à l’occasion de son « grand tour », le Britannique James Boswell s’étonne de voir à la manœuvre des « soldats [qui] semblaient terrorisés », « battus comme des chiens » à la moindre erreur, doutant que des hommes traités ainsi fassent « les meilleurs soldats ». En Piémont comme en France, on argue de l’incompatibilité de ce modèle avec le tempérament des soldats autochtones, s’appuyant en cela sur toute une série de stéréotypes nationaux19. Ce « modèle prussien » n’est d’ailleurs pas le seul à se heurter à l’inégale perméabilité de l’espace européen à la circulation des cultures militaires. Si, en certains domaines, les principes tactiques de la petite guerre se diffusent largement au cours de la guerre de Succession d’Autriche en Europe occidentale, il apparaît que les officiers français et britanniques peinent pourtant à les appliquer sur le terrain nord-américain moins d’une décennie plus tard20.

22Ceci n’empêche pas pour autant la constitution de ce que l’historien C. Duffy a pu qualifier d’« Europe militaire », écho en ce domaine particulier du poids du cosmopolitisme ambiant. Des valeurs communes – celles d’une « guerre en dentelles » qui ne l’est guère – en constituent le socle, au moins en Europe occidentale, témoignant en cela des identités plurielles de bien des combattants : européens par le respect – inégal… – de « lois de la guerre » non écrites, fidèles à un régiment et à son drapeau, fût-ce au service d’un souverain étranger, sans oublier pour autant sa patrie d’origine comme en atteste par exemple la célébration de la Saint-Patrick chez les Wild Geese au service de l’Autriche. L’émergence d’une sorte de « République militaire des lettres » européenne en constitue la forme la plus visible. Elle s’appuie sur des réseaux de correspondance dont l’ampleur reste à étudier : le fait que jusqu’en avril 1758 au moins, en pleine guerre de Sept Ans, le maréchal de Belle-Isle, alors secrétaire d’État à la Guerre en France, corresponde avec le major-général Alexander Dury, officier britannique qui, en 1744-1745, avait été chargé de sa surveillance alors que le maréchal était prisonnier de guerre au château de Windsor, en dit long ; il est d’ailleurs probable que ces échanges auraient continué si Dury n’avait été tué sur la plage de Saint-Cast le 11 septembre 1758. L’unité de cette « République militaire des lettres » tient aussi très largement à des lectures communes, notamment de certains théoriciens français réputés, dont la langue est maîtrisée par nombre d’officiers à l’échelle du continent, à l’instar d’un Frédéric II de Prusse, commentateur du chevalier de Folard – en français… – ou de Hugh, comte Percy, officier britannique en garnison à Boston à l’hiver 1774, qui se fait envoyer les Mémoires du marquis de Feuquières. Les traductions se font aussi de plus en plus nombreuses, de plus en plus rapides : parmi la cinquantaine d’ouvrages sur la « petite guerre » et les troupes légères publiés entre 1750 et 1800, les traités des Français La Croix (1752), Grandmaison (1758) et Jeney (1759) sont par exemple disponibles en allemand dès 1755, 1762 et 1765, en anglais en 1760 et 1777 pour les deux premiers.

  • 21 G. Lasconjarias, Un air de majesté. Gouverneurs et commandants dans l’est de la France au XVIIIe s (...)

23Que la guerre, fait social « total », ait facilité et engendré la circulation internationale des hommes, des biens, des idées à l’échelle de l’Europe des années 1680-1780 ne saurait faire de doute. Si quelques aspects ont ici été privilégiés – les mouvements internationaux des armées en campagne, le caractère transnational du recrutement ou encore l’émergence d’une « Europe militaire » –, il convient de ne pas oublier totalement les nombreuses questions restées dans l’ombre ou trop rapidement évoquées : ainsi, parmi d’autres, du rôle des institutions militaires dans le contrôle des circulations internationales et frontalières, des opérations anti-smugglers menées par les troupes britanniques sur les côtes d’Angleterre à l’action des gouverneurs dans le contrôle des mouvements des étrangers sur les frontières du royaume21.

Notes

1 Ont été exclus ici les mouvements de troupes vers les colonies depuis les métropoles, et ceux vers des territoires qui, bien qu’européens, peuvent être physiquement séparés du cœur de l’État dont ils dépendent. Ainsi des rotations vers Minorque, Gibraltar, l’Irlande ou l’Écosse des régiments britanniques : en moyenne, de 1716 à 1775, un quart à un tiers d’entre eux servent hors d’Angleterre, y compris en temps de paix.

2 Y. Lagadec et S. Perreon, La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758). Entre histoire et mémoire, Rennes, PUR, 2009.

3 C. Horst, « Les meilleurs ennemis du monde ? L’occupation française en Allemagne pendant la guerre de Sept Ans », Revue historique des Armées, 1996-1, p. 21-32.

4 Sur ces récits de guerre mais aussi le développement d’un « tourisme » des champs de bataille, voir F. Knopper et A. Ruiz (dir.), Les voyageurs européens sur les chemins de la guerre et de la paix, du temps des Lumières au début du XIXe siècle, Bordeaux, Presses universitaire de Bordeaux, 2006.

5 Voir A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère Choiseul. Le soldat, Paris, Publications de la Sorbonne, 1964, p. 836-847.

6 Ces troupes constituées d’anciens prisonniers de guerre se révèlent peu fiables cependant, et désertent massivement pour rejoindre les armées françaises dès que l’occasion s’en présente. Il en va de même de certains soldats du régiment irlandais de Clare, qui rejoignent les troupes britanniques lors du raid contre Cherbourg en 1758.

7 En France, l’on compte 33 régiments « étrangers » dans les années 1690 pour la seule infanterie, parmi lesquels 10 suisses, 8 italiens, 5 wallons et 3 irlandais. Au milieu du XVIIIe, ils sont 38 – cavalerie comprise –, dont 14 allemands, 13 suisses, 5 irlandais.

8 Voir sur cette question A. Corvisier, « Service militaire et migrations au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, 1970, p. 184-204 et S. Conway, « Scots, Britons and Europeans : Scottish Military Service, c. 1739-1793 », Historical Research, 2009, no 215, p. 114-130.

9 Dans certains régiments de la brigade écossaise au service des Provinces Unies, l’on prête cependant un double serment d’allégeance aux États généraux et à George II, ce qui exclut de fait les jacobites.

10 A. Corvisier, « Service militaire… », art. cit., rappelle par ailleurs l’importance d’autres types de migrations internationales pour raisons militaires : ainsi celle des jeunes Français soumis au tirage au sort de la milice vers le Comtat ou la Lorraine. Les déserteurs qui gagnent l’étranger sont nombreux aussi, à l’instar de Claude Babeuf – le père de Gracchus –, engagé en 1732, qui passe en Allemagne en 1738 avant de revenir à l’occasion d’une amnistie. Certaines vallées alpines, tel le Queyras, se font une spécialité – lucrative – de ce passage des déserteurs vers l’Italie.

11 De manière fort significative, lors de la bataille d’Almansa, en Espagne, en 1707, ce dernier, d’origine anglaise donc, commande les troupes franco-espagnoles face aux Anglo-Hollando-Portugais conduits quant à eux par Henri de Massue, marquis de Ruvigny, huguenot français au service de l’Angleterre.

12 Ces troupes nationales en quelque sorte prêtées à la France que constituent les régiments suisses forment une sorte d’armée dans l’armée : un colonel général des Suisses et Grisons sert d’intermédiaire entre le roi et ces troupes pour tout ce qui ne relève pas de la tactique. Par ailleurs, ces unités ont leur justice propre.

13 C. Ingrao, The Hessian Mercenary State, 1760-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

14 Les hussards au service de la France sont ainsi de moins en moins hongrois : alors que 74 % des cavaliers du régiment de Bercheny le sont en 1727, ils ne sont plus que 27 % en 1749 et 5 % seulement en 1763 (S. Picaud, La petite guerre au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 2010, p. 313-321).

15 P. H. Wilson, « The Politics of Military Recruitment in Eighteenth-Century Germany », English Historical Review, 2002, 472, p. 536-568.

16 Y compris en des domaines inattendus : ce sont des officiers des Gardes suisses qui, en 1766, poussent Choiseul à faire venir sur son domaine de Chanteloup des vaches fribourgeoises, accompagnées de leurs vachers gruyériens.

17 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 170-171 et M. S. Anderson, War and Society in Europe of the Old Regime, 1618-1789, Leicester, Leicester UP, 1988, p. 167-170.

18 S. Loriga, Soldats. Un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 147-149.

19 Sur la furia francese, J. Chagniot, « Le mépris du feu, ou le facteur national dans la pensée de Folard et de ses disciples », in Coll., Le soldat, la stratégie et la mort, Paris, Economica, 1989, p. 118-127.

20 P. E. Russell, « Redcoats in the Wilderness: British Officers and the Irregular Warfare in Europe and America, 1740 to 1760 », William and Mary Quaterly, 35, 1978-4, p. 629-652.

21 G. Lasconjarias, Un air de majesté. Gouverneurs et commandants dans l’est de la France au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2010, p. 263-271.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540