Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Première partie. Hommes en mouvement

Mobilités internationales de travail en Europe du Sud, v. 1680-1780

Corine Maitte

Texte intégral

  • 1 H. Carton de Wiart, La vie et les voyages d’un ouvrier foulon du pays de Verviers d’après un manus (...)

1Henri Joseph Delilez est l’un de ces nombreux ouvriers aux semelles de vent dont le parcours fait fides frontières et des kilomètres. Devenu instituteur, il rédige à la fin de sa vie un récit de son itinéraire dont il fait également un résumé succinct1 :

  • 2 Alors dans le marquisat de Franchimont, tout près de Verviers.
  • 3 Ce qui est en italique provient des informations contenues dans le cahier dans lequel il a raconté (...)
  • 4 G. Gayot, « Migrations d’entreprises en Europe à l’époque de la première mondialisation, XVIe -déb (...)

« Henri Joseph Delilez vint au monde audit Pepinster2 le 18 novembre 1745 (d’un père ouvrier et d’une mère allemande3) ; à l’âge de onze ans, il quitta ses parents pour servir ailleurs (il sert un oncle en qualité de berger), à 13 ans il fut en Allemagne (berger chez un parent de sa mère), dont il profita assez bien dans ses études, il y fit même des progrès rapides, il ne se négligea jamais dans l’exercice de la lecture et de l’écriture ; à l’âge de 22 ans, il fut à Rome (en pèlerinage), et s’il y auroit été riche, il y auroit étudié. Il revient ensuite pour s’adonner à la profession de la fabrique de draps (il apprend le métier de fouleur de draps). 3 ½ ans après, il reprit le chemin de Rome (pour chercher du travail cette fois), travailla deux ans en Italie (à Côme dans la fabrique du marquis de Gaïta, après avoir tenté de trouver du travail à Rome, Modène où il est mal reçu par un « pays » qui a peur qu’il lui prenne sa place, Florence, de nouveau Rome, Venise). De là, il prit le chemin de la Carinthie où il travailla 2 ans et 4 mois (à Klagenfurt, au sud de l’Autriche actuelle, dans une grande manufacture mise sur pied par un entrepreneur verviétois avec l’aide du gouvernement autrichien4). De là, il partit pour Vienne en Autriche, et de là sur Brun (Brno) en Moravie (autre grande manufacture du même type) ; il s’y maria le 4 août 1776, avec Marie-Gertrude Königin, native de Néau (Eupen), âgée de 23 ans et 3 mois ; il revint dans sa patrie, au mois de mai 1777, où il travailla encore l’espace de 3 ans environs ; il commença à donner des leçons aux enfants d’Ensival, l’an 1780, et a continué jusqu’à la présente date, excepté qu’il a été environ 4 ans secrétaire de la municipalité dudit Ensival. L’an 1796, il fut passé instituteur primaire par l’Administration du Département de l’Ourte et dont il continue encore. »

2Ce récit extrêmement riche propose une variété de mobilités tout à fait surprenante pour qui aurait encore en tête la sédentarité des populations d’Ancien Régime. Depuis le life cycle servant du temps de la prime adolescence où les réseaux familiaux servent à placer l’enfant dans les activités traditionnelles de cet âge, jusqu’à l’errance entre les principales manufactures lainières d’Europe où l’ouvrier monnaie à chaque fois assez cher son savoir-faire, en passant par le pèlerinage de jeunesse à Rome, voici énumérées quelques-unes des multiples mobilités qui peuvent marquer la vie d’un homme d’Ancien Régime. S’il se marie avec une fille née à moins de trente kilomètres de son propre lieu de naissance, il le fait en terre étrangère, à plus de mille kilomètres de leur terre natale ; de plus, les quelques kilomètres aujourd’hui négligeables qui séparent les lieux de naissance des deux époux comprennent à l’époque à la fois des frontières politiques et linguistiques, ce qui vaut à l’épouse d’être regardée avec curiosité à cause de son vêtement lors de son arrivée dans le village de son mari.

3Exception d’un parcours atypique ? La trajectoire du père de sa femme est elle-même tout à fait significative :

« Son père étoit bel homme, il avoit été enlevé par les recruteurs sur son lit vers l’an 1740. Grand de plus de 6 pieds, il fut fait dragon dans les cuirassiers ; il en déserta dans les guerres que l’impératrice avoit fait contre la France, et se réfugia à Montjoie, et à Néau où il apprit le boulanger et ensuite à tondre ; vers l’an 1764, il fut en Suède à la fabrique royale de Stockholm et y resta 9 ans ; étant de retour à Néau, il y faisoit cher vivre, alors il se mit en tête de retourner a Brünn avec toute sa famille où il est mort. »

  • 5 P. Minard, Typographes des Lumières, Seyssel, 1989.

4De l’inclusion forcée dans les armées à la mobilité volontaire de la désertion, des trajectoires entre les métiers à celles entre lieux de fabrique, ces exemples donnent l’impression d’une sorte de « vagabondage » au gré des occasions et des rémunérations entre des places connues grâce aux contacts personnels, comme on pourrait tout aussi bien le trouver chez les ouvriers imprimeurs qui naviguent entre Paris, Lyon, Rouen et Neufchâtel5 ; en somme des parcours guidés par l’opportunité de choix individuels, dans lesquels les frontières, les langues et les institutions politiques, voire même la famille, jouent des rôles secondaires. Le caractère « international » ou non des mobilités ne fait donc pas réellement sens.

5Et pourtant, le mercantilisme a mis les activités économiques au cœur des préoccupations politiques et la guerre d’argent entre États a développé depuis longtemps une sensibilité particulière aux mouvements des hommes qualifiés de part et d’autre des frontières de souveraineté. Parallèlement, les mobilités de travail des gens sans qualités sont précocement jugées par certains néfastes à cause de la perte de population qu’elles sont censées occasionner, tandis que tous craignent le développement du « vagabondage » que l’ample pauvreté rend de plus en plus dangereux aux yeux des autorités. Entre le pèlerin, le travailleur, le pauvre, les autorités politiques cherchent à établir des différences qui n’ont que peu de sens au regard des réalités sociales complexes qu’elles tentent ainsi de contrôler.

6Sans prétendre ici rendre compte des multiples courants de mobilités internationales de travail qui peuplent les routes d’Europe du sud de cette période, ni même développer le détail des nombreux débats historiographiques qui animent la recherche historique sur ces phénomènes, les pages qui suivent insisteront sur la complexité des mobilités de travailleurs qualifiés ainsi que l’importance maintenue des systèmes de migrations transfrontaliers. Ce bref panorama permettra d’esquisser un certain nombre de conséquences de ces mobilités sur l’économie et la société des Lumières.

Les mobilités internationales des travailleurs qualifiés au cœur des enjeux politiques et économiques

  • 6 M. Nikoleva, « Architetti e maestranze nei cantieri moscoviti (1700-1725). Note su alcuni contratt (...)
  • 7 F. A. Duboin, Raccolta per ordine di materie delle leggi…, t. xv, vol. 17, Turin, 1848, p. 1. Cité (...)
  • 8 C. Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, XVIe-XIXe sièc (...)
  • 9 J. Helguera Ouijada, « La politica de transferencia de tecnologia industrial en la Espana del sigl (...)
  • 10 S. Cavallo, Charity and power in early modern Italy. Benefactors and their motives in Turin, 1541- (...)

7En 1701, un an avant que Pierre Ier de Russie ne proclame un édit semblable6, alors que l’économie piémontaise est dévastée, les finances exsangues après la récente guerre contre la France (1690-1696), le gouvernement de Victor Amédée, reprenant une politique mise en œuvre par ses prédécesseurs depuis le XVIe siècle, invite officiellement tous les « artistes dans les arts mécaniques » à venir s’installer dans le pays7. Dans la grande lignée des politiques mercantilistes, c’est là, justifie le texte, l’un des principaux remèdes à la pauvreté et à l’oisiveté du peuple. En échange de l’introduction de nouveaux arts, « et spécialement de draps, ou autres travaux de soie, ou d’or ou de laine », ces étrangers se verront attribuer « des subsides de biens et de personnes, des immunités, des exceptions, des prérogatives et autres privilèges ». Si les artisans ont plus souvent été solliciteurs que sollicités par ces offres, leurs alléchantes perspectives ont sans doute mis en route plus d’un « artiste » dont le savoir-faire pouvait ainsi, par la mobilité, changer le statut : qui parti ouvrier, compagnon ou maître pouvait espérer devenir entrepreneur à succès8. De fait, les archives piémontaises, comme celles de Venise, Milan ou Florence, gardent traces des nombreux privilèges concédés à des teinturiers, de laine, de soie, des foulons ou autres pendant tout le XVIIIe siècle9 : encore ne sont-ils que l’écume d’un mouvement de migrations plus important bien plus difficile à connaître. Même le directeur du nouvel Hospice de charité de Turin10, créé sur le modèle français pour prendre en charge les pauvres par le travail, est un certain Richard, originaire de Sedan, une ville dont la renommée textile retombe sans doute sur ce compatriote.

8Que faut-il pour réussir une transplantation réussie comme le fut la sienne, ou comme celle de Jean This, Verleger parti d’Eupen en 1761 pour installer une manufacture de draps à Klagenfurt dans les États héréditaires de Marie-Thérèse ? Gérard Gayot en a fait la synthèse : privilège, exclusif ou non, et avances monétaires du souverain sont les conditions de départ sine qua non de la nouvelle installation. Ces avantages sont concédés en échange de savoir-faire et de réputation. Celle-ci peut d’ailleurs être trompeuse et entraîne de ce fait de nombreux déboires. Mais, s’il n’est pas un escroc, le nouvel arrivant a dans ses bagages une culture technique et une culture du produit qui doivent en assurer la reproduction ‘ à l’identique’dans la terre d’accueil. Pour cela, il lui faut aussi une bonne connaissance du marché du travail : s’il est déjà entrepreneur dans son lieu d’origine, c’est un aspect tout aussi essentiel de son bagage qu’il doit cependant adapter aux conditions changeantes du pays d’accueil ; s’il ne l’est pas, c’est souvent le point noir des échecs les plus cuisants. Enfin, le succès de l’entreprise est fonction de la culture commerciale du titulaire, de sa capacité à gérer les achats de matières premières, les ventes, les coûts de transports : l’aspect sans doute le plus risqué de l’aventure et pour lequel le privilège offre des garanties d’exclusivité qui apparaissent longtemps la contrepartie indispensable.

  • 11 P. Deyon, Le mercantilisme, Paris, 1969, p. 43-46.

9L’édit piémontais atteste de « l’actualité du mercantilisme pour les despotes éclairés du XVIIIe siècle », qu’ils se trouvent dans l’Europe méditerranéenne, centrale, orientale ou scandinave11. Le parcours du beau-père de Delilez montre d’ailleurs que les informations sur les nouvelles opportunités de travail circulent vite. Cet édit témoigne également d’une chronologie marquée par des poussées lors des périodes de reconstruction postérieures aux épisodes belliqueux. Ainsi, la volonté de reconstruire et de développer les manufactures suscite-t-elle également des opérations de débauchage de main-d’œuvre en bonne et due forme, aussi anciennes que les mesures qui tentent de les prohiber.

  • 12 A. García Belmar, J. R. Bertomeu Sánchez, « Constructing the centre from the periphery. Spanish tr (...)
  • 13 Archivio di Stato di Torino (AST), Materie economiche, IV, M. 13.
  • 14 C. Maitte, « Au cœur des manufactures lainières européennes du XVIIIe siècle. Le voyage de Gian Ba (...)

10Mais d’abord, en amont, des opérations d’informations sont généralement nécessaires pour réaliser dans les meilleures conditions ces mobilités de savoir-faire et réunir les conditions d’une imitation réussie. Si les ambassades sont partout particulièrement dévouées au recueil d’informations économiques, la collecte nécessite aussi parfois des mobilités spécifiques d’agents plus aguerris dans la connaissance technique des domaines à observer. L’information est en effet un enjeu tel qu’elle suscite mobilités et défenses, secrets et espionnages. On n’en finirait pas de recenser à travers toute l’Europe ces missions plus ou moins secrètes, plus ou moins officielles d’espionnage industriel12. Qu’il suffise ici de renvoyer à quelques exemples qui témoignent pour de nombreux autres. Au Piémont toujours : la politique de Victor Amédée est poursuivie après lui et redouble sous le long gouvernement de Bogin. En 1749, il envoie le comte de Robilant et quatre jeunes ingénieurs étudier les écoles de métallurgie de la Saxe, du Hanovre, du Brunswick, de la Hongrie et du Tyrol, ce qui permet la constitution, deux ans plus tard, de l’école, du musée et du laboratoire de chimie et de métallurgie de l’Arsenal de Turin. Le même comte de Robilant accomplit en 1751 une mission à Venise pour informer le gouvernement piémontais de « diverses fabriques qui se trouvent à Venise13 », alors même qu’une entreprise de débauchage de la main-d’œuvre verrière vénitienne est dans l’air. Quelques années plus tard, en 1766-1767, un marchand de draps, Gian Battista Moccafy, effectue, de sa propre initiative dit-il, une longue visite des manufactures drapières européennes dont il rend ensuite consciencieusement compte au gouvernement dès son retour et au cours duquel il a testé les velléités de départ des spécialistes recherchés14.

  • 15 D. Baggiani, « Tecnologia e riforme nella Toscana di Pietro Leopoldo : la traduzione del “the adva (...)

11Ce type de voyage ne cesse jamais, l’information, l’expérience, l’apprentissage de visu restant essentiels. Mais désormais, de plus en plus d’hommes des Lumières mettent aussi leur espoir dans la communication livresque des savoir-faire techniques. Sans aboutir à une œuvre semblable à l’Encyclopédie, la traduction et la publication en Toscane du Traité des draperies de Duhamel du Monceau et de The advancement of arts, manufactures and commerce de W. Bailey doivent être comprises dans le plan de réformes que mettait alors en œuvre le gouvernement « éclairé » de Pierre Léopold. Le contenu précis de ces deux œuvres met cependant en lumière l’inadéquation entre représentation des intellectuels toscans et conditions générales de l’industrie locale. Aucun transfert réel de connaissances et de pratiques n’a alors eu lieu, au contraire de ce qui s’était passé par des voies plus traditionnelles au début du siècle quand, entre 1708 et 1715, le Grand Duc faisait venir des cardeurs « à l’usage d’Angleterre et de Hollande ainsi qu’il n’a jamais été pratiqué jusqu’ici par les cardeurs florentins », des modèles de presse et de piles à foulon « à la hollandaise ». Ainsi le gouvernement espérait que l’industrie de Florence pourrait encore rivaliser avec ce qui se faisait de plus novateur sur le marché européen et acquérir un avantage supplémentaire sur les drapiers du contado, de toute façon cantonnés par la loi dans les articles de plus basse qualité. Ces espoirs furent largement déçus, tout comme un certain nombre de projets fondés sur la mobilité des hommes et des techniques sans tenir compte des conditions économiques d’ensemble qui rendaient ces projets difficilement viables15.

  • 16 P. Pastor Rey de Vinas, Historia de la real Fabrica de cristales de San Idelfonso durante la epoca (...)

12Malgré tout, certaines manufactures « royales » fondées sur de larges débauchages de main-d’œuvre furent de belles réussites. Les fabriques de verre de la Chiusa Pesio au Piémont et de La Granja, près de Madrid, furent des succès largement fondés sur la mobilisation d’une main-d’œuvre internationale16 : largement française et « allemande » dans le cas madrilène, plus centré sur les relations inter-péninsulaires et sur les liens renouvelés avec l’Europe centrale dans le cas piémontais. Ce dernier exemple permet d’ailleurs de faire le point sur la multiplicité des types de mobilités qui peuvent être au cœur du peuplement d’une telle manufacture. Sans en refaire ici l’histoire, on peut rappeler que le moment essentiel est la fin des années 1750 lorsque le gouvernement décide de créer une manufacture royale de verre gérée directement par les finances royales et construit à La Chiusa Pesio un grand complexe destiné à l’abriter. Pour trouver la main-d’œuvre nécessaire à ce projet, le gouvernement, plus que jamais désireux de développer les techniques vénitiennes et surtout bohémiennes, se lance dans une politique d’intense recrutement. Au total, l’entreprise de débauchage des hommes et l’espoir de circulation des techniques est sans précédent puisque l’on trouve à la Chiusa des équipes capables de fabriquer des vitres et des miroirs à la flamande (sous la direction de Kayser), à la vénitienne (Obici), du verre à la façon de Bohême (Kurtz), des bouteilles à la française (Mozel). Ainsi se forme un pôle technique aux potentialités importantes et diversifiées.

  • 17 G. Chabrol de Volvic, Statistique des provinces de Savone, d’Oneille, d’Acqui et de partie de la p (...)

13Cependant, les problèmes rencontrés sont au moins de trois types : certification des savoirs des ouvriers recrutés par les autorités ; transmission des techniques, qui est loin d’être évidente et immédiate malgré toutes les mesures prises pour l’imposer aux nouveaux-venus ; volatilité de la main-d’œuvre, certes alléchée par des offres de rémunération en général supérieures à celles des entreprises privées, mais aussi rapidement déçue par les promesses non tenues et la perte de liberté représentée par ces manufactures où, paradoxalement, après avoir débauché les ouvriers des lieux de leur précédent travail, on prétend les fixer sur place. Ainsi, encore une fois, le gouvernement piémontais, dut surtout compter sur les équipes de verriers d’Altare qui fréquentaient le Piémont, alors terre étrangère, depuis au moins le XVIe siècle. Structurées depuis le XVe siècle et encadrées par une corporation rurale reconnue en 1495, elles continuent de mener sur les routes une large partie de la population du village. Certes, le XVIIIe siècle est sans aucun doute une époque de repli des grandes ouvertures européennes, sous l’effet du renouvellement des modes verrières qui préfèrent désormais le flint glass anglais ou le verre à la « façon de Bohême ». Mais les équipes de verriers continuent de sillonner les différents États de la Péninsule comme par le passé, partant d’Altare vers fin octobre pour en revenir fin juin, début juillet. Composées de dix-huit personnes, elles sont dirigées par un chef d’équipe qui passe contrat avec les entrepreneurs, fixe le prix du travail, recrute les hommes, se porte garant de leur savoir-faire et de leurs comportements comme du respect du règlement corporatif et de la perception des droits. En 1775, une centaine d’ouvriers du verre répartis en sept équipes sillonne ainsi les routes des grandes villes de la Péninsule, sans tenir aucun compte des frontières politiques. Les sources de l’époque française évoquent, elles, neuf à dix équipes17. Certains contemporains estiment alors que le nombre des verreries où travaillent les Altarais s’est accru. Repli et vitalité ne sont pas contradictoires, ils sont également à l’œuvre dans les réseaux du colportage auxquels ces migrations de spécialistes doivent être comparées. En effet, les mouvements individuels comme les débauchages sont absolument secondaires face aux mobilités collectivement organisées d’une communauté de spécialistes qui conçoit l’espace comme une ressource. Voici qui rend frères de très nombreux travailleurs qui sillonnent les routes européennes et sur lesquels les autorités posent un regard tout autre que concupiscent.

Des systèmes migratoires transfrontaliers

  • 18 J. Lucassen, Migrant labour in Europe, 1600-1900. The drift to the North Sea, Londres, 1987 (éd. o (...)
  • 19 C’est-à-dire mobilisant plus de 20 000 personnes.

14L’enquête des préfets napoléoniens, effectuée entre 1807 et 1813, est la seule source permettant de saisir de façon globale l’importance, la nature, les directions des migrations périodiques dans le vaste espace impérial. Quelque peu décalée par rapport au sujet, elle n’en est pas moins utile puisqu’elle porte également sur la situation pré-révolutionnaire. Souvent mise à profit de façon partielle par les historiens, Jan Lucassen en a tenté une synthèse en 198418 : il reconstitue ainsi une vingtaine de systèmes attestés de migrations liées au travail, dont sept systèmes plus importants19 qui mobilisent chaque année, vers la fin du XVIIIe siècle, plus de 300 000 personnes se déplaçant sur des distances de 250-300 kilomètres. Bien que ces chiffres doivent être pris avec une extrême prudence, ils n’en donnent pas moins des ordres de grandeur plausibles. Les quatre « systèmes » de l’Europe du Sud semblent quantitativement les plus importants : Castille (30 000), Catalogne, Languedoc, Provence (35 000), plaine du Pò (50 000), Italie centrale (100 000). Hormis le système péninsulaire ibérique, tous supposent le franchissement d’une ou de plusieurs frontières étatiques.

15Le « système » d’Italie centrale met ainsi en relation des migrants du Grand Duché de Toscane, des États du Pape, du Royaume de Naples. Rome est évidemment au centre de ce système migratoire. Elle attire non seulement son lot annuel de pèlerins, mais surtout de migrants saisonniers qui viennent comme portefaix, domestiques, porteurs d’eau, vendeurs ambulants, cabaretiers, aubergistes, boulangers (spécialement de Venise et de Bavière), pêcheurs (Napolitains), tisseurs (de la région de Bergame et de la Carnie), forgerons (de la Valsassina), cordonniers (Grisons) et s’emploient surtout dans le secteur du bâtiment.

  • 20 L. Fontaine, « Espaces, usages et dynamiques de la dette dans les hautes vallées dauphinoises (XVI (...)

16Mais les migrations, ici comme ailleurs, ne vont pas seulement de la campagne vers les villes, elles relient aussi (et surtout) les campagnes entre elles pour les nombreux travaux des champs nécessitant une main-d’œuvre d’appoint. Ainsi, des semences jusqu’aux récoltes de céréales, on trouve des équipes mobiles de faucheurs, semeurs, moissonneurs… Avec cette spécificité méditerranéenne de la cueillette des olives, fort gourmande en bras, et qui s’effectue l’hiver. Dans ces multiples travaux ruraux, on trouve aussi des métiers plus spécialisés comme les bûcherons et charbonniers (souvent originaires de la province de Pistoia), des chasseurs de loups, des paveurs, carriers ou autres. Les temps de permanence sont très variables et peuvent aller de moins d’un mois (les moissonneurs en particulier accomplissent leurs travaux en 11 jours selon le préfet, mais se déplacent bien sûr d’une zone à l’autre) jusqu’à cinq mois. Les migrants se rendent surtout dans les régions des grandes latifundias, ces énormes propriétés qui ont besoin de main-d’œuvre lors des périodes de gros travaux agricoles et où les conditions de travail peuvent être particulièrement pénibles, notamment à cause de la présence du paludisme, que ce soit dans les marais pontins ou la Maremme toscane. Les migrants y arrivent surtout des régions de l’est et du sud, zones de paysannerie pauvre, organisés sous la direction d’un caporale qui négocie les missions et les salaires. Ce sont parfois de petits propriétaires qui, endettés auprès des grands, les remboursent ainsi en travail. La dette est bien toujours au centre des systèmes de migrations20.

17Avec bien sûr des variations, ces caractéristiques se retrouvent un peu partout. Ainsi, les 50 000 migrants du système de la plaine du Pò viennent-ils des Alpes bergamasques jusqu’aux Alpes apuanes sur la côte ligure. Ils s’engagent dans des travaux de bâtiments et de services à Milan et à Turin. Mais la grande majorité travaille ici dans les rizières : développées depuis le XVIe siècle, elles utilisent une majorité de migrants, depuis les semis jusqu’aux récoltes. On y trouve des groupes de six hommes et six femmes qui sont coupeurs, batteurs en grange, s’occupent de l’emballage et du stockage.

  • 21 J. Nadal, E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717. L’immigration française, Paris, 1960 ; (...)

18Dans le système « Languedoc, Catalogne, Provence », qui draine 35 000 personnes par an depuis le Massif central et les Alpes, on retrouve les travaux de récolte des céréales des grandes exploitations, la cueillette des baies. Son originalité relative semble la moindre présence urbaine, notamment Marseille et Barcelone qui n’apparaissent pas être les grands pôles d’attraction auxquels on aurait pu s’attendre. Néanmoins, en allant plus loin, se retrouvent à Cadix non seulement des marchands provenant du Massif central, du Béarn, du Dauphiné, mais aussi des domestiques, boulangers, cafetiers, porteurs d’eau etc. De même, des Pays de Foix partent des travailleurs du fer qui vont non seulement dans toute la région pyrénéenne, mais aussi en Languedoc et en Catalogne, tout comme des maçons partent du Haut-Castillonnais et de la haute vallée de Massat21.

  • 22 Articles de H. Serazin, N. Navone, M. Nikolaeva, L. Lorenzetti dans Chauvard, Mocarelli, op. cit. (...)

19Partout le bâtiment est une activité importante des migrants qui acquièrent souvent dans la mobilité leur qualification et troquent les identités de travail au cours de l’année en fonction de leurs déplacements. Si les Creusois se rendant à Paris ne font pas partie du sujet, leurs homologues alpins franchissent eux souvent de nombreuses frontières politiques pour développer leurs activités. Ainsi trouve-t-on toujours des maçons, stucateurs, architectes de Lugano, du Lac de Côme, du Biellese, et de bien d’autres régions des Alpes dans les grandes villes d’autres États italiens mais aussi bien plus loin, en Angleterre, dans l’Empire, à Graz, Lubiana, Munich, Stuttgart, Würzburg… jusque Copenhague et Moscou22.

  • 23 L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècle, Paris, 1993.

20Parallèlement, les systèmes du commerce itinérant se recoupent souvent avec les systèmes de travail itinérant. Même si les identités sont mouvantes entre « peuple roulant » et « métiers roulants », il s’agit souvent d’une alternative dans les zones de départ. Là encore, les racines remontent souvent au Moyen Âge23. Si le XVIIIe siècle semble une période de repli de ces vastes systèmes de colportage, d’ailleurs perturbés par la Révocation de l’Édit de Nantes qui met en cause les systèmes alpins protestants, ils n’en restent pas moins vivaces dans certains secteurs, notamment celui des imprimés. Le vaste réseau européen des libraires briançonnais ou de la firme Remondini de Bassano suffit à montrer le dynamisme de ce secteur. Le colportage continue aussi, à moindre échelle sans doute, à faire circuler trois grands types d’objets : les tissus et les textiles ; la pacotille de menus objets manufacturés, choses banales et intimes ; le luxe des pauvres : des cols aux lunettes, en passant par les montres.

  • 24 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1966.

21Sans revenir ici sur les caractéristiques complexes de ces mouvements sur lesquels les travaux de Laurence Fontaine sont indispensables, la discussion autour des provenances montagnardes mérite attention. Déjà, les préfets napoléoniens notaient cette caractéristique liée selon eux à l’ingratitude de la nature et à la pauvreté des populations : l’inadéquation des ressources au nombre des hommes poussaient ceux-ci en dehors de leurs villages pour suppléer aux défauts d’une nature ingrate qui modelait aussi celle des hommes, une sorte de naturalisme anthropologique opposant le rude montagnard aux gens des plaines. Quoique avec infiniment plus de nuances, F. Braudel a au fond repris cette idée d’un certain déterminisme naturel dans une formule choc, maintes fois commentée, « la montagne, fabrique d’hommes à l’usage d’autrui24 » : elle supposait que la démographie montagnarde était constamment excédentaire par rapport aux ressources, ce qui rendait inéluctable la migration, spécialement définitive, comme « soupape de sécurité ».

  • 25 P. P. Viazzo « La mobilità nelle frontiere alpine », in Migrazioni, op. cit., p. 91-106; Upland Co (...)

22Comme le rappelle Pier Paolo Viazzo dans une synthèse récente, les nombreuses recherches publiées depuis les années 1980, au premier rang desquelles la sienne propre25, ont profondément modifié cette interprétation. Tout d’abord, ces études ont montré la prédominance dans de nombreuses zones des Alpes d’un régime de « basse pression » démographique marqué par une natalité relativement contenue, notamment grâce à un taux de nuptialité bas, marqué par des âges élevés au mariage et un important célibat, spécialement féminin. La mortalité elle-même apparaît en général plus basse que dans la plaine (20 à 30 pour 1000), surtout celle des enfants (moins de 250 pour 1000). Ainsi découvre-t-on des systèmes démographiques « homéostatiques » c’est-à-dire ayant tendance à se maintenir en équilibre à des niveaux relativement bas. Le rôle des migrations dans ces régimes démographiques alpins doit donc être reconsidéré puisque le mécanisme principal de régulation apparaît être la nuptialité et non l’expulsion périodique des populations en surplus. Cette « révolution copernicienne » implique que les migrations ne sont pas une fatalité subie par les populations montagnardes : elles redeviennent un choix possible, fruit de stratégies qui ne sont pas forcément, et fort rarement en fait, celles des plus pauvres. Plus que des facteurs de « fuite », ces études invitent à reconsidérer les facteurs « d’attraction » qui peuvent faire envisager aux montagnards de partager leur vie entre plusieurs espaces et plusieurs activités ; d’une façon plus générale, ce sont les mécanismes simplificateurs du modèle push and pull qui sont discutés. Un nouveau « paradigme alpin » est ainsi né.

23Dans son étude sur Alagna, Viazzo montre comment il n’y a pas coïncidence entre le pic de population, atteint seulement à la fin du XVIe siècle, et le début des migrations saisonnières (mi-mars à la mi-novembre) des hommes du village comme tailleurs de pierre et maçons, antérieur d’un siècle. Il en conclut alors que les migrations autorisent la population à augmenter bien plus que ne le permettent les ressources locales : il s’agit bien d’un renversement complet de perspective. Un tel système est donc précocement dépendant du monde extérieur (contrairement à l’idée de communautés alpines closes défendue par de nombreux anthropologues), mais pour d’autres raisons que la misère ou la surpopulation. Ainsi, « au moins depuis le XVIIe siècle, l’agro-pastoralisme (était) fortement subordonné à l’émigration » ; ce que dit également avec force Laurence Fontaine : la terre n’est pas la seule ressource des populations anciennes.

  • 26 R. Ceschi, « Migrazioni dalla montagna alla montagna », in U. Brunold (a cura di), La migrazione a (...)

24Ainsi fonctionnent à Alagna, comme dans bien d’autres communautés alpines similaires, des systèmes complexes où l’émigration des hommes est à mettre en relation avec deux formes distinctes d’immigration : migration de la montagne à la montagne d’hommes venant dans le village pour remplacer les absents et aider leurs femmes aux travaux des champs26 ; migrations souvent lointaines de mineurs venus pour exploiter les mines locales. En effet, dans ce village, comme dans de nombreux autres de tout l’arc alpin, des mines d’or furent découvertes, ici à partir de 1540, entraînant le recrutement par les grandes familles exploitantes de spécialistes venus du Tyrol et d’Allemagne. L’annexion du village au Piémont, en 1707, entraîne une recrudescence de cette activité, avec la venue de migrants de Flandres, de Bohême, du Tyrol, du Danemark, du Hanovre et surtout de Saxe où, à partir de 1750, sont recrutés de nombreux « soldats mineurs » et « mineurs volontaires » payés comme les soldats. Ce sont ainsi 300 à 350 travailleurs qui arrivent dans une communauté qui en compte alors moins de 1 000. La vie du village en est transformée : sans compter les luttes de revendications salariales (révolte en 1759 des soldats qui demandent à être mieux payés), la venue d’hommes en général jeunes et non mariés entraîne dans la communauté un changement du sex ratio en faveur des hommes, ce qui change complètement la donne du marché matrimonial jusque-là plutôt marqué par une pénurie relative des mâles migrants. De fait, le taux d’endogamie plonge à 55 % en 1750. Mais au-delà de ce chiffre brut, Viazzo note qu’il s’agit surtout de mariages entre étrangers, et finalement peu entre mineurs et femmes du lieu. Quand, malgré tout, cela arrive, ce sont essentiellement des veuves ou de vieilles filles qui arrivent ainsi à ne pas rester dans le célibat qui leur était dévolu. En tout cas, les mines n’attirent que marginalement les hommes du lieu qui continuent à migrer, les salaires étant beaucoup plus bas dans les mines que dans les travaux des migrants. Néanmoins, des interactions prennent forme : certains hommes par exemple renoncent à la migration pour accroître la vente de biens agricoles, d’autres se mettent à réparer les outils des mineurs, à construire sur place les bâtiments et les maisons de ces nouveaux venus, ce qui ne les empêche pas de reprendre les chemins de la migration après la décadence de l’activité minière.

25La multiplication des études sur les Alpes a ainsi remis fondamentalement en question les évidences précédentes, elle a surtout aussi mis en lumière la diversité des systèmes alpins et la diversité possible des systèmes de migrations, parfois au sein d’une même vallée.

  • 27 R. Merzario, Adamocrazia, famiglie di emigranti in una regione alpina (svizzera italiana, XVIII se (...)

26C’est en particulier ce que montrent les études de Raoul Merzario27. Centrées sur les vallées des Alpes suisses de langue italienne du canton du Tessin, ses recherches montrent l’existence de deux systèmes migratoires différents qui donnent lieu à deux organisations économiques et sociales. Au sud du Monte Ceneri, on trouve des migrations qualifiées, essentiellement dans le bâtiment, des maçons aux stucateurs – sculpteurs de stuc – avec une forte hiérarchie interne : les maçons sont au pain et au fromage quand les stucateurs sont nourris et logés par leurs employeurs. Comme à Alagna, les migrants partent pendant le printemps et reviennent l’hiver. Au nord du Mont Ceneri, ce sont au contraire des migrations non qualifiées (ramoneurs, porteurs…), qui se dirigent essentiellement pendant l’hiver dans les villes notamment de Turin, Milan, mais aussi parfois beaucoup plus loin.

27Si les flux de ces deux courants sont comparables, on voit bien leurs nombreuses différences. Tout d’abord dans leur temporalité au cours de l’année : les uns reviennent quand les autres partent (autour de mars-avril). Dans leur qualification surtout : le caractère discriminant semble alors être l’éducation, les uns alphabétisés et les autres non. Pourquoi ? Dans les vallées du Nord, filles et garçons sont envoyés très jeunes dans les alpages, au détriment de leur éducation. Dans le sud de la région au contraire, pourtant caractérisé par le même besoin du travail des jeunes dans les alpages, les communautés font le choix d’y envoyer les filles, tandis que les garçons vont à l’école où ils apprennent à lire et à écrire jusque 6-7 ans avant de commencer leur apprentissage de la migration et du métier dans des équipes souvent familiales et toujours communautaires. De fait, l’organisation des migrations est différente : ceux du sud partent en compagnies masculines, sûrs de pouvoir avoir des nouvelles de leurs femmes et des affaires villageoises grâce à l’échange constant de courrier que permet leur forte alphabétisation (au village, les femmes analphabètes dans leur majorité se font lire les lettres par les vieux restés sur place ou par le curé). Ces « aristocrates » de l’émigration laissent leurs femmes cultiver les terres en grains, vignes et mûriers. Ils surveillent tout à distance dans cette « adamocratie » si bien décrite par Merzario.

28Les migrants déqualifiés du Nord partent éventuellement en famille, et dans ce cas la femme et les enfants s’emploient à des travaux complémentaires sur les lieux de migration (domestiques, porteuses, mendiantes etc.), mais il est important pour eux que le feu reste toujours allumé dans leur maison, c’est-à-dire que quelqu’un y habite toujours pour conserver le droit de pâturage dans les alpages. Si personne ne reste, ils font venir des locataires pendant leur absence, mais le plus souvent, la structure élargie de la famille permet de conserver sur place certains membres tandis que d’autres partent.

29Tout cela va de pair avec des comportements démographiques différents : dans le sud, le mariage, au moins au XVIIIe siècle, est relativement tardif (vers 25/29 ans), les familles sont le plus souvent nucléaires, la moitié des mariages endogames, mais donc la moitié ne l’est pas. Dans le nord, le mariage est plus précoce (22/26 ans), presque exclusivement endogame, les familles souches (co-habitation entre les parents et un enfant marié) nombreuses. Merzario résume ainsi les oppositions : du côté des vallées du Sud, le travail industrieux, l’individualisme, l’écriture, l’agriculture, la terre, le village et la parenté étroite ; dans les vallées du nord, la fatigue, le travail de groupe des alpages, la marque et le nom de la maison, le quartier de lignage et la parenté élargie.

  • 28 L. Fontaine, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (XVe-XXe siècle (...)
  • 29 P. A. Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales ES (...)

30Au total donc, une grande variété de situations dont Laurence Fontaine a synthétisé quelques dénominateurs communs28. La force des migrations de métiers alpines repose constamment sur des organisations multipolaires qui permettent un accès privilégié à l’information, minimisent les coûts de transaction et facilitent la plasticité et l’adaptation constante des réseaux aux fluctuations de la conjoncture, d’où leur très grande performance. On y voit l’imbrication de types de migrations très variées, non contradictoires : migrations parfois définitives des plus riches qui se sédentarisent en apparence, notamment pour faire face aux revendications des villes contre les marchands étrangers. Ils peuvent alors prendre droit de bourgeoisie, s’inscrire dans les corporations, mais se marient en général dans leur groupe et sont en fait toujours prêts à repartir. Ils restent en liens constants avec le reste du réseau. Il s’agit donc bien de migrations de maintien auxquelles s’accrochent des migrations périodiques ou saisonnières qui voient les hommes circuler entre les pôles du réseau29 : ce sont par exemple des maçons au service des architectes, des porte-balles au service des colporteurs négociants, des soldats au service des officiers mercenaires etc. Dans ce cas, il n’y a pas opposition mais complémentarité entre des migrations « définitives » et saisonnières, même s’il existe aussi des migrations définitives de rupture de ceux qui sont expulsés par la communauté par manque de soutien des réseaux familiaux, notamment les orphelins. On constate donc l’émergence précoce d’entrepreneurs issus des montagnes : c’est l’idée d’un « capitalisme des marges » qui utilise, contrairement à l’idée de la misère dominante, des capitaux de savoir-faire, d’informations, mais aussi des capitaux financiers rassemblés par des sociétés familiales où chacun met son argent et son crédit. Ainsi, contrairement à l’idée de petites républiques montagnardes où tous seraient égaux devant la misère ambiante, on découvre une société hiérarchisée, très structurée, où ce qui compte est le groupe et non l’individu, la collectivité locale plus que la famille. Des réseaux d’entraide sont aussi des réseaux d’exploitation, fondés sur le pouvoir de la dette. Les entrepreneurs de migrations sont en effet à la tête de fortunes de papiers qui marquent leur position centrale dans des réseaux de crédit organisés à l’échelle souvent européenne de leurs entreprises. Sans détailler ici des exemples que l’on trouvera facilement dans les nombreux travaux de Laurence Fontaine, il faut rappeler que la dette permet fondamentalement aux principales familles villageoises une prise sur les biens et surtout sur le travail des hommes : l’endettement leur permet de disposer d’une main-d’œuvre docile et efficace, précieuse dans une période où les problèmes de disponibilité et de fixation de la force de travail sont constants. Ainsi le crédit n’est pas seulement un lien économique, mais aussi social, culturel, politique.

31Toutes ces recherches redonnent vie à l’action des hommes, des communautés et des familles plus que des individus. Elles dépassent le déterminisme naturel ou démographique pour replacer les mobilités dans les projets complexes des communautés alpines. Plus que le fameux push and pull, elles invitent à reconsidérer des systèmes où la terre n’est pas la seule ni même la principale richesse, où le capital spatial fait partie du capital immatériel des familles et des communautés.

Des mobilités porteuses de nouveautés

32Sans prétendre dresser un impossible bilan, esquissons rapidement certaines conséquences de ces migrations de travail.

33On a déjà largement parlé de la démographie, mais d’une façon plus générale, Raoul Merzario fait remarquer que le modèle démographique européen a été conçu, dans les années 1970, sans tenir compte des migrations. Or, les migrations, même saisonnières, ont de nombreux effets démographiques : recul fréquent de l’âge au mariage, intervalles croissants entre les naissances, ce qui entraîne une baisse de la probabilité de naissance de 33 à 43 %. Des conséquences aussi sur le nombre de mariages, on l’a vu, puisque la plus haute probabilité de mortalité masculine entraîne souvent la présence d’un célibat structurel relativement fort des femmes. Tout cela influe sur les stratégies héréditaires et les modalités de transmission des biens, notamment par la présence de familles sans héritier mâle qui peuvent être près de 20 %. Il existe donc bien des modèles propres aux pays d’émigration.

34Parallèlement à ces conséquences structurelles sur le système démographique « traditionnel », les migrations peuvent être une cause d’évolutions notables des comportements. Comme le montre encore Raoul Merzario, dans les villages des vallées méridionales du canton du Tessin à migration qualifiée, les hommes se raffinent en ville. Ils y apprennent notamment l’usage du coitus interruptus, sans doute auprès des prostituées urbaines. Les nombreux témoignages des curés, des médecins ou des élites sur la corruption des mœurs paysannes en ville sont à ce propos tout à fait significatifs. De fait, la diffusion de ces nouvelles pratiques se fait clairement sentir au XVIIIe siècle, en liaison avec l’investissement dans l’éducation des fils et la nécessité conséquente d’en limiter le nombre : ainsi la rationalité se serait diffusée du champ économique à celui des relations familiales, comme dans les grandes villes et sans nécessairement de décalage temporel important. La différence devient donc croissante de ce point de vue entre les zones de migrations qualifiées qui connaissent ces évolutions et les zones proches mais très différentes de migrations non qualifiées où le modèle démographique reste celui de mariages précoces, d’enfants relativement nombreux, sans contrôle des naissances.

  • 30 P. P. Viazzo, D. Albera, « The peasant family in northern Italy, 1750-1930: a reassessment », Jour (...)

35La démographie se mêle bien entendu avec les affaires plus larges de gestion des familles, familles d’un type spécifique puisqu’elles sont marquées, pendant de longues périodes, par l’absence de co-résidence, traditionnellement censée en être un élément constitutif. Différentes études ont montré la plasticité des formes familiales, largement marquées par des formes complexes d’agrégation30. En tout cas, les familles sont laissées à la gestion des femmes qui s’occupent des enfants, des exploitations agricoles, voire des communautés (elles peuvent être consuls en l’absence des hommes). Les mobilités masculines ont donc aussi bien sûr des effets sur la répartition sexuelle des tâches et du travail : il existe un dualisme sexuel du travail spécifique de ces zones où les femmes font les plus durs travaux des champs (ce sont des « ânes à deux pattes » dit un observateur).

36Est-ce que tout cela implique un plus grand pouvoir des femmes ? Certes, mais il est tempéré par la soumission constante dans laquelle elles sont tenues dès leur plus jeune âge, par leur dévouement aux tâches les plus dévalorisées par la culture locale, les travaux des champs qui ne sont pas évalués monétairement, contrairement aux métiers des hommes. Ceux-ci, entrepreneurs d’eux-mêmes ou des équipes qu’ils forment, dirigent aussi de loin le travail agraire des femmes, l’instruction des fils, les dots des filles. C’est la théorie du père de famille altruiste auquel tous les autres membres de la famille se rapportent pour qu’il prenne les décisions les meilleures pour le bien être de tous : une version micro de la main invisible de Smith.

  • 31 M. Dossetti, « Emigrazioni temporanee e proprietà in una comunità piemontese tra ´ 700 e ´ 800 », (...)
  • 32 Chabrol, op. cit., p. 275.

37Qu’en est-il ensuite des effets économiques des mobilités ? Les migrations saisonnières ont souvent été interprétées comme l’ultime tentative de conserver un système économique, qui, sans elles, ne fonctionnerait pas. Cela a parfois été un élément de plus de la critique des migrations saisonnières, accusées de maintenir l’archaïsme des zones de départs. Ces évaluations ont été battues en brèche par la reconsidération des investissements locaux permis par l’argent des migrants31. De fait, les préfets napoléoniens sont déjà bien conscients des sommes parfois considérables qu’envoient ou que rapportent les migrants et qui sont indispensables à la vie des populations sédentaires. Ces revenus peuvent permettre simplement aux sédentaires de rester sur place et, en ce sens, on retrouve l’idée selon laquelle la sédentarité des uns ne peut se comprendre sans la mobilité des autres. Mais en général, c’est l’agriculture locale qui subvient aux besoins de ceux qui restent. Le numéraire des migrants sert donc à d’autres choses : d’abord à payer les impôts exigés par les pouvoirs politiques, mais aussi à construire des maisons, acheter des terres, des vêtements, des produits « de luxe ». Nombreux sont les administrateurs qui remarquent dans ces villages « une élégance de costume assez singulière dans un pays isolé et pour le reste presque sauvage32 ».

38De fait, la culture vestimentaire et la culture des apparences en général fait partie de la culture migrante. Le but d’une profession n’est pas tant l’argent que le manger et le vêtir. Il suffit, dit Merzario, de regarder les mains et les vêtements pour voir qui est maçon ou stucateur. Faire le stucateur, c’est d’abord s’habiller, bien manger, parfois porter perruque. C’est pour d’autres aussi se faire tirer le portrait… On trouve donc chez les migrants la culture des apparences et parfois aussi de l’économie du gaspillage typique de l’économie des élites de l’époque moderne. Cela n’est d’ailleurs pas contradictoire avec une certaine rationalité économique dans la mesure où ce que recherchent d’abord les migrants, c’est d’obtenir la confiance, quand tout pousse à la méfiance face à celui que l’on ne connaît pas : l’habit, comme prévient le dicton qui invite à s’en méfier, en est un moyen.

  • 33 A. Radeff, Du café dans le chaudron. Économie globale d’Ancien Régime (Suisse occidentale, Franche (...)
  • 34 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, 200 (...)

39Les mobilités favorisent donc la diffusion de différentes modes : en même temps que les modes vestimentaires, les modes alimentaires, bien développées par Anne Radeffdans son livre au titre suggestif, Du café dans le chaudron qui montre justement comment les mobilités permettent aux nouveaux produits de se diffuser dans les chaudrons des Alpes sans décalage chronologique majeur par rapport aux plus grandes métropoles33. Ce sont ainsi les idées de diffusion concentrique qui doivent être remises en cause. D’ailleurs, les hommes qui rapportent ces nouveautés dans leurs villages sont aussi parfois ceux qui vont les colporter dans d’autres lieux tout aussi reculés. Comme le note D. Roche, vendre de l’inédit et de l’imaginaire, donner à vivre et à rêver, faire entrer dans la société naissante de consommation les ruraux les plus enclavés, c’est la tâche de ces autres ruraux enclavés que sont bien souvent les colporteurs montagnards34. Le succès de certains objets, montres, mouchoirs entre bien d’autres, doit l’essentiel aux colporteurs qui sont aussi les agents d’une certaine uniformisation des goûts et des représentations.

40Mais au-delà des produits facilement transportables, on trouve aussi la diffusion des modes architecturales, comme cela a été particulièrement le cas lors de la Contre-Réforme dans les pays catholiques, les migrants faisant construire dans leur village des églises sur les modèles rénovés observés ailleurs ou allant porter hors d’Italie les modes baroques. Au XVIIIe siècle encore, les maçons et architectes italiens travaillant en Russie emportent avec eux les façons de faire et de construire propres à leur pays et inaugurent ainsi la pénétration de la culture architectonique italienne dans les pratiques édiles russes.

  • 35 L. Pérez et C. Verna, « La circulation des savoirs techniques du Moyen Âge à l’époque moderne. Nou (...)
  • 36 W. C. Scoville, « Minority and Migrations and the Diffusion of Technology », The Journal of Econom (...)
  • 37 Pour Londres, L. Bich Luu, Immigrants and the industries of London, 1500-1700, Aldershot, 2005.
  • 38 J. Fontaine, Persécutés pour leur foi. Mémoires d’une famille huguenote, Paris, 2003.

41Cela pose aussi le problème des circulations techniques liées aux mobilités des plus qualifiés : la circulation des techniciens a incontestablement été un facteur de connaissance réciproque, mais la question des transferts est délicate35. Le terme, qui suppose une transposition pure et simple d’un lieu à un autre, véhicule une image simpliste, assez chimérique et depuis longtemps critiquée. Mieux vaut raisonner en terme d’appropriations qui suppose toujours adaptations et transformations en fonction des hommes et des conditions changeantes des lieux d’accueil. Au fond, le Tour des compagnons, dont on se souvient qu’en Allemagne il transcende les frontières étatiques, était principalement motivé par ce nécessaire apprentissage des façons de faire spécifiques de chaque région que chacun devait se réapproprier en une combinaison propre. Les migrations forcées des techniciens qualifiés liées à la Révocation de l’Édit de Nantes ont précocement été considérées comme des agents essentiels des transferts de savoir-faire techniques36. Les études plus récentes montrent qu’ils n’ont pas souvent été aussi directs qu’on l’avait pensé et qu’ils ont longtemps obéi à des logiques communautaires de transmission entre étrangers plutôt qu’à une transmission directe aux autochtones37. En Europe du Nord, le parcours de Jacques Fontaine en est d’ailleurs assez significatif38. Malgré les mobilités, les « secrets » ou tours de main peuvent donc se perpétuer relativement longtemps au sein d’un groupe, d’autant plus s’il est à la fois mobile et fermé, comme celui des verriers d’Altare. Mais à force, dans les centres pluri-techniques où se rencontrent différents courants de mobilités, comme par le biais des relations matrimoniales ou entrepreneuriales, les échanges se font, jamais aussi rapides et directs que le souhaitent les puissances mercantilistes. Pour reprendre l’exemple de la verrerie, on sait que dans un certain nombre d’entreprises « privées », les équipes ne sont pas aussi homogènes que dans les manufactures royales. Ainsi, au XVIIIe siècle, la verrerie d’Intra, sur le lac Majeur, possède des fours à l’italienne mais aussi à la façon de Bohême, où des maîtres « allemands » travaillent sans doute aux côtés des maîtres de Venise ou d’Altare. Ainsi la qualification de Giuseppe Gandolin, maître vénitien capable d’entailler “à la façon de Bohême”, et qui propose ses services au Piémont, a-t-elle peut-être été acquise de la sorte dans une de ces verreries devenue carrefour d’équipes et de techniques différentes et vecteur d’apprentissages différenciés.

  • 39 G. Gayot, « Les ouvriers les plus nécessaires sur le marché du travail des manufactures de draps a (...)
  • 40 V. Castronovo, L’industria laniera in Piemonte nel secolo XIX, Torino, 1964.

42En tout cas, les mobilités de travailleurs peuvent aussi très concrètement être à la fois le vecteur et le lieu d’apprentissage des luttes revendicatives. On sait en effet que la mobilité reste pour les travailleurs, surtout qualifiés, une arme d’excellence : c’est un élément constant des luttes compagnonniques, l’interdit pouvant proscrire le travail dans une ville, une région, parfois au-delà des frontières. Gérard Gayot l’a parfaitement illustré avec l’exemple des tondeurs de draps se déplaçant entre Meuse et Rhin au gré de leur bras de fer avec les entrepreneurs de ces différents centres39. Mais ces pratiques de lutte se sont déplacées bien au-delà de cet espace transfrontalier. Valerio Castronovo a montré l’importance des échanges entre l’industrie de Biella et les manufactures de l’Europe du Nord, à tel point que les ouvriers tondeurs y ont introduit des pratiques de lutte en vigueur dans leur patrie d’origine, la rançon sans doute pour les marchands-fabricants de la production réussie des étoffes à la mode de Londres ou de Reims40. Voilà qui devaient sembler aux autorités politiques des conséquences bien plus inquiétantes des mobilités de travailleurs que la circulation du culte des saints ; tout aussi périlleuses que les échanges de livres proscrits que d’autres migrants véhiculaient : autant de raisons supplémentaires pour tenter de contrôler toujours davantage, voire de limiter ces circulations.

Notes

1 H. Carton de Wiart, La vie et les voyages d’un ouvrier foulon du pays de Verviers d’après un manuscrit inédit, Bruxelles, 1920.

2 Alors dans le marquisat de Franchimont, tout près de Verviers.

3 Ce qui est en italique provient des informations contenues dans le cahier dans lequel il a raconté sa vie qui n’a malheureusement pas été intégralement publié.

4 G. Gayot, « Migrations d’entreprises en Europe à l’époque de la première mondialisation, XVIe -début XIXe siècle », in C. Maitte, I. Mandé, M. Martini, D. Terrier, Entreprises en mouvement. Migrants, pratiques, entrepreneuriales et diversités culturelles dans le monde (XVe-XXe siècle), Valenciennes, 2009, p. 77-90.

5 P. Minard, Typographes des Lumières, Seyssel, 1989.

6 M. Nikoleva, « Architetti e maestranze nei cantieri moscoviti (1700-1725). Note su alcuni contratti di lavoro conservati all’Archivio di stato russo degli atti antichi », in J.-F. Chauvard, L. Mocarelli (dir.), L’économie de la construction dans l’Italie moderne, Rome, 2007, p. 422.

7 F. A. Duboin, Raccolta per ordine di materie delle leggi…, t. xv, vol. 17, Turin, 1848, p. 1. Cité dans L. Dolza, C. Maitte, « L’appel aux étrangers. Circulations et intégration des savoir-faire dans le Piémont de l’Ancien Régime : le cas de la teinture en laine et de la verrerie », in M. Cotte (dir.), Circulations techniques, Besançon-Belfort, 2004, p. 77.

8 C. Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, XVIe-XIXe siècles, Rennes, 2009, L. Pérez et A.-F. Garçon (dir.), Les chemins de la nouveauté : innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, 2003 ; N. Coquery, L. Hilaire-Pérez, L. Sallmann, C. Verna (éd.), Artisans, industrie. Nouvelles révolutions du Moyen Âge à nos jours, Lyon, 2004.

9 J. Helguera Ouijada, « La politica de transferencia de tecnologia industrial en la Espana del siglo XVIII : instrumentos y resultados », in M. Merger (dir.), Transferts de technologies en Méditerranée, Paris, 2006, p. 157-172.

10 S. Cavallo, Charity and power in early modern Italy. Benefactors and their motives in Turin, 1541-1789, Cambridge, 1995.

11 P. Deyon, Le mercantilisme, Paris, 1969, p. 43-46.

12 A. García Belmar, J. R. Bertomeu Sánchez, « Constructing the centre from the periphery. Spanish travellers to France at the time of the chemical revolution », Boston studies in the philosophy of science, 233, 2003, p. 143-188; J. R. Harris, Industrial Espionage and Technology Transfer. Britain and France in the Eighteenth Century, Aldershot, 1998 ; A. Guillerme (éd.), « De la diffusion des sciences à l’espionnage scientifique et industriel (XVe-XXe siècle) », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, no 47, 1999.

13 Archivio di Stato di Torino (AST), Materie economiche, IV, M. 13.

14 C. Maitte, « Au cœur des manufactures lainières européennes du XVIIIe siècle. Le voyage de Gian Batta Moccafy, 1766-1767 – Relation de voyage de G.-B. Moccafy », Documents pour l’histoire des techniques, no 18, nouvelle série, 2009, p. 151-200.

15 D. Baggiani, « Tecnologia e riforme nella Toscana di Pietro Leopoldo : la traduzione del “the advancement of arts, manufactures and commerce” di W. Bailey », Rivista Storica Italiana, 105, 1993, p. 515-554 ; C. Maitte, « La Toscane face aux innovations de l’industrie lainière, XVIIIe-XIXe siècle », in Merger, op. cit., p. 529-549 ; P. Malanima, La decadenza di un’economia cittadina. L’industria di Firenze nei secoli XVI-XVIII, Bologna, 1982, p. 239-240 ; D. L. Cagliotti, « Migrazioni d’élite e diaspore imprenditoriali : banchieri, imprenditori e tecnici in Europa dal ‘ 400 alla prima guerra mondiale », in Migrazioni. Storia d’Italia. Annali 24, Torino, 2009, p. 123-142 (article centré sur le XIXe siècle).

16 P. Pastor Rey de Vinas, Historia de la real Fabrica de cristales de San Idelfonso durante la epoca de la ilustracion (1727-1810), 1994.

17 G. Chabrol de Volvic, Statistique des provinces de Savone, d’Oneille, d’Acqui et de partie de la province de Mondovì formant l’ancien département de Montenotte, Paris, 1814 (Savona, 1994), p. 245.

18 J. Lucassen, Migrant labour in Europe, 1600-1900. The drift to the North Sea, Londres, 1987 (éd. or. 1984); K. J. Bade, L’Europe en mouvement. La migration de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, 2002.

19 C’est-à-dire mobilisant plus de 20 000 personnes.

20 L. Fontaine, « Espaces, usages et dynamiques de la dette dans les hautes vallées dauphinoises (XVIIe-XVIIIe siècles) », Annales HSS, 1994, 6, p. 1375-1392.

21 J. Nadal, E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717. L’immigration française, Paris, 1960 ; A. Girard, Le commerce français à Séville et à Cadix aux temps des Habsbourg, Paris, 1932 ; D. Ozanam, « La colonie française de Cadix d’après un document inédit (1777) », Mélanges de la Casa Velasquez, IV, 1968 ; A. Poitrineau, Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin du XVIIe au XIXe siècle, Aurillac, 1985.

22 Articles de H. Serazin, N. Navone, M. Nikolaeva, L. Lorenzetti dans Chauvard, Mocarelli, op. cit. Un exemple de monographie : P. Delpiero, I Volpini, una famiglia di scultori tra Lombardia e Baviera (sec. XVII-XVIII), Bologna, 2006. En Angleterre : Riello G. « Émigrer con gusto. Les émigrés italiens et leur contribution à l’économie européenne aux XVIIe et XVIIIe siècles », Documents pour l’histoire des techniques, no 15, p. 43-57.

23 L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècle, Paris, 1993.

24 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1966.

25 P. P. Viazzo « La mobilità nelle frontiere alpine », in Migrazioni, op. cit., p. 91-106; Upland Communities. Environment, population and social structure in the Alps since the sixteenth century, Cambridge, 1989.

26 R. Ceschi, « Migrazioni dalla montagna alla montagna », in U. Brunold (a cura di), La migrazione artiginale nelle Alpi, Bolzano, 1994, p. 15-45 ; G. Ferigo, « Da estate a estate. Gli immigrati nei villaggi degli emigranti », in G. Ferigo e A. Fornasin (a cura di), Cramars. Emigrazione, mobilità, mestieri ambulanti dalla Carnia in età moderna, Udine, 1997 ; Lorenzetti L., « Mobilità trasversali e mercati lavorativi nella Alpi (dal Seicento all’inizio del Novecento », in P. P. Viazzo et R. Cerri (a cura di), Da montagna a montagna. Mobilità e migrazioni interne nelle Alpi italiane nei secoli XVII-XIX, Alagna-Magenta, 2009.

27 R. Merzario, Adamocrazia, famiglie di emigranti in una regione alpina (svizzera italiana, XVIII secolo), Bologna, 2000 ; L. Lorenzetti, R. Merzario, Il fuoco acceso. Famiglie e migrazioni alpine nell’Italia d’età moderna, Roma, 2005.

28 L. Fontaine, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (XVe-XXe siècles) », RHMC, 2005, 52-2, p. 26-49.

29 P. A. Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales ESC, 1990, no 6, p. 1403-1431.

30 P. P. Viazzo, D. Albera, « The peasant family in northern Italy, 1750-1930: a reassessment », Journal of family history, 15, 4, 1990, p. 461.

31 M. Dossetti, « Emigrazioni temporanee e proprietà in una comunità piemontese tra ´ 700 e ´ 800 », Bollettino di demografia storica, 19, 1993, Bologna, 1994.

32 Chabrol, op. cit., p. 275.

33 A. Radeff, Du café dans le chaudron. Économie globale d’Ancien Régime (Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie), Lausanne, 1996.

34 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, 2003, p. 1008-1009.

35 L. Pérez et C. Verna, « La circulation des savoirs techniques du Moyen Âge à l’époque moderne. Nouvelles approches et enjeux méthodologiques », Tracés, 16, 2009/1, p. 16-61.

36 W. C. Scoville, « Minority and Migrations and the Diffusion of Technology », The Journal of Economic History,ii, 1951, p. 347-360.

37 Pour Londres, L. Bich Luu, Immigrants and the industries of London, 1500-1700, Aldershot, 2005.

38 J. Fontaine, Persécutés pour leur foi. Mémoires d’une famille huguenote, Paris, 2003.

39 G. Gayot, « Les ouvriers les plus nécessaires sur le marché du travail des manufactures de draps aux XVIIe-XVIIIe siècles », in G. Gayot, P. Minard (éd.), Formation, emploi, migrations, les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècles), Revue du Nord, hors série no 15, 2001, p. 209-237.

40 V. Castronovo, L’industria laniera in Piemonte nel secolo XIX, Torino, 1964.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540