Version classiqueVersion mobile

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Première partie. Hommes en mouvement

Les migrations internationales dans l’Europe du Nord-Ouest

Jelle Van Lottum

Texte intégral

1Au début de la période moderne, la vie quotidienne dans la région de la mer du Nord est, dans une large mesure, soumise aux forces internationales. Des paroisses de la côte sud de la Norvège, encore essentiellement agraire, aux grands centres urbains des Flandres qui se sont constitués au Moyen-Âge, en passant par les terres désolées des Highlands écossais, les événements internationaux touchent toutes les couches de la société, et presque tout le monde en subit les conséquences, que ce soit pour le bien des populations ou pour leur malheur. Les conflits entre les États donnent lieu au pillage des villages par les armées étrangères et à l’appel de la jeunesse masculine sous les drapeaux ; le commerce international s’ouvre à de nouveaux marchés et à de nouveaux produits ; les livres et les pamphlets publiés à l’étranger changent les pratiques sociales et religieuses. Mais ce n’est pas tout : le prix des denrées de base, qu’elles soient alimentaires, comme la farine, ou autres, comme le bois et le textile, ainsi que les techniques de production de ces marchandises, sont également soumis aux lois du marché international. En raison du développement des relations commerciales sur de longues distances, le prix des produits locaux est désormais fixé sur des marchés extérieurs et la diffusion des innovations technologiques à travers toute l’Europe influe fortement sur les conditions de travail et les salaires.

2Cependant, les populations du nord-ouest de l’Europe n’entrent pas en contact avec le monde extérieur uniquement par ces voies plus ou moins directes ; dans beaucoup d’autres cas, les gens deviennent eux-mêmes témoins de ce monde en s’éloignant tout simplement de leur paroisse d’origine. Dans ces cas-là, l’internationalisation liée aux temps modernes n’est plus seulement le produit d’une influence extérieure, une chose qui arrive aux gens, mais les gens s’internationalisent eux-mêmes. Dans la zone de la mer du Nord, à partir de la fin du XVIe siècle, ce phénomène se développe progressivement. De plus en plus de gens quittent leur terre natale pour aller chercher ailleurs de meilleures conditions de vie. À ce stade de l’histoire humaine, la migration n’est pas, en soi, un phénomène nouveau ; les gens ont toujours voyagé quand leur vie devient trop difficile ou quand l’aventure ou les opportunités les appellent au loin, derrière l’horizon. Mais à partir de la fin du XVIe siècle, l’émergence d’une nouvelle économie en pleine croissance change les comportements migratoires des populations qui vivent sur les rivages de la mer du Nord d’une manière tout à fait inédite ; les gens partent pour des destinations beaucoup plus lointaines et en nombre beaucoup plus important que par le passé.

3Le point du continent qui retient l’attention de la plupart des migrants est la république des Provinces-Unies. À partir des dernières décennies du XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, cette petite confédération de provinces a un impact significatif sur la vie quotidienne des populations vivant sur le pourtour de la mer du Nord. Non seulement la province qui en constitue le noyau, la Hollande – et plus particulièrement ses centres urbains – devient un important centre régional, voire même, à certains égards, international sur un plan à la fois commercial, culturel et religieux, et elle se met à attirer un nombre toujours croissant de gens venus parfois de très loin pour travailler dans ses filières industrielles, sur ses chantiers de construction, à bord de ses vaisseaux, ou grossir le personnel domestique des grandes maisons issues de l’aristocratie ou de la bourgeoisie locales. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les Provinces-Unies attirent par exemple des familles venues des lointaines villes de Königsberg et Riga, à l’extrême est de la Baltique, ou de Livourne, en Italie. Cependant la grande majorité des migrants arrive des pays du bassin de la mer du Nord. Ouvriers du textile des Flandres, bâtisseurs du nord de l’Allemagne, marins et domestiques danois, suédois ou norvégiens, des centaines de milliers d’entre eux affluent, en quête de travail, vers les provinces côtières de la République.

Importance et orientation des flux migratoires

4Jusque dans les années 1960, les sociétés modernes du nord-ouest de l’Europe sont communément perçues comme immobiles. On a souvent désigné la période industrielle comme point de départ des mouvements de population à grande échelle en Europe, une idée qui doit beaucoup aux vagues de migrants arrivées dans le Nouveau Monde au XIXe siècle et aux migrations massives vers les grands centres industriels du nord-ouest de l’Angleterre, deux phénomènes migratoires qui, si l’on s’en tient aux chiffres, éclipsent l’un et l’autre les migrations mieux connues – et traditionnellement mieux étudiées – qui concernent l’Irlande et l’Amérique du Nord au début de l’ère moderne.

5La figure 1, ci-dessous, retrace les flux migratoires majeurs qui peuvent être observés dans les années 1680. Les flèches, qui représentent la masse globale des migrants ou le nombre total d’expatriés du nord-ouest de l’Europe installés dans d’autres pays, permettent d’élaborer une classification en trois groupes : dans le premier, le nombre d’émigrés est supérieur à 10 000 ; dans le second, il est situé entre 3 000 et 10 000 ; dans le troisième, entre 1 000 et 3 000.

Figure 1. – Les flux migratoires majeurs en Europe du Nord dans les années 1680.

6Cette carte permet de dégager quelques observations sur le phénomène migratoire international dans la région de la mer du Nord au cours de l’ère moderne. En premier lieu, la population de l’Europe à cette époque est relativement mobile. Lorsqu’on compare le nombre relatif de migrants nés dans le Nord-Ouest de l’Europe, ou le nombre d’expatriés natifs de la région, on parvient à discerner deux grandes vagues de migrations de masse (figure 2).

7La plus « célèbre » de ces deux vagues est celle qui se dégage des migrations massives opérées vers le Nouveau Monde dans la deuxième moitié du XIXe siècle, avec une estimation avoisinant les 49 individus pour 1000 au regard de la population de départ (ce qu’on appelle le taux d’émigration). Cette vague migratoire a toutefois été précédée d’une première vague, dont le pic a été atteint aux environs de 1650-1700 et qui repose en grande partie sur une migration massive vers la république des Provinces-Unies. Le taux d’émigration moyen relatif à cette première vague s’élève à 16 pour 1 000 (16 expatriés sur 1 000 individus natifs du pays).

Figure 2. – Les migrations en Europe du Nord (1550-1650).

8En second lieu, la figure 1 permet de distinguer deux grands systèmes migratoires qui ont coexisté sans vraiment se chevaucher : un système migratoire « britannique » qui s’est développé autour de Londres, ville qui attire principalement les migrants natifs ou résidents des Îles britanniques et, à côté de cela, un système migratoire englobant la mer du Nord plus la côte continentale de la Manche dont le principal centre est l’ouest des Provinces-Unies et qui attire des immigrants venus des Pays-Bas autrichiens, des États de l’ouest de l’Allemagne et des pays scandinaves.

9Ceci nous amène à considérer le rôle central des Provinces-Unies dans ces migrations. De la même manière que les flux migratoires montrent, sur la figure 1, que cette république est reliée à tous les pays environnants par de larges flux migratoires entrant, les estimations relatives à l’importance des mouvements de population internationaux indiquent que, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, environ 160 000 hommes et femmes nés dans les pays du pourtour de la mer du Nord vivent dans un autre pays de cette même région du continent européen et que pas moins de 86 % d’entre eux vivent aux Provinces-Unies. La conséquence, pour ce pays, est une explosion des niveaux d’immigration, qui ne seront dépassés qu’à la fin du XXe siècle.

L’économie néerlandaise

Le miracle économique

10La République des Provinces-Unies est, sur le plan international, la destination préférée des migrants de la région de la mer du Nord. Pour bien saisir l’évolution et les enjeux du phénomène de migration internationale dans le nord-ouest de l’Europe entre 1680 et 1800, il est important de remonter plus loin dans le temps, jusqu’au XVIe siècle, et plus particulièrement à la fondation de la République en 1581. À la suite de la « Révolte des Gueux » contre le pouvoir du Habsbourg Philippe II d’Espagne, une révolte éclate en 1568 pour aboutir, en 1581, à la proclamation d’indépendance d’un certain nombre de provinces – les Provinces-Unies, qui comprennent notamment celle de Hollande. Immédiatement, la nouvelle république entreprend un spectaculaire redressement économique qui efface la guerre sanglante et destructrice menée contre les Espagnols. La période qui s’ensuit a été qualifiée par les historiens d’« Âge d’or hollandais » (vers 1585-1670). Grâce à de célèbres peintres tels que Rembrandt van Rijn ou Jan Vermeer et de philosophes comme Baruch de Spinoza, ce coin d’Europe sans richesses particulières réussit à s’élever au premier rang des nations du continent. Pourtant, bien que ce soit l’héritage culturel de cet Âge d’or qui soit resté en mémoire, il est important de comprendre que le premier fondement de la réussite des Provinces-Unies est son économie.

11Depuis la naissance de la petite république, tous les secteurs de l’économie contribuent à faire des Provinces-Unies une puissance économique dominante en Europe. Son agriculture est prospère, grâce notamment à ses nombreux polders conquis sur la mer, et un nombre croissant de cultivateurs, notamment ceux venus de Zélande, de Hollande et de Frise, commencent à produire des biens pour alimenter le marché international. À la même époque, les pêcheries néerlandaises se développent de manière significative, notamment les pêcheries de hareng, au sud de la Hollande, qui deviennent les plus importantes et les plus productives d’Europe. Néanmoins, le secteur le plus porteur de ce qu’on a qualifié de « miracle économique » est le secteur maritime. La marine marchande néerlandaise se développe en effet très rapidement après la révolte, et en quelques décennies dépasse les performances de tous ses concurrents.

12Avec la fondation de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) en 1602, les Néerlandais s’assurent une position dominante dans le commerce avec l’Orient, en particulier avec les Indes orientales (l’actuelle Indonésie) et, dans une moindre mesure avec l’Inde, la Chine et le Japon. Ils établissent, parallèlement, des relations commerciales avec le Nouveau-Monde, par l’intermédiaire de la Compagnie des Indes occidentales (fondée en 1621), qui ne tarde pas à devenir une des premières dans cette région du monde. Cependant, en terme de volume de marchandises ou au regard de la valeur totale des cargaisons transportées et du nombre de personnes qui y prennent part, le commerce intra-européen est la branche la plus importante de l’activité maritime néerlandaise. Des ports comme Amsterdam et, à un moindre degré, Rotterdam, deviennent de véritables pivots du commerce européen tandis que, protégée par une puissante marine de guerre, la flotte marchande néerlandaise prend une place centrale dans le commerce du grain, du poisson (séché) et du bois avec la Norvège et la Baltique et dans celui, non moins lucratif, du vin et du sel avec la façade atlantique de la France et tout le bassin méditerranéen.

Les raisons de la croissance économique

13Un phénomène d’expansion économique, tel que celui que connaît les Provinces-Unies durant son Âge d’Or, ne se produit pas du jour au lendemain et se révèle en fait très difficile à générer. Par ailleurs, la croissance en tant que telle (mesurée à l’aune du PIB par habitant) est généralement considérée comme un phénomène relativement moderne que la plupart des pays ne peuvent générer que pendant ou après une période d’industrialisation. Pourtant, bien qu’on n’ait pas encore tranché cette question concernant les Provinces-Unies (ont-ils connu à cette époque une croissance économique soutenue selon l’acception moderne du terme ?), les chercheurs en histoire économique sont tous d’accord pour reconnaître que les performances économiques alors réalisées par la république sont sans précédent. Dans la littérature spécialisée on parle parfois de la première économie moderne.

14Selon les principes de base de la science économique, il n’y a, pour toute économie, que trois possibilités de croître. La première, ce sont les avancées techniques, qui permettent d’augmenter la productivité et, pour un même individu, de produire plus d’unités dans un temps donné. Même si, par exemple, des progrès de ce type ont été réalisés au XVIIe et au XVIIIe siècle dans l’industrie textile et surtout dans le transport maritime, seule l’introduction du moteur à vapeur amélioré, en Grande-Bretagne, à la fin du XVIIIe siècle, apporte réellement des gains de productivité substantiels à l’économie globale.

15Les deux autres options sont les avancées institutionnelles et, plus simplement, la croissance de la main-d’œuvre (c’est-à-dire des travailleurs plus nombreux). On peut considérer la création de ce qui est la première compagnie multinationale de l’histoire (la VOC) comme un progrès institutionnel, de même que la très efficace régulation du marché des capitaux et des biens à Amsterdam qui facilite les échanges commerciaux et par là même contribue à faire du pays le principal centre d’affaires européen. Pourtant – troisième option – dans toute économie antérieure à la révolution industrielle (comme dans la plupart de celles qui lui sont postérieures), il est aussi nécessaire d’augmenter la main-d’œuvre pour accroître les possibilités d’expansion économique. Or, le principal problème des Provinces-Unies, tout au long de leur existence, est précisément le manque de main-d’œuvre.

Le problème démographique

16Au début du XVIIe siècle, la république des Provinces-Unies est le pays où la densité de population et le niveau d’urbanisation sont les plus forts d’Europe, et elle conserve ces particularités jusqu’à la fin de la période pré-industrielle. La plupart des centres urbains sont situés dans la province de Hollande, cœur de la république néerlandaise, où est concentrée toute l’activité économique. En conséquence de quoi, toutes les grandes villes du pays, Amsterdam, Rotterdam, Leyde, Delft, Haarlem et Dordrecht, sont des villes hollandaises.

Figure 3. – Les Provinces-Unies aux XVIIe-XVIIIe siècles.

17Comme on le constate pour toutes les grandes villes du début de l’ère moderne, la concentration croissante de l’industrie et de la population dans des centres urbains a un effet significatif sur la population résidente. La détérioration des conditions de vie et de travail dans ces villes surpeuplées fait exploser les taux de mortalité et les choses empirent encore avec les épidémies de peste qui, au cours du XVIIe siècle, ravagent régulièrement la Hollande. De surcroît, le taux de fécondité y est extrêmement bas, c’est-à-dire que les femmes donnent naissance à peu d’enfants, ce qui est habituel dans les sociétés fortement urbanisées. En somme, tout au long de leur histoire, les Provinces-Unies ont un problème démographique : certaines années, le taux d’excédent naturel (taux de croissance démographique imputable au mouvement naturel de la population) stagne et le solde naturel est même négatif dans des centres urbains tels qu’Amsterdam, c’est-à-dire que le nombre de décès y excède celui des naissances.

18Néanmoins, bien que la population urbaine ait des difficultés à se reproduire, l’économie néerlandaise continue de prospérer. Mais dans la mesure où l’accroissement naturel de la population devient insuffisant pour fournir en main-d’œuvre une industrie en pleine expansion, il est nécessaire de procéder à un ajustement entre le nombre de travailleurs et les possibilités de développement économique. Or, comme au début du XVIIe siècle, déjà, l’apport des migrants intérieurs au pays est insuffisant pour satisfaire cette demande de main-d’œuvre, le seul moyen pour les Provinces-Unies de maintenir leur niveau de croissance est d’attirer des travailleurs supplémentaires depuis l’étranger.

Les facteurs de migration vers les Provinces-Unies

19La république attire de nombreux travailleurs étrangers et ces migrants sont présents dans tous les secteurs de l’économie. Quelles sont les raisons pour lesquelles les migrants choisissent les Provinces-Unies ? Bien qu’il soit difficile de connaître exactement les motivations individuelles, les deux raisons principales pour lesquelles les gens s’expatrient sont la recherche d’une meilleure situation économique (il s’agit de migrations dites de travail) et le désir d’échapper aux discriminations et aux persécutions (cas des réfugiés politiques). Parce que l’on y trouve une combinaison de facteurs politiques et économiques, les Provinces-Unies attirent ces deux catégories de migrants.

Une relative tolérance

20La politique des Provinces-Unies envers les étrangers (c’est-à-dire ceux qui ne sont pas nés dans les limites du territoire de la république) se caractérise par une notion de tolérance relative. Le fait qu’il soit relativement facile pour les non-Néerlandais de s’établir à l’intérieur du pays s’explique principalement par le besoin d’une main-d’œuvre additionnelle pour l’économie du pays. Savants, lettrés, membres de l’élite dirigeante, tous ont conscience de la nécessité d’attirer les travailleurs étrangers pour qu’ils grossissent les rangs des ouvriers et des employés néerlandais. En conséquence, les autorités assouplissent la législation relative à l’établissement des étrangers dans le pays à la différence, par exemple, de l’Angleterre où les lois sur l’immigration sont beaucoup plus strictes.

21Le discours tenu aux immigrants non-protestants n’obéit pas moins à des considérations pragmatiques. Certes, on peut déceler un fondement idéologique derrière l’attitude adoptée à l’égard des différentes religions (autres que la confession réformée) ; les écrits humanistes de Desiderius Erasmus, ou Érasme (1466-1536), en particulier, ont beaucoup d’influence sur la population néerlandaise. Mais il y a assurément aussi des raisons pragmatiques pour lesquelles il est relativement aisé, pour les gens de différentes confessions, de s’installer aux Provinces-Unies. En-dehors du besoin déjà mentionné d’alimenter l’économie en main-d’œuvre, le second facteur de tolérance est que l’élite dirigeante, dont les membres se font appeler Régents, sont presque tous d’importants marchands internationaux qui ont parfaitement compris qu’il n’est pas dans l’intérêt du pays (qui dépend si fortement du commerce international) de se montrer trop strict en matière religieuse alors qu’ils sont en affaires avec des nations comptant des adeptes de religions très variées.

22En conséquence de quoi, au XVIIe et au XVIIIe siècles, il est relativement facile pour les étrangers de s’intégrer dans la société néerlandaise. Bien qu’il soit extrêmement difficile pour ceux qui ne pratiquent pas la religion réformée d’acquérir une pleine et entière citoyenneté et bien que les Juifs soient dans tous les cas (de même que les catholiques dans certains cas) exclus d’organisations telles que les corporations, la société néerlandaise reste relativement ouverte, offrant de nombreuses opportunités pour les étrangers qui souhaitent trouver un refuge sûr ou de meilleures conditions de vie sur le plan économique.

Incitations économiques

23La relative facilité avec laquelle des étrangers venus d’horizons très différents peuvent s’installer aux Provinces-Unies n’est cependant pas la seule explication à la migration de masse qui s’opère vers ce pays dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Bien sûr, la seule existence d’un Etat faisant preuve de tolérance à l’égard des immigrés suffit à justifier que nombre d’entre eux en font leur destination de prédilection à l’exemple des Juifs sépharades (Juifs originaires de la péninsule Ibérique) qui affluent après 1580 (Spinoza est l’un de leurs descendants), des réfugiés protestants des provinces du sud qui cherchent à échapper aux persécutions des Habsbourg ou des Huguenots venus de France (en particulier après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685). Cependant les motivations économiques jouent un rôle au moins aussi important dans ces flux migratoires.

24Les raisons qui sous-tendent ces migrations économiques (ou migrations de travail) vers les Provinces-Unies sont de deux ordres. Tout d’abord, celle-ci offre des opportunités professionnelles et des emplois. Dans la mesure où l’économie du pays, en particulier dans la province de Hollande, croît à un rythme supérieur à l’accroissement naturel de la population, elle offre des opportunités à des gens venus de régions où la demande de maind’œuvre est beaucoup plus faible, voire quasiment inexistante. De ce fait, le niveau des salaires aux Provinces-Unies est relativement élevé comparé à celui des pays d’origine des immigrés. Les possibilités d’emploi sont, bien sûr, l’une des données de la question mais, si les incitations économiques n’avaient pas été assez fortes, il n’est pas certain que les populations se soient déplacées aussi facilement.

25Les salaires relativement élevés qui sont versés aux Provinces-Unies résultent en partie de la forte demande de main-d’œuvre. La loi économique de l’offre et de la demande suppose que lorsque la demande pour un produit ou un service croît, son prix augmente à proportion. Conséquence d’une demande de main-d’œuvre alors plus forte que partout ailleurs, le prix de celle-ci (en d’autres termes, les salaires) est beaucoup plus élevé que dans les pays environnants. Cette différence est fluctuante : on passe du simple au double entre la Prusse Orientale et les Provinces-Unies, mais l’écart est moins grand avec la capitale danoise, Copenhague, où le salaire hebdomadaire moyen représente 80 % de son équivalent néerlandais. Bien que le coût de la vie dans les provinces occidentales des Provinces-Unies soit plus élevé que dans la plupart des pays environnants, les écarts de salaire réel entre la république et le reste de l’Europe du Nord-Ouest (le salaire réel tient également compte du coût de la vie) sont encore très importants dans presque tous les secteurs de l’économie. Et même si l’économie néerlandaise stagne à partir des années 1670 et si d’autres pays commencent à obtenir de meilleurs résultats qui ont pour effet de réduire ces écarts, la république néerlandaise continue à dominer la plupart de ses concurrents et les salaires y restent plus élevés qu’ailleurs jusqu’au début du XIXe siècle.

26Le fait qu’à de rares exceptions près, tout au long du XVIIe et du XVIIIe siècle, le différentiel entre les salaires versés en Hollande et le reste de l’Europe soit en faveur de la première, ne s’explique évidemment pas seulement par les conditions de vie. C’est aussi un effet de la situation économique et démographique dans les régions de départ où existent, la plupart du temps, des structures diamétralement opposées. En raison d’un taux de fécondité élevé et d’un faible taux de mortalité, la population s’est fortement accrue dans de nombreux pays d’origine des migrants. En conséquence, les réserves de main-d’œuvre y sont (trop) importantes ce qui a pour effet de tirer les salaires vers le bas. En outre, compte tenu du fait que dans la plupart des régions de départ, comme la Scandinavie ou le nord de l’Allemagne, les performances économiques sont nettement moindres, les opportunités s’y font rares, voire inexistantes. Dans ces cas-là, émigrer vers la Hollande est souvent la seule possibilité de trouver de meilleures conditions de vie, ou tout simplement d’échapper à la famine.

Émigrer vers les Provinces-Unies

Importance du flux migratoire

27Si l’on tient compte des migrants-sédentaires – ceux qui partent s’installer dans un pays étranger –, la proportion d’immigrés aux Provinces-Unies atteint son plus haut point aux alentours de 1650-1680, période durant laquelle les étrangers représentent 8 % de la population totale du pays. Il faut attendre la fin du XXe siècle pour y voir un afflux d’immigrés susceptible d’éclipser le pic du XVIIe siècle. À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, en effet, les chiffres de l’immigration s’affaiblissent tout doucement, jusque dans les premières décennies du XIXe siècle, suivant un schéma plus ou moins semblable à celui de la figure 2.

28Comme les migrants se déplacent vers les régions où l’activité économique est la plus dynamique, l’afflux d’étrangers est principalement concentré sur certaines zones géographiques. Dans la province centrale de la république, la Hollande, la proportion d’étrangers dans la population est nettement plus élevée qu’à l’échelon national ; dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les étrangers représentent environ 18 % de la population totale de la province. Les chiffres peuvent diverger fortement d’une ville à l’autre. Alors que, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la population d’Amsterdam comprend 38 % d’étrangers, des villes comme Rotterdam, La Haye ou Delft, avec des chiffres d’environ 19 %, attirent relativement peu. À Utrecht, environ 20 % des habitants sont nés en-dehors des frontières de la République, mais dans les villes industrielles de Leyde et de Haarlem, la part des étrangers dans la population est aussi importante qu’à Amsterdam soit 38 %. Par la suite, tout au long du XVIIIe siècle, dans toutes les villes néerlandaises, la proportion d’étrangers décline.

La profession des migrants

29Les migrants participent au développement de toutes les branches de l’économie mais l’importance de cette participation est très variable selon les secteurs concernés. Grâce à l’excellent état des registres de mariage conservés aux archives d’Amsterdam, nous connaissons la répartition des migrants entre les diverses branches économiques. Malheureusement, les archives ne fournissent aucune information sur les activités des immigrés après 1710 mais, à quelques exceptions près, la situation au tournant du siècle est représentative de ce qui s’est passé au cours du XVIIIe siècle.

30Les registres des archives indiquent que les migrants de la fin du XVIIe siècle travaillent principalement dans les branches dites prolétariennes : ouvriers journaliers (64 % des journaliers d’Amsterdam étaient d’origine étrangère), marins au long cours (52 %), etc. Dans certaines de ces professions, les maçons par exemple, la proportion d’étrangers s’élève même jusqu’à 80 %. À l’intérieur de la catégorie des artisans, la proportion d’étrangers est généralement plus faible, bien qu’il existe de grandes différences, par exemple entre la profession de tailleur, où exercent majoritairement des immigrés (59 %), et la construction navale, traditionnellement réservée aux natifs de la république (9 % seulement des constructeurs sont d’origine étrangère). Dans la catégorie dite des experts ou spécialistes, que l’on peut considérer comme l’échelon le plus élevé du marché du travail (les prolétaires occupant le bas de l’échelle), les écarts ne sont pas aussi marqués que dans le groupe précédent ; la population native domine des professions telles que l’imprimerie et la verrerie, dans lesquelles sa part est de 60 à 70 %. Il y a toutefois une exception notable : la chapellerie, une profession dominée par les étrangers et plus particulièrement par les immigrés français.

31En-dehors de l’apparente segmentation du marché du travail sur le plan ethnique, les différences d’origine géographique (région ou pays) sont assez frappantes. À Amsterdam, la communauté des marins est dominée par les Scandinaves – près de 25 % – suivis par les Allemands des régions côtières (15 %). Les ouvriers journaliers, quant à eux, viennent principalement d’Allemagne et 50 % d’entre eux sont originaires des régions de la frontière est du pays. Dans les professions artisanales qui requièrent le plus de qualifications, on observe une division quelque peu similaire : les Allemands représentent la part la plus forte de la main-d’œuvre immigrée, tandis que les Scandinaves, les natifs des provinces méridionales et les Français y prennent une part beaucoup plus limitée, surtout si on la compare à celle qui est la leur dans la catégorie des professions prolétariennes.

32La catégorie des « experts » diffère des précédentes, en ce sens que les Pays-Bas méridionaux et la France fournissent bien davantage de spécialistes que de membres de professions requérant moins de qualifications. Les experts immigrés français et belges sont également très bien représentés dans le secteur de la soie, du tressage et de l’industrie du chapeau. Dans la filière du bombasin, plus du tiers des ouvriers sont originaires de l’un de ces pays. Pour leur part, les migrants des Pays-Bas méridionaux viennent d’une région prospère et fortement urbanisée ; aussi ne faut-il pas s’étonner de les retrouver, à cette époque, dans les filières spécialisées des produits de luxe. La forte contribution des marchands belges et français montre également le statut particulier dont jouissent ces migrants dans ce secteur.

33En revanche, les archives sont pratiquement muettes en ce qui concerne les activités des migrants de sexe féminin, ce qui est une grave lacune, si l’on considère le fait que les femmes représentent une fraction importante de la main-d’œuvre étrangère installée aux Provinces-Unies. Grâce aux registres de mariage conservés à Amsterdam, nous savons que les femmes représentent environ 40 % de la population immigrée totale. Il y a tout de même consensus entre les historiens sur le fait que la plupart des immigrées étaient des employées domestiques même si, dans une ville industrielle très spécialisée comme Leyde, les femmes d’origine étrangère ont la possibilité d’occuper des emplois de faible qualification dans des secteurs autres que celui des services, comme le filage, par exemple. Il est encore plus difficile de déterminer l’importance d’un groupe tel que celui des prostituées. Il semble pourtant évident que nombre de femmes immigrées qui ne parviennent pas à dénicher un emploi « décent » finissent par embrasser cette profession. Nous savons aussi que les employées domestiques, lorsqu’elles cherchent un revenu complémentaire, ne se tournent pas vers la prostitution. Les couturières et les ouvrières du textile sont généralement plus vulnérables, dans la mesure où elles dépendent davantage des fluctuations du marché. Les employées domestiques, pour leur part, vivent avec leurs employeurs et bénéficient du gîte et du couvert, ce qui leur permet de faire quelques économies. Lorsqu’elles sont mises à la porte, en revanche, elles deviennent très vulnérables et c’est alors que certaines filles – et parmi elles probablement un nombre important d’immigrées – tombent dans la prostitution.

Stagnation économique et immigration

34Autour des années 1670, la croissance de l’économie néerlandaise entre dans une phase de stagnation, résultat de la combinaison de plusieurs facteurs. En premier lieu, la république souffre d’une intensification de la concurrence sur le marché international des biens. Cette concurrence a pour effet une baisse des prix et donc une diminution des profits pour les fabricants et les marchands, tout particulièrement dans la puissante industrie textile. Par ailleurs, cette époque est marquée par une recrudescence de conflits internationaux. 1672 (qu’on qualifie de « rampjaar », c’est-à-dire d’« année du désastre ») est une année particulièrement difficile pour l’avenir des Provinces-Unies. Cette année-là, la République est attaquée par les armées de Louis XIV et le pays est envahi. Au même moment, la marine néerlandaise se retrouve sous la menace des Anglais tandis qu’un conglomérat d’armées allemandes attaque par l’est. Non seulement ces conflits coûtent très cher au pays, mais ils affectent une économie très dépendante de la stabilité internationale et, davantage encore, de la paix à l’intérieur de ses frontières.

35Conséquence des guerres, mais surtout du changement de l’environnement économique, la croissance économique de la République connaît un coup d’arrêt et ne repart pas par la suite. Il faut toutefois garder à l’esprit qu’à l’exception notable de l’Angleterre, qui supplante les Provinces-Unies dans l’Europe du Nord-Ouest au XVIIIe siècle, les performances de l’économie néerlandaise n’en restent pas moins supérieures à celles de ses voisins. Cette période marque la fin de l’Âge d’Or des Provinces-Unies et la perte de leur position dominante dans l’économie mondiale.

Une demande moins forte

36Dans les dernières décennies du XVIIe siècle, l’effet de la stagnation économique sur l’immigration est significatif, même si il y a aussi des facteurs extérieurs qui affectent les flux migratoires. En tout cas, il est clair que, conséquemment à la chute de la demande de main-d’œuvre dans le secteur industriel, et à la stagnation de l’industrie du bâtiment (qui attire quantité de travailleurs étrangers) en raison d’une baisse des investissements, les migrants se font de moins en moins nombreux à gagner les Provinces-Unies pour s’y installer. Il en résulte, au XVIIIe siècle, un abaissement des seuils de mobilité internationale dans l’Europe du Nord-Ouest. En 1750, même si les Provinces-Unies sont restées la destination la plus prisée des migrants internationaux, et qu’aucun autre pays ne reprend à son compte le rôle joué par la Hollande, le volume des migrations est en nette diminution par rapport à ce qu’il était cent ans auparavant.

Figure 4. – Les flux migratoires en Europe du Nord en 1750.

37La baisse de l’afflux de travailleurs étrangers a un fort impact sur l’accroissement de la population néerlandaise et tout particulièrement dans la province de Hollande. Au XVIIIe siècle, la conjoncture démographique reste sensiblement la même. En raison des vents contraires qui soufflent sur l’économie du pays, le taux de fécondité est même tombé encore un peu plus bas ; comme l’avenir est incertain, les gens prennent la décision de faire moins d’enfants. En outre, les conditions de vie dans les villes ne se sont pas améliorées par rapport au siècle précédent, et le taux de mortalité y est encore très élevé. En raison de la combinaison de ces facteurs, la croissance de la population stagne et décline même dans le cas de la province de Hollande où la population passe de 850 000 habitants en 1670 à un peu moins de 800 000 en 1800. En conséquence, l’économie néerlandaise, dont certains secteurs se portent très bien, continue à drainer un nombre important de travailleurs de différents pays quoique dans une moindre mesure qu’au siècle passé.

Une immigration en baisse

38Dans toutes les villes de Hollande, la part des étrangers dans la population globale diminue au XVIIIe siècle, bien que certaines d’entre elles réussissent à amortir cette tendance avec plus d’efficacité que les autres. Amsterdam, par exemple, réussit à maintenir un niveau relativement élevé de 25 % d’immigrés tout au long du XVIIIe siècle. C’est aussi le cas de certaines villes du nord comme Hoorn, Alkmaar ou Enkhuizen où la proportion d’étrangers avoisine les 15 %. Dans des villes où la spécialisation industrielle est forte, comme Leyde qui, suite au déclin de l’industrie textile, devient beaucoup moins attractive pour les immigrés, notamment ceux des Pays-Bas méridionaux, la part des étrangers dans la population décroît de près de quatre cinquièmes, passant de 38 % en 1650 à 8 % en 1800.

39Cependant, en dépit d’un nombre décroissant d’étrangers venant s’y installer, les Provinces-Unies ne perdent pas leur pouvoir d’attraction sur les migrants. En effet, certains secteurs de l’économie néerlandaise continuent de prospérer au XVIIIe siècle et, parce que le taux d’accroissement naturel de la population reste très faible, voire négatif, le maintien de la croissance dans ces secteurs continue à dépendre fortement de l’immigration. Le marché du travail maritime, par exemple, connait une hausse significative tout au long du XVIIIe siècle et la présence de matelots d’origine étrangère, déjà forte en 1694 avec 30 % du nombre total de marins, monte jusqu’à 50 % en 1780.

40Cependant, la nature des migrations internationales change au cours du XVIIIe siècle. Non seulement de moins en moins d’étrangers viennent s’installer aux Provinces-Unies, mais un changement d’ordre plus structurel intervient au cours du siècle dans le comportement des migrants. Alors qu’au XVIIe siècle, la plupart d’entre eux s’installent de manière permanente aux Provinces-Unies, ou au moins pour une durée significative, durant le siècle qui suit de plus en plus d’étrangers intègrent le marché du travail hollandais sans pour autant s’y installer durablement. Cette évolution des comportements a pour cause, non seulement les changements intervenus aux Provinces-Unies, mais également des raisons extérieures.

Une concurrence de plus en plus forte

41En-dehors du fait que les opportunités et les perspectives de travail se réduisent dans la république, la principale cause du déclin des migrations sédentaires à long terme est le nouveau développement économique de pays qui, traditionnellement, sont des pays de départ. Tout au long du XVIIIe siècle, les marchés nationaux et le marché international du travail connaissent une expansion significative, notamment au nord du continent. Le cas du Danemark illustre parfaitement cette évolution. Ainsi la population de sa capitale, Copenhague, connait un accroissement de 40 % entre 1769 et 1800 alors que celle d’Amsterdam demeure plus ou moins stable au cours de la même période. Au même moment, le pays voit également la forte croissance de son secteur maritime ; la marine marchande de Copenhague, en particulier, représente désormais une forte concurrence pour les Néerlandais. En doublant la taille de sa flotte au cours du XVIIIe siècle, la ville devient même l’un des premiers centres maritimes européens, inaugurant une ère que l’historiographie danoise qualifie « d’époque du commerce florissant ». Cependant, l’expansion du secteur maritime danois n’a été possible que grâce à l’afflux de travailleurs additionnels. Aussi le Danemark fait également concurrence aux Néerlandais sur le terrain de l’immigration ; le marché du travail national absorbe en effet des réserves de travailleurs spécifiques pour qui, au XVIIe siècle, aller s’installer dans le port d’Amsterdam était encore la meilleure des options.

42Le marché du travail danois en général, et celui de Copenhague en particulier, ne sont d’ailleurs pas les seuls à connaître une telle transformation ; la même chose se produit à Hambourg, en Norvège et en Suède. Le marché du travail maritime norvégien, par exemple, grossit de 200 % entre les années 1770 et 1807. L’effet de cette demande plus forte en Scandinavie et en Allemagne a des répercussions au niveau des salaires. Ainsi, au cours du XVIIIe siècle, les salaires des marins suédois augmentent considérablement, beaucoup plus qu’aux Provinces-Unies, ce qui a pour effet de rendre le marché du travail maritime suédois de plus en plus attractif pour les migrants.

43La concurrence accrue que représente l’émergence de nouveaux marchés du travail offre naturellement plus d’options aux migrants. S’ils voient une opportunité aux Provinces-Unies, ils partent s’y installer mais, de plus en plus souvent, il existe d’autres alternatives, en particulier parce que les salaires commencent à s’y élever. En conséquence, le volume des migrations internationales diminue (comme le montre clairement la figure 2), tandis que les migrations temporaires, mais aussi internes (à l’intérieur d’un même pays), enregistrent une progression, ce qui n’apparaît pas dans le graphique. Quant à la tendance à la hausse au regard de la part des travailleurs immigrés non-sédentaires, elle ressort très clairement des chiffres du marché du travail maritime. En 1780, on estime à 35 % le nombre de marins d’origine étrangère qui ne résident pas dans la république alors qu’ils n’étaient que 10 % en 1650. Pour résumer : le taux de migration sédentaire chute à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle alors que le taux de migration non-sédentaire, lui, progresse et cette tendance se poursuit jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

La fin d’une époque

44Si l’on considère les mouvements de population globaux dans l’Europe du Nord-Ouest, la chute du nombre de migrants sédentaires qui ressort de la figure 1 semble indiquer une baisse du niveau général de la mobilité internationale au cours du XVIIIe siècle. Or, cela n’est pas nécessairement le cas. Les gens ne sont pas moins mobiles au XVIIIe siècle, mais ils se déplacent sur de plus courtes distances, à l’intérieur de leur propre pays par exemple, et les déplacements à l’étranger donnent lieu, de plus en plus souvent, à des séjours moins longs et non à des installations durables.

45Cependant, à la fin du XVIIIe siècle, l’ère des migrations internationales de masse est bel et bien révolue. Lorsque les Provinces-Unies perdent leur position dominante dans l’économie internationale, la Hollande n’est déjà plus la destination privilégiée des migrants. La figure 1 montre également qu’un boom économique de cette ampleur, susceptible de changer la vie de millions et de millions d’individus en les faisant quitter leur terre natale pour gagner un monde inconnu, peut encore se produire : ce n’est qu’une question de temps.

46Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’économie américaine se hisse progressivement à un semblable degré de croissance, déclenchant à son tour une vague de mouvements de population de grande ampleur. Là où les Provinces-Unies avaient représenté la Terre Promise pour les migrants de l’Europe du Nord-Ouest au début de l’ère moderne, les États-Unis deviennent à leur tour une destination de prédilection pour les migrants qui y arrivent des quatre coins du globe.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Les flux migratoires majeurs en Europe du Nord dans les années 1680.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Figure 2. – Les migrations en Europe du Nord (1550-1650).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 3. – Les Provinces-Unies aux XVIIe-XVIIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 4. – Les flux migratoires en Europe du Nord en 1750.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

Université de Cambridge

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search