Version classiqueVersion mobile

Les circulations internationales en Europe

 | 
Pierre-Yves Beaurepaire
, 
Pierrick Pourchasse

Introduction

Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse

Texte intégral

  • 1 Plutôt que d’alourdir le volume d’une bibliographie aussi abondante, tant la question a été arpent (...)

1Étudier les circulations internationales en Europe des années 1680 aux années 1780 invite à décloisonner l’espace et le temps, à prendre en compte l’ensemble des circulations matérielles et immatérielles, d’hommes, de marchandises et d’idées qui ont donné lieu à un franchissement de frontière, à ne pas isoler les mouvements migratoires des circulations culturelles et artistiques, à ne pas couper le commerce des marchandises du commerce des nouvelles et du livre européen, mais à étudier leurs interactions, comme à ausculter les dynamiques circulatoires de configurations spatiales complexes1. C’est le cap que s’est fixé le collectif d’auteurs réuni ici.

  • 2 J. I. Israel, Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité (165 (...)
  • 3 P. Hazard, La crise de la conscience européenne : 1680-1715, Paris, Arthème Fayard, 1935, nombreus (...)

2Le cadre chronologique des années 1680-1780 suppose de s’affranchir des bornes de l’histoire politique, pour prendre en compte des circulations qui non seulement transcendent les frontières des États, mobilisent l’espace, mais aussi s’affranchissent d’une chronologie politique et surtout française du XVIIIe siècle européen – type 1715-1789, de la mort de Louis XIV à la Révolution. Par rapport aux traditionnels échanges binationaux, la question que ce livre étudie, suggère un élargissement spatial qui conduit à appréhender, en variant les échelles d’observation et les angles d’approche, l’Europe entière – y compris dans son intégration aux échanges transcontinentaux, à travers notamment les circuits de réexportation des produits coloniaux –, un espace européen inégalement polarisé et parcouru par les circulations internationales et ceux qui les mettent en œuvre. Sur le plan des dynamiques culturelles, le choix des années 1680-1780 permet d’embrasser à la fois l’héritage de l’âge classique et le temps des Lumières. Décalé par rapport à la période retenue par Jonathan I. Israel dans ses ouvrages récents (16501750) sur les Lumières radicales2, il présente l’intérêt de ne pas limiter l’étude des circulations internationales à la période postérieure à 1715 mais d’intégrer les années 1680-1715 sur lesquelles Paul Hazard avait insisté dans La Crise de la conscience européenne3.

3La référence aux « circulations » met l’accent sur un champ profondément renouvelé par la recherche historique depuis les années 1970. Une attention toute particulière a d’abord été portée aux « transferts culturels » – aujourd’hui largement admis, mais qui ont atteint sans doute leurs limites en termes de capacité d’analyse de phénomènes complexes – puis aux « mobilités » et trajectoires, individuelles comme collectives.

  • 4 Pour Michel Espagne, « étudier les importations et exportations culturelles – souligné par nous – (...)

4Après avoir montré de réelles capacités heuristiques, la problématique des transferts culturels s’est, semble-t-il, quelque peu figée dans l’étude de la « métamorphose de matériaux importés », pour citer l’un de ses plus actifs promoteurs, Michel Espagne4. Les transferts culturels, même triangulaires, supposent l’existence de cultures nationales – française ou anglaise – ou territoriales – pour la Saxe électorale, par exemple, que Michel Espagne a étudiée dans Le Creuset allemand –, ce qui est discutable pour une époque où la société des princes et les élites aristocratiques européennes, notamment, cultivent le goût des mobilités internationales et animent le royaume européen des mœurs et du goût, éminemment transnational. Pour rendre compte de la complexité des pratiques de circulations, il ne faut sans doute pas sous-estimer la part du « bricolage » cher à Claude Lévi-Strauss. Pour nous en tenir au cas saxon, évoquons un instant, après Nathalie Ferrand, Don Clemente Romani, qui enseigne l’italien et l’espagnol à Iéna, écrit des manuels italiens pour les Allemands (la Saxe est la destination d’une importante émigration curiale, artistique et technicienne italienne – Savoie comprise), et traduit des romans français – notamment Mémoires et aventure d’un homme de qualité de l’abbé Prévost – en italien et en espagnol, publiés à Leipzig chez Hartung et Lanckisch dans les années 1750. On sent bien que faire la balance entre « importations et exportations culturelles » n’a ici guère de sens. Étudier les circulations permet également de dépasser la problématique datée des « influences » tout en en intégrant les apports.

5Il s’agira à la fois d’apprécier l’importance des infrastructures (routes, réseaux postaux, vecteurs d’information et de communication), de l’environnement des échanges (relations internationales), de mettre l’accent sur l’espace et les territoires (cartographie, maillages et réseaux), indissociables de l’étude des acteurs, des objets mobilisés et des institutions concernés.

Hommes en mouvement

  • 5 J.-P. Poussou, « Migrations et mobilité de la population en Europe », in J.-P. Bardet et J. Dupâqu (...)

6Les migrations de la population européenne à l’époque moderne sont difficiles à appréhender en raison de leur complexité et des sources à disposition des chercheurs, très variables selon les espaces considérés. « Force est de constater avec Jean-Pierre Poussou que nous connaissons assez bien le phénomène pour la France, passablement pour l’Espagne, l’Italie et l’Angleterre, beaucoup moins pour les autres pays… Il en résultera des déséquilibres inévitables entre périodes et pays5. »

  • 6 Ph. Jarnoux, « Migrants et migrations dans les villes bretonnes sous l’Ancien Régime », in E. Cari (...)

7Il importe tout d’abord de s’interroger sur la définition et la perception de l’étranger dans les sociétés anciennes. Comme l’écrit Philippe Jarnoux, « la question de l’altérité de l’étranger et de sa visibilité sociale passe par une interrogation sur sa situation au regard des lois et son statut juridique, sur ses caractéristiques visibles, repérables et ressenties par ses contemporains, sur le nombre d’individus concernés et leur propension à se comporter en groupe spécifique, et enfin peut-être sur la distance parcourue et la réalité de l’éloignement géographique6 ». La relative imprécision de la réalité juridique de l’étranger, l’application laxiste des règles et des conditions locales particulières peuvent conduire à des situations très complexes. Les sociétés de l’époque moderne ne sont pas celles des États-Nations du XIXe siècle et ne peuvent être définies en fonction d’identités nationales figées et de caractéristiques culturelles particulières. Elles sont avant tout une juxtaposition et une superposition de communautés professionnelles, culturelles, religieuses… Ainsi, il n’est pas toujours évident de définir l’étranger et les circulations internationales à l’époque moderne.

8Quelques courants de migration sont cependant clairement définis. La religion constitue, comme aux siècles précédents, une des principales raisons expliquant le déplacement de groupes humains. Au cours de la période 1685-1730, après la révocation de l’édit de Nantes, la France subit l’émigration religieuse la plus importante avec la fuite d’environ 170 000 à 180 000 Huguenots vers les pays du Refuge, notamment les Provinces-Unies et les îles Britanniques. Il faut y ajouter les migrations israélites. Les juifs portugais constituent des réseaux commerciaux très actifs dans les grands ports européens, notamment Hambourg, Amsterdam, Londres et Bordeaux. Plus tardivement, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les Juifs ashkénazes et les Juifs avignonnais participent à ces déplacements de population. Enfin, à la suite de la bataille de La Boyne (1690), plus de 25 000 soldats jacobites, accompagnés de leurs familles, s’exilent pour fuir les persécutions à l’encontre des catholiques qui entraînent, cas unique dans l’histoire de l’Europe moderne, l’exode de toute une aristocratie.

9La recherche d’un travail semble la raison essentielle pour expliquer la mobilité des populations. Les Italiens se rencontrent dans tous les pays européens, que ce soit dans le monde de la finance, du négoce ou dans les métiers hautement spécialisés du verre et des produits de luxe. Les Suisses se spécialisent dans le métier des armes ou dans des professions très spécifiques (cafetiers, pâtissiers). Quant aux Scandinaves, on les retrouve dans toutes les marines du Monde. La recherche a également mis en évidence les migrations saisonnières ou temporaires à l’exemple des montagnards de la Haute-Marche allant chercher du travail en Espagne. Toutes ces migrations se dirigent majoritairement vers les villes où se constituent des colonies étrangères à l’exemple de tous les grands centres économiques européens.

10L’explication traditionnelle repose sur l’idée de pôles répulsifs et de pôles attractifs (pull and push factors). Dans ce modèle, les espaces où les terroirs sont insuffisants pour répondre à la pression démographique et qui, en conséquence, sont touchés par la misère et le manque de travail, chasseraient leurs hommes temporairement voire définitivement. À l’opposé d’autres territoires où le capital circule, où la demande en main-d’œuvre est forte et où les salaires sont élevés attireraient les hommes. Ainsi les zones montagnardes, terroirs pauvres où la saison de travail est limitée en raison de la longueur des hivers et où la démographie est excédentaire, laisseraient partir leurs hommes vers les zones riches et attractives c’est-à-dire principalement vers les villes. À la suite des travaux de Jan Lucassen, Jelle van Lottum présente les mouvements de population dans la région de la mer du Nord. Selon le modèle des pôles attractifs, la République des Provinces-Unies est un véritable aimant pour toutes les populations du Nord-Ouest de l’Europe au XVIIe siècle et, dans une moindre mesure, au XVIIIe siècle. Le développement économique du pays est handicapé par une faible croissance démographique alors que la demande en main-d’œuvre est considérable. En conséquence, les opportunités professionnelles sont nombreuses, et les migrants affluent, encouragés par des salaires élevés et une grande tolérance, notamment en matière religieuse.

11Le modèle du pôle répulsif semble fonctionner parfaitement pour les zones montagneuses d’autant plus que les migrations apparaissent comme une spécificité montagnarde, que ce soit en Ecosse que dans l’arc alpin ou dans les Pyrénées. Les enquêtes de Laurence Fontaine, ainsi que celles de plusieurs historiens suisses et italiens, ont mis en évidence que le phénomène migratoire est beaucoup plus compliqué et ne se réduit pas aux départs dus à la misère. Ces différentes recherches soulignent que la migration est souvent une stratégie économique et que la mobilité fait partie intégrante du fonctionnement de certaines sociétés. Contrairement aux idées reçues, la terre ne doit pas être perçue comme seule possibilité de richesse, la migration participant pleinement à la vie économique des zones de montagne. Par ailleurs, les travaux de Laurence Fontaine nous font découvrir une organisation rationnelle des migrations où les élites montagnardes, véritables entrepreneurs de main-d’œuvre, contrôlent les réseaux d’information mais aussi les hommes en les attachant par les mécanismes du crédit. L’article de Corine Maitte étudie ces nouveaux champs historiographiques en exposant les recherches de Raoul Merzario ou de Pier Paolo Vazzo. Ses propres travaux sur les verriers de la petite ville italienne d’Altare sont un exemple remarquable de ces migrations organisées où la pression démographique et la misère ne jouent aucun rôle.

12Yann Lagadec et Michèle Virol développent dans leurs articles deux migrations particulières : celles des armées et celles des ingénieurs. Les nombreux conflits qui ponctuent les XVIIe et XVIIIe siècles provoquent différents types de circulations internationales. D’une part, les opérations militaires proprement dites conduisent les soldats hors de leurs frontières et, d’autre part, le recrutement de troupes passe très souvent par l’appel aux étrangers, mercenaires ou autres qui vivent dans un « vagabondage militaire », passant du service d’un État à celui d’un autre. Il existe en Europe un marché du soldat dont le recrutement varie en fonction de divers paramètres : attitude des États fournisseurs de main-d’œuvre guerrière, conflits intérieurs, situation diplomatique internationale… À ceci, il faut ajouter les transferts culturels au niveau des techniques d’armement, des cultures militaires (influence de la Prusse)… La multiplication des conflits, où les sièges jouent une place essentielle, donne aux ingénieurs un rôle de tout premier ordre. Les techniciens français ayant travaillé sous les ordres de Vauban sont l’objet de toutes les sollicitudes des souverains étrangers qui veulent les attacher à leur service. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, avec les progrès des techniques industrielles, les ingénieurs privés, source des innovations, sont très recherchés par l’industrie et circulent entre les différents pays qui veulent acquérir les connaissances nécessaires à leur développement économique.

Circulations économiques et financières

13L’époque moderne se caractérise par l’expansion des échanges, tant à l’échelle du monde qu’à l’échelle de l’Europe. Pour les marchands qui veulent se lancer dans le commerce avec l’étranger, plusieurs problèmes se posent. D’une part, le manque de connaissance des marchés extérieurs entraîne des coûts importants pour se procurer l’information indispensable à toute transaction commerciale. D’autre part, la distance géographique accentue l’incertitude et pose au marchand le problème de la confiance envers ses interlocuteurs étrangers. La solution pour résoudre ces freins aux échanges internationaux est soit de suivre les navires et d’aller commercer directement à l’étranger ou, encore mieux, d’y envoyer des compatriotes, membres de familles négociantes ou proches, comme représentants puis comme commissionnaires. Jan Willem Veluwenkamp explique l’évolution du système de communication internationale des Hollandais qui sont les premiers à envoyer des colonies marchandes dans tous les ports européens. Au cours de la période 1680-1780, si les colonies hollandaises sont sur le déclin, d’autres sont en expansion à l’exemple des communautés allemandes à Londres, Bordeaux ou Cadix présentées par Klaus Weber et Margrit Schulte-Beerbühl. Cette dernière ville, place incontournable du grand commerce mondial mais aussi européen, regroupe de très nombreux négociants étrangers, notamment français, sujet de l’article d’Arnaud Bartolomei.

14Les nombreuses recherches sur les échanges maritimes internationaux se sont focalisées sur les horizons lointains et exotiques alors que les trafics entre les différents pays européens ont moins intéressé les chercheurs. L’histoire des échanges montre un attrait évident pour les routes commerciales au long cours, pour les produits d’Asie ou des Antilles et pour la traite négrière. Ceci est tout particulièrement le cas pour des nations comme la France ou l’Espagne très actives sur les grandes routes du commerce international mais en retrait sur les circuits du cabotage européen où dominent les puissances maritimes du nord de l’Europe. Il est vrai que pendant longtemps, le grand commerce international a été considéré comme le moteur de la croissance et du développement de l’Europe à partir du XVIIIe siècle. Ce postulat a été remis en cause par plusieurs historiens économistes, à l’exemple de Patrick O’Brien pour qui « The contribution of the periphery was peripheral » (la contribution de la périphérie entendue comme l’ensemble des espaces extra-européens était marginale). Si le débat se poursuit aujourd’hui, il a encouragé de nombreuses recherches sur l’économie interne de l’Europe, notamment sur les circulations marchandes. Les deux articles de Pierrick Pourchasse et Gilbert Buti exposent le dynamisme du grand cabotage européen que ce soit dans les mers du nord de l’Europe ou en Méditerranée.

15La circulation de la monnaie est un sujet délaissé par les historiens et pourtant, comme le montre Jérôme Jambu, il n’est sans doute pas d’objet qui, à l’époque moderne voyage autant que la monnaie. S’il est bien connu que les métaux précieux qui arrivent à Cadix ou à Lisbonne sont distribués dans toute l’Europe, les recherches sur la circulation des monnaies entre les différents États européens restent beaucoup plus confidentielles, alors qu’elles ne cessent de passer d’un pays à l’autre et de changer d’identité.

Circulations administratives, techniques et scientifiques

  • 7 L. Bély, La société des princes XVIe -XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1999.
  • 8 Réduire en art vise à réunir des savoirs fragmentaires, dispersés, écrits et non-écrits, à les met (...)
  • 9 Par exemple, la cadastration générale en vue de la refonte du système fiscal, met le Piémont-Sarda (...)

16Si l’Europe des années 1680-1780 est toujours celle de La société des princes7, son développement technique et administratif donne naissance à de nouvelles figures qui sont au cœur des circulations internationales. Varier les échelles d’observation, c’est à côté de la pesée globale des flux migratoires, s’attacher aux trajectoires individuelles, celles de l’ingénieur (Michèle Virol et Isabelle Laboulais), de l’administrateur formé aux sciences camérales, à la science de l’État (Christine Lebeau), du policier (Vincent Denis), du scientifique (Florence Catherine) et, au-delà, de l’ensemble des échanges et des écrits de ceux qui pratiquent ce qu’Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny ont nommé la « réduction en art8 », à l’origine dans le champ administratif et technique (Liliane Hilaire-Pérez) de mouvements riches et complexes d’appropriation culturelle et d’adaptation aux différents contextes nationaux et institutionnels des méthodes développées et des débats qu’elles suscitent. Ces figures de l’administrateur et du technicien européen cherchent dans leurs tours de formation et d’information, qui confinent parfois à l’espionnage, à entrer en contact avec leurs homologues étrangers dans les espaces de sociabilité cosmopolite, à visiter les bureaux des administrations centrales, à discuter des débats du moment9, comme à lire des mémoires et à entrer en correspondance. Au retour, ces voyages de formation aux réussites inégales, car certains secrets administratifs ne se dévoilent pas, sont convertis en carrière et en capital d’expertise. Ils se prolongent parfois en circulations épistolaires et imprimées.

Culture de la mobilité et circulations culturelles internationales en Europe

  • 10 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fay (...)

17Ces circulations sont au cœur des réflexions des contemporains sur l’identité européenne. Elles ne sont pas seulement observées ou effectuées, elles sont pensées, modélisées même, au point de nourrir une cartographie de l’espace et des représentations mentales du territoire. Chez Montesquieu, qu’étudie Céline Spector, le « doux commerce » fait de l’Europe, par-delà ses frontières et ses clivages, l’espace de la civilisation. Il est indissociable de la « culture de la mobilité » qui fait l’unité de la période considérée et dont Daniel Roche a montré les capacités heuristiques dans Humeurs vagabondes10. Gilles Bertrand étudie les enjeux et les modalités du voyage en Europe, tandis que Stéphane Blond et Emmanuelle Chapron se penchent sur les dispositifs de gestion de la mobilité proposés aux voyageurs. Orfèvres en la matière, les diplomates étudiés par Marc Belissa et Éric Schnakenbourg sont à la fois des pionniers et des experts de ces circulations internationales qui sont leur raison d’être, tout comme les francs-maçons, dont la sociabilité européenne vise à établir la « République universelle des francs-maçons » (Pierre-Yves Beaurepaire).

Vecteurs et objets des circulations culturelles internationales

18Le commerce qui permet à Montesquieu de penser l’Europe est non seulement celui des échanges marchands, dont on étudiera les dynamiques sectorielles et les acteurs, il est aussi culturel. L’intensité, malgré mais aussi à cause des interdits et des monopoles, des circulations européennes du livre, officielles et clandestines, qu’étudie Dominique Varry, des traductions sur lesquelles se penche Patrice Bret, montre l’importance des circulations matérielles du livre et des enjeux en termes d’appropriation, de réception, de mise en place de dispositifs de contournement des obstacles. Le commercium litterarium est une donnée majeure des années 1680-1780, il véhicule en outre un modèle réticulaire faiblement territorialisé des circulations internationales, même si dans la réalité les contraintes de l’espace-temps sont omniprésentes dans les correspondances par exemple – délais et coût d’acheminement, déperdition d’informations, sans compter les risques d’intrusion de toutes sortes dans les circuits. Après que Florence Catherine a mis en évidence la maîtrise exceptionnelle dont Albrecht von Haller fait montre dans la gestion de son dispositif de collecte de l’information scientifique et de promotion de ses thèses à travers le continent, Anne Saada démonte à partir de Göttingen les rouages d’une stratégie réussie de quête de l’excellence d’une université nouvelle, qui passe par l’intégration aux dynamiques internationales de la réputation scientifique et la captation de flux étudiants venus non seulement de l’espace germanique mais de toute l’Europe. Dominique Picco interroge la circulation des modèles éducatifs et Charlotta Wolff étudie les trajectoires individuelles et collectives des aristocrates scandinaves qui comptent parmi les acteurs les plus remarquables de ces circulations culturelles. À l’instar du comte Carl Gustav Tessin (1695-1770), ils animent aussi le marché européen de l’art, qu’analyse Charlotte Guichard, par leurs commandes et celles des princes qu’ils servent, par les artistes internationaux engagés sur les chantiers européens. Suivre à travers l’Europe les modes permet également de comprendre la variété des circulations et l’importance de leurs enjeux symboliques. Ilona Kovács étudie les modes des idées et des écrits libertins, Philippe Meyzie les nouveaux goûts alimentaires. Le roman français n’est pas seulement une mode qui circule à travers l’Europe dans le sillage de ce formidable succès de librairie que représente le Télémaque de Fénelon. En associant livres et traductions, circulations internationales et adaptations à des environnements culturels, linguistiques et nationaux spécifiques, Nathalie Ferrand met en évidence à travers le « roman européen » deux dynamiques caractéristiques de la deuxième moitié de la période : la formation d’une culture européenne – avec notamment le roman français en partage – et l’émergence des identités culturelles nationales – avec pour chambre d’incubation la pratique de la traduction-adaptation en langue nationale et la prise de conscience de son propre potentiel littéraire et culturel.

Territoires et enjeux spatiaux des circulations culturelles internationales

19Si l’étude métaphorique des réseaux qui mobilisent l’espace européen des circulations internationales a trop souvent postulé leur existence et leur capacité à s’affranchir des pesanteurs du réel, il était essentiel pour nous de prendre à contre-pied cette approche déterritorialisée des circulations et de donner toute leur place aux enjeux spatiaux, aux opportunités qu’ils offrent aux acteurs, comme aux contraintes qu’ils leur posent. Cette dans cette perspective que Stéphane Van Damme s’est attaché à présenter quelques-uns des chantiers particulièrement prometteurs ouverts par l’histoire culturelle des sciences et à montrer ce que les recherches autour de la métropolisation des savoirs apportent à la compréhension des circulations internationales, et de leur investissement par les contemporains. Edmond Dziembowski montre quant à lui comment la problématique des transferts culturels a pu renouveler notre compréhension des circulations franco-britanniques. Pour continuer à varier la focale et à jouer des échelles d’observation, trois auteurs ont accepté de mettre des territoires mosaïques, pris dans des logiques impériales, à l’épreuve des circulations internationales : les Pays-Bas autrichiens – l’actuelle Belgique – et la Hongrie auxquels se sont respectivement intéressés Michèle Galand et François Cadilhon, pour la monarchie des Habsbourg de Vienne, et l’Espagne des Bourbons étudiée par Jean-Pierre Dedieu.

20Cet ouvrage espère ainsi présenter un panorama, nécessairement incomplet, d’un domaine de recherches particulièrement riche, et inciter le lecteur à emprunter plus avant les pistes esquissées par les différents auteurs.

Notes

1 Plutôt que d’alourdir le volume d’une bibliographie aussi abondante, tant la question a été arpentée et éclairée en tous sens depuis trois décennies, que nécessairement incomplète, les éditeurs scientifiques du présent ouvrage ont choisi de donner la priorité aux auteurs et à leurs textes. Ils se permettent donc de renvoyer le lecteur à la bibliographie qu’ils ont rédigée sur ce sujet et publiée dans Historiens & Géographes, no 411, été 2010, p. 223-260.

2 J. I. Israel, Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité (1650-1750), Paris, Éditions Amsterdam, 2005, trad. fr. de Radical Enlightenment. Philosophy and the Making of Modernity 1650-1750, Oxford, Oxford University Press, 2001; Enlightenment contested. Philosophy, modernity, and the emancipation of man, 1670-1752, Oxford, Oxford UP, 2006; A revolution of the mind. Radical Enlightenment and the intellectual origins of modern democracy, Princeton (N.J.), Princeton UP, 2010.

3 P. Hazard, La crise de la conscience européenne : 1680-1715, Paris, Arthème Fayard, 1935, nombreuses rééditions.

4 Pour Michel Espagne, « étudier les importations et exportations culturelles – souligné par nous – dans un espace régional implique enfin que l’on dépasse le cadre traditionnel des échanges bilatéraux. Il n’est guère possible d’isoler un moment où les relations avec la France l’emporteraient sur toute autre relation. Mais dès que plusieurs cultures ont une incidence sur la structuration d’un espace, s’opèrent entre elles des interactions, des réfractions en chaîne, dont il convient de rendre compte » (M. Espagne, Le Creuset allemand : histoire interculturelle de la Saxe, XVIIIe -XIXe siècles, Paris, Presses universitaires de France, 2000, p. 11). Pour autant, la vogue des recherches sur les transferts culturels a eu des effets très positifs, en multipliant les études de cas et l’attention aux interactions culturelles.

5 J.-P. Poussou, « Migrations et mobilité de la population en Europe », in J.-P. Bardet et J. Dupâquier (dir.), Histoire des populations de l’Europe. I. Des origines aux prémices de la révolution démographique, Paris, Fayard, 1998, p. 262.

6 Ph. Jarnoux, « Migrants et migrations dans les villes bretonnes sous l’Ancien Régime », in E. Carillo-Blouin (dir.), Le monde en Bretagne, la Bretagne dans le monde, voyages, échanges et migrations, Brest, CRBC, 2006, p. 46-47.

7 L. Bély, La société des princes XVIe -XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1999.

8 Réduire en art vise à réunir des savoirs fragmentaires, dispersés, écrits et non-écrits, à les mettre en ordre méthodique, notamment à l’aide des mathématiques et de la figuration, afin de faciliter les choix techniques, et de rendre accessible au plus grand nombre, par l’écrit et le dessin, l’art ainsi formalisé.

9 Par exemple, la cadastration générale en vue de la refonte du système fiscal, met le Piémont-Sardaigne et la Lombardie sur le devant de la scène réformatrice européenne, comme les débats autour de la professionnalisation et de la modernisation de la police urbaine et de ses instruments de gestion des mobilités et des identités des migrants et voyageurs, attirent les regards de Vienne ou de Londres vers Paris.

10 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search