Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

2. Temps, mémoire et absences

Chapitre XII. Nostalgie et dépossession de la mémoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La définition la plus courante de la nostalgie, « regret mélancolique d’une chose révolue ou de ce qu’on n’a pas connu1 », est on ne peut plus appropriée dans le contexte du rapport au passé tel que le pensent (et le critiquent) les cinéastes japonais d’aujourd’hui. On a déjà évoqué la crainte, exprimée dans Vital de Tsukamoto par exemple, d’un enfermement dans la nostalgie ainsi définie. On a souligné, dans Kamikaze Taxi, l’angoisse d’un passé reconstruit et la volonté de regarder en face le surgissement concomitant de l’histoire et des tragédies contemporaines. Ces films participent simplement du refus de laisser aux ténèbres et à la mystification la mainmise sur le passé, à l’instar de nombreuses autres œuvres cinématographiques japonaises actuelles.

Ainsi le titre du film Young Thugs – Nostalgia (1998) de Takashi Miike est-il trompeur tant ce long-métrage est animé précisément d’un refus de la mélancolie teintée d’idéalisation béate qui caractérise la nostalgie. Le film multiplie...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540