Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

2. Temps, mémoire et absences

Chapitre XI. Des ténèbres pour fondations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Soumise à de rudes épreuves après 1945, la société japonaise n’a, semble-t-il, eu de cesse d’escamoter son passé pour mieux travestir son présent. Assurée de vivre dans une société homogène dont le présent n’est que la continuation d’un passé sans histoires et l’avenir la poursuite de ce présent sans accrocs, la très grande majorité des Japonais estime être en paix avec la guerre. »
Christophe Sabouret1

Tout pays, toute nation prend ses libertés avec le passé, se construit une mémoire selon ses impératifs. Et ce travail est nécessaire, il a un versant positif évident : que serait donc un monde hypermnésique, se souvenant de tout, ne faisant jamais « le tri » ? Marc Augé, dans Les Formes de l’oubli, rappelle, s’il en était besoin, que la mémoire et l’oubli travaillent de concert2. Le problème, comme l’a souligné Moriaki Watanabe3, c’est que l’oubli s’est invité avec une certaine violence au cours de l’histoire japonaise, au point que l’on puisse parler d’un processus de « mystificati...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540