Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Quatrième partie. De l’Histoire

L’histoire a conquis l’univers

Edgar Morin

Pour André Burguière

Texte intégral

1Sous les effets conjugués de l’école des Annales, d’une vulgate marxiste et du structuralisme, les événements n’étaient qu’écume insignifiante, par rapport aux processus de longue durée, ils cachaient même les véritables déterminants économiques et sociaux. Artistes, écrivains et philosophes ne pouvaient qu’exprimer leur époque, jamais la devancer. L’histoire avait été vidée de ses histoires. En même temps le philosophe Lyotard avait sonné le glas des « grands récits ». Certes, il visait le récit d’une histoire marxiste de l’humanité, partant du communisme primitif et aboutissant au communisme final, et il pouvait justement mettre en relief les discontinuités de l’histoire humaine. Mais il oubliait qu’un grand récit peut être fait de continuités et de discontinuités.

2Et surtout il ignorait, au moment où il annonçait la mort des grands récits, qu’émergeait à notre connaissance le plus grand récit qui se puisse concevoir, un récit qui commence il a plus de treize milliards d’années, celui de l’histoire de notre univers qui naît dans une turbulence inouïe, se continue avec la formation des noyaux, des atomes, des galaxies, des astres, puis, il y a quatre milliards d’années, le récit prend un cours singulier sur une planète d’un soleil de banlieue avec la naissance de la vie, ses développements végétaux et animaux, et, sur un rameau d’évolution, de vertébrés en mammifères, de mammifères en primates apparaissent les hominiens bipèdes nos ancêtres il y a plus de sept millions d’années, qui amorcent un nouveau grand récit au sein du méga-récit de l’univers ; ce récit est celui de l’hominisation qui se continue avec l’apparition d’Homo sapiens puis devient le récit de la diaspora des sociétés archaïques sur toute la surface de la planète, jusqu’à l’apparition en cinq points du globe des sociétés justement nommées historiques, puisque avec elles apparaissent la chronologie, les cités et les empires, puis les nations, à travers de grandioses créations civilisationnelles, guerres, hécatombes, désastres. Et cette histoire se poursuit à partir du XVIe siècle à travers dominations et esclavages en histoire de la mondialisation qui rend interdépendantes aujourd’hui toutes les parties du globe et crée de nouveaux espoirs et de nouvelles menaces mortelles pour l’humanité. Et l’aventure continue, dans l’incertitude et l’inconnu.

3L’histoire humaine est un grand récit, non pas continu mais marqué par des discontinuités, événements, accidents, catastrophes, inventions, créations. Aussi nous pouvons dire avec assurance que l’histoire qui inclut discontinuités, accidents et innovations, qui inclut l’événement comme le long cours, les révolutions comme les stagnations, a non seulement reconquis sa légitimité comme histoire complexe et complète de l’humanité, elle impose sa pertinence aussi, comme nous allons le voir, pour l’hominisation, la vie, l’Univers.

4L’hominisation n’est pas simple évolution à partir d’un ancêtre dont la descendance aurait progressivement évolué pour arriver à homo sapiens. Nous savons désormais qu’il y eut plusieurs espèces hominiennes concurrentes, il y a des millions d’années, qu’homo habilis fut supplanté par homo erectus, et qu’il y eut même à l’époque où homo sapiens s’imposait en Europe, la présence préalable de son cousin, homo neanderthalensis, disposant des mêmes aptitudes fabricatrices et des mêmes habitudes funéraires. La disparition du néanderthalien fut-elle due à un génocide pratiqué par sapiens, à un virus auquel sapiens était insensible ? On ne sait. Mais on peut dire que l’hominisation est non seulement une évolution, c’est aussi une histoire ponctuée d’événements, accidents, disparitions, innovations. Elle est en même temps continue et discontinue. Le développement du cerveau se fait à travers des discontinuités car ce sont des espèces nouvelles qui émergent avec un cerveau plus développé, et cela jusqu’à homo sapiens dont le volume du cerveau a peut-être doublé à la suite d’une mutation génétique. Et la mutation génétique, qui établit toujours une discontinuité, est ce qui a fait apparaître une succession d’espèces hominiennes diverses jusqu’à ce que sapiens établisse son empire. L’apparition de notre propre langage articulé, inséparable de l’apparition de la culture, est lui-même un événement fondateur qu’ont permis la station debout et la réorganisation de la cavité crânienne. Ainsi l’hominisation relève d’une histoire multidimensionnelle événementielle, continue/discontinue, donc complexe.

5Les sociétés préhistoriques sont des sociétés qui demeurent des petites sociétés de chasseurs ramasseurs ; elles se différencient les unes les autres par leurs mythes, leurs adaptations au milieu et au climat, mais ce qui constitue une véritable histoire dans la préhistoire, c’est leur diaspora qui partie d’Afrique s’est répandue sur tous les continents par terre et aussi par mer. Il y a une myriade de petites histoires, celles de ces sociétés au sein d’un phénomène historique capital : l’apparition d’une première mondialisation constituée par la diaspora planétaire de l’humanité.

6Notre histoire, elle, commence en cinq points du globe avec la constitution dans des conditions encore difficiles à concevoir, par agrégations et transformations des microsociétés préhistoriques en de grandes sociétés historiques, avec agriculture, sédentarité, villes, État, armée, classes sociales, esclavage, grandes religions, arts raffinés ou grandioses. En somme l’histoire est née d’une chaîne d’événements intégrateurs et métamorphosants, et la dimension événementielle va demeurer dans les guerres, formations et destructions d’empires, batailles aux issues parfois décisives pour le sort d’une société, et à l’intérieur des sociétés, coups d’état, régicides, révoltes, répressions et parfois nouvelles métamorphoses comme celle qui transforma la petite Rome semi barbare et rustique en un Empire œcuménique civilisé.

7Ainsi, l’histoire est à la fois seignobosienne et braudelienne, marxienne et shakespearienne, productrice et destructrice, obéissant à de longs processus mais soudain déroutée par des événements comme l’aventure d’un Alexandre, la prédication d’un Jésus universalisée par Saul de Tarse devenu Paul, celle de Mahomet. Des déviances, comme le capitalisme dans la société féodale, la science moderne au XVIIe siècle, le socialisme au XIXe siècle, deviennent tendances puis forces historiques formidables révolutionnant les sociétés en se développant. D’énormes Empires parfois s’écroulent victimes d’invasions semeuses de ruines et de morts, parfois implosent sous l’effet de facteurs internes de désintégration à quoi s’ajoutent souvent des facteurs externes. Il faut même introduire la catastrophe dans l’histoire humaine. Catastrophe que l’anéantissement de Sumer, Akkad, Babylone, l’empire perse, l’anéantissement de la civilisation aztèque, de la civilisation maya, de la civilisation inca… Catastrophe que la dislocation de l’Empire austro-hongrois, l’implosion de l’empire soviétique… De plus il nous faut introduire l’idée de métamorphose dans l’histoire humaine puisque celle-ci naît d’une métamorphose d’où, à partir de sociétés archaïques sans agriculture, sans État, sans ville, apparaissent les sociétés historiques.

8Si nous considérons l’histoire humaine dans tous ses aspects complexes, de grandeurs et de décadences, de créations et de destructions, de longue durée et d’accidents brutaux, de progrès et de régressions, d’essors et de catastrophes, c’est bien ce type d’histoire que nous allons retrouver dans l’histoire de la vie et dans l’histoire de l’univers. C’est ce type d’histoire que nous révèle ce qu’on croyait continu et linéaire, l’évolution biologique et ce qu’on croyait immobile, l’Univers.

  • 1 Ameisen J.-C., Dans la lumière et les ombre. Darwin et le bouleversement du monde, Paris, Éditions (...)

9L’évolution biologique est historique dans le sens où des unicellulaires se sont associés pour former des êtres poly-cellulaires, où le règne végétal a créé le dispositif chlorophyllien qui lui permet de capter l’énergie solaire, où le règne animal a créé nageoires, pattes, ailes, et des organes comme cœur, foie, cerveau. L’évolution est créatrice comme le disait Bergson ou plutôt la créativité est le moteur de l’évolution. Les symbioses, comme la symbiose originelle entre deux cellulaires d’où est née la cellule eucaryote propre aux êtres poly-cellulaires, et les métamorphoses, comme celles qui opèrent la transformation de chenilles en papillons ou libellules, sont aussi motrices de l’évolution vivante. Mais également l’histoire de la vie a connu des catastrophes qui l’ont modifiée. On sait maintenant qu’une catastrophe à la fin de l’ère primaire, au permien il y a 252 millions d’années, a anéanti presque toutes les espèces vivantes et que la vie a redémarré sur de nouvelles bases, avec parmi les rares survivants le lyphosaurus, ancêtre des mammifères ; on sait également qu’une autre catastrophe d’origine volcanique et/ou météoritique a déterminé il y a 65 millions d’années, l’anéantissement des dinosaures et a donné leur chance aux petits mammifères nos ancêtres. De même que les métissages dus aux invasions, dominations, rencontres de cultures ont marqué toute l’histoire humaine et que tout Français par exemple porte en lui de multiples métissages, de même, comme nous dit Jean-Claude Ameisen, « toute cellule, de la plus simple à la plus complexe, est un mélange d’êtres vivants d’origines diverses, un métissage1 ». De même que l’histoire des sociétés humaines, l’histoire des organismes vivants comporte des guerres permanentes ; non seulement la guerre entre antagonistes pour une même proie, mais la guerre entre bactéries et virus d’une part, organismes vivants de l’autre, qui disposent de leurs systèmes immunologiques comme de fortifications et d’armées contre les envahisseurs unicellulaires. Et cette guerre n’a pas de fin puisque des souches résistantes de bactéries résistent aux antibiotiques et que des virus mutent sans arrêt, comme celui de la grippe ou celui du sida, pour tromper les défenses de l’organisme qu’ils attaquent. Les caractères fondamentaux de l’histoire se retrouvent dans l’histoire de la vie comme dans celle de l’Humanité.

10Ainsi ce n’est pas l’évolution de la vie qui comporte une histoire aux formes multiples, c’est l’Histoire aux formes multiples de la vie qui comporte les multiplicités d’évolutions.

11La vie elle-même est née d’un événement peut-être unique sur terre puisque tous les êtres vivants disposent du même code génétique, des mêmes propriétés de base autoproductives, auto-réparatrices, cognitives. On a pu justement supposer que dans des conditions particulières, un tourbillon de molécules s’amplifiant et se complexifiant a pu se métamorphoser en un être auto-éco-organisateur, c’est-à-dire vivant, disposant de qualités et propriétés inconnues dans le monde physico-chimique, bien qu’il soit constitué d’éléments strictement chimiques. L’apparition du vivant serait donc une étape capitale d’une évolution physico-chimique qui aurait produit des molécules de plus en plus complexes et aurait assemblé molécules auto-réplicatives (ARN, ADN) et protéines en une entité devenant vivante et se nourrissant au sein de son environnement.

12C’est de façon fondatrice et fondamentale que l’Univers est entré dans l’histoire et que l’histoire est entrée dans l’Univers. Hubble avait d’abord découvert la dispersion des galaxies, qui brisait l’immobilité supposée du cosmos. Puis on a supposé un événement premier, de nature thermique, quasi explosif d’où serait né l’univers, ce qu’a confirmé la détection d’un rayonnement isotrope fossile arrivant de tous les horizons de l’univers actuel et indiquant qu’il y eut un événement originaire qu’on a surnommé big-bang. Dès les premières secondes, les particules apparaissent, se rencontrent en collisions qui les annihilent mutuellement, en associations qui forment les noyaux puis les atomes, et le premier génocide marque la naissance de notre univers, l’anéantissement de l’antimatière par la matière, comme il y eut peut-être l’anéantissement des néanderthaliens par homo sapiens. Sous l’effet de la gravitation, des proto-galaxies se sont formées et des poussières cosmiques se sont agglutinées dans une température croissante où s’est opérée une mise à feu faisant naître les étoiles par milliards et sans cesse des étoiles continuent de naître. Mais toutes ces étoiles, de même que les êtres vivants, sont promises à la mort, une fois épuisé leur combustible interne. L’histoire de l’univers est donc une histoire de formation d’organisations (atomes, molécules, astres) et de dégradation et désintégration d’organisations selon le second principe de la thermodynamique qui est un principe de dégradation et de dispersion, c’est-à-dire de mort.

13Il y a certes de fortes discontinuités entre l’histoire de l’univers, celle de la vie, celle de l’humanité. Les principes de l’histoire biologique qui comporte avec la création et l’évolution d’innombrables espèces, des adaptations à un environnement propres, une créativité propres, des antagonismes et complémentarités propres, sont différents de ceux de l’histoire physique. Les principes de l’histoire humaine ne sont plus ceux de l’évolution biologique ; celle des êtres humains s’est arrêtée avec homo sapiens, ce sont des évolutions culturelles et sociales qui sont apparues et se sont développées. Mais il y a une Histoire généralisée qui est complexe, et qui comporte une dialectique permanente entre ordre, désordre et organisation, qui comporte créations, complexifications, régressions, catastrophes, qui comporte événements transformateurs/perturbateurs comme des processus de longue durée.

14L’histoire généralisée combine le temps cyclique, celui des répétitions et des réitérations, et le temps irréversible. Ainsi, les planètes tournent autour du soleil, le jour succède à la nuit et les saisons aux saisons sur la terre, les sociétés établissent leur calendrier en se fixant justement sur le temps cyclique des astres et de la terre elle-même, mais c’est le temps irréversible qui nourrit le temps cyclique et qui finalement le détruira.

15Il y a donc des histoires : l’histoire de l’univers, l’histoire de la vie, l’histoire de l’humanité. Mais il y a l’histoire généralisée faite d’une dialogique d’ordre/désordre/organisation où s’inscrivent les diverses histoires, toutes porteuses d’innovations/créations et de désintégration et mort. Où va-t’elle ? On ne le sait… Les dernières nouvelles du cosmos nous annoncent que sous l’effet d’une énergie noire invisible et hégémonique, la gravitation qui tend à concentrer l’univers serait vouée à l’échec au profit d’une dispersion finale et, comme l’annonce le poète George Eliot, il mourrait dans un chuchotement, « a whisper ». L’histoire humaine est évidemment tributaire de cette histoire généralisée. Elle ne saurait continuer sur terre après le refroidissement inéluctable du soleil. L’émigration vers d’autres planètes ne ferait que différer la mort….

16Ainsi, l’histoire humaine s’inscrit dans le grand récit de l’hominisation, qui s’inscrit dans le grand récit de la vie, et celui-ci s’inscrit dans le gigantesque récit de l’univers. Nous contenons en nous l’histoire de l’univers et la continuons à un niveau de réalité nouvelle. L’histoire de l’univers est aussi shakespearienne que l’histoire humaine, « like a tale told by a idiot, full of sound and fury ».

17Quoi qu’il en soit, comme disait Hugo von Hofmannsthal « nous sommes sur les ailes du temps et il n’y a pas de griffes pour nous appuyer ».

Notes

1 Ameisen J.-C., Dans la lumière et les ombre. Darwin et le bouleversement du monde, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 315.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540