Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Quatrième partie. De l’Histoire

De la possibilité d’histoires globales

Raymond Grew
Traduction de Jaine Chemmachery

Texte intégral

  • 1 Traduction de Jaine Chemmachery.
  • 2 Burguière A., « Anthropologie historique », in Burguière A. (dir.), Dictionnaire des Sciences Histo (...)

1Les deux1 questions qu’on pose le plus souvent au sujet de l’histoire globale – « qu’est-ce qu’elle est ? », « est-elle possible ? » – ont un effet immédiat et souvent dévastateur. Le simple fait de les poser rend toute réponse convaincante improbable. L’histoire globale est-elle un autre champ de l’histoire semblable à tant d’autres catégories (histoire sociale, histoire démographique, histoire du genre, études culturelles, subalternes et postcoloniales) qui ont enrichi et permis une meilleure compréhension historique au cours des cinquante dernières années, ou se veut-elle plutôt un modèle qui indiquerait comment l’histoire entière devrait procéder ? Cette question, similaire à celle qu’André Burguière a formulée un jour au sujet de l’histoire anthropologique dans un essai bref, sensé et fin, devient plus problématique lorsqu’elle s’adresse à une approche de l’histoire dont la possibilité même est mise en question2 . Toutes les histoires globales ont-elles vocation à s’intéresser au monde entier, à toutes les époques ? Et même si un chercheur en histoire globale est autorisé à se concentrer sur un seul sujet correspondant à une époque bien définie, comment peut-on attendre de quiconque qu’il en sache suffisamment pour proposer plus qu’un résumé des recherches menées par d’autres ?

  • 3 O’Rouke K. H., Williamson J. G., Globalization and History : The Evolution of a Nineteenth-Century (...)

2L’attention portée à la possibilité de l’histoire globale croît avec la fascination produite par la mondialisation. Journalistes, hommes politiques et leaders syndicaux sont quasiment obsédés par ce phénomène ; les universitaires se sont trouvés au cœur de débats populaires à ce sujet. Les économistes ont adopté le concept de mondialisation en lui appliquant les outils analytiques de leur discipline, en l’absence même d’un consensus préalable sur les façons appropriées de l’évaluer, sur ses effets ou sur sa nouveauté3 .

  • 4 Robertson R., Globalization : Social Theory and Global Culture, London, Sage, 1992 ; Featherstone (...)
  • 5 Appadurai A., Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of (...)
  • 6 Burguière, A., L’École des Annales : Une histoire intellectuelle Paris, Odile Jacob, 2006, p. 33 s (...)

3Les sociologues, lorsqu’ils lui prêtent une attention systématique, démontrent de manière pertinente que la mondialisation va bien au-delà des marchés globaux et qu’il ne s’agit pas nécessairement d’une voie menant à une homogénéité globale4 . La complexité des implications culturelles de la mondialisation a mené les anthropologues à réfléchir sur ce concept5 . Il n’est donc guère surprenant que quelques historiens aient rejoint le débat et suivi les autres sciences sociales dans la discussion, comme souvent par le passé. Bien que le présentisme continuel trouble la plupart des historiens, l’École des Annales, entre autres, a rencontré peu de difficultés à faire face à cette critique6 . Évidemment, les moyens de communication modernes, les échanges économiques et la conscience écologique nous apprennent à comprendre le monde en termes d’interconnexion(s) ; et cela fait sens que d’appliquer ces perceptions contemporaines à l’étude du passé. Les défenseurs de l’histoire globale, lorsqu’ils expriment leur passion à ce sujet et qu’ils se plaignent de la résistance opposée par les historiens attachés à des façons de penser plus traditionnelles, peuvent souligner les avancées obtenues à la suite de recherches menées dans de nouveaux champs en histoire – recherches qui furent aussi critiquées parce qu’elles adoptaient des points de vue contemporains, mais qui ont néanmoins enrichi, et même transformé, au cours des cinquante dernières années, l’histoire en tant que discipline. En réalité, une grande partie du travail sur les classes sociales, le genre, le colonialisme et la culture a permis de mettre à jour des informations, de mieux comprendre certains faits, d’exemplifier des méthodes et de proposer des théories qui peuvent désormais faciliter le travail en histoire globale, tout en soulignant les risques devant lesquels les spécialistes de l’histoire globale doivent se montrer prudents.

4Depuis les années 1950 jusqu’aux années 1970, aucun concept ne fut plus largement employé dans les sciences sociales que celui de « modernisation », ce qui a donné lieu à une critique virulente qui s’est tant développée que le terme est désormais évité ; l’essor et le déclin de cette théorie sont tout aussi pertinents pour l’histoire globale, car ces deux perspectives ont beaucoup de choses en commun. Plus un paradigme qu’une théorie, le concept de modernisation est associé à des changements extrêmement divers ; il a également proposé un cadre qui a donné naissance à une recherche universitaire non négligeable, même si les éléments mis en lumière ont largement varié en fonction des disciplines et des intérêts du chercheur. Ce qu’on a appelé les « indicateurs » sont devenus les objets d’une recherche de qualité (souvent quantitative) sur la participation politique et la formation des partis, l’alphabétisation et l’enseignement, la croissance économique, la bureaucratie, l’urbanisation, entre autres. De plus, ces études ont pris de l’importance en termes de signification historique car elles ont été perçues comme faisant partie intégrante de processus actifs dans le temps historique et dans certains secteurs de la société, au sein de quelques régions et nations, ainsi que dans le monde de manière générale. Le concept de modernisation a mis l’accent sur des connexions complexes entre des aspects très divers du changement social, allant des taux de fécondité et des régimes alimentaires jusqu’aux constitutions et à la question du bien-être social. Malgré ces résultats, « la théorie de la modernisation » a fini par être rejetée en masse pour des raisons d’ordre méthodologique, philosophique et idéologique, bien que, malgré ces mêmes objections, des notions similaires continuent à être fréquemment utilisées. La critique méthodologique concerne, d’abord, la tendance de cette théorie à isoler des aspects singuliers du changement, à les extraire de leur contexte culturel et social et à leur attacher des valeurs numériques qui contraignent davantage la recherche à venir ; la théorie de la modernisation tend aussi à considérer, de manière un peu simpliste, que des changements similaires s’expliquent de la même façon dans toutes les sociétés. La critique philosophique s’oppose à la téléologie inhérente à la présomption selon laquelle les changements liés à la modernisation suivent une direction nécessaire et irréversible. La critique idéologique met en évidence des schémas contradictoires de sous-développement et trouve que le paradigme de la modernisation est ancré dans l’antimarxisme de la guerre froide et dans les justifications libérales du capitalisme et du système de gouvernement représentatif qui transforment une version idéalisée des États-Unis en un modèle vers lequel tend tout développement politique et économique. Les spécialistes de l’histoire globale, eux aussi, cherchent à définir des schémas pertinents du changement (souvent pensé comme progressif) et utilisent des catégories analytiques communes aux sciences sociales pour évaluer des sociétés très différentes. Ces historiens doivent se méfier du manque de rigueur méthodologique, de la téléologie et de la production d’assertions sous-jacentes qui infiltrent les discussions sur le changement global – par exemple, l’idée que les marchés sont au cœur des relations globales ou que les forces du marché ne peuvent être contrôlées. Ils devraient veiller aux façons dont l’impact des changements sociaux et culturels, et même des changements d’ordre technologique, varie selon les sociétés, et ils devraient être attentifs aux manières multiples et souvent inattendues dont l’intersection du global et du local peut devenir un site de créativité et d’innovation.

  • 7 Sur l’histoire globale de l’enfance voir le numéro spécial de l’été 2005 du Journal of Social Hist (...)

5D’autres tendances en vogue en histoire depuis la Deuxième Guerre Mondiale, exprimant également des préoccupations contemporaines, ajoutent à la possibilité d’histoires globales plus complètes et complexes. Une explosion de la discipline de l’histoire sociale a accompagné la croissance de l’État-Providence et l’influence du marxisme, tout en s’appuyant sur des travaux antérieurs élaborés en histoire du travail et en histoire du socialisme. Bien qu’elle se concentre généralement sur des niveaux locaux et nationaux, l’histoire sociale a établi des méthodes visant à lier la vie quotidienne à des changements historiques de grande ampleur ; la recherche sur le capitalisme, la culture matérielle, les mouvements radicaux, les classes sociales et la structure sociale démontre l’importance des connexions à travers nations et continents. Le travail d’Immanuel Wallerstein et des nombreux chercheurs qui lui ont succédé sur le « système du capitalisme monde » préfigure, à plus d’un égard, la naissance de la spécialité de l’histoire globale. Les études postcoloniales et subalternes sont nées évidemment du déclin des empires européens mais proposent bien plus qu’une alternative à l’histoire de l’empire. L’examen de la complexité et de l’ambiguïté des relations interculturelles souligne les effets durables et met l’accent sur la créativité subalterne – ce qui constitue une reconnaissance critique pour l’histoire globale de qualité. Les études sur le genre, qui ont également eu un impact fort sur la compréhension de l’histoire, peuvent aussi contribuer au développement de l’histoire globale. Les attitudes et pratiques en relation avec le genre, loin d’être universelles, sont profondément ancrées dans des sociétés particulières. Elles sont pourtant affectées par les mouvements migratoires, la religion, le développement économique, l’urbanisation, la technologie, les mouvements internationaux, les ONG et les organisations internationales – qui sont tous des phénomènes globaux. À travers l’examen simultané des circonstances globales et locales, les histoires globales sur le genre démontrent l’existence d’une diversité complexe dans les processus de changement. De manière similaire, l’étude de la vie de famille et celle de l’enfance – domaines qui se situent parmi les succès notables de la recherche moderne – s’inscrivent si aisément dans la micro-histoire que leur place dans l’histoire globale peut être négligée. Pourtant, lorsqu’elle est analysée à l’échelle de l’histoire globale (peut-être par l’usage de procédures soulignées plus loin), l’histoire de la famille peut apporter un nouvel éclairage sur l’histoire globale et l’histoire locale7 . Enfin, l’histoire de l’environnement, qui remonte aux Lumières et qui est peut-être le domaine historique le plus en vogue actuellement, donne une impulsion importante à l’histoire globale.

6Il faut noter que chacun de ces domaines tend à se présenter comme étant nouveau, voire révolutionnaire, que chacun prend la forme d’un mouvement social ou d’une cause intellectuelle et que chacun invite à la recherche de schémas universels et de théories logiques. Cette énergie intellectuelle peut aider à faire de l’histoire globale un domaine possible ; et ainsi, le fait de placer ces domaines au sein d’une structure globale peut stimuler une recherche originale dans ces champs. Mais cet enthousiasme comporte aussi les risques liés aux effets de mode qui peuvent empêcher l’intégration des types de compréhension plus traditionnels aux nouveaux savoirs. Ils peuvent aussi pousser les chercheurs à emprunter la voie facile qui consiste à simplement appliquer des découvertes récentes à de nouveaux exemples et à des problèmes plus délimités, ce qui a pour effet de confirmer les questions routinières et les résultats prévisibles plutôt que de produire des résultats substantiels engendrés par de nouvelles perspectives, théories et découvertes. Le potentiel des contributions cumulatives à la compréhension de l’histoire peut être renforcé par les besoins d’intégration de l’histoire globale.

L’histoire globale en pratique

  • 8 Il faut noter les essais parus dans le supplément de 2007 de la Revue d’histoire moderne et contem (...)

7L’histoire globale n’est pas un genre aussi flexible que l’histoire transnationale (ni aussi fade sur le plan conceptuel), mais se situe au niveau de la recherche de connexions globales (et pourrait aussi, de manière productive, rendre compte de l’absence de ces dernières). L’histoire globale est plus modeste que le type de « grande histoire » qui cherche à trouver des logiques récurrentes depuis le Big Bang ou l’origine de l’homme jusqu’aux temps modernes, ce que David Christian et Jared Diamond ont fait de manière si percutante (et elle est moins encline à accepter les traces de déterminisme). L’histoire globale n’est pas non plus semblable à la catégorie plus ancienne d’histoire mondiale ou universelle, qui peut se prévaloir d’une lignée qui s’étend des chroniques médiévales et d’Ibn Khaldoun, en passant par les aspirations universelles de la Scienza Nuova de Vico et les philosophes de l’histoire allemands du XIXe siècle, et continue à travers Spengler et Toynbee (qui ont fait de civilisations entières leur unité d’étude) jusqu’à d’autres depuis. Dans cette tradition, l’histoire du monde, qui fut à une époque hautement philosophique et souvent centrée sur la religion (notamment avec la notion jaspérienne d’un âge axial comme mode d’organisation caractéristique), aspire à contenir toute l’histoire humaine au sein d’un seul récit. Aux États-Unis, l’histoire du monde est souvent proposée en cours d’introduction à l’histoire comme discipline en ayant recours à des histoires parallèles et à des comparaisons généralisantes. Plus récemment, les chercheurs en histoire mondiale se sont démenés pour s’éloigner de l’eurocentrisme dans lequel le genre s’était embourbé. L’histoire globale est différente, bien que nombre d’historiens fassent usage des deux termes de manière plus ou moins interchangeable et que quelques-uns refusent de reconnaître l’existence d’une distinction. Même ceux qui insistent sur une différence ne sont pas d’accord sur ce qu’est l’histoire globale8 . Il est donc admis que les distinctions ne sont pas absolues, mais elles importent dès lors qu’elles sont appliquées à des programmes concernant la nouvelle recherche en histoire. Les efforts pour faire de l’histoire globale un mode d’investigation historique sont relativement récents et se fondent sur une vision du présent comme étant celle d’un âge global, une vision qui contraste avec l’ancrage de l’histoire du monde dans l’histoire des civilisations. Bien qu’un travail en histoire globale puisse explorer n’importe quelle partie du passé en faisant usage de méthodes historiques traditionnelles, l’histoire globale pose des questions et identifie des problèmes historiques formulés à la lumière de la période contemporaine. Les histoires globales tendent à user d’un style analytique tandis que les études définies comme appartenant à l’histoire mondiale peuvent recourir au récit historique. Conçues en termes de relations globales, les histoires globales sont libres de se concentrer sur une sphère singulière de l’activité humaine et de limiter leur investigation à une période et une partie du monde données. L’histoire globale encourage le dialogue avec d’autres sciences sociales qui ont exploré la globalité contemporaine plus profondément et avec des implications théoriques plus explicites. La forme d’histoire globale la plus connue est l’histoire de la mondialisation. Bien que les discussions autour de la mondialisation traitent plus souvent de l’avenir que du passé, son histoire est devenue un sujet établi. La mondialisation implique un processus de changement et, en général, considère que le changement évolue vers une interdépendance plus vaste et resserrée.

  • 9 Cet argument est explicité quoique succinctement dans McNeill W. H., « Globalization: Long-Term Pr (...)
  • 10 Pour une discussion convaincante et bien documentée de ces questions, voir Lang M., « Globalizatio (...)

8Entre les mains des chercheurs en sciences sociales, la littérature sur la mondialisation a acquis un degré de sophistication théorique souvent étayée de données impressionnantes. L’effort pour donner à la mondialisation une explication qui évolue au-delà du présent jusque dans le passé complique fortement les choses, car toute interprétation historique soulève la question, prosaïque mais difficile, de savoir jusqu’à quel stade du passé une histoire de la mondialisation doit remonter et quel degré de globalité elle doit avoir. Ce qui, à première vue, semble n’être qu’un problème familier de périodisation – où un cadre chronologique résume des tendances historiques, est pratique sur le plan descriptif, et facilite la recherche – ouvre en réalité un débat sur la conception même de la mondialisation. Si la mondialisation implique une véritable nouvelle conscience du global, alors peut-être son commencement remonte-t-il aux années 1950 ou 1970, lorsque le monde commença à être observé depuis les satellites, fut traversé par des avions à réaction, perçu comme une réserve écologique de ressources communes, régulé par des institutions internationales, lié par la pression de marchés globaux, et que ses différentes parties furent reliées les unes aux autres par internet. Si l’intégration économique et les changements rapides d’ordre technologique sont l’essence de la mondialisation, il est possible de défendre l’idée que son histoire commence à la fin du XIXe siècle, caractérisée par la seconde révolution industrielle et l’impérialisme. Si la mondialisation est caractéristique de la modernité même, ce que beaucoup soutiennent, alors elle doit être envisagée comme faisant partie d’un processus en cours au moins depuis la Révolution française et la révolution industrielle. Pour d’autres, la mondialisation commence clairement dès le XVe siècle, lorsque les explorations géographiques ont généré un dynamisme dans les relations globales liées au commerce, au pouvoir politique, à la religion et aux idées. D’autres historiens, bien sûr, pourraient trouver d’autres dates de commencement dans les cinq cents ans qui se sont écoulés entre 1492 et 1989 ; certains rejettent l’accent communément mis sur la nouveauté et insistent sur le fait qu’un réseau de connexions étendu est au cœur de toute histoire humaine9 . De telles différences permettent de préciser l’analyse ; mais chacune illustre en réalité un débat autour de la nature du processus historique des interactions entre facteurs économiques, politiques et culturels10. Les efforts pour donner à la mondialisation une chronologie soulèvent des difficultés que les marxistes ont rencontrées (et ont désormais largement mises de côté) – celles de déterminer précisément le moment où des changements d’ordre quantitatif deviennent qualitatifs. Les questionnements sont réels, mais la chronologie ne saurait apporter de réponse. De manière similaire, la question visant à savoir si la mondialisation doit inclure tout ou partie du monde est un problème de définition que la preuve historique ne peut résoudre ; les débats historiques autour de telles définitions invitent à un raisonnement circulaire. L’attrait actuel exercé par la mondialisation demeure néanmoins une motivation de poids pour explorer son histoire.

9L’histoire globale, cependant, n’a pas à être l’histoire de la mondialisation. Lorsqu’elle est indépendante de cette préoccupation, elle est libre de la tentation téléologique que le suffixe «  -isation » ajoute à la reconnaissance des connexions globales, alors qu’il risque d’entraîner une certaine perte d’attention à la théorie, nécessaire dès lors qu’il s’agit d’expliquer un processus de changement. Cette forme d’histoire globale reflète encore des préoccupations contemporaines (de manière semblable à l’histoire postcoloniale, aux études de genre et à l’histoire sociale), mais sans rechercher une ligne droite qui irait du passé au présent. Le spécialiste en histoire globale, contrairement à l’historien de la mondialisation, doit ainsi faire un choix de sujet et de méthode, comme tout autre historien. Toutefois, l’idée même d’une histoire globale demeure problématique pour beaucoup. Les historiens sont habitués à restreindre leur recherche à un lieu et une époque donnés, mais les termes de cette délimitation sont souvent très conventionnels (déterminés par les dates d’événements majeurs, tels que les guerres, règnes ou frontières politiques) et peuvent ne pas être intrinsèquement liés au sujet étudié (mais ces délimitations familières, même si elles sont peu utilisées, restent susceptibles de réapparaître dans un sous-titre). Un tel type de délimitation préalable est considéré comme étant de l’ordre d’une nécessité conceptuelle et pragmatique, bien que la recherche, dans les faits, soit bien plus resserrée et, dans la pratique, le sujet adapté à ce que les sources permettent. Cet éventail chronologique prédéfini et cet espace géographique sont néanmoins présentés comme étant le contexte historique pertinent pour la recherche. L’idée extensible de contexte permet aux historiens d’honorer la complexité historique, en principe, sans relever le défi-considérable qui consiste à s’engager dans cette dernière en termes analytiques. Cette convention admise contribue, cependant, à faire de la recherche originale en histoire globale un domaine presque impossible. Les historiens peuvent, néanmoins, s’y lancer tout en concentrant leur recherche sur un sujet limité, et, par ailleurs, tenir compte des circonstances matérielles et des choix individuels, des tendances présentes dans le long terme et des accidents, des structures sociales (institutionnelles, économiques, et politiques) et de la coutume, de la culture et de l’idéologie. Ce qui devient possible lorsqu’on considère que le contexte historique provient non d’une période et d’un lieu conventionnels, pas même d’un sujet donné, mais d’un problème historiquement défini ou de problèmes relevant de manière analytique de ce sujet lorsque ce dernier est considéré comme faisant partie de l’histoire globale. Ce problème détermine le degré de recherche nécessaire.

  • 11 Levi G., « On Microhistory », in Burke P. (dir.), New Perspectives in Historical Writing, College (...)

10Travailler en termes d’histoire globale, c’est imaginer que le monde est un ensemble d’interconnexions et sélectionner un sujet prometteur en son sein ; puis, suite à un travail d’investigation des relations globales qui peuvent constituer ce sujet, il s’agit de faire d’un problème historique l’objet de la recherche et de s’en servir pour établir des paramètres géographiques et chronologiques. L’établissement de ces paramètres devient l’un des objectifs de la recherche même. Le contexte ainsi défini peut justifier le fait de traiter seulement d’une partie du monde et d’une période limitée dans le temps et d’enfreindre les frontières conventionnelles liées aux ères et régions. Lorsque le contexte historique découle d’un problème historique, la recherche peut être resserrée dans la pratique si le problème en lui-même peut être restreint de manière convaincante. Je le répète, le cadre conceptuel est global à l’origine, mais le contexte critique est limité. En ne faisant pas de la mondialisation un paradigme de contrôle, le chercheur en histoire globale peut même appliquer les leçons issues de la microhistoire : des tendances initialement perçues comme globales et dominantes peuvent prendre une signification très différente dans un contexte local11. L’échelle appropriée découle de la nature du problème considéré. Ni un questionnement en histoire globale, ni un exemple en microhistoire n’invalide l’autre, et le problème historique fait partie intégrante de l’histoire globale quelle que soit l’étendue de la recherche.

  • 12 Barraclough G., Main Trends in History, New York, Holmes & Meier, 1979, note 192, p. 47.
  • 13 D’un autre côté, le travail très admiré de S. Mintz, Sweetness and Power : The Place of Sugar in M (...)

11Comment faut-il donc s’y prendre ? L’appel influent de Geoffrey Barraclough en 1955 pour un type différent d’histoire (dans History in a Changing World) a préfiguré en partie la défense de l’histoire globale mais n’a pas, comme il le constata plus tard, « indiqué clairement la voie à suivre12 ». Si le chercheur en histoire globale doit s’éloigner du champ de l’histoire du monde pour se concentrer sur une forme d’enquête plus limitée, la sélection d’un sujet devient alors un premier pas crucial. Ce sujet acquiert son sens initial au sein d’un cadre conceptuel de l’histoire globale et doit conserver ce sens dans la période et la partie du monde concernées. L’histoire des inventions, la boussole ou les horloges par exemple, le fait directement, car la chose en elle-même suggère ce que sont les frontières de son histoire. L’histoire des marchandises – comme les histoires admirables du blé, du sucre, de la morue, du sel, du maïs et de la pomme de terre – le font effectivement ; leur présence globale peut être retracée de manière relativement précise ; la distribution et la consommation de nourriture est liée de façon stimulante aux économies, aux structures sociales et aux cultures ; pourtant, cette connexion est assez limitée. Les matières premières font, de façon flagrante, seulement partie de l’histoire plus large à tel point que ce sujet semble poser ses propres limites. Quelques sujets sont ainsi, de manière inhérente, à la fois globaux et potentiellement circonscrits. Ils tendent à inspirer des livres populaires dans lesquels un objet familier est éclairé par une histoire, quant à elle peu familière. On leur donne souvent de l’importance en présentant les connexions comme étant de l’ordre de la causalité (ce qui se reflète dans l’usage de sous-titres se terminant par « … qui changèrent le monde »). La plupart de ces études, qui incluent beaucoup de travaux excellents, se rapprochent davantage de l’histoire du monde que de l’histoire globale13.

  • 14 Je les ai discutés dans un certain nombre d’essais, dont « Finding Frontiers in Global History », (...)

12L’histoire globale doit faire face à des problèmes historiques de poids qui vont au-delà de l’histoire des choses et il n’existe pas de formule miracle qui permette de déterminer quels sujets risquent de révéler des problèmes historiques fertiles. Dans de nombreuses recherches historiques, la problématique a souvent été définie par des études antérieures, de sorte qu’un grand nombre de nouveaux travaux de qualité sont des extensions, des modifications ou des applications directes de questions et méthodes dont la valeur a été mesurée ailleurs. Étant donné que l’histoire globale fonctionne au sein d’une structure moins connue et a donc seulement un corpus réduit de travaux établis sur lesquels elle peut se construire, il n’est pas inutile de suggérer quelques procédures pour restructurer des sujets de recherche en problèmes liés à l’histoire globale. Un sujet prometteur devrait remplir deux conditions. Il devrait être global sur un aspect fondamental et permettre l’identification de problèmes historiques importants qui pourraient faire l’objet de recherches. Au mieux, les résultats auront de la valeur pour des chercheurs dans de nombreux domaines. Le potentiel d’un sujet possible peut être mis à l’épreuve de thèmes plus larges, repérables dans presque toutes les discussions des relations globales. Il se peut qu’il y en ait un grand nombre et les historiens peuvent dresser leurs propres listes. J’ai proposé quatre thèmes pour constituer une structure globale : expérience commune ou universelle, diffusion, réseau de connexions et rencontres culturelles14. Afin d’évaluer les perspectives sur un sujet donné, il est nécessaire de chercher sa localisation au sein d’une structure globale en cherchant à définir sa relation aux thèmes cités précédemment. Ainsi, ceux que j’ai nommés sous l’étiquette « expérience commune » s’appuient sur des conditions fondamentales de la vie humaine qui vont au-delà d’une société singulière. Le chercheur étudie alors comment un sujet donné interagit avec des circonstances telles que le climat, l’écologie, les régimes alimentaires, la démographie (ce qui inclut la fécondité, la mortalité et la structure familiale), l’épidémiologie, et ainsi de suite. Pour un sujet donné, ces facteurs peuvent être d’une plus grande importance dans certaines régions et à certaines époques. De manière comparable, le chercheur étudie comment le sujet choisi implique une diffusion – celle de techniques, de produits et d’usages à travers les moyens de communication, les migrations, les conquêtes, le commerce ; comment le sujet a eu un rôle dans les réseaux de connexions formés à travers les relations de pouvoir, les marchés, les religions et les institutions ; et comment ce sujet a été affecté par les rencontres entre cultures – et des adaptations créatrices qui transforment les usages et valeurs et construisent les structures sociales, la politique et l’économie. L’objectif d’un tel exercice se décline en trois parties : il s’agit de sélectionner les aspects d’un sujet qui font partie de l’histoire globale, d’identifier la période et les lieux susceptibles d’être porteurs pour la recherche et de formuler des questions qui aideront à définir le problème ou les problèmes qui devront faire l’objet d’un projet de recherche en histoire globale.

  • 15 Hewa S., Stapleton D. H. (dir.), Globalization, Philanthropy, and Civil Society, New York, Springe (...)
  • 16 Burguière A., « Demain, la famille », in Burguière A. et al. (dir.), Histoire de la famille, vol.  (...)

13Certains sujets, tels que le commerce, le pouvoir militaire ou l’histoire environnementale, ont un statut particulier dans les questions liées à l’histoire globale. Une proportion importante de la littérature sur ces sujets partage, de manière inhérente, un socle commun avec l’histoire globale (et se trouve souvent dans le traitement de la mondialisation). Mais les thèmes dans lesquels l’« agentivité » (agency) est plus centrale et le pouvoir moins visible ont également leur place en histoire globale – le rôle des missions religieuses et les organisations non-gouvernementales par exemple15 – et les thèmes soulignés précédemment s’appliquent aussi à ces derniers. Même un sujet aussi intime et profondément local que l’histoire de la famille a sa place en histoire globale. La simultanéité de la croissance de la population dans diverses parties du monde suggère que des facteurs globaux tels que la récession bactérienne et l’intensification de la production agricole sont peut-être en jeu. Lorsqu’elles sont étudiées plus attentivement, les tendances sociales, économiques et culturelles de grande échelle s’avèrent souvent décisives à des niveaux locaux. Les résultats obtenus en histoire démographique par l’exploitation des méthodes quantitatives, aussi remarquables soient-ils, n’ont pas permis d’établir les modèles universels que beaucoup attendaient. Lorsqu’une trentaine de chercheurs ont produit des essais sur l’histoire de la famille dans le monde, des temps anciens jusqu’à nos jours, les directeurs de ce collectif ont conclu qu’il n’y avait là aucune preuve d’évolution linéaire et que de nombreux types de familles continueraient à se développer. Ils ont cependant noté que le schéma et la signification de la famille s’adaptaient aux changements modernes et que les questions personnelles telles que la taille de la famille et le choix de l’épouse sont affectées par l’urbanisation, le travail des femmes, la circulation des films et l’accès élargi à l’instruction dans le monde entier16. Ce que cela implique pour le chercheur en histoire globale est capital : l’étude des interactions globales est susceptible d’être plus riche que la recherche de causes universelles. De toute évidence, l’histoire de la famille est fortement liée à des facteurs globaux en rapport avec l’expérience commune ; la reconnaissance d’influences globales invitera à une analyse comparative des réponses apportées dans diverses sociétés et affectera le poids de l’interprétation donnée aux circonstances locales. Le fait de parler d’histoire globale manifeste une tendance à l’abstraction, mais le pouvoir des idées qui y sont développées repose souvent sur une dimension véritablement locale. Les histoires globales de la famille devraient aussi prendre en considération l’importance de la diffusion de valeurs et de pratiques qui affectent la famille à travers la migration, la diffusion de la religion, l’enseignement et les moyens de communication. Les femmes du monde entier s’occupent des enfants en dehors de leur pays d’origine ; elles apportent avec elles et rapportent ensuite chez elles manières de faire, de nouvelles attitudes et aspirations. Les réseaux de connexion introduisent des opportunités et des lois nouvelles qui peuvent favoriser les grandes ou petites structures familiales, renforcer ou affaiblir les liens régionaux, consolider ou entraver la mobilité. Dans le domaine de la famille, de telles influences et pressions visant à instaurer du changement sont susceptibles d’être perçues comme des chocs culturels, propices à engendrer des discours angoissés dans toute société.

14Ainsi, les histoires globales peuvent-elles être délimitées et précisées, de telle sorte que les méthodes liées à l’histoire de la famille demeurent appropriées et la recherche en histoire globale véritablement possible. Toutefois, une objection récurrente demeure : aucun historien n’en saura assez un jour pour opérer à une échelle aussi vaste. Sur le plan conceptuel, cet argument a quelque chose de trivial. Aussi restreint que soit le sujet, aucun historien n’a de savoir exhaustif ; il y a toujours plus d’éléments significatifs, plus d’archives à éplucher, plus de sources à explorer et plus de possibilités à prendre en compte. Le chercheur en histoire globale doit, comme tout autre, simplement « faire avec », se confronter entièrement aux preuves qui semblent essentielles (et disponibles), tout en surfant sur des cercles concentriques de signification, au risque d’être soumis à un mal-de-mer croissant. En termes pratiques, cependant, l’histoire globale présente une différence intimidante. La connaissance directe qu’a un historien d’un contexte historique particulier influe sur son jugement. Tout historien a tremblé à la lecture des travaux d’autres collègues en y constatant la compréhension lacunaire, les faux pas, distorsions et erreurs, inévitables lorsqu’on a une familiarité toute relative avec un espace et une époque donnés. La préférence affichée des historiens pour les sources primaires aux dépens des sources secondaires implique peut-être une forme de snobisme auto-protecteur, mais la possibilité de se faire sa propre impression par le rapport direct à la source autorise une certaine complexité et une flexibilité en matière d’interprétation plus malaisée quand on s’appuie sur les travaux des autres. Cela a longtemps permis, par ailleurs, à des historiens ennuyeux de bénéficier d’une forme de supériorité réconfortante. À une échelle globale, pourtant, le problème lié à la multiplicité des langues et des sources demeure une entrave toujours forte. L’emploi des sources primaires n’est possible que pour une petite partie de la recherche et tous les problèmes importants liés à l’histoire globale ne peuvent être contenus dans des contextes directement connus d’un chercheur donné. Peut-être qu’à l’avenir, nombre d’historiens du monde entier travailleront ensemble (ce que font déjà, par exemple, les spécialistes de physique expérimentale) sur un projet singulier, cette coopération entre historiens étant facilitée par la fluidité permise par internet et la portée mondiale des universités modernes. Malgré tout, très peu d’historiens sont susceptibles de faire de l’histoire globale leur unique objet de recherche. Mais quand ils reviennent à un travail de dimension historique plus conventionnelle, leur recherche devrait être régénérée par leur expérience des horizons plus vastes de l’histoire globale, des hypothèses déstabilisantes et des périodisations alternatives. Une discipline académique, dans laquelle la nation a été, des siècles durant, l’unité d’analyse la plus commune et le progrès de l’Occident le trope structurant le plus aisément accessible, semble prête à se construire sur des fondations élargies.

Notes

1 Traduction de Jaine Chemmachery.

2 Burguière A., « Anthropologie historique », in Burguière A. (dir.), Dictionnaire des Sciences Historiques, Paris, Presses universitaires de France, 1986, p. 52.

3 O’Rouke K. H., Williamson J. G., Globalization and History : The Evolution of a Nineteenth-Century Atlantic Economy, Cambridge, MIT Press, 1999, soutiennent dans un argument bien fait que l’économie mondialisée a atteint son sommet au XIXe siècle. Voir aussi Demazière C. (dir.), Du local au global : Les initiatives locales pour le développement économique en Europe et en Amérique, Paris, Harmattan, 1996.

4 Robertson R., Globalization : Social Theory and Global Culture, London, Sage, 1992 ; Featherstone M (dir.), Global Culture : Nationalism, Globalization and Modernity, London, Sage, 1990 ; Warnier J.-P., La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 2003.

5 Appadurai A., Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996.

6 Burguière, A., L’École des Annales : Une histoire intellectuelle Paris, Odile Jacob, 2006, p. 33 sq.

7 Sur l’histoire globale de l’enfance voir le numéro spécial de l’été 2005 du Journal of Social History, vol. 38, no 4 ; quelques tendances transnationales sont indiquées dans mon article : « Childhood », in Iriye A., Saunier P.-Y. (dir.), Palgrave Dictionary of Transnational History, London, Palgrave, Macmillan, 2008.

8 Il faut noter les essais parus dans le supplément de 2007 de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 54-bis, spécialement celui de Giorgio Riello. Pour une compilation rapide de ses positions, parmi ses nombreux écrits sur l’histoire globale, voir Mazlish B., 1998, « Comparing global to world history », The Journal of Interdisciplinary History, 28, no 3, p. 385-95. La bibliographie sur l’histoire globale est maintenant très importante et il y a au moins trois revues scientifiques consacrées à ce champ : Globality Studies Journal, Journal of Global History, et New Global Studies.

9 Cet argument est explicité quoique succinctement dans McNeill W. H., « Globalization: Long-Term Process or New Era in Human History », New Global Studies, January 2008, 2, no 1, p. 1-9, et c’est le thème central de McNeill J.-R. et McNeill W. H., The Human Web: A Bird’s-Eye View of World History, New York, W. W. Norton & Company, 2003.

10 Pour une discussion convaincante et bien documentée de ces questions, voir Lang M., « Globalization and Its History », The Journal of Modern History, December 2006, vol. 78, no 4, p. 899-931, dans lequel, il y a aussi une précieuse bibliographie.

11 Levi G., « On Microhistory », in Burke P. (dir.), New Perspectives in Historical Writing, College Park, Pennsylvania, Pennsylvania State University Press, 1992, p. 106-08.

12 Barraclough G., Main Trends in History, New York, Holmes & Meier, 1979, note 192, p. 47.

13 D’un autre côté, le travail très admiré de S. Mintz, Sweetness and Power : The Place of Sugar in Modern History, New York, Viking Press, 1995, établit une problématique qui, dans mon jugement, constitue un excellent exemple d’histoire globale.

14 Je les ai discutés dans un certain nombre d’essais, dont « Finding Frontiers in Global History », in Rossi I. (dir.), Frontiers of Globalization Research: Theoretical and Methodological Approaches, New York, Springer, 2007, p. 271-286.

15 Hewa S., Stapleton D. H. (dir.), Globalization, Philanthropy, and Civil Society, New York, Springer, 2005.

16 Burguière A., « Demain, la famille », in Burguière A. et al. (dir.), Histoire de la famille, vol. II, Paris, Armand Colin, 1986, p. 529-534.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540