Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Troisième partie. Nation et politiques de la famille

Pour conquérir les « milieux de la haine ». L’action sociale féminine du mouvement Croix de feu et la socialisation de la politique dans la droite française, 1935-1946

Laura Lee Downs

Texte intégral

  • 1 Dissout en juin 1936, le mouvement Croix de feu est ressuscité trois semaines plus tard en tant qu (...)
  • 2 Sur le débat au sujet de la France allergique (ou non) au fascisme, voir Berstein S., « La France (...)

1La question « Est-ce que les Croix de feu et le Parti social français (CF/PSF) étaient des organisations fascistes ? » est débattue par les historiens et les politistes depuis une trentaine d’années. Les enjeux du débat sont importants, car le CF/PSF était de loin la plus grande organisation à la droite de l’échiquier politique1. Si les chercheurs pouvaient démontrer que le CF/PSF était fasciste, ils pourraient prouver que la France des années 1930 n’était pas « allergique » au fascisme. Cependant, tant qu’ils restent en désaccord profond sur ce qui définit le fascisme, le débat est condamné à tourner en rond, sans fin et sans solution2.

  • 3 À partir du moment où les Croix de feu ouvrent leurs portes aux femmes et aux hommes qui n’ont pas (...)
  • 4 À partir de 1936, 25 % des membres du mouvement CF/PSF sont des femmes. Passmore K., op. cit., p.  (...)

2Au lieu de poursuivre ce débat stérile, il serait plus fructueux, me semble-t-il, d’explorer les riches archives du mouvement en fonction des questions que soulève le contenu précis des activités des militants, au sein de son immense structure d’action sociale en particulier. Car, autour de 1935, le chef de ce mouvement ultra-nationaliste d’anciens combattants, le colonel Francis de La Rocque, décide de doter son mouvement d’un réseau d’action sociale, clé de voûte d’une nouvelle stratégie sociale qui s’élabore et se met en place entre février 1934 et novembre 1936. Cette stratégie envisage la conquête politique des milieux ouvriers par l’entremise d’une mission sociale dans les quartiers démunis des « zones rouges » autour de Paris et de Lyon3. Dès le départ, La Rocque confie l’organisation de cette mission socio-éducative aux nombreux membres féminins du mouvement qui militent en faveur de l’action sociale4. C’est à elles qu’il revient d’établir les centres sociaux et les colonies de vacances depuis lesquels leur action doit rayonner sur les « citadelles communistes » ; à elles que revient la mission de sélectionner et de former le personnel, masculin et féminin, qui y travaillera sous leur direction.

  • 5 Malgré son effort considérable pour effectuer une « pénétration sociale », le mouvement Croix de f (...)

3Si l’espoir d’élargir par le « moyen social » la portée du mouvement Croix de feu au-delà des classes bourgeoises et moyennes devait rester lettre morte, la gestion du réseau extensif de centres sociaux et de colonies de vacances établi par ces militantes a mis en marche une socialisation de l’action politique du mouvement remettant en question la distinction habituellement opérée dans l’histoire politique entre le monde masculin de la politique et celui, féminin, de l’action sociale5. Car, la politique du CF/PSF, qui cherche à dépasser le conflit en proposant de re-conceptualiser la nation comme une « grande famille » unie et ordonnée aboutit, en fin de compte, à mettre sur le même plan l’action politique et l’action sociale. Loin d’être un moyen de canaliser les énergies des femmes vers un monde social dénué de toute signification politique – et tout à fait approprié à l’esprit « naturellement » a-politique de la femme –, l’action sociale des groupes féminins se transforme en moteur puissant d’une socialisation progressive de l’action politique du mouvement Croix de feu. De ce fait, la frontière entre ces deux sphères d’action est rendue floue et poreuse.

  • 6 AN 451 AP 93, Président général des Croix de feu, Mémorandum « Mouvement Croix de Feu », 2 janvier (...)

4Le tournant social du mouvement est inauguré au moment où le colonel de La Rocque annonce, en 1935, que désormais les Croix de feu chercheront un appui politique populaire par le biais d’une « pénétration sociale » de la fameuse ceinture rouge autour de Paris : « Qu’il s’agisse de l’ascension de nos idées vers le pouvoir, de la pénétration des milieux ouvriers et paysans ou, dans un champ d’action moins élevé, de la période électorale, cette action sociale est la condition sine qua non de nos succès », souligne La Rocque le 2 janvier 1936, dans une circulaire destinée aux seuls chefs de section. Car ses hommes se montrent peu satisfaits de la nouvelle orientation sociale du mouvement et du champ considérable qu’elle confie aux femmes. La Rocque essaie de leur faire comprendre et accepter la centralité de sa nouvelle stratégie socio-politique et la place ample et autonome qu’il faut accorder aux experts féminins du social : « Il est incontestable que le déclenchement brusque et généralisé de notre action sociale est présentement et jusqu’à nouvel ordre le facteur essentiel de notre œuvre… [L’Action sociale] n’a rien à voir avec l’aumône, et le secours est son moyen le plus médiocre. Elle réclame une véritable technicité et prohibe les improvisations. Elle ne saurait se passer de l’appui indirect de nos sections, mais exige, pour son déploiement quotidien, l’emploi presque exclusif de femmes, et de femmes professionnellement qualifiées. Les fruits de cette splendide besogne sont recueillis sous forme d’un rayonnement augmenté de nos Associations6. » Mais ses hommes restent pour la plupart peu convaincus ; certains essaient même d’étouffer les nouveaux groupes féminins d’action sociale dans leur localité en les privant de leur part des fonds locaux. Dès lors, La Rocque décide d’intégrer le Bureau d’études sociales au Siège central, ce qui rend la hiérarchie des militantes d’action sociale autonome vis-à-vis des sections locales. Désormais, l’action sociale féminine œuvrera sous la direction directe du Colonel, épaulé par son équipe d’expertes : Antoinette de Préval, Marie-Claire de Gérus, Mlle Feraud, Jeanne Garrigoux, Mlle Marochetti.

  • 7 Sur l’influence de Lyautey dans des cercles de réformateurs catholiques, voir Lindenberg D., Les a (...)

5Six mois plus tard, le gouvernement du Front populaire fraîchement élu décide de dissoudre toutes les ligues paramilitaires, y compris celles des Croix de feu. Mais trois semaines après sa dissolution, le mouvement renaît sous le titre de « Parti social français ». Avec sa résurrection immédiate en tant que parti politique, la stratégie visant à attirer l’électorat ouvrier par le biais des services sociaux gagne en importance, vu que dans sa nouvelle incarnation le mouvement ne boude plus le jeu électoral de la République. Mais la stratégie de « pénétration ouvrière » ne doit pas être interprétée comme une simple solution de secours. Au contraire, cette stratégie qui voit poser ses premiers jalons entre 18 et 24 mois avant la dissolution des ligues est la clé de voûte de la vision plus large de régénération nationale essentielle à la pensée du colonel de La Rocque. Cette vision s’inspire des doctrines de pacification sociale prônées par le Maréchal Lyautey, doctrines qui exercent une influence considérable sur toute une génération de réformateurs catholiques7.

  • 8 Maréchal Lyautey, « Le rôle social de l’officier », Revue des deux mondes, 1891. Voir aussi La Roc (...)

6La démarche sociale de Lyautey lie la défense nationale à l’encadrement non confessionnel de la population, en l’occurrence des soldats français en garnison au Maroc par leur officiers8. En fait, c’est Lyautey qui définit dans un premier temps la « réconciliation » comme le but principal de toute action sociale. Pourtant, il faut bien souligner le fait que la réconciliation en question doit se faire entre l’élite des officiers et leurs hommes. Il n’est jamais question de réconciliation entre l’armée et les autochtones ; la stratégie de Lyautey envisage que ces derniers soient « pacifiés » puis laissés évoluer dans leur propre contexte socio-culturel. En réalisant ce devoir d’éducation et d’encadrement auprès de leurs hommes, les officiers allaient créer des liens de solidarité qui traverseraient le fossé séparant la classe supérieure d’officiers de la masse des soldats sans que cette action remette en cause les bases hiérarchiques de cette distinction verticale.

7Lyautey élabore sa recette pour la « socialisation » des relations hiérarchiques entre officier et simple fantassin dans son fameux article « Le rôle social de l’officier », publié en 1891. Sa vision essaime très tôt dans les cercles de catholiques sociaux de droite au tournant du XXe siècle, pour être vite transposée dans le monde du travail par l’ingénieur catholique Émile Cheysson, qui publie en 1897 un article prônant le rôle social de l’ingénieur vis-à-vis des ouvriers qui travaillent sous son contrôle. Pendant l’entre-deux-guerres, la vision de Lyautey se dissémine au-delà des cercles réformateurs catholiques pour atteindre le monde industriel d’employeurs et de cadres. L’article de Lyautey est donc un document fondateur dans la pensée des catholiques sociaux, surtout de droite, car en inscrivant l’action sociale dans des contextes hiérarchiques (l’armée, l’usine), Lyautey rend compatible la réforme sociale avec l’ordre et la discipline.

8Or, à la différence de Lyautey, La Rocque n’est pas convaincu par l’idée selon laquelle les masses doivent être encadrées par des militaires. Au contraire, il pense qu’il faut confier cet encadrement à des experts civils – familles, éducateurs, assistantes sociales etc. On peut néanmoins discerner l’empreinte des doctrines de Lyautey dans les modalités de la campagne CF/PSF pour « conquérir » (ou reconquérir) les populations « sauvages » de la Zone rouge, notamment dans l’idée que la classe ouvrière doit être ramenée à l’amour de la Patrie grâce à une mission civilisatrice nourrie des valeurs militaires de hiérarchie et d’obéissance.

  • 9 AN 451 AP 135, E. Barrachin, Mémorandum, 29 juin 1939. C’est moi qui souligne.

9Cette idée recevrait ses formes concrètes au sein des centres sociaux et des colonies de vacances du mouvement, avec des militantes de l’Action sociale jouant le rôle d’équivalentes civiles des officiers de Lyautey, porteuses d’une mission sociale vis-à-vis de la masse des enfants pauvres peu ou pas éduqués. « Nous avons également de très importantes fondations dans les villes, les banlieues ou les quartiers rouges apparemment inaccessibles », annonce Edmond Barrachin, chef du Bureau politique du PSF, dans un mémorandum interne de juin 1939 qui rend explicite les contours lyautiens de l’Action sociale féminine CF/PSF. « Des milliers d’enfants y sont soignés, pacifiés, sans qu’il soit question des origines politiques de leurs parents. La Rocque estime qu’aucun enfant, aucun malade, aucune misère morale réelle et profonde ne doivent souffrir des luttes politiques et il fait assister les enfants de ses adversaires eux-mêmes. Les centres d’hygiène, les infirmeries – où le dépistage médical se fait avec le plus grand soin – sont ouverts à toutes les jeunesses françaises d’où qu’elles viennent. Des loisirs sont méthodiquement prévus pour elles ». Au sein de l’organisation quasi-militaire des colonies du CF/PSF, ces enfants « pacifiés » occupent la place du fantassin français de Lyautey ; des êtres appauvris qui seront « régénérés » sur le plan culturel, moral et physique par les « officiers » de l’Action sociale CF/PSF : « La réconciliation sociale se fait ainsi en profondeur », conclut Barrachin dans une phrase qui résume une stratégie faisant des enfants l’objet d’une véritable mission civilisatrice9. Or, par son culte de la Nation et sa pratique d’une forme de laïcité selon laquelle toute religion est respectée, la mission du CF/PSF vis-à-vis de l’enfance populaire est bien différente de celle des paroisses catholiques ou de la Jeunesse ouvrière catholique (JOC) : là où ces dernières visent la reconversion de la classe ouvrière par sa base (ses enfants et sa jeunesse) et la promotion d’un christianisme militant, les premiers mettent en avant l’amour du pays et le culte de la Patrie.

  • 10 AN 451 AP 172, Mlle de Préval à Mlle Frandaz, 19 octobre 1937, p. 3.
  • 11 AN 451 AP 87, Section féminine, « L’assistance sociale dans les groupes féminins », s.d., p. 1.

10Mais l’empreinte des doctrines de Lyautey sur l’Action sociale féminine se perçoit surtout dans l’accent mis sur la qualification professionnelle des femmes qui s’y impliquent. Sur ce point, La Rocque et les dirigeantes de l’Action sociale féminine chantent d’une seule voix : pour que le travail social soit efficace, il faut des femmes professionnellement formées, en pleine possession de l’expertise technique qui leur permettra de distinguer les « familles intéressantes » des « professionnels de la mendicité10 ». « Nulle dame ne doit être utilisée comme Assistante sociale si elle ne possède pas au préalable les brevets ou certificats attestant officiellement sa qualification ou si elle n’a déjà fait ses preuves officiellement reconnues par le Siège central ou si elle n’a été préparée à son rôle par les organismes spécialement créés pour cet objet à l’intérieur du mouvement Croix-de-Feu », annonce la direction de la Section féminine peu de temps après sa création11.

  • 12 AP 174, dossier « Cours de Mme Hirsch », Instructeurs, Instructrices. Réunion préparatoire, p. 1. (...)
  • 13 Sur l’œuvre éducative du mouvement, voir Downs L.-L., Histoire des colonies de vacances de 1880 à (...)

11Le biais technocratique apparaît de façon spectaculaire dans le discours productiviste sur le travail avec les enfants, discours qui se répand rapidement à l’intérieur de l’Action sociale féminine : « Un Chef doit posséder une technique, une pédagogie, une science qui ne s’improvisent pas », déclare Mme Hirsch dans son cours de formation (obligatoire) pour les moniteurs du mouvement. Transposant le langage du productivisme industriel dans le domaine de l’Action sociale du mouvement, elle vante la supériorité des techniques CF/PSF en termes d’efficacité technique et évalue leur impact sur les enfants en termes de « rendement » : « Il a été prouvé pendant les camps de vacances que les moniteurs et les monitrices qui ont suivi nos Cours et appliqué intégralement nos méthodes ont été nettement supérieurs aux autres et que le rendement auprès des enfants a été encourageant12. » Le terme « rendement auprès des enfants » est omniprésent dans les mémos et rapports internes, notamment des moniteurs sur leurs groupes d’enfants. Ceci nous rappelle que la vision sociale du CF/PSF est sous-tendue par une alliance instable entre la rhétorique catholique de l’oubli de soi et de la réconciliation sociale/nationale et le discours technocratique de la gestion efficace de ressources humaines. Si les deux langues semblent représenter deux pôles opposés – le « traditionnalisme » catholique qui tend vers le passé et le modernisme technocratique qui tend vers l’avenir –, elles sont entièrement imbriquées dans une pratique sociale qui revendique les deux. De fait, c’est la tension créative entre ces deux pôles qui donne une orientation très particulière à l’œuvre éducative du CF/PSF telle qu’elle est mise en pratique dans les centres sociaux et les colonies de vacances du mouvement13.

  • 14 AN 451 AP 93, Section féminine, « L’assistance sociale dans les groupes féminins », s.d., p. 1. Le (...)

12Les six centres sociaux du mouvement, implantés partout dans la « Zone », et ses nombreuses colonies de vacances ont un rôle clé à jouer dans la campagne pour les âmes et l’allégeance des électeurs pauvres, arrachant une par une ses familles à la « menace rouge » à la faveur d’une prise en charge de leurs enfants : « En un mot, [nous devons] dépister la misère, suivre et conseiller les familles qui en souffrent et, par ce moyen indirect, préparer l’atmosphère de réconciliation où se développera, ultérieurement et par d’autres moyens, la prospection Croix-de-Feu », annonce Marie-Claire de Gérus, co-directrice de la Section féminine dans un bref résumé de leur mission sociale qui pourrait – et devrait – faire penser aux stratégies sociales extrêmement politisées mises en place par les partis communistes européens de l’époque et encore aujourd’hui par des groupes comme le Hamas14. Mais ces mots révèlent aussi à quel point la frontière entre la sphère masculine de l’action politique et celle de l’action sociale féminine est devenue poreuse avec l’avènement de la stratégie de « pénétration ouvrière ».

  • 15 AN 451 AP 87, Section féminine, Rapport sur les camps de vacances de l’été 1935, p. 3-4.

13L’intérêt de La Rocque pour la doctrine de pacification sociale ouvre donc une voie inattendue aux femmes du mouvement vers des carrières dans le social à une époque où il n’est ni simple ni évident pour les femmes d’atteindre une véritable qualification professionnelle. De plus, la transposition de la démarche lyautienne sur le sol métropolitain leur permet de se réapproprier le manteau du soldat des premières lignes, source primordiale de valeurs transcendantes dans le mouvement CF/PSF, en l’occurrence par l’adoption et l’adaptation du « rôle social de l’officier » dans leur mission auprès des pauvres de la Zone « rouge ». Pourtant, la mystique du vétéran acquiert une nouvelle signification lorsqu’elle est déplacée sur un nouveau type de terrain hostile, celui de la redoutable « ceinture rouge » autour de Paris. Le texte de Mme de Gérus glorifie alors la vaillance indéfectible des assistantes sociales du mouvement, toujours « calmes et souriantes » devant « l’hostilité farouche » qui plane sur la « zone » : « Les affiches, les tracts, les appels au meurtre contre les Croix de Feu et leur chef surexcitaient les malheureux. Revolvers, couteaux, menaçaient à leur entrée nos Assistantes, calmes, souriantes… Ce sont dans la paix nos soldats des premières lignes » conclut-elle dans un propos qui en dit long sur l’esprit qui anime les militantes de l’Action sociale CF/PSF. Car, tout en pénétrant ces « milieux de la haine » les assistantes sociales CF/PSF militarisent le vocabulaire de l’assistance sociale en le transposant sur un champ de bataille imaginaire structuré par les doctrines d’un catholicisme social qui se situe clairement à droite de l’échiquier politique. Si, d’un côté, c’est à « nous, les femmes » de secourir des gens qui n’ont jamais connu « la fraternité des classes », de les « apaiser, de les ramener », cette tâche va au-delà du social pour épouser une mission nationale imprégnée des valeurs catholiques d’altruisme et d’union mystique avec les morts. Car, en fin de compte, leur but est non seulement la réconciliation entre les classes mais, plus profondément, entre les générations, allant jusqu’à la réconciliation entre ceux qui sont toujours en vie et ceux qui sont morts sur le champ de bataille : « Notre Chef nous a transmis avec son amour incommensurable du peuple, la mission de faire flotter le Drapeau tricolore sur les citadelles communistes. Nous livrons cette bataille pacifique avec la ténacité sereine que comporte une telle mission. Nous apportons les consignes des 1 500 000 Morts de 1914 à 1918. De là nous vient cette force surnaturelle contre laquelle rien ne prévaudra15. »

14L’action sociale féminine des Croix de feu remet donc en cause la distinction conventionnelle entre la sphère féminine du travail social et celle – masculine – de la politique qui organise depuis longtemps l’histoire politique. Car, comme on l’a vu, cette action féminine politise le travail social dans toutes ses dimensions. Dans le même temps, la décision de La Rocque de mettre l’accent sur la stratégie sociale de « pénétration ouvrière » socialise la politique Croix de feu au point que l’aile politique du mouvement se trouvera marginalisée dans les configurations de pouvoir qui se succèdent rapidement après la défaite en 1940. Les groupes d’action sociale féminine, en revanche, devaient prospérer pendant la guerre et l’immédiat après-guerre, grâce au soutien du sympathisant Croix de feu Robert Garric qui, en tant que président du Secours national, accorda des subventions importantes aux centres sociaux du mouvement CF/PSF (rebaptisé foyers des ADP), bien au-delà de la dissolution de l’aile politique du mouvement en janvier 1941.

  • 16 Le PSF, quoique suspendu en tant que parti politique à partir de janvier 1941, garde son organisat (...)

15Ainsi, en mars 1939 le colonel de La Rocque crée les Artisans de la défense passive (ADP), équipes sociales vouées à assurer la défense des populations civiles. Neuf mois plus tard, Robert Garric associe les ADP avec le Secours national, en reconnaissance de leur contribution à l’évacuation des populations civiles d’Alsace et de Lorraine, et de Paris, en septembre 1939, et à l’encadrement socio-médical de ces mêmes populations dans des centres d’accueil et d’hébergement des évacués dans le Centre et le Sud-ouest de la France. Puis, avec l’exode, la défaite et l’Occupation, l’activité des ADP va s’intensifier et s’amplifier, notamment en Zone sud, sous une nouvelle rubrique : les « Artisans du devoir patriotique ». Le PSF, quant à lui, est suspendu en tant que parti politique à partir de janvier 194116.

16Étant le seul véritable organe porteur de « l’esprit Croix de feu », les ADP attirent pendant l’Occupation un certain nombre d’activistes masculins qui commencent à s’immiscer dans des activités restées entre les seules mains de femmes pendant les années 1930 : l’organisation de foyers et de centres sociaux, de soupes populaires, de colonies de vacances. Ils rassemblent des militants des deux sexes pour réaliser une série de tâches nouvelles, liées à la guerre : la défense passive et l’évacuation des civils, l’envoi de colis aux prisonniers, l’hébergement des sinistrés lors des bombardements des villes, l’organisation des services socio-médicaux pour une population éprouvée par des conditions de vie de plus en plus précaires sous l’Occupation. Peu de temps après l’arrivée de quelques hommes dans l’action sociale des ADP, émerge une véritable division sexuée des tâches qui confie aux femmes le travail « technique » (organisation et direction de foyers et de colonies de vacances, fondation d’une école sociale à Pau, encadrement socio-éducative des populations vulnérables) et attribue aux hommes les tâches administratives, en particulier celle d’établir des liens solides avec le Secours national et les divers pouvoirs publics.

  • 17 451 AP/248, dossier « ADP 1945-46, Alsace et Lorraine ».
  • 18 451 AP/248, dossier « 1946 ADP Administration, Finances », Pierre Marcel (secrétaire général de l’ (...)
  • 19 Cela malgré son opposition à la politique de collaboration avec l’ennemi, et son arrestation par l (...)

17Pendant les mois difficiles qui suivent la Libération, le gouvernement provisoire ne cherche pas à empêcher les sept centres sociaux ADP autour de Paris de poursuivre leur travail vis-à-vis les populations fragilisées par les restrictions et les mauvaises conditions de vie dans des quartiers à moitié détruits par les bombardements. De plus, dans l’hiver 1944-45, le ministère des Prisonniers de guerre, des déportés et des rapatriés invite les ADP à collaborer avec d’autres organisations, notamment la Croix rouge, dans un grand effort visant à encadrer le retour de prisonniers et de populations déportées en camp de concentration par l’occupant allemand en Alsace17. Cela ne veut pas dire que tout se soit passé sans heurts politiques, bien au contraire : à l’automne 1944, les ADP de Pau et de Clermont-Ferrand se plaignent de voir réquisitionner leurs centres sociaux et tout leur matériel par l’Entraide française, successeur du Secours national. Puis, en juin 1945, après leur avoir accordé durant l’hiver 1944-45 quelques subventions beaucoup moins importantes, l’Entraide française refuse les 400 000 F demandés par les ADP au prétexte que « la position du Gouvernement, vis-à-vis du président des Artisans du devoir patriotique [c’est-à-dire La Rocque] ne permet pas à l’Entraide française pour le moment, de donner une suite favorable à la demande que vous avez bien voulu lui faire18 ». Quelques mois plus tard, le ministre de l’Intérieur oblige les ADP à se retirer de tous les services sociaux qu’elles ont construits à Strasbourg pour accueillir les prisonniers ou déportés et leurs familles lors de leur rapatriement en France. Dans l’atmosphère ultra-politisée et polarisée de la Libération, La Rocque et son mouvement se voient reprocher d’avoir été trop proches du Maréchal Pétain et de sa Révolution nationale19. Cependant, devant la crise sociale et sanitaire qui sévit dans les quartiers populaires autour de Paris, personne ne semble enclin à refuser l’aide des travailleuses sociales expérimentées des ADP.

  • 20 Le Redressement français d’Ernest Mercier est un excellent exemple de cette tendance chez les patr (...)
  • 21 D’autant plus que le CF/PSF était le seul mouvement de la droite française à avoir construit une v (...)
  • 22 Pour la période de l’après-guerre, on peut citer les Services d’action civique du mouvement gaulli (...)

18On peut donc émettre l’hypothèse selon laquelle les centaines d’assistantes sociales formées par les CF/PSF/ADP et qui continuent de travailler après la guerre ont laissé leur empreinte sur l’État-providence tel qu’il s’est construit sur le terrain ; resterait à explorer l’impact précis de ce réseau d’expertise de catholiques sociaux de droite sur les formes prises par l’État providence après 1945. On peut également suggérer que la mobilisation des femmes en tant que militantes du social au sein du CF/PSF et la socialisation de la politique du mouvement qui en a découlé ont offert une contribution décisive à la recomposition plus large de la droite française entre 1930 et 1950. Ainsi, les partis de la droite et du centre-droit sont passés après 1945 d’une façon étroitement parlementaire d’agir politiquement (la Fédération républicaine et l’Alliance démocratique pendant l’entre-deux guerres en étant les exemples classiques) à des formes d’action qui lient des politiques sociales à des prises de position sur l’échiquier politique français. Les sources de ce tournant social sont multiples : elles vont de l’action des catholiques sociaux de droite et de gauche à celle des patrons qui ont cherché à « moderniser » leurs rapports avec leur main-d’œuvre par le biais d’une réforme globale des conditions techniques et sociales de travail20. Mais il est évident que les militantes d’action sociale dans ce qui était, après tout, l’organisation politique la plus importante en France entre les deux guerres, ont joué elles aussi un rôle primordial dans ce passage. Car, en mettant leur réseau impressionnant de services sociaux au service du projet politique visant à créer un nouveau climat social en France – la « réconciliation française » –, les militantes d’action sociale CF/PSF ont apporté une contribution capitale à l’évolution du comportement politique au sein de la droite française21. Cette nouvelle politique sociale de droite trouvera sa pleine expression dans le MRP, mouvement qui s’assure la fidélité de nombreux catholiques sociaux des deux sexes ayant milité dans le CF/PSF/ADP avant et pendant la Seconde guerre mondiale. Il en est de même pour le mouvement gaulliste, qui se dote lui aussi de politiques sociales de grande envergure avant même la Libération22.

19L’analyse de la stratégie sociale du mouvement Croix de feu à partir des questions liées au genre nous aide donc à élargir et à affiner notre compréhension de la recomposition politique affectant la droite française entre 1930 et 1950. Car, dès que l’on regarde de plus près les activités des femmes et des hommes au sein de ce large et étrange mouvement, à la fois paramilitaire et social, on distingue une socialisation progressive de la politique et une politisation du travail social qui compliquent le simple schéma selon lequel « le social est aux femmes/la politique, aux hommes », schéma qui structure depuis trop longtemps la recherche dans ce domaine. L’outil qu’est le genre nous permet ainsi de contourner le débat sur la nature (fasciste ou non) du mouvement pour poser de nouvelles questions sur la reconfiguration des relations entre la politique et la société dans la France des années 1930 et 1940. Ce qui ouvre la porte sur un aspect du travail social très orienté politiquement, qui aura un impact sur l’évolution de la politique de la droite française, et même plus largement sur l’élaboration de l’État-providence à partir de 1944.

Notes

1 Dissout en juin 1936, le mouvement Croix de feu est ressuscité trois semaines plus tard en tant que parti politique : le Parti social français. La plupart des chercheurs sont d’accord sur le fait que ces deux ensembles se recoupent largement, en sorte que je les désigne comme CF/PSF.

2 Sur le débat au sujet de la France allergique (ou non) au fascisme, voir Berstein S., « La France allergique au fascisme », Vingtième siècle, no 2, avril 1984, p. 84-94 ; Dobry M. (dir.), Le Mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Le Seuil, 2003 ; Winock M., « Retour sur le fascisme français. La Rocque et les Croix-de-feu », Vingtième siècle, no 90, avril-juin 2006, p. 3-27 ; Soucy R., « La Rocque et le fascisme français : Réponse à Michel Winock », Vingtième siècle, no 95, juillet-septembre 2007, p. 219-36 ; Winock W., « En lisant Robert Soucy sur La Rocque et les Croix-de-feu », ibid., p. 237-42 ; Berstein S., « Pour en finir avec un dialogue de sourds à propos du fascisme français », ibid., p. 243-44 ; Soucy R., Fascismes français ? 1933-1939. Mouvement antidémocratiques, Paris, Autrement, 2004; Prost A., « Préface » à Soucy R., Fascismes français?, op. cit., p. 11-19; Jenkins B. (dir.), France in the Era of Fascism: Essays on the French Authoritarian Right, New York, Berghahn, 2005; Passmore K., « Planting the Tricolor in the Citadels of Communism: Women’s Social Action in the Croix de feu and Parti social français », The Journal of Modern History, t. 71, 1999, p. 814-51; Kennedy S., Reconciling France against Democracy: The Croix de feu and the Parti social français, 1927-1945, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2006; Downs L.-L., « “Each and every one of you must become a chef”: Towards a social politics of working-class childhood on the extreme right in France, 1930-1939 », The Journal of Modern History, t. 81, 2009, p. 1-44.

3 À partir du moment où les Croix de feu ouvrent leurs portes aux femmes et aux hommes qui n’ont pas fait la guerre de 1914-1918, plusieurs centaines de milliers de gens s’inscrivent dans les sections locales en France et en Algérie. À la fin des années trente le mouvement compte plus d’un million de membres dont le quart sont des femmes.

4 À partir de 1936, 25 % des membres du mouvement CF/PSF sont des femmes. Passmore K., op. cit., p. 817; Kennedy S., op. cit., p. 199.

5 Malgré son effort considérable pour effectuer une « pénétration sociale », le mouvement Croix de feu restera urbain et bourgeois/petit-bourgeois, avec moins de 10 % d’ouvriers et paysans à la fin des années 1930. Passmore K., From Liberalism to Fascism: The right in a French province, 1928-1939, Cambridge, Cambridge University Press, 1997; et Sean Kennedy S. op. cit.

6 AN 451 AP 93, Président général des Croix de feu, Mémorandum « Mouvement Croix de Feu », 2 janvier 1936, p. 9-10. Ce document était destiné aux seuls yeux des chefs de section, « elle ne doit, en aucun cas, circuler ». Ibid., p. 1.

7 Sur l’influence de Lyautey dans des cercles de réformateurs catholiques, voir Lindenberg D., Les années souterraines, 1937-1947, Paris, La Découverte, 1990.

8 Maréchal Lyautey, « Le rôle social de l’officier », Revue des deux mondes, 1891. Voir aussi La Rocque F. de, « La cavalerie », La Revue hebdomadaire, no 12, 23 mars 1912. Lors de la disparition de Lyautey, en 1934, La Rocque annonce son ambition de mettre en œuvre dans le métropole les méthodes de pacification sociale de Lyautey. F. de la Rocque, « Discours sur Lyautey », Le Flambeau, septembre 1934, p. 2.

9 AN 451 AP 135, E. Barrachin, Mémorandum, 29 juin 1939. C’est moi qui souligne.

10 AN 451 AP 172, Mlle de Préval à Mlle Frandaz, 19 octobre 1937, p. 3.

11 AN 451 AP 87, Section féminine, « L’assistance sociale dans les groupes féminins », s.d., p. 1.

12 AP 174, dossier « Cours de Mme Hirsch », Instructeurs, Instructrices. Réunion préparatoire, p. 1. Issue du mouvement des Éclaireuses, Mme Hirsch est directrice des cours de formation des moniteurs pour les colonies CF/PSF.

13 Sur l’œuvre éducative du mouvement, voir Downs L.-L., Histoire des colonies de vacances de 1880 à nos jours, Paris, Perrin, 2009.

14 AN 451 AP 93, Section féminine, « L’assistance sociale dans les groupes féminins », s.d., p. 1. Le nombre de centres sociaux autour de Paris sera porté à sept pendant la Seconde guerre mondiale.

15 AN 451 AP 87, Section féminine, Rapport sur les camps de vacances de l’été 1935, p. 3-4.

16 Le PSF, quoique suspendu en tant que parti politique à partir de janvier 1941, garde son organisation locale de section, et il y a des recoupements importants entre les ADP et les sections locales PSF. Malgré le fait que les associations ADP sont composées de membres PSF et non-PSF, certaines d’entre elles espèrent en 1944-45 échapper à l’identification avec l’ancien PSF (qui ne renaîtra jamais après la guerre). La plupart de ses anciens membres se retrouvent soit dans le MRP, soit dans le RPF du général de Gaulle, soit dans le mouvement « La Réconciliation française », mouvement très minoritaire qui, pendant les sept ou huit ans qui suivent la fin de la Seconde guerre mondiale, essaie en vain de faire revivre l’esprit Croix de feu dans la politique nationale. Je me permets de renvoyer à Downs L.-L., « Action sociale féminine et recomposition des politiques sociales de la droite française. Le cas du mouvement Croix de feu, 1934-1947 », à paraître dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine.

17 451 AP/248, dossier « ADP 1945-46, Alsace et Lorraine ».

18 451 AP/248, dossier « 1946 ADP Administration, Finances », Pierre Marcel (secrétaire général de l’E. F.) au président des ADP (Colonel de La Rocque), 26 juin 1945.

19 Cela malgré son opposition à la politique de collaboration avec l’ennemi, et son arrestation par la Gestapo en 1943, suivie de deux ans dans un camp de concentration nazi.

20 Le Redressement français d’Ernest Mercier est un excellent exemple de cette tendance chez les patrons qui se veulent modernisateurs sans céder le contrôle technique et social de leurs entreprises aux syndicats ou aux organismes paritaires. Mercier était membre des Croix de feu pendant les années 1928-35.

21 D’autant plus que le CF/PSF était le seul mouvement de la droite française à avoir construit une véritable politique sociale pendant les années 1930.

22 Pour la période de l’après-guerre, on peut citer les Services d’action civique du mouvement gaulliste qui, à partir de janvier 1960, mènent une action sociale en milieu musulman au nom du Général de Gaulle, c’est-à-dire dans les bidonvilles autour de Paris peuplés d’Algériens. Ces hommes mettent l’accent sur les loisirs des adolescents (masculins), organisant des foyers, des ciné-clubs et des colonies de vacances à leur intention. Voir Jablonka I., Les enfants de la République. L’intégration des jeunes de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2010, p. 217-21.

Auteur

Directrice d’études, Centre de recherches historiques, EHESS/CNRS (UMR 8558)

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540