Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Troisième partie. Nation et politiques de la famille

La laïcité, une exception française

Blandine Kriegel

Texte intégral

1Au moment où se profile dans le monde la menace de nouvelles guerres de religion qui prétendent enrôler Dieu sous la bannière de communautés particulières ou l’étendard d’intérêts privés, la France a réaffirmé la tradition de laïcité dont, tout au long de son histoire, elle a été porteuse pour elle-même et messagère pour les autres.

2Les conflits de l’intolérance, il est vrai, ne nous épargnent ni à l’extérieur de nos frontières, ni à l’intérieur de notre territoire national. À l’extérieur, les appels à la guerre sainte, la justification religieuse du terrorisme, la bonne conscience que l’invocation divine donne au pur usage de la force, la confrontation directe des héritages spirituels et religieux, naguère distendus dans le temps ou éloignés dans l’espace, menacent la paix et troublent le respect des consciences. À l’intérieur, le développement de multiples confessions et convictions, le nombre grandissant de nos concitoyens récemment venus d’autres civilisations engendrent des problèmes inédits : la place légitime qui doit être reconnue à l’expression des cultes nouveaux dans notre société, la mesure de l’expression de la foi et de l’appartenance religieuses dans l’espace public, notamment à l’école, la réapparition aussi, hélas ! des communautarismes intolérants et intransigeants qui prétendent, au nom de leurs traditions propres, se soustraire aux lois de la République et déroger au respect du droit des personnes.

3La laïcité a été longtemps vécue comme la simple séparation des Églises et de l’État, mais son sens véritable est celui de la construction de la République française.

  • 1 L’article 2 poursuit : « En conséquence, à partir du premier janvier qui suivra la promulgation de (...)

4Récemment a été célébré l’anniversaire de la loi de séparation des Églises et de l’État qui fut votée en 1905 par la Troisième République. Que faut-il en retenir ? D’abord, et avant tout, un acte de liberté en résonance avec l’article X de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Il s’exprime clairement dans l’article 1 de la loi qui n’a rien perdu de son actualité : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes. » Ensuite, l’établissement de la neutralité de l’État en matière religieuse, article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte1. »

5Par-là, la loi de 1905 met fin au Concordat signé en 1802 avec Rome par le gouvernement de Bonaparte. Elle cesse de reconnaître « la religion catholique comme celle de la majorité des citoyens français » pour classer l’ensemble des cultes, catholique, protestant, juif et même musulman dans les départements d’outre-mer, sous un statut de droit privé. Elle n’alloue plus de traitement aux ministres du culte, elle abandonne la nomination des évêques pour émanciper l’État d’un quelconque lien, de détermination ou subordination, de financement ou d’intéressement, avec les Églises. Procédant à l’inventaire des biens des églises et laissant à l’État la propriété des édifices, elle confie le libre exercice du culte à des associations privées.

6Sans doute cette loi a-t-elle été vécue, hier, comme un déchirement par de nombreux catholiques traditionnels, notamment dans les campagnes de l’Ouest ou des Flandres insurgés contre les inventaires. Cependant, malgré l’intransigeance ou la résistance d’un grand nombre de fidèles, heurtés dans leurs habitudes ou tourmentés dans leur conscience, elle à bientôt été acceptée par la majorité des Français comme une loi républicaine de neutralité et de tolérance, ainsi que l’ont souligné Jean-Marie Mayeur et René Rémond. Les partisans de la politique de Léon XIII qui avaient précipité le ralliement des catholiques à la République, de jeunes chrétiens comme Charles Péguy, les artisans d’une démocratie chrétienne en voie de formation, des notables catholiques de l’Académie, du Parlement, de l’Université, Fernand Brunetière, Anatole Leroy-Beaulieu, Georges Picot, Saleilles, ont accepté la mise en œuvre des conséquences de la loi de séparation. Certains y ont vu la chance d’un christianisme apostolique et missionnaire recentré qui trouvera son expression dans le Sillon d’un Marc Sangnier. Non pas une humiliation mais une émancipation de l’Église rendue à ses véritables fonctions.

7La loi de 1905 a correspondu à la consolidation de la République qui était encore l’exception française au cœur d’une Europe monarchique et impériale. Elle a prolongé et conforté la politique laïque de la Troisième République qu’on avait cru achevée après les lois scolaires de Jules Ferry de 1882, instituant l’enseignement primaire gratuit, obligatoire et laïque. La loi du 28 mars 1882 prévoit que, désormais, l’instruction religieuse sera dispensée en dehors des édifices et des programmes scolaires. Elle est complétée par la loi Goblet du 30 octobre 1886 qui confie l’enseignement à un personnel exclusivement laïque. Ces dispositions sont reprises par le gouvernement de « défense républicaine » de Waldeck Rousseau et par ceux d’Émile Combes et d’Aristide Briand. La laïcité a été ainsi l’œuvre commune de nombreux républicains, Barthou, Buisson, Méline, Francis de Pressenssé, Grunebaum-Ballin, Méjan, Charles Gide, Donnedieu de Vabres, au lendemain de l’affaire Dreyfus. Au-delà du rétablissement de la justice et de la garantie des droits du capitaine injustement accusé, il s’agit de rappeler qu’il n’y a pas de privilège pour des corps séparés de l’État républicain, et que l’Armée et l’Église doivent se plier aux lois de la République caractérisées par la liberté de conscience et le respect des droits des personnes.

8Objet d’étonnement pour le monde, la loi de séparation a suscité des émules et fait naître des imitations : en Turquie, avec Mustapha Kemal qui l’a admirée lorsqu’il était stagiaire à l’école d’artillerie de Toulouse et a voulu la reproduire dans son pays, au Mexique avec la révolution républicaine, puis dans la jeune République espagnole de 1931. Le plus souvent, ailleurs, on a préféré le schéma de l’Église établie ou des religions reconnues et aidées comme en Angleterre ou en Allemagne.

9Pourtant, si l’institution de la laïcité, considérable pour ses effets, a pu réussir si rapidement, c’est parce qu’elle venait de loin. On ne peut comprendre sa force et saisir le motif de son succès si on ne mesure pas l’ancienneté de sa tradition et la longueur des racines. Depuis le « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », la séparation du spirituel et du temporel qui s’est incarnée au Moyen Âge dans la lutte des papes et des empereurs a produit en France une longue tradition d’affirmation de l’indépendance de l’État et de l’espace public à l’égard de la religion. Elle s’est fortement affirmée dans la tradition gallicane qui naît dès le XIVe siècle dans des écrits doctrinaux (La Dispute d’un clerc et d’un chevalier, le Songe du vergier) comme dans des textes de droit (La Pragmatique sanction de Bourges). Tout au long du XVIe siècle et du XVIIe siècle, la tradition des légistes français (Charles Du Moulin, Guy Coquille, Pierre Pithou, Pierre et Jacques Dupuy) édifie la charte d’une église gallicane dont le principe fondamental est la séparation de la puissance temporelle et de la puissance spirituelle. Elle sera réaffirmée au XVIIe siècle dans la Déclaration des quatre articles, rédigée par Bossuet.

10Au sein de cette tradition, le droit politique de l’État affirme son autonomie, celle d’un droit qui ne procède ni du droit canon ni du droit romain, mais de l’effort de construction doctrinale des légistes modernes qui innovent et inventent la souveraineté de l’État (Jean Bodin), et qui expriment l’indépendance extérieure de l’État à l’égard du Pape et de l’Empereur autant que sa consistance intérieure à l’égard des communautés féodales.

11Mais c’est de la plus grande crise que traverse l’unité française, les guerres de religion – un Dieu contre un Dieu, un prince protestant, Henri de Navarre, contre la France en majorité catholique, ces mêmes guerres de religion qui ravageront l’Europe entière et l’Allemagne en particulier – qu’est issue la solution originale imaginée par la France. On en trouve la formulation dans l’Édit de Nantes de 1598, promulguée grâce à la victoire d’Henri IV. Cette victoire, c’est là toute son originalité, n’est pas celle d’un camp religieux sur un autre mais, à l’opposé, le dépassement des divisions religieuses. À Ivry-la-Bataille, le slogan d’Henri sera « Ralliez-vous à mon panache blanc », un panache qui n’est ni un Catéchisme, ni une Bible évangélique, au moment même où le régiment catholique fidèle à Henri III et à Henri de Navarre emporte la décision. La victoire d’Henri IV n’est pas celle des réformés contre des catholiques, mais le succès conjoint des modérés des deux partis, catholique et protestant, la victoire du parti des politiques, du parti de ceux qui déjà s’appellent républicains et qui ont eu pour penseurs, sous Henri III, Michel de l’Hôpital, Montaigne et Jean Bodin. C’est à eux que l’on doit la doctrine de la souveraineté qui met l’État à l’abri des emprises impériales, féodales et cléricales. Les Six livres de la République délimitent un espace public neutre à l’égard des religions que, dans un autre ouvrage, L’Heptaplomeres, Bodin invite à coexister et à se comprendre en faisant dialoguer, déjà, des chrétiens, un juif et un musulman. En Europe, un autre texte, La Lettre de Majesté de Rodolphe II de Habsbourg, promulgué dans la Prague humaniste de Tycho Brahé, fera écho à l’Édit de Nantes.

12Si l’Angleterre de la première révolution avec Milton, si la Hollande de 1670 avec Spinoza affirment également la liberté de conscience, la France est allée plus loin que ses voisines et plus qu’aucun pays en Europe dans l’affirmation d’une certaine neutralité de l’État. Non que des protocoles de tolérance religieuse entre protestants et catholiques n’aient été proposés ailleurs ou que le Livre de commune prière voulu par Élisabeth n’ait constitué un pas vers la compréhension et l’œcuménisme ou qu’une relation de tolérance religieuse n’ait été établie pour les catholiques dans l’Angleterre du XVIIe siècle. Mais, dans tous ces exemples, il n’est question que de protection des minorités face à une religion établie qui est toujours une religion d’État. L’État ne reconnaît que ce que Pierre Bayle appellera plus tard les « droits de la conscience errante » et ne va pas jusqu’à considérer à égalité, dans l’espace public, les sujets ou les citoyens. Si la religion établie ne dispose pas de tous les pouvoirs en Angleterre ou en Hollande, elle limite néanmoins l’accès des fidèles dissidents aux charges publiques. Or, jusqu’à la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685, une des heures les plus sombres de notre histoire, la France du XVIIe siècle accorde déjà à Condé, Turenne et Rohan les charges militaires et publiques éminentes et, du plus humble paysan au seigneur le plus élevé, tous, dans le cadre de la société d’ordres de l’Ancien Régime, participent aux offices et aux fonctions publiques, quelles que soient leurs opinions. L’indifférentisme de l’État à l’égard de la religion s’affirme ainsi.

13Une telle idée laïque d’un dialogue et d’un respect des différentes confessions sera perdue avec la Révocation de l’Édit de Nantes. Mais elle a été reprise par la société civile du XVIIIe siècle dans la philosophie des Lumières et dans la franc-maçonnerie où s’est approfondie et élargie l’idée de la laïcité. Elle aboutira au rétablissement, avant la Révolution, de la liberté des cultes pour les protestants. Mais déjà le fait a précédé le droit : le Maréchal de Saxe, protestant, a été mis à la tête des armées royales, Necker, banquier genevois et calviniste, a été installé à la tête du ministère, et il est si populaire que les Parisiens prendront la Bastille pour que son retour efface son renvoi. Auparavant, Louis XV a créé l’Ordre du Mérite pour des chevaliers protestants auxquels il ne pouvait remettre la croix de Saint-Louis. Donc, déjà sous l’Ancien Régime, en matière de charges publiques la France a donné à ses « francs sujets », et quelle que soit leur confession, l’accès à l’espace public et à ses responsabilités, un accès qui n’avait pas d’équivalent en Europe.

14À partir de la Révolution française, une série de dispositions garantiront, véritablement à égalité pour tous, ce cheminement de l’esprit et des institutions laïques : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789, avec le célèbre article X sur la liberté d’opinion et des cultes ; la Constitution civile du clergé en 1790 ; la laïcisation de l’état civil et du mariage en 1788 ; une première séparation de l’Église et de l’État en 1785. Ce principe sera affirmé et élargi considérablement au XIXe siècle et on ne comptera plus les hommes politiques protestants de premier plan de Necker à Rocard, en passant par Guizot, Waddington, Jules Ferry, Freycinet, Stegg. De même, les juifs pleinement émancipés par la Constituante donneront plusieurs généraux à la Grande Armée, des députés sous la monarchie de Juillet et une pléiade de ministres et de conseillers d’État sous la Troisième République. Cette laïcité est une formule de tolérance qui n’est pas celle de la paix d’Augsbourg faisant dépendre la confession des sujets de celle de leur prince (Cujus regio eius religio), mais pas non plus celle de la simple tolérance des minorités. D’emblée, la laïcité est inscrite dans la profondeur de l’institution publique autonome, bref elle est la fameuse « exception française ».

15L’État républicain par son prestige, sa neutralité, est ainsi devenu l’espace de rencontre et de coexistence de tous les Français. Il nourrit une véritable ferveur patriotique et le service de l’État avec l’ambition méritocratique assise sur le désintéressement et le rejet de féodalités traditionnelles, le service public, comme on commence à le dire, devient le véritable pacificateur, l’agence d’intégration de toutes les nuances et de toutes les confiances. Dans la République, il n’y a plus de vendéens, de camisards, de bien-pensants ou d’hérétiques, il n’y a plus que des Français. La projection laïque qui s’installe dans l’école contribuera ardemment à l’assimilation des nouveaux arrivants, qui sont moins inscrits dans la différence religieuse (Polonais, Italiens, Espagnols et Portugais) que dans les différences ethniques rapidement dépassées, par la scolarité obligatoire qui étend la notion d’égalité en droits aux origines elles-mêmes. « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » Dans un pays qui connaît une forte immigration italienne, deux Présidents du conseil qui ne sont pas des moindres en seront issus, Gambetta et Viviani. La grandeur d’une telle conception justifie l’attachement que les Français lui ont manifesté, tant à gauche qu’à droite, de Jaurès à Poincaré. Lorsque, dans la fraternité des tranchées, un parti catholique, non seulement rallié mais adhérant pleinement à la démocratie républicaine, se développera, l’unification des Français sera réalisée autour de la conception d’un État laïque, neutre et respectueux de la liberté de conscience de chacun.

16Tout a-t-il été réglé par la naissance et l’affirmation de cette laïcité ? À l’évidence non. Née de l’Histoire en 1905, elle a gardé les scories de cette histoire qui lui rendent difficile de traiter les problèmes actuels surgis de notre actualité.

17Aujourd’hui, qui n’a en mémoire les excès anticléricaux qui accompagnent la loi de séparation, la ré-exaltation du paganisme antique, la proclamation de l’extinction de toutes les religions – « Nous avons éteint au firmament des lumières qui ne se rallumeront pas », proclame Viviani –, faisant corps avec une conception positiviste étroitement rationaliste de la science, proclamant, hier, la fin de la science comme on annonce aujourd’hui la fin de l’histoire ou se faisant gloire de persécuter les congrégations.

18Cet anticléricalisme va quelquefois jusqu’à proposer de constituer une nouvelle religion civile et d’offrir à l’État le soutien d’une famille laïque qui serait son seul et constant pilier. Une laïcité civile extérieure à la laïcité de l’État. On définit alors, ici, un autre principe de laïcité qui s’éloigne de la tradition laïque la plus ancienne issue de l’Édit de Nantes. Celle qui voulait mettre sur le même pied toutes les religions et qui, constatant la division religieuse des Français, visait à assurer leur unité sur un plan supérieur qui n’était plus religieux mais public. C’est à cette idée laïque que se sont montrés constamment fidèles des républicains comme Fernand Buisson et Jules Ferry. Fernand Buisson a dénoncé « une libre pensée qui voudrait imposer, sous prétexte de rationalisme, une orthodoxie à rebours. » Jules Ferry, dans sa lettre aux instituteurs du 17 novembre 1883, a écrit : « Vous n’êtes point l’apôtre d’un nouvel évangile ; la législation n’a pas voulu faire de vous ni un philosophe ni un théologien improvisé. »

19Mais au-delà de cette laïcité ouverte, qui souhaite établir l’égalité des confessions ou des libres pensées par la neutralité de l’État, se profile une laïcité plus étroite alimentée auparavant dans le courant janséniste gallican ambitionnant de constituer une religion civile française et une église unifiée qui atténuerait la violence des oppositions religieuses dans une conception épurée, plus abstraite de l’humanité. Cette ambition laïcisée au XVIIIe siècle mais portée en gloire par les Mounier, les Camus, les Barnave a été à l’origine de la Constitution civile du clergé ; son ambition, en partie inavouée, est de voir confluer tous les Français dans une même religion vaguement chrétienne, essentiellement nationale et civique qui deviendra bientôt sous la forme terroriste que lui donne la Convention robespierriste, la religion de la déesse Raison ou de l’Être suprême. Sous cette forme extrême, tératologique, on constate que la tolérance n’est qu’un stade intermédiaire d’une religion unique de tous les Français. Cette religion, fût-elle celle de l’État, est à son tour marquée d’intolérance et d’idolâtrie et conduit à la pire contrainte, sous prétexte de réconciliation. En dégageant un espace public neutre à l’égard de l’appartenance religieuse, Jean Bodin et les politiques avaient trouvé une solution de génie qui comportait un précipice : que cet espace commun à tous les Français qui est l’objet de leur révérence, devienne, du jour au lendemain, celui d’une foi politique sans racine ni objet. La véritable laïcité n’est pas là et il s’agit aujourd’hui de retrouver son véritable esprit.

20Nous sommes en effet confrontés à des problèmes nouveaux qui viennent en partie de notre passé. Le consensus qui s’est établi à partir de la loi de séparation n’a pas réglé toutes les questions des rapports du religieux et du politique. Un large accord s’est dessiné sur la séparation des domaines spirituel et temporel, le dessaisissement de la religion établie, l’égalité des citoyens fondée sur leur liberté de croire ou de ne pas croire, sans confusion entre laïcité et athéisme puisque l’État, à travers les aumôneries, a également su garantir le libre exercice des cultes. Mais cet accord qui a été l’un des moteurs de la construction républicaine a laissé pendantes trois questions : la question scolaire, la question des édifices du culte, la question de l’instruction civique.

21La question scolaire a refait surface avec des catholiques estimant que leur contribution fiscale devait se retrouver dans les établissements privés sous contrat et les lois Marie-Barrangé en 1951, la loi Guermeur en 1977, les accords Lang-Choupet en 1992, leur ont donné satisfaction. Le même consensus a laissé ouvertes les modalités de l’entretien, de la réparation ou quelquefois même de la construction éventuelle des édifices du culte. La question de l’instruction civique, enfin, de son contenu et de ses limites n’a jamais été définitivement tranchée. Dans la mesure où elle était laïque, elle ne devait pas empiéter sur les convictions religieuses ni proposer une morale qui se serait présentée comme une religion de substitution et devant cette difficulté, on a souvent reculé pour mieux sauter, en s’en désintéressant peu à peu.

22Ces trois problèmes pendants : la question scolaire, la question de l’entretien et de la construction des édifices du culte, la question de l’instruction civique entrent maintenant en résonance avec des problèmes nouveaux : la remontée des intégrismes, le surgissement du repli identitaire de la part d’immigrants ou d’enfants d’immigrants qui ont le sentiment souvent justifié que le pacte d’intégration n’a pas fonctionné pour eux. Un certain culturalisme et un différentialisme non moins certain ont conduit à mettre sur le même plan toutes les traditions ethniques et culturelles au motif qu’elles sont justement des traditions même si elles transgressent les valeurs fondamentales de la République, le respect des droits de l’homme ou les principes d’égalité, de liberté et de laïcité. Au nom de l’acceptation de l’autre, le respect du vivre ensemble sous les mêmes lois a été mis en cause. L’affaire du voile, l’accroissement de l’insécurité et de la violence particulièrement contre les femmes et contre les enfants, la dé-sanctuarisation de l’école sont autant de témoignages inquiétants de ces nouvelles difficultés.

23Il fallait donc refonder la laïcité en dépassant les conflits non résolus et en parant aux régressions les plus sévères. Comment le faire ?

24On devait retrouver la laïcité en marquant sa fermeté et sa générosité, la laïcité ouverte telle qu’elle a été imaginée par ses fondateurs. La laïcité n’était pas seulement pratique, efficace, opérationnelle ; elle avait aussi un sens humain, rationnel, qui rassemblait les citoyens dans la cohésion de la République. Pour le dire simplement, ce n’est pas seulement parce que la laïcité a fait moins de morts ou de blessés qu’elle a été bonne et utile en permettant à chacun de vaquer à ses occupations sans être agressé ou persécuté pour sa non-conformité à un dogme ou ses convictions particulières. C’est parce que la laïcité de l’État et la neutralité de l’espace public laissent à chaque individu sa liberté, respectant ainsi profondément son humanité et le rapport indécidable par la puissance publique que chaque personne souhaite entretenir avec les fins premières ou dernières, que la laïcité a une éminente valeur. Que dit-elle d’absolument nécessaire ? Qu’il y a quelque chose d’indépassable, d’infiniment respectable dans les croyances des hommes, dans toutes les convictions venues de toutes les cultures, dès lors que celles-ci acceptent de se respecter mutuellement et de ne pas se porter atteinte réciproquement. De ce point de vue, la laïcité n’est pas un principe antinomique, un principe contraire à la religion et aux droits de l’homme. Le rôle de la République n’est pas de trancher ou de se substituer à une pluralité d’approches qui relie les individus à des cultures, à des conceptions du monde et du divin, mais de respecter et de les faire se respecter, de leur permettre de coexister, de communiquer et de dialoguer les uns avec les autres.

25C’est en ce sens que la neutralité de la République n’est pas, ne peut être une neutralité de méconnaissance du fait religieux, mais qu’elle est une neutralité de reconnaissance. Une reconnaissance de l’existence de la liberté du culte, reconnaissance notamment dans les différentes questions de l’éthique, de la sagesse accumulée par les autorités spirituelles diverses. En matière religieuse, en matière de contenu de dogme, en matière de conviction, l’État n’a pas à légiférer, mais en revanche il doit concentrer toute la force de la puissance publique pour maintenir, contre tous les prosélytismes sectaires qui veulent agir par la persécution, l’intimidation ou la terreur, la neutralité sans partage de l’espace public, laïque. Cette neutralité qui est le respect de la conviction des uns et des autres, de leur droit à coexister ensemble sans s’appauvrir ou se guerroyer doit être aujourd’hui refondée et réaffirmée solennellement sur le plan juridique, scolaire et universitaire, et sur le plan de l’État.

26Sur le plan scolaire et universitaire, malgré la justesse du diagnostic posé partout et par tous sur le caractère insupportable des communautarismes voulant se soustraire à l’enseignement commun, en particulier pour les filles, c’est le pronostic qui fait le plus défaut. Deux mesures s’avéraient indispensables. La première est le retour aux règles de liberté, d’égalité, de neutralité. Il ne faut rien accepter en matière de dérogation au principe de mixité, d’autorité, de liberté des enseignants et de l’enseignement, aux habitudes d’hygiène, de médecine, de recherche libre d’une société démocratique, au principe du respect d’autrui.

  • 2 Debray R., L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque : rapport au ministre de l’Éducati (...)

27La seconde mesure touche encore au respect. Respect de la loi républicaine : respect du fait religieux et de la diversité des religions. La loi républicaine ne peut pas être appliquée si elle n’est pas enseignée et la formation civique inscrivant en son cœur le droit des personnes et les lois de la République doit être proposée à l’école. De ce point de vue, le défaut le plus criant est l’absence de tout enseignement du droit, même élémentaire, dans l’école primaire et secondaire. Cet enseignement devrait constituer le cœur de la formation civique. Mais, ensuite, respect de l’étude des religions. La voie a été ouverte par Régis Debray dans son rapport sur l’enseignement du fait religieux en France, dont le mérite principal est de proposer une approche laïque en termes de sciences sociales des différentes religions2. R. Debray rejoint la proposition de Mohamed Arkoun de développer à l’École pratique des hautes études, à l’École des hautes études en sciences sociales, dans différentes universités, des chaires de civilisation de l’Islam et d’autres civilisations orientales, que l’Institut européen des sciences et des religions ouvert le 26 juin 2002 pourrait fédérer. Et, enfin, respect de l’exercice du culte qui pourrait enrichir les conditions d’exercice des aumôneries.

28Sur le plan public, la nécessité de réaffirmer les principes de neutralité et de laïcité doit s’imposer à tous les agents du service public et être inscrite dans tous les règlements. Car l’État n’est pas un troisième terme qui s’introduirait entre les individus et les religions. L’État peut parfaitement reconnaître ce qu’il doit à la tradition religieuse qui a préparé la séparation du spirituel et du temporel et le respect des droits de la personne. La laïcité doit non seulement vivre avec les religions mais elle doit aussi les accueillir pour autant qu’elles sont une partie de la vie des hommes. Ce qui alimente la soif de liberté, le sens de la dignité des hommes, c’est aussi toutes les spiritualités qui se sont épanouies grâce précisément à la laïcité. On devrait bien reconnaître que de cette église séparée et laïque proviennent quelques-uns des grands noms de la spiritualité de notre époque, Teilhard de Chardin, Jacques Maritain, Henri de Lubac, qui ont fait de la religion le combat de ce qui fait offense à l’homme.

29La laïcité bouscule et transcende le communautarisme dont tout humain par ses communautés naturelle, ethnique, confessionnelle est issu. La laïcité demande à chacun d’entre nous et pas seulement aux immigrés récents un effort d’intégration qui est en même temps un effort de volonté, de consentement à la paix sociale et à la loi civile. Elle ne nous appelle pas à renoncer à ce que nous sommes, elle ne nous invite pas à oublier d’où nous venons, à ne pas valoriser telle culture, telles mœurs, telle foi particulière, la tribu, le village ; elle nous appelle à dépasser ensemble toutes les particularités afin de nous rassembler dans un espace plus large, plus neutre et plus ouvert où nous pourrions être associés… Cette laïcité ouverte à toutes les grandes religions qui chacune ont eu et auront à combattre leur intégrisme mais qui se retrouvent dans leur aspiration universelle à la dignité des humains, cette République de paix et de respect, c’est le message le plus constant de la laïcité en France… C’est tout le sens de la loi sur la laïcité qui, après le rapport de la Commission Stasi, a été voulue par le Président Chirac, et c’est la raison pour laquelle elle a été votée par un Parlement pour une fois presque rassemblé.

30Comme si la France ne pouvait résoudre ses difficultés présentes qu’en retrouvant les chemins de son histoire passée.

Notes

1 L’article 2 poursuit : « En conséquence, à partir du premier janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes. Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons. Les établissements publics du culte sont supprimés, sous réserve des dispositions énoncées à l’article 3. »

2 Debray R., L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque : rapport au ministre de l’Éducation nationale, Paris, O. Jacob, 2002.

Auteur

Professeur, Département de Philosophie, université de Paris X

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540