Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Troisième partie. Nation et politiques de la famille

Le très proche et le plus lointain : la découverte des gypsies du Royaume-Uni

Henriette Asséo

Texte intégral

  • 1 Histoire d’Elisabeth Canning et des Calas, dans Voltaire, Mélanges, Paris, Gallimard, coll. « Pléi (...)
  • 2 Il ne s’agit pas du chevalier de Ramsay, auteur de l’Essai philosophique sur le Gouvernement civil(...)

1En avant-propos d’une brochure pour la défense de Calas, Voltaire expose une affaire qui fit grand bruit à Londres en 17531. Une jeune fille, Elizabeth Canning, réapparut au domicile de sa tante un mois après sa disparition, amaigrie et la mine délabrée. Elle déclara qu’elle avait été enlevée par des brigands. On l’avait conduite chez une certaine « Madame Web » qui la fit jeûner au pain et à l’eau pour la contraindre à s’offrir aux visiteurs. Une plainte fut instruite et une foule de témoignages malveillants rassemblés. Une servante de la maison où la jeune fille avait été recluse confirma aussi les dénonciations et, au terme du procès, neuf personnes devaient être condamnées à la corde. C’est alors que, selon Voltaire, « un philosophe nommé M. Ramsay2 » démontra l’absurdité des témoignages produits par l’accusation et obtint la révision du jugement. Les accusés furent blanchis et Elizabeth Canning confondue. Elle avait accouché secrètement pendant qu’elle prétendait être entre les mains de la « gypsey ». Et toute la ville de Londres qui avait pris son parti se sentit honteuse.

  • 3 Somme account of the case between Elizabeth Canning, and Mary Squires, as it now stands upon the f (...)

2Voulant démontrer la supériorité anglaise de la procédure judiciaire, Voltaire ne se souciait pas de l’identité des protagonistes. Or les nombreux factums et libelles anglais étaient bien plus explicites sur l’appartenance de la bande incriminée3. Marie Squires n’était-elle pas décrite comme :

  • 4 Parmi les multiples pamphlets, cette phrase est extraite de The Truth of the case ; or Canning and (...)

« One of those vagrant people called Gipseys, who wander about the Country, and get money out of the Ignorant and Credulous, under the Pretence of telling them their Fortunes, and are often guilty of worse Practices4 » ?

3Madame Web se nommait en réalité Susannah Welsh ; elle aussi appartenait à l’un des plus vieux clans bohémiens du Pays de Galles.

  • 5 The Canningites’creed and the Egyptian’s creed, Londres, 1754 repris dans le Gentleman’s Magazine,(...)
  • 6 Macritchie D., Scottish Gypsies under the Stewarts, Edimbourg, David Douglas, 1894, En particulier (...)

4Les journaux avaient donné à l’affaire du « gang of gypsies » une publicité considérable en confrontant les arguments des « Canningites » et ceux des partisans des Égyptiens, les « Gipseytes5 ». Ainsi, Henry Fielding, l’auteur de Tom Jones, prit parti pour Elizabeth Canning à l’opposé du docteur Hill qui défendit Mary Squires. Située autour de 1520, l’apparition des Bohémiens dans les îles britanniques est plus tardive que sur le continent. Dès 1530, Henri VIII engagea une longue série d’ordres d’expulsion des « Egypsyans » car, les « compagnies d’Égyptiens » étaient considérées comme une sorte d’entreprise de guerre suspectée d’être au service des rois d’Écosse6. Le roi privait de sa protection initiale ce « outlandysshe people callynge themselfes Egyptians » et les statuts de 1554 et de 1562 intégraient les « counterfeit Egyptians » à la répression du vagabondage. La littérature pamphlétaire donna une note particulière à l’anathème bohémien. Le vocable gypsy entra dans le vocabulaire du débat public comme une injure qualifiant la fourberie d’un zélateur du parti ou de la foi adverse.

  • 7 « On dit qu’il peint mal, mais il raisonne très bien » conclut Diderot, dans Mémoires, Corresponda (...)
  • 8 Novak M. E., « Primitivism », dans The Cambridge History of Literary Criticism, Cambridge, Cambrid (...)

5En revanche, le débat sur le primitivisme qui traversa les années 1660/1800, s’accommodait de la présence des Bohémiens pour en donner, selon les points de vue, une image très contrastée. En 1765, lors d’un dîner chez les Van Loo, Diderot avait rencontré Allan Ramsay, l’homme qui avait sauvé « sept ou huit honnêtes gens » en prenant le parti des gypsies7. Ce peintre de cour en titre du roi George III était le fils du poète, Allan Ramsay. En homme des Lumières écossaises, il avait développé avec Robert Burns et Tobias George Smollett une vision élégiaque et pastorale, l’image d’une Arcadie résistant à la brutalité de la pacification anglaise8.

  • 9 Garside P., « Picturesque Figure and landscape : Meg Merrilies and the Gypsies », in Copley S. et (...)
  • 10 La célèbre ballade « The Gypsy laddie » qui date probablement de 1720 contait les malheurs de Lady (...)
  • 11 Van Damme S., « la grandeur d’Édimbourg. Savoirs et mobilisation identitaire au XVIIIe siècle », R (...)

6Dans Guy Mannering, Walter Scot empruntera le portrait de Meg Merrilies9 à Jane Gordon, doyenne d’un clan gypsy de Kirk Yetholm, allié au clan des Faa évoqué dans les ballades écossaises que les mêmes auteurs avaient entrepris de rassembler10. L’appropriation culturelle des scottish gypsies, – qu’ils fussent glorifiés ou vilipendés –, participait de la mobilisation identitaire écossaise du XVIIIe siècle11.

  • 12 Millet B., « Ceci n’est pas un roman » : l’évolution du statut de la fiction en Angleterre de 1652 (...)
  • 13 Battestin M. C., « Tom Jones and “His Egyptian Majesty” : Fielding’s parable of Government », PMLA (...)

7Enfin, la « querelle de la fictionnalité » située à la naissance du roman renouvela la thématique pour faire des Bohémiens les interprètes d’une singulière philosophie12. La rencontre de Tom Jones avec « His Egyptian Majesty » n’était pas seulement une illustration du thème populaire du « merry kingdom of beggars » comme l’a montré Martin Battestin13. Fielding faisait du chef bohémien le porte-parole du despotisme éclairé pour embarrasser la cause des Jacobites. L’adaptation au goût du public français donnée par Pierre-Antoine de La Place, un homme de lettres dont on reconnaît le rôle dans la propagation de l’anglomanie, ne laisse aucune ambiguïté. Jones se trouve au milieu de la joyeuse assemblée des Égyptiens. Ses deux compagnons frémissent à l’idée d’être au milieu de tous les Sorciers du Royaume :

  • 14 Fielding H., Histoire de Tom Jones ou l’Enfant trouvé, trad. fr. P. A. de La Place, Londres et Par (...)

« Quoiqu’on n’y croye plus guères maintenant, hâtons-nous de faire respirer certains Lecteurs, en leur apprenant que ces prétendus Sorciers n’étoient autres que des Égyptiens, ou Bohémiens, qui célébroient les nôces de l’un des Chefs de leur Société.
Rien n’étoit plus gai que cette assemblée : la joye y regnoit de toutes parts, & sur toutes les physionomies. On y remarquoit même une sorte de décence, & peut-être plus grande que dans certaines assemblées bourgeoises ; car ces gens-ci sont assujettis à un Gouvernement & à des Loix de leur façon, & tous obéissent à une espèce de Magistrat souverain, qu’ils appellent leur Roi14. »

8C’est alors que « Sa majesté errante » tient un discours plein de science politique et Tom Jones est bien surpris de découvrir que « les Égyptiens sont aussi bien gouvernés qu’aucun Peuple vivant sur la surface de la Terre ».

  • 15 Asséo H., « Un cosmopolitisme inavouable, Les Bohémiens dans le préromantisme européen », dans Mou (...)
  • 16 Porter M., « The Troubling Emergence of the “Egyptian” in Early Modern Europe », in Porter M., Win (...)

9Dans l’affaire Canning, le dévoilement de l’imposture provoquait l’inversion des rôles habituellement impartis aux Bohémiens. En principe, la « gipsey » pratiquait le métier de bohémienne qui consistait à abuser un peuple crédule par des fables divinatoires. Considéré sous cet angle, les cercles éclairés anglais ou écossais réactivèrent un ancien dispositif dont Voltaire s’était fait l’écho pour le discréditer. Pour lui, comme pour les autres encyclopédistes français, le débat sur la relation entre les Bohémiens et la divination égyptienne était un chapitre clos15. Martin Porter fait remarquer que l’arrivée des Bohémiens dans les îles anglo-normandes fut contemporaine de la redécouverte de l’Antiquité et en particulier de l’Égypte16. Les tentatives de décryptage des hiéroglyphes, l’intérêt pour la « régénération », et le phénomène social de l’arrivée des Égyptiens suscitèrent une réflexion sur leurs pratiques divinatoires. Le verdict fut sans appel. La palmistry était une recherche sérieuse d’appropriation de la combinaison « égyptienne » entre physionomie, astrologie et chiromancie : entre les mains des Bohémiennes, elle devenait un exercice vulgaire de faussaires en diableries. C’est dans cet esprit qu’il convient de lire les remarques de Luther sur la fourberie des Zigeuner, les mises en garde du Liber Vagatorum et les édits anglais.

  • 17 La Quête d’Isis que Jurgis Baltrusaitis publia en 1976 fut peu lu par les historiens comme l’a fai (...)

10L’Égypte imaginaire, – la « Quête d’Isis » –, prenait principalement appui sur l’étude des Anciens et sur celle de la Bible ; elle s’enracinait dans l’érudition comme dans la religion17. Mais l’abandon du mythe de l’hébreu comme matrice de toutes les langues ne facilitait pas la tâche des déchiffreurs de l’énigme égyptienne qui se demandaient si l’écriture hiéroglyphique était d’essence divine, inspirée ou symbolique, ou tout simplement apparentée aux autres langues. Elle relançait aussi la question de la filiation des langues entre elles et de leur origine commune. Les orientalistes découvraient au même moment que la civilisation indienne se révélait plus ancienne que la Grèce ou la Judée. Des esprits curieux appartenant aux cercles de la philologie savante se penchèrent sur les liens entre la langue et l’identité bohémiennes et déplacèrent la sphère des études vers une énigme philosophique. Comment se faisait-il qu’une population aussi dépourvue d’institutions et de tradition savante ait pu conserver le précieux patrimoine indianiste ?

  • 18 Asséo H., « Le principe de circulation et l’échec de la mythologie transeuropéenne », Revue de Syn (...)
  • 19 Piasere L., « De Origine Cinganorum », dans Piasere L., Buoni da ridere, gli zingari. Saggi di ant (...)
  • 20 George Cecil Renouard incorpore un vocabulaire de quinze mots recueillis près de Cambridge en 1809 (...)

11La question de l’appartenance de la langue parlée par les Bohémiens d’Europe au socle des langues hindoustani a, en effet, accompagné la naissance de la philologie moderne18. Entre 1760 et 1790, les linguistes furent assez nombreux à rassembler les vocabulaires de « romani » et à mentionner avec étonnement l’existence d’une langue véritable apparentée au socle indianiste dans toute l’Europe19. De plus, le réservoir linguistique ne se trouvait pas uniquement dans les lointaines contrées asiatiques, chacun pouvait enquêter à sa porte20. En retour, l’observation des Gypsies du voisinage déclencha une curiosité tenace, sans pour autant favoriser l’intégration des Bohémiens à l’ethnologie comparée naissante, comme si le questionnement sans cesse réitéré ne pouvait aboutir à une capitalisation des recherches.

  • 21 La question de la langue des Tsiganes se trouve mentionnée dans Jones W., « On the borderers Mouta (...)
  • 22 Gascoigne J., Joseph Banks and the English Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press, 2 (...)

12Pour les cercles anglo-saxons, la part du milieu des « Antiquaristes » fut prépondérante. Joseph Banks, Jacob Bryant et William Marsden appartenaient à la Society of Antiquaries de Londres et l’on peut en rapprocher Christopher Wilkins et William Jones lui-même, comme correspondants de Joseph Banks21. Créée en 1717, elle était l’un des rares lieux d’encouragement et de patronage pour l’étude de l’histoire et des sociétés humaines22.

  • 23 Joseph Banks (1743-1820), baronnet, membre du Conseil privé, président de la Société royale de Lon (...)
  • 24 Marsden W., « Observations on the language of the people commonly called Gypsies » et Bryant J., « (...)
  • 25 Grellmann H.-M.-G., Dissertation on the Gipsies : being an historical enquiry, concerning the mann (...)
  • 26 Rottgers K, « Kants Zigeuner », in Kant-Studien, 88, 1997, p. 60-86.
  • 27 Pott A.-F., Die Zigeuner in Europa und Asien. Ethnographisch-linguistische Untersuchung, vornehmli (...)

13Le grand orientaliste William Marsden produisit un vocabulaire de trente-neuf mots recueilli par son patron et ami Joseph Banks23 auprès des Gypsies de son domaine. À la séance suivante, le 7 avril 1785, un Mémoire de Jacob Bryant fut examiné et la publication en fut décidée24. Les liens avec la tradition germanique continuaient de jouer un grand rôle dans les activités de la Royal Society. Matthew Raper, membre de la Royal Society et futur directeur de la revue Archaelogia, donna avec succès une traduction dédiée à Joseph Banks de l’ouvrage d’Heinrich Moritz Gottlieb Grellmann qui se voulait une synthèse historique des connaissances acquises25. Le vocabulaire et l’esquisse grammaticale avaient été recueillis en Hongrie par Chrétien-Guillaume Büttner, naturaliste et philosophe. Établi à Göttingen, il se livra à d’immenses recherches sur la filiation des langues et sur l’histoire primitive des peuples. Comme Bryant, il ambitionnait de produire une comparaison générale de toutes les langues. Il compléta la collecte rassemblée en 1784 dans les provinces orientales de la Prusse par Christian Jakob Kraus, le philosophe et ami de Kant, et le pasteur Zippel26. Dans les années 1830, ces matériaux devaient tomber par l’intermédiaire de Peter von Bolhen entre les mains de l’orientaliste August Friedrich Pott. Ce dernier écrivit une somme sur la langue des Tsiganes, et devait tenter, sans succès, de forcer l’accès à la toute nouvelle chaire de grammaire comparée27.

  • 28 Cité avec un développement par le Journal asiatique, t. II, 1823, p. 253-254. L’auteur a joint à c (...)
  • 29 « Observations sur l’origine orientale des Romnichal ou tribu mélangée des Gypsies ou Bohémiens, e (...)
  • 30 Décédé en 1961, Augustus John, peintre et futur président de la Gypsy Lore Society, y avait sa rés (...)
  • 31 Le roi de Perse, Feth Ali Shah (1797-1834) avait laissé son poète prendre son nom. Bahram Gor fut (...)
  • 32 En cas de conflit entre des familles tsiganes, la kriss se réunit et son jugement est exécutoire. (...)

14Les sociétés asiatiques maniaient aussi l’enquête. Ainsi la Société de Calcutta donna lecture dans sa séance du 29 août 1822 d’un essai du major John Staples Harriot sur les Zingari ou Bohémiens28. Le major avait servi au Bengale comme colonel d’infanterie, mais ce fut lors d’un séjour dans le Hampshire qu’il prit conscience de la parenté indienne de la langue des Tsiganes29. Les Gypsies de la New Forest se disaient Romnichal (le peuple tsigane) et le romanes était le nom de leur langue. Ces Bohémiens de jadis pouvaient camper librement dans les profondeurs boisées des combes de la New Forest et ils s’y perpétuèrent jusqu’à nos jours30. Mais, au lieu de prolonger l’enquête anglaise, le major renforça l’opinion selon laquelle les musiciens Louli étaient à l’origine de la migration tsigane. Il rapportait en effet que le poète du roi Feth-Ali (Feth-Ali-Châh) était un homme très érudit qui possédait parmi les documents les plus essentiels recueillis par lui, la preuve que quatre mille Louli avaient été amenés en Perse par Bahram-Gor, le roi sassanide qui voulait près de lui des musiciens31. Il les envoya chercher dans la province du Kaboul située dans le nord-est de l’Hindoustan. De là, certains se répandirent en Syrie et en Égypte. Selon Harriot, les Nat’ de l’Inde menaient la vie errante des Bohémiens. Les Louli, Kaouli et Karachi parlaient un dialecte inintelligible pour les naturels de la Perse. Ces tribus enterraient leurs morts contrairement aux Hindous. La tribu Nat’ élisait un chef et constituait une assemblée « Panchâyat » (à la façon de la « kriss romani32 ») pour juger les différends, et le major terminait ses observations par ces mots :

  • 33 Il fait référence au projet « mithridatique » de Adelung J.-C., Mithridates, oder allgemeine Sprac (...)
  • 34 Richardson D., « An account of the Bazeegurs, a sect commonly denominated Nuts », Asiatik Research (...)
  • 35 Sur les Luris, Pottinger H., Travels in Beloochistan and Sinde…, Londres, Longman, 1816, p. 152-15 (...)
  • 36 Prideaux W.-F., « Major-general John Staples Harriot », The Journal of the Gypsy Lore Society, ns. (...)

« J’ignore si ce peu de mots qui sont le résultat de mes observations jettera un jour nouveau sur la véritable origine de ce peuple à part ; mais les personnes qui désireront obtenir des notions plus détaillées sur ce sujet, feront bien de consulter le Mithridates d’Adelung33, les ouvrages de Marsden et de Richardson34, le voyage de Pottinger35 et l’Histoire des Bohémiens, par M. Grellman. C’est en comparant ces livres, que peut-être on connaîtra l’histoire générale de cette singulière nation36. »

  • 37 L’expression est de Piasere L. dans « De Origine Cinganorum », in Stahl P.-H.(dir.), Études et Doc (...)
  • 38 Schleicher A., Les langues de l’Europe moderne, trad. de l’allemand par Hermann Ewerbeck, 1852, «  (...)
  • 39 Ibidem, p. 170.

15Ainsi le choix de l’observation directe fut oublié et le paradigme indien37 forgea l’idée d’une extériorité congénitale. August Schleicher listait ainsi les langues « petites-filles du sanscrit » dont « le zingaris, ou tzigaïne, ou bohémien ou gipsy », et il conclut : « Il ne faut pas se le dissimuler, le maintien non interrompu de l’idiome tzigane primitif par cette population, qui est flottante depuis tant d’années, représente un fait extraordinaire38. » Toutefois la langue des Tsiganes n’était pas un idiome artificiel mais une langue naturelle. L’idiome tsigane « reste donc, même dans sa dépravation actuelle, un membre de la grande famille du Gange, un fils égaré de cette mère sublime et magnifique, appelée sanskrit39 ».

  • 40 Crawfurd J., « On the Origin of the Gypsies. », Transactions of the Ethnological Society of London (...)
  • 41 Charnock R. S., « On the Origin of the Gypsies », Anthropological Review, t. 4, no 12, janv. 1866, (...)
  • 42 King J. S., « An origin for the word “Gipsy” », Indian Antiquary, Bombay, t. 17, 1888, p. 239.

16Pourtant la controverse sur l’origine des Tsiganes ne fut pas levée par le ralliement des plus grands philologues à la thèse indienne. Dans un essai lu devant la British Association et développé, en 1865, devant la Société ethnologique de Londres40, John Crawfurd déniait tout « indian pedigree » aux Gypsies. Dès leur arrivée en Europe occidentale, ils étaient déjà « a mixture of many different races », et la langue tsigane une sorte de pidgin. Richard Stephen Charnock utilisait le matériau linguistique du pasteur Zippel qui donnait un vocabulaire de 4500 mots dont le quart hindoustani, bengali, sanscrit, malabar, malay, et le reste turc, grec, allemand, slave, valaque41, pour rappeler incidemment que les Gypsies s’appellent eux-mêmes sinte42. Ainsi, un phénomène étrange de réitération des interrogations fixait le débat sur la pureté des origines sans souci d’anthropologie historique.

  • 43 Depuis l’article de George K. Behlmer, « The Gypsy problem in Victorian England », Victorian Studi (...)

17La reconfiguration du débat sur les origines des Tsiganes s’observait dans la mise en intrigue littéraire. Le contraste observé entre l’intérêt érudit marqué par la discontinuité et la présence continue et massive dans les lettres occidentales est un fait acquis à l’époque baroque. La vogue du thème bohémien à l’époque victorienne a donné lieu à de nombreuses analyses littéraires. Leurs auteurs considèrent la qualité de « gypsiness » comme une pure abstraction43. Ces figures de discours seraient un exemple de plus de la construction empruntée à Edward Saïd d’un Autre, archaïque ou barbare, opposé à l’Occidental civilisé.

  • 44 Knapp W.-I., Life, Writings and Correspondance of George Borrow, Murray, 1899, et Fréchet R., Geor (...)

18Cette perception anhistorique repose sur la critique littéraire qui a fait de George Borrow le chantre d’un imaginaire bohémien désincarné44. Pourtant le Lavengro né de ses rencontres avec les Gypsies anglais est une source d’anthropologie historique ancrée dans un espace économique et culturel situé. Ce n’est nullement un essai erratique sur le voyage.

19La fréquentation des Gypsies était naturelle dans l’East Anglia qui en rassemblait beaucoup sur les quelque vingt mille du royaume. Norwich avait une foire aux chevaux à Pâques et les meilleurs boxeurs du royaume venaient affronter les champions de l’East Anglia à l’appel de John Thurtell, le grand patron régional du pugilisme, à la réputation bientôt sulfureuse. De nombreux Gypsies dont, parmi les marchands de chevaux, les deux frères Ambrose et Faden Smith tenaient leur quartier général sur la lande de Mousehold.

  • 45 En août 1878, la reine Victoria se rendit au campement de Knockenhair Park non loin de Dunbar pour (...)
  • 46 Fréchet R., op. cit., p. 25-26.

20Ambrose Smith devait être représenté par Borrow dans son ouvrage le plus connu, Lavengro, sous les traits de Jasper Petulengro ; il reçut dans ses vieux jours la visite de la reine Victoria45. Le jeune Borrow fut accueilli et présenté à la famille. La vie libre des Bohémiens l’émut jusqu’au fond de l’âme et sa joie fut sans bornes lorsqu’il découvrit que les mots étranges de la tribu semblaient composer une langue véritable. Il les regarda vivre, travailler, les écouta, les interrogea, boxa avec eux, et Ambrose accepta de lui apprendre la langue romani. Seule une vieille femme, Martha Herne, trouvant Borrow bien trop curieux, lui fit parvenir un gâteau empoisonné pour le faire disparaître. Il fut très malade, mais survécut. Madame Herne se pendit de dépit46.

21George Borrow avait le projet d’écrire « quelque chose dans le style de Robinson Crusoe ». La première partie fut publiée en 1851 sous le titre Lavengro, la seconde en 1857 sous celui de Romany Rye. Le premier ouvrage reçut pour titre définitif Lavengro, le Savant, le Bohémien, le Prêtre. Un drame à trois personnages dont le principal, Lavengro, le maître des mots, est l’autodidacte qui a appris beaucoup de langues au gré de ses voyages et que sa curiosité entraîne vers les mondes des nomades, des lutteurs, des maquignons, non point un monde marginal mais le tissu même de la civilisation rurale de la vieille Angleterre.

  • 47 Thompson T. W., « Borrow’s Gypsies », Journal of the Gypsy Lore Society, 2e s., t. 3, 1909-1910, p (...)

22Car les Tsiganes anglais étaient divisés en familles qui se partageaient une aire géographique de prédilection. Les Faa en Écosse, les Wood au Pays de Galles, les Smith, Grey, Herne et Boswell en Angleterre. La plupart vivaient encore sous la tente ou circulaient dans des carrioles bâchées. Les uns étaient maquignons, les autres guérisseurs de bétail, chaudronniers, forgerons, rétameurs, vanniers, fabricants de pinces à linge, boxeurs, musiciens. Les femmes disaient la bonne aventure. Dans les foires, on voyait les hommes en longs manteaux noirs, gilets de peluche, culottes de velours et bottes, les femmes en turbans à plumes, châles de couleur, robes de satin et souliers noirs. Les clans avaient peu de rapport entre eux. Les Wood parlaient une langue romani intacte. Ils se disaient tous originaires d’Égypte. Les Smith avaient des traditions particulières ; ils se mêlaient encore moins que les autres aux gorgios, ou « gentils », et faisaient enterrer leurs morts secrètement dans des lieux écartés47.

23En 1862, paraît Wild Wales où Borrow fait le récit de son voyage au pays de Galles. Ce sont là, avec Zincali et la Bible en Espagne, toutes ses œuvres originales. En dehors d’elles il publia en 1874 un Romano Lavo Lil ou Dictionnaire anglo-romani. Il n’avait pas retrouvé avec Lavengro le succès de la Bible en Espagne et il mourut en 1881 totalement oublié, avant de devenir au début du XXe siècle grâce à l’action de son biographe William Ireland Knapp, professeur à Yale et à Chicago, l’objet d’un véritable culte.

  • 48 Leland C.-G., The Gypsies, Boston, Houghton, Mifflin and Co, 1882.
  • 49 Déplacée à Liverpool en 1907, puis aux États-Unis, elle publia le Journal of the Gypsy Lore Societ (...)
  • 50 Pour la France, il suffit d’examiner le réseau mobilisé par Paul Bataillard depuis les années 1840 (...)

24Quand Charles Godfrey Leland fit une visite à George Borrow, ils discutèrent de ces nombreux sujets passionnants : « Horses, gypsies, and Old Irish48. » L’Américain Charles Godfrey Leland incarna le premier le « scholar gypsy » ou « Gypsy scholar » dans une version plus académique. Né à Philadelphie en 1824, il avait reçu une excellente éducation à Princeton, Heidelberg, Munich et Paris. Il fit partie de la délégation américaine à Paris qui félicita le gouvernement provisoire en février 1848. Leland était polyglotte, il avait le goût des voyages, une attirance pour les recherches des folkloristes sur la magie et la sorcellerie. Son livre sur les Gypsies anglais fut bien reçu et, en 1888, trois « gypsylorists », David Mac Ritchie, Francis Hindes Groome et Henry Crofton décidèrent de créer à Édimbourg la Gypsy Lore Society et d’éditer une revue entièrement consacrée aux « affaires d’Égypte49 ». L’effacement du patronage aristocratique et de l’éclectisme savant explique que la Gypsy Lore Society n’a guère joué de rôle institutionnel, même si elle a réuni entre 1880 et la seconde guerre mondiale une correspondance cosmopolite élargie aux dimensions du monde connu par la prééminence de l’Empire britannique50.

  • 51 Sampson J., le « Rai of Rais », avait assis son autorité sur l’étude de l’« anglo-romani », le dia (...)
  • 52 Burton R. F., The Jew, the Gypsy, and El Islam, Londres, Hutchinson, 1898, p. 136-201 ; Kennedy D. (...)
  • 53 Il publia aussi « The Indian affinities of the Gypsies », The Academy, t. 7, 1875, p. 324-325.
  • 54 Crofton H. T., « Archiduke Joseph of Austria and the Gypsies », Journal of the Gypsy Lore Society,(...)
  • 55 Artout P., « La langue des Tziganes », L’Illustration, t. 91, 5 mai 1888, p. 43.

25Les « Romani Rais » et « Rawnies » formaient un groupe particulier ayant ses codes et ses références. Il n’est cependant pas simple de reconstituer les cercles d’influence de cette communauté savante. Les archives abondantes n’ont pas été exploitées par les historiens de la culture et les travaux sont rares. Mais les cinq figures principales de la Société, Fred Ackerley, Augustus John, Scott Macfie, John Sampson et Dora Yates ressemblaient à leurs illustres prédécesseurs, Banks ou Marsden, à l’exception de John Sampson qui était un autodidacte51. Robert Andrew Scott Macfie dirigea la revue de 1907 à la Première Guerre mondiale avec une véritable exigence intellectuelle. Les correspondants de la Société comptaient quelques figures singulières. Richard Francis Burton52 avait déclaré être le premier à attirer dès 1851 l’attention sur les ressemblances entre les Tsiganes et les Djatts ou Jatts de l’Inde53. L’Archiduc Joseph, cousin de l’Empereur François-Joseph, qui avait épousé la fille du prince de Saxe-Cobourg-Gotha, frère de la reine des Belges et oncle de Ferdinand de Bulgarie, racontait qu’en 1850, il commandait le 60e régiment d’infanterie avec de nombreux soldats tsiganes sous ses ordres54. Il les reçut dans son château, les fit parler, ce qui lui coûta, disait-il, un nombre incommensurable de cochons de lait55. Il les employa aux travaux de son exploitation agricole et parlait couramment la langue romani. Il écrivit une grammaire tsigane, aménagea sa propriété de l’île Marguerite en y favorisant le développement des orchestres bohémiens et la Cour lui donna le surnom amusé d’« Archiduc tsigane ». Mais il fut aussi l’un des initiateurs de la Société magyare d’ethnologie, contribuant avec Paul Hunfalvy et d’autres au développement de la culture nationale hongroise.

  • 56 Lady Helen était l’épouse de Sir Athur Grosvenor, frère du duc de Westminster. Avant la guerre de (...)
  • 57 Van de Heijning M., Two societies, On Rais, Rawnies and the Gypsy Lore Society, 1888-1938, thèse, (...)

26Le gypsy way of life convenait au cosmopolitisme bien tempéré d’une certaine aristocratie européenne non-conformiste. Ainsi, le 11 juin 1938, des voyageurs venus de toute l’Europe et de larges parties du monde se pressaient au Reece’s Café sur Parker Street à Liverpool pour fêter le cinquantième anniversaire de la Gypsy Lore Society. Le dîner du Jubilé rassembla plus de cinquante personnes, dont Lady Helen Grosvenor56, Aenid Picton, la princesse Natalia Galitsine et son mari, l’ambassadeur George Walton, le directeur de la radio de Budapest, le directeur du Manchester Evening News, Frederik George Ackerley et les gypsies Ithal Lee et son épouse Annie, Harry Turpin Wood, Rosie Griffiths et Eleanor Smith. Parmi ces derniers, les descendants directs des protagonistes de l’affaire Canning. Dora Yates lut un télégramme envoyé en langue romani par le président de la Société, le peintre Augustus John. Walter Starkie et Ithal Lee jouèrent du violon et la princesse Galitsine se lança dans une danse russe endiablée rejointe par Lady Helen. Les invités formèrent un cercle autour d’elles en frappant dans leurs mains. Tout le monde apprécia le repas tsigane et la fête dura toute la nuit57

  • 58 Lombroso C., Le crime, causes et remèdes, Paris, Schleicher, 1899, p. 46.

27Ainsi, en cette année munichoise brillaient les derniers feux de la « gypsy obsession » de l’Europe cosmopolite. D’un côté, la langue romani était promue au panthéon des langues aryennes et la filiation miraculeusement maintenue par des bohémiens errants devait être au plus vite recueillie par les savants. Mais pour l’anthropologie criminaliste, elle demeurait un jargon des bas-fonds. L’exploitation des sources archivistiques, la pratique de la généalogie attestant de l’ancienneté de l’établissement local, loin d’être portées au crédit autochtone, allaient servir à repérer une subversion biologique que résumait l’opinion de Lombroso sur les Bohémiens « qui sont l’image vivante d’une race entière de criminels58 ». Malheur aux peuples jugés par contumace, qui ne tiennent pas grand ouvert leur journal de bord.

  • 59 D’autant que la notion de Britishness fut surtout une invention écossaise, voir Young R., The Idea (...)

28Pourtant l’honneur des nations civilisées devait s’accommoder de la persistance d’une population aux traits aussi singuliers. Quand le scholar gypsy, Matthew Arnold, imitant Glanvill, rejoignait la troupe des Bohémiens dans la campagne d’Oxford, ou quand Shelley s’enorgueillissait de fréquenter les campements, les poètes n’entendaient pas seulement opposer au sérail étouffant de l’érudition des bibliothèques la revendication rousseauiste de s’emparer de la vraie vie. En marcheurs impénitents à l’imitation de Goethe, ils enveloppaient l’espace d’une nouvelle dimension rhétorique, élégiaque et cosy, fantasque et sentencieuse, « localiste » et universaliste59. Ils n’avaient pas de difficulté à se représenter la nation britannique avec ses gypsies « anglo-romanies » dispersés.

29La dissociation entre l’image et la réalité ne se situe pas dans l’opposition entre la production de stéréotypes négatifs et dévalorisants et une réalité anthropologique opaque et inaccessible. Dans des conjonctures particulières, les Lumières aristocratiques transeuropéennes comme les penseurs des constructions nationales ont su proposer des modèles de naturalisation esthétique et morale des familles bohémiennes. Les enquêteurs de la Gypsy Lore Society ont expérimenté une méthode d’observation participante au service d’une ambition historique et anthropologique.

30Si le pari bohémien a retenu l’attention sous des formes esthétiques ou dans des investigations anthropologiques ou linguistiques sans pour autant susciter de capitalisation des recherches, cela ne signale pas un défaut d’historicité. Et encore moins l’idée d’un Autre étranger que réfutent au contraire la multiplicité des liens de voisinage, l’entrelacement des statuts dans des dynamiques nationales et régionales et les conjonctures des dispositifs savants.

Notes

1 Histoire d’Elisabeth Canning et des Calas, dans Voltaire, Mélanges, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 1969, p. 553-556. L’édition originale de 1762 est une brochure de 21 pages datée du mois d’août 1762. Voir Lettres inédites sur la tolérance, Paris et Genève, Cherbuliez, Amsterdam, van Bakkenes, 1863, lettre à Debrus du 17 octobre 1762, p. 147.

2 Il ne s’agit pas du chevalier de Ramsay, auteur de l’Essai philosophique sur le Gouvernement civil que Rousseau a combattu.

3 Somme account of the case between Elizabeth Canning, and Mary Squires, as it now stands upon the foot of the evidence given on both sides upon the late trial at the Old Bailey, Londres, Corbett, 1754, dans les Miscellaneous de la Monthly Review, vol. 11, 1754, p. 153-154.

4 Parmi les multiples pamphlets, cette phrase est extraite de The Truth of the case ; or Canning and Squires fairly opposed. Being impartial examination of the merits of this surprising cause…, Londres, Cooper, 1753.

5 The Canningites’creed and the Egyptian’s creed, Londres, 1754 repris dans le Gentleman’s Magazine, t. 24, 1754, p. 391. Très nombreuses mentions des épisodes de l’affaire dans le Londres Magazine, t. 22 à 24, 1753-1755. L’affaire et ses développements politiques et littéraires sont traités dans Moore J., The Appearance of Truth, The Story of Elizabeth Canning and Eighteenth-Century Narrative, Londres et Toronto, University of Delaware Press, 1994.

6 Macritchie D., Scottish Gypsies under the Stewarts, Edimbourg, David Douglas, 1894, En particulier, les gypsies écossais bénéficièrent de la protection de Jacques V Stuart (p. 30). Mayall D., Gypsies identities 1500-2000, from Egypcyans and Moon-men to the ethnic Romany, Londres et New York, Routledge, 2003, p. 54 à 83.

7 « On dit qu’il peint mal, mais il raisonne très bien » conclut Diderot, dans Mémoires, Correspondances et ouvrages inédits de Diderot, publiés d’après les manuscrits confiés en mourant par l’auteur à Grimm, Paris, Paulin, t. 2, 1830, p. 263-264.

8 Novak M. E., « Primitivism », dans The Cambridge History of Literary Criticism, Cambridge, Cambridge University Press, t. 4, The Eighteen Century, 1997, p. 456-469.

9 Garside P., « Picturesque Figure and landscape : Meg Merrilies and the Gypsies », in Copley S. et Garside P. (dir), The Politics of the Picturesque : litterature, Landscape and Aesthetics since 1770, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 145-174. Mon objectif n’est pas d’entrer dans la controverse littéraire sur la vision des Bohémiens comme figures de discours ou comme personnages.

10 La célèbre ballade « The Gypsy laddie » qui date probablement de 1720 contait les malheurs de Lady Jane Hamilton comtesse de Cassilis et John Faw ou Faa selon les versions.

11 Van Damme S., « la grandeur d’Édimbourg. Savoirs et mobilisation identitaire au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 55, no 2, avril-juin 2008, p. 152 à 181.

12 Millet B., « Ceci n’est pas un roman » : l’évolution du statut de la fiction en Angleterre de 1652 à 1754, Louvain, Peeters, 2007.

13 Battestin M. C., « Tom Jones and “His Egyptian Majesty” : Fielding’s parable of Government », PMLA, 82, 1967, p. 68-77.

14 Fielding H., Histoire de Tom Jones ou l’Enfant trouvé, trad. fr. P. A. de La Place, Londres et Paris, Rollin, 1770, t. 2, p. 234-235.

15 Asséo H., « Un cosmopolitisme inavouable, Les Bohémiens dans le préromantisme européen », dans Moussa S. (dir.), Le mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 83-104.

16 Porter M., « The Troubling Emergence of the “Egyptian” in Early Modern Europe », in Porter M., Windows of the Soul, Physiognomy in European culture 1470-1780, Oxford, Clarendon Press, 2005, p. 120-171.

17 La Quête d’Isis que Jurgis Baltrusaitis publia en 1976 fut peu lu par les historiens comme l’a fait remarquer Chantal Grell, dans son introduction à Grell C. (éd.), L’Égypte imaginaire de la Renaissance à Champollion, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 5.

18 Asséo H., « Le principe de circulation et l’échec de la mythologie transeuropéenne », Revue de Synthèse, 5e s., t. 123, 2002, p. 85-110.

19 Piasere L., « De Origine Cinganorum », dans Piasere L., Buoni da ridere, gli zingari. Saggi di antropologia storico-letteraria, Rome, Cisu, 2006, p. 1-54.

20 George Cecil Renouard incorpore un vocabulaire de quinze mots recueillis près de Cambridge en 1809 ou 1810 dans l’article « Gypsy » de l’Encyclopedia Metropolitana, Londres, 1845, vol. 20, p. 54-59.

21 La question de la langue des Tsiganes se trouve mentionnée dans Jones W., « On the borderers Moutaineers, and Islanders of Asia », Asiatik Researches, 1796, vol. 3, p. 1-16, p. 7.

22 Gascoigne J., Joseph Banks and the English Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 133-134 et 165-166.

23 Joseph Banks (1743-1820), baronnet, membre du Conseil privé, président de la Société royale de Londres en 1781, fut élu le 26 décembre 1801 comme associé étranger de l’Institut de France, puis en 1816 à l’Académie des Sciences.

24 Marsden W., « Observations on the language of the people commonly called Gypsies » et Bryant J., « Collections on the Zingara ; or Gypsey Language, by Jacob Bryant, transmitted to O. Salisbury Brereton in a letter from the Rev. Dr Douglas », Archaeologia, vol. VII, 1785, p. 382-386 et p. 388-391. Les deux textes furent republiés dans The Annual Register, or a view of the History, Politics, and Literature, For the years 1784 and 1785, de James Dodsley, 1787, p. 81-91.

25 Grellmann H.-M.-G., Dissertation on the Gipsies : being an historical enquiry, concerning the manner of life, family, oeconomy, customs and conditions of these people in Europe, and their origin, tr. de l’allemand par Matthew Raper, Londres, G. Bigg, Elmsley, T. Cadell, J. Sewel, 1787. Heinrich Moritz Gottlieb Grellmann (1753-1804) était un statisticien de la monarchie d’Autriche, professeur à Göttingen.

26 Rottgers K, « Kants Zigeuner », in Kant-Studien, 88, 1997, p. 60-86.

27 Pott A.-F., Die Zigeuner in Europa und Asien. Ethnographisch-linguistische Untersuchung, vornehmlich ihrer Herkunft und Sprache, nach gedruckten und ungedruckten Quellen, Halle, Haynemann, 1844-1845, 2 vol. Voir aussi Paspatès A.-G., Études sur les Tchinghianés ou Bohémiens de l’Empire ottoman, Constantinople, Antoine Koroméla, 1870.

28 Cité avec un développement par le Journal asiatique, t. II, 1823, p. 253-254. L’auteur a joint à cet ouvrage un « Vocabulaire du dialecte des Bohémiens, comparé avec le hindi, le persan et le sanscrit et le commentateur donne les divers noms : en Inde Nouth, en Perse, Kaouly, dans le Khorassan où ils sont très nombreux, Karaschmar, en Perse, Louly, au Belouchistan, Lourly, Aderbaïdjan, Louly ou Kaouly etc. Cet essai fut publié sous le titre « Observations on the oriental origins of the Romnichal, or tribe miscalled Gypsey and Bohemian » in Transactions of the Royal Asiatic Society, t. 2, 1830, p. 518-558.

29 « Observations sur l’origine orientale des Romnichal ou tribu mélangée des Gypsies ou Bohémiens, extraits de l’anglais de John Staples Harriot, par Edmond de Manne », in Nouvelles Annales des Voyages.., 2e s., t. 56, 1832, p. 334-348.

30 Décédé en 1961, Augustus John, peintre et futur président de la Gypsy Lore Society, y avait sa résidence et défendit les gypsies avec obstination contre les tracasseries des autorités.

31 Le roi de Perse, Feth Ali Shah (1797-1834) avait laissé son poète prendre son nom. Bahram Gor fut roi de Perse de 420 à 438.

32 En cas de conflit entre des familles tsiganes, la kriss se réunit et son jugement est exécutoire. C’est un conseil des anciens formé par des personnes respectées par toutes les parties.

33 Il fait référence au projet « mithridatique » de Adelung J.-C., Mithridates, oder allgemeine Sprachenkunde, Berlin, Voss, 1806-1817, t. 1, p. 237-252 et t. 4, p. 80-91. Adelung donnait trois formes du Pater en romani, l’une étant prise d’un manuscrit conservé à l’Université de Göttingen.

34 Richardson D., « An account of the Bazeegurs, a sect commonly denominated Nuts », Asiatik Researches, Calcutta, 1801, p. 457-485. Il réimprima le vocabulaire de Bryant pris dans l’Annual Register.

35 Sur les Luris, Pottinger H., Travels in Beloochistan and Sinde…, Londres, Longman, 1816, p. 152-154 ; Voyages dans le Bélouchistan et le Sindhy, Paris, Gide fils, t. 1, 1818, p. 229-291.

36 Prideaux W.-F., « Major-general John Staples Harriot », The Journal of the Gypsy Lore Society, ns., t. 5, no 4, 1910, p. 1-20 avec la reproduction du vocabulaire mis dans l’ordre des mots romani.

37 L’expression est de Piasere L. dans « De Origine Cinganorum », in Stahl P.-H.(dir.), Études et Documents Balkaniques et Méditerranéens, t. 5, 1988, p. 105-126.

38 Schleicher A., Les langues de l’Europe moderne, trad. de l’allemand par Hermann Ewerbeck, 1852, « Zigari ou Tzigane », p. 169-172.

39 Ibidem, p. 170.

40 Crawfurd J., « On the Origin of the Gypsies. », Transactions of the Ethnological Society of London, ns, t. 5, no 3, 1865, p. 25-35.

41 Charnock R. S., « On the Origin of the Gypsies », Anthropological Review, t. 4, no 12, janv. 1866, p. 89-96.

42 King J. S., « An origin for the word “Gipsy” », Indian Antiquary, Bombay, t. 17, 1888, p. 239.

43 Depuis l’article de George K. Behlmer, « The Gypsy problem in Victorian England », Victorian Studies, t. 28, no 2, 1985, p. 231-253, il y a eu de nombreux ouvrages traitant du thème des Gypsies dans la littérature anglaise, en particulier Nord D.-E., Gypsies and the British Imagination, 1807-1930, New York, Columbia University Press, 2006.

44 Knapp W.-I., Life, Writings and Correspondance of George Borrow, Murray, 1899, et Fréchet R., George Borrow (1803-1881), vagabond polyglotte, agent biblique, écrivain, Paris, Didier, 1956. La George Borrow Society a été fondée en 1991 pour promouvoir la connaissance de la vie et de l’œuvre de George Borrow.

45 En août 1878, la reine Victoria se rendit au campement de Knockenhair Park non loin de Dunbar pour rendre visite à Ambrose et son épouse Sanspi. Après le décès d’Ambrose, elle reçut sa veuve à Balmoral.

46 Fréchet R., op. cit., p. 25-26.

47 Thompson T. W., « Borrow’s Gypsies », Journal of the Gypsy Lore Society, 2e s., t. 3, 1909-1910, p. 162-174.

48 Leland C.-G., The Gypsies, Boston, Houghton, Mifflin and Co, 1882.

49 Déplacée à Liverpool en 1907, puis aux États-Unis, elle publia le Journal of the Gypsy Lore Society jusqu’en 1989, sauf de rares interruptions de 1892 à 1907 et de 1915 à 1921. La revue a pris à présent le nom de Romani Studies.

50 Pour la France, il suffit d’examiner le réseau mobilisé par Paul Bataillard depuis les années 1840 pour se rendre compte du nombre de linguistes et de philologues qui s’intéressaient au sujet. Voir Bataillard P., Les derniers travaux relatifs aux Bohémiens dans l’Europe orientale, Paris, A. Franck, 1872.

51 Sampson J., le « Rai of Rais », avait assis son autorité sur l’étude de l’« anglo-romani », le dialecte des Tsiganes du Pays de Galles. Sa disciple fut Dora Yates, voir Saul N. et Tebbutt S., The Role of the Romanies, Images and Counter-Images of « Gypsies ». Romanies in European Cultures, Liverpool, Liverpool University Press, 2004.

52 Burton R. F., The Jew, the Gypsy, and El Islam, Londres, Hutchinson, 1898, p. 136-201 ; Kennedy D., The Higly Civilized Man : Richard Burton and the Victorian World, Cambridge, Harvard University Press, 2005.

53 Il publia aussi « The Indian affinities of the Gypsies », The Academy, t. 7, 1875, p. 324-325.

54 Crofton H. T., « Archiduke Joseph of Austria and the Gypsies », Journal of the Gypsy Lore Society, 2e s., t. 4, 1910-1911, p. 65-66.

55 Artout P., « La langue des Tziganes », L’Illustration, t. 91, 5 mai 1888, p. 43.

56 Lady Helen était l’épouse de Sir Athur Grosvenor, frère du duc de Westminster. Avant la guerre de 1914-1918, elle voyagea avec sa domesticité en caravane bohémienne dans toute l’Angleterre et même en France.

57 Van de Heijning M., Two societies, On Rais, Rawnies and the Gypsy Lore Society, 1888-1938, thèse, Université de Nimègue, janvier 2002 ; « The jubilee dinner », Journal of the Gypsy Lore Society, 3e s., t. 17, 1938, p. 97-103, et les souvenirs de Dora E. Yates, My Gypsy days. Recollections of a Romani Rawnie, Londres, Phoenix House, 1953, p. 177-180. Voir aussi les archives de la Gypsy Lore Society, dans la Sidney Jones Library, Université de Liverpool, LL54 à 62.

58 Lombroso C., Le crime, causes et remèdes, Paris, Schleicher, 1899, p. 46.

59 D’autant que la notion de Britishness fut surtout une invention écossaise, voir Young R., The Idea of English Ethnicity, Malden, Blackwell, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540