Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Troisième partie. Nation et politiques de la famille

La fondation de l’État national allemand et la question des origines1

Hinnerk Bruhns

Texte intégral

  • 1 Mon intérêt pour ces questions remonte à une table ronde organisée avec André Burguière en 2000, a (...)

1Le rapport entre la quête de légitimité de la part d’un (nouvel) État et l’historiographie nationale à la recherche de mythes et récits d’origine est loin d’être simple et évident. Le cas du premier État national allemand, fondé après trois quarts de siècle de mouvement d’unité, en est un exemple éclairant. Depuis les guerres de libération contre Napoléon jusqu’à la révolution de 1848 et au-delà, le mouvement d’unité profita de l’essor de la science historique, comme l’historiographie nationale profita du mouvement d’unité : différents camps politiques s’appuyèrent sur des tendances historiographiques opposées qu’elles contribuèrent à consolider. La question des origines apparut sous différentes formes dans le processus qui aboutit à la création du nouvel Empire allemand et dans les efforts visant à lui procurer une légitimité historique, sans que la véritable signification du thème de l’origine se dévoile clairement. D’où la nécessité d’insérer cette question dans une interrogation plus large sur l’idée que la collectivité se fait d’elle-même, ou que ses différentes parties se font d’elle, en faisant l’hypothèse que le besoin d’identification d’une collectivité peut s’accommoder de récits et de figures d’origines très diverses.

« Du peuple allemand à l’État allemand »

  • 2 Joachimsen P., Vom deutschen Volk zum deutschen Staat. Zur Geschichte des deutschen Nationalbewußt (...)

2En 1916, au milieu de la Première Guerre Mondiale, un petit livre fut publié en Allemagne dont le titre, Vom deutschen Volk zum deutschen Staat, résumait parfaitement la perception que la plupart des historiens allemands, et les intellectuels en général, avaient du cours de l’histoire allemande et de ce qu’ils considéraient comme son problème fondamental. Après la Seconde Guerre mondiale, ce livre était toujours considéré comme une réflexion fondamentale sur l’histoire allemande2. Son auteur, Paul Joachimsen (1867-1930), spécialiste de l’époque des humanistes, avait traité dès 1909-1910 dans ses cours à l’Université de Munich l’histoire de la formation d’une conscience nationale allemande depuis le XVIe siècle. La guerre semblait accélérer tout d’un coup la solution de cette question, et la publication du livre, en 1916, traduisait, comme le dira Joachimsen en 1920 :

  • 3 Ibid., préface à la 2e éd. de 1920.

« […] L’espoir puisé [par l’auteur] avec des milliers d’autres dans l’élan national des jours d’août de l’an 1914, qu’enfin serait résolu le grand problème qui traverse l’histoire allemande, qu’enfin s’accomplisse l’unité entre le peuple et l’État. Espoir anéanti par l’issue de la guerre et les événements qui suivirent3. »

  • 4 L’homme qui forgea le terme de « Realpolitik », August Ludwig von Rochau, écrivait en 1869 : « L’u (...)
  • 5 De « Borussia », nom latin de la Prusse.
  • 6 Cf. Hardtwig W., Geschichtskultur und Wissenschaft, München, dtv., 1990, p. 146 sq., p. 236, et ma (...)

3L’Empire allemand de 1871 n’avait été pour Joachimsen qu’un « grand compromis », certes acclamé par des millions de personnes, mais sans véritable lien avec le grand courant libéral et humaniste qui avait porté jusque-là l’idée du Reich. Par son appellation et par le titre d’empereur allemand conféré au roi de Prusse, le deuxième Reich proclamait une filiation qui n’était que façade ou promesse. La contradiction entre les « rêves de jeunesse » des Allemands et la réalité du nouvel État, organisé d’abord comme « État de puissance et corps économique », résumait le grand problème de l’histoire allemande, depuis ses origines. Pour beaucoup d’Allemands, « l’unité était au fond une pure affaire commerciale4 ». Création rationnelle, produit de la Realpolitik avec ses compromis et contradictions, le nouvel État national n’asseyait pas sur un mythe d’origine sa légitimité et le rapport entre territoire et peuple. L’Allemagne de Bismarck excluait une partie importante de ce qu’on appelait la nation allemande ; elle incluait, par contre, des territoires peuplés de non-Allemands et incorporait de force des territoires conquis. Après un siècle d’élan national, nourri par les idées de Herder et surtout de Grimm qui concevaient le peuple comme la communauté des personnes parlant la même langue, après des décennies de rêves d’intellectuels d’abord, du peuple ensuite, d’un retour à l’époque de la grandeur médiévale allemande, rêves portés par les Romantiques et soutenus par des historiens, à un moment où fleurissaient des évocations littéraires et historiques des anciens Germains, l’Histoire n’avait pourtant pas été absente lors de la fondation de l’Empire. Au contraire, et on peut dire que l’entreprise de Bismarck n’aurait pas été possible sans le soutien que lui avait apporté la bourgeoisie nationale-libérale convertie après 1848 au « borussianisme5 », c’est-à-dire à la vision prussienne de l’histoire dont Droysen avait été le protagoniste le plus important6. Kaiser et Reich, voilà les maîtres-mots, mais pas les seuls, et surtout, voilà des concepts à l’aide desquels on construira une généalogie étonnante.

  • 7 « Deutschland! Aber wo liegt es? Ich weiß das Land nicht zu finden… » (Goethe et Schiller, Xenien) (...)
  • 8 Fichte J.-G., Reden an die deutsche Nation (1808), 5e éd. Hamburg, Felix Meiner Verlag, 1978, p. 6 (...)

4Unifier l’Allemagne, à une époque où la généalogie germanique et l’identité entre Allemands et Germains semblaient être des évidences, c’était aussi retrouver en quelque sorte l’unité perdue du début de l’histoire. Mais seulement en quelque sorte. Au début du XIXe siècle, la question avait été : « Où se trouve l’Allemagne ? » « Qu’est-ce que l’Allemagne7 ? », beaucoup plus que « D’où vient l’Allemagne ? » Une légende d’origine, aussi digne que celles des autres peuples européens, était à la disposition des Allemands depuis que les humanistes l’avaient élaborée à partir de la redécouverte de la Germanie de Tacite au XVe siècle. Les philologues/historiens de la fin du XVIIIe siècle en avaient repris des éléments, et les idées herderiennes sur la langue et le peuple lui conféraient une nouvelle dynamique. Dans les Discours à la nation allemande de Fichte, on retrouve des éléments de la légende d’origine : contrairement aux autres peuples, les Allemands sont restés « dans les résidences originelles du peuple souche » dont ils ont gardé et développé « la langue originelle » ; ils ont gardé également, selon « la coutume germanique originelle », une fédération d’États sous un chef à souveraineté réduite8. Le motif de l’indigénat absolu développé par Fichte dans la tradition des humanistes, complété par l’affirmation d’une langue germanique commune et originelle, se révèle être d’une certaine ambiguïté. C’est l’affirmation d’un droit d’exister politiquement en tant que nation après la catastrophe vécue par la Prusse ; mais l’affirmation également d’une différence de nature entre les Allemands et les peuples voisins : peuple originel, langue originelle.

5Être le peuple originel, une telle idée pouvait mener loin ; mais dans l’immédiat, elle comportait à la fois une dimension politique et apolitique.

6L’idée de l’unité originelle des Germains et des débuts très lointains de l’histoire allemande restait un sentiment diffus, en même temps qu’une conviction évidente. Ce n’est pas sous cette forme que la question des origines est devenue un enjeu pour l’historiographie allemande de l’époque du mouvement d’unité, mais sous la forme de l’affirmation de la préexistence d’un peuple germanique, allemand, au début de l’histoire, avant les peuples (gentes) qu’on appelait maintenant Stämme. Inventer ce peuple et ensuite un Deutsches Kaisertum au Moyen Âge, voilà deux anachronismes fabriqués, le premier d’abord par des historiens du droit, le second par des historiens médiévistes. Tous deux furent utilisés, l’un indirectement, l’autre directement, au service de l’idéologie du nouvel Empire allemand. Le roman historique du dernier tiers du XIXe siècle, en particulier Die Ahnen (Les Aïeux) de Gustav Freytag, s’appropriera et renforcera cette vision du peuple allemand, comme on le verra plus tard.

Peuple et empire allemands au Moyen Âge, et Stämme : des inventions du XIXe siècle9

  • 9 Au cours des vingt ou trente dernières années, la Begriffsgeschichte et le regard critique de cert (...)
  • 10 Gosewinkel D., Staat – Nation – Volk, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, p. 111.
  • 11 Huber E.-R., Dokumente zur deutschen Verfassungsgeschichte, Stuttgart: W. Kohlhammer, vol I, 1961, (...)

7Ce n’est qu’en 1919 que le peuple allemand apparaît pour la première fois comme sujet dans un texte constitutionnel, dans le préambule de la constitution de la République de Weimar du 11 août 1919 : « Le Peuple Allemand, uni dans ses Stämme et animé par la volonté de rénover son Empire dans la paix et la justice […]. » La proclamation de l’empire en 1871 fut, certes, adressée par l’empereur depuis Versailles « Au peuple allemand », mais dans le texte de la constitution, le peuple allemand n’est ni un sujet actif ni une composante constitutionnelle du nouvel État ; la constitution parle seulement des droits fondamentaux du peuple allemand. Dans le projet de constitution de 1848, les éléments constitutifs étaient : les Allemands, les États allemands et la Nation allemande ; l’expression « peuple allemand » n’y apparaissait qu’une seule fois : « L’Empire accorde au peuple allemand les droits fondamentaux suivants […]. » C’est seulement avec la révolution de 1848 que le concept politique deutsch/Deutscher entre dans le langage du droit constitutionnel. Mais on renonce à une définition politique de ce qu’est un Allemand « afin de ne pas mettre en question l’unité politique10 ». La constitution de l’Empire allemand adoptée à Francfort le 28 mars 1849, constitution qui n’entrera pas en vigueur, précise (§ 131) : « Le peuple allemand est composé des membres (« Angehörige ») des États qui forment l’Empire allemand », et le § 188 garantit aux « nicht deutsch redenden Volksstämmen Deutschlands » (aux peuples-tribus d’Allemagne qui ne parlent pas l’allemand) une évolution correspondant à leur spécificités populaires. La constitution de Bade du 22 août 1818 parlait encore de « tous les peuples allemands », celle de la Bavière, de la même année, du « peuple bavarois11 ».

  • 12 Luden H., Geschichte des teutschen Volkes, Gotha, Justus Perthes, 1825-1837, vol. 1, p. 20 sq.
  • 13 Cf. Werner K.-F., op. cit.
  • 14 Dans une bibliographie abondante, relevons Krapf L., Germanenmythos und Reichsideologie. Frühhuman (...)

8La première histoire du peuple allemand date de 1825 (Heinrich Luden, Geschichte des teutschen Volkes12), presque quatre siècles après la redécouverte de la Germanie de Tacite. La question des origines des Allemands et de l’Allemagne s’était posée pour la première fois à l’époque des humanistes ; à ce moment, il existait depuis longtemps des traditions et des textes anciens sur l’origo des peuples (gentes) que le XIXe siècle appellera les Stämme allemands, mais pas pour « les Allemands » qui n’avaient pas encore une existence « nationale13 ». La Germanie de Tacite, investie de la légitimité donnée par un grand auteur classique, ouvrit tout d’un coup la possibilité de prolonger l’unité des peuples germaniques (allemands) dans la plus haute antiquité et de la raccrocher aux origines mythiques des peuples les plus anciens14.

9La question des origines a été reprise par les humanistes sous les deux formes de la construction d’une origine commune : origo gentis et origo nationis. Ces deux modèles – celui de l’identité des Allemands (« Deutsche ») constituée par l’unité d’un territoire qu’ils peuplent comme indigenae, et celui de l’origo, de leur descendance à partir d’un aïeul (Urvater) commun – apportaient des réponses au même problème : comment prouver que les différents regna ou peuples à partir desquels s’étaient formés des duchés (Herzogtümer) et des principautés particulières faisaient partie d’un même ensemble alors que ces peuples étaient en principe capables de réclamer chacun pour soi une « Natiogenese », une genèse nationale particulière. Aucun de ces deux modèles ne pouvait être repris tel quel à l’époque de la critique philologique. Mais dès la première moitié du XVIe siècle, le thème de l’origine des Allemands à partir d’une descendance commune a été complété par l’idée d’une langue commune. Le motif de l’origo est toujours présent au début du XIXe siècle. Dans ses Discours à la nation allemande prononcés au cours de l’hiver 1807-1808, Johann Gottlieb Fichte, comme nous l’avons vu, définit les Allemands par rapport aux autres peuples d’origine germanique par le fait qu’ils sont restés, contrairement aux autres Stämme issus de la même racine, dans les résidences originelles du peuple souche et qu’ils ont gardé et développé la langue originelle de celui-ci, au contraire des autres qui avaient adopté des langues étrangères.

  • 15 Luden H., op. cit. p. 20 sq.

10La philologie historique de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle n’acceptait certes plus les mythes d’origine des nations propagés par les humanistes, mais elle a repris comme allant de soi l’idée que les Germains étaient des Allemands, et de façon analogue l’idée que les Gaulois étaient des Français. À partir de ce moment, l’évolution des conceptions allemandes est fortement marquée par l’interaction avec l’évolution française. L’apparition du « peuple souverain » dans la Révolution française ne pouvait que renforcer la tendance à vouloir s’assurer de l’existence et de l’ancienneté d’une individualité germanique-allemande, d’un peuple allemand. C’est à cette époque qu’apparaissent des néologismes comme « Volkheit », « Volkstum », ainsi que le concept politique de « deutsches Volk » (peuple allemand) par analogie au concept de peuple français. Dans ces conditions, il était maintenant possible d’écrire cette Histoire du peuple allemand (Geschichte des teutschen Volkes) mentionnée plus haut. Publiée en douze volumes entre 1825 et 1837, son auteur, Heinrich Luden, en avait formé le projet depuis le début du siècle. Pour Luden il « n’y avait à peine de doute que tous les peuples qui furent appelés Germains par les Gaulois et les Romains, se désignaient eux-mêmes, depuis des temps anciens, Allemands » (« Teutsche »), même si ce terme n’est documenté qu’à partir du IXe siècle, comme il le concède. À côté du peuple allemand, Luden connaît encore des peuples allemands (« teutsche Völker15 »).

  • 16 Werner K.-F., op. cit., p. 173 sq.

11À l’époque où le mouvement national allemand prenait de l’essor, les historiens allemands étaient donc confrontés à deux problèmes ; d’abord, à la situation peu glorieuse du moment : la liquidation de l’Empire, l’absence d’un État unifié, l’inexistence politique de l’Allemagne et l’inexistence politique du peuple ; ensuite, au fait que les identités historiques particulières des Bavarois, Francons, Saxons, etc. étaient documentées depuis des temps très anciens, mais que rien de tel n’existait pour le peuple allemand et que les légendes construites par les humanistes à la suite de Tacite ne pouvaient être utilisées dans une historiographie qui se voulait scientifique. Dans cette situation, l’historiographie allemande du XIXe siècle a créé elle-même deux légendes nationales qui se complétaient : celle d’un Empire allemand médiéval et celle d’un peuple allemand ( = germanique) composé des Stämme des Bavarois, Francs, Saxons, Thuringiens, etc. Cette double légende nationale d’un peuple sur des bases germaniques avec un empire national à prétention universelle a trouvé son expression la plus parfaite dans la monumentale Geschichte der deutschen Kaiserzeit en sept volumes (1855-1888) de Friedrich Giesebrecht. C’était comme un Ersatz historique pour une révolution : l’unité allemande, encore à venir, était re-datée dans « l’antiquité allemande16 ».

  • 17 Cela a été repris ensuite à l’étranger. Chez Rovan J., Histoire de l’Allemagne. Des origines à nos (...)
  • 18 Cf. Aubin H.-C., « Die geschichtlichen Grundlagen der deutschen Stämme », in Verhandlungen des VII (...)
  • 19 Wenskus R., Stammesbildung und Verfassung. Das Werden der frühmittelalterlichen Gentes, Köln, Graz (...)
  • 20 Müller F.-H., Die deutschen Stämme und ihre Fürsten oder historische Entwicklung der Territorialve (...)
  • 21 Schreuer H., « Stamm », in Hoops J. (dir.), Reallexikon der germanischen Altertumskunde, vol. 4, S (...)
  • 22 Schreuer H., op. cit., p. 260 sq. Selon Karl Lamprecht dans Deutsche Geschichte, vol. 1, Berlin, W (...)
  • 23 Cf. Fleckenstein J., Grundlagen und Beginn der deutschen Geschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Rupr (...)

12Dans l’historiographie allemande du XIXe siècle et d’une grande partie du XXe siècle, le terme Stamm est utilisé comme allant de soi17. Pourtant, déjà Treitschke s’était moqué de ces Stämme dont personne n’avait entendu parler avant qu’ils ne soient créés par la grâce de Napoléon18. L’exemple pour l’utilisation de ce terme à la place de peuple a apparemment été fourni par la traduction de la Bible où Luther utilise fréquemment l’expression « les Stämme d’Israël ». Seulement, dans ce cas il ne s’agissait pas de « gentes » mais de « tribus » de la seule « gens » des Juifs, tribus issues des douze fils d’Abraham19. Une volumineuse histoire des « Stämme allemands et de leurs princes » avait été publiée en 1840, peu de temps donc après l’Histoire du peuple allemand de Luden20. Dès 1919, le rédacteur de l’entrée « Stamm » dans le Reallexikon der germanischen Altertumskunde, précise que ce terme, utilisé pour les « gentes » des Francs, Bavarois, etc. du Haut Moyen Âge, était une création des historiens allemands du droit et qu’il s’agissait en fait de « Völkergruppen » (groupes de peuples) germaniques qui formaient des « unités nationales21 ». Mais cette mise au point est restée longtemps sans conséquence et dans ce même article du Reallexikon, le terme de Stamm est appliqué à des phénomènes historiques extrêmement différents, de la Grèce antique jusqu’au populations européennes immigrées aux États-Unis. Concernant le concept et la réalité du Stamm dans l’histoire allemande, on y lit : « Jusqu’à la fin du XIIe siècle, le Stamm est en Allemagne un phénomène fondamental du droit public. Jusqu’à aujourd’hui, les Stämme allemands sont des individualités ethniques22. » Dans l’historiographie allemande, ils le resteront longtemps, et encore en 1974 on peut lire chez l’un des médiévistes allemands les plus renommés que « sur le sol de l’Allemagne d’aujourd’hui existent encore tous les Stämme qui appartiennent depuis plus d’un millénaire au Reich allemand23. » Ce terme relativement jeune – l’emploi massif datait de l’époque romantique – a apparemment connu une deuxième vogue dans les premières décennies du XXe siècle, au point, comme nous l’avons vu, d’entrer dans le préambule solennel de la constitution de 1919.

1871

13Au moment de la création du premier État national allemand, la question des origines pouvait se décliner de différentes façons.

Peuple et « Stamm »

  • 24 Cet aspect ne semble pas avoir été pris en compte par l’historiographie allemande.
  • 25 Dans les débats et déclarations de l’Assemblée nationale de Francfort en 1848-1849, on employait l (...)
  • 26 Breuer S, Ordnungen der Ungleichheit : die deutsche Rechte im Widerstreit ihrer Ideen 1871-1945, D (...)

14Au siècle de l’unité allemande, les historiens s’employèrent à démontrer que la création du Preußendeutschland, cette unité (réduite !) de l’Allemagne, était la mission historique de la Prusse, tandis que les politiques cherchaient à construire un lien entre le nouvel empire et l’empire médiéval, sans concéder trop d’importance au peuple allemand. Si l’on voulait éviter trop de références au peuple, le concept de Stamm s’offrait commodément24. Les Stämme n’entraient pas encore dans le texte de la constitution du Reich, mais grâce à eux, on insistait sur la diversité et l’on pouvait se passer du peuple et, en même temps, préciser que le roi de Prusse n’était pas d’abord allemand, comme il le sera en tant qu’empereur. Il n’était que le voisin de ces Stämme allemands25. Cela ne correspondait pas seulement à un sentiment profond, cela avait son importance en politique intérieure. Car, avec la fondation de l’État « national » allemand, le conflit des nationalités apparaissait au grand jour dans les provinces orientales de la Prusse. Cependant, après 1870, la politique d’assimilation ne reposait pas sur une vision holistique et ethnique de la nation, elle était dictée par des intérêts nationaux au sens étatique (« staatsnational26 »).

L’empereur

  • 27 L’Empire allemand (Deutsches Reich) proclamé à Versailles avait la forme constitutionnelle d’un Ét (...)
  • 28 Pour ce qui suit voir l’étude d’Arno Borst, « Barbarossa 1871 », in Borst A., Reden über die Stauf (...)
  • 29 Voir également les pages consacrées à la « Barbarossa-Euphorie » après la fondation de l’Empire pa (...)
  • 30 Borst A., op. cit., p. 93.
  • 31 Ibid., p. 119.

15Si en 1871 il y avait un empereur et un empire allemand27, il n’y avait pas d’Empereur d’Allemagne : les États allemands n’avaient disparu ni de la réalité politique ni des sentiments et de la mémoire des gens. Pourtant la question des racines historiques de ce nouvel empire allemand s’était posée aux plus hautes autorités. Le 17 juin 1871, à l’occasion de l’entrée en ville des « troupes victorieuses », une grande et solennelle représentation festive fut donné à l’opéra royal de Berlin28 : une pièce en trois tableaux, « Le retour » (Die Heimkehr), était suivie d’un poème en cinq tableaux vivants, accompagné de musique : « Barbarossa » (Barberousse). À cette date, des dizaines de pièces de théâtre et autres représentations du mythe de Barberousse avaient été créées en Allemagne, dont certaines très critiques, voire satiriques par rapport à la fondation du nouvel empire29. Mais la pièce donnée à Berlin avait été montée, comme l’a montré Arno Borst, sur ordre des plus hautes autorités ; celles-ci ne s’étaient pas non plus gênées pour intervenir directement dans le texte de la pièce. La manipulation du mythe de Barberousse allait devenir pour un bref moment un élément central de l’image de l’histoire et de l’identité historique du nouvel État. La pièce représentée à l’Opéra Royal créait un lien direct et sans transition entre Barberousse et le Grand Électeur30. Passer directement du XIe siècle et XIIe siècle, grâce à Barberousse dormant au Kyffhäuser, à la Prusse pour arriver ensuite, à travers une série de guerres, à Guillaume Ier, permettait d’éliminer l’Autriche et les Habsbourg de l’histoire allemande. La Prusse elle-même n’avait nullement besoin du Moyen Âge des Hohenstaufen pour se donner une légitimité historique31. Mais dans l’utilisation politique du mythe de Barberousse et de la légende d’un Kaisertum créée par les historiens, la question des origines trouvait un sens différent. On prenait maintenant comme point de départ de l’histoire et du peuple allemands l’époque de sa plus grande gloire et de sa plus grande extension.

16Ce mythe est encore présent dans les souvenirs de Guillaume II, rédigés en exil en 1929 :

  • 32 Cité ibid., p. 177.

« L’Empereur allemand était revenu, l’Empire allemand s’était relevé rajeuni des décombres et des cendres, Barberousse ressuscité, les corbeaux disparus du Kyffhäuser, et le trésor des Nibelungen, la couronne impériale allemande, émergé des flots verts de notre père le Rhin, élevé à la lumière du soleil32. »

  • 33 Cf. Kott S., Bismarck, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

17Déjà le jeune prince Guillaume avait rêvé de Barbarossa. Pour les Allemands, par contre, le Volkskaiser, l’empereur mythique du peuple était redescendu dans sa tombe dès l’échec de la révolution de 1848. L’empereur Guillaume Ier – appelé « Barbeblanche » après la bataille de Sedan – et Bismarck allaient vite occuper une grande part de la place qu’avait eue Barberousse dans l’imaginaire national33.

Les Germains

  • 34 Dahn publiera entre 1881 et 1889 une Urgeschichte der germanischen und romanischen Völker en 4 vol (...)
  • 35 Esch A., « Formel eines deutschen Erinnerungsortes : Ein Kampf um Rom », in éTienne F. et Schulze (...)
  • 36 Rovan J., op. cit., p. 39.
  • 37 Voir à ce propos Spielvogel J., « Die historischen Hintergründe der gescheiterten Akkulturation im (...)
  • 38 Cassiodore, Variae 1,1 (508) ; cf. 7, 3 (526). Cf. Werner K.-F., op. cit., p. 189, et Spielvogel J (...)

18C’est un fait étrange, mais qui au fond ne fait que refléter le décalage du Kaiserreich de 1871 par rapport aux rêves du mouvement d’unité antérieur à 1848, que le grand roman historique des années de l’unité allemande soit celui qui fait des Goths les ancêtres des Allemands et qui voit leur véritable destin dans une symbiose des Goths/Allemands avec Rome et l’Italie : Ein Kampf um Rom (Une lutte pour Rome) de Felix Dahn (1834-1912). Dahn était professeur d’histoire de droit allemand, auteur d’un grand nombre de romans historiques ainsi que d’ouvrages d’histoire34. Commencé en 1858, dans le contexte de l’après 1848 et de la question italienne, Ein Kampf um Rom, publié en 1876, fut un des plus grands succès de librairie : cinquante éditions jusqu’en 1908, cent cinquante jusqu’en 1923, deux cent vingt jusqu’en 1930. L’histoire de la chute de l’empire ostrogoth en Italie, entre la mort de Théodoric en 526 et la bataille du Vésuve en 553, est devenu « la formule même d’un lieu de mémoire allemand35 », et Dahn « réussit à faire, pour des générations d’écoliers, de cette branche des peuples germaniques disparues sans héritier [les Goths], les ancêtres par adoption des Allemands modernes qui ne sont en fait que leurs lointains petits-cousins36 ». C’était l’histoire d’une défaite héroïque, de l’échec de l’engagement des Goths/Germains/Allemands – l’auteur passe d’un terme à l’autre – en Italie, de la lutte d’un peuple sans État contre un État sans peuple (Byzance). L’échec aussi du projet du héros du roman, le jeune roi Totila, d’acculturer les Goths en Italie37, de créer un nouveau peuple à partir d’une symbiose entre Goths/Allemands et Italiens, reflet du projet de Théodoric (Flavius Theoderichus rex) d’élever le Gothorum populus avec le populus Romanus (uterque populus) comme peuple dominant au-dessus des gentes de l’Occident38.

  • 39 Esch A., op. cit., p. 40.
  • 40 Cf. Borst A., op. cit., p. 150.

19Ce volumineux roman est le travail à la fois d’un romancier et d’un historien, citant ou paraphrasant de longs passages de sources antiques, surtout de la Guerre des Goths de Procope. Dans la scène finale du roman, l’histoire cède la place au rêve politique et historique : après la mort héroïque du roi Téja, les Goths, au lieu d’être anéantis, peuvent quitter l’Italie, grâce à l’intervention des « Nordlandhelden » (les héros du pays du Nord) qui ramènent les « derniers Goths » et les corps des rois Théodoric et Téja vers le « Thuleland », le pays de Thulé. Le lecteur comprend, comme l’a dit Arnold Esch, qu’ils reviendront, avec Charlemagne, avec Othon Ier, avec Barberousse pour une nouvelle lutte pour Rome39. En 1866, Felix Dahn avait regretté la défaite autrichienne et appelé de ses vœux le Barberousse du poème de Rückert, c’est-à-dire le Barberousse qui incarnait l’idée d’une grande Allemagne incluant l’Autriche40. Après la bataille de Sedan, Dahn substituait, dans un poème qui eut un grand succès, « Barbablanca » – comme était maintenant appelé l’empereur Guillaume Ier – à Barbarossa et rattachait le nouvel imperator directement aux anciens Germains. Dans la « petite » Allemagne de 1871, Ein Kampf um Rom donnait aux Allemands, et surtout à la jeune génération, une vision étonnante de leur origine, de leurs racines et d’un destin très éloigné des réalités du nouvel État. C’était aussi une façon de réclamer l’héritage de l’empire romain, de réunir en un nouveau peuple les valeurs et les qualités des Germains et des Romains.

Les villes

  • 41 Fichte J.-G., op. cit., p. 102 sq. Cf. Johanek P., « Mittelalterliche Stadt und bürgerliches Gesch (...)
  • 42 Johanek P., op. cit.
  • 43 Cf. Bruhns H., « La ville bourgeoise et l’émergence du capitalisme moderne : Max Weber “Die Stadt” (...)

20La Germanie de Tacite avait certes fourni une légende d’origine, mais ce n’était pas là qu’on pouvait trouver la véritable source de ce que signifiait être allemand. Le rôle de l’empire médiéval et des Staufen était ambigu, même si certains historiens en faisaient un empire « allemand » et même si la ballade « Vom alten Barbarossa » de Friedrich Rückert, écrite en 1816, avait rendu populaire l’empereur médiéval qui allait incarner tout au long du XIXe siècle l’idée d’unité et de puissance nationale. Il existait toutefois des courants différents. Dans ses Discours à la nation allemande, Fichte n’invoquait pas l’empereur Barberousse mais les villes impériales allemandes (deutsche Reichsstädte) du Moyen Âge. Le meilleur moyen pour élever l’esprit allemand (« den deutschen Geist wieder zu heben ») serait une « histoire enthousiasmante des Allemands vivant à cette époque de la liberté bourgeoise, une histoire qui deviendrait “National – oder Volksbuch” [livre de la nation ou du peuple] à la manière de la bible ou du livre de cantiques (Gesangbuch)41 ». La redécouverte du Moyen Âge par les romantiques avait été aussi la découverte des villes allemandes, de l’artisanat, du patriciat des villes. Nuremberg en fut l’emblème. L’école historique du droit voyait les origines de l’essence du droit allemand dans les villes médiévales. Tout au long du XIXe siècle, ces villes furent une, sinon la source d’identité principale pour la bourgeoisie allemande42. La bourgeoisie libérale, c’est-à-dire la partie de la bourgeoisie qui n’abandonnait pas les idées du mouvement d’unité de la première moitié du siècle au profit du nationalisme du Machtstaat, de l’« État de puissance » de Bismarck, trouvait l’origine de ses valeurs et de sa fierté dans les libertés urbaines du Moyen Âge. Cela ne restait pas seulement un sentiment ou un souvenir romantique. Sur différents plans, l’histoire et l’historiographie du Kaiserreich de 1871 resteront marquées par une tension entre État et ville qui divisera notamment les historiens du Moyen Âge sur la question : Qu’est-ce qui était à l’origine de l’Allemagne : l’État ou les villes43 ?

  • 44 Cf. sur ce roman Kipper R., Der Germanenmythos im Deutschen Kaiserreich. Formen und Funktionen his (...)

21La question des origines apparaissait ici comme celle de l’antériorité historique de l’État ou des villes. C’était à la fois une question d’identification et un argument de légitimation dans les débats sur la répartition des tâches et des finances entre le nouvel État et les communes. Chercher ses origines dans les villes libres du Moyen Âge n’était pas incompatible avec le retour sur les anciens Germains qui s’annonçait de plus en plus fortement dans ces mêmes années 1870 et 1880, comme le montre de façon emblématique le cycle romanesque Die Ahnen (Les Aïeux) du libéral Gustav Freytag, écrit entre 1872 et 1880. Suggérant la continuité généalogique d’une famille allemande depuis le IVe siècle, à travers une cinquantaine de générations, l’auteur construit une biographie du peuple allemand dans laquelle la période de la liberté des villes, à partir du XIIe siècle, apparaît comme une renaissance de la vie allemande, de la liberté que les Allemands-Germains avaient perdue sous les Mérovingiens et les Carolingiens44. La bourgeoisie comme peuple et nation est la constante dans cette vision de l’histoire du libéralisme allemand. La figure rhétorique de la renaissance permettait, bien entendu, une vision toute différente de l’histoire et des origines, tout aussi répandue, sinon plus, que le mythe des Germains :

  • 45 C’est la phrase finale d’une conférence sur « Les causes sociales du déclin de la civilisation ant (...)

22« Ce n’est qu’avec la résurrection de la ville au Moyen Âge, grâce à la division libre du travail et au commerce, avec l’émergence de la liberté bourgeoise et la suppression des contraintes exercées par les autorités de l’âge féodal, […], que le vieux géant [de la mythologie grecque : Antée] se releva armé de forces nouvelles et éleva le testament spirituel de l’Antiquité à la lumière de la civilisation bourgeoise moderne45. »

Notes

1 Mon intérêt pour ces questions remonte à une table ronde organisée avec André Burguière en 2000, ainsi qu’à un séminaire commun à l’EHESS en 2001/2002 (publication partielle dans « Imaginaires nationaux. Origines, usages, figures », dans Annales. Histoire, sciences sociales, janvier-février 2003, p. 37-133, avec une contribution d’André Burguière sur « L’historiographie des origines de la France. Genèse d’un imaginaire national », ibid., p. 41-62). Je remercie André Burguière, Wolfgang Mager, Petra Overath, Corinne Bonnet et Ute Frevert pour leur lecture critique de mon manuscrit, à différents stades de son élaboration. Christiane Klapisch et Gérard Jorland ont adapté ma contribution au format imposé par la présente publication. La version intégrale de cette étude sera disponible sur http://halshs. archives-ouvertes.fr/

2 Joachimsen P., Vom deutschen Volk zum deutschen Staat. Zur Geschichte des deutschen Nationalbewußtseins, Leipzig et Berlin, Teubner, 2e éd. 1920 (1re éd., 1916). Une 3e et une 4e éditions ont été remaniées et publiées par Joachim Leuschner en 1956 et en 1967.

3 Ibid., préface à la 2e éd. de 1920.

4 L’homme qui forgea le terme de « Realpolitik », August Ludwig von Rochau, écrivait en 1869 : « L’unité allemande n’est point une affaire de cœur et de passion pour la nation […] L’unité est pour les Allemands au fond une pure transaction commerciale où personne ne veut perdre et ou chacun, au contraire, veut faire autant de profit que possible », cité par James H., « Zwischen Welt–und Nationalwährung. Die Mark und das Kaiserreich », in Holtfrerich C.-L. et al., Requiem auf eine Währung. Die Mark 1873-2001, Stuttgart-München, DVA, 2001, p. 62.

5 De « Borussia », nom latin de la Prusse.

6 Cf. Hardtwig W., Geschichtskultur und Wissenschaft, München, dtv., 1990, p. 146 sq., p. 236, et maintenant le livre important de Nippel W., Johann Gustav Droysen. Ein Leben zwischen Wissenschaft und Politik, München, Beck, 2008.

7 « Deutschland! Aber wo liegt es? Ich weiß das Land nicht zu finden… » (Goethe et Schiller, Xenien). Le thème de l’Allemagne objet introuvable a été fréquemment traité, voir Jeismann M., Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriffund Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992 (trad. fr. Paris, Éditions du CNRS, 1997), p. 27, notamment chap. 1, « Die Selbstfindung der Nation : das neue Deutschland ».

8 Fichte J.-G., Reden an die deutsche Nation (1808), 5e éd. Hamburg, Felix Meiner Verlag, 1978, p. 60. Cf. Jeismann M., op. cit., p. 68.

9 Au cours des vingt ou trente dernières années, la Begriffsgeschichte et le regard critique de certains historiens médiévistes sur leur propre discipline ont permis de réviser l’histoire du concept de « peuple allemand » et différents autres concepts associés, et donc l’image de l’origine des Allemands véhiculée par ces concepts. Cf. surtout Werner K.-F., « Volk, Nation, Nationalismus », Geschichtliche Grundbegriffe, t. VII, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992, p. 171-281.

10 Gosewinkel D., Staat – Nation – Volk, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, p. 111.

11 Huber E.-R., Dokumente zur deutschen Verfassungsgeschichte, Stuttgart: W. Kohlhammer, vol I, 1961, p. 141 et p. 157.

12 Luden H., Geschichte des teutschen Volkes, Gotha, Justus Perthes, 1825-1837, vol. 1, p. 20 sq.

13 Cf. Werner K.-F., op. cit.

14 Dans une bibliographie abondante, relevons Krapf L., Germanenmythos und Reichsideologie. Frühhumanistische Rezeptionsweisen der taciteischen « Germania », Tübingen, Niemeyer, 1979 ; See K.-V., Deutsche Germanen-Ideologie. Vom Humanismus bis zur Gegenwart, Frankfurt am Main, Athenäum Verlag 1970 ; Ridé J., L’image des Germains dans la pensée et la littérature allemandes de la redécouverte de Tacite à la fin du XVIe siècle : contribution à la genèse d’un mythe, thèse de Lettres, Paris IV, 1976, 3 vol. , 1977.

15 Luden H., op. cit. p. 20 sq.

16 Werner K.-F., op. cit., p. 173 sq.

17 Cela a été repris ensuite à l’étranger. Chez Rovan J., Histoire de l’Allemagne. Des origines à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p. 11, on peut encore lire : « Le peuple allemand apparaît au IXe siècle comme un ensemble réunissant un certain nombre de Stämme, de tribus… » ; un autre exemple de la non-problématisation du terme Stamm : « Pour désigner les différentes parties de l’Allemagne, le terme utilisé est celui de Stämme, référence aux tribus germaniques qui se seraient implantées sur telle ou telle partie du territoire », Thiesse A. – M., La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1999, p. 267 n. 16.

18 Cf. Aubin H.-C., « Die geschichtlichen Grundlagen der deutschen Stämme », in Verhandlungen des VII. Deutschen Soziologentages Berlin 1930, Tübingen, 1931, p. 257-267, citation p. 268.

19 Wenskus R., Stammesbildung und Verfassung. Das Werden der frühmittelalterlichen Gentes, Köln, Graz, 1961, cité par Werner K.-F., op. cit., p. 174.

20 Müller F.-H., Die deutschen Stämme und ihre Fürsten oder historische Entwicklung der Territorialverhältnisse Deutschlands im Mittelalter, Berlin, Lüderich, 3 vol, 1840-1842.

21 Schreuer H., « Stamm », in Hoops J. (dir.), Reallexikon der germanischen Altertumskunde, vol. 4, Strasbourg, Karl J. Trübner, 1918-1919, p. 260-271; cf. Werner K.-F., op. cit., p. 175.

22 Schreuer H., op. cit., p. 260 sq. Selon Karl Lamprecht dans Deutsche Geschichte, vol. 1, Berlin, Weidmann, 1894, 6e éd. 1920, p. 11, l’avantage de la formation de la nation allemande par rapport aux nations française et italienne, où il était nécessaire de fondre ensemble des races, aurait consisté en l’homogénéité des Stämme.

23 Cf. Fleckenstein J., Grundlagen und Beginn der deutschen Geschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1974.

24 Cet aspect ne semble pas avoir été pris en compte par l’historiographie allemande.

25 Dans les débats et déclarations de l’Assemblée nationale de Francfort en 1848-1849, on employait les termes « nichtdeutsche (non-allemands) Volksstämme » et « andersredende (utilisant d’autres langues) Stämme ». Cf. Gosewinkel D., op. cit., p. 114.

26 Breuer S, Ordnungen der Ungleichheit : die deutsche Rechte im Widerstreit ihrer Ideen 1871-1945, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2001, p. 83.

27 L’Empire allemand (Deutsches Reich) proclamé à Versailles avait la forme constitutionnelle d’un État fédératif (Bundesstaat). La souveraineté reposait sur l’ensemble des Princes et des Villes Libres, représentés au Bundesrat ; la Prusse y avait 17 voix sur 58. Le Roi de Prusse devenait Empereur allemand (et non Empereur d’Allemagne) ; le titre était désormais héréditaire.

28 Pour ce qui suit voir l’étude d’Arno Borst, « Barbarossa 1871 », in Borst A., Reden über die Staufer, Frankfurt-Berlin-Wien, Ullstein, 1978, p. 91-178.

29 Voir également les pages consacrées à la « Barbarossa-Euphorie » après la fondation de l’Empire par Klaus Schreiner dans « Friedrich Barbarossa – Herr der Welt, Zeuge der Wahrheit, die Verkörperung nationaler Macht und Herrlichkeit », in Haussherr R. et Väterlein C.(dir.), Die Zeit der Staufer. Geschichte – Kunst – Kultur. Katalog der Ausstellung Stuttgart 1977, vol. V, Stuttgart, 1979, p. 544 sq.

30 Borst A., op. cit., p. 93.

31 Ibid., p. 119.

32 Cité ibid., p. 177.

33 Cf. Kott S., Bismarck, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

34 Dahn publiera entre 1881 et 1889 une Urgeschichte der germanischen und romanischen Völker en 4 volumes.

35 Esch A., « Formel eines deutschen Erinnerungsortes : Ein Kampf um Rom », in éTienne F. et Schulze H. (dir), Deutsche Erinnerungsorte, vol. V, Munich, Beck, 2001, p. 27-40, à la p. 32.

36 Rovan J., op. cit., p. 39.

37 Voir à ce propos Spielvogel J., « Die historischen Hintergründe der gescheiterten Akkulturation im italischen Ostgotenreich (493-553 n. Chr.) », Historische Zeitschrift, 274, 2002, p. 1-24. Cf. Werner K.-F., op. cit., p. 188 à propos de la « römisch-gotische Symbiose ».

38 Cassiodore, Variae 1,1 (508) ; cf. 7, 3 (526). Cf. Werner K.-F., op. cit., p. 189, et Spielvogel J., op. cit.

39 Esch A., op. cit., p. 40.

40 Cf. Borst A., op. cit., p. 150.

41 Fichte J.-G., op. cit., p. 102 sq. Cf. Johanek P., « Mittelalterliche Stadt und bürgerliches Geschichtsbild im 19. Jahrhundert », in Althoff G. (dir.), Die Deutschen und ihr Mittelalter. Themen und Funktionen moderner Geschichtsbilder vom Mittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1992, p. 81-100, à la p. 94, et Schreiner K., op. cit., p. 539.

42 Johanek P., op. cit.

43 Cf. Bruhns H., « La ville bourgeoise et l’émergence du capitalisme moderne : Max Weber “Die Stadt” (1913/14-1921) », in Lepetit B. et Topalov C. (dir), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001, p. 47-78, 315-319 et 344-350 ; « Webers “Stadt” und die Stadtsoziologie », in Bruhns H. et Nippel W. (dir), Max Weber und die Stadt im Kulturvergleich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000, p. 39-62. Schorn-schütte L., « Stadt und Staat. Zum Zusammenhang von Gegenwartsverständnis und historischer Erkenntnis in der Stadtgeschichtsschreibung der Jahrhundertwende », Die Alte Stadt, 10, 1983, p. 228-266. Schreiner K., « “Kommunebewegung” und “Zunftrevolution”. Zur Gegenwart der mittelalterlichen Stadt im historisch-politischen Denken des 19. Jahrhunderts », in Quartaal F. et Setzler W. (dir), Stadtverfassung, Verfassungsstaat, Pressepolitik. Festschrift für Eberhard Naujoks, Sigmaringen, 1980. Ce n’est qu’après 1871 que l’empereur apparaît dans certains ouvrages comme le garant de cette liberté urbaine.

44 Cf. sur ce roman Kipper R., Der Germanenmythos im Deutschen Kaiserreich. Formen und Funktionen historischer Selbstthematisierung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 95-109.

45 C’est la phrase finale d’une conférence sur « Les causes sociales du déclin de la civilisation antique » prononcée par Max Weber en 1896 ; Weber M, Économie et société dans l’Antiquité, Paris, La Découverte, 1999, p. 83.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540