Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Deuxième partie. Histoires de famille

Contes du père et comptes des fils. Le roman familial des Tallemant

Alain Boureau

Texte intégral

  • 1 Mon intérêt pour Tallemant en procède néanmoins indirectement : je considère cet auteur comme un e (...)

1Pour saluer mon ami André Burguière, je suis sorti imprudemment de mon domaine, la scolastique médiévale1, pour marauder sur un terrain qu’il affectionne, celui des relations familiales d’Ancien Régime, dans leur rapport avec les questions de patrimoine et de transmission, en utilisant, comme il aime à le faire en complément des documents archivistiques, une source littéraire. J’ai choisi un illustre représentant de la terre que je partage avec André, la Charente.

  • 2 Sur les usages historiens de la lecture de Tallemant, voir l’analyse dense de Robert Descimon dans (...)
  • 3 J’utilise la précieuse édition d’Antoine Adam : Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, Gallimar (...)
  • 4 La publication éditoriale n’eut lieu qu’en 1834 grâce à Monmerqué, ce qui n’en fait pourtant pas u (...)

2Pourtant, cet auteur, Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1692)2 paraît bien éloigné de l’autobiographie ordinaire, qu’André a étudiée bien avant d’autres historiens et qui lui a fourni souvent matière à l’étude des pratiques et perceptions familiales. Rien ne semble rapprocher Tallemant de Ménétra ni de Restif de La Bretonne, si importants dans l’Histoire de la famille. Tallemant ne répugne pas à l’emploi de la première personne, mais le fait assez rarement. Le texte3 qui l’a rendu célèbre, les Historiettes, qu’il composa à partir de 16574, ensemble immense et bariolé de portraits, souvent brefs et incisifs, ne présente pas non plus de dessein d’ensemble, comme les Mémoires de Saint-Simon. Les Historiettes reprennent très souvent diverses sources d’époque, mémoires, libelles et chroniques et, en grande partie, échappent à l’information directe et se rapportent fréquemment aux règnes d’Henri IV et de Louis XIII. Cependant, le jeu compliqué des additions et annotations, le choix de certains personnages rapprochent parfois le texte d’un journal de famille, avec la liberté extraordinaire que suscite le genre. En outre, plusieurs historiettes sont consacrées à des parents proches ou éloignés.

Une histoire de famille

3L’intérêt particulier de cet aspect familial, quantitativement mineur dans le recueil, tient à la distance de l’auteur, qui intègre cette histoire personnelle dans une description satirique et cynique du monde, sans en excepter ses proches. Le moi de Tallemant, sans être masqué ni dégagé de toute implication, reste à distance. D’autre part, la tension entre catholiques et protestants se trouve au cœur des affaires familiales, on le verra. En outre, les tactiques et stratégies familiales croisent trois zones géographiques et culturelles : la Flandre originelle, Paris, lieu d’exercice, et l’Aunis d’adoption.

  • 5 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 545-581.

4Je vais me concentrer sur l’une de ces Historiettes, placée dans une série familiale brève, mais assez dense, qui tranche sur le hasard multiforme de la narration5 : Tallemant traite à la suite de son cousin germain (« Tallemant, le maître des Requestes »), de sa cousine germaine (« Madame d’Harambure »), de son oncle (époux de sa tante paternelle) et d’un fils de ce dernier, son cousin (« Le Leu et Lozières ») ; seules deux très brèves historiettes, à propos de personnages rencontrés dans cette narration, séparent cette chronique familiale de notre long récit. Sa rédaction a été retouchée et étendue au moins une fois : composée vers 1658, elle mentionne un événement de 1666. Elle porte sur « l’abbé Tallemant, son père, etc.. ». Il s’agit de François Tallemant, né en 1620, frère cadet de l’auteur, Gédéon Tallemant des Réaux. « Son père » est le propre père de l’auteur. Le « etc.. » ne peut désigner que Marie, la sœur benjamine de Gédéon et de François, née après 1623, dernière survivante de la fratrie, dont le mariage est longuement conté dans l’épisode. La mère, née Marie de Rambouillet, intervient fort peu. Deux frères puînés, Henry et un fils dont on n’a pas retrouvé le prénom, étaient morts à la guerre en 1644 et 1645, au moment du principal épisode rapporté.

  • 6 Ibid., p. 572.

5La fratrie ne se limite pas à ces trois frères et sœur survivants, puisque plusieurs enfants étaient nés d’un premier lit (1605-1617), suivi rapidement d’un remariage (1618) avec Marie de Rambouillet. L’auteur affirme la continuité des deux lits, à propos de son propre mariage, il note : « J’en fais parler par mon frère aisné [né en 1608], qui aime qu’on fasse honneur à la primogéniture6. » Ce respect des traditions n’empêchait pas les tensions : « Moy, de mon costé, j’estois fort las des divisions de la famille : deux differents licts ne sont jamais bien d’accord. »

6La famille Tallemant, d’origine flamande, repliée autour de La Rochelle au moment des persécutions du duc d’Albe, du temps du grand-père de Gédéon, était protestante. Une surprise, pour l’historien, qui connaît l’ampleur et l’horreur extrêmes des massacres inter-confessionnels au XVIe siècle et les vagues énormes d’émigration, forcées ou volontaires, au siècle suivant, est de constater la grande porosité de la frontière entre protestants et catholiques dans le milieu qui intéresse Tallemant. Les alliances matrimoniales et les relations d’affaires outrepassent et ignorent cette frontière. La famille Tallemant possédait une banque importante, où Richelieu lui-même investit de fortes sommes. La seule chose qui importait vraiment, c’était l’acte de conversion, le franchissement explicite de cette frontière, parce qu’il rompait avec l’implicite de la coexistence et avec l’ordre familial. La conversion, en effet, créait l’événement, comme on le verra à propos de la relation entre Gédéon et son cadet. Elle était marquée par une folie qui cherchait à tout prix l’individualité, comme chez Paul Yvon (Le Leu), l’oncle paternel par alliance de Gédéon, qui se voyait comme Messie, et se prenait pour Abraham, au point de vouloir littéralement sacrifier sa femme, sœur du père de Tallemant. Or cet éminent dirigeant des Rochelais proclama, lors du fameux siège de la ville, qu’il allait se convertir au catholicisme. A contrario, la fidélité au protestantisme signait un accord profond avec la tradition familiale.

7On trouve donc dans cette famille, malgré ses bizarreries, tous les ingrédients d’une tension classique (des biens, deux lits, une fratrie assez nombreuse, des ambitions politiques, des carrières diverses, dans les armées, les Églises et les possessions terriennes).

Deux mariages et deux enterrements

  • 7 Je rétablis des dates et un ordre, absents de la narration de Tallemant, en partie grâce aux notes (...)

8Pour l’essentiel, l’historiette narre le mariage de Gédéon et celui de leur sœur. La scène se passait en 16447. Tallemant avait donc vingt-cinq ans. En 1643, son frère François, converti au catholicisme vers 1639 ou 1640, venait d’acheter la charge d’aumônier du roi, après un voyage à Rome. Le cadet avait donc pris ses options de carrière et disposé ainsi de son pécule personnel. Pour Gédéon, il ne s’agit là que d’ambition. Un cadet de second lit devait déplacer ses perspectives de vie et de carrière.

  • 8 Voir Burguière A., « “Cher cousin” : les usages matrimoniaux de la parenté proche dans la France d (...)

9Selon la propre narration de l’aîné, notre auteur, la crainte envieuse de ce frère cadet de perdre des avantages successoraux par sa conversion et son allégeance au pouvoir catholique, incita Gédéon à obtenir de son côté sa part du patrimoine ; il y voyait, selon les recommandations paternelles, deux préalables possibles : la charge de conseiller ou le mariage. L’acquisition d’une charge supposait un lourd financement de sa part, c’était un investissement individuel. Il choisit donc le mariage, qui impliquait un investissement familial. Tallemant prit toutes ses précautions et choisit sa toute jeune cousine (onze ans et demi), fille du frère de sa mère8. Le fameux mariage croisé des anthropologues rabattait Gédéon dans la tribu étroite de la famille du second lit. Il ne s’agissait pas de gagner par le mariage, mais de maintenir : « On ne pouvait me tromper pour le bien, nos pères avoient fait les mesmes affaires, et, comme ils avoient eu de grands procez et qu’il y avait encore tous les jours quelque chose a demesler, je croyais les rendre amys pour jamais. » L’historien peut voir là une occurrence précise du mariage précoce des filles, avec une nette différence d’âge des époux expliquée par la lenteur des choix de carrière des jeunes gens, liée elle-même au sort des frères.

  • 9 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 578.

10Le fait que le début de l’épisode se passe entre les morts des deux frères benjamins à la guerre n’est pas de hasard. Notons aussi, au passage, l’ampleur extrême des décès militaires dans l’histoire des familles chez Tallemant, à l’encontre d’une représentation fréquente sur la faible mortalité des guerres d’Ancien Régime. Plus tard, la mort du deuxième frère benjamin (en 1645) fixe la question du partage entre les enfants du second lit, et donne au père l’occasion d’une nouvelle répartition du patrimoine : « Au lieu de cent mille francs qu’il donnait à ma sœur, il luy donna cinquante mille escus, et autant à l’Abbé, les egallans tous deux à moy, qu’on marioit et qui estois l’aisné9. » On sent nettement la protestation de Gédéon, devant ce partage égalitaire qui doit évoquer des coutumes méridionales. La disposition entraîna une répartition proportionnelle parmi les enfants du premier lit. Tallemant mentionne que son père eut à regretter ce partage. Le père ne fut probablement pas esclave des coutumes juridiques, mais cet arrangement eut comme origine tant la pression des enfants que la volonté, chez le père, d’assurer le mariage de sa fille, dont une première version avait échoué.

  • 10 Ibid., p. 771.

11Pour l’historien de la démographie, on trouve là une des raisons de la limitation volontaire des naissances en Europe ; dans l’historiette consacrée à son oncle, le maître des Requêtes, Tallemant rapporte un appauvrissement vertigineux qu’il attribue en grande partie à la profusion des enfants (un par an). Dans une autre historiette, consacrée à diverses tromperies (« Fourberies10 »), des époux décident sciemment de ne plus procréer après la naissance de leur première fille : ils « se résolurent d’estre quinze ans sans coucher ensemble, ou du moins sans travailler à la propagation du genre humain. ». Ils peuvent donc marier cette fille à quinze ans et son statut de fille unique le permet facilement et diminue d’autant la prestation de la dot, parce qu’elle sera héritière. La fourberie qui intéresse Tallemant, c’est que le soir même des noces, les parents procréent. Nous avons là une attestation précise et calculée du contrôle des naissances, dont Tallemant suggère le moyen (« du moins sans travailler.. »), mais aussi de l’absence de préférence pour les enfants mâles, n’en déplaise aux historiens. La modernité selon Tallemant faisait des enfants une charge financière et ce fut là un tournant historique important.

12Très peu de temps après l’accord matrimonial, les frères du premier lit arrangèrent secrètement le mariage de Marie, sœur cadette de Gédéon et François, avec Nicolas de Rambouillet, le propre frère de l’élue de Gédéon. La stratégie reste implicite chez Tallemant, mais on peut supposer qu’il s’agissait pour les enfants du premier lit de faire des alliances du second lit (la sienne et celle de sa sœur) un jeu à somme nulle. La preuve en est que Gédéon comprend les intentions de son frère aîné dès qu’il se sait approché, sans une parole préalable. Il feint son accord et œuvre secrètement à la destruction du mariage projeté. Il n’en donne pas les raisons, mais on peut imaginer que cette neutralisation des intérêts Tallemant-Rambouillet le bloquait dans ses espérances sur le patrimoine paternel. François adopte la même politique, sans doute pour des raisons analogues. Peut-être comptait-il aussi brouiller les Rambouillet avec Gédéon. Peut-être attendait-il une conversion de Marie au catholicisme qui aurait ouvert la possibilité de la caser comme moniale. En tout cas, s’il réussit à saper le mariage Rambouillet, il échoua face à Gédéon, qui se maria et se livra alors à de savantes manœuvres pour faire épouser à sa sœur Marie le marquis de Ruvigny.

  • 11 Ibid., p. 572.

13On l’a dit, le rôle institutionnel de la mère semble faible. De fait, elle demeure cantonnée dans la zone du second lit, par rapport à l’ensemble du patrimoine géré par le père. Mais à l’intérieur de cette sphère, elle importe grandement. Gédéon considère que ce fut une des raisons des choix de François : « Il me craignoit plus que tous, parce que ma mère m’aimoit fort11. » C’est elle qui persuade son mari de l’adéquation du choix de Ruvigny. Elle incarne l’unité du second lit autour de l’axe Tallemant-Rambouillet.

Passions familiales

14Ce bref épisode livre donc d’assez précieuses informations sur l’histoire sociale et démographique du mariage d’Ancien Régime, vue par un acteur proche et distant. Mais il y ajoute une notation originale, en s’attachant à petites touches aux passions qui se déroulent dans le cadre familial. L’affection ne semble pas exclue de ces calculs. Tallemant prétend avoir « de l’inclination » pour sa jeune cousine, il est vrai devenue sa femme, probable lectrice des Historiettes. Le père éprouve aussi de l’affection pour sa fille Marie et Gédéon réussit son opération Ruvigny en trompant un père soucieux du bonheur de sa fille : « On luy fit accroire que le cavalier qui ne l’avait jamais vue en estoit furieusement amoureux. »

  • 12 Voir Martin J.-P., Le Livre des hontes, Paris, Seuil, 2006.

15Mais, de façon plus décisive, le texte porte sur un moteur puissant, l’hostilité affective originelle et sans fin des deux frères Gédéon et François, au-delà de toute tactique : « l’Abbé, dez son enfance, avoit tousjours eu contre moy une envie estrange ; qu’il a encore et que je n’espere pas surmonter ». L’évocation de François, perfide, vise à le constituer en personnage ridicule, alors que c’est la relation des frères qui détermine tout en dernière instance. Les enjeux sociaux fournissent les armes d’un combat qui se joue autour du père. De même, et ceci vaudrait pour l’ensemble des Historiettes, les luttes religieuses donnent un exutoire et un prétexte à l’affrontement des aînés (ici les protestants) et des cadets (ici les catholiques). Les aînés représentent la fidélité tolérante au Père, les catholiques la volonté de remplacer ce père. Le dogme importe peu chez Tallemant, qui ne le mentionne jamais : on ne se tue pas pour le statut de l’eucharistie, mais pour l’image patriarcale. La leçon vaudrait pour bien des conflits religieux jusqu’à nos jours. Les conflits les plus atroces se développent quand le sujet peut projeter sur du « réel » (des territoires, des hommes) un conflit interne qui ne peut se dire, à la fois et contradictoirement inconscient et honteux. La coupe déborde quand la honte vous attaque sans sa motivation, qui permettrait un discours sur soi ou sur l’autre12. Aristote et la Bible le disaient depuis longtemps : pour l’un la temporalité, source de tous les malheurs humains, se définit comme l’irréductibilité de l’avant et de l’après (prius et posterius), des conditions d’aîné et de cadet ; pour l’autre, le conflit entre Esaü et Jacob illustre les privilèges et les servitudes de l’aînesse dans une situation de gémellité et souligne le rôle de la mère dans le choix arbitraire soutenu de supercheries.

16Dans un premier temps, l’abbé François fait l’objet d’une fiche courante. Dans les deux premières pages, l’auteur présente le personnage par son caractère (principalement ses défauts), par la circonstance religieuse qui noue sa vie et par ses amours. Ce sont les trois catégories principales récurrentes chez Tallemant. Et, comme dans les autres textes, l’ordre est sautillant et le rapport entre les anecdotes et les traits qu’elles sont censées illustrer demeure assez flou. Mais Tallemant reconnaît à François un certain talent, bridé pour lui par la mélancolie du personnage et par sa paresse. Cette paresse classe François parmi les « intellectuels » quand il s’agit de dominer la course d’un cheval, mais affecte aussi son propre domaine, puisqu’il divise un fort volume d’Aristote en vingt-quatre petits tomes, pour son confort physique. Le préjugé de Gédéon se manifeste : la vraie paresse d’un intellectuel serait non pas de lire Aristote au lit et de se lever tard, mais de ne pas le lire du tout. Les amours de François se réduisent pour Tallemant au fait qu’il s’éprenne de sa cousine paternelle, Madame d’Harambure, fille de son oncle Gédéon II, frère du père. Le maillage familial se densifie.

17Mais c’est la conversion au catholicisme qui paraît la plus déterminante dans la configuration familiale. Tallemant commence par expliquer cette conversion par l’ambition ; de fait, François tente d’attribuer sa conversion à l’abbé de Retz, le futur cardinal, qui avait accompagné les frères dans leur voyage en Italie. Le fond de l’affaire semble reposer sur la rivalité avec Tallemant pour l’affection du père. Le père s’irrite de cette conversion et exile François en province en lui envoyant des lettres de reproche et d’exhortation. François en lit des extraits à son ami Quillet en notant un passage où sa conduite est opposée à la fermeté de son grand-père nommé lui aussi François, celui qui avait choisi l’exil hors de Flandre. Il sent dans cet argument généalogique la patte de son frère : « Voylà qui est du fils aisné. » Le second lien passe chez Tallemant par des considérations générales : « Je ne sçay si c’est la soutane qui luy a communiqué l’avarice des gens d’Église, mais aussytost il eust une aspreté estrange pour le bien. » Les faits invoqués désignent un autre sens : dans un premier temps, François quitte un hôtel familial où il était logé par son père contre pension, pour éviter le contact avec les huguenots, selon la recommandation de Vincent de Paul, prétend-il. Puis, peu à peu, il s’installe chez son père. L’intérêt financier ne joue guère alors que la proximité paternelle importe.

Les encoches d’Esaü

  • 13 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 569.
  • 14 Ibid., p. 568.
  • 15 Ibid., p. 581. Cette pièce a disparu.

18Ici, Tallemant interrompt son portrait pour évoquer le père. Or il n’aborde nullement sa carrière, ni son caractère. Il le dit lui-même : « Avant que de passer outre, il est bon de dépeindre un peu l’humeur de mon pere13. » Gédéon, le fils patient et enjoué, hérite de la joyeuseté de son père. Il est moqueur par droit d’aînesse, opposable au chagrin de son cadet. L’historiette s’ouvre sur une terrible ambiguïté : « Il est vray que son chagrin est quelquefois plaisant14. » Mais pour qui ? Pour ses auditeurs ou pour la dérision fraternelle ? En fin de texte, Gédéon note : « Je luy ay addressé une satire sans qu’il le sache ; mais c’est comme à mon Nepié Persès [mon insensé de Persée], à l’imitation d’Hésiode15. »

19La gaieté paternelle se manifeste dans l’expansion du langage familial : « Il parloit aux gens de dehors, pour peu qu’il fust en belle humeur, car il estoit gay naturellement, comme à ses enfants ; vous l’entendiez si vous le pouviez. » En revanche, le fils sourd à la rengaine paternelle tombe en mélancolie : « C’est le plus grand inquiet de France, et qui chagrine le plus. »

20Cet englobement du monde par le discours interne offre le trait principal qu’il note sur son père, dont il décrit l’idiome privé, qu’il étend de sa famille vers l’extérieur. Ce langage mêlait des tournures charentaises et une curieuse manière de désigner les êtres par une série d’antonomases qui s’enchaînaient (un ministre écossais ennuyeux entraîne la désignation de tout sot par le terme d’Ecossais et le ministre lui-même reçoit en nom propre des appellatifs ironiques : excellent, puis magnifique). De façon plus curieuse, le père remplace l’emploi commun d’une locution par une occurrence particulière sans aucun référent accessible : « Quand il voulait dire : vous dittes vrai, il disoit :’L’enfant dit vray, y en eust-il pour cens escus.’ » L’interlocuteur présent recevait une approbation paternelle à la troisième personne, qui associait l’éloge de sa véridicité à un désintéressement, qui annulait la relation d’héritage, patrimoniale, comme par dénégation.

  • 16 Voir Lathuillère R., La Préciosité. 1, Position du problème, les origines, étude historique et lin (...)
  • 17 Voir l’analyse des communiter loquentes par Catherine König-Pralong dans « Dietrich de Freiberg : (...)
  • 18 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 569.

21Seul son fils, l’écrivain Tallemant, put retrouver, après la mort du père, le sens de cette locution : « C’est qu’a La Rochelle il y avoit un vieillard qui faisoit aller un petit garçon devant luy. Ce petit disoit :“Qui a de vieux souliers à vendre ? mon père les achèptera.” Et le vieillard adjoustoit gravement :“L’enfant dit vray, y en eust-il pour cens escus.” » L’obscurité de cette phrase aurait pu être relevée par les scolastiques comme une fallacie de l’accident : une opinion absolue s’exprime dans une phrase qui porte, dans son emploi premier, sur un accident déterminé par simple association : « Y en eust-il pour cens escus » se réfère à une partie de l’énoncé, affirmant la quantité de souliers achetables, et non à la véridicité des paroles de l’enfant. L’erreur logique est devenue la source d’un langage propre, perçu comme trait d’esprit et comme parole familiale à double entente. On reconnaît là une variante du langage de la préciosité16 qui entendait faire du langage trop commun et trop partagé l’expression d’une identité de groupe17. On peut s’étonner de ce rapprochement : aucun trait précieux ne se trouve dans les Historiettes qui abondent en mots grivois, en allusions scabreuses et charnelles. Mais les liens de Tallemant avec le salon de Catherine de Rambouillet, berceau de la préciosité, sont connus et Gédéon participa à la célèbre Guirlande de Julie, offerte en 1641 à Julie d’Angennes, fille de Catherine. La tension entre littérature précieuse et grivoiserie illustre deux aspects de la figure paternelle : d’un côté, il est présenté comme l’homme de la nature : « C’estoit un homme du vieux temps, in puris naturalibus, qui en sa vie, n’avoit fait une réflexion18. » Cette dernière remarque n’a rien de péjoratif et s’oppose implicitement à l’intellectualité torturée et introspective de François. Le père et la mère communient dans le langage grivois. La mère achève ainsi de convaincre le père de l’excellence du mariage de leur fille avec Ruvigny en s’enchantant de son surnom de quarré qui évoque sa membrure virile : « Mon pere disoit assez plaisamment que depuis que ma mere eut oüy parler du quarré, elle luy disoit toutes les fois qu’il se resveilloit la nuict :“Monsieur Tallemant, vous ne trouverez jamais mieux pour vostre fille”. » Mais les pura naturalia, curieusement convoquées ici, désignent dans le vocabulaire scolastique, l’humanité en dehors de la grâce.

  • 19 « Contes, naifvetez, bons mots, etc. », « Bons mots, contes pour rire », « Naifvetez, bons mots, r (...)

22Précisément, le charme du père vient de la grâce ajoutée de son langage, qui est de même structure que le langage précieux : il s’agit de s’approprier en groupe le langage. La figure dominante dans la rhétorique de Tallemant est celle de l’asyndète, de la suspension des liens logiques, qui oblige le lecteur, lâché par le récit, à faire corps avec le narrateur, grand collectionneur de mots, de réparties au point d’en faire l’objet de plusieurs historiettes19.

  • 20 Ibid., p. 578. L’enseigne désignait à la fois un grade d’officier et le fanion militaire qu’il port (...)

23Dans le roman familial de Tallemant, ce style paternel du mot de père (exactement comme on parle d’un mot d’enfant) est diversement apprécié : un des benjamins morts à la guerre est loué par Tallemant précisément pour un mot qui tient à la fois du mot d’enfant et de l’idiome paternel : il « estoit un si bon garçon qu’il disoit pour dire qu’il vouloit estre enseigne, qu’il vouloit estre drapeau20 ». Mais, à la complicité de Gédéon le collecteur et l’interprète des mots paternels, s’oppose la rigidité de François qui refuse d’entendre les répétitions sempiternelles des « contes » du père : « L’Abbé [François] s’avisa de dire qu’il vouloit faire une taille pour marquer chaque fois que mon père feroit un mesme conte, afin de rabattre autant de jours de sa pension. » Il faut certainement comprendre que les marques sur un bâton notaient une suspension au paiement qu’il devait en séjournant chez son père, en inversant le modèle familial des marques qui signalent la croissance d’un enfant. Là où le père attestait la vérité des dires du fils insensible à l’argent, ici le fils monnayait l’écoute du père.

  • 21 La désignation de Gédéon comme Des Réaux est légèrement anachronique au temps de la scène racontée (...)

24L’image de la taille, de l’encoche au patrimoine paternel revient significativement quand François considère le projet de mariage de sa sœur avec Rambouillet, en redoutant le bénéfice procuré par les talents de négociateur de Gédéon : « Des Réaux [Gédéon Tallemant] sera le maître de tout ; il taillera et rognera comme il luy plaira21. » Mais l’estoc de la moquerie de Gédéon réussit mieux que la taille de François, « garçon qui a de l’esprit, et des lettres ; il fait mesme des choses agréables, mais il n’y a rien d’achevé ». À la fin de son Historiette, Gédéon note un oubli intéressant chez lui-même « J’ay oublié de dire qu’il se fit de l’Academie, croyant que cela luy serviroit à la Cour. » Gédéon écrit et divertit ; François participe à l’institution de l’écrit, à l’Académie française (il y entra en 1651), sans rien produire. Le seul résultat noté par Tallemant consista en une multiplication des tailles, désormais pratiquées par François pour un mauvais usage des mots par le père.

25Un signe du triomphe de Gédéon et de l’allégeance de Ruvigny se trouva précisément dans sa mise à l’épreuve de l’idiome paternel ; le gendre écoute sans comprendre, mais en feignant de saisir : « il disoit toujours ouÿ, et il rioit quand il le voyoit rire. » De fait, Ruvigny doit écouter cette parole de bienvenue : « Voyez-vous, luy disoit-il, ma femme est C.A.I.L. de sa fille ; vous serez le gendre à la Manon ; quand elle sera douze douzaines, on luy donnera des bouillons. Je vous en avertis, a bon co ma nevoude de Battagley. » Tallemant en donne en note la traduction : « C’est-à-dire Caillette ; à La Rochelle on dit un cail ; il voulait dire coiffée de sa fille. Douze douzaines, c’est une grosse : quand elle sera grosse. Le gendre à la Manon, c’est que ma mère avoit bien du soing de gendre de sa fille du premier lict, et mon père disoit : “Que sera-ce donc du gendre à la Manon”. Ma sœur de Ruvigny s’appelle Marie. » Une autre note traduit l’expression gasconne : « Une femme de Bordeaux disoit cela : “Ma nièce de Battagley a bon cœur.” Il vouloit dire que ma sœur avoit du cœur. » Le message est banal et conventionnel ; c’est son expression qui vaut. On y trouve des tournures régionales (cail, la phrase gasconne, avec une possible double-entente grivoise), un calembour (grosse) une citation familiale incluant un surnom privé (Manon).

  • 22 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 581.

26François, le cadet mélancolique, poursuivait toujours sa taxation du vide du discours familial : après la ruine de la banque familiale, qui suivit de peu la mort de leur père, en 1655, alors qu’il ne pouvait plus disposer de carrosse, il écrivit à son oncle paternel, pour lui dire « qu’il avait à luy parler d’une affaire pressée ». Il se fit donc envoyer une voiture et offrir un déjeuner, saisit l’occasion d’une visite de solliciteurs auprès de l’oncle pour s’en retourner « sans avoir dit un mot de cette affaire pressée22 ». L’historiette s’achève sur cette anecdote, comme si Tallemant concédait un minuscule et dérisoire bénéfice au mélancolique rejet du discours paternel. Cette dernière anecdote, si insignifiante, constitue un ajout tardif de Tallemant, puisqu’il mentionne la vente par François de sa charge d’aumônier qui eut lieu en 1666. La vie de Gédéon avait entre-temps connu un bouleversement : en 1660, sa propre femme, Elisabeth, s’était convertie au catholicisme et était entrée au couvent, au contraire de leur fille qui s’exila au moment de l’édit de Fontainebleau qui résiliait l’édit de Nantes. Les catégories familiales se brouillaient ; Tallemant lui-même abjura en 1684, quelques mois avant l’édit. Qui l’emportait de François ou de Gédéon ?

*

  • 23 Ibid., p. 565.

27Il est bien difficile d’être cadet et on le demeure perpétuellement. On ne peut pas changer de place ; on doit se contenter d’un autre siège ; pour expliquer la conversion de son frère, Tallemant note avec son merveilleux sens du détail décisif et absurde : « La meilleure raison qu’il ayt ditte, c’est qu’il estoit tousjours à la portière du vent, en allant à Charenton [lieu du culte protestant dans la région parisienne]23. » Décidément, la bouderie de l’enfant qui se juge brimé par la famille tenait lieu de destin ou de Providence !

Notes

1 Mon intérêt pour Tallemant en procède néanmoins indirectement : je considère cet auteur comme un excellent témoin du rejet classique de la pensée scolastique.

2 Sur les usages historiens de la lecture de Tallemant, voir l’analyse dense de Robert Descimon dans « L’exemplarité sociale des Historiettes de Tallemant des Réaux », publié sur le site Fabula en octobre 2006. Voir aussi Jouhaud C., Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

3 J’utilise la précieuse édition d’Antoine Adam : Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 1961. Cette édition et mes citations respectent l’orthographe du temps.

4 La publication éditoriale n’eut lieu qu’en 1834 grâce à Monmerqué, ce qui n’en fait pourtant pas un document purement privé, car la circulation manuscrite fut sans doute assez forte.

5 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 545-581.

6 Ibid., p. 572.

7 Je rétablis des dates et un ordre, absents de la narration de Tallemant, en partie grâce aux notes d’Antoine Adam.

8 Voir Burguière A., « “Cher cousin” : les usages matrimoniaux de la parenté proche dans la France du XVIIIe siècle », Annales, histoire, sciences sociales, novembre-décembre 1997, p. 1339-1360.

9 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 578.

10 Ibid., p. 771.

11 Ibid., p. 572.

12 Voir Martin J.-P., Le Livre des hontes, Paris, Seuil, 2006.

13 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 569.

14 Ibid., p. 568.

15 Ibid., p. 581. Cette pièce a disparu.

16 Voir Lathuillère R., La Préciosité. 1, Position du problème, les origines, étude historique et linguistique, Genève, Droz, 1966.

17 Voir l’analyse des communiter loquentes par Catherine König-Pralong dans « Dietrich de Freiberg : métaphysicien allemand anti-thomiste », Revue thomiste, 108, 2008, p. 57-79.

18 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 569.

19 « Contes, naifvetez, bons mots, etc. », « Bons mots, contes pour rire », « Naifvetez, bons mots, reparties, contes divers », H II, p. 790-810, p. 857, p. 859-887. François lui-même use (mais avec parcimonie) de bons mots. Voir sa répartie sur saint Alivergaut, « qui mourut le V. roide », Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 581.

20 Ibid., p. 578. L’enseigne désignait à la fois un grade d’officier et le fanion militaire qu’il portait.

21 La désignation de Gédéon comme Des Réaux est légèrement anachronique au temps de la scène racontée. Tallemant n’acquit cette terre qu’en 1650.

22 Tallemant des Réaux, op. cit., t. 2, p. 581.

23 Ibid., p. 565.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540