Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Deuxième partie. Histoires de famille

Une correspondance familiale en Haute-Provence 1670-1830. De l’éducation et de l’apprentissage des enfants

Alain Collomp

Texte intégral

  • 1 A.D. Alpes-de-Haute-Provence, 1J 10 et 1J 11.
  • 2 Collomp A., La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, P (...)

1Les archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence conservent un fonds très important1 de plus de cinq cents lettres reçues par la maison des Boyer de Thorame-Haute, dans la haute vallée du Verdon, de père en fils pendant quatre générations, entre 1667 et 1831. Un tel corpus épistolaire constitue pour l’historien une masse précieuse de documents. Les témoignages que sa lecture révèle permettent d’illustrer des thèmes variés de l’historiographie. Certains concernent des aspects de l’anthropologie historique : parenté et alliance, dévolution des héritages, sentiments familiaux. D’autres touchent à l’organisation de l’agriculture, de l’élevage, notamment ovin, à la fabrication des draps de laine et à l’écoulement de cette production. Dans un ouvrage rédigé il y a plus de vingt-cinq ans2, j’avais déjà utilisé quelques lettres de la correspondance Boyer afin d’illustrer la question des arrangements de mariage et celle des échanges, à la fois d’hommes et de denrées entre la Haute Provence et le bas pays. Dans les limites imposées à la présente contribution, j’ai fait le choix d’un seul thème, celui de l’éducation, l’apprentissage et l’établissement des enfants. Avant de l’aborder, il me paraît nécessaire de présenter brièvement ces lettres, ceux qui les reçoivent et ceux qui les écrivent.

2Le premier destinataire est Pierre Boyer, généralement désigné comme marchand, parfois ménager, plus rarement encore cardeur à laine. Il fait fabriquer dans différents villages voisins des draps de laine qu’il écoule en partie lors des foires annuelles de la région et, pour le reste, à une clientèle de marchands de Turin, de Nice, peut-être de Marseille et de Gênes. Ce marchand drapier, lors de son décès en 1703, laisse des créances pour plus de 10 000 livres, plusieurs maisons, d’importantes surfaces de terre, un troupeau de plus de 750 brebis. Le plus grand nombre des lettres reçues par ce Pierre Boyer, les plus longues et les plus intéressantes, émanent d’un de ses frères, Jean Boyer, ecclésiastique. Dans l’analyse de la correspondance, nous aurons l’occasion de revenir sur ce personnage haut en couleur, d’abord official de l’évêché de Digne, plus tard, après la Révocation de l’Édit de Nantes, prêtre dans des paroisses du haut Dauphiné, puis chanoine de Crest.

3Alexandre Boyer, fils aîné de Pierre, était âgé de vingt-cinq ans quand il succéda à son père. Du fait de sa longévité (il est mort en 1757 à près de quatre-vingts ans), destinataire pendant plus de cinquante ans de la correspondance familiale, il est celui qui reçut le plus grand nombre de lettres et, sans conteste, les plus variées. Il continua l’activité professionnelle de son père de marchand drapier, désigné le plus souvent comme « marchand de Thorame-Haute », puis, de plus en plus au fil des années, comme « bourgeois de Thorame-Haute ».

4Bonnaventure Boyer, destinataire de troisième génération de la correspondance, né vers 1730, était un homme jeune, marié depuis peu quand il devint chef de ménage à la mort de son père. Dernier de la fratrie, il ne semblait pas voué à devenir l’héritier-successeur, place réservée à l’aîné des garçons suivant l’usage provençal. Étienne Boyer, son frère aîné de plus de quinze ans, depuis longtemps marié avec une fille du pays, était établi dans une autre maison de Thorame-Haute. Sa fille aînée, et donc nièce de Bonnaventure, épousa en 1764 le notaire Hyacinthe Arnaud, lui aussi de Thorame. Les premières lettres adressées à Bonnaventure Boyer datent du vivant de son père, avant 1757. Les dernières lui ont été écrites peu avant son décès, en 1807. Pour des raisons qui me restent inconnues, des lettres datées entre 1787 et 1797 et conservées dans le corpus sont adressées, non pas à Bonnaventure, mais à son neveu par alliance, le notaire Hyacinthe Arnaud. D’autres missives, parmi les plus intéressantes, ont été écrites par ce même Hyacinthe Arnaud à l’un de ses fils. Enfin, entre 1807 et 1831, seulement quelques lettres adressées à l’un des deux fils de Bonnaventure Boyer ont été conservées. Elles sont de peu d’intérêt.

*

5La lecture de ces cinq cents lettres permet de cerner les caractéristiques des échanges épistolaires entre les Boyer et leurs correspondants. Tout d’abord, une évidence : sauf quelques exceptions, mais qui peuvent être précieuses, la correspondance conservée dans le corpus est à sens unique ; il s’agit presque toujours de lettres reçues, adressées à ces chefs de maison restés au pays, « là-haut » comme on aimait écrire, par des individus qui sont en voyage, ou, plus souvent qui sont partis définitivement pour s’établir et tenter fortune ailleurs. Dans une grande majorité, les auteurs de ces lettres sont apparentés à leurs destinataires, à des degrés divers. Les correspondants de Pierre Boyer, puis de son fils Alexandre, de son petit-fils Bonnaventure ensuite, sont d’abord leurs frères, leurs fils, leurs neveux et leurs nièces. Mais l’alliance matrimoniale peut aussi entraîner des liens très forts. Un des gendres d’Alexandre Boyer, notaire à Digne, envoie fréquemment des lettres pleines de sollicitude à son beau-père. À la génération suivante, l’essentiel de la correspondance reçue par Bonnaventure Boyer vient de sa belle-famille, d’abord son beau-père Tartanson de Senez, siège de l’évêché dont dépend Thorame, mais aussi un des frères de sa femme, curé décimateur d’une paroisse du voisinage, grand pourvoyeur de son beau-frère en cochons, glands, fruits, huile de noix et laine.

6En dehors des liens de la parenté et de l’alliance rapprochées, les relations épistolaires s’étendent à l’ensemble de la parentèle, dans des degrés plus ou moins éloignés. Les lieux de résidence de ces cousins sont parfois très proches, témoignant de l’ancrage de certains cousins dans les villages de la haute vallée, où l’on a fait des alliances matrimoniales plus ou moins anciennes. On reçoit aussi beaucoup de lettres de la cousine Boyer Castel, originaire du berceau de la famille des Boyer, la Valette, gros hameau de Thorame Basse. Elle est mariée à Digne avec un bourgeois robin. C’est cette cousine qui fera le mariage de la fille aînée de son cousin Alexandre avec le notaire de Digne dont je viens de parler. Plusieurs cousins venus de la haute vallée du Verdon se sont fixés à Aix, la capitale de la province. Le « cousin Pascalis » (la mère d’Alexandre Boyer était une Pascal de Thorame) est le plus assidu des cousins aixois. Il enverra à Thorame, en août 1721, une longue relation des conditions de vie à Aix du fait de la peste qui, l’année précédente, avait sévi à Marseille et dans la région. Avocat ou procureur, il fait échange de bons procédés avec son cousin Boyer : il suit ses procès et reçoit des fromages de brebis, les fameuses tommes de Thorame, et les lentilles ou les graines de chou de là-haut. Il y a d’autres parents Pascalis à Aix, un oncle curé de la paroisse Saint-Jean-de-Malte, une cousine mariée à un marchand de tissus de soie qu’il fait tisser sur place. On trouve également trace d’autres cousins, des Boyer faisant aussi résidence à Aix. À chaque génération, des frères de nos Boyer chefs de ménage restés sur place, ou bien leurs cousins, ont quitté Thorame pour établir des commerces à Marseille, consolidant ainsi des liens de parenté. D’autres parents ont même quitté le territoire de la Provence. Des cousins Fabre issus de la petite ville de Colmars, au-dessus de Thorame, sont allés fonder à Lyon une maison de commerce qui semble prospère. Un de leurs frères est resté à Colmars, comme marchand. Il s’est marié avec une sœur d’Alexandre Boyer, renforçant les liens entre les deux familles.

7D’autres membres de la parentèle Boyer, au fil du temps, ont fondé des maisons de commerce hors de France, surtout en Italie. Des cousins Étienne, Dominique ou Joseph Boyer (prénoms faisant partie du stock onomastique de cette famille) se succèdent comme négociants en tissus dans la place de Turin. Un autre est établi à Livourne et commerce avec Gênes, Rome et, hors de la péninsule italienne, en Espagne. Un cousin germain de Bonnaventure a établi, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, son négoce à Gênes. Il a des affaires à Marseille et a fondé des comptoirs en Égypte. Toutes ces indications nous sont fournies par des lettres reçues de ces lieux par les Boyer de Thorame.

8Il reste cependant un certain nombre de correspondants qui n’ont aucun lien de parenté ou d’alliance avec les Boyer de Thorame. Deux ou trois d’entre eux aiment pourtant rappeler à leur destinataire qu’ils ont avec lui des liens de parenté spirituelle, tel ce maître tailleur d’habits de Saint-André, à quatre lieux en aval dans la vallée du Verdon, qui, dans une lettre de 1732, s’adresse à Alexandre Boyer en le nommant « Monsieur et très cher Compaire ». Bonnaventure Boyer reçoit, dans les années 1780, de nombreuses lettres de Toulon d’une dame Fauchier Berluc, femme d’un receveur des tabacs. On y parle d’échanges entre Haute-Provence et Provence côtière : figues et olives contre noix et fromages, draps de laine d’en haut contre tissus de soie d’en bas ; surtout, le haut pays est un gros fournisseur de main-d’œuvre pour la bastide de Madame Berluc à Toulon, masculine et surtout féminine. Plusieurs de ses servantes, au moins deux sœurs Gravier, sont les nièces de Bonnaventure Boyer, filles d’une sœur mariée dans un village de la haute vallée. Le lien de domesticité des nièces de Bonnaventure induit un rapport de familiarité entre leur patronne et leur oncle. Les lettres de Madame Fauchier Berluc à l’oncle se terminent par des nouvelles des servantes ses nièces et transmettent les compliments qu’elles adressent à leur oncle, leur tante et leurs cousines. Certaine missives d’une des nièces, Isabeau Gravier, adressées à son oncle semblent écrites et rédigées par sa patronne.

9La correspondance Boyer de Thorame comporte, comme on pouvait s’en douter, un assez grand nombre de lettres d’ordre professionnel. On peut faire entrer dans cette catégorie celles qui sont adressées à Thorame de divers bourgs ou villages de Basse-Provence, plus précisément de ce qu’on désignerait maintenant comme Provence varoise, où les troupeaux des Boyer passent l’hivernage. Les bergers qui les gardent, parfois encore des cousins ou des proches, donnent à leurs maîtres des nouvelles de l’élevage ovin, indications précieuses sur la gestion, notamment économique, des troupeaux. La plus grande partie de la correspondance professionnelle est constituée par les lettres de marchands, de Nice, de Marseille, de Digne et surtout de Turin. Elles fournissent des détails sur la fabrication et la qualité des draps de laine dans la haute vallée du Verdon, sur la commercialisation, les foires, les conditions de transport. Les lettres écrites par des marchands de Turin (l’essentiel de la production des draps de Haute-Provence se vend en Piémont) mettent bien en évidence les difficultés commerciales liées à la politique protectionniste engagée par les États de Savoie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

*

10Tributaire des sources dont je dispose, j’ai bien conscience que les notations qui suivent sur l’éducation et l’apprentissage des enfants ne donnent qu’une connaissance incomplète, et même fragmentaire, de ce sujet. Elles constituent cependant des témoignages que j’espère dignes d’être rapportés.

11Je commencerai par l’analyse d’une douzaine de lettres écrites, entre 1691 et 1705, par Jean Boyer, l’ecclésiastique, à son frère Pierre, marchand de Thorame Haute. J’ai déjà présenté ce prêtre de la famille Boyer qui, dans les années 1670, était curé de la paroisse de Digne et official de l’évêché. Il aimait enseigner les rudiments à des enfants qu’il prenait en pension. Le 29 octobre 1672 il écrit de Digne à sa mère qui va venir le voir de La Valette :

« Je vous avertis par cette lettre que j’ay trois garçons avec moy et un qui doit venir à la foire. »

12Dans les premiers mois de l’année 1682, un différend grave avec son évêque l’oblige à quitter Digne précipitamment pour s’enfuir hors de Provence, et même hors de France, à Nice. Il sera contraint d’y rester en exil pendant cinq ans, désolé de son inaction forcée, notamment de ne plus enseigner. Enfin, au printemps de l’année 1687, dans les années suivant la Révocation de l’Édit de Nantes, on lui donne une cure dans le Haut Dauphiné protestant. Il est d’abord nommé dans une modeste paroisse montagnarde, Valdrome et Les Prés : « C’est un païs à peu près comme le notre, tout de mesnagerie, mais bien pauvre », écrit-il le 8 mai 1687. À la fin de l’année 1688, il est nommé comme prieur de Vercheny, « paroisse unie et aisée de nouveaux convertis, […] dans un assez beau païs », à quatre lieues de Crest. Il est vite apprécié de l’évêque de Die. À Crest, il vient « de prêcher l’octave des morts avec beaucoup d’applaudissement ». Sa bonne réputation lui permet de reprendre ses activités pédagogiques. Le 12 juillet 1693, il écrit de Vercheny à son frère Pierre :

« J’ay sept ou huit garçons icy en pension avec moy, sans que j’aye fait aucune provision de meubles considérables, par quoy vous pouvez juger que j’aurois besoin de tout mon train de licts et de tables. »

13Son ou ses neveux de Thorame, aussi en pension chez leur oncle prêtre, sont-il comptés parmi les sept ou huit garçons ? Une lettre du 28 septembre 1691 adressée à Pierre Boyer nous apprend que Jacques Boyer, frère de Pierre et de Jean, ménager et marchand de la Vallette, a laissé son fils Jean-Pierre à Vercheny pour bénéficier de l’enseignement de son oncle ecclésiastique. Il y est encore le 12 juillet 1693. Dans cette même lettre, messire Jean Boyer écrit à son frère Pierre :

« Si j’avois été a portée vous m’auriez fait plaisir de m’envoyer Alexandre ou je vous l’auroy mieux dressé qu’on aura fait à Draguignan. S’il a quelque petit frère vous pourriez me l’amener, et je vous l’enseignerois comme je fais les autres. »

14L’aide apportée à leurs neveux par les ecclésiastiques, non seulement matérielle mais aussi intellectuelle voire spirituelle, est un phénomène bien connu. Elle est parfaitement illustrée par les propos d’un jeune prêtre de la famille Boyer, frère aîné du jeune Jean-Pierre en pension à Vercheny, dans une lettre qu’il adresse à son oncle Pierre Boyer durant ce même été 1693, après avoir pris lui-même connaissance de la lettre de messire Jean Boyer du 12 juillet 93. Ce Jean Boyer fils de Jacques, jeune ecclésiastique, est alors précepteur des enfants de Monsieur de Viany, trésorier général de France en résidence d’été à la Tour d’Aygues, dans l’actuel département du Vaucluse. Il exhorte son oncle de Thorame à faire le voyage jusqu’en Dauphiné pour rendre visite à son frère le chanoine. Il lui écrit :

« Je vous conseille aussi fort, si vous le pouvez commodément, de luy mener mon petit cousin qui vient après Alexandre (je ne me souviens plus de son nom). Car comme il vous marque fort bien par sa lettre un enfant profitera plus avec luy dans un an qu’il ne fairoit ailleurs dans deux ou trois. »

15Et il ajoute :

« Je regrette quelquefois de me voir encore obligé à élever et à instruire des enfans qui ne nous sont rien et de ne pouvoir rien contribuer à l’éducation des nostres […] ; on ne peut leur rendre un meilleur service que de les tirer de La Haut […] »

16Ce jeune prêtre, frère aîné de ce Jean-Pierre qui étudie auprès de leur oncle, va pouvoir réaliser, à la fin de 1694, son désir de « contribuer à l’éducation » des siens. Messire Jean Boyer réussit à le faire choisir à sa place comme prieur de Vercheny, alors que lui-même est nommé chanoine de la collégiale de Crest. L’oncle peut charger son neveu d’enseigner à Vercheny les rudiments à ses jeunes frères, voire ses cousins fils de Pierre, sous la direction de l’oncle chanoine qui veille au grain depuis sa résidence de Crest. C’est ce dernier qui donne des nouvelles de leurs enfants écoliers à ses frères de Thorame :

« Tout le monde se porte bien deçà tant icy qu’à Vercheny d’où mon neveu le Prieur m’écrit que ses frères font leur devoir et se portent bien. Antoine s’est à la fin déterminé à estudier après avoir long temps balancé et nous avoir donné beaucoup de chagrin par son indétermination. Dieu veuille donner sa sainte bénédiction à son travail et le pousser là où je souhaite. Le petit fait aussi bien mais on a peine de luy faire perdre le mauvais accent et les coutumes du village. » (28 janvier 1696)

17Il est assez facile de comprendre vers quelle carrière Messire Jean Boyer veut pousser les neveux qu’on lui confie. Il voudrait en faire des ecclésiastiques. Quand il proposait, en octobre 1694, à son frère Pierre de lui « prendre le petit », il lui disait : « Si le petit a l’ouverture d’esprit et dispositions aux lettres et à l’Église, dans deux ou trois ans je vous luy apprendray tout ce qu’il faut. Jean-Pierre en sçait autant qu’il sera nécessaire pour dire la messe… ». Par précaution, Messire Jean Boyer voudrait faire obtenir de l’évêque de Senez, diocèse où furent baptisés tous ses neveux, les demissoires (ou dimissoires), lettres par lesquelles il donne son consentement à ce qu’ils soient consacrés par un autre évêque. Dans presque chaque lettre à ses frères, il réitère cette demande pour chacun des neveux qu’il prend en pension : Ilard, Jean Pierre, Antoine ou Joseph.

18Qu’en est-il, dans les années qui vont suivre, de l’établissement de ces neveux de Messire Jean Boyer, les fils de ses frères Pierre et Jacques Boyer ? Jean-Pierre, second fils de Jacques semblait sur la bonne voie pour suivre la carrière ecclésiastique. Mais, au cours de l’année 1696, il fut atteint d’une maladie qui fit décider de son retour à Thorame, pour être avec ses parents et respirer l’air natal. Messire Boyer espérait que son état, au bout d’une année, lui permettrait de reprendre ses études à Vercheny ou à Crest. Il n’en fut rien. Et on le retrouve beaucoup plus tard marié, resté à Thorame. Un de ses fils, le dernier, posthume, devint lui prêtre. On le trouve encore, dans les années prérévolutionnaires, comme chanoine de la collégiale de Crest, à la place de son grand-oncle Messire Jean Boyer « très digne chanoine de l’Église collégiale de Crest », comme le désignait un de ses neveux dans une lettre de 1701. En revanche, Joseph, second fils de Pierre Boyer, « le petit qui vient après Alexandre », après avoir passé plusieurs années auprès de son oncle en Dauphiné (« Joseph se porte bien et se perfectionne aux lettres et à la Vertu », 27 juin 1697), embrassa l’état ecclésiastique. Après bien des années, il revint exercer son sacerdoce dans la haute vallée du Verdon comme prieur de Peiresc, un village proche de Thorame.

*

19Alexandre Boyer, fils aîné du marchand Pierre Boyer, contrairement à son frère cadet Joseph et à ses cousins, ne fut pas confié pour son éducation à son oncle le chanoine de Crest. Il fut mis en pension dans un collège de la ville de Draguignan. Est-ce parce qu’on savait qu’il n’était pas destiné en tant qu’aîné à l’état ecclésiastique, vers lequel Messire Jean Boyer poussait les enfants qu’il prenait en charge ? Alexandre Boyer, avant de succéder à son père, avait peut-être, après le collège, été mis en apprentissage chez un marchand ou négociant d’une ville de Provence : Digne ou Marseille, peut-être à Lyon, voire en Piémont à Turin. Au sujet des sept enfants d’Alexandre Boyer arrivés à l’âge adulte, les nombreuses lettres par lui reçues et conservées nous renseignent seulement sur l’établissement d’une de ses deux filles et d’un de ses fils cadets. La fille aînée, Marguerite Boyer, fut mariée le 28 février 1732 avec ce notaire de Digne dont il a déjà été parlé, Paul Hermitte. Deux lettres écrites par la marieuse, la cousine Boyer Castel de Digne, en juin et juillet 1731 sont la parfaite illustration de la façon dont se déroulent les négociations d’une alliance matrimoniale. Des cinq garçons, Étienne l’aîné, on l’a vu, faisait ménage séparé à Thorame. Les deux frères qui le suivent quittèrent le pays, allant s’établir comme négociants à Marseille. On ne sait rien de leurs études ni de leur apprentissage. Des deux derniers frères, le plus jeune, Bonnaventure, resta vivre dans la maison paternelle lors de son mariage, en attendant de succéder à son père. On n’a aucune indication sur sa formation. En revanche, on garde une vingtaine de lettres, reçues par Alexandre Boyer entre novembre 1740 et avril 1742, qui peuvent nous renseigner sur la mise en apprentissage de son avant-dernier fils, Honnoré.

20La première lettre, et plusieurs suivront, émane d’un Sieur Lieutaud, marchand de la petite ville voisine de Digne, qui est en relation d’affaires très suivie avec Alexandre Boyer. Il lui écrit le 15 novembre 1740 :

« Vous seres peut être bien aise d’avoir des nouvelles de votre fils. Je vous diray qu’il me paroit asses porté de bonne volonté à remplir les devoirs de l’état qu’il a embrassé. Je l’ay sondé souvent pour sçavoir sy cet état luy convenait. Il m’a toujours témoigné qu’il n’en voulait aucun autre. Ainsy je croy que vous fairés bien de luy donner moyen de le suivre en le faisant placer à Marseille par l’entremise de son frère ou à Turin par le moyen de vos parants. »

21Il semble donc que la mise en apprentissage chez un marchand de Digne ne soit pas considérée comme satisfaisante pour devenir un bon négociant. Il conviendrait de trouver une place dans une plus grande ville. Un mois et demi plus tard le Sieur Lieutaud écrit à Alexandre Boyer (27 décembre 1740) :

« Il est vray qu’il y a icy un maître qui montre à ecrire et à chifrer mais il est aussy vray que ce n’est pas un habile homme et que un garçon qui commence doit avoir de bons principes. »

22Le marchand de Digne ajoute :

« Après ce que je vous dis vous etes fort le maître d’envoyer votre fils chez moy ; sa sagesse et l’amitié que j’ay pour vous font que je le recevray avec plaisir […]. »

23Le 6 février 1741 le jeune Honnoré Boyer envoie de chez Monsieur Lieutaud une lettre à son père, du genre lettre d’affaires, qui laisse augurer d’un bon début d’apprentissage. Le style est correct et les caractères assez bien formés. Puis plus rien. Il faut attendre le 12 juin 1741 pour entendre parler à nouveau d’Honnoré, dans une lettre écrite de Turin par les négociants associés Pierre Richelme et Clary qui écrivent à Alexandre Boyer :

« Nous observons aussi que vous avez un garçon qui incline à faire le marchand et qu’il souhaiteroit d’entrer dans quelque boutique. Nous ne saurions monsieur où jetter les yeux pour vous le placer, car à vous dire vray le commerce ne va pas fort bien […]. »

24Autre tentative du père pour placer son fils Honnoré, quelques mois plus tard, encore à Turin, mais cette fois chez un parent, Étienne Boyer, aussi négociant. Ce dernier répond à son cousin de Thorame, le 9 octobre 1741 :

« Si je ne vous ai pas plutôt écrit ce n’étoit pas manque d’occasion, mais je me flatois en vain de trouver quelque place à monsieur votre fils, ce qui ne m’a pas pu réussir à moins de le mettre dans des négoces qu’ils ne peut que perdre son tems et dépenser de l’argent mal à propos […]. »

25Avait-on l’impression de perdre son temps à Digne dans le (sans doute) petit négoce du sieur Lieutaud ? D’où ces tentatives de placement à Turin, mais qui se sont révélées vaines. Le père avait aussi écrit à ses cousins Fabre, négociants à Lyon. Sans réponse de ces cousins lyonnais, il leur écrit à nouveau le 21 novembre 1741 :

« Je vous avois écrit pour me faire le plaisir de vous employer ou placer un fils que j’ai chez moi dans quelque bon négoce… L’on m’avoit parlé de le placer à Digne ; je me determinerai à luy écrire pour cela ; cependant il se dégourdira un peu et ensuite le temps viendra pour le placer ailleurs. »

26Force donc a été de se rabattre sur Digne. Le 18 novembre 1741, Lieutaud écrit à Alexandre Boyer :

« Puisque vous aves a la fin déterminé d’envoyer votre fils chez moy en qualité d’aprentif, je veux bien m’en charger… Ainsi vous pouvez l’envoyer lorsque vous trouverés à propos. Je feray de mon mieux afin que lorsqu’il sortira de ches moy il sache quelque chose ; à tout cas sy il veut aprandre il ne tiendra qu’à luy. Je le prendray pour un ou deux ans ; vous en serés le Maistre […]. »

27Et le marchand de Digne ajoute :

« Observés s’il vous plait que puisque vous vous déterminés à le laisser chez moy il convient qu’il soit habillé d’une manière à pouvoir se présenter partout. Ainsi donnés moy carte libre la-dessus et de la manière que je voudray luy faire un habit. »

28Cette dernière remarque, déjà formulée dans la première lettre datant d’un an plus tôt concernant la mise en apprentissage du jeune Honnoré Boyer, traduit bien les frontières entre les usages et modes vestimentaires entre les villages reculés et déjà la petite ville de Digne. L’apparence rude et fruste des gavots choquait sans doute encore plus les bourgeois de la capitale aixoise. Le cousin Pascalis avait déjà écrit d’Aix à Pierre Boyer de Thorame, le 18 septembre 1702 que son fils Joseph « arriva hier matin en cette ville venant de Crest… pour le mettre en quelque pension ou condition…. ». Et Pascalis d’ajouter :

« Il est mal habillé sans chapeau et solliers et n’a que deux chemises et deux cravates et par ainsi il ne sçauroit paroître et pour luy donner lieu d’esmulation et de s’avancer dans les estudes, il faut le segonder… »

29On sait par la lecture de la correspondance qu’Honnoré est encore à Digne vers la fin de 1742. Puis on perd sa trace, sans doute par la faute des lacunes de cette correspondance. C’est seulement sur un brouillon de lettre écrit en novembre 1751 par son père Alexandre, de retour du bas pays, à ses fils marseillais qu’on lit à nouveau son nom :

« J’ai ensuite parlé à votre frère Honnoré mon fils de ce que nous avions parlé ensemble. Mais il me fit connoitre qu’il estimait mieux prendre le party de la navication….. et comme il perd entierement son temps nous avons resolu de le faire partir par première commodité et quand l’occasion ne sera pas tout à fait présente pour s’embarquer, il sera bon qu’il reste un ou deux mois là bas que avec votre secours il commencera à se former et mesme aprandre quelque chose. »

30Telles sont les difficultés, les tergiversations de l’établissement de cet Honnoré Boyer, un des fils cadets d’Alexandre Boyer, marchand de Thorame. On n’a conservé aucune trace de lui après 1751.

*

31Alexandre Boyer meurt en 1757. Deux de ses fils sont restés vivre à Thorame après leur mariage. Étienne l’aîné a déjà trois fils et une fille qui épousera six ans plus tard le notaire Hyacinthe Arnaud. Le benjamin Bonnaventure restera dans la maison paternelle. Il aura lui-même deux fils. Il est question de l’établissement de son aîné André dans une lettre de 1784, adressée de Marseille à son père par son neveu Jean-Baptiste, fils premier-né d’Étienne Boyer : « Comme je compte de faire partir mon cousin André votre fils par la première occasion pour aller joindre mon frère, je vous prie de m’adresser sans délai par courrier son extrait baptistère…. ». Le frère de ce Jean-Baptiste, Jean-André, réside alors en Égypte, à Alexandrie ou à Rosette. Les deux frères se sont lancés, il y a au moins une dizaine d’années, dans le commerce avec l’Égypte, à partir de Marseille et Gênes. Il ne semble pas qu’André Boyer, le fils aîné de Bonnaventure, soit parti en Égypte dès 1784. Le 11 décembre 1787, le même Jean-Baptiste écrit, toujours de Marseille, à son oncle :

« Vous savés combien je suis porté à vous obliger et à rendre service à mes cousins. Lorsque l’aîné saura bien écrire, je pourrai l’employer facilement surtout s’il veut naviguer comme il me l’avait dit. S’il voulait une place au Levant, cela ne sera pas facile dans le moment ; mais l’occasion peut se présenter et en attendant il faut qu’il sache bien écrire. »

32En revanche, des lettres échangées entre André et son père prouvent qu’il est au Caire, puis à Alexandrie, à partir de 1789. Il est encore en Égypte en 1801. De 1802 à 1804, il est à Marseille, occupé à régler ses affaires d’Égypte. Il est revenu vivre à Thorame avant 1807 (année de la mort de Bonnaventure Boyer son père) comme propriétaire et « percepteur à vie du canton de Colmars ». En 1810, il épouse sa cousine germaine Adélaïde, fille d’Étienne Boyer, sœur de ses cousins Jean-André et Jean-Baptiste qui l’avaient accueilli en Égypte. Mariage de vieux : lui a 42 ans, elle 47.

33Déjà, en pleine tourmente révolutionnaire, en 1793, l’aîné de ses cousins, Jean-André, après avoir passé quinze ans à Rosette, était revenu à Thorame auprès de son vieux père. À quarante ans, encore célibataire, il a profité de ce bref retour au pays pour épouser sa nièce, fille de sa sœur Dauphine et du notaire Hyacinthe Arnaud. Son oncle Bonnaventure écrit en Égypte la nouvelle à son fils André :

« Je profite de la commodité de votre cousin qui est décidé à retourner à Rosette pour affaires de son commerce pour vous donner de nos nouvelles…. À l’arrivée de votre cousin vous pourrez lui faire compliment pour son mariage. Il a épousé sa niesse Adélaïde fille du cadet Arnaud dans le courant du mois d’août […]. »

34Le cadet Arnaud a aussi deux fils, Étienne et Joseph, les neveux du négociant de Rosette devenus ses beaux-frères. Comme il l’avait déjà fait pour son jeune cousin André Boyer, il propose d’embaucher l’aîné de ses neveux, Arnaud. Ce dernier est à Alexandrie en l’An 4. Un an plus tard, Jean-André Boyer écrit de Gênes à son beau-père Hyacinthe Arnaud (11 pluviose an 5) :

« […] Cy joint une lettre de mon neveu de Rosette qui sera un peu de vieille date…. Votre aîné demande son frère Joseph pour commis, ne pouvant pas faire tout seul. » Et il ajoute : « Joseph est toujours assés en état de seconder son frère quand ce ne serait que pour copier. S’il a besoin d’apprendre encore quelque chose, son frère le formera […]. »

35Le notaire Hyacinthe Arnaud écrit à son fils aîné en Égypte, le 6 prairial an V :

« […] En réponse je vous diray que votre frère part aujourd’huy 6 juin 1797, vieux stile, accompagné du médecin Castellan de Barreme notre cousin qui l’accompagne jusqu’à Gênes, et de là Mrs vos oncles le feront embarquer pour Alexandrie par le premier vaisseau qui se présentera de leur connaissance pour vous aller joindre le plus tôt possible. »

36Le père exprime aussi ses regrets d’avoir été obligé de négliger l’éducation de son cadet :

« Je suis au désespoir de n’avoir pas pû le faire mettre en état de vous segonder dans votre commerce à son arrivée. Il doit savoir l’orthographe ; il a étudié le latin au moins jusqu’en troisième ; il est jeune et étourdi. Le tems de guerre et ma détresse m’ont privé de le mettre chez un maître escrivain. Mon projet étoit celuy de le mettre à Castellane chez le citoyen Colombet qui montre assez bien. Celuy cy me répondit ne pouvoir se charger de mon fils que jusqu’à la paix faite à raison qu’il avoit d’autres occupations qui ne luy permettaient pas de continuer à montrer à écrire et l’arithmétique […] »

37Tels sont les quelques témoignages, tirés de cette correspondance, sur l’éducation et la mise en apprentissage des enfants de marchands drapiers de la haute vallée du Verdon. Ils mériteraient d’être complétés par d’autres citations, notamment de certaines lettres, aussi conservées dans le corpus, des enfants eux-mêmes à leurs parents. Elles permettraient sans doute d’affiner les traits de cette esquisse.

Notes

1 A.D. Alpes-de-Haute-Provence, 1J 10 et 1J 11.

2 Collomp A., La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1983.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540