Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

2. Temps, mémoire et absences

Chapitre IX. « Êtres au présent »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les cinéastes japonais d’aujourd’hui ont conscience de la « tyrannie du présent perpétuel » à un point tel qu’apparaît dans leurs fictions un personnage allégorique de ce présent sans fin. Comment faire d’un personnage l’incarnation, le corps habité, traversé de la temporalité surmoderne ? La réponse est évidente, étayée par la récurrence très significative de cette figure dans le cinéma japonais d’aujourd’hui : l’amnésique. Sans autre conscience que celle d’être là, « en ce moment », sans passé ni avenir, cet « être au présent » pourrait être l’emblème de l’époque. Il personnifie l’absence de mémoire, qu’il faut entendre ici comme la simple capacité à garder trace du passé. Il souligne la suprématie de l’oubli, qu’il ne faut comprendre négativement que parce qu’il est devenu autonome et absolu, et qu’il n’agit plus comme un processus utile à la mémoire, l’aidant à « faire le tri ».

Certes, Nagai dans Desert Moon est un homme surmoderne, dévoré par les instances du présent perpétuel....

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540