Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Première partie. Populations et corps en questions

Les mangeurs de terre, anthropologie d’une pathologie alimentaire

Jacques Gélis

Texte intégral

1Au début de l’année 2007, la presse attirait l’attention sur la situation alimentaire catastrophique en Haïti. La disette et la misère n’étaient pas hélas une nouveauté dans ce pays, l’un des plus pauvres du monde. Si nouveauté il y avait, elle était dans la manière dont on tentait de remédier au déficit de nourriture. Mais était-ce bien une nouveauté ?

2En 2008, la fabrication de tablettes d’argile à des fins alimentaires a pris de l’ampleur dans ce pays, principalement dans les bidonvilles et les villages. La préparation de ces tablettes est faite dans des conditions d’hygiène déplorables par des « brasseurs de terre » qui malaxent une argile à laquelle ils ont mêlé du beurre et du sel. Une fois confectionnées et séchées au soleil, ces briques alimentaires sont ensuite vendues sur les marchés.

3Si la disette est indiscutablement à l’origine de ce conditionnement, elle n’explique cependant pas tout. Le recours aux tablettes d’argile n’a pas seulement pour but de calmer des estomacs qui crient famine. Leur consommation a en effet gagné la diaspora haïtienne, principalement celle des États-Unis, où « cette terre est rare »… Ces Haïtiens de l’étranger se font envoyer des tablettes d’une terre qui leur rappelle le pays. Ce qui est en Haïti le moyen de satisfaire un besoin physiologique, devient là-bas le symbole d’appartenance à une communauté. Retenons de cet épisode contemporain, que la terre est certes un moyen de calmer la faim, mais que le fait d’ingérer de la terre, la géophagie, comporte aussi une dimension culturelle.

Des hommes mangent de la terre !

4Passe encore que des bêtes affamées, tels les loups, les ours ou les porcs, mangent de la terre, mais les hommes ! Qu’y a-t-il de plus « animal » que cette nourriture brute ? Et pourtant, l’homme a consommé, plus fréquemment qu’on ne le croit, des terres argileuses et calcaires.

  • 1 Cf. sur ce point le grand nombre de textes réunis par Heusinger C. F., Die sogenannte Geophagie od (...)
  • 2 Carrion H., « Les géophages ou mangeurs de terre », Revue de biologie appliquée, t. 16, 1923, p. 1 (...)

5La découverte, à partir du XVIIe siècle, par les voyageurs, les missionnaires et, plus tard, par les ethnologues, que l’ingestion de terre faisait partie des coutumes alimentaires de certains peuples, mériterait à elle seule un développement1. Tous voulaient y voir une caractéristique de ces peuples « indolents et imprévoyants » qu’au XIXe siècle on se préoccupait de « civiliser ». En 1923 encore, un médecin soulignait dans une revue de biologie que les populations qui pratiquaient la géophagie étaient « parmi les plus inférieures, au point de vue de la mentalité d’une part et, de l’autre, du bien-être. Mais, ajoutait-il, la nécessité a parfois implanté cette coutume dans les milieux plus civilisés que ceux constitués par les nègres du Sénégal ou les sauvages de l’Australie2 ». À défaut d’apporter un éclairage sur les fondements d’une telle pratique, ce discours est révélateur de l’époque.

  • 3 Humboldt A. von, Ansichten der Natur, t. I, 3e éd., Stuttgart et Tübingen, p. 142.

6Parce qu’il symbolise le type même du scientifique, à la fois géographe, physicien et anthropologue, Alexandre de Humboldt est souvent présenté comme le premier auteur à avoir attiré l’attention sur cette étrange coutume alimentaire. Au cours de son long et riche périple en Amérique latine en compagnie de Bonpland, il rencontra le 6 juin 1809, sur les bords de l’Orénoque, la tribu des Ottomaques3. C’était alors la saison humide et les proies habituelles de ces chasseurs, poissons et tortues, avaient disparu devant la montée des eaux. C’est alors que Humbolt constata que ces Indiens mangeaient de l’argile glaise, « grasse et onctueuse, véritable argile de potier, colorée par un peu d’oxyde de fer ».

  • 4 Le savant explorateur estimait que les Indiens mangeaient « jusqu’à une livre et demie de terre pa (...)

7En fait, cette terre avait été préparée au cours de la saison sèche. Après l’avoir bien pétrie, les Ottomaques en avaient fait des boulettes qui avaient été cuites à petit feu, et ces boulettes avaient été conservées dans les huttes, entassées en pyramides. La disette arrivant, ils les humectaient et les mangeaient4. Humboldt vit dans ces comportements une caractéristique des populations intertropicales, où l’homme éprouvait, selon lui, un désir presque irrésistible de dévorer de la terre ; non pas une terre alcaline ou calcaire qui pouvait servir à neutraliser des acides, mais des bols gras à l’odeur forte. Le témoignage du jésuite Gumilla, qui avait vécu longtemps parmi ces « enfans de la nature », apporte des précisions intéressantes sur leurs comportements :

  • 5 Gumilla J., Histoire naturelle, civile et géographique de l’Orénoque, t. I, Avignon, 1758, p. 271.

« Pendant qu’ils jouent, notait-il, ils prennent une poignée de terre ou de poussière, dont ils se remplissent la bouche, et attendent la balle ; ils savourent cette terre comme si c’était un biscuit. Lorsqu’ils vont à la rivière, outre la craie des fondrières qu’ils mangent pendant qu’ils sont dans l’eau, ils se munissent d’une motte de terre qu’ils savourent avec un plaisir inexprimable. Les femmes qui aiment la terre peuvent leur porter envie, vû qu’elle leur fait beaucoup de mal, et qu’elle n’en fait aucun aux Ottomaques ; elle leur est même salutaire, non en tant que terre, mais à cause de la graisse de cayman et de tortue dont elle est imprégnée et qui fait qu’elle ne leur reste point dans l’estomac ; aussi les mères qui veulent apaiser leurs enfans, leur donnent-elles une de ces mottes de terre qu’ils lèchent jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien, et alors ils en demandent une seconde5. »

8Ce qui est étonnant dans ce dossier, outre le fait qu’on ait pu consommer de la terre, c’est l’ampleur du phénomène. À n’en pas douter, de nombreuses cultures de par le monde ont connu à un moment de leur histoire ce qui nous paraît aujourd’hui comme un comportement extrême. Manger de la terre correspond pourtant à une tendance profonde et durable des comportements humains, et c’est en cela que cette pratique mérite examen.

« La terre, un “trompe-la-faim” »

9La faim a toujours été la première cause de géophagie. Certaines formes d’usure de la dentition des hommes du paléolithique ne peuvent s’expliquer autrement, paraît-il, que par cette alimentation de nécessité. Quant aux siècles médiévaux et modernes, ils ont été le théâtre de famines effroyables, au cours desquelles les chroniqueurs mentionnaient invariablement que les affamés avaient mangé de l’herbe et des racines. C’était oublier que la terre, elle aussi, était considérée, sinon comme un aliment, du moins comme un « trompe-la-faim » efficace. Certains textes qui rapportent des témoignages précis sur les « années de misère » de l’âge classique montrent clairement que les affamés ne se contentaient pas d’absorber les végétaux qui leur tombaient sous la main.

  • 6 Cité par Carrion H., op. cit., p. 200.

« Le curé de Boult, rapporte un missionnaire de Saint-Vincent de Paul au pire moment de la Fronde, nous a assuré avoir enterré trois de ses paroissiens morts de faim ; les autres n’ont survécu que de paille hachée mêlée avec de la terre, dont ils compos(aient) un manger que l’on ne peut qualifier de pain6. »

  • 7 Cf. les exemples cités par Buschan G., « Vom Erde-Essen », Janus, t. 34, 1930, p. 337-350.

10Au cours de la guerre de Trente Ans qui fit tellement de ravages dans les états allemands, la terre constitua fréquemment un moyen de calmer une faim insupportable. La répétition des temps difficiles y engendra même d’étonnants réflexes de survie. En Poméranie et près de Dantzig, dans la région de Dessau ou de Wittenberg, des centaines d’hommes partaient en charrette ou à pied en quête de « Bergmehl », une farine de roche spécifique que l’on trouvait « dans la montagne », parfois à vingt ou trente kilomètres. Sur place, ils remplissaient leurs sacs et revenaient avec la précieuse denrée, qui allait servir de nourriture pendant la période de soudure7.

  • 8 Carrion H., op. cit., p. 201.

11Le recours à un tel ersatz a existé aussi lors des grandes famines du XXe siècle, en Russie, en Amérique latine, en Chine et en Inde. Quant au continent africain, il n’a jamais vraiment cessé, au gré des crises climatiques et de l’exploitation coloniale, de connaître des famines, au cours desquelles les populations faisaient de la terre leur nourriture. En plein XXe siècle, les populations misérables de l’Atlas marocain et des Aurès étaient régulièrement frappées par de sévères disettes dues à la perte des récoltes sur des terroirs secs et appauvris ; la faim y était constamment présente et la détresse toujours palpable. Ainsi, au début des années 1920, il n’était pas rare de rencontrer sur les routes d’Algérie des enfants qui avalaient à pleine bouche du sable et des cailloux8

Il y a terre et terre

  • 9 Bulletin des sciences médicales, t. XVI, 1829, p. 187.
  • 10 Ibid.

12Pourtant, en règle générale, le géophage a sa terre ou ses terres de prédilection. Les argiles ingérées sont en effet des terres choisies. Tout dépend des qualités reconnues ou supposées des argiles. Nombre d’entre elles sont des argiles ferrugineuses. Selon les lieux et leur mode d’extraction et de conservation, elles peuvent être consommées de différentes manières : crues, séchées au soleil ou légèrement cuites. Les textes anciens mentionnent certaines de ces préparations. Pline cite une sorte de ragoût appelé « alica » qui est un mélange de céréales et de terre colorée. Et chez les Grecs, une variété de plâtre employé comme aliment était dissous dans du vin de Zante. En Espagne, près de Carthagène, au cours des derniers siècles, une argile très fine, dite « almagro9 », était mêlée à la poudre de la nicotiane pour la rendre paraît-il moins volatile ; ce qui lui communiquait une douceur agréable. En Thuringe, au XIXe siècle, les mineurs de la région de Kelbre appréciaient une argile un peu spongieuse, connue sous le nom de « moelle de roche », qu’ils étendaient sur du pain en guise de beurre. Cette « Steinmark » était une argile fine que la plus petite quantité d’eau suffisait à rendre liquide10. On pourrait multiplier ainsi les exemples.

  • 11 Ehrenberg C. G., « Über die rothen Erden als Speise der Guinea-Neger », Abhandlungen der Akademie (...)

13La plupart des sources insistent sur les qualités gustatives et la consistance de ces terres. Et Ehrenberg qui, le premier, s’est intéressé à la géophagie, soulignait que les terres comestibles devaient répondre à certaines qualités : couleur, odeur, goût, onctuosité, plasticité étaient toujours prises en considération11. En Chine, il s’agissait de terres farineuses, blanchâtres ou bleuâtres ; en Nouvelle Guinée, d’une argile blanche, grise ou rouge. En Indochine, dans le haut Sénégal, en Nouvelle Zélande et à Bornéo où l’on extrayait un schiste crayeux, elles étaient grasses, molles, onctueuses au toucher. Proches du talc ou du kaolin, ces terres étaient toujours recherchées. On parlait volontiers de « farine de roche », de « farine de montagne » ou encore de « farine fossile » ; et en Chine, on la désignait sous le nom de « riz de terre ». Il s’agissait souvent de craie ou d’argile légère, poreuse, contenant des restes d’organismes marins : les diatomées.

14La gestion de ces terres n’était pas seulement domestique ; certaines étaient vendues sur les marchés sous forme de boulettes et de tablettes, comme aujourd’hui en Haïti. C’était le cas par exemple en Bolivie et en Indonésie, en particulier dans l’île de Java.

Perversion du goût

  • 12 Bartholin T., Histoires anatomiques, première centurie, La Haye, 1654.

15Gardons-nous de confondre cette coutume avec la perversion du goût qui caractérise certains aliénés ; « On peut trouver un peu de tout dans l’estomac de certains psychopathes. » Thomas Bartholin rapporte dans ses Histoires anatomiques le cas d’une fille de notable danois encore jeune qui avalait du sable en secret, chaque fois qu’elle le pouvait et qui apaisait ensuite sa soif avec du lait. Sa mère voyant sa fille dépérir lui fit un jour absorber de la bière sucrée ; ce qui eut pour effet de lui faire vomir une masse dure composée de lait et de sable. « Guérie de ce fait, conclut Bartholin, l’enfant survécut, à la grande joie de ses parents12. »

  • 13 Hubert H., « Populations géophages de l’Afrique occidentale », Bulletin du comité d’Afrique frança (...)

16Une autre forme bien connue de dépravation temporaire du goût, généralement appelée « pica », était fréquente autrefois chez les femmes enceintes, qu’elle conduisait à des comportements surprenants. Elle a été fréquemment tournée en dérision, alors qu’elle constituait souvent un vrai problème de santé. C’est sans doute pour répondre à ce besoin des femmes d’absorber les choses les plus aberrantes, qu’une société peut être conduite à organiser la consommation de terre. Mais il arrive que le reste de la population prenne goût à cette terre et que la demande atteigne alors une tout autre dimension. Dans certaines régions du haut Sénégal, où ingérer de l’argile était primitivement le fait de femmes en attente d’enfant, on assista au cours du XIXe siècle à une généralisation de la consommation dans toutes les couches de la société. Les voyageurs et les ethnologues qui se sont intéressés aux mangeurs de terre de la région de Diékuy, dans le haut Sénégal-Niger, ont décrit les conditions dans lesquelles on se procurait l’argile. Les paquets de terre que l’on extrayait par galeries souterraines étaient débités par les habitants, soit pour leur consommation personnelle, soit pour la vente après un conditionnement sommaire. Car cette terre si recherchée était exportée, parfois jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres du lieu d’extraction. L’importance de l’exploitation était proportionnelle à la consommation : considérable ! Certains ingéraient en effet deux à trois livres d’argile par jour ! Et tous les consommateurs prenaient un plaisir évident à ce festin13. Ce qui était à l’origine le spécifique d’un état temporaire, la grossesse, était devenu un mets fondamental qui demandait une préparation spéciale avant d’être consommé. La terre était toujours soigneusement lavée, débarrassée de ses impuretés, avant d’être moulée et séchée.

Une addiction à la terre

  • 14 Cité par Balland M., « Sur les terres comestibles », Journal de pharmacie et de chimie, 6e série, (...)

17Qu’elle ait pour origine le besoin d’apaiser une faim tenace, le désir de satisfaire des appétits dépravés de femmes enceintes, ou encore le souci de calmer les douleurs résultant d’une ulcération de l’estomac, la géophagie entraînait donc fréquemment des phénomènes d’accoutumance. On s’habituait à ingérer cette terre qui vous sauvait du trépas ou atténuait la souffrance ; on l’associait à un mieux-être ; puis on prenait tout simplement plaisir à la consommer hors de toute nécessité. Il peut exister une addiction à la terre. La terre était d’ailleurs parfois remplacée par de la pierre tendre ; ainsi mentionnait-on, dans la Notice sur la Nouvelle Calédonie rédigée pour l’exposition universelle de 1900, que les Néo-Calédoniens étaient lithophages non par nécessité, mais par goût ; « ils croquent, précisait-on, certaines pierres très friables qui existent sur plusieurs points de l’île, plutôt comme une friandise que pour apaiser leur faim14 ».

  • 15 À Taza, dans le Grand Atlas et dans la région de Midelt, il s’agissait de terres calcaires friable (...)

18Presque partout, les populations paraissent avoir eu de l’agrément à consommer ces argiles, qui pouvaient être ingérées crues, mais que très souvent on faisait griller, à l’image de nos pâtisseries fines ; telles ces « oreilles de chat » du Tonkin ou les « tanaanpos » qui étaient vendues sur les marchés de l’île de Java. Elles étaient sucées ou croquées, comme ailleurs on suce des bonbons ou on croque du chocolat… En Espagne et au Portugal, ces terres étaient consommées cuites, puisqu’il s’agissait en fait d’argile de poterie. Bon observateur des coutumes locales, Théophile Gautier conte, dans son Voyage en Espagne, sa stupéfaction de voir les femmes du sud se délecter de morceaux de poterie friable. À la fin du XVIIIe siècle Valmont de Bomare avait déjà noté que les dames d’Espagne et du Portugal prenaient un plaisir particulier à mâcher du « buccaro », ces brisures d’argile cuite provenant de beaux vases d’un jaune rougeâtre ayant contenu de l’eau ou du vin ; ce qui leur conférait, paraît-il, une odeur et un goût délectables. La coutume existait également dans plusieurs pays d’Amérique latine, notamment au Mexique et au Pérou. Dans l’entre-deux guerres, elle était pratiquée au Maroc, en particulier à Meknès et Safi, deux villes renommées pour leurs poteries fines ; les femmes y suçaient une argile grasse, gris foncé et une argile blanche appelée « sansal15 ». Addiction à la terre ? Sans doute ; mais aussi fait culturel.

En Europe, des survivances tardives

  • 16 Sorre M., Les Fondements biologiques de la géographie humaine, Paris, Armand-Colin, 1943, p. 230.
  • 17 Florance E. C., « La terre sigillée d’Orchaise », Bulletin de la société d’histoire naturelle du L (...)

19En 1943, le géographe Max Sorre faisait remarquer qu’il existait une « consommation habituelle de certaines terres regardées comme comestibles, à l’exclusion des pratiques de famine parfois signalées, où la terre entre dans la composition du pain en remplacement de la farine16 ». En écrivant ces lignes, il pensait bien entendu aux sociétés extra-européennes ; et il aurait été surpris de savoir que les populations de notre continent avaient parfois continué à consommer par goût certaines argiles jusque dans la première moitié du XXe siècle. C’était le cas dans la région de Blois où l’on extrayait une qualité d’argile servant à la confection des bols alimentaires, les fameux « bols de Blois », dont Belleval, professeur à l’université de Montpellier, signalait au roi, en 1598, les excellentes vertus. À une époque où il devenait difficile d’importer des terres sigillées de Lemnos, la terre de Blois fut considérée comme une manne tombée du ciel. Or, en 1912, un ethnologue, Florance, retrouva le site d’extraction de cette terre ; l’argile provenait de grottes naturelles situées sur la commune d’Orchaise. Arrivé sur place, il eut la surprise de constater que « presque tous les habitants en avaient mangé dans leur jeunesse. Elle n’était plus avalée comme médicament, précisait-il, mais sucée à titre de friandise17 ». Toujours la terre friandise… En 1942, un étudiant en médecine qui consacrait sa thèse aux géophages du Maroc vint à son tour dans la région de Blois pour enquêter sur la coutume et établir ainsi une comparaison. La tradition locale vint confirmer ce que Florance avait noté :

  • 18 Feuillet G., Les géophages au Maroc et dans les confins algéro-marocains, thèse de médecine, Paris (...)

« À certaines époques de l’année, nous ont rapporté quelques personnes âgées de Molineuf et d’Orchaise, tous les enfants couraient, à la sortie de l’école, aux grottes et aux carrières situées à flanc de coteau. Ils y trouvaient, entre les pierres, des couches d’argile brun rouge. Ils en détachaient des morceaux qu’ils suçaient, comme aujourd’hui leurs fils goûtent une tablette de chocolat18. »

20Ce que cet informateur considérait à tort comme un simple « caprice » et qui était au fond la dernière manifestation d’une pratique sans doute séculaire, ne durait qu’un temps et reprenait l’année suivante. Il y avait donc maintenant une saison pour consommer cette terre. Les habitants d’Orchaise avaient d’ailleurs déformé l’appellation, parlant de la terre « sigellée », à cause disaient-ils « de son aspect lisse comme celui d’un liquide gelé… ».

La « mélancholie noire »

21Le dossier de l’esclavage est particulièrement douloureux. Mais il comporte un volet peu connu, où l’ingestion de terre prend une dimension tragique. Au XVIIe et au XVIIIe siècle, des témoignages de voyageurs et d’administrateurs insistaient sur le fait que les esclaves noirs des Caraïbes avaient la mauvaise habitude de consommer de la terre. Pour expliquer cette déviation alimentaire, ils incriminaient les conditions de travail et de climat particulièrement dures et disaient que la conséquence en était le « mal d’estomac ».

  • 19 Père Labat, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique, édition de 1742, vol. II, p. 11.

22La cause profonde de cette perversion doit être recherchée en fait dans ce que le Père Labat appelle « la mélancholie noire ». Elle porte, dit-il, « les nègres à manger de la terre, des cendres, de la chaux et autres choses de cette nature19 … » Cette perversion que les médecins appellent « malacia » ou « pica » n’est que l’expression d’un désespoir profond. C’est leur pitoyable condition d’esclave et le sentiment qu’il n’y a pour eux aucun espoir de changement qui incitent ces malheureux au pire. Levacher, qui s’intéressait lui aussi au « mal d’estomac » des esclaves noirs de Sainte-Lucie au début du XIXe siècle, souligne que « les affections de l’âme font naître chez le nègre la résolution de l’empoisonnement et le décident à ces lents suicides […]. Le chagrin s’empare de leur âme ; ils deviennent indolents et pusillanimes ; ils mangent de la terre pour mettre fin à leur existence… » Dans certains cas, cette auto-destruction est le résultat d’un calcul épouvantable :

  • 20 Levacher G., Guide médical des Antilles, Paris, 1834, p. 184 et p. 96.

« J’ai vu, poursuit Levacher, des nègres s’empoisonner ainsi et forcer leurs enfants à suivre leur exemple, dans le seul but du ressentiment, dans la seule intention de porter préjudice aux intérêts de leur maître, en se mettant hors d’état de travailler pour eux20. »

  • 21 Les esclaves en Afrique de l’ouest désignent l’argile jaune comestible sous le nom de « cahouac ».

23En ingérant régulièrement des quantités parfois importantes de terre, l’esclave se retrouvait avec des pathologies qui le conduisaient à la prostration et à la mort. Une telle conduite trouvait en réalité ses origines en Afrique même, là où, déjà captif, il avait été livré aux négriers par ses maîtres noirs21.

  • 22 Levacher G., op. cit. p. 97.

« Les peuplades de la côte [de Guinée], au rapport de plusieurs voyageurs, se procurent volontairement la malacia. Il paraîtrait même que l’on vend dans certaines parties de ces contrées du tuf préparé dont les négresses enceintes font un grand cas et qu’elles achètent publiquement. Ces souvenirs se reproduisent sur les générations noires des colonies, au milieu desquelles il faut vivre pendant quelques années pour les bien connaître et pouvoir les juger avec impartialité22. »

  • 23 Rendu A., Études sur le Brésil, Paris, 1848, p. 109, cité par Heusinger C. F, op. cit. p. 110.

24On retrouve le « mal d’estomac » des Caraïbes dans l’« opilacion » du Brésil, qui attaque particulièrement « les noirs neufs, récemment apportés d’Afrique23 ». Les symptômes ressemblent beaucoup à ceux décrits par Labat ou Levacher, avec ce même besoin violent de manger de la terre, cette envie irrésistible qui pousse le sujet à dévorer les poteries d’argile cuite, avec des conséquences toujours funestes :

  • 24 Rapport d’Auguste Saint-Hilaire, cité par Heusinger C. F, op. cit. p. 120.

« Ceux qui sont atteints de cette espèce de maladie deviennent jaunes, des obstructions se forment dans leurs viscères ; peu à peu ils maigrissent, se dessèchent et finissent par mourir. Aussi quand on achète un esclave, a-t-on bien soin de s’informer s’il mange de la terre24. »

25Si les adultes, les hommes surtout, sont les plus exposés, les adolescents n’y échappent pas toujours. Le Père Labat rapporte le cas d’un jeune noir de 12 ou 13 ans qu’on lui avait donné et qui se laissa languir de désespoir.

« Il y a quelques mois que Mr Michel m’avoit fait présent d’un petit nègre-mine, c’est à dire originaire du royaume de la Mine, sur la côte méridionale de l’Afrique. Il est vrai qu’il étoit malade quand il me le donna, mais le soin que j’en avois fait prendre l’avoit rétabli en parfaite santé. L’autre nègre qui me servoit s’apperçut un jour que ce petit garçon mangeoit de la terre ; il m’en avertit ; je fis tout ce que je pus pour l’en empêcher, mais ce fut en vain. Il continua d’en manger, devint hydropique sans qu’on put y remédier, parce qu’on ne pouvoit pas en ôter la cause, qui étoit une mélancolie noire qui le portoit à cet excès. »

26Mais cette désespérance n’est cependant pas propre aux noirs, ajoute Labat ; elle touche aussi les créoles,

  • 25 Père Labat, op. cit., p. 11.

« surtout les filles qui ont du penchant pour le dernier sacrement […] J’ai été quelquefois obligé de refuser les sacremens à de grandes filles qui avoient ce goût dépravé. C’est une chose qui fait pitié que de les voir dans cet état ; elles deviennent jaunes, livides, le tour des yeux tout noir, maigres, chagrines, indolentes, insupportables aux autres et à elles-mêmes ; elles perdent absolument l’appétit pour toute sorte de bonne nourriture, et tombent enfin dans une hydropisie incurable25. »

27Ce dossier comporte aussi une dimension diététique et médicale, puisque la terre passe pour faciliter la digestion et sert à soigner certaines affections.

La terre, un remède

  • 26 Balland H., op. cit., p. 182.

28Voyageurs et anthropologues ont constaté que les argiles médicamenteuses étaient souvent prises après de copieux repas de poisson. Elles n’étaient pas alors considérées comme un supplément nécessaire à une nourriture insuffisante, mais comme un véritable lest destiné à favoriser la digestion d’aliments dans lesquels les fibres faisaient défaut26. C’était également pour s’assurer une meilleure digestion que les populations observées par le médecin Sigaud, au début des années 1840 au Brésil, absorbaient régulièrement de la terre lors de leur repas :

  • 27 Sigaud J. F. X., Du climat et des maladies du Brésil, Paris, 1844, p. 120.

« L’habitude de manger de la terre glaise est générale parmi un grand nombre de nations sauvages ; les jésuites avaient noté cette voracité des Tapuyas à manger leur vaisselle faite de grossière argile, au point que la plus grande surveillance était recommandée aux missionnaires sur ce point. Si certaines peuplades du Brésil usent de la terre glaise sans préjudice pour leur santé, c’est qu’ils la mangent en petites portions mélangées avec beaucoup d’autres aliments, tels que des poissons, herbes, farineux27. »

  • 28 Article « terres », Dictionnaire des sciences médicales, t. 54, Paris, Panckoucke, 1821, p. 563-56 (...)
  • 29 Cf. les expériences de Mialhe, dans Dechambre A. et Lereboullet L., Dictionnaire encyclopédique de (...)

29L’argile en fait est utilisée depuis l’antiquité comme composant ordinaire de la pharmacopée, au même titre que les productions animales et végétales ; elle entre par exemple dans la confection de l’orviétan et de la thériaque. Mais comme elle est constituée de matières non organiques, elle est naturellement indigeste. Dans la médecine galénique, on la considérait comme astringente et antiputride et elle était volontiers prescrite dans les cas de fièvres malignes, de dysenterie, ou lorsqu’un sujet avait des crachements de sang28. Son efficacité reconnue était sans doute due à l’oxyde de fer et au composé alumineux qu’elle contenait. Encore très utilisées aux XVIIe et XVIIIe siècles, les terres bolaires tombèrent ensuite dans l’oubli, malgré quelques tentatives intéressantes pour les réhabiliter au cours du XIXe siècle29.

  • 30 En 1622, Jean Scultet préconisait l’usage du kaolin dans les cas d’hypersécrétion gastrique ou d’u (...)
  • 31 Heusinger C. F., op. cit., p. 163.
  • 32 La découverte de terres analogues, mais plus faciles à se procurer, a fait préférer à partir du XV (...)
  • 33 Biett L. T., article « Bol », Dictionnaire des sciences médicales, t. 3, Panckouke, 1812, p. 242.
  • 34 Ces terres qui venaient de l’Orient ottoman portaient le sigillum, l’estampille du Grand Turc ; ce (...)

30Les mangeurs de terre atteints d’affections stomacales ne faisaient rien d’autres que ce que l’on fait lorsqu’on prend du bismuth ou du carbonate de chaux ; la terre, une terre choisie, constituait un pansement gastrique qui assurait la saturation du suc secrété par l’estomac. Une terre argileuse alcaline peut en effet avoir des vertus « absorbantes ». Certaines terres entraient donc dans la composition des « bols », dont on faisait autrefois un si large usage30. Pendant des siècles les médecins ont recommandé la terre de Lemnos ou de Samos, de Chio ou de Sinope, ou encore de Patna31. Mais ils avaient cependant une préférence pour le bol d’Arménie ou bol oriental (bolus rubra), une terre argileuse très fine, colorée par des oxydes de fer32. Sydenham en louait les bons effets dans les diarrhées chroniques et les « petites véroles de mauvais caractère ». Quant à Van Swieten, il regardait le bol d’Arménie comme « l’un des moyens les plus avantageux que l’on puisse opposer aux dysenteries putrides33 ». On préparait l’argile en la passant au tamis et on en formait des petits pains mis à sécher, sur lesquels on appliquait un cachet d’origine : c’était une terre sigillée34. Il y avait là toute une pharmacopée qui fleurait bon l’exotisme et traduisait l’usage généralisé à ces recours.

  • 35 Gobert, cité par Carrion H., op. cit., p. 202.

31Il est possible que la géophagie ait été aussi un moyen de lutter contre l’anémie. Au début du XXe siècle, l’argile apportait aux anémiques du Sahel des éléments de reminéralisation et facilitait la digestion de la graisse qui formait la base de leur alimentation. En Nouvelle Calédonie, au Dahomey et au Congo, les terres ingérées à cette fin renfermaient une proportion importante de silice, et certaines là encore étaient riches en oxyde de fer35.

  • 36 Ferrero della Marmora A., Voyage en Sardaigne, t. I, Paris, 1826, p. 242.

32Mais le fait le plus important est sans doute là : la plupart des pays où l’on mange de la terre sont touchés par le paludisme. Le fait même de manger de la terre est d’ailleurs souvent considéré comme l’un des symptômes de la maladie. En Italie méridionale par exemple, où la malaria était endémique au XVIIIe siècle, la terre était considérée comme efficace contre les fièvres paludéennes. En Sardaigne, dans plusieurs villages de l’Ogliastra, on fabriquait une pâte à pain à base de glands réduits en bouillie et délayés dans l’eau, à laquelle on mêlait une argile onctueuse. On en faisait des gâteaux plats et minces que l’on humectait avec du lard fondu pour les rendre mangeables36. La terre était également un moyen de lutter contre le paludisme dans tout le nord de l’Amérique du sud, des Guyanes à la Colombie. Les régions paludéennes de Java, du Bengale, de l’Afrique de l’ouest, de la Grèce et du sud de l’Espagne avaient leurs mangeurs de terre. La disparition progressive du paludisme, grâce à la médecine moderne, a fait oublier le rôle que jouait autrefois l’argile dans la lutte contre cette grave affection.

  • 37 L’ankylostomiase est une maladie provoquée par des vers parasites vivant en milieu humide qui se l (...)

33Mais ces terres pouvaient engendrer à leur tour des pathologies lorsqu’elles n’étaient pas préparées avec suffisamment d’hygiène, ou lorsqu’elles contenaient des substances indésirables ou encore quand le milieu était particulièrement malsain. Aussi la géophagie a-t-elle été considérée comme un symptôme de l’ankylostomiase, une maladie parasitaire encore très fréquente au siècle dernier chez les mineurs et les tuiliers du nord de la France37.

  • 38 Cf. les travaux de Sabrina Krief et de son équipe d’après « Les chimpanzés mangent de la terre pou (...)

34On a découvert récemment que les grands singes, qui connaissent les vertus de l’automédication, ingéraient régulièrement de la terre riche en kaolinite en association avec les feuilles d’un arbre, le Trichilia rubescens. Or, des chercheurs du Muséum d’histoire naturelle de Paris viennent de montrer que ces feuilles contiennent des molécules antipaludéennes38. Il semble que la terre serve ici non seulement de bol facilitant l’ingestion des feuilles, mais qu’elle en augmente l’efficacité.

Un phénomène complexe

  • 39 La meilleure étude sur la géophagie est celle de Laufer B., « Geophagy », Field Museum of Natural (...)

35Consommer de la terre a été longtemps regardé comme « un vice », le symbole d’un « appétit dépravé ». Mais ce sont là des considérations très subjectives qui ne contribuent pas à cerner la question39. Le propre de l’homme est de goûter, de tester chaque chose que la nature lui propose. Il consomme de la terre, de la boue ou de l’argile, au même titre que du sel, du poivre, des insectes, des serpents ou des singes, des feuilles de coca, de bétel ou de tabac.

36Le dossier de la géophagie est complexe et le mot lui-même recouvre, on l’a vu, des phénomènes variés ayant des causes différentes. Très répandue, cette pathologie n’est pas pour autant universelle. Elle était même totalement inconnue dans le Japon ancien et moderne, en Corée, en Polynésie, à Madagascar. Elle n’était pas non plus pratiquée en Égypte ancienne, en Mésopotamie, et chez les sémites en général. Elle était étrangère aux Grecs et aux Romains de l’époque classique, et dans le monde grec hellénistique l’usage de l’argile était réservé à la médecine.

37La consommation de terre a existé de manière sporadique dans le monde. Elle ne dépendait ni du climat ni de l’ethnie, ni de la culture ni du niveau de culture. Elle n’était pas propre à un groupe social et, en particulier, ce n’était pas la caractéristique des plus pauvres. Dans une même tribu où la géophagie existait, certains étaient géophages et d’autres pas et ces derniers, désapprouvaient souvent la consommation de terre de leurs frères ou voisins. La géophagie était donc une pratique plus ou moins individuelle, nullement « tribale ». En dehors des périodes de grande disette ou de famine, où tout le monde consommait de la terre, la géophagie pouvait surgir spontanément, de manière indépendante, et se diffuser par contact, par l’exemple ou le désir d’imiter.

38L’ingestion de terre répondait donc à des besoins physiologiques et culturels fondamentaux que les hommes, jusqu’à une époque récente, se sont toujours efforcés de satisfaire. Mais on ne sait ce qui est le plus étonnant : que des hommes aient pu ainsi manger de la terre, ou que nous ayons oublié aujourd’hui jusqu’au souvenir même de cette curiosité alimentaire ?

Notes

1 Cf. sur ce point le grand nombre de textes réunis par Heusinger C. F., Die sogenannte Geophagie oder Tropische (besser Malaria) Chlorose als Krankheit aller Länder und Klimats, Cassel, 1852.

2 Carrion H., « Les géophages ou mangeurs de terre », Revue de biologie appliquée, t. 16, 1923, p. 199-205.

3 Humboldt A. von, Ansichten der Natur, t. I, 3e éd., Stuttgart et Tübingen, p. 142.

4 Le savant explorateur estimait que les Indiens mangeaient « jusqu’à une livre et demie de terre par jour ». Lettre à Fourcroy du 16 octobre 1800, Bulletin des sciences, no 50, an IX.

5 Gumilla J., Histoire naturelle, civile et géographique de l’Orénoque, t. I, Avignon, 1758, p. 271.

6 Cité par Carrion H., op. cit., p. 200.

7 Cf. les exemples cités par Buschan G., « Vom Erde-Essen », Janus, t. 34, 1930, p. 337-350.

8 Carrion H., op. cit., p. 201.

9 Bulletin des sciences médicales, t. XVI, 1829, p. 187.

10 Ibid.

11 Ehrenberg C. G., « Über die rothen Erden als Speise der Guinea-Neger », Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1868, p. 1-55.

12 Bartholin T., Histoires anatomiques, première centurie, La Haye, 1654.

13 Hubert H., « Populations géophages de l’Afrique occidentale », Bulletin du comité d’Afrique française, 1912, cité par Carrion H., op. cit., p. 203-204.

14 Cité par Balland M., « Sur les terres comestibles », Journal de pharmacie et de chimie, 6e série, t. 23, 1906, p. 182.

15 À Taza, dans le Grand Atlas et dans la région de Midelt, il s’agissait de terres calcaires friables, Bulletin des sciences médicales, t. 16, 1829, p. 186-187.

16 Sorre M., Les Fondements biologiques de la géographie humaine, Paris, Armand-Colin, 1943, p. 230.

17 Florance E. C., « La terre sigillée d’Orchaise », Bulletin de la société d’histoire naturelle du Loir-et-Cher, no 13, 1912.

18 Feuillet G., Les géophages au Maroc et dans les confins algéro-marocains, thèse de médecine, Paris, 1946, série V, no 113, p. 10.

19 Père Labat, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique, édition de 1742, vol. II, p. 11.

20 Levacher G., Guide médical des Antilles, Paris, 1834, p. 184 et p. 96.

21 Les esclaves en Afrique de l’ouest désignent l’argile jaune comestible sous le nom de « cahouac ».

22 Levacher G., op. cit. p. 97.

23 Rendu A., Études sur le Brésil, Paris, 1848, p. 109, cité par Heusinger C. F, op. cit. p. 110.

24 Rapport d’Auguste Saint-Hilaire, cité par Heusinger C. F, op. cit. p. 120.

25 Père Labat, op. cit., p. 11.

26 Balland H., op. cit., p. 182.

27 Sigaud J. F. X., Du climat et des maladies du Brésil, Paris, 1844, p. 120.

28 Article « terres », Dictionnaire des sciences médicales, t. 54, Paris, Panckoucke, 1821, p. 563-565.

29 Cf. les expériences de Mialhe, dans Dechambre A. et Lereboullet L., Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, article « Aluminium », t. 3, 1865, p. 436.

30 En 1622, Jean Scultet préconisait l’usage du kaolin dans les cas d’hypersécrétion gastrique ou d’ulcération de la muqueuse stomacale, Meunier L., « Le kaolin comme pansement stomacal », Gazette médicale de Paris, 23 juillet 1913, p. 229.

31 Heusinger C. F., op. cit., p. 163.

32 La découverte de terres analogues, mais plus faciles à se procurer, a fait préférer à partir du XVIIe siècle les « bols de pays », ceux de Saumur et surtout de Blois (« bolus nostras » ou « bollus gallica »), cf. Dechambre A. et Lereboullet L., op. cit., p. 435.

33 Biett L. T., article « Bol », Dictionnaire des sciences médicales, t. 3, Panckouke, 1812, p. 242.

34 Ces terres qui venaient de l’Orient ottoman portaient le sigillum, l’estampille du Grand Turc ; ce qui donnait lieu à perception d’une taxe.

35 Gobert, cité par Carrion H., op. cit., p. 202.

36 Ferrero della Marmora A., Voyage en Sardaigne, t. I, Paris, 1826, p. 242.

37 L’ankylostomiase est une maladie provoquée par des vers parasites vivant en milieu humide qui se logent dans l’intestin grêle ; ils provoquent une anémie pernicieuse avec troubles gastro-intestinaux graves, dépression mentale et apathie.

38 Cf. les travaux de Sabrina Krief et de son équipe d’après « Les chimpanzés mangent de la terre pour mieux se soigner », Le Monde, 14 janvier 2008.

39 La meilleure étude sur la géophagie est celle de Laufer B., « Geophagy », Field Museum of Natural History, publ. 280, Anthropological Series, vol. 18, no 2, Chicago, 1930, p. 101-191.

Auteur

Professeur, Département d’histoire, université de Paris VIII

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540