Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Première partie. Populations et corps en questions

Culture classique et préoccupation de « minceur »

Georges Vigarello

Texte intégral

1Une histoire de l’obésité est d’abord celle de son rejet ancien, celle de sa stigmatisation durable, traditionnelle, celle qu’ignore précisément la vulgate d’aujourd’hui selon laquelle cet anathème serait récent, né avec notre culture, issu de nos exigences et de nos sensibilités. Une histoire de l’obésité est aussi celle des seuils de jugement : les échelles subjectives ou objectives de l’épaisseur physique, les critères désignant la gravité. Cette histoire est encore celle des tactiques, régimes, gestes, compressions, exercices censés « retenir » le corps, la vigilance ou la négligence dont elles peuvent être l’objet.

2Le présent texte vise à souligner l’intensification des pratiques à l’égard des grosseurs physiques aux XVIe et XVIIe siècles : la tentative plus systématique de rechercher l’évitement du gros. La France classique accroît ici les exigences, orchestrant des gestes plus réglés, mieux catégorisés. Une évaluation balbutiante, d’abord, fondée sur le sensible : resserrement des habits provoqué par l’engraissement, étroitesse des bagues, tensions variées. Les régimes aussi, plus fréquemment évoqués, présents dans les lettres, les rituels, les récits, avec leurs recours simplissimes aux moindres quantités, ou aux matières desséchantes, toutes censées limiter une grosseur dont le principe premier demeure l’humidité. Jusqu’aux dessèchements imaginaires d’ailleurs : le recours aux vinaigres, aux citrons, aux craies, les uns et les autres chargés de resserrer les peaux en dissolvant les eaux. Les pratiques de « compression » enfin, cercles, ceintures, corsets, dont les dispositifs se systématisent aux XVIe et XVIIe siècles, avec cette certitude toute particulière : exercer une contrainte directement physique pour mieux « mouler » les formes et les traits.

Les balbutiements d’une évaluation

  • 1 Cardan J., Ma vie (XVIe siècle), Paris, Belin, 1991, p. 41-42.
  • 2 Ibid., p. 45.

3Quelques objectivations concrètes des grosseurs tout d’abord s’affirment aux XVIe et XVIIe siècles, suppléant l’absence de chiffre. Jérôme Cardan, mathématicien et polygraphe, livre dans ses mémoires, au milieu du XVIe siècle, une longue description de sa propre apparence. Il note sa « taille médiocre », sa « poitrine un peu étroite », son « cou long et mince ». Il note les traits de son visage, son « menton fendu », son « front large et dénudé », sa « voix rude et ample1 ». Il n’évoque guère le centre du corps, en revanche, le ventre, les jambes, mais il se regarde, trouve les mots et le dit. Témoignage exceptionnel, révélant pour la première fois le sujet évaluant ses formes, qualifiant son profil. Cardan note encore un fait : il n’engraisse ni ne maigrit. Évaluation toute indirecte d’ailleurs, fondée sur l’état de ses bagues, leur pression, le fait qu’elles « n’ont pas changé2 ». Cardan ne se pèse pas, ne recourt pas au chiffre. Il n’évalue l’engraissement, ni par l’ajustement de ses habits, ni par l’état de ses contours. Il s’en tient à l’indice de ses doigts, la tension de ses bagues, tous signes associés à l’état de son poids. Ce qui confirme une préoccupation sur le volume autant que son approximation : la surveillance et son indétermination, l’imprécision relative par rapport aux critères d’aujourd’hui. Observation fondamentale, observation peu outillée.

  • 3 Castiglione B., Le Livre du courtisan, Paris, GF Flammarion, 1991 (1e éd. 1528), p. 240.
  • 4 Tallemant des Réaux G., Historiettes (XVIIe siècle), Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1967, t. (...)
  • 5 Lettre du 17 nov. 1675 ; Madame de Sévigné, Correspondance, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1 (...)

4D’autres indices s’imposent inévitablement : la pression exercée par l’habit. Le repère dont parle Baldassare Castiglione, en 1528, s’adressant à la « dame du palais » pour lui suggérer un « calcul » : apprécier « si elle est un peu plus grasse ou un peu plus maigre que de raison » et « s’aider de ses habits3 » pour compenser le moins ou le trop. L’évaluation est liée au vêtement. La réponse joue avec lui. C’est encore le repère utilisé par les rieurs de Tallemant des Réaux au XVIIe siècle. Malice pour faire croire à un « balourd » qu’il a brusquement grossi après un magistral repas de champignons : l’homme s’inquiète, se juge brusquement « enflé », éprouve le resserrement des tissus, alors que ses pourpoints n’ont été que préalablement « estressis » par un valet4. Exemple dérisoire s’il ne confirmait le rôle des vêtements dans quelque évaluation spontanée. Même repère encore lorsque Madame de Sévigné évoque ses tentatives d’amaigrissement à l’âge de 50 ans : « Je ne me jette point dans les débauches et je suis si loin de crever que j’ai fait rétrécir un corps de jupe d’un demi doigt de chaque côté5 ».

  • 6 Charlotte-Élisabeth de Bavière, Princesse Palatine, Correspondance complète (XVIIe -XVIIIe siècles (...)
  • 7 Ibid., t. II, p. 217.

5La Princesse Palatine, à la fin du XVIIe siècle, peut même évoquer des sensations quasi internes de gonflement : « Mon corps enfle, j’ai des coliques, et il faut que je me fasse saigner6. » Elle peut localiser le phénomène, l’attribuer à la rate, tenter de le graduer : « Mon côté gauche enfle comme la tête d’un enfant7. » Indications rares, elles sont nouvelles et témoignent d’une « écoute » de soi, indications partielles pourtant : il s’agit plutôt de variations circonstancielles, de changements quasi locaux, plus que d’une évaluation en continu des volumes et des densités.

  • 8 Pepys D., Journal, 1660-1664, Paris, coll. « Bouquins », Robert Laffont, 1994, t. I, p. 322.

6Rarissimes en revanche sont les indications de poids corporel dans le quotidien. Les révélations de Samuel Pepys évoquant ses paris de buveur londonien au milieu du XVIIe siècle font exception : « Au cours de la conversation nous vînmes à parler du poids des gens, ce qui donna lieu à quelques paris8 ». La démarche suppose ici l’affirmation « théorique » du poids, dans un premier temps, la vérification « objective » sur la balance, dans un second temps. Autant dire un acte dont les mémoires ou les récits ne confirment en rien la banalité. C’est que la forme, le contour corporel, demeure un repère plus que le poids au XVIIe siècle, la balance n’étant généralement pas évoquée.

  • 9 Sennert D., Practicae medicinae liber secundus (XVIe siècle), Lyon, 1630, p. 21.
  • 10 Panarolo D., Polycarpoponia, seu Variorum fructuum labores,… opus philosophis, iatris, aliisque ph (...)
  • 11 Ettmuller M., Pratique spéciale de médecine, Lyon, 1691, p. 635.

7Restent des vérifications nouvelles, originales, toutes limitées aux seuls cas jugés insolites. Daniel Sennert s’attarde en 1635 sur deux exemples caractéristiques. Celui d’une Strasbourgeoise de 36 ans pesant 480 livres (240 kilos), impuissante à se déplacer sinon à bouger. Celui d’un homme pesant plus de 400 livres (200 kilos), « paraissant en public » malgré d’intenses difficultés de mouvement. Particularité supplémentaire chez ce second patient : la « nature » pressée par la masse et le poids aurait tenté, assure le médecin, « d’évacuer l’humeur séreuse par l’ombilic9 ». Ce qui confirme au passage l’ambiguïté entretenue sur les matières en excès : liquides, graisses, sérosités. Quelques chiffres s’imposent aussi ici ou là dans la clinique médicale du XVIIe siècle : les 200 livres (100 kilos) pour un enfant de dix ans, évoquées par Thomas Bartholin en 1648, les 30 livres (15 kilos) de graisse « tombant sur les genoux » pour une femme évoquées par Domenico Panarolo en 164710, les 600 livres (300 kilos) pour un homme incapable de mouvement évoquées par Michael Ettmuller en 169111. Chiffres extrêmes bien sûr qui montrent bien la très lente installation de l’excès graisseux dans la catégorie des maladies. Chiffres extrêmes aussi qui montrent plus encore combien le texte médical s’en tient longtemps à des cas tout particuliers : ceux que leur « gigantisme » rend « hors du commun » par leur insupportable difformité.

8L’évaluation banale en revanche, faut-il le redire, n’est pas celle du poids.

La seule grosseur du « haut »

  • 12 Ibidem, p. X.
  • 13 Le Fournier A., La Décoration d’humaine nature et ornement des dames, Paris, 1542.
  • 14 Liébault J., Trois livres de l’embellissement et ornement du corps humain, Paris, 1594 (1e éd., 15 (...)
  • 15 Guyon L., Miroir de la beauté, Lyon, 1666 (1e éd. 1614), t. I, 243.

9Une surveillance des progressions et degrés s’est, quoi qu’il en soit, installée. À quoi correspond une indication plus marquée des gestes d’amincissement. Les traités de beauté de la Renaissance sont les premiers à développer le thème, contrairement à leurs antécédents médiévaux, cantonnés jusque-là au seul traitement du visage12. André Le Fournier dans sa Décoration d’humaine nature, en 1542, s’interroge sur la manière d’éviter l’affaissement du ventre13, comme Jean Liébault, d’ailleurs, dans son Embellissement et ornement du corps humain14 en 1582. Louis Guyon, au tout début du XVIIe siècle, étend l’interrogation aux « difformités » plurielles de ce même ventre, relâchement et grosseur, « avalement » et maigreur, fissures, « hanche hors de place », « peau distendue », pour mieux suggérer leur correction15.

  • 16 Liébault J., op. cit., p. 444.
  • 17 Romieu M. de, Instructions pour les jeunes filles par la mère et fille d’alliance (1597), Paris, N (...)

10Vision physiquement très ciblée enfin : les jambes, leur grosseur, leur difformité, ne sont pas ou peu concernées, objets dissimulés, « recouverts par les habillements16 », peu dignes d’être « corrigés ». Ce que souligne avec insistance cette remarque faite entre mère et fille dans un dialogue de la fin du XVIe siècle : « Quel besoing de se soucier des jambes puisque ce n’est pas chose qu’il faille monstrer ?17 ». L’esthétique féminine demeure longtemps une esthétique du haut : privilège donné à la tête, à la rectitude du buste, au resserrement de la ceinture, alors que la partie inférieure du corps s’efface sous l’ampleur indistincte des robes. Concrétisation de la pudeur, sans doute, autant que volonté d’accentuer la spiritualité du haut.

  • 18 Serres O. de, Le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, 1600.
  • 19 Voir, entre autres, Gesner C., Trésor de Evonime Philatre des remèdes secrets, Lyon, 1555 (1ère éd (...)

11Cette vision demeure sociale aussi. Olivier de Serres le montre, suggérant dans son Théâtre d’agriculture, en 160018, des formules censées embellir les femmes des campagnes, tout en limitant très précisément leurs objets aux seuls onguents et fards, les joues, les lèvres, les mains. Ventre et silhouette sont ici absents pour ces gens des villages. Les Recettes anonymes de secrets le montrent à leur manière encore : formules à vocation populaire, cantonnées aux seuls soins du visage19.

Régimes et retenues « modernes »

  • 20 Montaigne M. de, Essais, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1958, p. 417.

12Les pratiques d’amincissement, celles socialement distinguées, ne se limitent plus alors aux seules recommandations des médecins. Montaigne dit concrètement sa volonté de conserver sa propre apparence, celle de s’abstenir d’engraisser. Il avoue « dérober parfois quelque repas » pour guérir son estomac, éviter la réplétion, repousser le profil de Bacchus surtout, ce « petit Dieu indigeste et roteur, tout bouffi de la fumée de sa liqueur20 ». Limitation de la nourriture, installation d’un contre-exemple : le dieu du vin et ses rondeurs.

  • 21 L’Arétin P., Lettres, 1525-1553, Paris, Scala, 1988, p. 153.
  • 22 Ibid.

13Quelques lettres de la Renaissance confirment le même geste. L’Arétin, par exemple, dit vouloir maigrir en 1537 et pratiquer un « demi régime », tout en avouant sa déception. Non parce que son corps « résisterait » ou s’opposerait à cette entreprise, ce thème de « ratés » possibles du régime n’apparaît pas à la Renaissance. Mais parce que la vie dans sa propre ville, Rome, le condamnerait à peu d’exercice. D’où l’« engraissement » qu’il regrette et cet « état de rage permanent21 » provoqué par l’échec. Il faut un chagrin profond, en revanche, la « perte d’une femme jadis mienne et aujourd’hui à un autre », la souffrance morale, pour que s’installe la vraie maigreur : celle qu’associent hommes et femmes de l’Europe ancienne aux « griffes de la peste et de la famine22 ». Autre rage alors : la maigreur et ses excès.

  • 23 Périers B. des, Récréations et joyeux devis (XVIe siècle), Conteurs français du XVIe siècle, Paris (...)
  • 24 Ibid., p. 483.
  • 25 Voir Wittkower R. et M., Les enfants de Saturne, psychologie et comportement des artistes de l’Ant (...)
  • 26 Cornaro L., De la sobriété, Conseils pour vivre longtemps, Grenoble, Jérôme Millon, 1991 (1e éd. 1 (...)
  • 27 Héroard J., Journal (XVIIe siècle), Paris, Fayard, 1989, t. I, p. 215 et sq.

14Le régime proposé, aux XVIe et XVIIe siècles, tient d’abord aux restrictions alimentaires : les « viandes légères23 » par exemple demandées par l’évêque avouant son régime à son curé, dans une nouvelle de Bonaventure des Périers au XVIe siècle, ou la « suppression habituelle du souper24 » prodiguée par une demoiselle de Toulouse dans une autre de ces nouvelles. Il tient aussi au calcul, voire à la pesée des objets consommés. Jacopo da Pontormo, l’élève d’Andra del Sarto, est un des premiers à évaluer en onces chacun de ses aliments dans la Florence du début du XVIe siècle25. Luigi Cornaro, noble vénitien livrant ses réflexions sur la sobriété au milieu du XVIe siècle, s’adonne à d’identiques calculs26. Alors que Héroard le médecin du futur Louis XIII note scrupuleusement, jour après jour, le poids de chaque denrée consommée par le dauphin au tout début du XVIIe siècle27.

15Le chiffre sous-tend l’évaluation de l’aliment bien avant de sous-tendre celle du poids corporel.

  • 28 Guyon L., op. cit., t. II, p. 253.
  • 29 La Framboisière N. A. de, Œuvres, Lyon, 1649 (1e éd. 1613), p. 69.
  • 30 Lamarre N. de, Traité de police, Paris, 1722 (1e éd. 1705), t. II, p. 721.
  • 31 Ibid., t. II, p. 704.
  • 32 Ibid., t. III, p. 17.
  • 33 Guyon L., op. cit., t. I, p. 208.
  • 34 Pigray P., Épitome des recettes de médecine et chirurgie, Rouen 1653 (1e éd. 1609), p. 147.
  • 35 Ibid., p. 147.

16Le régime tient encore à la qualité des denrées : la nécessité, entre autres, de recourir aux chairs « desséchantes28 », celles jugées « non excrémenteuses », « dessicatives » ou « abstersives29 », disent les expressions du temps. L’origine de la graisse demeure bien celle des liquides, et les qualités du corps tiennent bien à celles des humeurs. Le savoir moderne ne fait ici qu’approfondir les convictions anciennes. D’où le danger attribué aux animaux venus des pays brumeux, des climats fétides, ceux ayant séjourné dans les eaux dormantes, canards, macreuses ou sarcelles issus d’étangs bourbeux, ceux jugés trop vieux, ceux consommés trop « bouillis », ceux nourris d’aliments grossiers, les porcs en particulier livrés aux errances gloutonnes, ceux trop bouillants ou lascifs aussi, les boucs « dont l’odeur est forte et mauvaise30 ». D’où encore cette manière de lier le danger à toute « impression » de gluant ou de gras. Les agneaux par exemple : « les plus jeunes surtout, demeurant encore sous la mère, trop visqueux, trop humides pour être facilement digérés31 ». Ou nombre de poissons, dont tout confirmerait la chair « massive, visqueuse, pesante32 ». Ou le danger enfin des nourritures « venteuses », « châtaignes, raves, pois, fèves et semblables choses33 » développant dans le corps leurs substances turgescentes et dilatées. Alors que demeureraient salubres « toutes sortes de petits oiseaux vivant aux montagnes34 », les chairs « aériennes », celles odorantes et « ne portant pas beaucoup d’eau35 ». L’horizon du liquide et du sec, avec ses équilibres, ses désordres, ses débordements, demeure l’horizon du gros.

17Le régime enfin tient à l’exercice : dessécher en échauffant. Ce que confirment quelques illustrations précises, même si cette présence de l’exercice demeure peu évoquée, citée moins dans le quotidien que dans les traités. Le cas d’une Catherine de Médicis refusant sa grosseur, relevé par les ambassadeurs italiens :

  • 36 Relations des Ambassadeurs vénitiens recueillies par M. N. Tommaseo, Paris, 1838, t. I, p. 429.

« La reine mère aime fort les commodités de la vie ; elle est désordonnée dans sa manière de vivre et elle mange beaucoup ; mais après cela elle cherche des remèdes dans les grands exercices corporels. Elle marche, elle monte à cheval, elle ne reste jamais en place. Ce qui est le plus étrange c’est qu’elle va même à la chasse36. »

  • 37 Rabelais F., Œuvres complètes, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1950, p. 176.
  • 38 Charlotte-Élisabeth de Bavière, Princesse Palatine, op. cit., t. I, p. 154.

18Ou le cas des joueurs de paume dans le Thélème de Rabelais : installés devant un grand feu, munis de larges serviettes, subissant d’intenses frottements pour évacuer les humeurs en excès37. Le cas encore de la Princesse Palatine au XVIIe siècle, évoquant les promenades « d’une demi-heure dans (m) a chambre pour faire la digestion38 ».

  • 39 Bandole A. de, Les parallèles de César et de Henri IV, Paris, 1609, p. 32.
  • 40 Ettmuller M., op. cit., p. 672.
  • 41 La Framboisière N. de, op. cit., p. 91.

19Image sommaire, en définitive, l’exercice se définit surtout par son contraire, la nonchalance : le renversement, terme à terme, du couple associant paresse et pesanteur. Tout tiendrait aux mouvements, à l’effervescence, fussent-ils aussi divers que peu systématisés. Aucune allusion à quelque gymnastique dans ce cas : l’effet d’évacuation viendrait du seul frottement des parties. D’où l’importance toute particulière donnée au principe de « ne jamais se plaire au repos39 », dans le long panégyrique qu’Antoine de Bandole consacre à Henri IV en 1609, ou cette insistance grandissant avec le XVIIe siècle sur les effets « amincissants » de toute activité laborieuse : « Les gens de métier sont rarement charnus et ont rarement gros ventre… Ils font voir combien les exercices violents et fréquents servent à atténuer le corps40. » Pratique peu commentée, l’exercice serait moins système que simple agitation : « l’attrition des parties41 » favorisant l’échappée des superfluités.

  • 42 Liébault J., op. cit., p. 568.
  • 43 Alpin P., Histoire naturelle de l’Égypte, 1581-1584, Le Caire, Institut français d’archéologie ori (...)
  • 44 Lettre du 21 oct. 1673, Madame de Sévigné, op. cit., t. I, p. 603.

20Restent l’influence des airs, des climats, celle des particules censées pénétrer le corps, leur effet d’appesantissement ou d’allègement : référence traditionnelle aiguisée sans aucun doute aux XVIe et XVIIe siècle par la curiosité pour l’univers sensible. Jean Liébault par exemple conseille d’humer des « consommés espreints de jus de chair ou des bouillons nourrissants42 » pour favoriser l’engraissement en cas de trop grande maigreur, comme il préconise de fréquenter les airs chauds et secs, pour favoriser l’amaigrissement en cas de trop grande grosseur. Enjeu des nourritures, sans doute, mais des airs respirés aussi, des atmosphères enveloppant les corps, des corpuscules venant les pénétrer : Prosper Alpino ne dit rien d’autre pour expliquer la grosseur des Égyptiens dans ses voyages de la fin du XVIe siècle43. Tout, dans la situation des habitants du Caire, par exemple, voudrait qu’ils soient minces, émaciés par la sècheresse de leur climat. Tout, dans leur attitude en revanche, les contraint à être gros, débordés par des « excès » d’humeurs bariolées. Prosper Alpino décline les causes de ces boursouflures : lascivités constantes, abandons divers, nourritures aqueuses, boissons fréquentes, bains répétés, respiration continue de vapeurs d’étuves confinées. Le médecin vénitien insiste sur les eaux et les airs trop épais infiltrant ici les anatomies. Le corps des XVIe et XVIIe siècle demeure un corps traversé par les « lieux » : enveloppes poreuses offrant leur vulnérabilité aux quatre vents. Seul dans ce cas, le climat sec favoriserait l’amaigrissement. Ce que reconnaît encore Madame de Sévigné au XVIIe siècle opposant l’air de Grignan, dont la sècheresse ferait maigrir, à l’air de Bourbilly, dont l’humidité ferait grossir : « Pour l’air d’ici [Bourbilly], il n’y a qu’à respirer pour être grasse44. »

Vinaigres et craies

  • 45 Rodocanachi E., Le Concept de la beauté en Italie du XIIe et au XVIe siècle, Paris, Bureaux de la (...)

21Encore faut-il souligner la place croissante acquise par l’amincissement féminin. La remarque toute « naturelle » de Fabio Glissenti, par exemple, confrontant Vénitiennes et Napolitaines en 1609 : « Les premières [les Vénitiennes] se procurent des noix d’Inde, des amandes, des pistaches, des pignons, de la graine de melon, de la chair de perdrix et de chapon. Elles les pressent ensemble et ajoutent du sucre de façon à faire une sorte de massepain ; chaque matin elles en prennent une certaine quantité puis elles boivent un grand verre de Chypre45. » Les secondes utiliseraient plutôt le riz, l’orge, le sésame, les fèves, toutes plantes du Sud, censées aérer les humeurs. Denrées différentes sans doute, mais pratique apparemment partagée, familière, sinon banalisée.

  • 46 Liébault J., op. cit., p. 37.
  • 47 Ibid.
  • 48 Voir pour le citron, Laszlo P., Citrus, a History, Chicago, The Chicago University Press, 2007.
  • 49 Bussy-Rabutin R. de, Histoire amoureuse des Gaules, Paris, Garnier-Flammarion, 1967 (1e éd., 1663) (...)
  • 50 Tallemant des Réaux G., op. cit., t. II, p. 427.
  • 51 Ibid., p. 435.
  • 52 Ibid., p. 633.
  • 53 Charas M., La pharmacie royale galénique et chymique, Lyon, 1717 (1re éd. 1676), p. 98.

22Il faut les anecdotes de Jean Liébault, dans le deuxième moitié du XVIe siècle, pour souligner les « duretés » auxquelles ces gestes peuvent quelquefois conduire : « s’abstenir de manger », mais aussi mêler de la « craie ou du geay pulvérisé46 », recourir aux matières rudes, âpres, réduire par le sec les humidités redoutées. Jean Liébault s’y attarde, évoquant « plusieurs dames et demoiselles bien nées », toutes attendant de telles pratiques un résultat précis : « Avoir le corps mince47. » Ou le vinaigre encore, le citron, les acides, jugés amaigrissants par leur action « astringente48 ». Ce que montre l’histoire du comte de Lude, autour de 1660, évoquée par Bussy Rabutin : « né pour être fort gras49 », le comte aurait conservé une « belle taille » avec « diète et vinaigre », mais aurait « gâté » son estomac. Ou l’histoire de Madame de Gondran, autour de 1650, évoquée par Tallemant des Réaux. Fille d’un Contrôleur général des Gabelles, se trouvant « déjà bien grosse », Madame de Gondran décide brusquement de maigrir. Elle boit du « vin pur », obtient un changement : sa taille se fait « plus belle qu’elle n’avait50 ». Devenue veuve, victime de son ancien profil, elle recourt au même procédé, tout en l’accentuant : consomme plus fortement « du vinaigre, des citrons et autres vilainies », retrouve sa maigreur, « mais n’a quasi plus de santé51 ». Tallemant des Réaux se moque, bien sûr, brocarde ces excès, convaincu pourtant lui-même de l’efficacité des acides, jugeant leur action décisive sur l’état du Maréchal de Saint Germain, entre autres, passé de gros à maigre « à force de boire du vinaigre52 ». Ce que confirment encore les pharmaciens de la France classique attribuant au vinaigre le pouvoir d’« inciser et atténuer les matières grasses53 ».

  • 54 Castiglione B., op. cit., p. 233.
  • 55 Cité par Delumeau J., La civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, 1967, p. 437.
  • 56 Bourdeille P. de, dit Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, Paris, coll. « Pléiade » G (...)

23Pratiques plus abruptes, pratiques plus nombreuses aussi pour les femmes dont le statut change avec la Renaissance. Celui de la « dame du palais » d’abord, promise par le développement des cours à un rôle esthétique plus structuré : « Il n’y a pas de cour aussi grande soit-elle qui puisse posséder ornement, splendeur ou allégresse sans les femmes », insiste Baldassare Castiglione54. Ou le mot plus direct de Brantôme : « Toute la décoration d’une cour était des dames55. » Catherine de Médicis en donne un exemple marquant au milieu du XVIe siècle : accroissement de la maison de la reine, choix explicite de la beauté, surveillance constante de l’apparence et de l’entretien. Avec une conséquence majeure : la sanction de tout échappement à l’esthétique. Le quasi règlement de la cour de Catherine : « Commandement exprez à ses Dames et ses Filles de se parer… Qu’elles paraissaient Déesses… Autrement elles étaient bien tancées d’elle et en avaient la réprimande56. » Ce qui accroît sans aucun doute la culture de l’entretien : la nécessité d’affiner attitudes et habits.

  • 57 Liébault J., op. cit., p. 15.
  • 58 Voir aussi Croix A., « De la différence à l’intolérance », Rioux J. -P. et Sirinelli J. -F. (dir.) (...)
  • 59 Minut G. de, De la beauté, discours divers ; Avec la Paule-graphie, ou Description des beautez d’u (...)
  • 60 Vercellio C., Costumes anciens et modernes, Paris, 1840 (1e éd. 1590), t. I, p. 213 et t. II, p. 2 (...)

24La démarche est symbolique soulignant l’enjeu toujours plus spécifique d’une beauté féminine traduite en « beauté décor », celui tout aussi spécifique des sanctions qu’elle peut provoquer, l’orientation enfin d’une apparence féminine faite pour le « dedans » et l’accueil alors que l’apparence masculine serait faite pour le « dehors » et l’affrontement. Ce que les traités de beauté de la Renaissance disent sans ambiguïté : la force pour l’homme, la beauté pour la femme ; à l’un « le travail de la ville et des champs57 » à l’autre « le couvert de la maison58 ». À quoi s’ajoute, bien évidemment, le critère de la taille « mince », celui du « ventre ferme et solide, sans pli ni rides59 ». Les traités de costume, au même moment, le disent aussi, fût-ce en insistant sur l’étroitesse et le resserrement des étoffes : les jeunes filles de Ferrare, par exemple, vantées pour leur « taille svelte », ou les femmes d’Anvers dont « le corsage du vêtement du dessus, rond et bien ajusté, donne à tout le buste une forme gracieuse et svelte60 ».

Ceintures, lames et corsets

  • 61 Voir René d’Anjou, Traité de la Forme et Devis d’un Tournoi (XVe siècle), Éd. de la revue Verve, 1 (...)
  • 62 Le Fournier A., op. cit., p. 31.
  • 63 Liébault J., Thrésor des remèdes secrets pour les maladies des femmes, Paris, 1685, p. 729.

25Le thème de l’étranglement des tenues, celui du jeu constant avec les habits, devient d’ailleurs central aux XVIe et XVIIe siècles : non plus la simple ceinture d’étoffe, par exemple, celle qu’arboraient au XVe siècle les femmes des Tournois du roi René61, mais le recours aux resserrements intenses en cas de grosseur trop marquée. Sangles de lin62, dit André Le Fournier, sangles de peau « avec lassets63 », dit Jean Liébault : la puissance des compressions, autrement dit, en réponse aux abondances possibles de ventre. Technique décisive, cette constriction confirme une double visée : la tentative de limiter la grosseur d’une part, la croyance aux effets mécaniques d’autre part. Une nouvelle ère s’ouvre imposant l’espoir d’agir directement sur les formes en les contraignant. Ce qui donne, au passage une simplicité, une « évidence » même, au geste d’entretien que le régime ne saurait avoir.

  • 64 L’Estoile P. de, Journal (année 1592), Paris, 1867, t. II, p. 92.
  • 65 Voir Molière, Théâtre complet, notes de R. Jouanny, Paris, Garnier frères, s. d., p. 1397.
  • 66 Voir Théâtre du XVIIe siècle, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1986, t. III, p. 1268.

26Pierre de l’Étoile ne s’étonne guère en 1592 du cas de ce légat espagnol « sanglé comme les mulets64 », harnaché de lanières et de ceinturons après ses repas pour faire obstacle aux déformations possibles de son ventre. Les exemples de sanglage se banalisent avec les décennies suivantes. Champfleury, le « Gros René », l’acteur jouant les pièces de Corneille dans les années 1650, moqué par Cyrano pour sa grosseur, porte une ceinture toute particulière, un « cerclage » fait de fer large et rigide écrasant l’abdomen65. Le Gros Guillaume, l’acteur de l’hôtel de Bourgogne autour des années 1630, soutient son ventre avec deux fortes ceintures, l’une placée au bas de la poitrine, l’autre placée sous l’ombilic, transformant sa grosseur en spectacle, et ses sangles en procédé ostensible de « retenue66 ».

  • 67 Liébault J., op. cit., p. 726.
  • 68 Ibid.

27Plus important, le procédé se diversifie, visant d’autres parties du corps, celles du haut encore. Jean Liébault propose à la fin du XVIe siècle, un appareil conçu pour éviter aux femmes en couches tout « grossissement » excessif des « mamelles67 ». Le métal y devient moule : une lame d’acier suspendue au cou maintient les deux seins, alors que deux « petits morceaux de liège » placés sous les aisselles exercent leur pression latérale. Rien ne dit l’usage régulier d’un tel dispositif, ni son extension sociale. Le livre de Liébault en revanche, auquel s’adjoint un Thrésor des remèdes secrets pour les maladies des femmes68, répétant ces propositions, est largement diffusé et comporte plusieurs éditions. L’idée est canonique : appareil « élémentaire » imposée en tuteur des corps « défaillants », la machine prétend sculpter les formes et les anatomies. Le développement de la graisse serait dès lors concrètement empêché ou corrigé par la rigidité des plaques d’acier.

  • 69 Tallemant des Réaux G., op. cit., t. I, p. 60.
  • 70 Ibid..
  • 71 Félix et Thomas Platter à Montpellier (1552-1559, 1595-1599), Montpellier, 1892, p. 408. Voir auss (...)
  • 72 Relations des Ambassadeurs vénitiens, op. cit., t. II, p. 559.

28L’invention du corset n’est, en définitive, que le prolongement de telles initiatives : le moule devenu fourreau, procédé réservé aux femmes, confirmant l’attente spécifique d’amincissement. La reine Marguerite de Navarre le montre, à la fin du XVIe siècle, « devenue horriblement grosse69 », recourant au fer pour retenir ses chairs : « Elle faisait mettre du fer blanc aux deux côtés de son corps70. » La pratique est acquise dans les dernières décennies du XVIe siècle, banalisée pour les femmes de qualité, recherchant, toutes, l’obtention d’une « taille serrée71 » : l’engin le plus habituel associe des lames ou des fanons de baleine traversant la toile, plaques rigides, « piquées » à l’intérieur du tissu. D’où ce nom de « corps piqué », objet comprimant, évoqué par Lippomano, l’ambassadeur vénitien traversant la France en 1577 et révélant la diffusion sociale de l’objet : « Elles ont un corset ou camisole qu’elles appellent “corps piqué”, qui rend leur tournure plus légère et plus svelte. Il est agrafé par derrière ce qui rend encore plus belle la forme du sein72. »

  • 73 Montaigne M. de, op. cit., p. 81.
  • 74 Vercellio C., Costumes anciens et modernes, op. cit. t. II, p. 266.
  • 75 Voir le Livre commode contenant les adresses, Paris, 1692, t. II, p. 61.
  • 76 Macquer P., Dictionnaire raisonné et universel des arts et métiers, Paris, 1773, t. IV, p. 176.
  • 77 Madame de Maintenon, Entretiens avec les dames, Paris, 1705, p. 92.

29Tout est dit : amincissement apparent du contour, allègement apparent du corps. Les dispositifs du fourreau peuvent être variés, le resserrement en revanche y est central. Montaigne en donne un des exemples les plus sommaires : seuls de forts crochets en assureraient l’étroitesse. Contrainte extrême pourtant : « Pour faire un corps bien espagnolé (aminci) quelle gêne ne souffrent-elles, guindées et sanglées, à tout de grosses coches sur les côtés jusques à la chair vive ? Oui quelquefois à en mourir73. » Cesare Vercellio en donne aussi une version espagnole en 1590 : « Le corsage est si étroit sur les côtés qu’on a de la peine à comprendre qu’il puisse contenir le corps74. » L’engin se banalise au XVIIe siècle au point que se crée la corporation de « Tailleurs de corps de femmes et d’enfants » dont les maîtres se compteront au nombre de huit dans le Paris de la fin du XVIIe siècle75. Avec des règles de fabrication bien précises, censées prévenir tout « échappement » de ventre : tenir les baleines « plus fortes, plus épaisses, sur les reins, sur le milieu du devant que sur les côtés76 ». C’est bien le ventre qui doit être « tenu ». L’habitude est acquise au XVIIe siècle. Le mot de Madame de Maintenon ne s’adresse pas qu’à ses élèves de Saint Cyr : « Ne soyez jamais sans corps (corset) et fuyez tous les excès qui sont à présent ordinaires77. » La grosseur aurait trouvé ses recours. Le modelage aurait trouvé ses outils.

30Autant de pratiques ayant peu de rapport avec celles d’aujourd’hui. Toutes, en revanche, montrent un rejet ancien de la grosseur. Elles montrent encore combien une attention plus marquée à l’égard du gros suppose des démarches mieux affirmées d’« évaluation », comme des démarches mieux affirmées de « prévention ». À quoi s’ajoutent, dans le cas présent, des démarches de « masquage » ajoutant à la distance avec les pratiques d’aujourd’hui.

Notes

1 Cardan J., Ma vie (XVIe siècle), Paris, Belin, 1991, p. 41-42.

2 Ibid., p. 45.

3 Castiglione B., Le Livre du courtisan, Paris, GF Flammarion, 1991 (1e éd. 1528), p. 240.

4 Tallemant des Réaux G., Historiettes (XVIIe siècle), Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1967, t. I, p. 447.

5 Lettre du 17 nov. 1675 ; Madame de Sévigné, Correspondance, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1974, t. II, p. 164.

6 Charlotte-Élisabeth de Bavière, Princesse Palatine, Correspondance complète (XVIIe -XVIIIe siècles), Paris, 1855, t. II, p. 341.

7 Ibid., t. II, p. 217.

8 Pepys D., Journal, 1660-1664, Paris, coll. « Bouquins », Robert Laffont, 1994, t. I, p. 322.

9 Sennert D., Practicae medicinae liber secundus (XVIe siècle), Lyon, 1630, p. 21.

10 Panarolo D., Polycarpoponia, seu Variorum fructuum labores,… opus philosophis, iatris, aliisque philoponis admodum utile, Rome, 1647.

11 Ettmuller M., Pratique spéciale de médecine, Lyon, 1691, p. 635.

12 Ibidem, p. X.

13 Le Fournier A., La Décoration d’humaine nature et ornement des dames, Paris, 1542.

14 Liébault J., Trois livres de l’embellissement et ornement du corps humain, Paris, 1594 (1e éd., 1582), p. 555.

15 Guyon L., Miroir de la beauté, Lyon, 1666 (1e éd. 1614), t. I, 243.

16 Liébault J., op. cit., p. 444.

17 Romieu M. de, Instructions pour les jeunes filles par la mère et fille d’alliance (1597), Paris, Nizet, 1992, p. 71.

18 Serres O. de, Le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, 1600.

19 Voir, entre autres, Gesner C., Trésor de Evonime Philatre des remèdes secrets, Lyon, 1555 (1ère éd. latine, 1552).

20 Montaigne M. de, Essais, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1958, p. 417.

21 L’Arétin P., Lettres, 1525-1553, Paris, Scala, 1988, p. 153.

22 Ibid.

23 Périers B. des, Récréations et joyeux devis (XVIe siècle), Conteurs français du XVIe siècle, Paris, coll.« Pléiade », Gallimard, 1956, p. 450.

24 Ibid., p. 483.

25 Voir Wittkower R. et M., Les enfants de Saturne, psychologie et comportement des artistes de l’Antiquité à la Révolution française, Paris, Macula, 1985 (1e éd. américaine, 1955), p. 85.

26 Cornaro L., De la sobriété, Conseils pour vivre longtemps, Grenoble, Jérôme Millon, 1991 (1e éd. 1558).

27 Héroard J., Journal (XVIIe siècle), Paris, Fayard, 1989, t. I, p. 215 et sq.

28 Guyon L., op. cit., t. II, p. 253.

29 La Framboisière N. A. de, Œuvres, Lyon, 1649 (1e éd. 1613), p. 69.

30 Lamarre N. de, Traité de police, Paris, 1722 (1e éd. 1705), t. II, p. 721.

31 Ibid., t. II, p. 704.

32 Ibid., t. III, p. 17.

33 Guyon L., op. cit., t. I, p. 208.

34 Pigray P., Épitome des recettes de médecine et chirurgie, Rouen 1653 (1e éd. 1609), p. 147.

35 Ibid., p. 147.

36 Relations des Ambassadeurs vénitiens recueillies par M. N. Tommaseo, Paris, 1838, t. I, p. 429.

37 Rabelais F., Œuvres complètes, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1950, p. 176.

38 Charlotte-Élisabeth de Bavière, Princesse Palatine, op. cit., t. I, p. 154.

39 Bandole A. de, Les parallèles de César et de Henri IV, Paris, 1609, p. 32.

40 Ettmuller M., op. cit., p. 672.

41 La Framboisière N. de, op. cit., p. 91.

42 Liébault J., op. cit., p. 568.

43 Alpin P., Histoire naturelle de l’Égypte, 1581-1584, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1979, p. 60.

44 Lettre du 21 oct. 1673, Madame de Sévigné, op. cit., t. I, p. 603.

45 Rodocanachi E., Le Concept de la beauté en Italie du XIIe et au XVIe siècle, Paris, Bureaux de la Grande revue, 1905, p. 110.

46 Liébault J., op. cit., p. 37.

47 Ibid.

48 Voir pour le citron, Laszlo P., Citrus, a History, Chicago, The Chicago University Press, 2007.

49 Bussy-Rabutin R. de, Histoire amoureuse des Gaules, Paris, Garnier-Flammarion, 1967 (1e éd., 1663), p. 153.

50 Tallemant des Réaux G., op. cit., t. II, p. 427.

51 Ibid., p. 435.

52 Ibid., p. 633.

53 Charas M., La pharmacie royale galénique et chymique, Lyon, 1717 (1re éd. 1676), p. 98.

54 Castiglione B., op. cit., p. 233.

55 Cité par Delumeau J., La civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, 1967, p. 437.

56 Bourdeille P. de, dit Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, Paris, coll. « Pléiade » Gallimard, 1991, p. 58.

57 Liébault J., op. cit., p. 15.

58 Voir aussi Croix A., « De la différence à l’intolérance », Rioux J. -P. et Sirinelli J. -F. (dir.), Histoire culturelle de la France, t. II, De la Renaissance à l’aube des Lumières, Paris, Seuil, 1997, p. 139.

59 Minut G. de, De la beauté, discours divers ; Avec la Paule-graphie, ou Description des beautez d’une Dame Tholosaine, nommée la belle Paule, Lyon, Barthelemi Honorat, 1587, p. 259.

60 Vercellio C., Costumes anciens et modernes, Paris, 1840 (1e éd. 1590), t. I, p. 213 et t. II, p. 246.

61 Voir René d’Anjou, Traité de la Forme et Devis d’un Tournoi (XVe siècle), Éd. de la revue Verve, 1946.

62 Le Fournier A., op. cit., p. 31.

63 Liébault J., Thrésor des remèdes secrets pour les maladies des femmes, Paris, 1685, p. 729.

64 L’Estoile P. de, Journal (année 1592), Paris, 1867, t. II, p. 92.

65 Voir Molière, Théâtre complet, notes de R. Jouanny, Paris, Garnier frères, s. d., p. 1397.

66 Voir Théâtre du XVIIe siècle, Paris, coll. « Pléiade », Gallimard, 1986, t. III, p. 1268.

67 Liébault J., op. cit., p. 726.

68 Ibid.

69 Tallemant des Réaux G., op. cit., t. I, p. 60.

70 Ibid..

71 Félix et Thomas Platter à Montpellier (1552-1559, 1595-1599), Montpellier, 1892, p. 408. Voir aussi le livre demeuré le plus informé sur le thème, Libron F. et Clouzot H., Le corset dans l’art et les mœurs du XIIIe au XXe siècle, Paris, 1933. Les auteurs soulignent avec justesse que les procédés, avant le XVIe siècle, s’en tiennent quasiment à la seule ceinture.

72 Relations des Ambassadeurs vénitiens, op. cit., t. II, p. 559.

73 Montaigne M. de, op. cit., p. 81.

74 Vercellio C., Costumes anciens et modernes, op. cit. t. II, p. 266.

75 Voir le Livre commode contenant les adresses, Paris, 1692, t. II, p. 61.

76 Macquer P., Dictionnaire raisonné et universel des arts et métiers, Paris, 1773, t. IV, p. 176.

77 Madame de Maintenon, Entretiens avec les dames, Paris, 1705, p. 92.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540