Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Première partie. Populations et corps en questions

État et famille en Extrême-Orient

Michel Cartier

Texte intégral

  • 1 Jusque dans les années 1980, la transition démographique était définie comme le passage d’un équil (...)

1Les quatre principales entités politiques de l’Extrême-Orient (Chine populaire, Taiwan, Japon et Corée du Sud) ont accompli au cours du demi-siècle écoulé l’essentiel de leur transition démographique1. La première phase correspond à une baisse de la mortalité au cours de laquelle la population s’accroît rapidement, tandis que la proportion des jeunes augmente. La seconde phase est marquée par une triple baisse de la mortalité, la fécondité et la natalité ; elle détermine un ralentissement de la croissance, une diminution de la proportion des jeunes et une augmentation de celle des adultes. Au cours de la troisième phase, qui débute au moment où le taux de fécondité passe au-dessous du seuil de renouvellement des générations (2,1 enfants), la croissance tend vers zéro. La population se met ensuite à décliner tandis que le vieillissement s’accroît fortement au passage des générations nombreuses nées pendant la première phase. Cette étude se propose de déterminer dans quelle mesure cette évolution a été spontanée en relation avec la modernisation, ou si elle a été accélérée par des politiques démographiques.

Des évolutions parallèles mais décalées

2En 1950, le Japon venait d’aborder la seconde phase de sa transition. Dix ans plus tard, sa natalité avait chuté de la moitié et la croissance naturelle n’était que de 8 pour 1000. En 1975, il abordait la troisième phase de sa transition. Le Tableau 1 montre que la période 1975-2005 fut marquée par une forte décélération de la croissance naturelle, devenue nulle en 2006. La population se stabilisa pour quelques années un peu au-dessus de 127 millions. Corrélativement, le nombre des seniors de plus de 65 ans quadruplait. On estime que la population redescendra lentement pour atteindre autour de 120 millions vers 2025, alors que la proportion des seniors pourrait avoisiner le tiers.

Tableau 1. – Évolution de la population en Extrême-Orient 1950-2005.
Légende. a : millions de personnes ; b : 0/00 ; c enfants par femme ; d : en 1975 ; e : en 2000.

3En 1950, la population taiwanaise venait d’absorber plus d’un million de réfugiés et de militaires venus du continent en 1949. L’île se situait alors dans la première phase de sa transition. La seconde phase était abordée autour de 1960. Au cours des quinze années suivantes la fécondité diminuait de moitié, tandis que le taux de natalité reculait de 16 points et que la mortalité se stabilisait autour de 5 pour 1000. Taiwan connaissait alors une rapide croissance démographique. En 1983, au moment où l’île entrait dans la troisième phase de sa transition, sa croissance naturelle s’était considérablement réduite. On estime que la population se stabilisera entre 2010 et 2015. Le vieillissement, en revanche, est encore à venir et la proportion des seniors ne dépassera le tiers que dans le deuxième tiers du XXIe siècle, lorsque la population de l’île sera redescendue à 20 millions.

4En 1955, au lendemain de la Guerre de Corée qui donna lieu à d’importants transferts de population entre le Nord et le Sud, la Corée du Sud était dans la première phase de sa transition. Le recensement de 1970 fut effectué au moment où elle abordait la seconde phase de sa transition. En 1983, l’année où elle entrait dans sa troisième phase, elle comptait 39,9 millions d’habitants avec des taux de natalité et de mortalité de l’ordre de 20 et 10 pour 1000. En 2005, le pays s’approchait irréversiblement de la phase de stabilisation, qui interviendra aux alentours de 2020. Comme à Taiwan, la proportion des seniors est encore modérée, mais, selon les projections, elle pourrait atteindre le quart de la population dès 2030, et culminer à 37 % en 2050, lorsque le pays ne comptera plus que 42 millions d’habitants.

  • 2 Les chiffres publiés depuis les années 1990 sont des estimations en raison de la sous-déclaration (...)

5Au moment de sa fondation, le 1er octobre 1949, la République populaire de Chine se situait au premier stade de sa transition démographique. Elle connut jusqu’en 1958 une forte croissance démographique, désignée par les démographes chinois comme la « première vague de natalité », brutalement interrompue par la famine qui suivit le « Grand bond en avant » et entraîna de 1959 à 1961 la disparition de vingt à trente millions d’individus. Cette crise fut suivie par un rebond, dénommé « seconde vague de natalité » (1963-1971). La seconde phase de la transition, qui débuta en 1972, se traduisit en l’espace de neuf ans (1972-1980) par une chute de la fécondité supérieure à la moitié (de 5,4 à 2,5 enfant), un recul de 12 points du taux de la natalité, tombé de 30 à 18 pour 1000, et une baisse de moitié de la croissance naturelle. Cette chute, qui n’était pas sans rappeler celle du Japon des années 1950, fut interrompue par un rebond désigné comme la « troisième vague de natalité », qui culmina entre 1985 et 1991 et au cours duquel le taux de natalité remonta de plus de 5 points (23,5 pour 1000 en 1987). En 1992, la Chine abordait sa troisième phase2. Sa population devrait continuer à s’accroître jusqu’aux alentours de 2030, avant de se stabiliser, puis de décliner. Les effets du vieillissement sont plus faibles que dans les pays voisins. La proportion des seniors s’élèvera à 20 % en 2030, mais elle pourrait approcher du tiers entre 2040 et 2050, lorsque la population aura commencé à décliner, tandis que les survivants des deux dernières « vagues de natalité » seront encore nombreux.

6Conformément à ce scénario, la population de l’Extrême-Orient, qui s’élevait à environ 650 millions d’habitants en 1950, approchait le milliard à l’aube des années 1970, lorsque les pays étaient tous entrés dans la seconde phase, après avoir crû de 54 % en vingt ans. Au début des années 1990, à l’époque où la Chine rejoignait ses voisins dans la troisième phase, la population globale s’élevait à 1 300 millions, après un doublement en quarante ans. Elle culminera à environ 1700 millions aux alentours de 2030, après avoir enregistré une multiplication par 2,6 depuis 1950. C’est seulement ensuite qu’elle déclinera et que la proportion des seniors sera susceptible de dépasser le quart. La répartition entre les quatre entités politiques se sera légèrement modifiée par rapport à 1950 aux dépens du Japon et au profit de la Chine.

Des politiques démographiques très variées

7Si la politique de l’enfant unique mise en œuvre par la Chine depuis une trentaine d’années est bien connue, on sait moins que des politiques de contrôle des naissances ont été appliquées dès les années 1950 et 1960 dans les trois autres pays de l’Extrême-Orient.

Japon

  • 3 Les pilules contraceptives ne peuvent être vendues que sur ordonnance médicale et ne sont pas acce (...)

8L’impulsion initiale était donnée par la Loi sur la protection de l’eugénisme entrée en vigueur dès 1949, qui légalisait l’avortement et la stérilisation et encourageait la diffusion des pratiques contraceptives pour des raisons médicales, sociales ou économiques. En l’espace de quelques années, le nombre des avortements légaux était multiplié par cinq. Les 1 179 000 avortements de 1955 équivalaient à deux tiers des naissances. Les autorités s’étaient inquiétées de ce recours quasi exclusif aux avortements. Dès 1954, le Conseil des problèmes de population préconisait d’y associer la contraception. Nullement coercitive, cette politique répondait aux attentes de la population, d’où son succès. C’est seulement vers 1990, quinze ans après la chute de la fécondité en deçà du seuil de renouvellement des générations, que le ministère de la Santé, inquiet de la montée prévisible du vieillissement, élaborait une série de scénarios prévisionnels et que le gouvernement adoptait quelques mesures destinées à favoriser la remontée de la natalité, dont l’instauration, en 1991, d’un congé parental accordé à l’un des parents et la limitation de la contraception au préservatif masculin et à l’avortement3. Les autorités prévoyaient une remontée de la natalité et de la fécondité avec1,5 million de naissances et 1,85 enfants par femme, aux alentours de 2009. Cette remontée, insuffisante pour déterminer une stabilisation à terme de la population, aurait permis d’envisager une poursuite de la croissance de la population, qui aurait culminé entre 130 et 140 millions vers 2030, et un retard de la progression du vieillissement.

Taiwan

  • 4 Dans le calendrier ancien, une année sur douze est désignée comme une« année du dragon ». Les garç (...)
  • 5 Le rapport biologique se situe entre 105 et 106.

9Pendant toute la décennie 1950, une forte natalité était considérée comme l’assurance de disposer à l’avenir de nombreux soldats, aussi longtemps que l’île vivrait sous la menace d’un débarquement chinois. La diffusion d’informations sur la contraception était en 1949 du ressort du Comité pour la reconstruction rurale. La création de l’Association pour le planning familial date de 1954 et, à partir de 1959, la contraception était prise en charge par le ministère de la Santé. Le Centre d’études démographiques et de planning familial, fondé en 1961, visait encore officiellement l’amélioration de la condition féminine. Il fallut attendre 1969 pour que des programmes soient lancés. Le premier visait à ramener la croissance démographique à 18 pour 1000, en mettant l’accent sur la contraception (pose de stérilet) et sur la limitation des allocations familiales à partir du troisième enfant. De 1970 à 1979, trois plans triennaux étaient élaborés dans le cadre de la planification économique. Le second visait à prévenir une forte remontée de la natalité au passage de « l’année du dragon » de 19764, et à contenir la population dans la limite de 16,5 millions. Le troisième prévoyait de ramener le taux de natalité de 24 à 16 pour 1000 en 1986. Cette politique, confiée à la société civile, alliait la diffusion d’informations sur la contraception, dans le cadre de réunions de voisinage, à des enquêtes sur la taille optimale des familles, tout en fixant des objectifs dont la réalisation donnait lieu à des récompenses. Au début des années 1980 la contraception était couramment pratiquée par les femmes mariées à partir de la trentaine. Selon les projections réalisées alors, la population devait atteindre 22,76 millions en 2000 et culminer à 26,6 millions en 2035, avec des taux de natalité et de mortalité de l’ordre de 12,5 pour 1000. Faute de mesures concrètes, ces objectifs ne purent être atteints. En 2005 la natalité était tombée au-dessous de 10 pour 1000 et la fécondité à 1,065. Par ailleurs, en raison de la préférence culturelle pour les garçons, le rapport de masculinité s’est établi depuis 1985 au voisinage de 1095.

Corée du Sud

10Le recensement de 1960, qui mettait en lumière une croissance naturelle de 29 pour 1000, constitua un avertissement pour les autorités, qui dès 1962 incluaient le contrôle des naissances dans la planification économique. Le plan de dix ans élaboré en 1963 fixait des objectifs précis, tels que la baisse de la croissance naturelle à 20 pour 1000 à l’horizon 1970. L’accent était mis sur la contraception, en recourant à la fois aux méthodes traditionnelles et modernes (insertion de stérilet et vasectomie), et sur le recours aux avortements dont le nombre tripla en dix ans passant de 139 000 en 1963 (12 % des naissances) à 390 000 en 1973 (43 % des naissances). À cette date, le gouvernement prenait en charge la contraception de 1 300 000 couples, soit le quart des femmes mariées en âge d’avoir des enfants. Selon les projections réalisées alors, la population coréenne devait atteindre 37,5 millions en 1980 et 43,5 en 1990. L’évolution a été conforme à ce scénario. Lors du recensement de 2005, la population s’élevait à 47,25 millions, un chiffre très légèrement inférieur à celui des projections. Toutefois, loin de demeurer stable, au niveau de 104, le rapport de masculinité s’était accru pour les mêmes raisons qu’à Taiwan. Il culmina à 115 en 1993 puis redescendit aux alentours de 110. Aucune mesure concrète n’a été prise en vue de faire remonter la fécondité tombée en 2004 à 1,16 enfant.

Chine populaire

11Au lendemain de la prise du pouvoir par le Parti communiste, les autorités chinoises estimaient, en accord avec le credo marxiste, que les problèmes sociaux ne résultaient pas de la surpopulation, mais des inégalités. Le gouvernement pratiqua d’abord une politique nataliste sur le modèle soviétique en honorant les mères de familles nombreuses. Une première campagne de prévention des naissances était néanmoins lancée en 1956, au nom de l’amélioration de la condition féminine, suivie en 1957 par la publication de la « Nouvelle théorie de la population » de Ma Yinchu, compagnon de route du Parti communiste qui joua un rôle important dans la remise en ordre de l’économie au début des années 1950 ; l’auteur y insistait sur le futur déséquilibre entre les effectifs des enfants nés pendant la première vague de natalité (plus de vingt millions de naissances annuelles) et les capacités de créations d’emplois de l’économie chinoise. Lors de la reprise en main idéologique du printemps 1957, la campagne de prévention des naissances était mise en veilleuse tandis que les thèses de Ma Yinchu étaient dénoncées comme malthusiennes. Au printemps 1958, lors du lancement du Grand bond en avant, les dirigeants faisaient état d’un manque de main-d’œuvre, tout en soutenant que le développement agricole permettrait de nourrir sans difficulté une population de deux milliards d’habitants, affirmations bientôt démenties par la crise des « années noires » (1959-1961). Le recensement de 1964 effectué pendant la récupération qui suivit la famine, révélait pour 1963 un taux de natalité record de 43,6 pour 1000 dans une conjoncture économique peu favorable, marquée par la suppression de millions d’emplois industriels et le renvoi de paysans dans leurs villages. Le contrôle des naissances était alors relancé dans les villes, où les conditions de vie et de logement étaient particulièrement médiocres, mais l’impact de cette relance demeura très limité en raison du faible taux d’urbanisation (10 %). C’est seulement en 1972 qu’eut lieu la prise de conscience des inconvénients d’une croissance démographique trop rapide et que fut lancée à l’échelle nationale une campagne de limitation des naissances, combinant retard de l’âge au mariage, espacement des naissances et réduction des progénitures. En 1978, encouragé par les succès apparents de cette campagne, en même temps que soucieux de prévenir les conséquences de l’arrivée progressive à l’âge du mariage et de la maternité des 125 millions de filles nées au cours de la « deuxième vague de natalité », le gouvernement radicalisait sa stratégie en décrétant la politique d’« un enfant par couple », une politique inspirée par la théorie de l’optimum de population destinée à réaliser la croissance zéro peu après 2000, avant de ramener, autour de 2050, la population à un niveau voisin de celui de la fin des années 1950.

  • 6 Ceux-ci étaient tentés de réagir par des mesures radicales telles que des avortements forcés et de (...)

12La mise en œuvre de cette politique était confiée à la Commission pour la planification des naissances, un organisme ayant le statut d’un ministère. Le contrôle s’exerçait à deux niveaux. Tout d’abord, les collectivités (villages, comités de quartiers et entreprises) se voyaient attribuer des quotas de naissances dont le dépassement entraînait des sanctions pour les responsables6. Les couples, de leur côté, étaient invités à postuler à la naissance de leur premier enfant un « certificat d’enfant unique », contrat dont le respect leur valait divers avantages sociaux et économiques, tels que compléments de salaire, couverture sociale plus large et accès plus facile au logement, tandis que son non-respect entraînait la perte de ces avantages et donnait lieu à des amendes. Les femmes étaient tenues de pratiquer la contraception après la naissance de leur premier enfant et invitées à se faire stériliser après une seconde naissance. Cette politique, fondée sur un arsenal de mesures contraceptives (insertion de stérilet), complétées par des avortements, voire des stérilisations imposées, touchait beaucoup plus les femmes que les hommes, qui recouraient à la vasectomie sur une base purement volontaire. Des dérogations à la politique de l’enfant unique étaient néanmoins prévues dans deux cas : celui des parents d’un enfant handicapé, et celui des couples formés par deux enfants uniques.

13Appliquée de manière très rigoureuse, cette politique ne manqua pas de se heurter très vite à des résistances de la population. L’une des manières les plus courantes de se soustraire au contrôle des naissances consistait pour les femmes à aller accoucher dans une collectivité voisine, où la naissance, non incluse dans le quota local, était ignorée, mais pouvait être ultérieurement régularisée, avec la complicité des autorités, au titre d’une « immigration » dans la collectivité d’origine de la mère. Faute de quoi, l’enfant, considéré comme un « enfant noir », ne jouirait d’aucun droit et ne pourrait être scolarisé.

  • 7 Le taux de fécondité pour 1986 calculé sur la base de l’enquête au 1 % de 1987 était de 2,3 enfant (...)
  • 8 Le nouveau plafond était fixé à 1 300 millions.
  • 9 Certains démographes chinois insistent sur la non-déclaration d’une fraction de filles pouvant app (...)

14La politique de l’enfant unique était assouplie au milieu des années 1980 avec l’institution de quotas de 20 % de secondes naissances. À partir de 1986, celles-ci étaient facilement accordées aux couples ruraux dont le premier enfant était une fille. Interprétés de manière libérale, ces aménagements contribuèrent au rebond de la natalité, et peut-être de la fécondité, du milieu de la décennie7. Lors de la préparation du recensement de 1990, les autorités, conscientes de l’ampleur du problème des « enfants noirs », promirent une amnistie aux parents qui déclareraient la totalité de leur progéniture. Le dépouillement du recensement révéla une différence de 15 millions avec les chiffres de l’état civil. Les autorités furent contraintes de revoir à la hausse les objectifs primitifs d’une population inférieure à 1200 millions et d’une fécondité de 1,5 enfants en 20008 puis relancèrent la politique de l’enfant unique dont les modalités n’étaient pas assouplies. Tout au plus envisageait-on, à la fin de la décennie 1990, la création de quelques zones témoins à l’intérieur desquelles la planification des naissances n’aurait pas été appliquée, de manière à pouvoir mesurer la fécondité spontanée, projet qui resta lettre morte. Les résultats du recensement de 2000, comparés à ceux de l’enquête de 2005, mettent en évidence de fortes divergences entre les effectifs des classes d’âge enfantines à cinq ans de distance ainsi que des rapports de masculinité à la naissance pouvant aller jusqu’à 125, qui firent craindre aux sociologues que le déficit des femmes n’entraîne à l’avenir une forte hausse du célibat masculin9. Des efforts furent faits en vue de sensibiliser la population rurale au sujet de la discrimination persistant à l’égard des filles, tandis qu’on interdisait les examens d’échographie permettant de déterminer le sexe des enfants à naître.

*

15Il est clair que le passage de la première à la seconde phase de la transition démographique a dans les quatre cas suivi très rapidement la mise en œuvre d’une politique de contrôle des naissances. En revanche, si l’on excepte la Chine, le passage à la troisième phase et la poursuite du processus semblent avoir été spontanés et avoir dépassé les prévisions. Ces évolutions seraient d’abord la conséquence de la modernisation des sociétés.

Mariage et famille

16La modernisation des sociétés extrême-orientales s’est traduite, d’un côté par des modifications des comportements concernant l’âge au mariage, le divorce et la montée du célibat définitif, et de l’autre par une réduction de la taille des familles résultant à la fois de la baisse du nombre des enfants, de la diminution de la proportion des familles complexes ainsi que de la multiplication des personnes isolées.

Japon

  • 10 En 2005, 263 000 divorces étaient enregistrés pour 714 000 mariages, soit un taux supérieur à un s (...)

17En l’espace d’un demi-siècle, le retard de l’âge au mariage a dépassé cinq ans pour les deux sexes. Il s’établissait en 2005 aux environs de 30 ans pour les hommes et de 27 ans pour les femmes. Alors qu’en 1975, les proportions des célibataires définitifs de la classe des 40-44 ans, étaient très faibles, trente ans plus tard la situation avait radicalement changé : les célibataires représentaient 22 % des hommes et 12 % des femmes de 40 à 44 ans. Par ailleurs, les proportions des divorcés avaient triplé en l’espace d’une génération10. En 2005 les divorcés représentaient 2 % des hommes et 4 % des femmes de 15 à 44 ans, alors qu’ils n’étaient en 1975 que 0,7 % des hommes et 1,4 % des femmes.

Tableau 2.– Proportions de personnes vivant en couples mariés au Japon en 1975 et 2005.

18En substituant la notion de « foyer » (setai) à celle de « maison » (ie), le Code civil de 1948 avait introduit d’importantes modifications légales. Il identifiait le foyer à la famille restreinte, au sein de laquelle il instaurait une stricte égalité des sexes. La taille moyenne des foyers était divisée par deux en passant de 5 membres entre 1945 et 1955 à 2,55 en 2005. Cette diminution reflétait d’abord la baisse de la proportion des jeunes de moins de quinze ans, tombée entre 1950 et 2005 de 35 % à 13,6 %. Le Tableau 3 compare la situation en 1975 et 2005.

Tableau 3.– Structure des foyers au Japon en 1975 et 2005 (en millions).

  • 11 Foyers incluant des membres non apparentés.

19Les 31,3 millions de foyers domestiques servant de cadre de vie en 1975 à 108 millions de Japonais ne comptaient en moyenne que 3,45 membres, mais conservaient des structures encore proches du modèle traditionnel. Les personnes isolées, au nombre de 4 700 000, ne représentaient que 3,9 % du total. Quant aux 7 700 000 seniors, ils se répartissaient en 589 000 isolés et 7 110 000 intégrés dans 6 290 000 foyers domestiques, dont 906 000 limités à un couple, 3 180 000 regroupant des membres de trois générations ou plus, 1 221 000 foyers à deux générations, et 987 000 qualifiés de « divers11 ». On peut considérer que près de la moitié des plus de 65 ans vivaient dans des familles étendues. Pour ce qui est des quelque 32 millions de jeunes de moins de 18 ans, ils vivaient au sein de 17,5 millions de foyers, essentiellement 12,2 millions de familles nucléaires et 3,5 millions de familles à trois générations. La proportion des jeunes élevés dans des familles étendues ne dépassait guère 20 %. En 2005, les structures des 49 millions de foyers servant de cadre de vie à 125 millions des Japonais apparaissaient plus modernes. La proportion des personnes isolées avait triplé pour représenter 11,6 % de la population des foyers domestiques. 3 865 000 des 26 600 000 seniors, soit 14,5 %, vivaient seuls, tandis que les quelque 22 700 000 seniors restants étaient intégrés dans 13,33 millions de foyers, dont 4,8 millions de couples, 4,3 millions de foyers à deux générations, et 1,3 million de foyers divers. Seule une petite minorité pouvait donc être accueillie au sein des 2 682 000 familles à trois générations subsistantes. Les quelque 22 millions de jeunes de moins de 18 ans étaient, en revanche, élevés au sein de 12,4 millions de foyers, dont 9,5 millions de familles nucléaires et 1,8 million de foyers à trois générations.

Taiwan

20Comme au Japon, la combinaison du recul de cinq ou six ans de l’âge au mariage pour les deux sexes et d’une relative instabilité des unions déterminait une baisse de la proportion des personnes vivant en couple.

Tableau 4.– Proportions de personnes vivant en couples mariés à Taiwan en 1980 et 2005.

21En 1980 le mariage était pratiquement universel pour les femmes, et seuls 5 % des hommes demeuraient célibataires dans la tranche des 40-44 ans. En 2005 les proportions d’hommes et de femmes de ce groupe d’âges vivant au sein d’un couple légitime dépassaient à peine les trois quarts, une situation qui résultait à la fois de l’augmentation du célibat et de l’impact du divorce et du veuvage.

  • 12 Les statistiques taiwanaises n’informent que sur la taille des foyers.

22En ce qui concerne les foyers, dont la taille moyenne était descendue entre 1962 et 2005 de 5,57 à 3,2, cette baisse était d’abord liée à la modification de la structure par âge, la proportion des jeunes de moins de 15 ans ayant chuté de 41,1 % en 1949 à 18,7 % en 2005. Alors qu’en 1980, la moitié des quelque quatre millions de foyers comptaient entre quatre et six membres et que l’on ne dénombrait que 440 000 personnes vivant seules (2,5 % de la population), en 2005 les 7,39 millions de foyers domestiques servant de cadre de vie à 20,8 millions de personnes (taille moyenne : 3,87 membres), incluaient quatre fois plus de personnes isolées (1 900 000, soit 9,3 % de la population totale). Il est, en revanche, impossible de reconstituer l’évolution de la structure de ces foyers12. Nous savons néanmoins que, dans les années 1960, la structure des familles aurait été assez proche de celle des familles du continent chinois : rareté des personnes seules et proportion importante de membres vivant dans le cadre de familles étendues. Une enquête sur échantillon réalisée en 1977 montrait qu’un tiers des foyers correspondait à des familles étendues.

Corée du Sud

23Entre 1950 et 2000, le relèvement de l’âge au mariage atteignit cinq à six ans pour les deux sexes, en passant de 25,4 ans à 30,6 pour les hommes et de 21,5 à 27,5 ans pour les femmes. En revanche le mariage était demeuré pratiquement universel. En 1970, 0,4 % des hommes et 0,2 % des femmes étaient encore célibataires entre 40 et 44 ans. En 2000, les proportions de célibataires n’étaient montées qu’à 5 % des hommes et 2,6 % ses femmes de la même classe d’âge, auxquelles il conviendrait d’ajouter 3,9 % de divorcés et 4,7 % de divorcées, sans compter 0,7 % de veufs et 3,7 % de veuves.

Tableau 5.– Proportions de personnes vivant en couples mariés en Corée du sud en 1970 et 2000.

24De 1970 à 2000, le nombre des foyers avait presque triplé, passant de 5,5 à 14,3 millions, tandis que la population s’accroissait seulement des deux tiers. En conséquence, leur taille moyenne diminuait de 5,45 à 3,1 membres. Cette baisse était d’abord liée à la baisse de la proportion des jeunes de moins de 15 ans, passée de 42,1 % en 1960, à 19,1 % en 2005. 85 % des 5,5 millions de foyers domestiques à l’intérieur desquels vivaient les 30 millions de Coréens de 1970 comptaient de trois à neuf membres. Pour ce qui est de leurs structures, les statistiques de 1970 classaient les familles par nombre de générations, ce qui explique que l’on regroupait dans une rubrique les « foyers d’une même génération ». Le tableau 6 permet de se faire une idée de l’évolution.

Personnes isolées

Une génération

Deux générations

Trois générations

1970

 ?

380 *

3800

1250

2000

2200

2000

8700

1200

Tableau 6.– Structure des foyers en Corée du sud (en milliers).

  • 13 Ce chiffre inclut 300 000 familles composées de personnes sans liens de parenté.

25Alors que les quelque 1 500 000 de seniors de plus de 60 ans de 1970 étaient pratiquement tous recueillis au sein de familles étendues, la situation avait considérablement évolué en 2000. Les 14,3 millions de foyers domestiques13 se répartissaient en 16 % de personnes isolées (4,8 % de la population), 14 % de foyers à une génération, dont sept sur huit étaient de couples d’âges divers sans enfant, et 61,5 % des foyers à deux générations, dont quatre sur cinq étaient des familles nucléaires et un sur huit des familles « monoparentales ». Il n’existait plus que 8 % de foyers à trois générations ou plus, dont seul un sur dix avaient pour chef de famille une personne de plus de 65 ans. La grande majorité des 3 382 000 seniors de plus de 65 ans avait donc cessé de vivre avec des enfants adultes.

Chine populaire

26Après avoir reculé en une génération de trois à quatre ans en passant entre 1950 et 1980 de 22 à 25 ans pour les garçons et de 18 à 22 ans pour les filles, l’âge au mariage s’est pratiquement stabilisé depuis 1980. En 2005, les hommes se mariaient en moyenne à 25,05 ans et les filles à 22,55 ans, tandis que le mariage demeurait quasiment universel.

Tableau 7.– Proportions de personnes vivant en couples mariés en Chine.

  • 14 La loi du mariage de 1980 fixe l’âge au mariage à 20 ans pour les jeunes filles et 22 ans pour les (...)
  • 15 Les premiers mariages ne sont distingués dans les statistiques des remariages que depuis 2000.

27L’augmentation constatée entre 1982 et 1990 des proportions d’hommes et de femmes mariés avant 29 ans combinée avec la légère baisse des célibataires définitifs de la tranche des 40-44 ans14 proviendrait en partie de variations des effectifs de garçons et de filles en âge de se marier. Les célibataires de la tranche d’âge des 40-44 ans représentaient en 1982 5,7 % des hommes et 0,35 % des femmes ; en 2005, les proportions étaient descendues à 3,3 % d’hommes et 0,35 % de femmes. Cette situation tiendrait au fait que les divorces, plus nombreux depuis vingt-cinq ans, donnent lieu dans deux cas sur trois à des remariages15.

  • 16 Il s’agit d’une évaluation basée sur des enquêtes partielles.

28C’est surtout l’évolution des structures familiales qui distingue la Chine de ses voisins. Les réformes de 1950 (loi sur le mariage et réforme agraire), qui interdisaient la polygamie et les mariages arrangés, avaient institué un nouveau modèle de famille centrée sur le couple et ses enfants, diminuant temporairement la taille moyenne des foyers, qui reculait de 5,35 en 194716 à 4,33 en 1953. Au cours de la première phase de la transition, la hausse de la proportion des jeunes de moins de 15 ans, passée de 36,2 % en 1953 à 40,4 % en 1964, contribuait à faire remonter la taille moyenne des foyers qui était encore de 4,84 en 1970, à la veille de l’entrée dans la seconde phase de la transition. Elle était redescendue à 4,54 en 1982, lorsque la proportion des moins de 15 ans tomba à 33,6 %, une proportion légèrement inférieure à celle de 1953. Elle s’abaissa ensuite régulièrement pour atteindre 3,15 membres en 2005, lorsque la proportion des moins de 15 ans est descendue à 21,3 %. En 1982, 65 % des Chinois vivaient au sein de foyers de cinq personnes ou plus, une proportion descendue à 29 % en 2005.

29Pour ce qui est des structures des foyers, les statistiques chinoises les classent en fonction du nombre de générations :

  • 17 L’enquête fait état de 406 millions de foyers domestiques.

Tableau17 8.– Structure des foyers en Chine (en millions).

30À la différence de ce qui avait été constaté dans les pays voisins, la miniaturisation de la famille n’a pas entraîné de modification importante des structures familiales. Trois traits méritent d’être soulignés : la faible progression de la proportion des personnes vivant seules (3,8 % en 2005 contre 1,7 % en 1982) ; un léger recul de la proportion des couples et des foyers à deux générations ; et une stabilité des familles étendues, à trois générations et plus, dont la proportion est restée proche de 18 %, mais dont le poids s’est légèrement alourdi en passant entre 1990 et 2005 de 26,6 % à 28,6 % de la population. Dans le même temps, la proportion des familles nucléaires, auxquelles les statistiques adjoignent les couples n’ayant pas encore d’enfant, qui s’élevait en 1982 à 69,5 % des foyers, avait légèrement reculé, de 66,4 % en 1990 à 60,8 % en 2000. Cette persistance d’une fraction importante de la population vivant au sein de familles étendues serait essentiellement la conséquence des carences de la protection sociale. Dans la mesure où seuls 20 % des anciens actifs bénéficient d’une retraite et où une personne âgée sur deux ne dispose pas de ressources personnelles, le recueil des parents au sein de ce que les sociologues chinois désignent comme des familles « feed-back » est resté une quasi-nécessité. Cette particularité doit être rapprochée du caractère encore archaïque de la société chinoise en termes de structure de l’emploi et de taux d’urbanisation.

Des évolutions spécifiques

31Il peut paraître surprenant que la transition démographique se soit déroulée beaucoup plus aisément dans les pays qui n’ont pas eu recours à des politiques contraignantes qu’en Chine où le contrôle des naissances est en théorie très strict.

32Nous pouvons distinguer trois modèles : le modèle nippo-taiwanais caractérisé par une stabilité des effectifs des femmes d’âge fécond, une régression du mariage et une forte baisse de la fécondité compensée par un allongement du calendrier des naissances ; le modèle coréen correspondant à une forte augmentation de l’effectif des femmes fécondes, compensée par une baisse de la proportion des femmes mariées et un effondrement de la fécondité ; et le modèle de la Chine populaire qui est marqué par une forte augmentation de l’effectif des femmes d’âge fécond, une progression du mariage et un faible recul de la fécondité

Japon

33Même si le modèle de la famille de deux enfants dont la mère reste au foyer demeure valide et si, en termes de fécondité légitime, les Japonaises conservent un niveau de 2,2 enfants suffisant pour assurer le renouvellement des générations, la baisse de la natalité est directement liée au recul de la proportion des femmes vivant au sein d’un couple légitime. L’effectif des femmes de 15 à 44 ans a baissé de 10 % entre 1975 et 2005 en passant de 26,7 à 24 millions. Aggravée par le retard de l’âge au mariage et la montée de la divortialité, cette baisse a déterminé une chute de la proportion des femmes vivant au sein d’un couple légitime, descendue en trente ans de 64,3 % à 46,7 %, soit une diminution de 35 % de l’effectif des femmes mariées, tombé en trente ans de 17,2 à 11,2 millions. Dans le même temps, la pratique de la contraception, chez les jeunes femmes mariées, avait accentué la chute de la fécondité, même si le retard au mariage déterminait une prolongation du calendrier des naissances. Alors que les 1 800 000 naissances de 1975 se répartissaient en 500 000 enfants nés de mères âgées de moins de 25 ans et 1 300 000 dues aux 8 300 000 femmes mariées âgées de 25 à 34 ans, 870 000, soit 82 % des 1 062 000 naissances de 2005, étaient dues aux 4 500 000 Japonaises de 25 à 34 ans. La légère remontée de la fécondité des femmes de cette tranche d’âge, et plus particulièrement de celle des 30-34 ans, n’avait pas suffi à compenser la chute des effectifs.

Taiwan

34Comme au Japon, la fécondité légitime est actuellement supérieure au seuil de renouvellement des générations, mais en raison de la combinaison du retard de l’âge au mariage et d’un fort taux de divorce, la proportion des femmes de 15 à 44 ans vivant au sein d’un couple légitime a fortement régressé. Alors que le nombre des femmes d’âge fécond s’est accru d’un quart en passant de 4 259 000 en 1981 à 5 415 000 en 2005, l’effectif des femmes mariées reculait de 2 473 000 à 2 383 000, soit une baisse de 3,6 %. La proportion des femmes mariées chutait donc de 58 % à 44 %. Le retard de l’âge au mariage avait entraîné une modification du calendrier des naissances. En 1981, lorsque le mariage était universel et relativement précoce, les 405 000 enfants de l’année se répartissaient en 355 000, soit 87,5 %, nés de mères âgées de 15 à 29 ans, contre seulement 50 000 (12 %) de mères plus que trentenaires. Les proportions s’étaient inversées vingt-cinq ans plus tard. Sur les 206 000 naissances de 2005, 123 500 (60 %) étaient dues aux 400 000 femmes mariées âgées de 15 à 29 ans, tandis que les femmes de plus de trente ans mettaient au monde 82 500 enfants (40 %).

Corée du Sud

35L’effectif des femmes d’âge fécond s’accroissait de 76 % entre 1970 et 2000, alors que celui des femmes mariées de cette tranche d’âge n’augmentait que de 33 %. La proportion des femmes mariées avait donc fortement reculé, de 77 % à 50 %. Cette baisse, supérieure à celles qu’enregistraient le Japon et Taiwan, était accompagnée d’un fort recul de la natalité, divisée par plus de trois (de 32 à 10 pour 1000), et de la fécondité, dont le taux régressait de 4,6 à 1,09 en l’espace d’une génération. Le nombre des naissances avait donc baissé de plus de la moitié entre 1970 et 2004. En ce qui concerne le calendrier des naissances, on notait une légère réduction de la proportion des naissances dues aux mères de moins de 30 ans, passée de 58 % en 1970, à 54 % en 2004. Comme au Japon et à Taiwan, le recul de l’âge au mariage aurait déterminé une baisse de la fécondité des jeunes épouses, compensée par une très légère prolongation du calendrier des naissances suggérant un recul des pratiques contraceptives.

Chine populaire

  • 18 Les naissances décrites en 2000 ne représentent que les deux tiers des naissances réelles. Leur pr (...)

36La situation chinoise présente des analogies avec les cas analysés ci-dessus. Globalement, l’effectif des femmes fécondes s’est accru en vingt-quatre ans de 41,8 % en passant de 225,7 millions en 1981 à 320 millions en 2005, tandis que le nombre des femmes mariées de cette tranche d’âge n’augmentait que d’un tiers : 227 millions en 2005 contre 171 millions en 1981. En conséquence la proportion des femmes mariées reculait de 5 points. Elle passait de 76 % en 1981 à 71 % en 2005. Pour ce qui est des taux de fécondité par âges et du calendrier des naissances, nous ne disposons d’informations précises que pour la décennie 1980. La fécondité aurait alors fluctué entre 2,3 et 2,8 enfants pendant une dizaine d’années, tandis que le calendrier des naissances se rajeunissait fortement en relation avec la baisse de l’âge au mariage. Selon les données du recensement de 1982, les mères des quelque 20,4 millions d’enfants nés en 1981 se répartissaient en 27 % de femmes de 15 à 24 ans, 51 % de 25 et 29 ans, et 22 % de plus de trente ans. Les 24,6 millions de naissances de1989 décrites dans le recensement de 1990 étaient rapportées pour 56 % à des mères de 15-24 ans, 30 % à des mères de 25 à 29 ans, et 14 % à des trentenaires. Le calendrier décrit dans les résultats du recensement de 2000 et de l’enquête de 200518 présente de fortes analogies avec celui de 1989, avec une nette concentration des naissances (43 %) dans la tranche des 15-24 ans, mais curieusement, une nette remontée de la fécondité des trentenaires (17,4 % des naissances en 2000 et 27 % en 2005). Ces fluctuations doivent être mises en relation avec les variations des effectifs des classes d’âges, dues en particulier au passage des deux vagues de natalité, la première correspondant aux 125 millions de femmes nées entre 1962 et 1972, et la seconde aux quelque 70 millions de celles nées dans les années 1986-1991. Les premières, qui se marièrent plus tôt que leurs aînées, donnèrent naissance à la majorité de leurs enfants entre 1985 et 1995 et furent responsables de la troisième vague de natalité. Âgées de 28 à 38 ans en 2000, elles étaient en train de sortir de l’âge fécond pour céder la place à leurs cadettes nettement moins nombreuses, nées pendant le creux des années 1970.

37En revanche, l’année 2005 coïncidait avec l’arrivée à l’âge du mariage, puis de la maternité, des jeunes femmes nées pendant la troisième vague, dont les plus âgées venaient d’avoir 20 ans. Selon les démographes chinois, cette situation laisserait anticiper la venue d’une nouvelle mini vague de natalité, qui pourrait durer au moins jusqu’en 2010, et qui risquerait d’être aggravée par l’arrivée de plus de 15 millions de filles uniques âgées de 15 à 24 ans non astreintes à la politique de l’enfant unique.

Notes

1 Jusque dans les années 1980, la transition démographique était définie comme le passage d’un équilibre haut à un équilibre bas entre natalité et mortalité. Les évolutions récentes ont montré que loin de se stabiliser, les populations pouvaient entrer dans une phase de déclin.

2 Les chiffres publiés depuis les années 1990 sont des estimations en raison de la sous-déclaration des naissances et du fait que 20 à 30 % des jeunes enfants ne sont enregistrés qu’avec un délai de plusieurs années.

3 Les pilules contraceptives ne peuvent être vendues que sur ordonnance médicale et ne sont pas accessibles aux jeunes femmes célibataires.

4 Dans le calendrier ancien, une année sur douze est désignée comme une« année du dragon ». Les garçons nés cette année-là étaient supposés promis à un destin particulièrement faste.

5 Le rapport biologique se situe entre 105 et 106.

6 Ceux-ci étaient tentés de réagir par des mesures radicales telles que des avortements forcés et des sanctions sociales pouvant aller dans certains villages jusqu’à la destruction des habitations des contrevenants.

7 Le taux de fécondité pour 1986 calculé sur la base de l’enquête au 1 % de 1987 était de 2,3 enfants, chiffre qui sous-évaluait les naissances d’au moins 5 %, ainsi que le révèle l’effectif des enfants de 3 ans présents au recensement de 1990.

8 Le nouveau plafond était fixé à 1 300 millions.

9 Certains démographes chinois insistent sur la non-déclaration d’une fraction de filles pouvant approcher les 10 % et estiment le rapport à 110.

10 En 2005, 263 000 divorces étaient enregistrés pour 714 000 mariages, soit un taux supérieur à un sur trois.

11 Foyers incluant des membres non apparentés.

12 Les statistiques taiwanaises n’informent que sur la taille des foyers.

13 Ce chiffre inclut 300 000 familles composées de personnes sans liens de parenté.

14 La loi du mariage de 1980 fixe l’âge au mariage à 20 ans pour les jeunes filles et 22 ans pour les garçons. En 1982, 2,3 % des garçons et 4,3 % des filles convolaient avant l’âge légal ; en 1990, 4,7 % des garçons et 6,5 % des filles.

15 Les premiers mariages ne sont distingués dans les statistiques des remariages que depuis 2000.

16 Il s’agit d’une évaluation basée sur des enquêtes partielles.

17 L’enquête fait état de 406 millions de foyers domestiques.

18 Les naissances décrites en 2000 ne représentent que les deux tiers des naissances réelles. Leur proportion s’élève aux trois quarts des naissances de 2005.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Évolution de la population en Extrême-Orient 1950-2005.Légende. a : millions de personnes ; b : 0/00 ; c enfants par femme ; d : en 1975 ; e : en 2000.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Tableau 2.– Proportions de personnes vivant en couples mariés au Japon en 1975 et 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103974/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 3.– Structure des foyers au Japon en 1975 et 2005 (en millions).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103974/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Tableau 4.– Proportions de personnes vivant en couples mariés à Taiwan en 1980 et 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103974/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Tableau 5.– Proportions de personnes vivant en couples mariés en Corée du sud en 1970 et 2000.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103974/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 7.– Proportions de personnes vivant en couples mariés en Chine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103974/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Tableau17 8.– Structure des foyers en Chine (en millions).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103974/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Directeur d’études, Centre d’études sur la Chine moderne, EHESS

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540