Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Première partie. Populations et corps en questions

Temporalités et mentalités de la fécondité dans l’Union européenne

Hervé Le Bras

Texte intégral

1La fécondité exprime l’une des attitudes les plus complexes de l’homme et de la société. Elle est à la fois l’instrument par lequel se constitue la famille, donc le cercle le plus proche de l’individu, et celui qui conditionne l’avenir de la population dans son ensemble, donc un cercle très vaste contenant des millions de personnes. Les variations de la fécondité au cours du temps et selon le pays reflètent cette complexité. On voit par exemple sur la Figure 1 que l’indice conjoncturel de fécondité de l’Union européenne a augmenté de 1955 à 1965, baissé rapidement jusqu’en 1975, remonté très légèrement (entrée de l’Irlande, de la Grande-Bretagne et du Danemark), puis baissé très lentement ensuite. La plage en gris indique la variabilité des indices de fécondité chaque année (l’indice annuel moyen dans l’Union plus ou moins l’écart-type). A priori, on pourrait s’attendre à une convergence des régimes de fécondité parallèlement à la convergence des niveaux de vie, une fois les pays entrés sous la férule de Bruxelles. Effectivement, l’hétérogénéité des fécondités à l’intérieur de l’Union tend à diminuer dans un premier temps, mais se stabilise assez vite à une valeur encore élevée. Les nouvelles entrées accroissent alors brutalement l’hétérogénéité, particulièrement l’entrée de l’Irlande qui avait, à l’époque, une fécondité très haute, puis un nouveau resserrement se produit jusqu’à l’entrée suivante. Au terme de cinquante années d’oscillations de ce genre au rythme des nouvelles entrées, l’écart type qui était de 0,3 enfants en 1955 avec les six pays fondateurs pour une fécondité moyenne de 2,5 enfants par femme atteint 0,25 en 2005 avec les 27 membres actuels pour une fécondité moyenne de 1,5. On peut y voir une convergence puisque 0,25 est un peu plus faible que 0,3, mais si l’on rapporte la variabilité au niveau de fécondité, si donc on considère l’hétérogénéité relative, on constate qu’elle a nettement augmenté, passant de 0,3/2,5 = 0,12 à 0,25/1,5 = 0,17. Le plus simple est donc de reconnaître qu’une convergence ne s’est pas produite. Pourquoi ? En le recherchant, nous allons progressivement pénétrer dans le domaine des mœurs et des mentalités.

Figure 1.– Évolution de la fécondité de l’Union européenne (trait noir) et intervalle de variation des fécondités des pays (+/-s).

2La décroissance assez régulière de la fécondité moyenne depuis 1965 s’explique d’abord par les décalages temporels entre des évolutions rapides qui sont ainsi lissées. On le constate sur la Figure 2 où l’on a représenté l’évolution des indices de fécondité en France, en Espagne et en Pologne de 1950 à 2005. La baisse de fécondité en France se produit entre 1965 et 1975, en Espagne entre 1975 et 1994, en Pologne entre 1985 et 2003. Dans les trois cas, deux causes sont à l’œuvre : accès aux moyens modernes de contraception, la pilule et le stérilet, et retard de l’âge à la première maternité. La première cause entraîne une diminution de la descendance finale (le nombre moyen d’enfants nés au cours de la vie d’une femme), la seconde cause ne modifie pas la descendance finale, mais, en retardant la venue des naissances, diminue la natalité (et l’indice conjoncturel).

3En France, la succession des deux causes est particulièrement nette : d’abord l’accès aux moyens modernes de contraception, pilule et stérilet qui se répandent de 1965 à 1975. Puis la hausse de l’âge à la première maternité qui commence brusquement en 1974 après une longue et lente baisse tendancielle depuis 1945 et qui entraîne aussitôt, mécaniquement, une baisse de 20 % de l’indice conjoncturel par rapport à la descendance finale, baisse qui dure tant que l’âge des mères à leur première maternité continue à augmenter.

Figure 2.– Évolution des indices conjoncturels de l’Espagne, de la Pologne et de la France.

4À partir de 2000, le retard devient de plus en plus faible si bien que tout aussi mécaniquement, l’indice conjoncturel remonte jusqu’au niveau de la descendance finale. En Espagne, les deux causes n’agissent pas successivement mais simultanément à partir de la mort de Franco. En Pologne, le contrôle de la fécondité repose sur les interruptions de grossesse sous le régime communiste, mais à partir de la perestroïka, les mœurs évoluent vers un mariage et donc une première maternité plus tardive, ce qui occasionne la chute très importante que l’on constate sur la Figure 2.

5Le retard de la première maternité est une clé importante pour comprendre l’évolution de la fécondité des pays européens. La réunification des deux Allemagne offre une expérience de choix pour saisir ce mécanisme. Sur la Figure 3, on a comparé l’évolution de la fécondité de l’Est et de l’Ouest de l’Allemagne de 1950 à 2000. Malgré la différence des deux régimes politiques, l’indice reste le même avec une incroyable précision de 1957 à 1974. Puis des mesures d’encouragement à la natalité (congé de maternité de trois ans à plein salaire) séparent brutalement les deux courbes, celle de la RDA remontant de 0,5 enfants par femme. L’effet de ces mesures qui était en partie d’aubaine s’estompe progressivement mais survient la chute du mur. La chute de fécondité est alors immédiate à l’Est où l’indice conjoncturel atteint des niveaux extraordinairement faibles autour de 0,8 enfants par femme. Or cette baisse s’explique aisément quand on suit l’évolution de la nuptialité (Figure 4) qui est pratiquement identique. La réunification pousse irrésistiblement les habitants de l’Est à adopter les modes de vie de l’Ouest, parmi lesquels le mariage tardif. La chute du nombre des mariages est donc extrêmement brutale à l’Est car les couples qui se seraient formés si le régime communiste avait duré attendent désormais de s’engager à l’instar de leurs concitoyens de l’Ouest. Les mœurs plient devant les durs faits économiques : sous le régime communiste, se marier donnait accès à un logement alors que dans l’économie de marché, il faut s’établir donc disposer d’un minimum de capital et de sécurité dans l’avenir et attendre maintenant la trentaine. Le retard de l’âge au mariage et plus encore de l’âge à la première maternité est le premier facteur de la faible fécondité qui se répand en Europe à mesure que les régimes politiques se modernisent et que l’économie de marché s’étend. Mais ce n’est évidemment pas la seule cause.

6En effet, le raisonnement précédent n’explique pas l’écart qui subsiste entre la France et l’Espagne et plus généralement entre de nombreux pays une fois le retard de l’âge à la première maternité stabilisé. Clairement, différents régimes de fécondité coexistent en Europe. L’explication la plus simple est à nouveau économique. La fécondité demeure à un niveau plus faible quand l’accès des femmes à l’emploi est difficile. En effet, face à un double objectif, celui de construire une famille et celui d’obtenir un emploi, les femmes répartissent leurs efforts. Si la recherche de l’emploi est plus difficile, des moyens et de l’énergie nécessaires à la construction de la famille seront redirigés vers la recherche de l’emploi. Ainsi, les naissances hors mariage seront évitées car elles constitueraient un handicap pour l’obtention d’un métier, non que l’employeur en tienne compte mais parce que la parentèle fait pression pour que la mère prenne grand soin de l’enfant, ce qui réduit ses ressources en temps et disponibilité pour la recherche de l’emploi.

Figure 3 et 4.–Évolution de la fécondité et de la nuptialité dans les territoires de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest (1950-2000).

7Le conflit entre vie familiale et vie professionnelle qui vient d’être décrit en termes d’économie de la famille telle que Gary Becker l’a formalisée, est manifeste empiriquement : la fécondité est d’autant plus basse que le taux d’emploi des femmes l’est. Paradoxalement, la tentative de maintenir la femme au foyer pour renforcer la famille se traduit par une diminution de la dimension de la famille. Voici donc deux causes de faible fécondité : le retard de l’âge à la première maternité et le faible taux d’emploi des femmes. Or nous disposons pour elles de données chiffrées en 2005 dans 25 des 27 pays de l’Union (seules Malte et la Belgique ne calculent pas l’âge moyen de la mère à sa première maternité). Elles sont indiquées sur le Tableau 1 en annexe. Les corrélations entre l’indice de fécondité et ces deux quantités, l’âge moyen à la première maternité et le taux d’emploi féminin sont élevées (respectivement, r = 0,57 et r = 0,53). De plus ces deux quantités sont pratiquement distribuées de manière indépendante (r = 0,13). Si l’on effectue une régression linéaire de l’indice de fécondité sur les deux quantités, le carré de la corrélation multiple vaut 0,576, ce qui est particulièrement élevé (correspondant à un r de 0,76).

Figure 5.– Position des pays de l’Union européenne en fonction de leur taux d’emploi féminin, de l’âge moyen des mères à leur première maternité (la taille des points varie avec l’importance de leur fécondité).

8Une représentation graphique parle sans doute mieux que ces chiffres. On a donc disposé sur la Figure 5 les 25 pays de l’Union selon le taux d’emploi féminin (en abscisse) et l’âge moyen de leurs femmes à la première maternité. En outre, on a donné au point représentant le pays un rayon d’autant plus grand que la fécondité y est plus forte. Le résultat est net à deux égards : les plus fortes fécondités se groupent dans le quart supérieur droit du nuage de points, ce qui correspond aux pays qui ont à la fois un âge élevé à la première maternité et un taux d’emploi féminin élevé, deux éléments qui devraient a priori, au contraire, diminuer la fécondité. Second aspect remarquable du nuage, on y distingue bien des groupes de pays appartenant à la même région d’Europe. On a cerclé ceux de l’Est où l’on distingue les pays baltes, les deux derniers entrés (Roumanie et Bulgarie) et les quatre pays d’Europe centrale, ceux de l’Ouest où se groupent les pays scandinaves, ceux du Nord-Ouest et ceux du Sud. Cette représentation des différences de fécondité incline à l’optimisme puisque l’on peut penser que les pays de l’Est vont retrouver une natalité plus élevée lorsque l’âge à la maternité aura atteint le même niveau qu’à l’ouest et se stabilisera. De même lorsque les femmes seront massivement présentes dans la vie active, les pays du Sud retrouveront une fécondité plus élevée car l’entrée en activité ne mobilisera plus autant de ressources au détriment de la maternité. À terme, tous les pays devraient donc se retrouver au voisinage des pays de l’Ouest et du Nord de l’Europe avec une descendance finale comprise entre 1,7 et 2 enfants par femme.

9Malheureusement, deux exceptions importantes sur la Figure 5 contraignent à remettre en cause ce schéma. On remarque que la France a une fécondité nettement plus forte que sa position ne l’indique et l’Allemagne une fécondité beaucoup plus faible. À eux seuls les deux pays accaparent 40 % de la variance résiduelle. Loin de se combler, l’écart se creuse. On le voit clairement sur la Figure 6 où l’on a comparé l’évolution des indices de fécondité depuis 1955 en France, en Allemagne et dans les pays nordiques, y compris l’Angleterre (qui servent ici de référence). La France qui avait rejoint le groupe des pays du nord les dépasse à partir de 1995 tandis qu’au contraire l’Allemagne reste à une distance constante d’eux.

Figure 6.– Évolution de l’indice de fécondité en France, Allemagne et dans les pays nordiques depuis 1965.

10On doit donc s’interroger sur le sens profond des deux exceptions que représentent la France et l’Allemagne. Du côté de la France, on donne d’habitude deux explications. Dans la première, la France touche le bénéfice de cent ans de politique nataliste qui ont fini par modeler les esprits notamment en imposant le modèle de la famille de deux enfants. Pour la seconde, la plus forte fécondité de la France doit être rapprochée du pessimisme dont font montre les Français. Régulièrement dans les enquêtes Eurobaromètres, ils sont en effet les Européens qui expriment la plus faible confiance en l’avenir. La famille constitue alors un refuge comme elle l’a été pour les Polonais après la déclaration de l’état de siège par Jaruzelski ou bien comme actuellement dans la bande de Gaza où, malgré la plus faible mortalité infantile et la plus forte éducation des femmes de l’ensemble du monde arabe, la fécondité reste la plus élevée de la région. Les explications donnée, au comportement fécond des Allemands sont d’ordre psychologique : la tradition et les manuels de psychologie de l’enfance insistent sur le lien primordial de l’enfant à sa mère. Les femmes craignent alors de s’engager dans la constitution d’une famille. Dans les cohortes achevées les plus récentes, l’Allemagne est en tête de l’Europe pour la proportion de femmes sans enfants. On observe d’ailleurs une coupure tranchée entre famille sans et avec deux enfants, la proportion de femmes sans enfants augmentant presque uniquement aux dépens de celle des femmes avec un seul enfant comme si le premier enfant représentait un seuil difficile à franchir. Jusqu’à une époque récente, les taux d’activité des femmes allemandes variaient avec l’âge selon une courbe « à deux bosses », à cause d’une baisse momentanée de l’activité liée à la prise en charge des petits enfants. Une mère qui reprend rapidement son travail après la naissance de son enfant est encore traitée aujourd’hui de « Rabemutter », c’est-à-dire de mère corbeau.

11Si ces explications ont un degré de pertinence, il faut renoncer à l’idée d’assister rapidement à une reprise de la fécondité et à une convergence des indices en Europe. Comme l’a montré Jeanne Fagnani en comparant les fécondités de la France et de l’Allemagne, ces deux pays ont adopté deux idéologies opposées de l’enfance. Les Allemands l’insèrent principalement dans la sphère familiale, les Français le situent rapidement dans la sphère sociale (avec crèches et écoles maternelles). Or cette opposition entre le rôle de la famille et celui de l’État reprend une opposition plus ancienne entre le rôle de la famille et celui de la communauté. De nombreux travaux d’historiens et d’anthropologues ont mis en évidence que dans les Iles britanniques et en Scandinavie, les jeunes quittaient très tôt leur famille pour s’engager comme domestique (« life-cycle servants ») avant de reprendre une exploitation. Au contraire, au sud, la décohabitation était très tardive et parfois même ne se produisait pas, le fils succédant au père à sa mort sans avoir quitté l’exploitation. Il demeure maintes traces de cette opposition entre ces deux cycles de vie. Par exemple, la décohabitation des enfants est, actuellement, nettement plus tardive au Sud de l’Europe qu’au Nord-Ouest. En France, le grand Sud-Ouest au sud de la Loire et à l’Ouest du Rhône est nettement moins fécond que les autres régions. C’est dans ce Sud-Ouest que la famille souche a le mieux résisté (on le mesure par la proportion plus élevée de ménages complexes et par la proportion plus importante de personnes âgées cohabitant avec leurs descendants). La France et l’Allemagne se trouvaient à mi-chemin entre le modèle méridional et le modèle nord-occidental. La France a basculé vers le second avec sa politique nataliste, l’Allemagne vers le premier avec son insistance mise sur le rôle de la mère qu’a renforcée l’épouvantail de la politique nazie de la famille. Dès lors, ce qui apparaissait comme deux exceptions sur la Figure 5 risque au contraire de trahir une opposition très générale. Deux modèles de fécondité coexistent en Europe, l’un fondé sur le rôle central de la famille, l’autre sur celui de la communauté et éventuellement de l’État. Les faibles taux d’activité féminine, les allocations familiales, les congés parentaux, les crèches et écoles maternelle ne sont pas des causes mais des conséquences de ces deux modèles. Il sera donc difficile d’obtenir des changements de fécondité en agissant sur ces conséquences, comme le préconisent actuellement les hommes politiques, sans peser sur leur cause plus profonde. Mais, on ne change pas rapidement des mentalités aussi enracinées. La France a mis cent ans à tirer le bénéfice de sa législation nataliste. D’autres pays du sud et de l’est qui s’en inspireraient auraient à changer leur attitude vis à vis de l’enfance. Cela ne prendrait pas cent ans, peut-on espérer, mais peut-être plusieurs décennies durant lesquelles des résultats éphémères causés par des effets d’aubaine (les régimes communistes en ont fourni plusieurs exemples avant la chute du mur) pourraient donner l’illusion temporaire d’un succès.

Tableau 1.–Indice de fécondité (2005), taux d’emploi des hommes et des femmes (2007), âge moyen de la mère à la première naissance (2003).

Sources et précisions bibliographiques :

12Les indices de fécondité annuels par pays de 1950 à 1995 proviennent du site de l’INED, et ceux de 1996 à 2007, de celui d’Eurostat. Les âges moyens à la première maternité et les taux d’emploi féminin proviennent d’Eurostat. Les volumes de la série European Studies of Population publiés par Kluwer à Dordrecht donnent les séries chronologiques de nombreux autres indicateurs de la fécondité ainsi que des résultats d’enquête ; voir plus particulièrement : Frejka T., Sardon J. P., Childbearing Trends and Prospects in Low-Fertility Countries, 2004 ; della Zuanna G., Micheli G. A. (dir.), Strong Family and Low Fertility : A Paradox, 2004. Voir aussi Gullestad M., Segalen M., Family and Kinship in Europe, London, Pinter, 1997, dont le chapitre de LeBras H., « Fertility : the Conditions of Self-perpetuation. Differing Trends in Europe », p. 14-32. La théorie économique de la famille a été développée par Gary Becker, A Treatise on the Family, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1991. Jeanne Fagnani a analysé les raisons de la différence de fécondité entre le France et l’Allemagne dans Un travail et des enfants, Paris, Bayard, 2000. De nombreux travaux d’historiens et de démographes ont étudié les différences de mentalité en matière de famille et de fécondité. Parmi ceux qui ont eu le plus d’influence, on doit citer les membres du Cambridge Group avec Laslett P., Hajnal J., Wall R., Goody J. et, en France, les promoteurs et éditeurs de l’Histoire de la famille (1986), Burguière A., Klapisch-Zuber C., Segalen M. et Zonabend F..

Table des illustrations

Légende Figure 1.– Évolution de la fécondité de l’Union européenne (trait noir) et intervalle de variation des fécondités des pays (+/-s).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure 2.– Évolution des indices conjoncturels de l’Espagne, de la Pologne et de la France.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 3 et 4.–Évolution de la fécondité et de la nuptialité dans les territoires de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest (1950-2000).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103968/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 5.– Position des pays de l’Union européenne en fonction de leur taux d’emploi féminin, de l’âge moyen des mères à leur première maternité (la taille des points varie avec l’importance de leur fécondité).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103968/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 6.– Évolution de l’indice de fécondité en France, Allemagne et dans les pays nordiques depuis 1965.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103968/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Tableau 1.–Indice de fécondité (2005), taux d’emploi des hommes et des femmes (2007), âge moyen de la mère à la première naissance (2003).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103968/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540