Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Première partie. Populations et corps en questions

Trois grands hivers : 1940, 1941, 1942

Emmanuel Le Roy Ladurie

Texte intégral

  • 1 Plus au nord, s’agissant des Pays-Bas et de l’Angleterre centrale, la décennie 1971-1980 marque dé (...)

1Au cours de la décennie 1941-1950, les maxima « caloriques » se multiplient. Maximum français des températures moyennes annuelles décennalisées ( = 12,0°) par rapport à toutes les décennies antérieures depuis celle de 1901-1910 incluse. Par rapport aussi à trois décennies ultérieures, comprises entre 1950 et 1980. Le record (annuel, décennal et français1) de 1941-1950 ne sera battu définitivement avant 2007 qu’à partir de la décennie 1981-1990. Le tout étant calculé sur notre base nationale à partir d’une vingtaine ou trentaine de stations météo équitablement et judicieusement réparties sur l’ensemble du territoire ; et étant homogénéisé, c’est-à-dire purgé du réchauffement spécifiquement anthropique que provoquent les grandes villes (automobiles, chauffage etc.).

2C’est la « courbe » moyenne des étés qui est la plus fidèle à cette tendance générale. Maximum de la décennie estivale 1941-1950 par rapport à toute la période 1901-1980. À ce propos, on pense bien sûr à l’été de 1947, ultra-brûlant, et qui domine avec d’autres « confrères » (1943 et 1949) la tendance estivale fort chaude de la décennie 1941-1950.

3Seuls les hivers font bande à part. La décennie hivernale 1941-1950 est paradoxalement la plus froide du siècle à raison de 4,1° de moyenne hivernale annuelle décennalisée, plus froide même que lors de la froide décennie 1901-1910 immédiatement antérieure au réchauffement, progressif ou saccadé selon les cas, du XXe siècle après 1910.

4La décennie 1941-1950 marque-t-elle, dans ces conditions, le culmen d’un premier réchauffement en forme de croissance soutenue (sustained growth), enregistré depuis 1911-1920 inclus, puis perpétué jusqu’au milieu du XXe siècle voire bien au-delà ? Déjà pour l’Angleterre centrale, d’une décennie l’autre, de 1931-1940 à 1941-1950, la montée thermique est assez nette, sauf quant aux hivers. Mais quels printemps, spécialement calorifiques et favorisés… !

Hiver

Printemps

Été

Automne

1931-1940

4,1

8,4

15,7

10,0

1941-1950

4,0

8,9

15,8

10,3

(-)

(+)

(+)

(+)

Tableau 1.– Moyennes thermiques saisonnières, Angleterre centrale.

5À Paris-Montsouris, les chiffres respectifs d’augmentation saisonnière des températures sont un peu différents de ceux d’outre-Manche, la chose va de soi d’autant qu’ils sont gonflés en 1931-1940 et en 1941-1950 par le réchauffement d’origine urbaine (parisienne), mais la répartition de ces augmentations thermiques est analogue, des années 1931-1940 aux années 1941-1950. Hivers nettement rafraîchis en cette seconde période, plus encore à Paris-Montsouris qu’en Grande-Bretagne. Les trois autres saisons (printemps, été, automne) et l’entière année, du coup, font un bond thermique en hauteur, eux.

  • 2 Moisselin J.-M. et al., dans La Météorologie, no 38, août 2002, p. 53.

6On peut consulter aussi à ce propos le graphique de Jean-Marc Moisselin et al.2, où l’on constate que les températures moyennes annuelles, homogénéisées, c’est-à-dire purgées de l’effet du réchauffement urbain, ont gagné environ 5/10e de degré à Paris-Montsouris entre les décennies 1901-1910 et 1941-1950. Soit un échauffement du même ordre de grandeur qu’en Angleterre : environ un demi-degré.

*

7Les années 1941-1950 sont néanmoins complexes. Elles se situent au fil d’un réchauffement semi-séculaire affectant pratiquement les douze mois de l’année. Et pourtant d’une décennie l’autre, et même à plus longue échéance, elles soufflent le chaud et le froid. Nous venons de le souligner : l’hiver, c’est ce qui se réchauffe le moins ou pas du tout. Et l’on est frappé surtout par l’occurrence, chose rare, de trois grands hivers successifs ; ce sont, chevauchant nos comptages décennaux, les hivers de 1939-1940, 1940-1941 et 1941-1942 ; leur moyenne de décembre, janvier et février (DJF) se situe respectivement et successivement à 1,8°, 2,0°, enfin 0,7°, en chiffres un peu gonflés bien sûr par le réchauffement urbain ; mais la tendance froide, voire glaciale, est quand même nette à Paris-Montsouris. En Angleterre centrale, les planchers d’hiver de ces trois millésimes ne se situent pas exactement aux mêmes niveaux, mais l’ensemble reste étonnamment froid, comme l’ont remarqué les climatologues ; on a donc du côté britannique pour la même séquence DJF de ces trois hivers : 1,5°, puis 2,6° et enfin 2,2°.

8Ces diverses moyennes de trois hivers peuvent ne pas paraître absolument glaciales ; elles sont quand même nettement en dessous des moyennes hivernales décennales habituelles de l’Angleterre pour les années 1930 et 1940 ; l’ensemble hivernal (DJF) de ces vingt années tourne autour de 4° dans l’Angleterre centrale et de 3,8° à Paris-Montsouris. On est donc continûment en moyenne pour ces vingt années très au-dessus de ces trois fâcheuses saisons très froides, sises en enfilade impressionnante et ininterrompue au début des années 1940. En France, les mois les plus durs ont été janvier 1940, puis décembre 1940 et janvier 1941, enfin, très rudes encore, janvier et février 1942.

9À Paris-Montsouris, où l’on dispose d’une très bonne série depuis 1874, fût-elle calorifiquement gonflée dans le long terme par l’urbanisation, on ne trouve pas d’ordinaire de triennats froids aussi successifs et aussi vifs, même s’il y a un certain nombre de grands hivers rudes. Tout au plus notera-t-on, dans le même style, les deux hivers coup sur coup 1878-1879 et 1879-1880, à raison de 1,9° et 0,6° de moyenne.

10En Grande-Bretagne, où l’on dispose pour l’Angleterre centrale d’une série plus allongée vers l’amont chronologique, on trouve dans le style même du triennat 1940-41-42, où la moyenne DJF est de 1,5°, 2,6° et 2,2°, un triennat 1879-80-81, avec des moyennes de 0,7°, 2,5° et 2,3° ; et en remontant très haut, un triennat 1677-78-79, à raison de 2,0°, 1,8° et 1,0°. Cela correspond à des moyennes hivernales sur trois ans de 2,1° pour les années qui nous intéressent ici, 1940-41-42 ; et à des moyennes hivernales triennales de 1,8° et 1,6° respectivement pour les triplettes 1879-80-81 et 1677-78-79.

11Ce qui compte en l’occurrence, ce ne sont pas tellement les basses valeurs des moyennes triennales, de plus en plus déprimées, certes, à mesure qu’on s’enfonce vers le passé du petit âge glaciaire, vers les années 1677-78-79 ; c’est surtout le caractère absolument successif (sur trois années) des froidures, d’un hiver l’autre, et puis encore jusqu’à l’hiver suivant. Soit « trois d’un coup ».

12Van Engelen, au titre d’une Néerlande sans rivages, a du reste bien senti la pertinence de ces trios hivernaux glaciaires. Il a donné au triennat hivernal 1940-41-42 les indices 7, 6 et 8, soit severe, cold et very severe ; au triennat 1879-80-81, les indices 6, 7 et 6, soit cold, severe et cold ; et enfin au triennat 1677-78-79, les notations 7, 6 et 7, soit severe, cold et severe.

*

13Plaçons-nous maintenant après ce trio rude 1940-41-42. Lors de l’époque ultérieure, après 1942, on ne trouvera plus, jusqu’à nos jours, de triennat glacial hivernal du même genre ; le seul qui pourrait y ressembler, quoique de loin, c’est celui, en Angleterre centrale, de 1985-86-87, avec une série DJF triennale moyenne de 3,1°, au lieu de 2,1° en 1940-41-42. Bien sûr, on connaîtra quelques graves accidents d’hyper froidure hivernale après 1942, je pense aux hivers de 1946-47 et 1962-63 ainsi qu’à février 1956, mais il s’agit de cas isolés, autre manière de dire que le réchauffement multi décennal et multi annuel post-1942 n’est pas un vain mot. Après 1963, (0,3° de moyenne hivernale DJF en Angleterre centrale), on ne trouvera plus guère d’hiver dont la température moyenne soit inférieure à 1,6°. On verra du reste apparaître les premiers hivers à plus de 6° de moyenne, soit en 1975 : 6,6°, puis en 1989 : 6,5° et en 1990 : 6,2° ; enfin en 1995 : 5,9°. Le retour d’un très grand hiver, à la 1963, reste néanmoins toujours concevable.

*

14Le triennat des grands hivers (1940-1941-1942), plus exactement des trois grands hivers en série, inclut l’hiver 1939/40, surtout janvier 1940 (-2° de moyenne mensuelle à Paris-Montsouris) ; puis 1940/41, soit décembre 1940 et janvier 1941 (respectivement 1,6° et 0,1° ibidem) ; enfin 1941/42, le pire de tous en région francilienne et sans doute ailleurs, essentiellement en janvier et février 1942 (-0,9° et-1,7° en ces deux mois respectifs et successifs).

15Les températures moyennes de janvier, en 1940, 1941 et 1942, dès lors qu’elles tombent au-dessous de zéro ou à son intime proximité, se révèlent bons indicateurs de l’extension à tout le moins européenne des trois grands hivers en question. Lesquels concernent en effet Belgrade, Berlin, Bucarest, Copenhague, Genève, Leningrad, Moscou, Londres, Milan, Paris, Utrecht/De Bilt et Stockholm.

16Cet espace hivernal et triennal très rude inclut ainsi en sa modalité la plus froide : Serbie, Hongrie, Allemagne, Suisse, Padanie, Angleterre, France, Pays-Bas, Scandinavie et Russie. Tel est le centre, le noyau dur du système d’hivers très rigoureux 1940-41-42. Les régions ou pays environnants éprouvent eux aussi un certain abaissement des températures de janvier et d’autres mois environnants (décembre et/ou février selon le cas), mais la connotation océanique (à Édimbourg, Lisbonne) ou fortement méridionale (à Madrid, Marseille) de leur météo atténue le choc sans le supprimer tout à fait.

17Notons incidemment que les très basses températures enregistrées à Leningrad et à Moscou en janvier 1942 (à la suite de phénomènes analogues en décembre 1941) ne sont pas coutumières en soi. Elles sont effectivement très déprimées et bien au-dessous de zéro pour ces parties centrales (et belligérantes) de la Russie. Hitler aurait dû bien sûr accuser sa propre folie, et non pas ses généraux, pour l’échec qu’il enregistrait devant Moscou en décembre 1941, puis janvier 1942, face à l’offensive des troupes de Joukov venues de Sibérie ; mais le général Hiver incontestablement soutenait Staline en cette affaire, Staline dont les troupes étaient mieux équipées pour résister au froid ; qui plus est, contrôlées par derrière par le NKVD quand elles tentaient de faire défection. Le fait est qu’en janvier 1942, au moment le plus vif de la contre-offensive soviétique des régiments sibériens devant Moscou, la température moyenne de ce mois est de-20,2° ; c’est, localement, le janvier le plus froid du triennat glacial 1940-41-42. Or de 1894 à 1963, on n’a jamais connu, à Moscou, de mois de janvier aussi froid que celui de 1942. Le général Hiver était donc bien engagé lui aussi dans cette bataille au détriment de la Wehrmacht et en faveur des divisions « joukoviennes ».

  • 3 Goebbels J., Tagebücher aus den Jahren 1942-1943, éd. Louis P. Lochner, Zurich, Atlantis, 1948, en (...)

18Inversement, le « dégel » de fin mars 1942, à Berlin, est salué en termes lyriques par Joseph Goebbels dans son Journal ; le diariste espère que cet adoucissement du climat, à défaut de donner la victoire aux troupes allemandes en Russie, permettra de débloquer les canaux jusqu’alors gelés et de favoriser l’approvisionnement par péniches de la capitale allemande3. En ce jour où il reçoit une délégation française composée de deux importants acteurs de cinéma des deux sexes, le ministre de la propagande note des phénomènes qui le réjouissent :

« Un beau soleil combat l’hiver encore en place. Si cela continue, la neige va disparaître, les rivières dégèleront et grâce aux voies navigables on pourra faire venir à Berlin pommes de terre, choux et autres légumes. On espère sans en être sûr la fin de l’hiver et le vrai début du printemps. »

19Attente justifiée, semble-t-il, puisque les températures moyennes à Berlin-Tempelhof sont à-7,2° en janvier 1942,-4,8° en février, 0,1° en mars, et 8,1° en avril. Progressions d’un mois sur l’autre qui pourraient corroborer les dires de Goebbels, lesquels mériteraient certes d’être confrontés aux températures berlinoises journalières, ce que point ne fîmes.

*

20Ultérieurement, les hivers 1942-43 et 1943-44 vont être nettement plus doux en Europe occidentale. De 1943 à 1946, on recense à Paris-Montsouris quatre hivers où DJF est en moyenne égal ou supérieur à 3,5°. C’est en 1947 seulement qu’on tombe à nouveau sur un hiver très froid avec un DJF à 0,9° de moyenne : il récupère à peu près la rigueur de 1942. Le 0,9° de 1947 se décompose en 1,6° pour décembre 1946, 0,9° pour janvier 1947 et 0,3° pour février. À comparer, effectivement, aux rigueurs de 1942.

21Il y a semblable contraste pour les années immédiatement postérieures à 1942 en Angleterre centrale, où toutes les moyennes hivernales sont égales ou supérieures à 3,7° lors du quadriennat 1943-44-45-46, alors que les températures homologues pour 1940-41-42 étaient égales ou très inférieures à 2,6°.

  • 4 Luterbacher J. et al., « Letter to Nature », Nature, 431, 21 oct. 2004.

22Pourquoi ces trois hivers très rudes (1940/41/42), si rares en tant que trio glacial au cours de toute la série thermométrique la plus longue dont nous disposions, celle de l’Angleterre centrale entre 1659 et 2000 ? Dans de brillants articles Jurg Luterbacher et ses collaborateurs s’efforcent de rattacher cette situation assez extraordinaire des trois années DJF hyperfroides 1940-41-42 à de fortes valeurs d’El Niño (Strong and long-lasting El Niño Event), elles-mêmes étalées de l’automne 1939 au printemps 1942. La démonstration de Luterbacher paraît assez convaincante, mais un modeste historien rural tel que l’auteur du présent article est mal placé pour être juge d’une telle technicité de l’analyse météo. Nous nous bornons à renvoyer ici aux publications ad hoc de Jurg Luterbacher4.

*

23Quel fut l’impact de ces trois grands hivers sur le produit agricole ou, plus exactement, quel est l’état de la production agricole française, et européenne, au cours des trois années décisives du premier cycle climatique (1940-41-42) de la Seconde Guerre mondiale ? Ce qui est en jeu, c’est bien sûr le ravitaillement des peuples, si médiocre en cette période de guerre.

24On n’étonnera personne en disant que les récoltes ont chuté lors des années initiales de la guerre et plus encore durant celles de l’occupation militaire allemande. Manque d’engrais, de main-d’œuvre, de tout. En outre, une fois le grain battu, les autorités germaniques en prélèvent une portion considérable (plus de 20 %). De quoi créer la disette en ville, sinon dans le plat pays. La météo, dans cette affaire, n’a joué au titre de ce manque à gagner qu’un rôle minoritaire, même si elle n’est pas totalement absente, dès 1940, de la conjoncture mise en cause.

25Quelques chiffres : les années 1938-1939 avaient été excellentes en France, compte tenu, certes, des bas rendements coutumiers de l’entre deux-guerres : 19 quintaux de froment à l’hectare en 1938 (été chaud dans tout l’hémisphère Nord) ; puis 16 q/ha en 1939. Mais vient le tour de 1940-41-42, l’époque des trois hivers… et de la présence, à partir de juin-juillet 1940, des troupes d’occupation. Toutes les récoltes de céréales font le plongeon, du moins en France : froment, seigle, avoine, orge, maïs, sarrasin ; et puis pommes de terre et betteraves à sucre, grandement affaiblies sans exception quant à leurs quantités récoltées. Ce n’est plus, côté froment, du 19 ou du 16 quintaux à l’hectare, comme en 1938 et 1939, c’est du 11,9, puis du 12,8 et du 12,8 encore, pendant les trois années fatidiques 1940, 1941, 1942.

26Reste qu’il faut distinguer entre, d’une part, les moissons de 1940 essentiellement influencées (et déprimées) par une mauvaise météo mais ensuite, et en outre, amputées par les réquisitions du grain qu’opèrent les Allemands ; et, d’autre part, les moissons de 1941 et 1942 où le facteur guerre/blocus/occupation/réquisition éclipse de beaucoup le facteur climat, même si celui-ci est loin d’être entièrement absent.

*

27La météo est « basique », quand même. Deux mots d’abord sur le très rude hiver 1939-40 qui, en effet, a immédiatement précédé de quelques mois cette moisson de 1940 :

  • 5 Garnier M., Climatologie de la France, sélection de données statistiques, Paris, Direction de la M (...)

« 1939-1940. – C’est à partir du 30 décembre que les grands froids ont commencé brusquement dans l’Est : dès le 29, les minima de température à Dijon et à Nancy étaient respectivement de-2° 2 et-6° 8, et le lendemain ils s’abaissaient à-20° 4 et-20° 3. Dans les autres régions françaises, les fortes gelées furent marquantes le 10 janvier et se prolongèrent jusqu’au 27 pour reprendre ensuite du 10 au 19 février. Des chutes importantes et généralisées de verglas précédant le dégel affectèrent du 26 au 29 janvier les parties du territoire situées au nord d’une ligne brisée passant approximativement par Le Havre, Rennes, Tours, Bourges, Saint-Étienne, Dijon et Mulhouse. Et de nouvelles chutes de verglas moins importantes se produisirent du 16 au 19 février5. »

28Nombreuses chutes de neige, certes en DJF. Dans les régions où cette neige resta sur le sol, en particulier du 16 au 27 janvier, les blés souffrirent peu. Mais dans les autres zones, l’avoine et le froment, atteints par les rigueurs du froid, puis cisaillés sous l’effet du verglas, durent être remplacés par des céréales de printemps.

29On compta, en janvier 1940, 31 jours de gelées à Nancy, 30 à Abbeville, 29 à Beauvais et 28 à Saint-Quentin, Reims et Rouen. À Nancy, il gela chaque jour jusqu’au 4 février 1940, avec des minima de température de-20° 8 en janvier 1940. À Paris, la température moyenne de janvier 1940,-2° 5, le classe au troisième rang des mois les plus froids observés depuis 1881, n’ayant été dépassé vers le « bas » que par février 1895.

30La moisson de 1940 a souffert du manque d’engrais pendant l’hiver et le printemps et des opérations militaires de juin, mais l’essentiel des destructions céréalières, ou plutôt anti-céréalières, est certainement dû à ce rude hiver de janvier-février 40, comme M. Garnier l’a souligné. D’où les bas rendements du froment français ainsi que d’autres céréales, et surtout l’énorme « re-semaille » des froments au printemps à la suite de la destruction des semis d’hiver par les susdites gelées. On dénombre 803 000 hectares de froment de printemps en 1940, un record absolu depuis 1886. Vaste extension, corrélée à une diminution marquée des emblavures d’hiver, détruites à 20,1 % de leur superficie par le gel. Manque à gagner considérable ! Diminution de 30,1 % du volume des récoltes de blé en 1940 par rapport à 1939. Même diminution que lors de la disette de 1846, mais avec les Allemands en « prime », installés sur place, à partir de l’été 1940. Ce qui revient à diminuer de double façon (grand hiver plus pression de l’occupant) les disponibilités frumentaires à l’usage du Français moyen. On comprend que lors du printemps de 1941… et ensuite, des formes de disette soient apparues dans nos villes, spécialement méridionales, isolées qui plus est des grandes régions productrices de céréales par la ligne de démarcation zone occupée/zone libre. Temps printanier des cerises, id est temps des ventres creux.

  • 6 La Tchécoslovaquie a refait sa base statistique des années de guerre à partir des statistiques ad (...)
  • 7 La Suisse, la Suède, l’Espagne, le Portugal (quatre entités étatiques neutres, non affectées direc (...)

31La France ne fut pas seule à souffrir. Les récoltes de céréales ont été généralement très diminuées en 1940 hors de nos frontières, dans presque toutes les grandes et petites nations du continent européen. Mais pas en Angleterre. Le fait que des pays qui ne sont pas en guerre (Suisse, Suède…), ou qui n’ont pas connu les combats de 1940 (Tchécoslovaquie)6, sont affectés également par une grosse perte sur leurs moissons, montre bien que le complexe agro-météo, notamment hivernal, de 1939-1940 est à mettre en cause lui aussi en tant que facteur d’adversité supplémentaire7.

*

32Que dire des deux années-récoltes suivantes, 1941 et 1942 ? Très médiocres et plus que médiocres, bien sûr, l’une et l’autre. Deux mauvais hivers, et autres conditions météo pas toujours fameuses ; mais cette fois les responsabilités de la guerre, c’est-à-dire du facteur anthropique au sens strict du terme, deviennent écrasantes. La météo n’est plus, dans le domaine des nuisances anti-récoltes, qu’un junior partner. Ce qu’il faut mettre en cause, une fois de plus, c’est le manque d’engrais, de machines et de chevaux, ainsi que la diminution des effectifs de la main-d’œuvre, celle-ci étant partie, pour travailler en Allemagne, ou bien mobilisée dans les casernes et sur le front lorsqu’il s’agit de nations belligérantes. Tous les pays, grands et petits, du continent – nous n’envisageons point le cas de l’URSS, qui n’est pas le plus heureux –, tous ces pays sont dans cette situation infortunée, France incluse ; une exception pourtant, la Suisse. Mais la Suède elle-même, quoique non belligérante, est traumatisée, elle aussi, par l’occurrence de récoltes maigrichonnes en 1941 et 1942. Bornons-nous à citer ici le cas français.

Tableau 2.– Rendements des céréales et pommes de terre en France en 1938 et 1942,(en quintaux à l’hectare). Source : Statistique agricole annuelle.
NB : 1938 fut millésime de pléthore agricole et 1942 année de déficit productif et de quasi-disette

33La diminution, depuis l’avant-guerre jusqu’au pire ou presque pire (1942) pendant la guerre, se lit dans toutes les productions, tant céréales diverses que pommes de terre. Elle est évidemment d’origine anthropique, très précisément née des conditions difficiles attachées à la Seconde Guerre mondiale, le climat ne jouant ici qu’un rôle de peu brillant second, très en arrière de la causalité principale qui est donc humaine et non point écologique. Le cas similaire de la Hongrie est typique lui aussi puisque ce pays, quoique belligérant comme allié de l’Allemagne contre les Soviets, n’est pas encore théâtre d’opérations militaires en 1942. Les récoltes hongroises n’en sont pas moins fort déprimées lors de cette même année.

34Pour en rester à la France, disons que les restrictions du produit agricole en 1940 après la défaite, puis en 1941 et 1942, engendrent en particulier dans la zone sud, privée des ressources alimentaires en provenance de la zone occupée, des situations de véritable disette parfois très dure, notamment à Marseille, Toulon et Montpellier. Au lycée de jeunes filles de cette ville, durant l’année scolaire disetteuse 1941-42, les élèves sont extrêmement dénutries, et en conséquence affligées de polyurie, d’énurésie, et bien sûr d’amaigrissement intense.

  • 8 Tartakowosky D., Les manifestations de rue en France : 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbon (...)

35À l’encontre des pénuries de nourriture, les manifestations de ménagères, accompagnées éventuellement par leurs enfants, sont orchestrées par le Parti communiste8. Elles se conforment plus ou moins au modèle traditionnel des émeutes de subsistances, food riots, souvent féminines, de l’Ancien Régime et du XIXe siècle. Elles sont intéressantes à titre d’exemplarité historique et d’expression sincère d’une souffrance parfois insupportable. Mais elles manquent malheureusement leur but, prisonnières qu’elles sont (du moins dans leurs débuts) de l’imputation au Politique (français) tenu pour fauteur de famine et responsable a priori. Le vrai coupable, c’est l’occupation allemande qui pénalise le trafic des aliments septentrionaux en direction du Midi. Contre cela, les « manifs » subsistancielles manquent leur but. Tout au plus peut-on voir en elles une préfiguration des mouvements de résistance : ils s’en prendront, eux, à l’origine du Mal, né de l’oppression par un ennemi momentanément victorieux.

*

36La conjoncture disetteuse de 1940-41-42 a valeur, espérons-le, d’histoire contemporaine. Mais elle est également propédeutique au titre d’une réflexion régressive. Comme les famines du long XVIIe siècle (de 1661 à 1710), les disettes du début des années 1940 sont d’origine mixte. Surtout politique et militaire : l’occupation allemande et la politique nazie. Mais aussi, nécessairement les racines, ou les radicelles selon le cas, sont météorologiques. En ce sens, on n’est pas tellement éloigné en 1940 et 1942 des conditions difficiles et également complexes qui régnèrent en 1692-94, comme en 1709-1710. Complexe de guerre, impôts, mauvaises récoltes et mauvais climat sous Louis XIV. Complexe de réquisitions et de répression, à l’époque de l’occupation germanique. Le tout brochant là aussi, au moins en début de période et peut-être ultérieurement, sur une moisson rendue (en 1940) pour le moins déficitaire par suite d’agressions climatiques et naturelles. On pourrait dire ainsi que les millésimes 1940-1942 et 1693-94, par exemple, ne sont séparés en l’occurrence que par quelques années-lumière, mais qu’il n’y a point entre eux l’immensité d’un espace-temps presque infini. Les deux épisodes du XVIIe et du XXe siècles sont suffisamment éloignés, mais suffisamment proches quand même, pour s’éclairer ainsi sur le mode mutuel, à la fois anticipateur et régressif.

Notes

1 Plus au nord, s’agissant des Pays-Bas et de l’Angleterre centrale, la décennie 1971-1980 marque déjà un très léger réchauffement par rapport aux deux décennies précédentes (de 1951 à 1970).

2 Moisselin J.-M. et al., dans La Météorologie, no 38, août 2002, p. 53.

3 Goebbels J., Tagebücher aus den Jahren 1942-1943, éd. Louis P. Lochner, Zurich, Atlantis, 1948, entrée du 22 mars 1942.

4 Luterbacher J. et al., « Letter to Nature », Nature, 431, 21 oct. 2004.

5 Garnier M., Climatologie de la France, sélection de données statistiques, Paris, Direction de la Météorologie nationale, 1967, p. 275.

6 La Tchécoslovaquie a refait sa base statistique des années de guerre à partir des statistiques ad hoc de l’Allemagne nazie, récupérées par le gouvernement de Prague post-1945.

7 La Suisse, la Suède, l’Espagne, le Portugal (quatre entités étatiques neutres, non affectées directement par les combats) sont les pays dont les récoltes, surtout céréalières, sont diminuées en 1940 pour cause d’agro-météo négative et éventuellement par suite des retombées diverses de la guerre, fussent-elles indirectes (baisse générale de la production européenne des engrais, par exemple). En outre la Pologne, très éprouvée par la violente invasion de son territoire, mais aussi la Norvège, les Pays-Bas, l’Italie, l’Autriche, la Tchécoslovaquie, le Danemark, la France, l’Allemagne, la Hongrie. Dans le cas de l’Autriche, de l’Italie, de la Tchécoslovaquie, de l’Allemagne et de la Hongrie, nul champ de bataille, si vaste ou si restreint soit-il, n’est venu perturber l’agriculture de ces nations, et la seule responsabilité de la mauvaise récolte de 1940 revient au climat, accompagné bien sûr par les mauvaises conséquences directes ou indirectes du grand conflit en cours.

8 Tartakowosky D., Les manifestations de rue en France : 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

Table des illustrations

Légende Tableau 2.– Rendements des céréales et pommes de terre en France en 1938 et 1942,(en quintaux à l’hectare). Source : Statistique agricole annuelle.NB : 1938 fut millésime de pléthore agricole et 1942 année de déficit productif et de quasi-disette
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteur

Directeur d’études, Centre de recherches historiques, EHESS/CNRS (UMR 8558)

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540