Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Première partie. Populations et corps en questions

La fin des cent et une familles de l’Europe contemporaine ?

Martine Segalen

Full text

  • 1 Sabean D. W., Teuscher S. et Mathieu J. (dir.), Kinship in Europe. Approaches to long-term develop (...)

1La question des géographies familiales de l’Europe, un des thèmes de prédilection d’André Burguière, est toujours d’actualité, comme celle de la persistance de modèles anthropologiques qui, dans la longue durée, continueraient de caractériser des modèles septentrionaux, méridionaux et/ou orientaux. Mettons ces idées à l’épreuve de travaux contemporains, en notant au préalable que l’étude de la parenté, dont on disait encore récemment qu’elle était en voie de disparition, est plus vivante que jamais. Du point de vue de l’histoire, en témoigne un ouvrage récent1. Du point de vue de l’anthropologie, une grande enquête européenne interroge la diversité des modèles de parenté.

2Les géographies familiales d’André Burguière sont celles des « formes », qu’il s’agisse des structures, nucléaire ou complexe (famille élargie, grande famille communautaire ou famille souche), ou des modes de transmission des biens, égalitaire ou préciputaire, dans toutes leurs variantes et formes intermédiaires. Construits pour définir des sociétés rurales dans lesquelles la maisonnée est lieu de production et de reproduction, ces critères ne peuvent servir d’analyseurs pour les familles de l’Europe contemporaine, fondées sur le salariat et l’indépendance résidentielle des générations. En revanche, l’étude des traits démographiques est pertinente, aux siècles passés comme aujourd’hui : âge au mariage, âge au départ du foyer familial, tout comme l’analyse des systèmes de valeurs et des représentations. Finalement, on peut retenir l’idée d’André Burguière qu’il « paraît plus utile de distinguer les formes d’organisation familiale par leurs particularités culturelles que par leur implantation géographique » pour éclairer les diversités contemporaines.

La sociologie des familles de l’Europe

3Si l’on compare les données démographiques de l’Europe à celles d’autres aires géographiques, le sentiment d’unité prévaut. Les principales courbes démographiques témoignent d’évolutions parallèles en matière de nuptialité, divortialité, fécondité etc., tous les pays ayant connu les mêmes évolutions, selon des calendriers qui leur sont propres certes, mais qui montrent une convergence certaine des comportements. La baisse de la nuptialité, l’élévation de l’âge au mariage et à la première naissance, le report de la fécondité, l’augmentation des séparations, des naissances hors mariage, etc. s’affichent partout. Dans les années 1980, on soulignait d’ailleurs volontiers les convergences démographiques, le concept de « décalage de calendrier » impliquant à terme une identité. Les pays scandinaves, la Suède notamment, étaient vus comme des pionniers indiquant à l’Europe les modèles « modernes » auxquels tous les autres pays parviendraient.

4Manifestes dans les années 1980, ces convergences ont toutefois fait place à des divergences, dès la fin du XXe siècle, dont les plus frappantes sont les taux de fécondité et de nuptialité. Succédant à la baisse depuis le baby-boom des années 1950 et 1960, les indices de fécondité ont connu de fortes oscillations. Ainsi, en Suède, il était de 1,6 en 1983 puis il est remonté à 2,1 en 1989, pour retomber à 1,7 en 2004. En France, après une chute dans les années 1970, il atteint les 2,0 en 2005.

  • 2 Hantrais L. et Letablier M.-T., « Données démographiques et structures familiales. Dans les pays d (...)

5En matière de nuptialité, pays méditerranéens et certains pays d’Europe centrale ont des comportements plus classiques que ceux d’Europe de l’Ouest. La Pologne par exemple a un taux de nuptialité de 5,1 pour 1000 habitants et le taux de divortialité le plus faible d’Europe avec 18,4 pour 100 mariages. C’est le sentiment d’une mosaïque qui prévaut, des pays comme la Lettonie et l’Estonie continuant d’enregistrer des taux de divortialité très élevés ainsi que les taux les plus élevés de naissances hors mariage. « L’élargissement de l’Union européenne aux anciens pays du bloc communiste a amené davantage d’hétérogénéité que de convergence au sein de l’Union2. »

  • 3 Gullestad M. et Segalen M. (dir.), La famille en Europe. Parenté et perpétuation familiale, Paris, (...)

6Les divergences semblent d’autant plus frappantes qu’on s’intéresse aux variables culturelles3. Quelques caractéristiques relevant de l’aide de la parenté soulignent justement ces clivages entre pays du Nord et du Sud.

  • 4 Chambaz C., « Les jeunes adultes en Europe », Drees. Études et résultats,, 90, nov. 2000.
  • 5 Galland O., « Adolescence, post-adolescence, jeunesse : retour sur quelques interprétations », Rev (...)
  • 6 Burguière A., « Les Cent et une familles de l’Europe », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Seg (...)

7Si la tendance à l’allongement de la jeunesse est sensible dans tous les pays d’Europe, des études réalisées à dix ans d’intervalle montrent que les modèles ne se rapprochent pas pour autant. Les jeunes méditerranéens quittent beaucoup plus tard leurs parents que ceux des pays septentrionaux. Entre 22 et 25 ans, seuls 15 % des Danois vivent chez leurs parents, alors que l’on compte encore 88 % des Italiens et 89 % des Espagnols à la maison. Certes, cela ne signifie pas une dépendance des jeunes à l’égard de leurs parents comme autrefois, mais les traditions culturelles et les conditions économiques ne sont pas réunies pour permettre un accès à l’autonomie4. En prenant en compte les différences de vitesse dans l’accès aux divers signes de l’indépendance (vivre en résidence indépendante, être en couple ou non, être salarié), le « score d’indépendance », selon l’expression d’Olivier Galland, varie d’un pays à l’autre. La longueur des études n’explique pas seulement les différences ; c’est bien plus la conception que se fait chaque pays de ce qu’est l’âge adulte qui compte. Au Danemark, dès 18 ans, tout individu est considéré comme adulte et ce statut lui ouvre des droits civiques, politiques et pénaux, mais aussi sociaux, ce qui se traduit par des aides publiques très généreuses à l’égard des jeunes, notamment des bourses, dont l’attribution est indépendante du niveau de revenu des parents. Par contraste, en France, l’autonomie économique est atteinte beaucoup plus tard, et pour cela il faut que l’aide des parents se combine avec l’aide sociale au logement. On peut opposer « un modèle familialiste méditerranéen à un modèle public nordique5 ». Ce départ précoce des Danois, comme des Anglais, du foyer familial s’inscrit dans la continuité des formes de « placement des jeunes » qui paraissaient à André Burguière les « agents secrets du ménage occidental » lorsqu’il relevait que partout en Europe du Nord, les familles avaient l’habitude de socialiser leurs enfants hors de chez elles6.

  • 7 Reher D., « Family ties in Western Europe: persistent contrasts », Population and Development Revi (...)

8Les traces historiques de ce modèle sont en effet anciennes, comme le rappelle David Reher qui oppose les pays à liens de parenté « forts » aux pays à liens de parenté « faibles », en utilisant, lui aussi, comme indice l’âge au départ du foyer parental7. À compter du Moyen Âge, en Angleterre, on a recensé jusqu’à 50 et 80 % des jeunes entre 15 et 19 ans engagés comme domestiques ou apprentis loin de leurs foyers d’origine, alors que ce pourcentage n’atteignait pas plus de 30 % dans les pays méditerranéens ; en Angleterre, le mariage n’avait lieu que bien des années après avoir quitté le foyer parental, le temps d’accumuler un pécule, tandis que, dans les pays méditerranéens, le départ du foyer parental était généralement lié au mariage. La conséquence évidente est que les jeunes dans les pays « à liens faibles » devaient se débrouiller seuls, alors que dans les pays à liens forts, la fonction protectrice de la famille était bien plus importante.

  • 8 Van Nimwegan N. et Moors H., « Population ageing and policy options : attitudes in EU countries », (...)
  • 9 Höllinger F. et Haller M., « Kinship and Social Networks in Modern Societies: A Cross-cultural com (...)

9Prenant une autre variable, celle des soins aux personnes âgées, David Reher montre que dans les pays méditerranéens, cette charge était exclusivement supportée par la famille, tandis que l’Angleterre fut le premier pays à promulguer, dès le XVIIe siècle, des Poor Laws destinées à faire assumer le soin des personnes âgées à la collectivité. Ce clivage persiste toujours, puisqu’une enquête conduite dans les années 1990 montrait qu’en Espagne, au Portugal, en Italie et Grèce, 74 % des personnes interrogées estimaient que lorsqu’on est vieux, il est préférable de vivre avec ses enfants, contre 25 % en Finlande, Suède, Grande-Bretagne, Norvège8. Le taux de cohabitation entre enfants mariés et leurs parents concerne encore 12 % des ménages en Italie, contre 3 % en Angleterre. Lorsque la résidence des ménages est indépendante, on observe que 57 % des Italiens et 43 % des Hongrois s’installent à quinze minutes de distance de leurs parents, loin devant les autres pays d’Europe9.

  • 10 « Famille et personnes âgées, une enquête européenne », Gérontologie et Sociétés, 68, mars 1994, p (...)
  • 11 Gullestad M. et Ségalen M. (dir.), op. cit., 1995.

10Une enquête de la Commission des Communautés européennes auprès des personnes âgées témoigne aussi d’attitudes significativement différentes, bien que le principe de « l’intimité à distance » fonctionne partout. En moyenne, près de quatre sur dix des personnes âgées de plus de 60 ans voient un membre de leur famille au moins une fois par semaine, mais les écarts européens sont importants. Les pays méditerranéens sont en tête : en Italie, plus de 70 % des personnes âgées disent voir un membre de leur famille tous les jours, en Grèce 64,8 %, en Espagne, 60,7 % alors qu’au Danemark le chiffre tombe à 13,8 %, et à 21,9 % en Grande-Bretagne. La France se situe dans un entre-deux avec 34,2 %10. Une veuve portugaise trouvera « normal » de s’installer au foyer de sa fille, alors qu’une veuve anglaise fera tout pour rester indépendante – en ce qui concerne son mode de résidence11.

Une enquête européenne : Kinship and Social Security, « KASS »

  • 12 Finch J., Family obligations and social change, Cambridge, Polity Press, 1989.

11Solidarités publiques et privées s’articulent différemment dans les pays de l’Europe. Trois modèles se dégagent à propos de ce que la sociologie anglaise nomme « family obligations12 ». Dans les pays Scandinaves, l’accent est plutôt mis sur l’autonomie et les droits individuels ; ceux qui ont besoin d’être aidés, notamment les vieux, se tournent vers l’État plutôt que vers la famille. Par ailleurs, les soutiens financiers sont destinés aux individus et ne transitent pas par la famille. Dans un second groupe, où figurent l’Autriche, l’Allemagne, les Pays-Bas, la France, les soutiens publics transitent par les familles qui sont censées s’occuper de leurs jeunes et de leurs vieux. Enfin dans un troisième groupe qui rassemble les pays méditerranéens, on attend de la parenté élargie qu’elle soutienne ses membres, ascendants, descendants et collatéraux. Les soutiens publics y sont relativement faibles.

  • 13 Martin C., « Les solidarités familiales : bon ou mauvais objet sociologique ? », in Debordeaux D. (...)

12Ces trois modèles recoupent trois logiques, selon que les acteurs insistent eux-mêmes sur la soumission aux prescriptions sociales et communautaires, la construction d’un sentiment d’obligation au fil du temps et des relations, ou bien encore la préservation de l’autonomie dans les relations de parenté13. Une telle diversité confirme l’analyse de David Reher, qui estime que les contrastes contemporains observés s’ancrent dans un long passé historique et que leur persistance, relevant de traits anthropologiques propres à chaque pays, n’est pas près de s’estomper. C’est reconnaître en somme l’existence de différences culturelles sensibles, d’un bout à l’autre de l’Europe, enracinées dans l’histoire longue de chacun des pays.

  • 14 Conduite par Patrick Heady dans le cadre du Max Planck Institut für Ethnologie à Halle, Allemagne.(...)

13Cette hypothèse d’une différentiation culturelle Nord-Sud, inscrite dans une continuité culturelle, est l’une de celle qui fonde la grande enquête KASS (Kinship and Social Security)14 qui s’est assigné pour but de décrire en détail le rôle social joué par les parents proches et éloignés et de rechercher les causes de ces modèles tant au niveau social qu’individuel. À quelles occasions et pourquoi s’entraide-t-on en famille ? Pourquoi et quand décide-t-on de devenir parents et de mettre au monde plus d’enfants ? À ces questions, on n’attend pas seulement des réponses « scientifiques » qui participeraient de la discussion sur l’importance contemporaine de la parenté – si souvent occultée par la théorie sociologique – mais aussi des réponses en matière de programmation pour les politiques familiales.

14L’enquête, de grande envergure, a une triple originalité : (1) par sa finalité comparative, (2) par la méthode employée – identique sur tous les terrains, (3) par le fait qu’au lieu de traiter la « famille » en général, on y analyse la « parenté », kinship, stricto sensu.

15Parce que la sociologie a longtemps été aveugle à l’importance des liens de parenté, c’est seulement depuis la fin du XXe siècle que des enquêtes rassemblant des données comparables se mettent en place au niveau de l’Europe. On peut citer par exemple l’enquête SHARE (Survey on Health, Ageing and Retirement in Europe) qui étudie l’aide aux vieux parents, ou les enquêtes portant sur les valeurs (European Values Studies), mais KASS est la première du genre à traiter de situations « en réel », à partir de cas concrets explorés ethnographiquement.

  • 15 Pour la France, Georges Augustins et Anne Sourdril ont étudié deux communes dans le Piedmont pyrén (...)

16Les seize sites d’enquête ont été choisis dans huit pays, l’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, la France15, l’Italie, la Pologne, la Russie, la Suède, – en milieu rural et en milieu urbain. Une trentaine d’entretiens a eu lieu sur chaque site. La méthodologie, particulièrement originale, a incité les chercheurs (dont l’auteur de ces lignes) à s’engager dans cette aventure, car elle offrait une première : la possibilité d’ethnographies strictement comparables, à partir d’un questionnaire informatique : le KNQ (Kinship network questionnaire).

17Pour chaque enquêté, le KNQ permettait de reconstruire sa parenté connue et établissait la nature et l’intensité des liens entre les parents figurant sur le diagramme. Les liens de parenté étaient pensés comme des réseaux et comme des structures de rôles et d’attentes respectives. Des entretiens moins contraignants, laissant la parole s’exprimer plus librement, accompagnaient cette enquête informatique, qui s’est révélée à l’usage malheureusement trop longue et trop rigide aux dires de la plupart des chercheurs.

18Les analyses quantitatives de 470 entretiens informatiques sont en cours. Les premiers résultats font apparaître un contraste, par exemple, entre la situation suédoise, où la parenté concerne un très petit groupe de parents choisis, avec la situation dans un des villages italiens étudiés où la parentèle, sous la forme d’une razza patrilinéaire, englobe un plus grand nombre de parents. Dans l’ensemble, les réseaux de parenté connus et utiles sont plus importants en milieu rural qu’en milieu urbain, comme on pouvait s’y attendre. D’autres résultats sont à venir.

  • 16 Grandits H. (dir.), Kinship in 21st Century Europe, vol. 1, Families and the State during the Cent (...)

19Outre les enquêtes ethnographiques, une étude portant sur l’histoire des politiques familiales et des transformations démographiques et sociales a été conduite pour chacun des pays afin d’en adosser les résultats sur la durée d’un à deux siècles et de construire le contexte sociopolitique propre à chaque pays16. Les questions des convergences/divergences dans les politiques sociales, dans les lois, dans le taux d’emploi féminin, dans la disparition des idéologies patriarcales y sont longuement abordées.

20Ainsi peut-on croiser plusieurs ensembles de données et s’interroger sur les multiples causalités de certains traits sociaux. Par exemple, les statistiques montrent que le pourcentage d’enfants adultes qui vivent proches de leurs parents est plus élevé dans certains pays que d’autres. Les économistes vont montrer que ces différences sont attribuables aux contraintes du marché du logement et de l’emploi. Pour leur part, les sociologues constatent que la valeur attribuée à la famille est plus importante dans certains pays que d’autres, qui sont ceux-là mêmes où la proximité résidentielle est la plus grande. Et les travaux historiques montrent que, bien souvent, la géographie de la proximité résidentielle contemporaine recouvre celle des résidences multi-générationnelles d’autrefois.

  • 17 Que ne traduit pas en français Sécurité sociale ; il faudrait parler d’un état de bien-être social (...)

21L’ambition de l’enquête KASS est d’éclairer par la dimension historique les ethnographies de la parenté, pour comprendre les liens réciproques existant entre la « social security17 » offerte par l’État – quels qu’en soient la forme et le montant – et celle offerte par la parenté. Quel a été et quel est le rôle assistanciel de la parenté dans les sociétés européennes dotées d’un État providence ? Comment et dans quelle mesure cet État providence influence-t-il les relations de parenté ? L’hypothèse travaillée est celle des « weak ties » contre les « strong ties », et l’intervention de l’État « crowding out kinship », c’est-à-dire substituant les soutiens publics aux soutiens privés.

22Quels que soient les résultats de cette entreprise considérable, c’est finalement l’hypothèse culturaliste qui est le plus souvent sollicitée, montrant que derrière les modernités successives, les mêmes contrastes perdurent.

Notes

1 Sabean D. W., Teuscher S. et Mathieu J. (dir.), Kinship in Europe. Approaches to long-term development (1300-1900), New York et Oxford, Berghahn Books, 2007.

2 Hantrais L. et Letablier M.-T., « Données démographiques et structures familiales. Dans les pays de l’Europe de l’Est », Informations sociales, 124, 2005, p. 16-28, en part. p. 27.

3 Gullestad M. et Segalen M. (dir.), La famille en Europe. Parenté et perpétuation familiale, Paris, La Découverte, 1995. M. Segalen, Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, 6e éd., 2006.

4 Chambaz C., « Les jeunes adultes en Europe », Drees. Études et résultats,, 90, nov. 2000.

5 Galland O., « Adolescence, post-adolescence, jeunesse : retour sur quelques interprétations », Revue française de sociologie, 42, 2001, p. 611-640, en part. p. 635.

6 Burguière A., « Les Cent et une familles de l’Europe », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend (dir), Histoire de la famille, Paris, Le Livre de poche, 1994, t. 3, p. 54.

7 Reher D., « Family ties in Western Europe: persistent contrasts », Population and Development Review, 24, juin 1998, p. 203-234.

8 Van Nimwegan N. et Moors H., « Population ageing and policy options : attitudes in EU countries », communication à la 23e conférence de l’Union internationale de démographie, Pékin, 1997.

9 Höllinger F. et Haller M., « Kinship and Social Networks in Modern Societies: A Cross-cultural comparison among seven Nations », European Sociological Review, 6, 1990, p. 103-124.

10 « Famille et personnes âgées, une enquête européenne », Gérontologie et Sociétés, 68, mars 1994, p. 10-16.

11 Gullestad M. et Ségalen M. (dir.), op. cit., 1995.

12 Finch J., Family obligations and social change, Cambridge, Polity Press, 1989.

13 Martin C., « Les solidarités familiales : bon ou mauvais objet sociologique ? », in Debordeaux D. et Strobel D. (dir.), Les solidarités familiales en questions. Entraide et transmission, Paris, LGDJ, 2002.

14 Conduite par Patrick Heady dans le cadre du Max Planck Institut für Ethnologie à Halle, Allemagne. Heady P. et Schweitzer P. (dir.), Kinship in 21st Century Europe, vol. 2, Family, kinship and community at the start of 21st century: nineteen localities, 2010. Voir www.eth.mpg.de/kass/

15 Pour la France, Georges Augustins et Anne Sourdril ont étudié deux communes dans le Piedmont pyrénéen, Monhiolas et Atignac, Sophie Chevalier et Laurent Amiotte-Suchet la ville de Dole dans le Jura, Martine Ségalen et Vanessa Manceron, l’immeuble Le Liberté dans le quartier du Parc à Nanterre

16 Grandits H. (dir.), Kinship in 21st Century Europe, vol. 1, Families and the State during the Century of Welfare, à paraître.

17 Que ne traduit pas en français Sécurité sociale ; il faudrait parler d’un état de bien-être social et non de l’institution qui fonctionne sous ce terme.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540