Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Introduction

Myriam Cottias, Laura L. Downs et Christiane Klapisch-Zuber

Texte intégral

1« La France est une personne », écrivait Michelet dans son Histoire de la France. Ce « principe spirituel » supposé fonder l’identité propre d’une nation a reçu, au XIXe siècle, des définitions différentes. Pour Michelet, elle est constituée par l’expérience historique de la Révolution française qui rompt avec le passé, tandis que pour Renan, elle s’élabore autour d’un « sentiment d’appartenance », d’une « volonté de vivre ensemble ». Ces deux positions ont sans doute fondé pour longtemps des conceptions antithétiques de la nation et de l’État mais elles en appelaient aussi à deux éléments fondamentaux qui depuis ont travaillé les sciences sociales. Ils ont été articulés par Norbert Elias en « processus de civilisation », compris comme sociogenèse de l’État, comme discipline des corps et des comportements parallèle au changement des structures de pouvoir. La nation est devenue corps, ensemble cohérent formé par des liens ténus, enchevêtrés, elle s’est trouvée prise entre rapports politiques, liens affectifs et représentations. Mais le « sentiment » qui lie le politique et l’individuel est toujours là, bien qu’il ait changé dans le temps. Car, comme le dit André Burguière, « les idées politiques ne flottent pas au-dessus des corps ».

  • 1 Burguière A., « L’historiographie des origines de la France. Genèse d’un imaginaire national », An (...)

2André Burguière s’est précisément intéressé à travailler ces liens, à les mettre au jour. Comme il l’a écrit, « la proximité de nature entre le lien de parenté et le lien national n’est pas simplement d’ordre cognitif. Elle est aussi émotionnelle1 ». Dans une démarche qui est celle de l’École des Annales, il a ainsi exploré les diverses dimensions de ce double lien, il a mis en lumière ses connivences et ses écarts et déchiffré ses contradictions et ses parallélismes. Se situant dans la longue durée, il a sans relâche exploré les avatars de cette relation entre famille et nation depuis le début de la période moderne. Il a pu dégager les processus par lesquels la centralisation monarchique avait suscité, par transposition structurelle et imprégnation, l’apparition d’une nouvelle intimité au sein des couples. La sphère familiale s’est rétrécie et la France a connu, la première en Europe depuis le XVIIIe siècle, contrôle des naissances et baisse de la natalité. Plus encore, alors même que la royauté ne se confondait déjà plus avec une image paternelle, André Burguière a montré combien la nation, envisagée comme une famille, s’était difficilement considérée sous un autre angle que celui des liens de parenté et, par-là, de solidarité.

3L’étude de la parenté dans l’histoire apporte, de fait, une certaine liberté d’esprit pour aborder sa place dans la société contemporaine. Car fonder la nation sur la parenté n’en donne pas nécessairement une vision restrictive. Même si la sociologie moralisante du XIXe siècle en a figé une autre image, les formes qu’elle a prises ont constamment changé avec le temps, la parenté étant multiple, multiforme, métisse, ouverte et généreuse. La parenté peut être, ou avoir été, une situation héritée, avec ses pesanteurs sur les destinées individuelles ; ou un choix volontaire, une construction reposant sur une fiction ou une métaphore. Mais s’il est peu douteux que les parentés « naturelles » ou « artificielles » et électives aient jadis obéi à des règles strictes de reproduction et de sélection – tel le parrainage dans la France ancienne – il n’empêche, et c’est un mérite d’André Burguière de l’avoir senti et dit, que ces formes répondent aussi à des constructions de l’esprit et à des élans affectifs.

  • 2 Ibid., p. 61.

4L’imaginaire est, en effet, défini par André Burguière comme un facteur de la construction sociale plus dynamisant que ne l’est la représentation. L’imaginaire s’offre ici comme un paysage neuf ; il est l’occasion d’une échappée belle dans l’épaisseur des temps historiques. Si l’imaginaire de la parenté confère à la nation « la force d’un lien sacré et mobilisateur », c’est que le modèle du lien charnel persiste bien au-delà des rationalités économiques, politiques et sociales. André Burguière a très bien vu l’importance du modèle familial dans l’histoire de l’Europe moderne mais aussi des sociétés contemporaines. Qu’elle soit donc fictive et volontaire, ou bien métaphorique, ou encore modèle du lien social, la parenté travaille toujours nos sociétés individualistes. Faut-il évoquer ici l’une de ses plus séduisantes hypothèses ? Peut-être l’imaginaire familial, qui imprègne si bien l’imaginaire national, est-il d’autant plus exalté, ou sublimé, que le doute sur le fondement « naturel » de la famille est plus accentué, peu-être est-il « construit avec d’autant plus de force qu’il est plus problématique2 ».

  • 3 Ibid., p. 62.

5Une autre conclusion forte d’André Burguière sur les connivences entre l’imaginaire de la parenté et celui de la nation concerne l’alliance, celle des familles comme celle entre nations, qui se fondent dans un cas comme dans l’autre sur un mouvement, un déplacement. Les récits des origines voient dans l’alliance un puissant coagulant entre peuples d’accueil et d’immigration, mais aussi, pour André Burguière, entre familles autochtones et venues d’ailleurs. Car si le mariage est souvent l’acte fondateur d’une lignée et la migration celui d’une nation, migration et mariage se confondent fréquemment dans les généalogies de familles, de dynasties et de nations. Aussi le questionnement sur la nature de ce double lien, familial et national, s’impose-t-il probablement autant au citoyen d’aujourd’hui qu’à l’historien des sociétés du passé. André Burguière l’affirme, « même quand la nationalité est nouvelle, même quand elle peut s’obtenir par naturalisation, elle a besoin d’être imaginée comme une identité que nous n’avons pas choisie et qui fait circuler en nous une substance venue du fond des âges, aussi obscure que les liens du sang et aussi essentielle que la vie reçue3 ».

6Parce qu’il a saisi, en historien, la multiplicité de ces formes sociales comme de ces liens, André Burguière témoigne d’une étape capitale dans l’historiographie de la famille dont le point culminant se situe dans les années 1970-1980. Elle naquit de la rencontre et des échanges entre anthropologues, sociologues, démographes et historiens. Et elle déboucha sur une manière neuve de faire l’histoire, où l’historien s’ouvrit aux sciences sociales plus activement qu’auparavant. La rencontre interdisciplinaire autour de la famille et de la parenté ne fut pas de circonstance. Elle permit aux historiens d’approfondir leur réflexion sur les structures familiales en réexaminant leur place au fondement des rapports sociaux. La typologie des familles élaborée par les démographes et les sociologues prit tout son sens grâce à la mise en perspective à laquelle des historiens comme André Burguière la soumirent. Famille souche, famille communautaire, famille conjugale ou nucléaire n’apparurent plus comme les formes cristallisées de systèmes clos sur eux-mêmes ou comme les jalons d’une marche inexorable vers la famille nucléaire, proposée comme modèle. Elles témoignèrent bien davantage des capacités d’adaptation des communautés humaines et de leur réaction aux conjonctures de tous ordres.

7Une autre question, celle des différences de sexe et des identités de genre, traverse l’œuvre d’André Burguière. Pour lui le genre est non pas un objet spécifique, mais une catégorie nouvelle apte à penser l’ordre social et ses partages et, à ce titre, il représente une innovation conceptuelle aussi importante que la notion de classe sociale. Il permet de souligner et d’éclairer l’instabilité, les remaniements des critères de perception de la différence sexuelle ainsi que des modes de construction sociale des identités sexuées, et c’est de cette manière qu’André Burguière en a usé dans ses recherches sur l’évolution des formes de la masculinité dans les classes populaires urbaines et rurales du XVIIIe siècle. Certaines des contributions à ce recueil ont adopté une posture voisine et traité le genre ni comme un domaine clos ni comme un objet en soi, mais comme une question transversale, une clé ouvrant à la compréhension d’objets de recherche différents. Le genre est un outil qui se construit et se reconstruit face à des problèmes précis et des objets divers.

8Ces mélanges conçus en hommage à André Burguière rassemblent des contributions d’amplitudes différentes et d’approches variées, telles que lui-même les a expérimentées au long de ses recherches – quantitatives, microhistoriques, globales, analytiques ou synthétiques… –, telles aussi qu’il en a rendu compte dans ses nombreuses études critiques. Toutes peuvent se dire sinon inspirées du moins très proches des questions qu’il a abordées à un moment ou l’autre de sa réflexion sur les phénomènes de population et la famille, l’État et la nation. L’attention aux corps physiques, aux contraintes qui pèsent sur eux et aux conduites qui tentent de conjurer leurs diktats ou leurs menaces, inspire les chapitres de la première partie. Classiquement, démographes et sociologues s’interrogent sur les disparités des comportements et les ajustements que les populations élaborent en réponse aux défis du nombre, de la disette ou de l’écologie, que ce soit dans l’Union européenne avec H. Le Bras et M. Ségalen, ou dans quatre grands pays d’Extrême Orient avec M. Cartier. E. Le Roy Ladurie et J. Gélis mettent au jour certaines formes extrêmes de ces contraintes et des réactions qu’elles suscitent. Toutes ces réponses affectent des phénomènes aussi intimes que la fécondité, aussi brutaux que la faim de terre, ou aussi socialisés que la forme prise par les groupements familiaux ; toutes montrent la faculté d’adaptation des sociétés. Celle des individus aussi, qui tentés par l’obésité ou l’ivresse bataillent avec leur corps pour se conformer aux catégories et normes sociales ou pour donner une signification à leur existence au-delà de la conscience ordinaire, comme le montrent G. Vigarello et V. Nahoum-Grappe.

9La seconde partie offre de la famille un paysage varié que justifie la diversité des méthodes auxquelles recourent historiens et anthropologues pour appréhender les réalités familiales. Le vocabulaire de la parenté qu’analyse dans un coin de Normandie F. Zonabend renvoie à des permanences structurelles de longue durée, alors que le mariage est abordé sous de multiples angles : dans sa formation par C. Klapisch-Zuber, dans son déni à la population esclave ou morisque par B. Vincent et M. Cottias, et dans ses conséquences juridiques par cette dernière et par J. Goy – conséquences imprévisibles lorsqu’un changement de statut vient bouleverser la donne dans une société esclavagiste, ou prévisibles lorsqu’elles sont ciselées par les juristes du droit successoral. Toutes ces facettes du mariage en révèlent, sous un vernis d’éternité et de rigidité, la plasticité et la variabilité. Moule ou corset de l’éducation des jeunes, la famille qu’A. Collomp, A. Boureau et M. Ozouf dissèquent à travers correspondances ou écrits littéraires, reste aussi le creuset des rapports et des tensions entre les pères et les fils, comme le suggérait également la fugue de Benjamin Constant dévoilée par V. Nahoum-Grappe.

10Le problème des origines, si bien éclairé par André Burguière pour la famille comme pour la nation, ouvre la troisième partie de ce recueil consacrée à l’État et aux pouvoirs. Il est au cœur de la formation de l’État allemand dont H. Bruhns repère quelques jalons dans l’historiographie du XIXe siècle. Il imprègne le regard que jettent sur leurs gypsies les Anglais fin de siècle pris sous la lorgnette d’H. Asséo. L’interrogation sur le pouvoir, local pour David Bien, monarchique pour R. Halévi, ou démocratique pour O. Zunz, reprend quant à elle, à des moments clés de la philosophie et de la pratique politiques, un fil qui parcourt toute l’œuvre d’André Burguière et que prolongent les réflexions de B. Kriegel sur la laïcité à la française. C’est, en contraste, aux marges de la citoyenneté et de la société politique que se situent les cas opposés que rapportent L. L. Downs et S. Subrahmanyam, la première évaluant l’engagement de femmes obstinées dans l’action sociale et leur détournement du militantisme masculin d’extrême droite, et le second narrant l’ébahissement et l’inconscience de deux pauvres hères jugés rebelles et broyés par la justice coloniale – des laissés pour compte, en somme, illustrant a contrario cette histoire globale dont R. Grew analyse les objectifs et les conditions de possibilité.

11Il nous a plu, enfin, d’ouvrir et de clore ce volume avec deux amis d’André Burguière qui l’ont profondément marqué, le médiéviste du long Moyen Âge, Jacques Le Goff, et le sociologue visionnaire du temps long, Edgar Morin. Avec eux et tous les autres, nous avons voulu rendre un peu de matière à penser à un ami qui nous en a si souvent donné, et avec quelle générosité.

12Nous tenons à remercier tout particulièrement du soutien qu’ils ont apporté à cette entreprise François Veil, Président de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Gérard Béaur, Directeur du Centre de Recherches Historiques, et Pierre Corbel, Directeur des Presses Universitaires de Rennes.

Notes

1 Burguière A., « L’historiographie des origines de la France. Genèse d’un imaginaire national », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58, 2003/1, p. 62.

2 Ibid., p. 61.

3 Ibid., p. 62.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540