Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps, la famille et l’État

 | 
Myriam Cottias
, 
Laura Downs
, 
Christiane Klapisch-Zuber

Préface

Jacques Le Goff

Texte intégral

1André Burguière a joué et joue toujours un rôle central dans l’historiographie française contemporaine. Son action s’y est manifestée par sa participation, d’une part, à des institutions et en des entreprises centrales dans ce domaine, mais aussi par des recherches et des réflexions personnelles qui ont abouti à des ouvrages d’une grande importance. C’est un historien complet.

2Il est entré tôt, au début des années 1970, dans l’administration, ou je dirais mieux dans un rôle d’impulsion des organismes centraux de la « nouvelle histoire » : la VIe Section de l’École pratique des hautes études, devenue en 1975 l’École des hautes études en sciences sociales, et la revue novatrice publiée par cette École, les Annales. Économies, sociétés, civilisations, prolongeant et amplifiant la métamorphose de l’histoire traditionnelle en histoire nouvelle qu’avaient voulue et en grande partie réalisée Lucien Febvre et Marc Bloch. Dans les deux cas, École et revue dont il fut pendant plusieurs années le secrétaire, il n’en fut pas seulement la cheville ouvrière, mais le donneur d’élan de ces entreprises. En dehors même de la construction chronologique de son enseignement dans les écoles et les universités, l’Histoire, on le sait, doit être approfondie par l’historien sur un laps de temps témoignant de la volonté de l’appréhender dans la longue durée tout en évitant de couvrir des systèmes historiques, économiques, politiques, sociaux ou culturels trop différents : c’est ainsi qu’André Burguière se voua plus spécialement à ce qu’on appelle l’histoire moderne, c’est-à-dire l’histoire des XVIe-XVIIe et XVIIIe siècles. Cette histoire étant précisément située dans la continuité renouvelée de l’histoire médiévale et dans l’amorce de l’histoire contemporaine, André Burguière a profité de son investissement dans les institutions que je viens de nommer, pour être depuis une quarantaine d’années du petit nombre des historiens qui sont chez eux du Moyen Âge à nos jours.

3Son terrain propre de recherche l’avait par ailleurs amené à travailler et à réfléchir sur des phénomènes où ce qui fait l’originalité de la science historique est pourtant difficile à repérer et à définir. Ce fut d’abord l’histoire des campagnes vue à travers leurs habitants et donc comme un grand pan de l’histoire sociale, et d’autre part, à travers l’activité essentielle du travail, celle des rapports entre l’Homme et la Nature. Il en est sorti le grand livre Paysages et paysans, édité par Nathan en 1992.

4Le champ principal de ses recherches et de ses réflexions fut toutefois cet aspect central de la structure et de l’activité des sociétés qu’est la famille. Ce fut à la fin du XXe siècle un terrain essentiel pour l’étude des résistances des sociétés, de leurs évolutions profondes qui ne sont pas toujours évidentes, de l’évolution de leur rôle dans la hiérarchie sociale, du passage de la famille élargie à la famille dite étroite. Sur ce terrain se rencontraient en profondeur les représentants des sciences sociales avec lesquelles, à cette époque, l’histoire cherchait précisément à lier des rapports tout en conservant son autonomie ; parfois même elle s’est s’imposée dans ce débat comme une discipline offrant le point de vue sinon dominant, du moins le plus important sur la bonne marche et l’évolution des transformations familiales.

5L’histoire de la famille sut en général, et Burguière le fit mieux que n’importe quel autre historien de la famille, emprunter à la notion sociologique et anthropologique de parenté ce qui la structurait et l’approfondissait sans lui enlever son originalité dont une des principales caractéristiques est d’unir les apparences aux structures.

6Dans ce domaine de l’histoire de la famille, André Burguière, qui y avait été spécialement préparé par Emmanuel Le Roy Ladurie, put entretenir des rapports et des échanges enrichissants avec plusieurs démographes et historiens sociaux de son temps. Il s’en démarquait toutefois par sa démarche où l’histoire, nourrie des échanges avec les autres sciences sociales, sauvegardait son originalité et son rôle d’impulsion centrale. Parmi ses relations fécondes, je citerai celles qu’il entretint avec le très original Philippe Ariès, Peter Laslett, patron de l’école de Cambridge, les historiens français Christiane Klapisch-Zuber, Jean-Louis Flandrin, sans compter les sociologues et anthropologues Martine Ségalen, Jack Goody, Françoise Zonabend, et la philologue, historienne et sociologue Anita Guerreau. D’où la fondamentale Histoire de la famille préfacée par Claude Lévi-Strauss et Georges Duby, qui regroupa tous les renouvellements de cette histoire dont il avait été un des principaux artisans et qu’il dirigea avec Christiane Klapisch-Zuber, Martine Segalen et Françoise Zonabend pour Armand Colin en 1986.

7André Burguière dirigea également avec Jacques Revel aux Éditions du Seuil de 1989 à 1993 la très originale Histoire de la France en quatre volumes, où l’usage de l’article « la » distinguait d’emblée cette entreprise des nombreuses Histoires de France (sans article) qui ont été publiées. Dans cette série, André Burguière veilla plus particulièrement sur le quatrième volume, Les formes de la culture (1993). À un moment où l’Histoire de France de Lavisse venait d’épuiser ses mérites et son influence, cette Histoire de la France, d’une grande originalité, méritait de devenir le livre phare de tous ceux qui s’intéressaient à l’histoire de notre pays. Bien accueillie, elle n’eut pas toutefois la réception éclatante et l’usage passionné qu’elle méritait. Je souhaite qu’elle acquière à l’avenir la réputation et surtout l’influence dont elle est digne et que notre pays mérite au début du difficile XXIe siècle.

8Je voudrais maintenant souligner l’originalité et la vigueur intellectuelles d’André Burguière dans deux productions particulières. Certes, c’est bien dans la lignée des ouvrages qu’il a consacrés à l’historiographie contemporaine que s’inscrit sa récente et remarquable étude sur L’École des Annales, à laquelle il a donné pour sous-titre Une histoire intellectuelle (Éditions Odile Jacob, 2006). Ce mouvement essentiel de renouvellement de l’histoire auquel il a pris lui-même une part si importante, peut susciter d’autres réflexions, mais il a trouvé dans cet ouvrage son historien patenté. Je crois pourtant que ce qui distingue et distinguera toujours André Burguière du lot pourtant fourni et de qualité des historiens français de la seconde moitié du XXe siècle, c’est d’abord sa participation à une entreprise unique, la monographie qui fut consacrée sous la direction du grand sociologue Edgar Morin à un village de Bretagne et à ses habitants aujourd’hui. Il s’agit de Plozevet. J’ai eu le bonheur d’y accompagner un jour André Burguière de nombreuses années après cette enquête et la publication du livre, et je le vis se livrer à ce qui devrait être un des exercices les plus fondamentaux et les plus pratiqués par les historiens : la recherche, dans le cadre le plus banal, du passé enfoui dans tout lieu, celle de tous les acteurs de l’histoire fussent-ils les plus humbles, une recherche qui, loin de peser sur ces hommes et ces femmes, leur permet, le plus souvent inconsciemment, de s’appuyer sur ce passé pour aller plus loin et vivre autrement. Ce rôle d’accoucheur du passé, André Burguière avec l’équipe du livre Plozevet l’a pleinement et profondément réalisé, accomplissant ainsi une performance trop rare chez les historiens.

  • 1 Il a été réédité en format de poche aux Éditions Complexe en 1988.

9L’autre influence d’André Burguière, je voudrais la relever dans une entreprise à première vue assez traditionnelle mais dont il a su faire plus qu’une collection de notions indépendantes de lui : un lieu d’action, par la rédaction de notices donnant une vie et une impulsion à des concepts autrement inertes. Pour son remarquable et très utile Dictionnaire des sciences historiques écrit sous sa direction par un groupe d’excellents historiens (P.U.F., 1986), André Burguière a rédigé l’entrée « Anthropologie historique », dont l’importance dans l’activité historiographique de la fin du XXe siècle me paraît d’une grande portée (p. 52-60). Certes, il avait bien voulu me donner un article sous ce titre dans le Dictionnaire de la nouvelle histoire que j’avais publié avec Roger Chartier et Jacques Revel en 19781. Mais l’article de son Dictionnaire des sciences historiques exprime ses propres idées. Il y montre mieux que je n’aurais pu le faire comment ce concept est le plus apte à définir le renouvellement et l’enrichissement de l’histoire qui s’étaient d’abord manifestés en France sous l’influence des Annales. On sait qu’une caractéristique majeure de ce renouvellement est l’établissement de relations approfondies entre l’histoire et les sciences sociales. Mais quoi que l’histoire ait pu puiser dans la géographie, la sociologie, l’économie ou la démographie, c’est dans l’anthropologie qu’elle a trouvé la matière la plus riche, à condition d’affirmer qu’elle reste différente, ce qu’exprime l’adjectif « historique ». Certes, l’influence alors dominante, en France et au-delà, de l’œuvre et de la pensée de Lévi-Strauss a joué son rôle dans l’émergence de ce concept. André Burguière montre bien que cette dénomination est sans doute celle qui intègre le mieux un autre héritage qui, à l’époque, a beaucoup inspiré les historiens, celui de l’Allemand Norbert Elias dont les ouvrages, en particulier La civilisation des mœurs, venait d’être traduit en 1974. L’anthropologie historique permet de renouveler l’histoire d’abord par l’introduction d’une anthropologie matérielle et biologique. Le corps, l’alimentation, les résultats de l’archéologie des campagnes dus en particulier aux archéologues polonais, élargissent le domaine de l’histoire. Cette anthropologie historique est aussi une anthropologie économique et André Burguière montre ici comment l’histoire phagocyte en quelque sorte l’économie telle que l’enseignait alors avec un grand prestige Ernest Labrousse et telle que l’étudiaient à proximité de l’histoire le hungaro-américain Karl Polanyi et le polonais Witold Kula. S’y ajoute évidemment l’anthropologie sociale qu’André Burguière connaît si bien comme historien démographe et historien de la famille. Enfin, le concept d’anthropologie historique permet de donner une place entière dans l’histoire d’une part à la culture et d’autre part, ce qui est une véritable révolution, au politique.

10André Burguière montre enfin que, si cette anthropologie historique s’est formée essentiellement chez les historiens du Moyen Âge et du début de l’âge moderne – et le couple des Annales, Marc Bloch/Lucien Febvre joue ici un rôle fondamental –, toute une école très brillante d’historiens de la Grèce ancienne (Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Marcel Détienne, Nicole Loraux…) et de brillants historiens de l’époque moderne et contemporaine (Fernand Braudel, Mona Ozouf, Michel Vovelle, Maurice Agulhon…) font de l’anthropologie historique une nouvelle vision plus englobante et plus profonde de l’histoire qui fonctionne dans la longue durée de l’Antiquité grecque à la Révolution française en Occident, et qui, avec un Nathan Wachtel notamment, peut s’étendre à l’histoire des sociétés non européennes.

11Tel est, trop brièvement résumé, l’apport fondamental d’André Burguière à l’historiographie contemporaine et c’est le poids et la valeur de cet apport que j’ai voulu souligner dans ce bref hommage et lui offrir dans le cadre de ces Mélanges.

Notes

1 Il a été réédité en format de poche aux Éditions Complexe en 1988.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540