Version classiqueVersion mobile

Entre calvinistes et catholiques

 | 
Yves Krumenacker

Cinquième partie. Le soutien des Provinces-Unies aux minorités religieuses

Les églises de la Barrière

Yves Krumenacker

Texte intégral

1La guerre de succession d’Espagne a donné l’occasion aux Provinces-Unies d’envahir les Pays-Bas espagnols et d’occuper de nombreuses places fortes proches de la frontière française. Le culte protestant y a été établi, des pasteurs ont été nommés. Mais, dès le début, ce culte n’a pas été limité aux troupes néerlandaises. Les protestants wallons des Pays-Bas, ainsi que les protestants français, dont l’exercice de la religion était interdit depuis 1685, ont pu fréquenter ces églises. On a donc là un des nombreux exemples de l’aide apportée par les Provinces-Unies au protestantisme français.

  • 1 Plus particulièrement Eugène Hubert, Le Protestantisme à Tournai pendant le XVIIIe siècle, Bruxell (...)
  • 2 Charles Rahlenbeck, Rapport sur les actes et documents concernant le protestantisme belge depuis l (...)
  • 3 Emile M. Braekman, « Les Églises de la Barrière », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestant (...)
  • 4 Daniel Ollier, Églises wallonnes de la Barrière : Tournai, Armentières, Menin, Ypres et Namur, Le (...)

2Cette question a déjà été en partie étudiée, mais plutôt par des auteurs belges et dans des publications souvent relativement anciennes. On pense notamment aux travaux d’Eugène Hubert, qui remontent au début du XXe siècle1, à ceux de Rahlenbeck, encore plus anciens2, ou, plus récemment, de Braeckman3. Les registres des églises de la Barrière, aujourd’hui perdus, ont été publiés en 1894 et ont fait l’objet d’une récente réédition4, mais ils ont surtout été utilisés par des généalogistes. Nous nous proposons donc d’exploiter au mieux ces registres et de faire une synthèse des travaux déjà existants.

Les places de la Barrière

Les églises

  • 5 La genèse des églises de la Barrière est retracée par E. Hubert, Les garnisons de la Barrière..., (...)
  • 6 « Registres des Églises de Lille, Béthune (1708-1713) », BSHPF, 1938, p. 568-569, complété par Yve (...)

3L’origine lointaine5 des églises de la Barrière peut être trouvée dans le traité de Münster du 30 janvier 1648 entre l’Espagne et les Provinces-Unies, dans la mesure où il stipule la liberté de conscience pour les sujets des États qui séjourneraient aux Pays-Bas. Bientôt, pour obtenir le soutien des Provinces-Unies contre la France, Charles ii autorise le libre exercice du culte par les troupes néerlandaises dans les villes de garnison. Cette situation est consacrée par le traité de La Haye du 30 août 1673. Les places fortes du Sud des Pays-Bas sont appelées villes de la Barrière, car elles forment comme une barrière contre la France. Elles sont au nombre de huit après le traité de Rijswyck du 20-21 septembre 1697 : Courtrai, Nieuport, Audenarde, Ath, Mons, Charleroi, Namur, Luxembourg. Pendant la guerre de Succession d’Espagne, différents accords, en 1706, en 1709, modifient la liste et le nombre des villes concernées. Des pasteurs sont immédiatement nommés pour les garnisons, mais les registres conservés montrent qu’ils exercent aussi leur ministère auprès des protestants des Pays-Bas méridionaux et de Picardie. Beaucoup de ces ministres se retrouveront par la suite dans les églises de la Barrière. On peut ainsi citer6 Samuel de Brais à Aire (1710-1713), Jean-Nicolas Magnet à Armentières et Saint-Amand (1711), Josias de Villeneuve à Béthune (1710-1713), Daniel Mousson à Douai (1710-1713), Mousson, Jean-Louis Bouvoust et P. Simond à Lille (1704-1713), Jacques Maloran à Saint-Amand (1711) et Armentières (1711-1713).

4Le traité d’Utrecht entre la France et les Provinces-Unies (30 janvier 1713) accorde les places de Tournai, Ypres, Menin, Furnes, Warneton, Werwick, Comines, Mons, Charleroi, Namur, Gand et le fort de Knocke. Mais l’Empire refuse et de nouvelles négociations s’engagent à Anvers le 4 octobre 1715, elles aboutissent au traité d’Anvers, dit de la Barrière, du 15 novembre 1715. Les Provinces-Unies avaient réclamé la liberté de conscience, conformément à l’article 4 de la pacification de Gand (1576), mais le représentant de l’empereur s’y était opposé. On en arrive finalement à la formulation suivante de l’article 9 :

  • 7 Cité par E. Hubert, Le Protestantisme..., op. cit., p. 24.

« Sa Majesté Impériale et Catholique accorde l’exercice de la Religion aux troupes des États-Généraux partout où elles se trouvent en garnison, mais cela dans des endroits particuliers, convenables et proportionnez au nombre de la garnison que les Magistrats assigneront et entretiendront dans chaque ville et place, où il n’y en a pas déjà d’assignez, et auxquels endroits on ne pourra donner aucune marque extérieure d’église, et on enjoindra sévèrement de part et d’autre aux officiers politiques et militaires, comme aussi aux ecclésiastiques et à tous autres qu’il appartient d’empêcher toute occasion de scandale et de contestation qui pourroient naître sur le sujet de la Religion ; et quand il naîtra quelque dispute ou difficulté, on les aplanira à l’amiable de part et d’autre.
Et quant à la religion par rapport aux habitants des Pays-Bas autrichiens, toutes choses resteront et demeureront sur le même pied qu’elles étoient pendant le règne du roi Charles ii de glorieuse mémoire7. »

5Quant aux protestants français, il n’en est évidemment pas question. L’article 4 du traité établit des garnisons à Namur, Tournai, Menin, Furnes, Warneton, Ypres et Knocke, ainsi qu’une garnison mixte à Termonde. Cela peut provoquer un afflux considérable de personnes : à Namur s’installe une garnison de 270 cavaliers et de 3 400 fantassins, soit 10 000 personnes si l’on compte les familles.

  • 8 Daniel Ollier, BSHPF, 1891, p. 502-504.
  • 9 D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 27 et E. Braekman, « Les Églises de la Barrière », a (...)

6Ces églises sont intégrées progressivement dans l’organisation ecclésiastique néerlandaise. Dès 1710 les églises de Lille, Menin et Tournai avaient demandé d’entretenir une correspondance avec le synode des églises wallonnes. Une commission est chargée, un an plus tard, de régler la situation. Le synode admet en 1715 les nouvelles églises à assister à ses délibération, mais sans y prendre part8. En septembre 1717 les églises de Namur, Tournai, Ypres, Menin et Furnes déclarent accepter la discipline des églises wallonnes. Elles sont rattachées au synode en 1726 : la décision est prise par les États Généraux le 15 janvier, le synode de Schiedam (2-7 mai) agrège les églises de Tournai, Ypres et Menin à la classe de Zélande, celle de Namur à la classe de Hollande. Elles envoient régulièrement des députés au synode9.

  • 10 D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 26 et Eugène Hubert, « Notice sur l’église wallonne (...)

7Les places de la Barrière ont généralement plusieurs lieux de culte, pour les luthériens et les calvinistes, pour les francophones et les néerlandophones ; il y a même quelquefois des cultes écossais. L’église française de Namur se réunit dans la halle aux grains, les Hollandais étant au-dessus de la grande boucherie. Mais la halle aux grains menaçant de s’effondrer au bout de quelques semaines, d’autres lieux sont pris, ce qui occasionne des conflits avec la municipalité. Enfin, à partir de 1721, un temple est construit en dehors de la ville10.

  • 11 D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 26-27.

8À Tournai existent également deux lieux de culte ; les wallons ont l’église de l’Arsenal, sur le quai, dont une description de 1722 nous indique qu’elle comporte près de cent bancs et une trentaine de sièges. Elle est desservie par des pasteurs, aidés de lecteurs et de chantres. De véritables églises naissent donc dans ces places de Barrière, les États-Généraux des Provinces-Unies veillant à ce que les régiments wallons soient dans des villes de langue française et que les régiments hollandais et allemands soient dans des villes flamandes11. Ce sont les premières qui vont nous intéresser.

  • 12 David Poujol, Histoire et influence des églises wallonnes dans les Pays-Bas, Paris, Fischbacher, 1 (...)
  • 13 Eugène Hubert, « Notice sur l’église wallonne... », art. cit.

9Certaines des églises disparaissent peu à peu : celle de Menin meurt en 1744 ; elle est rattachée à l’église de l’Olive, nom symbolique désignant depuis le XVIe siècle tout ce qui reste d’églises wallonnes dans les Pays-Bas méridionaux. En décembre 1755, l’église d’Ypres perd son pasteur, Jean-Baptiste Loire, et on ne lui trouve pas de successeur ; à partir du synode de Bois-le-Duc de mai 1761, elle n’envoie même plus de lettre d’excuse pour son absence aux synodes : elle est alors considérée comme morte12. D’autres disparitions ne sont que temporaires, liées à la Guerre de Succession d’Autriche. L’église de Namur ferme en septembre 1746, à cause de l’occupation de la ville par les troupes françaises. À Tournai, la garnison hollandaise s’éloigne de la ville entre 1745 et 1749. Ypres n’a pas non plus de pasteur de 1744 à 1749. Le manque de pasteurs peut aussi avoir des conséquences. Ainsi, à Namur, quand Trosselier est malade (en 1731, en 1734), il n’y a pas de culte13.

  • 14 Poujol, Histoire et influence..., op. cit., p. 340.
  • 15 E. Braekman, « Les Églises de la Barrière », art. cit., p. 27.

10La fin du XVIIIe siècle voit la fin des places de la Barrière. Joseph II, après l’édit de tolérance, décide de détruire les places fortes des Pays-Bas autrichiens, ce qui signifie la mort des églises de la Barrière. Les églises de Namur et Tournai figurent pour la dernière fois sur la liste des églises représentées au synode wallon de Gorcum, en septembre 178114 ; elles fonctionnent encore cependant pendant quelque temps. À Namur, la dernière réunion du consistoire le 12 avril 178215. À Tournai, le dernier mariage est célébré le 16 mars 1785.

Les pasteurs

  • 16 Listes complètes dans Krumenacker, Dictionnaire des pasteurs..., op. cit., p. 409-411.

11Les pasteurs de ces églises, nommés par le synode des églises wallonnes, sont plus ou moins bien connus. On peut en dresser des listes16, mais on n’a pas toujours beaucoup de renseignements sur eux. Ceux que nous connaissons le mieux sont ceux des églises de Tournai et de Namur, celles qui nous intéressent le plus.

  • 17 E. Braekman, « Les Églises de la Barrière », art. cit., p. 24-27.

12Commençons par Namur17. On y trouve deux pasteurs dès 1713, Daniel Mousson et Jacques Maloran. Tous deux ont été aumôniers de régiments et ont été ministres dans la région : à Maastricht, Lille et Douai pour le premier, à Saint-Amand et Armentières pour le second. Ce sont donc deux personnages expérimentés qui sont à l’origine de cette église de la Barrière. Mousson meurt en 1723, Maloran s’en va à Tholen, puis à Utrecht. Ils sont remplacés par un Genevois, Jacques Alexandre Trosselier, jusqu’en 1735, remplacé pendant quelques mois, à l’hiver 1725-1726, par Jean Burger. De 1735 à 1742 est ministre de Namur François Faigaux, puis Jean Louis Maizonnet (1742-1744) et Jean André Cussy (1744-1746). Les deux premiers, au moins, viennent de Suisse. Une interruption a ensuite lieu, à cause de l’occupation de la ville par les Français. Puis le traité d’Aix-la-Chapelle rétablit les garnisons, et Cussy retrouve son poste. Il meurt à Namur en 1767. Il est remplacé par deux proposants qui trouvent là leur premier poste de pasteur, Alexandre Philippe de la Rochette (1768-1769), puis David Jean Lewis (1769-1776). Vient ensuite Jean-Baptiste Briatte, installé le 28 juillet 1776 et présent jusqu’à la fermeture de l’église. Tous ces pasteurs sont évidemment francophones : originaires de Suisse ou de Genève (Trosselier, Faigaux, Maizonnet, peut-être d’autres), descendants de réfugiés français ou wallons, ou même pasteur français du Désert, dans le cas de Briatte. En dehors de la Rochette et de Lewis, ce sont des ministres expérimentés, qui ont servi dans d’autres églises, soit wallonnes, soit de régiments, soit enfin comme aumôniers, comme Cussy, aumônier de la princesse de Hesse, puis de l’ambassade des Provinces-Unies en Espagne, enfin du comte de Schaumbourg-Lippe. Certains vont continuer de faire carrière : Maloran à Tholen et Utrecht, Faigaux dans les églises allemandes du Refuge de Schwabach et Cassel, Maizonnet à Delft, la Rochette à Haarlem, Lewis à Schiedam. Notons le cas particulier de Briatte, seul pasteur vraiment français en poste à Namur : né en 1739 à Serain-en-Cambrésis, il a fait ses études au séminaire de Lausanne, où ont été formés la plupart des pasteurs du Désert. Consacré en 1768, il a exercé son ministère brièvement en Vivarais, en Velay et à Lyon, puis il a été itinérant en Picardie, Brie, Champagne et Orléanais. Il préfère s’installer à Paris comme précepteur, puis partir en Hollande, à la suite de l’arrestation, en 1773, de son confrère Broca. Mais cela ne l’empêchera pas de se rendre tous les ans à Abbeville pour y distribuer la Cène et d’exercer son ministère pendant quelques mois à Sedan en 1776. Sa nomination à Namur montre donc bien le lien entre les églises de la Barrière et le protestantisme français.

13La durée du ministère de ces pasteurs à Namur, et donc leur influence sur l’église, est très variable : Mousson et Maloran, présents pendant huit ans, ont vraiment mis en place l’église. Leur œuvre a été poursuivie, pendant douze ans, par Trosselier, puis pendant sept ans par Faigaux. Cussy a exercé à Namur pendant vingt et un ans. Après lui, Lewis et Briatte n’ont été là que sept et six ans. Les autres pasteurs, Burger, Maizonnet, La Rochette, n’ont fait que passer.

14Trois pasteurs enfin mènent également une carrière intellectuelle : Faigaux est, de 1742 à 1745, professeur à Marbourg ; Maizonnet est l’auteur d’une Histoire du peuple d’Israël. Depuis la Création du monde jusqu’au retour de la captivité de Babylone, tirée de l’Écriture Sainte ; Briatte, enfin, a publié son sermon d’entrée à Namur, en 1777 ; on a aussi de lui un Traité sur les causes de la misère (Amsterdam, 1779) et un Examen des différens entre S.M.I. et la République des Provinces-Unes (Francfort, 1785).

  • 18 Sur les pasteurs de Tournai, voir Krumenacker, Dictionnaire des Pasteurs..., op. cit., Hubert, Le (...)

15À Tournai18, un pasteur est nommé dès août 1709 : il s’agit du vaudois Georges Louis de La Sarraz. Il est remplacé, dès l’année suivante, par Jean de La Brune. En 1711 lui est adjoint Renaud Boullier, qui meurt au bout d’un an. Est nommé, pour le remplacer, Jean-Nicolas Magnet, qui reste à Tournai jusqu’en 1745. On note également la présence de Daniel de Loches. Pierre Vimielle remplace La Brune en 1726 et quitte Tournai en 1730 pour l’ambassade des Provinces-Unies en 1730. Le genevois Gallatin le remplace pendant quelques mois, en 1731, puis c’est Henri David Petitpierre qui est nommé. Il semble être parti en 1738 ; on ne connaît pas son successeur. En 1749, après la reconstitution de l’église de Tournai, deux pasteurs sont nommés, Élie Palairet et Abraham du Lignon ; le premier s’en va en Angleterre au bout de trois ans, le second reste à Tournai au moins jusqu’à la disparition de l’église.

16Ces pasteurs sont assez différents de ceux de Namur. On note tout d’abord la forte présence des Français : La Brune a été aumônier de la présidente des Vignoles, à Cournonterral, près de Montpellier, avant la Révocation. Établi en Hollande en 1691, il a dû faire face à des accusations d’hétérodoxie, car il nie l’existence des esprits et des démons ; peut-être est-ce pour cela qu’il a publié, en 1683, un Traité de la Justification par Jean Calvin. Boullier a quitté la France à la Révocation. Vimielle, de Saint-Affrique, est également un pasteur réfugié. Ce n’est qu’ensuite, à partir de 1730, que les ministres de Tournai n’ont plus de lien aussi direct avec la France ; auparavant, ce n’était le cas que de Magnet, fils néanmoins d’un pasteur de l’église française de Bâle. On peut se demander si le choix de tels hommes ne traduit pas une volonté de soutenir les protestants français privés de culte depuis 1685.

17Ceux qui ont dû le plus marquer l’église sont La Brune, qui y exerce pendant seize ans, Magnet, qui y est pendant trente-trois ans, et Du Lignon, pendant au moins trente-six ans.

  • 19 Krumenacker, Dictionnaire des Pasteurs..., op. cit., et Robert Collinet, Histoire du Protestantism (...)

18Nous serons plus brefs pour les autres églises, car elles n’ont pas eu d’influence majeure sur le protestantisme français. À Ypres19 ont exercé Jean-Louis Bouvoust (1710-1714 ou 1716), Josias de Villeneuve (1715-1724), David Damalvy (1724-1743), David Bovier (1726-1727), Samuel Daniel de Chauffepié (1728-1732), Claude-Jean Trinquand (1732-1744), François Louis Dumont (1743-1744), Jean Henri François (1743-1744), Jean Louis Barbin, 1749-1762), François Gautharel (1749-1753) et Jean-Baptiste Loire (1752-1755). De ces pasteurs, on peut retenir les noms de De Brais, ministre français ayant exercé avant la Révocation en Bretagne et en Normandie, et surtout de Jean-Baptiste Le Roy dit Loire, un des plus célèbres pasteurs du Désert, prosélyte, réorganisant les églises du Poitou, du Périgord, du Haut-Languedoc, avant de partir en 1751 pour les Provinces-Unies.

  • 20 Pour Menin et l’Olive, voir Krumenacker, Dictionnaire des Pasteurs..., op. cit.

19À Menin20 ont exercé leur ministère Jean de Romieu, à partir de 1706, Jean de La Londe, Pierre Ricottier (1713 ?-1738 ?), Louis Marcombes (de 1740 à la disparition de l’église). L’église de l’Olive a eu comme pasteurs Pierre Harene, Jacob Masson, Jean Burger, Claude-Jean Trinquand (1746-1748), Jean-Henri Gavanon (1749-1753), Pierre Pellissier (1753-1760), Joseph François (1760-1785). Nous connaissons déjà Burger, qui a exercé quelques mois à Namur, et Trinquand, ministre à Ypres et qui partira ensuite comme aumônier de l’ambassade des Provinces-Unies à Paris. Quant à Gavanon et Pellissier, ils ont été formés au séminaire de Lausanne et ont été pasteurs en France avant de partir pour la Hollande. Le premier a servi en Cévennes de 1745 à 1748, le second en Poitou, puis en Guyenne et en Haut-Languedoc ; toujours très lié à la France, il se rend dans l’Ouest en 1766, en Orléanais, en Berry et en Picardie en 1767 et 1770 ; en 1777 il se trouve mêlé à une affaire secrète visant à envoyer des pasteurs en France.

20Les autres églises de la Barrière n’ont pas de pasteurs wallons.

21Que retenir de ces listes de pasteurs ? Au service d’églises wallonnes, il s’agit bien entendu toujours de francophones. On peut cependant s’étonner de leur nombre. Quatre églises, cinq en comptant l’Olive, en emploient. Sauf à Namur, ils sont souvent deux à la fois. Cela semble beaucoup pour des ministres qui, théoriquement, ne sont au service que des soldats francophones de la garnison. Autant dire que, contrairement à la lettre du traité de la Barrière, ils sont aussi au service des populations civiles. Nous verrons plus loin précisément de quelle population il s’agit. Pour l’instant, nous nous bornons à constater que certains de ces ministres sont des Genevois ou des Suisses. Mais la plupart sont des réfugiés ou des descendants de réfugiés français. C’est notamment le cas de beaucoup de ceux qui sont nommés dès 1715 et même plus tôt, lors de la guerre de Succession d’Espagne. Un Samuel de Brais exerce même son ministère dès 1691 à Aire, en Artois. Un certain nombre d’entre eux sont assez expérimentés, ayant servi dans des églises en France ou dans des villes de garnison des Pays-Bas méridionaux. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que ces pasteurs s’intéressent aux populations calvinistes de ces régions ainsi que des provinces françaises voisines. C’est encore plus flagrant quand vont être nommés, à partir du milieu du siècle, des pasteurs du Désert comme Gavanon, Pellissier, Loire ou Briatte. Dans ce dernier cas, on est en présence d’un ministre qui a joué un rôle important en Picardie ; il est naturel qu’il continue, à partir d’une église pas très éloignée de celles qu’il avait desservies. On ne connaît pas les critères de nomination des pasteurs par le synode des églises wallonnes. Mais le profil particulier retenu permet de penser que le souci de venir en aide spirituellement aux calvinistes des Pays-Bas méridionaux et de la France du Nord n’est pas étranger à ce choix.

L’aide aux protestants français

  • 21 Correspondance de Fénelon, t. XIV, Jean Orcibal, Jacques Le Brun, Irénée Noye (éd.), Genève, Droz, (...)
  • 22 Cité par D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 24.

22Cette aide est dénoncée très tôt par l’archevêque de Cambrai, Fénelon, dans une lettre au pape du 28 mai 1711 : « Il est vrai, très saint Père, qu’une multitude innombrable se rend chaque dimanche des villages dans les villes et aux camps, pour entendre les discours des hérétiques et proclamer ouvertement son adhésion à la secte ; mais il est certain que, avant l’invasion du pays par les troupes hollandaises, ils étaient secrètement hérétiques et avaient été élevés dans la religion de Calvin21. » Ce sont donc les réformés français privés de culte par la révocation, et leurs enfants, qui se rendent dans les places occupées par les Hollandais. Un bilan rétrospectif fait en 1783 par le prince de Rohan, également archevêque de Cambrai et donc lointain successeur de Fénelon, confirme le fait : « lorsqu’il y avait dans la ville de Tournay une garnison hollandaise, ces ministres attiraient à leurs prêches les villages du Cambrésis ; ils mariaient les diocésains de Cambray sans aucune formalité, sans le plus léger examen, au mépris des lois de France ; ils envoyaient des émissaires dans le Cambrésis pour faire des prosélytes22 ».

  • 23 Cité par Didier Boisson, Christian Lippold, « La survie religieuse des communautés protestantes du (...)

23Cette aide peut prendre diverses formes. Il peut s’agir du baptême des enfants, ainsi que des mariages. Les protestants français, s’ils refusaient le passage à l’église catholique, n’avaient en effet pas d’autre recours, s’ils restaient chez eux, qu’un simple contrat notarié indiquant que le mariage aura lieu prochainement, ou qu’une cohabitation reconnue par la communauté réformée locale, mais sans aucune valeur légale. L’absence de pasteur dans le Nord de la France, jusque dans les années 1766-1768, interdit en effet toute cérémonie protestante en bonne et due forme, cérémonie qui n’aurait de toute façon aucune valeur légale non plus. Cela n’est pas sans poser problème même au gouvernement français, qui voit une partie de ses sujets incapable de prouver leur filiation et leur état matrimonial, d’où, assez rapidement, une certaine tolérance, relevée par le pasteur Briatte, en 1782 : « le gouvernement françois, trop indécis, trop faible pour réintégrer dans l’État une religion qu’il en a proscrite, il y a près de cent ans, manquant de fermeté pour légaliser lui-même les unions de ses sujets protestants qu’il ne peut méconnoître, leur accordoit des brevets pour s’aller marier à Tournay, suivant leur rite23 ». Une troisième forme d’aide consiste à permettre aux réformés d’assister au culte, et notamment à la Cène. Enfin, les pasteurs peuvent également faire abjurer des catholiques désireux de rejoindre l’église réformée et les consistoires peuvent apporter des secours matériels à leurs frères persécutés.

  • 24 Ibid., p. 237-238.
  • 25 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 31.
  • 26 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 188-189.

24Examinons ces quatre points. Pour le premier, il n’y a pas grand chose à dire. Faire baptiser un enfant dans une place de la Barrière est en effet compliqué : cela nécessite plusieurs jours de marche avec un nouveau-né. Aussi de tels baptêmes sont-ils extrêmement rares. Les protestants français privés de pasteur préfèrent accepter le baptême catholique, d’ailleurs reconnu par l’église réformée. Aussi bien en Picardie qu’en Champagne, le baptême par le curé est la règle, même après le rétablissement des églises24. Il y a bien quelques exceptions : deux couples d’Essommes, en Brie champenoise, font baptiser leurs enfants à Tournai en 1723, 1729, 1730 et 173325. À Menin, Thomas Samuel, de Die en Dauphiné, et Madelaine Cadiou, de Nantes, font baptiser leurs sept enfants entre 1718 et 1727 ; mais le couple a quitté la France pour s’établir aux Pays-Bas : le père est lecteur de l’église de Menin26. On ne trouve pas d’autre cas dans les registres encore conservés des églises de la Barrière, ce qui atteste de la rareté de la pratique.

  • 27 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 239.
  • 28 Marc Scheidecker, Gérard Gayot, Les Protestants de Sedan au XVIIIe siècle. Le peuple et les manufa (...)
  • 29 Didier Boisson, « Création ou déplacement d’une communauté protestante au XVIIIe siècle ? L’Église (...)

25Tout autre est le cas des mariages. Le premier mariage connu de protestants picards date d’avant 1719, il concerne un couple de Templeux-le-Guérard. Ils deviennent courants ensuite à Tournai et les certificats délivrés sont présentés au retour aux curés, bien qu’ils en nient la validité, et inscrits sur les registres des notaires. Cela concerne, comme nous le verrons, les Picards comme les Champenois et, à un moindre degré, les protestants d’Île-de-France et de Normandie. La seule interruption a lieu pendant l’occupation française de Tournai, de 1745 à 1749 ; les mariages ont alors lieu au Sas de Gand ou à Oostbourg27. Quant aux protestants de Sedan, ils allaient fréquemment célébrer leurs mariages dans l’église wallonne de Maastricht depuis au moins 1642 ; mais la pratique devient beaucoup plus rare à partir de 1719, même si elle subsiste jusqu’en 1782. Le relais est en effet pris par Namur : cent quarante mariages de Sedanais y sont célébrés entre 1713 et 1781 ; à partir de 1740, les Sedanais forment la quasi-totalité des Français qui fréquentent cette église. Quelques autres mariages de Sedanais ont lieu à Tournai28. Des couples viennent même en 1773 de la région de Châteaudun : de Villeneuve-sur-Conie, de Bazochesen-Dunois29. En fait, seules deux églises de la Barrière sont concernées : Tournai et Namur. Pour autant qu’on puisse le savoir, à Menin et Ypres ne sont célébrés que des mariages d’habitants de la région, quelquefois avec des Hollandais ou des Suisses.

  • 30 Jacques Pannier, « L’opiniâtreté d’une petite église. Notes historiques sur Annois et Flavy-le-Mar (...)
  • 31 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 45.
  • 32 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 239-240.

26La pratique peut être datée avec une certaine précision. Pour Tournai, nous n’avons plus les registres que de la deuxième période, après la Guerre de Succession d’Autriche. En moyenne se célèbrent annuellement un peu plus de quarante mariages de protestants français, quarante-quatre même si l’on ne tient pas compte des années 1781-1785, au niveau beaucoup plus faible. Dès le début, les chiffres sont élevés : vingt-huit en 1749 (pour seulement la période allant de mai à décembre), trente-neuf en 1750, cinquante-et-un en 1751 ; cela permet de supposer que l’habitude était prise dès avant la guerre. On connaît d’ailleurs le cas d’un protestant de Flavy-le-Martel, en Thiérache, Jacques de Saint-Léger, exilé en 1745 à vingt lieues de son domicile pour s’être marié à Tournai, après avoir été fait prisonnier30. On connaît également des actes de 1734, 1737, 1740 et 174231. Au-delà des variations annuelles, la moyenne mobile permet de repérer un premier tassement à la fin des années 1750, mais suivi d’une remontée moins de dix ans plus tard. Le premier véritable décrochement, encore assez limité cependant, a lieu à partir de 1768. Puis, après une légère reprise, on note un déclin net de la pratique à partir de 1779, qui se transforme en véritable débâcle en 1781-1782. Peut-être la Guerre de Sept Ans explique-t-elle en partie le premier tassement, en raison d’un possible renforcement du contrôle des frontières ; mais la chronologie ne concorde pas parfaitement. Une certaine reprise des persécutions contre les protestants français, vers le milieu du siècle et jusqu’en 1763, a pu aussi jouer. Il est plus facile d’expliquer le décrochement de 1768 et l’effondrement de 1779. Cela correspond en effet à la reprise des cultes publics et à la présence plus importante de pasteurs dans le Nord de la France. Dans la région de Meaux, 91,7 % des mariages célébrés entre 1750 et 1767 et réhabilités en 1788 l’ont été dans une église de la Barrière, presque toujours à Tournai ; le pourcentage baisse ensuite, car les églises de Brie se réorganisent à partir de 1766. C’est un peu plus tardif en Picardie : c’est le cas à 93 % pour la période 1750-1779 pour le bailliage de Saint-Quentin32.

Graphique 1. Mariages à Tournai.

  • 33 Braekman, « Les Églises de la Barrière », art. cit.
  • 34 Scheidecker, Gayot, Les protestants de Sedan..., op. cit., p. 86-89, 93-96.

27La courbe des mariages à Namur est très différente. Elle concerne presque exclusivement des habitants de Sedan. Or la moyenne mobile montre une progression jusqu’en 1765, suivie d’une baisse et d’un palier ; mais l’effondrement n’a lieu qu’en 1778, voire 1780. L’augmentation est due en partie aux efforts du pasteur Cussy, qui cherche à multiplier les liens avec Sedan33. Les chiffres restent cependant relativement faibles. À Sedan, les premières assemblées clandestines ont lieu en 1770, peut-être un peu avant, le premier pasteur, Briatte, arrive en 1776 ; son collègue Fontbonne-Duvernet, présent à partir de 1778, réorganise vraiment l’église en 178034. On le constate, là aussi, même si la chronologie est quelque peu différente, la réorganisation des églises met fin aux mariages dans les églises de la Barrière, qui apparaissent bien comme un substitut, et non une concurrence, au culte du Désert.

Graphique 2. Mariages à Namur.

  • 35 1751-1752, 1755, 1761-1762, 1765, 1771-1772, 1775, 1781.

28À quel moment de l’année se marie-t-on ? Pour avoir des chiffres significatifs, nous n’avons tenu compte que du registre de Tournai et nous avons fait un sondage sur dix années réparties sur l’ensemble de la période35. Le résultat est assez surprenant, car il ne correspond à aucune courbe connue pour l’Ancien Régime.

Graphique 3. Répartition mensuelle des mariages.

29Précisons tout d’abord qu’il s’agit de moyennes, mais que, suivant les années, les résultats sont très différents : en 1751, c’est janvier qui arrive très nettement en tête, alors qu’il n’y a aucun mariage ce mois-là en 1761 et 1762, où septembre et octobre arrivent en tête. La courbe obtenue montre des mariages plus fréquents en automne, plus rares en été, un creux en mars (dû au carême ? On aurait là une influence catholique). Septembre représente un sommet, mai est un sommet secondaire, mais pas avril ni décembre. Autrement dit, on ne profite pas systématiquement du voyage à Tournai pour la Cène pour se marier. Malgré la longueur et la difficulté du trajet, on n’hésite pas à le faire plusieurs fois.

  • 36 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 315 ; Charles Rahlenbeck, La Belgique et les garnisons de la (...)
  • 37 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 315-326.
  • 38 Ibid., p. 338 et Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 234.

30Les mariages à Namur et Tournai posent des problèmes de discipline. En effet, les églises des Provinces-Unies acceptent facilement les mariages mixtes. Dès le XVIIe siècle, de telles unions sont célébrées partout où il y a des garnisons hollandaises, ce qui suscite de nombreuses protestations, notamment de l’évêque d’Anvers36. Un accord est signé le 29 août 1717 entre les États de la province, le magistrat de la ville de Namur et le gouverneur militaire pour interdire les mariages de protestants avec des catholiques, mais rien n’y fait. Les conflits à ce sujet durent tout au long du siècle suivant ; on peut noter par exemple la réaction de l’empereur Charles vi en 1733 contre cet état de fait. Mais les Provinces-Unies ne cèdent pas37. Les registres conservés de Namur et de Tournai montrent que de tels mariages sont assez fréquents ; mais ils concernent plutôt des habitants des Pays-Bas, les huguenots conservant une forte endogamie confessionnelle. Ces derniers sont en effet concernés par d’autres irrégularités. Les consistoires ne connaissant pas bien les couples qui demandent le mariage, des abus sont possibles. Ainsi, le 21 avril 1775 à Namur, est béni le mariage de Louis Labé et de Marie Caron, de Monceaux-sur-Oise ; or celle-ci est la veuve du défunt frère de son nouveau mari, le degré est donc prohibé. La lettre du pasteur de Tournai du Lignon, avertissant son confrère de cela, arrive trop tard38. Pourtant ce même du Lignon est accusé par les « Actes et Règlements du consistoire de l’Église réformée d’Elmé » (Lemé, en Thiérache) de 1772 d’admettre des mariages mixtes ainsi que des unions de protestants qui méritent d’être censurés.

  • 39 Christian Lippold, « Une foi clandestine : la pratique protestante en Picardie (XVIIIe siècle – dé (...)
  • 40 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 233-234 et Rahlenbeek, Rapport sur le (...)
  • 41 Publications of the Huguenot Society of London, vol. XXXVI: Register of the Walloon Church of Cadz (...)
  • 42 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 233-234.
  • 43 Lippold, « Une foi clandestine... », art. cit.

31L’aide aux protestants français passe aussi par le culte. Les assemblées, en France, sont clandestines et, en Picardie comme en Champagne ou à Sedan, elles se dérouleront longtemps sans pasteur et donc sans doute sans la célébration de la Cène. Pour la Picardie au moins, il semble bien qu’aucune Cène ne se soit déroulée sans pasteur39. La présence de pasteurs dans les places de la Barrière permet de leur offrir un culte de substitution. À partir des années 1720, beaucoup de protestants du Nord de la France, notamment de Picardie, prennent l’habitude d’aller régulièrement à Tournai pour les grandes fêtes, surtout à Pâques, mais aussi à Noël et à la Pentecôte40. Ils seraient quatre cents en 1722, d’après le consistoire de Tournai ; l’affluence est à nouveau forte à la Pentecôte 1723, avec soixante confirmations de jeunes. Les protestants picards profitent là de l’autorisation qui leur est donnée de sortir du pays pour leurs affaires privées41. Il faut cependant faire plusieurs jours de marche, ce qui n’est pas un obstacle : la liste des membres de l’église wallonne hors de Tournai comprend de nombreux Picards. Louis Dumesnil, de Grouches en Picardie, va tous les ans à Tournai42. Ambroise Robinet, de Parfondeval, va abjurer à Tournai, à cent vingt kilomètres de chez lui, en 172643.

32L’afflux de communiants provoque des réactions. Le ministre en charge de la R.P.R., Saint-Florentin, demande en 1727 aux intendants de Lille, Valenciennes et Amiens d’arrêter les protestants qui franchissent la frontière, mais en vain. En 1731 c’est Bruxelles qui demande au Grand Doyen du Chapitre de Tournai de se plaindre à la France, et une lettre est adressée au cardinal de Fleury ; il est question d’un nombre considérable de protestants :

  • 44 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 30-32 et pièce justificative XIII, p. 217-223

« Le mardi et le mercredi de la semaine sainte, il en est arrivé plus de douze cents de Picardie, qui ont logé tant en ville dans des granges qu’ils avaient louées que dans les faubourgs, chantaient toute la nuit les psaumes avec grande clameur, qui ont attiré la canaille de cette ville du côté de leur logement, qui crioit dans les rues aussi avec grande clameur par dérision pour les contrefaire. [...] Le mardi de la grande Pasques 1731, jour du départ de ces Picards pour retourner dans leur païs, sortant de la prêche du bout du quay, furent assaillis et insultés avec des pierres, des boues et des clameurs par la canaille à onze heures et demi du matin jusques à leur sortie de la ville44. »

  • 45 Hubert, « Notice sur l’église wallonne de Namur... », art. cit., p. 341.

33L’année suivante, le gouverneur de Flandre, le duc de Boufflers, garnit les frontières du Nord de troupes qui laissent passer les protestants à l’aller, mais les arrêtent au retour ; il fait ainsi plus de deux mille prisonniers. Les grands déplacements s’interrompent ensuite sans doute pendant quelques années. Mais des Français continuent à passer la frontière : c’est pour eux que le consistoire de Namur décide, en 1737, d’arrêter une fois pour toutes la date de la Cène, « afin que les frères sous la Croix, qui viennent y participer, ne soient plus exposés à faire le voyage inutilement, faute d’être bien informés des jours auxquels cette communion est célébrée45 ».

  • 46 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 33.
  • 47 Collinet, Histoire du Protestantisme..., op. cit., p. 169.
  • 48 Bibliothèque de l’Histoire du Protestantisme Français, Papiers Court, ms 363, cité par Lippold, «  (...)
  • 49 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 74-75.
  • 50 Hubert, « Notice sur l’église wallonne... », art. cit., p. 340.

34On constate à nouveau une forte affluence après la Guerre de Succession d’Autriche : trois cents protestants français célèbrent la Cène à Tournai en 1749 ; ils sont six cents en 1750, escortés jusqu’aux portes de la ville par les troupes hollandaises, sans doute pour éviter qu’ils soient, comme en 1731, attaqués par la « canaille »46. Le Grand Doyen se plaint dans une lettre d’octobre 1750, en vain47. Des arrestations ont quelquefois lieu, comme en 1766 celle de ce réformé de Grouches, en Picardie, qui va tous les ans faire ses Pâques à Tournai48. Mais cela n’enraie pas le mouvement. L’archevêque de Cambrai se plaint auprès du duc de Choiseul le 27 février 1768 dans un Mémoire sur la nécessité de prévenir les mauvais effets de la conduite des ministres protestans de Tournay qui cherchent à attirer à leur religion les paysans du diocèse de Cambray ; le 30 août de la même année, c’est le ministre de France à Bruxelles, le comte de Lupcourt-Drouville, qui adresse un mémoire au prince Charles de Lorraine pour déplorer l’assistance de nombreux protestants français aux prêches de Tournai49. C’est également en 1768 que le consistoire de Tournai avise les protestants de Sedan que la Cène aura lieu le jour de Pâques, ce qui pourrait signifier une extension du rayonnement de cette église de la Barrière50. À cette date, la tolérance est de règle en France ; comme l’indique Briatte dans le texte vu plus haut, plus aucune répression ne s’exerce, on facilite même le mariage à l’étranger.

  • 51 Meyhoffer, « L’église de la Barrière... », art. cit., p. 17, A. Bernus, BSHPF, 1891, p. 671-672, e (...)
  • 52 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 352.

35C’est pour ces protestants français que Du Lignon rédige un catéchisme, publié à Londres en 1772 : Nouveau Catéchisme à l’usage de l’Église wallonne de la garnison de Tournay. Sont imprimées au verso les conditions que doivent remplir « les personnes de Picardie » pour être reçues à la communion. Il leur est recommandé « de s’attacher surtout à la Controverse, ils doivent aussi savoir parfaitement l’Oraison Dominicale, le symbole des Apôtres, et les Dix Commandements51 ». À Namur également, on destine spécialement aux « frères sous la croix » des Abrégés des controverses52.

  • 53 Rahlenbeek, Rapport..., op. cit., p. 22-23, et Meyhoffer, « L’Église de la Barrière... », art. cit (...)
  • 54 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 181.

36D’autres formes d’aides sont exercées. Des baptêmes et des mariages sont réhabilités à Tournai, notamment lorsque du Lignon est pasteur53. Les églises de la Barrière permettent aussi à des catholiques d’abjurer. Beaucoup sont des Pays-Bas, mais on compte aussi un certain nombre de Français : il y en a cent trente-six dans les registres de Tournai54, sans qu’on puisse distinguer si ce sont des anciens ou des nouveaux catholiques. La date de ces abjurations n’est généralement pas indiquée, elles semblent avoir lieu entre 1750 et 1762 ; mais il y a pu y en avoir à d’autres moments. Il y a enfin des aides matérielles. Les huguenots qui se rendent au culte sont secourus et hébergés par la population protestante locale. Mais les consistoires aident aussi les émigrés ainsi que les prisonniers et les galériens. Cela explique la situation financière délicate de l’église de Tournai et ses incessants appels à l’aide aux synodes de Schiedam (1720), Leeuwarden (1725), Arnhem (1726), etc. Cela devient particulièrement difficile après la Déclaration de 1724, qui rappelle toutes les lois en vigueur contre les protestants et provoque un regain d’immigration. On en trouve un écho au synode de Leeuwarden d’août 1725 :

  • 55 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 27.

« Depuis la dernière déclaration du roi de France contre ses sujets réformés, il sort tous les jours de Picardie et des frontières de cette province des familles entières qui se retirent dans les états protestants sans compter celles de la dépendance de Saint-Amand, qui sont vivement persécutées, et que la plupart de ces familles, passant par Tournay, et se trouvant dénuées de tout, les charités qu’elle est obligée de faire l’ont tellement épuisée qu’elle sera bientôt hors d’état de les continuer55. »

  • 56 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 343.

37Une recrudescence de la répression, en 1752, entraîne également de nombreux dons de l’église de Namur pour ceux qui sont en fuite56.

Le rayonnement

38Les derniers cas cités montrent que les églises de la Barrière peuvent, à l’occasion, s’intéresser à tous les huguenots persécutés. Cependant nous avons généralement rencontré plutôt, comme on pouvait s’y attendre, des protestants du Nord de la France. Il est possible de préciser cela, à partir des registres conservés des églises.

  • 57 Meyhoffer, « L’église de la Barrière... », art. cit., p. 3-5.

39On sait que, dès 1709, le premier pasteur de la garnison de Tournai, Georges-Louis de La Sarraz, s’est mis à rechercher les protestants des environs et à obtenir pour eux des Nouveaux Testaments, des Psautiers, des Bibles, des Catéchismes, etc.57. Cela concerne aussi bien les protestants des Pays-Bas espagnols, bientôt autrichiens, que ceux de France. Nous avons eu l’occasion de mentionner plusieurs fois des interventions volontaires de pasteurs comme Cussy, du Lignon ou Briatte, en faveur des protestants français.

40Plusieurs indicateurs nous permettent de mesurer leur rayonnement. Le premier est l’origine géographique des conjoints mariés à Tournai. Globalement, les plus nombreux viennent de la généralité de Paris ; plus précisément, pour la plupart d’entre eux, de l’élection de Meaux. En second lieu vient la généralité d’Amiens, et surtout des élections de Saint-Quentin et de Péronne. Vient ensuite la généralité de Soissons, avec les élections de Guise et de Laon. Le Cambrésis, l’Artois, les généralités d’Orléans, de Chalons et de Rouen ont une place plus marginale. La Picardie et la Champagne, au moins pour la région de Meaux, sont donc les premières régions concernées par les églises de la Barrière. Mais on est surpris de voir que des protestants de régions bien plus lointaines s’y rendent également : plus de 6 % des conjoints (162 au total) proviennent de la généralité d’Orléans ; il y en a 40 de Rouen, 14 de Bourges. On trouve même deux Languedociens, deux Alsaciens, un habitant du Comté de Foix, un autre de Guyenne, etc. Le rayonnement de ces églises est donc plus important que ce qu’on aurait pu attendre.

Graphique 4. Origine des conjoints (Tournai).

41Mais une évolution apparaît nettement : la part de la région de Meaux se réduit considérablement à partir de 1768, celle d’Orléans après 1778. C’est alors la Picardie et le Cambrésis qui apparaissent comme les régions dépendant le plus de l’église de Tournai : 72,15 et 67,48 % des conjoints des deux dernières périodes retenues viennent de ces régions. On note, pour la dernière période, l’augmentation surprenante des personnes venues de Normandie, alors que les églises y sont bien reconstituées et que les pasteurs n’y manquent pas ; mais la valeur absolue reste faible, elle ne prend de l’importance que parce qu’il y a une forte baisse globale des mariages.

42Dans les registres de Tournai, Sedan n’occupe qu’une place négligeable : 10 conjoints au total, sur 2596. Mais on a vu que les protestants de Sedan se rendent plutôt à Namur. L’étude de l’origine des conjoints montre sans équivoque que Namur n’attire guère que les Sedanais ; Picards et Champenois y sont rares et ils n’apparaissent qu’après la Guerre de Succession d’Autriche. Auparavant, la domination sedanaise était encore plus forte : 95 % des conjoints de la période 1713-1745, contre 85 % pour 1749-1784.

Graphique 5. Origine des conjoints (Namur).

43Un autre indicateur peut être constitué par les abjurations recueillies par l’église de Tournai. Cela révèle une influence très différente, beaucoup plus locale. En effet, c’est le Cambrésis qui domine ici très largement, grâce au village de Quiévy, dont sont originaires 103 des 136 personnes ayant fait abjuration. On trouve également quelques Picards, surtout de la généralité de Soissons, mais en petit nombre. Le prosélytisme direct de l’église de Tournai a donc une influence très réduite géographiquement.

  • 58 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 121-179.
  • 59 Pour la géographie du protestantisme picard, Lippold, « Une foi clandestine... », art. cit., p. 37 (...)
  • 60 Jean-Marie Wiscart, « Entre Bible et navette en Picardie septentrionale du XVIe au XVIIIe siècle » (...)

44On peut enfin voir la liste des membres de l’église de Tournai58, établie sans doute en 1762. Conservée dans le registre des mariages de Tournai, elle est difficilement utilisable, car elle comporte de nombreux doublons et la disposition du manuscrit ne rend que probable la résidence d’un certain nombre de personnes. Quelques considérations générales peuvent cependant être tirées. Tout d’abord, l’église de Tournai compte, en dehors des habitants de la ville et des environs, de très nombreux Français. Ils habitent presque tous en Picardie ou en Cambrésis. Ce sont, sans surprise, les élections de Guise, de Laon, de Péronne et de Saint-Quentin qui sont les mieux représentées. Un nombre relativement petit de villages concentre le maximum de membres : Hargicourt, Jeancourt, Templeux-le-Guérard, Quiévy, Wallincourt, Flavy-le-Martel, Parfondeval, Lemé. Autrement dit, les principaux foyers du protestantisme picard du XVIIIe siècle sont représentés : le Vermandois, la Thiérache, les groupes isolés de Cambrésis. Les communautés situées à l’Ouest de la Picardie, à l’Ouest et au Nord-Est d’Amiens, sont cependant beaucoup moins bien représentées59. Et la ville de Saint-Quentin est totalement absente : là, les réformés se contentent d’un culte privé et organisent un simulacre d’église en formant une loge franc-maçonne presque exclusivement protestante60.

Graphique 6. Abjurations à Tournai.

45On peut ainsi délimiter plusieurs cercles d’influence. Pour les abjurations, le cercle est très restreint, limité ou presque au Cambrésis. Les églises, quant à elles, accueillent comme membres des protestants plus lointains, mais dans un rayon encore limité. Pour la seule église dont on a encore le registre des membres, celle de Tournai, l’influence se fait sentir jusqu’à une centaine de kilomètres vers le Sud ; en revanche, des villages pas forcément plus lointains, mais situés au Sud-Ouest, comme Terramesnil, près d’Amiens, échappent à cette influence, on ne sait pour quelle raison. Bien entendu, les localités plus lointaines ne sont pas concernées, car être membre d’une église signifie au moins participer à la Cène, c’est-à-dire s’y rendre plusieurs fois par an. Enfin, pour les mariages, l’influence s’exerce sur l’ensemble de la Picardie, de la Champagne et même au-delà.

  • 61 Meyhoffer, « L’église de la Barrière... », art. cit., p. 16 ; « Pièces relatives aux églises du Dé (...)
  • 62 Edmond Hugues, Les Synodes du Désert, Paris, Fischbacher, 1885, t. III, p. 279.

46Au-delà de ces diverses zones d’influence et des différents modes d’intervention qu’elles supposent, il est indéniable que les églises de la Barrière ont joué un rôle important dans le soutien aux communautés protestantes de la moitié Nord de la France, plus spécialement de Picardie, de Cambrésis et de Champagne. Or ce soutien, assez rapidement toléré par les autorités françaises malgré les protestations des évêques, ne pouvait pas être ignoré des États Généraux des Provinces-Unies. Les listes des membres des églises, les listes des mariages attestent publiquement de ce soutien. Mieux, la personnalité des pasteurs nommés et leur action semblent montrer une volonté néerlandaise d’intervenir en faveur des huguenots persécutés. Cependant, ce n’est pas sans poser problème à la fin du siècle, quand les communautés peuvent avoir leurs propres pasteurs. Les dernières années sont émaillées de conflits. Nous avons déjà fait allusion aux « Actes et Règlements du consistoire de l’Église réformée d’Elmé » de 1772 qui se plaignent que le pasteur du Lignon admet des mariages mixtes ainsi que des unions de protestants qui méritent d’être censurés. En septembre 1778, le synode wallon de La Haye fait écho aux plaintes des colloques de Picardie, Cambrai et Thiérache d’ingérence des pasteurs de Tournai, Namur et l’Olive ; en fait, c’est surtout Pierre Pellissier, pasteur de l’Olive, qui est visé : il cherche à envoyer des pasteurs et des missionnaires en France, sans tenir compte du séminaire de Lausanne, chargé de la formation des pasteurs français61. L’article 31 du synode de Thiérache, Picardie, Cambrésis, Orléanais et Berry de 1779 interdit de faire bénir les mariages à l’étranger et d’y recevoir la communion et demande au synode des églises wallonnes de défendre à nouveau aux pasteurs qui sont sur les frontières de recevoir des fidèles des églises françaises62. La reconstitution des églises en France permet de se passer des services de ces églises étrangères, dont la discipline n’est pas exactement la même. Ces recommandations semblent assez rapidement suivies. C’est pourquoi la disparition des places de la Barrière et de leurs églises ne pose aucun problème particulier aux protestants picards et champenois.

Notes

1 Plus particulièrement Eugène Hubert, Le Protestantisme à Tournai pendant le XVIIIe siècle, Bruxelles, J. Lebègue et Cie, 1903, et id., Les garnisons de la Barrière dans les Pays-Bas autrichiens, Bruxelles, J. Lebègue et Cie, 1902.

2 Charles Rahlenbeck, Rapport sur les actes et documents concernant le protestantisme belge depuis la paix de Westphalie jusqu’à nos jours, Bruxelles, Imprimerie Combe et Van de Weghe, 1872.

3 Emile M. Braekman, « Les Églises de la Barrière », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme belge, 1984, p. 19-27 et ses articles parus dans le Bulletin de l’Association pour la sauvegarde du temple de Lemé (Aisne), no 4, 1994 : « Les protestants de Thiérache et les Églises de la Barrière », p. 26-46, « Les pasteurs-aumôniers des Églises wallonnes de la Barrière », p. 47-52, « Les protestants de la Thiérache mentionnés dans les registres des Églises Wallonnes de la Barrière », p. 53-90.

4 Daniel Ollier, Églises wallonnes de la Barrière : Tournai, Armentières, Menin, Ypres et Namur, Le Cateau, J. Roland, 1894 ; rééd. Gilles Mesnil, chez l’auteur, 2006.

5 La genèse des églises de la Barrière est retracée par E. Hubert, Les garnisons de la Barrière..., op. cit., et id., De Charles Quint à Joseph ii. Étude sur la condition des Protestants en Belgique, Bruxelles, A.N. Lebègue et Cie, 1882.

6 « Registres des Églises de Lille, Béthune (1708-1713) », BSHPF, 1938, p. 568-569, complété par Yves Krumenacker (dir.), Dictionnaire des Pasteurs dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Champion, 2007.

7 Cité par E. Hubert, Le Protestantisme..., op. cit., p. 24.

8 Daniel Ollier, BSHPF, 1891, p. 502-504.

9 D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 27 et E. Braekman, « Les Églises de la Barrière », art. cit.

10 D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 26 et Eugène Hubert, « Notice sur l’église wallonne de Namur au XVIIIe siècle », Bulletin de la Commission de l’histoire des églises wallonnes, 1909, p. 312.

11 D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 26-27.

12 David Poujol, Histoire et influence des églises wallonnes dans les Pays-Bas, Paris, Fischbacher, 1902, p. 340.

13 Eugène Hubert, « Notice sur l’église wallonne... », art. cit.

14 Poujol, Histoire et influence..., op. cit., p. 340.

15 E. Braekman, « Les Églises de la Barrière », art. cit., p. 27.

16 Listes complètes dans Krumenacker, Dictionnaire des pasteurs..., op. cit., p. 409-411.

17 E. Braekman, « Les Églises de la Barrière », art. cit., p. 24-27.

18 Sur les pasteurs de Tournai, voir Krumenacker, Dictionnaire des Pasteurs..., op. cit., Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., et Jean Meyhoffer, « L’Église de la Barrière à Tournai et ses pasteurs », BSHPF, 1956, p. 1-32.

19 Krumenacker, Dictionnaire des Pasteurs..., op. cit., et Robert Collinet, Histoire du Protestantisme en Belgique aux XVIIe et XVIIIe siècles, Bruxelles, Éditions de la Librairie des Éclaireurs unionistes, 1959, p. 189.

20 Pour Menin et l’Olive, voir Krumenacker, Dictionnaire des Pasteurs..., op. cit.

21 Correspondance de Fénelon, t. XIV, Jean Orcibal, Jacques Le Brun, Irénée Noye (éd.), Genève, Droz, 1992, p. 384. Original en latin.

22 Cité par D. Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 24.

23 Cité par Didier Boisson, Christian Lippold, « La survie religieuse des communautés protestantes du centre de la France et du Bassin parisien de la révocation de l’édit de Nantes à l’édit de tolérance (1685-1787) », Histoire, Économie et Société, 2002, p. 234.

24 Ibid., p. 237-238.

25 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 31.

26 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 188-189.

27 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 239.

28 Marc Scheidecker, Gérard Gayot, Les Protestants de Sedan au XVIIIe siècle. Le peuple et les manufacturiers, Paris, Champion, 2003, p. 58-59.

29 Didier Boisson, « Création ou déplacement d’une communauté protestante au XVIIIe siècle ? L’Église de Gaubert dans le Dunois », à paraître dans les Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Poussou, Paris, PUPS.

30 Jacques Pannier, « L’opiniâtreté d’une petite église. Notes historiques sur Annois et Flavy-le-Martel (1560-1921), BSHPF, 1922, p. 193-207.

31 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 45.

32 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 239-240.

33 Braekman, « Les Églises de la Barrière », art. cit.

34 Scheidecker, Gayot, Les protestants de Sedan..., op. cit., p. 86-89, 93-96.

35 1751-1752, 1755, 1761-1762, 1765, 1771-1772, 1775, 1781.

36 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 315 ; Charles Rahlenbeck, La Belgique et les garnisons de la Barrière, Verviers, Ernest Gilon, s. d., p. 28.

37 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 315-326.

38 Ibid., p. 338 et Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 234.

39 Christian Lippold, « Une foi clandestine : la pratique protestante en Picardie (XVIIIe siècle – début du XIXe siècle) », in Alain Joblin et Jacques Sys (éd.), Famille et spiritualité protestante, Arras, Artois Presses Université, 2006, p. 42.

40 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 233-234 et Rahlenbeek, Rapport sur les actes et documents..., op. cit., p. 22-23.

41 Publications of the Huguenot Society of London, vol. XXXVI: Register of the Walloon Church of Cadzand in Holland, 1934, p. 21.

42 Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 233-234.

43 Lippold, « Une foi clandestine... », art. cit.

44 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 30-32 et pièce justificative XIII, p. 217-223.

45 Hubert, « Notice sur l’église wallonne de Namur... », art. cit., p. 341.

46 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 33.

47 Collinet, Histoire du Protestantisme..., op. cit., p. 169.

48 Bibliothèque de l’Histoire du Protestantisme Français, Papiers Court, ms 363, cité par Lippold, « Une foi clandestine... », art. cit., p. 43.

49 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 74-75.

50 Hubert, « Notice sur l’église wallonne... », art. cit., p. 340.

51 Meyhoffer, « L’église de la Barrière... », art. cit., p. 17, A. Bernus, BSHPF, 1891, p. 671-672, et Boisson, Lippold, « La survie religieuse... », art. cit., p. 234.

52 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 352.

53 Rahlenbeek, Rapport..., op. cit., p. 22-23, et Meyhoffer, « L’Église de la Barrière... », art. cit., p. 15.

54 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 181.

55 Hubert, Le Protestantisme à Tournai..., op. cit., p. 27.

56 Hubert, « Notice... », art. cit., p. 343.

57 Meyhoffer, « L’église de la Barrière... », art. cit., p. 3-5.

58 Ollier, Églises wallonnes..., op. cit., p. 121-179.

59 Pour la géographie du protestantisme picard, Lippold, « Une foi clandestine... », art. cit., p. 37-38.

60 Jean-Marie Wiscart, « Entre Bible et navette en Picardie septentrionale du XVIe au XVIIIe siècle », BSHPF, 1999, p. 703-727.

61 Meyhoffer, « L’église de la Barrière... », art. cit., p. 16 ; « Pièces relatives aux églises du Désert, contenues dans les archives du (ci-devant) comité de Hollande pour les églises de France. 1735-1796 », BSHPF, 1877, p. 277.

62 Edmond Hugues, Les Synodes du Désert, Paris, Fischbacher, 1885, t. III, p. 279.

Table des illustrations

Légende Les places de la Barrière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Graphique 1. Mariages à Tournai.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Graphique 2. Mariages à Namur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Graphique 3. Répartition mensuelle des mariages.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Graphique 4. Origine des conjoints (Tournai).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Graphique 5. Origine des conjoints (Namur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103817/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Graphique 6. Abjurations à Tournai.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103817/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search