Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre calvinistes et catholiques

 | 
Yves Krumenacker

Cinquième partie. Le soutien des Provinces-Unies aux minorités religieuses

Le consistoire de l’église wallonne de Rotterdam et la France (1681-1706)

Hubert Bost

Texte intégral

  • 1 Voir « L’Affaire Bayle ». La bataille entre Pierre Bayle et Pierre Jurieu devant le consistoire de (...)

1L’intérêt porté au consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam tient en général à l’écho qu’il donne des conflits entre Pierre Bayle et Pierre Jurieu dans les années 1690 : le philosophe est un membre de cette Église dont le théologien est l’un des pasteurs1. Leurs polémiques, qui défraient la chronique aux Provinces-Unies, sont d’autant plus passionnantes à étudier qu’elles sont en quelque sorte paradigmatiques : sur le rapport entre résistance et soumission en politique, sur la tension entre foi et raison, entre liberté d’expression et encadrement doctrinal, elles sont caractéristiques de l’évolution alors en cours au sein du Refuge huguenot aux Pays-Bas, et plus largement en Europe.

  • 2 Le Consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam, 1681-1706. Édition annotée des Actes avec une pr (...)

2Tel n’est cependant pas l’aspect qui sera développé ici. On s’arrêtera aux structures d’accueil et d’encadrement des nouveaux arrivants à l’époque de la révocation de l’édit de Nantes et dans les années qui suivent, jusqu’à la paix de Rijswijk et au-delà. Comment sont-elles organisées et fonctionnent-elles ? Que dit (ou tait) le consistoire au sujet des relations qu’entretiennent ces immigrés en Hollande avec leur pays d’origine, la France ? La source utilisée ici est le registre des actes du consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam pendant 25 ans de 1681 à 1706, document manuscrit conservé aux archives municipales de Rotterdam et récemment édité2.

3En 1681, l’instance exécutive de l’Église locale de Rotterdam est composée de dix membres (deux pasteurs, quatre anciens et quatre diacres). La charge incombant à chacun des membres laïcs augmente tellement qu’en 1686 ce nombre est doublé, ce qui donne une idée de l’essor que connaît cette Église. Le nombre des pasteurs croît plus fortement encore puisqu’un troisième poste est créé en 1685, et deux supplémentaires en 1691 : à partir de cette date, le consistoire est fort de 21 membres. L’Église bénéficie en outre du soutien de « pasteurs extraordinaires » – jusqu’à six, voire sept –, précieux auxiliaires pour l’organisation des visites, de la catéchèse et de la prédication auprès d’une population qui n’a jamais été aussi importante : de 1680 à 1705, la communauté huguenote a plus que triplé, passant de quelque 440 membres à environ 1560. La gestion spirituelle de la communauté est exigeante, et les pasteurs extraordinaires sont loin de chômer :

« Dimanche 21me octobre 1691 – Messieurs nos très chers freres les ministres refugiez aÿant representé à la compagnie que leur nombres estoient diminué & aÿant demandé du soulagement à l’egard des exercices de pieté qu’ils se sont obligés de faire, la compagnie leur accorde leur demande & pour cet effet, ils ne precheront à l’avenir que trois fois par semaine, savoir deux fois à la chapelle tous les dimanches de l’année le matin & l’après midÿ & une fois le mesme jour au soir à la grande eglise, depuis les Cenes d’octobre jusqu’à celles de Pacques et le vendredÿ au soir depuis les Cenes de Pacques jusqu’à celles d’octobre » (ACEWR, p. 125).

4Pour l’essentiel le consistoire contrôle les mœurs des fidèles, les censure – c’est-à-dire les blâme, voire les prive de communion – lorsqu’ils ont transgressé la discipline de l’Église ou les règles de la morale. Il autorise la participation à la communion (quatre fois par an), gère les bâtiments et en particulier le temple en lien avec les kerkmeesters (marguilliers), et sert d’interlocuteur au vroetschap (conseil municipal), qui entérine notamment ses propositions relatives à la nomination des pasteurs. Si l’on considère son activité sous l’angle des rapports avec la France ou si l’on cherche à mesurer l’impact de la politique française sur les décisions qu’il est amené à prendre, on constate que le consistoire aborde ou traite quatre types de questions :

  • La question politique : formellement absente des délibérations, elle n’en est pas moins déterminante. Le silence quasi complet sur la situation politique en Europe est révélateur d’une certaine conception des rapports entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel ;
  • La question doctrinale, qui se déploie dans une opposition tranchée entre la vérité protestante et l’erreur catholique. Pour le consistoire, les enjeux doctrinaux recoupent la frontière entre les pays catholiques, France et Pays-Bas espagnols, et les Provinces-Unies protestantes. De ce fait, les déplacements spatiaux des croyants sont connotés confessionnellement : se rendre en France, c’est courir le risque d’être contaminé ou rattrapé par l’erreur ; venir ou demeurer en Hollande, c’est choisir de vivre selon la vérité ;
  • À mi-chemin du doctrinal et du diaconal, la question pastorale : son traitement ne fait pas problème pour les fidèles qui se pressent sur les bancs du temple, mais quel discours adresser aux fidèles restés en France ? Quelle aide peut-on leur apporter soit depuis la Hollande, soit en prenant le risque de retourner dans le royaume ?
  • La question diaconale, qui prend deux formes très différentes : d’une part l’aide aux immigrants démunis qui la sollicitent sur place, et d’autre part le soutien aux prisonniers, aux galériens pour la foi et aux esclaves capturés par les barbaresques algérois ou marocains.

5La présente étude envisagera successivement ces quatre rubriques.

Politique locale et internationale

6Le consistoire entretient avec le magistrat de Rotterdam (bourgmestres et échevins qui constituent le vroedschap) des relations sereines et toujours respectueuses. Les anciens et les diacres sont des patriciens ; ils ont eux-mêmes exercé des responsabilités politiques ou administratives, ou seront appelés à le faire, et appartiennent au même réseau de notabilités et parlent le même langage que les anciens. L’autorité ecclésiastique qu’incarne le consistoire entend exercer pleinement son pouvoir spirituel et respecte scrupuleusement l’indépendance du pouvoir temporel exercé par le magistrat dans la cité ou Leurs Hautes Puissances pour l’ensemble des Provinces-Unies.

7Parfaitement respectée dans le cadre de la société néerlandaise, la distinction des pouvoirs s’impose de façon encore bien plus évidente lorsque la France est concernée :

« Le 29e ditto [novembre 1700] – Le sieur Guillaume Pedy ayant fait donner à connoistre qu’il avoit une demande à faire de la part de l’ambassadeur de France touchant une somme de cinq cent florins, la compagnie a resolu de faire dire au dit sieur Pedy qu’elle ne pourroit pas entendre à sa proposition puis qu’elle ne doit rendre compte de ses actions qu’à Nos Souverains » (ACEWR, p. 332-333).

8Les bourgmestres, quant à eux, défèrent presque toujours aux demandes que lui soumet le consistoire. On devine sans peine que la situation que connaît la ville, surtout après la révocation de l’édit de Nantes, impose aux uns et aux autres d’organiser du mieux possible l’aide sociale et médicale aux réfugiés, d’en contrôler les flux.

9Le consistoire sert à l’occasion de relais au magistrat de la ville, notamment lorsque les relations avec la France font craindre pour les réfugiés s’ils s’avisaient de revenir dans leur patrie.

« Le 19 janvier [1698] – Messieurs les bourgemestres de cette ville, ayants receu une lettre des Nos Seigneurs les États de Hollande et West Vriese, envoÿé de Nos Seigneurs les États Generaux, [la] quelle messieurs les bourgemestres ont eu la bonté de communicer dans cette assemblé pour resoudre de quelle maniere on donnera connoissance de cette importante affaire aux refugiés de cette ville, la compagnie a resolu de faire lire cette lettre publiquement en chaire, afin que tout les refugiés peuvent savoir la resolution du roÿ de France, consistant en termes suivantes :
Nous avons receu une lettre des Seingneurs les Estats Generaux de Païs Bas, ecrite de La Haÿe le 24 decembre dernier, contenant, que les ambassadeurs du roÿ de France, dans une conference qu’ils ont eue avec messieurs les ambassadeurs de cet Estat, leur ont donné connoissance que le roÿ leur maistre ne souffrira point (sous quelque pretexte que ce puisse estre) qu’aucun François refugié retourne dans son royaume sans avoir auparavant changé de religion, et en suite vivre dans son païs en bon catholique romain : Leurs Hautes Puisances, croÿants la chose d’une si grande importance qu’elle merite d’estre notifié aux François refugiés, souhoitant qu’on le face savoir aux consistoires walonnes et françoises de cette province, pour qu’il leur soit ordoné par vous de donner cet avis aux François refugëés qui sont sous leurs juridiction, afin que par cet advertissement ils proviennent les maux qui pouroient leurs arriver, de sorte que vous, Seigneurs bourgemeestres et regens de villes de cette province, estes chargés, de donner copie de cette lettre à l’Église walonne ou françoise de la ville de Rotterdam, avec ordre de donner connoissance de cecÿ aux François refugiés de la dite Église, de la maniere le plus convenable.
Ecrite à La Haÿe le 10 janvier 1698 » (ACEWR, p. 288-289).

  • 3 Synode d’Amersfoort (avril-mai 1698), art. xxxv et xlii.

10En termes de doctrine et de maintien de sa pureté, la démarche des états généraux de La Haye cadre parfaitement avec la représentation que le consistoire se fait de la France, considérée comme un territoire de perdition sur le plan religieux. Sur le plan diaconal, la ville soutient les efforts des deux consistoires, flamand et wallon, même si ce dernier est beaucoup plus sollicité en raison de la provenance française des assistés. On verra également que le consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam est en première ligne pour l’aide aux galériens stationnés à Dunkerque ou à Marseille. Il collecte, tant dans la ville qu’auprès d’autres Églises, des dons en faveur de « nos frères confesseurs sur les galériens ». C’est vraisemblablement parce que les informations en provenance des ports sont alarmantes qu’à deux reprises ils ne s’en tiennent pas à l’aide humanitaire et cherchent une solution plus politique. Aucune ingérence dans leur délibération, mais à l’évidence la conviction que seule les autorités de l’État seraient en mesure d’améliorer le sort des galériens ou d’autres croyants qui, persécutés en France, sont venus chercher la vérité en Hollande. Au printemps 1698, le consistoire s’appuie sur l’autorité du synode3 qu’il a lui-même sollicitée pour donner davantage d’efficacité et de légitimité à la démarche qu’il effectue auprès du magistrat.

11Les liens se tissent de consistoire à conseil municipal et de synode à états généraux. Lorsqu’ils veulent solliciter l’action du Grand Pensionnaire en faveur de ceux qui nécessitent une aide extraordinaire, les consistoires font adopter une motion par le synode wallon qui les mandate pour agir en direction de leurs magistrats respectifs et pour solliciter de leur part une intervention à La Haye.

  • 4 Voir aussi ACEWR, p. 296 (29 juin 1698).

« Le 25 maÿ [1698] – La compagnie a deputé messieurs Pielat, Faneul et Prins pour dresser un memoire pour presenter à messieurs les bourgemestres touchant le misserable estat des confesseurs enchainez sur les galerres de France, et ceux qui viennent nouvellement de la persecution du dit roÿaume, et aussi de ceux qui souhaiteront de faire abjuration des erreurs de la religion romaine pour embrasser la nostre, suivant les resolutions du dernier sÿnode tenue à Amersfoort, article 35 et 42 : le quel memoire, aprez qu’il aura esté approuvé, les memes commissaires les presenteront à messieurs les bourgemestres et solliciteront en meme temps d’avoir une favorable rescription pour ces pauvres miserables » (ACEWR, p. 2934).

12La suggestion d’une tentative d’échange entre les galériens pour la foi et les officiers français prisonniers de guerre en Hollande relève de la politique internationale, donc des états généraux. Pour la soumettre à La Haye, le passage par les bourgmestres de la ville s’impose :

« Dimanche le 28 7bre [1704] – La compagnie a nommé monsieur Superville, pasteur, monsieur Ph. Vander Hoeve, ancien, et à son defaut monsieur Sismus, ancien, pour solliciter avec messieurs les ministres de l’Église hollandoise auprès Nos Seigneurs les bourgemaistres qu’il ve[u] ille bien avoire la bonté de soliciter à La Haye Nos Seigneurs les Estads, touchand nos freres sur les gallaires pour les faire changer contre les officiers françois qu’ils sont prisonniers de guerre » (ACEWR, p. 387).

  • 5 Jacques Basnage à Jean-Alphonse Turrettini, 2 juin 1707 (Myriam Silvera (éd.), Jacques Basnage – C (...)

13On retrouve le même procédé deux ans plus tard. En 1705, en pleine guerre de Succession d’Espagne, Louis XIV a fait des propositions secrètes de paix au Grand Pensionnaire Heinsius. Comme l’atteste a posteriori une lettre de Basnage à Turrettini5, les pasteurs du Refuge espéraient qu’à l’occasion d’éventuels pourparlers de paix l’on plaide en faveur des coreligionnaires galériens :

« Ledit jour 5e Xbre 1706 – Monsieur de Superville, l’un de nos pasteurs, ayant representé à la compagnie que les confesseurs quy souffrent sur les galeres de France depuis un sy grand nombre d’années pour la defence de la liberté demandent qu’on ait la charité de se souvenir d’eux dans les negotiations de paix et de tâcher de leur procurer la liberté, la compagnie, sensiblement touchée des longues souffrances de ses illustres deffenseurs de la liberté et fort edifiée de leur perseverance, a resolu de faire tout ce quy dependra d’elle pour leur consolation, cependant elle croit qu’il faut en mesme temps agir pour les interest de la religion et de l’Eglize oprimée dans le royaume de France, mais comme on n’est pas exactement informé des negotiations, les particuliers quy ont accés auprès de nos venerables magistrats et particullierement de Mrs les deputez aux Estats d’Hollande les solliciteront fortement d’avoir compassion de tant d’ames quy gemissent sous la persecution, et de faire leurs efforts afin de leur procurer quelque soulagement d’autant plus que les circonstances y paroissent favorables, et on travaillera aussy à dresser des mesmoires sur cette matiere, pour s’en servir dans le besoing » (ACEWR, p. 421-422).

Doctrine

14La place qu’occupent les questions doctrinales dans les actes du consistoire de Rotterdam est considérable. Les Églises wallonnes, qui sentent – non sans raison – le calvinisme dordrechtien menacé, se crispent à propos de l’orthodoxie des fidèles et des pasteurs. Les synodes sont sourcilleux, les pasteurs tendent à se surveiller réciproquement, et l’esprit inquisiteur et soupçonneux de Pierre Jurieu amplifie le phénomène à Rotterdam. Dans ce climat tendu au sein du protestantisme réformé, la question des rapports avec le catholicisme apparaît assez simple : il n’est pas question de déviance (socinienne ou arminienne), mais d’erreur et d’obscurité. Or l’opposition protestantisme/catholicisme est recoupée ou soulignée par une géographie symbolique, comme s’il existait une frontière entre la France (il n’est fait mention des Pays-Bas espagnols qu’à une reprise) et les Provinces-Unies. Les déplacements des croyants sont fortement connotés : les fidèles sont exhortés à ne pas se rendre ou repartir en France, car leur foi y court les plus grands risques même s’ils adhèrent profondément au credo protestant. Venir en Hollande, c’est se débarrasser de l’erreur et l’abjurer solennellement s’il a fallu se déclarer catholique lorsqu’on y résidait.

  • 6 ACEWR, p. 227s.
  • 7 ACEWR, p. 228s.
  • 8 Un épisode comparable se produit à nouveau en 1701 avec le Dieppois Jacques de Geuteville (ACEWR, (...)

15Les délibérations de mai-juin 1695 relatives à Richard Gouin illustrent les craintes nourries par le consistoire. Le dimanche 15 mai, ce jeune Dieppois « aÿant eu le malheur de signer dans ces presentes persecutions et se trouvant maintenant en cette ville » demande à être remis dans la paix de l’église. Interrogé sur le point de savoir s’il a l’intention de rester en Hollande, il déclare être obligé de repartir en France, mais ajoute « qu’il n’avoit jamais participé à aucun culte ou superstition de l’Église romaine, et que son sincere dessein etoit de persister ferme dans la profession de nôtre religion sans se laisser ebranler par aucune tentation ». Le soir même, le pasteur Piélat reçoit sa déclaration d’adhésion aux vérités de la foi réformée. Le dimanche suivant, le trouble s’empare du consistoire, car on a appris entre-temps que le jeune homme est venu à Rotterdam pour épouser Mlle Chaperon, qu’il entend repartir pour la France avec elle, et que le pasteur Basnage a fiancé les jeunes gens le jeudi6. Lorsque les fiancés et la mère de la jeune fille comparaissent le 5 juin, on s’efforce de leur faire comprendre le danger qu’ils courent et « les sujets particulierement qu’il y avoit de craindre pour une aussi jeune personne que la fiancée » s’ils retournent en France, et on ajoute qu’ils donnent le mauvais exemple. Les fiancés persistant dans leur intention, le consistoire accède finalement à leur demande, « mais sans pretendre par là en aucune maniere consentir à leur retour qu’elle [la compagnie] continuë à leur deconseiller, et qu’elle desapprouve fortement7 ». La pression exercée ne va pas jusqu’à la contrainte : les fiancés sont et restent responsables de leurs actes. Les jeunes gens ont certainement dû repartir pour la France, mais on ignore si les craintes du consistoire relativement à leur capacité de persévérer dans leur foi s’avérèrent fondées8.

  • 9 17 septembre 1684, 15, 22 et 29 mai, 5 juin 1695 ; voir aussi la mise en garde des 25 septembre et (...)

16Les registres gardent la trace de quelques cérémonies de réconciliation avec l’Église demandées par les croyants qui ont renoncé à la foi réformée lorsqu’ils étaient encore en France9. Plus fréquentes sont les cérémonies d’abjuration des erreurs du catholicisme, en général au cours du culte. On compte 36 abjurations du catholicisme recueillies par le consistoire durant ce quart de siècle. Presque aucune jusqu’en 1687 (à l’exception de 4 au tout début de la période, en 1681), puis 23 de 1688 à 1694, dont 10 pour la seule année 1690.

  • 10 On en compte sept : G. A. de Boisclair, prêtre et prédicateur (12 septembre 1688) ; F. et N. Daill (...)
  • 11 Didier Boisson, Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (...)

17La province d’origine des trois-quarts de ces convertis est connue : 6 Parisiens, 7 Bretons, 8 Normands et 3 Champenois (sont aussi représentés la Beauce, le Bourbonnais, le Rouergue, la Guyenne et le Poitou), autrement dit provenant de territoires relativement proches des Pays-Bas et de régions côtières : selon toute vraisemblance, ils sont arrivés à Rotterdam en bateau. On note aussi l’importance relative des ecclésiastiques10 : une récente enquête11 a montré que le phénomène de conversion de clercs catholiques était loin d’être insignifiant, même s’il n’est pas numériquement considérable. Malheureusement, on ignore la profession des autres à l’exception d’un gantier, Antoine de La Porte (juin 1681), et de deux capitaines au service de la France, Jehan de Mandangers (juillet 1690) et le chevalier Du Blancar (mai 1697).

18Ces abjurations sont plus ou moins formelles. Elles interviennent souvent après un temps de mise à l’épreuve, toujours après un contrôle de l’orthodoxie doctrinale :

  • 12 Voir aussi ACEWR, p. 76 (Geneviève de Large, 31 juillet 1686), 78s (Pierre Prouin, 5 octobre 1686) (...)

« Le 29 juin 1681 – Monsieur Antoine de La Porte, Parisien & gantier de son mestier, estant venu dans ceste ville avecq sa femme & ses enfans, pour ÿ embrasser la religion reformé, aprez avoir esté mis pendant quelque temps à l’espreuve & aÿant esté examinez & donné bon contentement à nostre compagnie, a esté receu membre de ceste Église & admis à la partisipation de la Sainte Cene, & pour sa femme elle a aussÿ abjuré la religion romaine devand nous, & afin de la fortifier de plus en plus, la compagnie a resolu qu’elle comunieroit dans trois mois, aprez avoir esté examinez chez un de noz pasteurs en presence d’un ancien » (ACEWR, p. 4012).

19La question de la pureté doctrinale se pose en des termes un peu plus inattendus lors de la demande d’intégration faite par un certain Vroesen :

« Le 16e ditto [novembre 1703] – Monsieur Basnage ayant informé la compagnie que monsieur Vroese le Jeune, cy devant secretaire de l’ambassade à Paris, souhaitte d’estre receu membre de cette Église, elle a nommé messieurs Basnage et de Superville, pasteurs, et Mr Van Lith, ancien, pour l’examiner sur les points fondamanteaux de nôtre religion pour en faire leur raport à cette compagnie (ACEWR, p. 375).
Le 22e ditto [décembre 1703] – Messieurs les commissaires nommés dans l’acte du dix huictieme d’octobre dernier pour examiner monsieur Vroesen ont fait leur raport à cette compagnie qu’ils ce sont acquittés fort exactement de leur commission, et qu’ils l’ont examiné non seulement sur les prinsipaux poincts fondamanteaux de nôtre religion, mais aussi touché beaucoup de matieres de controverces, à quoy ayant suffisamment satisfet, ils l’avoient receu membre de notre Église et admis à la communion, ce que la compagnie a aprouvé » (ACEWR, p. 376-377).

20Ce personnage au nom néerlandais est certainement un Hollandais. Il a séjourné à Paris et y a peut-être contracté une certaine francophilie, ce qui expliquerait que, de retour dans sa patrie, il souhaite intégrer la communauté francophone. Mais il est possible aussi que ce séjour en France ait éveillé les craintes des « chiens de garde » théologiens du consistoire.

  • 13 Voir Hubert bost, « La prédication réformée francophone, XVIIe-XVIIIe siècles, II : La souffrance (...)
  • 14 ACEWR, p. 173s (17 mai 1693).

21La morale n’est jamais très éloignée de la doctrine. Les tribulations que traversent les Églises sont systématiquement lues comme des châtiments divins envoyés aux fidèles pour qu’ils se repentent et s’amendent. Cette interprétation, topique et très fréquente dans la prédication13, déborde en quelque sorte sur le consistoire en mai 1693, sous la forme d’une déclaration qui frappe par son lyrisme inhabituel dans ces registres14.

Pastorale : littérature et engagement auprès des troupeaux persécutés

  • 15 ACEWR, p. 208 (24 octobre 1694 : Lettres pastorales de Jurieu), 274 (5 janvier 1698 : Lettres pasto (...)

22Les pasteurs de l’Église wallonne de Rotterdam entretiennent des relations épistolaires avec les fidèles des communautés dont ils avaient auparavant la charge en France. Ils reçoivent régulièrement des échos de ce qui s’y passe et cherchent à recouper les informations dont ils disposent. On sait que les fameuses Lettres pastorales rédigées et publiées par Jurieu de septembre 1686 à juillet 1689, puis brièvement reprises de novembre 1694 à janvier 1695, réunissent un grand nombre d’échos de cette nature. Jurieu est de loin le plus prolixe des pasteurs, mais non le seul à mettre la main à la plume. Ses collègues publient aussi des livres de pastorale afin de réconforter leurs coreligionnaires restés dans le royaume15.

23Parfois l’écriture ne suffit pas à manifester la solidarité ou la compassion. En 1698, Phinéas Piélat, le plus ancien des pasteurs de l’Église, décide d’affronter les périls de la route et de la clandestinité pour retourner dans la principauté d’Orange dont il est originaire. Auparavant, il a été question de deux autres prédicateurs qui ont bravé l’interdiction du protestantisme en France. En juin 1692, le consistoire se préoccupe de Matthieu Malzac, « ministre pensionnaire de cette ville quy est allé precher sous la croix en France, où il a esté pris prisonnier depuis longtemps, sans que depuis sa capture on aye peu apprendre de ses nouvelles ». Malzac (1657-1725) était arrivé à Rotterdam et avait été déclaré appelable en 1686. Reparti pour la France afin de prêcher « sous la croix » en 1689, il avait été arrêté à Paris le 11 mars 1692 et emprisonné à Vincennes, puis à l’île de Sainte-Marguerite où il mourra après trente-trois ans d’incarcération. La compagnie du consistoire témoigne à son père qu’elle est

« fort touchee de son estat aussy bien que de celuy de Mr son filz pour quy elle conserve toujours une grande affection & à quy elle rendra toujours le temoignage d’avoir esté fort edifiée de ses predications & de sa conduitte & dont elle ne peut s’empecher de louer le zele qu’il a fait paroistre pour le salut de ses freres affligés & persecutés, pour la gloire de Dieu & le maintien de sa verité ».

  • 16 ACEWR, p. 189 et 200 ; synode de Gouda (avril-mai 1694), art. xvii.

24En janvier 1694, Guillaume Lumière († 1744), qui a été prédicant en France, demande à être reçu comme proposant. Après l’avoir reçu et écouté en avril, le consistoire décide d’appuyer sa demande au synode wallon, qui l’agrée effectivement16. Lumière reçoit alors le soutien financier de Rotterdam et d’autres Églises wallonnes, grâce auquel il accomplit une formation théologique éclair à Franeker. Il repart ensuite pour la France où il prêche avant de revenir à Rotterdam à la fin 1698.

25La décision que prend Phinéas Piélat à l’automne 1698 – il est alors âgé de 53 ans – a une toute autre portée puisqu’elle concerne le plus ancien pasteur de la communauté. Piélat, appelé à Rotterdam en décembre 1672, y avait été installé en février 1673, plus de huit ans avant Jurieu avec lequel il avait eu des démêlés pour des questions de préséance. Piélat, qui venait d’Orange, conservait des liens avec sa ville d’origine et mani-festait son souci pour ses frères tourmentés :

« Le 30e d’octobre [1695] – Monsieur Pielat ayant communiqué à la compagnie une lettre de nos très chers freres les pasteurs d’Orange detenus prisonniers en France, la compagnie y fera reflexion plus particuliere en tems et lieu, et entre tems on en donnera communication aux autres Églises » (ACEWR, p. 241).

  • 17 Voir Françoise Moreil, « Les temples de la principauté d’Orange aux XVIIe et XVIIIe siècles », BSH (...)
  • 18 Synode de Zwol (septembre 1698), art. xxxii ; ACEWR, p. 300s.
  • 19 ACEWR, p. 318s (1er novembre 1699), 327 (30 mai 1700).

26La principauté a été occupée par les troupes de Louis XIV et ses temples détruits à la révocation de l’édit de Nantes. Ce n’est qu’après la paix de Rijswijck qu’elle redevient de fait possession de Guillaume d’Orange. En octobre 1698 – la communauté méridionale se réorganise alors et envisage de rebâtir un temple17 –, Piélat reçoit un appel de l’Église d’Orange qui va l’amener à prendre, provisoirement croit-il, congé de son Église après en avoir averti le synode. Le consistoire n’a guère envie de voir partir son pasteur, mais il est conscient du caractère impérieux que revêt cette vocation pour le ministre et doit s’incliner devant sa décision18. Par la suite, Piélat tombera malade et sera dans l’impossibilité de revenir à Rotterdam. Il mourra le 16 mai 1700 à Orange19.

Diaconie

  • 20 Il s’agit essentiellement des bourgmestres de Rotterdam, mais parfois la demande d’aide monte jusq (...)
  • 21 Voir ACEWR, p. 65 (18 février 1685) et 262s (17 février 1697).
  • 22 ACEWR, p. 312s (22-28 mars 1699) ; voir aussi p. 329 (15 août 1700).

27L’aide financière recueillie grâce aux libéralités des autorités politiques20, aux dons réguliers ou exceptionnels des membres de l’Église et au soutien ponctuel de la Compagnie des Indes Orientales21, fait l’objet d’une gestion rigoureuse par les diacres du consistoire, qui en rendent compte régulièrement. L’afflux des réfugiés augmente les difficultés que rencontrent les gestionnaires de ces fonds. À certaines périodes, il faut en appeler à un soutien exceptionnel du vroedschap, voire des états généraux22. Parallèlement, on sollicite la générosité des membres de l’Église en lisant en chaire un texte rédigé par Jurieu afin d’« emouvoir [le] troupeau à redoubler [ses] charités » :

« La persecution de France, quy est devenue plus cruelle depuis la paix & particulierement depuis un an, contraint nos freres de s’exposer aux perils des galeres et des plus rudes supplices pour tenter le passage ce quy reussit à un très grand nombre quy nous arrivent continuellement de France & quy arrivent dans une antiere destitution de tout, ayant tout abandonnez ils sont encore pillez et volés sur les frontieres, on ne peut pas refuser à ses pauvres freres fugitifs les aliments sans se rendre coupable d’une dureté criante devant Dieu ; & comme presque touts viennent icÿ dans le dessein de passer la mer & qu’ils sont souvent plusieurs jours sans pouvoir l’executer, ils periroit de misere à nos ÿeux après avoir eschappez les meins des boureaux, si la charité des freres ne leur subvenoit ; c’est ce que la diaconie a fait en menagent pourtant les deniers avec une grande prudence, mais enfin par les despances absolument inevitables elle se trouve hors d’estat de fournir au plus pressantes necessités de ses propres membres, & pour comble de misere elle remarque que les charités ordinaires quy se font dans les bourses & boittes diminuent touts les ans considerablement au lieu d’augmenter. C’est ce quy oblige le consistoire à implorer le secour de ses membres charitables et de touts ceux quy viennent ecouter les predications, les conjurans par les entrailles de la misericorde de bien se laisser toucher par la veue & le recit des profondes miseres où nos freres sont reduits pour s’elargir en leur faveur par les raisons susdittes & celles quy ont esté adjoustez dans la predication presente ; nous les prions que leurs aumones quÿ se mettent dans les bourses & boittes soit plus abondantes non seulement une fois en passant mais ordinairement, ce quy nous obligeras à faire des veux tant plus ardent à ce quy plaise à Dieu multiplier les revenues de vostre justice » (ACEWR, p. 315).

  • 23 Il est question, le 19 avril 1699, d’une aidée apportée à huit galériens protestants qui se trouve (...)
  • 24 Voir synode d’Amsterdam (août 1690), art. xxxvii ; synode de Leyde (mai 1691), art. xlii.
  • 25 Cette expression se retrouve plus de 120 fois.
  • 26 Voir Hubert Bost, « La conscience martyre des “Églises sous la croix” au XVIIIe siècle », Revue de (...)

28Les protestants capturés lors d’assemblées cultuelles clandestines sont souvent condamnés aux galères. Dans la littérature protestante de la fin du XVIIe siècle et tout au long du XVIIIe, celles-ci sont d’ailleurs considérées comme de véritables Églises, et les galériens comme des « confesseurs » : on désigne ainsi les croyants qui souffrent pour témoigner de leur foi (ce qui les distingue des martyrs, qui meurent pour elle). La question du soutien aux « galériens pour la foi » stationnés à Marseille et à Dunkerque23 est fréquemment abordée lors des séances du consistoire, d’autant que Rotterdam et Amsterdam ont été mandatées par le synode wallon pour gérer les fonds recueillis dans toutes les Églises wallonnes en vue de les soulager24. L’aide destinée à « nos freres les confesseurs sur les galeres25 » n’est pas qu’un geste humanitaire : elle constitue un authentique enjeu identitaire car, comme le rappelle fréquemment Jurieu dans ses Lettres pastorales, martyrs et confesseurs scellent de leur sang ou de leur souffrance la vérité de l’évangile26.

  • 27 Voir Robert C. Davis, Esclaves chrétiens, maîtres musulmans, l’esclavage blanc en Méditerranée, 15 (...)
  • 28 Il arrive exceptionnellement que cet argent serve à libérer une protestante détenue en France dans (...)
  • 29 ACEWR, p. 99-100.

29À ce douloureux problème s’ajoute celui, moins connu, des otages des pirates barbaresques. Pendant tout l’Ancien Régime, une forme importante de piraterie méditerranéenne consiste, pour les Barbaresques, à capturer des marins ou des passagers et à en faire des esclaves qu’on revend ou qu’on rançonne27. Ces esclaves détenus à Alger ou au Maroc font l’objet d’efforts de rachat, mais la France ne se préoccupe guère des protestants28. Si l’on connaît ces pratiques, on sait moins que c’est aux Églises protestantes d’Europe, et notamment aux communautés wallonnes des Provinces-Unies, que revient la tâche de collecter des fonds pour payer les rançons permettant de libérer leurs coreligionnaires. Le consistoire aborde souvent dans la même décision le cas des galériens et celui des esclaves : sauf exception, il s’agit de faire parvenir des fonds destinés à soulager la détresse physique et morale des uns, et à racheter la liberté des autres. Des dispositions sont prises dès le début de 1688, en lien avec l’Église d’Amsterdam, qui seront ratifiées en avril par le synode de Campen29. Périodi quement, le consistoire fait le point sur la collecte et le transfert des fonds recueillis :

« 13 janvier 1692 – Nostre Église ayant esté nommee par les synodes pour recevoir les charités des autres Eglizes destinees pour le soulagement de nos pauvres freres les prisonniers & les captifs sur les galeres en France, la compagnie estant touchee de la longueur & de la grandeur de la souffrance de ses pauvres prisonniers & captif à quy un plus long rettardement d’assistance ne leur peut estre que fort douloureuse. La compagnie a trouvé à propos d’escrire comme elle a fait aux principales Eglizes de ses provinces quy n’ont point encore envoyé leurs charités pour les solliciter à les envoyer promptement affin que la compagnie les leur puisse faire tenir incessamment » (ACEWR, p. 135).
« Le 19me de juin 1695 – Monsieur Jean Faneuil, ancien, et Theodore Sismus, diacre, ont rendu comptes de la recepte et du deboursement qu’ils ont eu et fait des deniers provenus des contributions des Églises tant en faveur de nos freres les galeriens et prisonniers de France qu’en faveur de nos freres les esclaves d’Alger suivant l’acte de cette compagnie du 11e aoust 1694. Et la compagnie ayant fait examiner lesdits comptes et ÿ ayant paru que lesdits sieurs Faneuil et Sismus ont autant distribué qu’ils avoient receu, a approuvé ces comptes et fait cet acte pour leur aquit & decharge » (ACEWR, p. 232).

  • 30 ACEWR, p. 160 (30 novembre 1692), 169 (21 mars 1693) et 367 (4 février 1703).
  • 31 ACEWR, p. 173 (10 mai 1693).

30Le consistoire organise des collectes, sollicitant à l’occasion les fidèles les plus riches, faisant avancer l’argent nécessaire par la diaconie qu’il rembourse ensuite30 ; malgré le lien avec le consistoire wallon d’Amsterdam31, Rotterdam entend préserver son autonomie :

« Le 27e de novembre [1695] – Sur la lecture d’une lettre de messieurs les conducteurs de l’Église wallonne d’Amsterdam en date du 13e de ce mois tendente à ce que nous nous communiquions mutuëllement nos comptes au sujet des deniers destinés pour le soulagement des pauvres prisonniers tant à Alger que sur les galeres de France, la compagnie a resolu de faire ecrire une reponce en termes generaux pour temoigner que cette compagnie ne juge pas tant necessaire de se donner cette mutuëlle communication de comptes, et après le renouvellement du consistoire on nommera des commissaires pour revoir et reigler tout ce qui concerne lesdits comptes » (ACEWR, p. 241).

31Il n’est d’ailleurs pas question de laisser penser que l’effort se relâcherait ou qu’il serait moindre que dans d’autres Églises :

« Le 25e de mars 1696 – La compagnie ayant aprise que nos freres les galeriens de France sont dans l’opinion que nostre Église n’auroit pas eu la mesme charité pour eux que plusieurs autres Églises de ces provinces, et comme nous n’avons nullement manquez à un devoir si necessaire & si charitable, monsieur de Superville a esté prié de leur ecrire une lettre pour les desabuser de ses pensees » (ACEWR, p. 244).

  • 32 Les comptes du 25 décembre 1698 mentionnent par exemple, outre Rotterdam, Dordrecht, Gouda, Zierik (...)
  • 33 Il est d’abord question d’Églises dont les trois premières sont très proches de la frontière avec (...)
  • 34 ACEWR, p. 359 (23 juillet 1702), 370 (22 avril 1703).
  • 35 ACEWR, p. 314 (19 avril 1699).
  • 36 ACEWR, p. 385 (20 juillet 1704 : don d’un particulier de Groningue), 386 (3 août 1704 : legs du pas (...)
  • 37 ACEWR, p. 145 (8 juin 1692).
  • 38 Voir par exemple les comptes remis le 25 décembre 1698. Il arrive qu’une présentation de ces compt (...)
  • 39 Dès le début de l’année, le pasteur Le Page avait été chargé d’écrire aux Églises dans le même but (...)

32Le consistoire délègue deux de ses membres pour recevoir et placer les fonds recueillis tant à Rotterdam que dans d’autres Églises wallonnes32 ou allemandes33, ou qui proviennent d’Églises flamandes34, d’institutions politiques35 ou de particuliers36, en attendant de pouvoir les distribuer37 – ces délégués rendent régulièrement compte de leur gestion38 –, puis détermine leur affectation. Il relance périodiquement ses appels à la générosité, notamment en 170039 :

« Le 7e novembre 1700 – La compagnie a resolu que messieurs Jurieu et Superville prenderoient le soin de faire imprimer les extraits de diverses lettres escrites de Marseille où il est fait mention des maux et nouvelles persecutions qu’on fait\souffrir\à nos confesseurs qui sont sur les galleres de France, afin d’envoyer cet imprimé à toutes les Églises de ses Provinces pour les exciter à la charité envers les dits freres ; et Mrs de Superville et Vanderhoven ont esté priés de conferer avec Mr De Weit [Ludolphus De With], pasteur de l’Église hollandoise, sur ses affaires là.
Le 14e novembre 1700 – La compagnie a remercié Mr Jurieu de la peine qu’il a prise de faire imprimer les extraits des lettres de nos confesseurs qui sont sur les galleres de Marseille, elle l’a aussy prié de vouloir bien ce chargé d’escrire une lettre pour les Églises de ses Provinces afin de les emouvoir à la charité envers nos dits confesseurs » (ACEWR, p. 331-332).

33Il se préoccupe de trouver des intermédiaires pour transmettre l’argent et reste attentif au fait que l’aide distribuée aux galériens peut éventuellement leur valoir des représailles :

« Samedy 30e de juin [1696] – Messieurs les conducteurs de l’Église de Bois le Duc nous ayant ecrit une lettre pour savoir de nous si nonobstant le bruit qui s’est espendus que nos freres les confesseurs et galeriens de Marseille sont depuis peu plus maltraittez que jamais à cause des charitez quy leurs sont envoiez depuis, nous trouverons à propos de faire la collecte que le synode d’Arnhem a recommandez aux Églises de faire pour eux ; et si nous trouverons bien des moiens de les leurs faire tenir ; sur quoy la compagnie a prié monsieur de Superville d’ecrire à nos dits freres du consistoire de Bois le Duc que nous esperons de trouver quelque voix [sic] de leur faire tenir l’argent que les Églises nous envoieront pour eux » (ACEWR, p. 249).

  • 40 Six noms d’esclaves à Alger sont mentionnés en 1692-1693 : Alexandre Bousset (17 août 1692) ; Jacq (...)

34Pour les galériens, l’envoi de fonds est aussi régulier que possible. Quant aux esclaves, le consistoire décide de verser une rançon au cas par cas40. Les registres restent discrets, et même muets, sur le canal par lequel l’aide parvient aux destinataires. On sait juste qu’elle transite par Mme Van Armeyden, l’épouse d’un ancien du consistoire qui doit disposer d’un moyen efficace. On ignore également de quelle façon s’opèrent les tractations permettant de libérer les esclaves. Les seules précisions dont on dispose ont trait à un simple soulagement :

« Le 25e ditto [mars 1703] – Suivant la resolution de cette compagnie du 4e fevrier dernier, il a esté envoyé aux esclaves de Maroc f 85 florins que nous avions de reste des charittés receues pour eux aveq cinq florins de la bourse de la diaconnie pour faire 90 florains, laquelle somme le sieur Jacques de Superville, diacre, a paÿée à Mr Jean Smits Heppendorp, consul de L. H. P. pour la cote de Barbarie, qui c’est bien voullu charger de leur faire toucher ce petit rafraichissemant suivant la quittance que ledit de Superville en a produitte » (ACEWR, p. 369-370).
« Le dimanche 19e ditto [août 1703] – Le sieur Jacques de Superville, diacre, a faict voir à la compagnie par une quittance du capitaine Esaye Barteau et autres captifs retenus à Marocq en datte du 3e juin dernier, commant par le moyen de Mr Jean Smits Heppindorp, consul de L. H. P., ces pauvres esclaves ont bien receu les f 90 florins qui leur ont esté destinés, et ledit de Superville a esté chargé de remercier Mr Heppindorp par lettre de la part de la compagnie pour la bonté qu’il a eue » (ACEWR, p. 372-373).

35Il n’existe qu’un exemple d’un galérien libéré qui se réfugie à Rotterdam et bénéficie des services de la diaconie :

« Dimanche le 16 mars [1704] – Pierre Soulereau qui a esté sur la gallaire La Trionphante parmy le nombre de nos freres confesseurs quy seroient sur icelle à Duynquerque et estand heureusement eschappé il c’est presanté à la compagnie, a demandé q [u]’elle eût la bonté de l’abillé & faire apprandre un meitié pour estre en estat de pouvoir guagner sa vie.
Et sur le rapord que monsieur de Superville, un de nos pasteurs, a fait de l’avoire interrogé et veriffié ce que ledit Soulerou rand raison de nos freres confesseurs sur les gallaires & que cella se trouve conforme aux lettres qu’on en a, mesme que ledit Soulerou est sur la liste, la compangnie accorde sa demande & qu’on prendra l’argent qu’il faudra des deniers qu’on a pour nos freres sur les gallaires » (ACEWR, p. 381).

  • 41 ACEWR, p. 395s.
  • 42 Synode de Leyde, mai 1705, art. xx.

36C’est surtout en 1692-1693 que le consistoire s’efforce de racheter des esclaves – l’un deux semble n’avoir été libéré que cinq ans après le début des tractations le concernant. Il en est à nouveau question en 1705, dans des termes qui traduisent clairement la dimension de témoignage confessionnel des esclaves41. Les Églises sont émues de la constance de ces prisonniers qui pourraient être rachetés et libérés s’ils consentaient à devenir catholiques, comme on le souligne au synode de Leyde au printemps 170542. Leur constance dans l’épreuve fait d’eux des confesseurs, à l’instar des galériens :

« Le dimanche 28e juin 1705 – à la lecture de l’article 20e du susdit synode, la compagnie estant edifiée de la constance des cinq François refugiez captifs à Algers par leur attachement pour nostre religion, voullant contribuer autant qu’il se poura pour le rachapt de ses dingnes confesseurs, elle a prié Mrs nos pasteurs, en faisant leurs visites pour la communion, de faire une colecte pour eux chez ceux des membres de cette Eglize qu’il jugeront le plus en estat d’y contribuer » (ACEWR, p. 400).
« Le dimanche 16e aoust 1705 – La colecte pour les cinq esclaves à Algers ayant esté faitte par Mrs nos pasteurs & anciens suivant l’acte du 20e juin dernier, elle a produit f 188 : 10, que la compagnie a resolu d’envoyer au synode de Naerden par Mrs les deputez audit synode, laissant à leur prudence d’ogmenter la somme des deniers que Mr Jurieu a cy devant remis à nostre diaconie destinez à cet usage, suivant les besoings qu’ils verront qu’il y aura pour le rachapt de ses pauvres esclaves » (ACEWR, p. 403).

37La lecture des articles concernant plus ou moins directement la France dans les registres du consistoire pendant un quart de siècle permet de cons-tater que l’Église wallonne de Rotterdam se sent toujours très concernée par le sort des coreligionnaires restés dans le royaume tout catholique. S’il n’est pas question de « faire de la politique » au consistoire, les enjeux doctrinaux, pastoraux et diaconaux sont si nombreux et si importants que les pasteurs, les anciens et les diacres ne peuvent s’en extraire. C’est là un aspect du Refuge qui mériterait d’être approfondi : être une Église du Refuge, c’est certes retrouver à l’étranger la possibilité de célébrer librement le culte selon sa croyance alors que c’est impossible dans sa patrie ; mais c’est aussi prêter en permanence attention à ce qui se passe dans cette patrie, et tenter d’en adoucir les côtés les plus durs pour ceux qui continuent d’en souffrir. Cet ensemble de représentations fait d’arrachements dûs à l’exil et de solidarités mentales maintenues se retrouve du reste, on le sait, dans l’Avis aux réfugiés de Bayle. À cet égard, sa position n’est peutêtre pas aussi atypique qu’une approche purement intellectuelle de ses propos pourrait le laisser croire. Mais ceci est, comme on dit, une autre histoire.

Notes

1 Voir « L’Affaire Bayle ». La bataille entre Pierre Bayle et Pierre Jurieu devant le consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam. Texte établi et annoté par Hubert Bost. Introduction par Antony McKenna, Saint-Étienne, Institut Claude Longeon, 2006.

2 Le Consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam, 1681-1706. Édition annotée des Actes avec une présentation historique par Hubert Bost, Paris, Champion, 2008 (abrégé en ACEWR). On trouvera dans cette édition les précisions et les références qu’il n’est pas possible de reproduire dans le présent cadre.

3 Synode d’Amersfoort (avril-mai 1698), art. xxxv et xlii.

4 Voir aussi ACEWR, p. 296 (29 juin 1698).

5 Jacques Basnage à Jean-Alphonse Turrettini, 2 juin 1707 (Myriam Silvera (éd.), Jacques Basnage – Corrispondenza di Rotterdam (1685-1709), Amsterdam-Maarssen, APA, 2000, p. 273s).

6 ACEWR, p. 227s.

7 ACEWR, p. 228s.

8 Un épisode comparable se produit à nouveau en 1701 avec le Dieppois Jacques de Geuteville (ACEWR, p. 342).

9 17 septembre 1684, 15, 22 et 29 mai, 5 juin 1695 ; voir aussi la mise en garde des 25 septembre et 1er octobre 1701.

10 On en compte sept : G. A. de Boisclair, prêtre et prédicateur (12 septembre 1688) ; F. et N. Daillier, prêtres, prédicateurs et docteurs en théologie (11 décembre 1689) ; C. Pihouel, prédicateur franciscain (23 mai 1694) ; F. Du Castel de La Motte, bénédictin (28 septembre 1697) ; Ph. Lucas, prêtre, et N. Constentin, tonsuré (29 novembre 1700).

11 Didier Boisson, Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (1631-1760), Paris, Champion, 2009.

12 Voir aussi ACEWR, p. 76 (Geneviève de Large, 31 juillet 1686), 78s (Pierre Prouin, 5 octobre 1686), 102 (Gaspar Antoine de Boisclair, 12 septembre 1688), 107 (François et Noël Daillier, 11 décembre 1689), 112 (Jehanne Du Mesnil, 21 mai 1690 ; Jehan de Mandangers, 2 juillet 1690), 115 (Charles Baners, 20 août 1690), 116 (Pierre Fordeau, Séverine de Pouille, Jean Thomas, Margriett Prevost, Julien Michel, Marie Mathieu et Jean Le Maintien, 22 octobre 1690), 117 (Jehan Calquins, 18 mars 1691 ; François Prune, 1er avril 1691), 118 (François Bertraud, 3 juin 1691), 159 (Gabriel Bonnel dit La Barrière, 14 novembre 1692), 164 (Nicolas Mon Amy, 18 janvier 1693), 167s (Abram Philippe Subtil, 12-21 mars 1693), 181 (Jean Lefebvre, 1er novembre 1693), 202 (Clément Pihouel, 23 mai 1694), 204 (Jean Le Compte, 27 juin 1694), 233 (Jean-Baptiste Pinel, 13 juillet 1695), 266s (le chevalier Du Blancar, 12 mai 1697), 268 (Bertrand Carpentier, 6 juillet 1697), 297 (Pierre Rousseau, 27 juillet 1698), 300 (François Du Castel de La Motte, 28 septembre 1698), 332 (Philippe Lucas, 29 novembre 1700), 361 (Joseph Mollart, 13-20 août 1702), 379s (Claude Paindavoine, 20-27 janvier 1704), 382 (Jacques Delande de Sessy, 20 avril 1704), 384 (Charles Sabourin, 22-29 juin 1704).

13 Voir Hubert bost, « La prédication réformée francophone, XVIIe-XVIIIe siècles, II : La souffrance et l’épreuve : aspects biblique et théologique, philosophique, anthropologique et pastoral », Annuaire EPHE – Section des Sciences religieuses, 114 (2005-2006), p. 342-345.

14 ACEWR, p. 173s (17 mai 1693).

15 ACEWR, p. 208 (24 octobre 1694 : Lettres pastorales de Jurieu), 274 (5 janvier 1698 : Lettres pastorales de Basnage), 293 (25 mai 1698 : Sermons et prieres pour aider à la consolation des fideles de France persecutez de Le Page), 302 (26 octobre 1698 (Les devoirs de l’Église affligée de Superville), 328 et 336 (18 juillet 1700, 23 janvier 1701 : Traité des préjugés faux et légitimes de Basnage).

16 ACEWR, p. 189 et 200 ; synode de Gouda (avril-mai 1694), art. xvii.

17 Voir Françoise Moreil, « Les temples de la principauté d’Orange aux XVIIe et XVIIIe siècles », BSHPF, 152, 2006, p. 457-479.

18 Synode de Zwol (septembre 1698), art. xxxii ; ACEWR, p. 300s.

19 ACEWR, p. 318s (1er novembre 1699), 327 (30 mai 1700).

20 Il s’agit essentiellement des bourgmestres de Rotterdam, mais parfois la demande d’aide monte jusqu’aux états de Hollande : voir ACEWR, p. 106s (2 juillet 1689).

21 Voir ACEWR, p. 65 (18 février 1685) et 262s (17 février 1697).

22 ACEWR, p. 312s (22-28 mars 1699) ; voir aussi p. 329 (15 août 1700).

23 Il est question, le 19 avril 1699, d’une aidée apportée à huit galériens protestants qui se trouvent à Saint-Malo.

24 Voir synode d’Amsterdam (août 1690), art. xxxvii ; synode de Leyde (mai 1691), art. xlii.

25 Cette expression se retrouve plus de 120 fois.

26 Voir Hubert Bost, « La conscience martyre des “Églises sous la croix” au XVIIIe siècle », Revue des sciences humaines 269 (2003), p. 245-268.

27 Voir Robert C. Davis, Esclaves chrétiens, maîtres musulmans, l’esclavage blanc en Méditerranée, 1500-1800, Rodez, Jacqueline Chambon, 2006, dont la synthèse montre l’impossibilité d’évaluer avec précision l’ampleur du phénomène de l’esclavage pratiqué par les barbaresques.

28 Il arrive exceptionnellement que cet argent serve à libérer une protestante détenue en France dans un couvent (ACEWR, p. 160 : 23 novembre 1692).

29 ACEWR, p. 99-100.

30 ACEWR, p. 160 (30 novembre 1692), 169 (21 mars 1693) et 367 (4 février 1703).

31 ACEWR, p. 173 (10 mai 1693).

32 Les comptes du 25 décembre 1698 mentionnent par exemple, outre Rotterdam, Dordrecht, Gouda, Zierikzee, Schiedam, Flessingue, Groningue, Berg-op-Zoom, et l’Église anglaise de Hambourg (ACEWR, p. 308).

33 Il est d’abord question d’Églises dont les trois premières sont très proches de la frontière avec les Provinces-Unies : Wesel, Emmerich, Clèves et Lippstadt (9 mars 1692) ; puis de Berlin et d’autres Églises de Brandebourg (10 janvier 1694 ; 24 juillet 1701), dont on entend reparler ensuite à plusieurs reprises.

34 ACEWR, p. 359 (23 juillet 1702), 370 (22 avril 1703).

35 ACEWR, p. 314 (19 avril 1699).

36 ACEWR, p. 385 (20 juillet 1704 : don d’un particulier de Groningue), 386 (3 août 1704 : legs du pasteur La Sauvagerie).

37 ACEWR, p. 145 (8 juin 1692).

38 Voir par exemple les comptes remis le 25 décembre 1698. Il arrive qu’une présentation de ces comptes soit faite devant le synode, comme au synode de Bois-le-Duc en avril 1701 (art. xl).

39 Dès le début de l’année, le pasteur Le Page avait été chargé d’écrire aux Églises dans le même but (ACEWR, p. 324 : 31 janvier 1700).

40 Six noms d’esclaves à Alger sont mentionnés en 1692-1693 : Alexandre Bousset (17 août 1692) ; Jacques Giraud ou Girard (24 août, 4 octobre 1692, 10 mai 1693) ; Jacques Robert (26 octobre 1692) ; Pierre Jean (2 novembre 1692) ; Pieter Pieters (26 avril 1693, 21 avril 1697) ; Cornelis Janse, (29 novembre 1693). Il est ensuite question du soulagement à apporter à sept esclaves détenus au Maroc, mais Rotterdam ne semble pas prendre en charge les procédures visant à les faire libérer.

41 ACEWR, p. 395s.

42 Synode de Leyde, mai 1705, art. xx.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540