Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

2. Temps, mémoire et absences

Chapitre VIII. Présent de narration et présent perpétuel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La forme canonique de sa narration, qui mène d’un commencement à un dénouement, mais aussi la forme de l’objet – la bande-image, la pellicule – peuvent laisser penser que l’art cinématographique se caractérise par une temporalité tournée vers l’avenir. Mais le futur d’un récit filmique en train de se dérouler n’est jamais extrêmement prospectif. C’est plutôt un futur proche dont le fondu enchaîné (dans l’une des fonctions qui lui a été assignée par l’usage) pourrait être l’emblème : à peine identifié comme avenir du plan que nous quittons, il se déroule déjà comme un présent. De plus, très précisément, le cinéma est un présent de narration. Le « contrat d’illusion » que l’on évoquait à propos de la fiction cinématographique suppose une monopolisation de l’attention et du temps du spectateur. Il le plonge dans l’écoulement imperceptible d’une histoire qui, parce qu’il en est le témoin attentif, rend prééminent le sentiment d’immédiateté. Empruntant les termes de Wolfgang Kayser, on p...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540