Version classiqueVersion mobile

Entre calvinistes et catholiques

 | 
Yves Krumenacker

Quatrième partie. Les protestants français et les Provinces-Unies au XVIIe siècle

La principauté d’Orange

Un carrefour des relations entre France et Provinces-Unies au XVIIe siècle

Françoise Moreil

Texte intégral

  • 1 H. H. Bolhius, « La Hollande et les deux refuges », BSHPF, t. 115, 1969, p. 407-428.
  • 2 Bernard Quilliet, Guillaume le Taciturne, Paris, Fayard, 1994, 654 pages.
  • 3 J. A. H. Bots, G.H.M. Posthumus Meyes, La Révocation de l’édit de Nantes et les Provinces-Unies, c (...)
  • 4 Fred W. Felix, Die Ausweisung der Protestanten aus dem Fürstentum Orange 1703 und 1711-13, Bern, 2 (...)
  • 5 Christophe de Voogd, Histoire des Pays-Bas, Paris, Hatier, 2003, p. 96 ; Catherine Denys, Isabelle(...)

1À partir des années 1530, la principauté d’Orange, petit territoire enclavé entre le royaume de France et les états des papes, appartient à la famille de Nassau et lui permet de porter le titre de famille princière. Durant deux siècles de souveraineté, des liens forts unissent ces terres éloignées et non frontalières1. L’attachement personnel entre la famille des Nassau2 et les Orangeois donne à cette enclave une dimension internationale, certes payée cher en guerres, occupations et émigrations pendant un large XVIIe siècle commençant à la mort de Philippe-Guillaume en 1618, marqué fortement par la Révocation3, et se terminant en 1702 avec celle de Guillaume III qui provoque l’ultime occupation française4. Ces princes occupent, presque tous, la charge de stathouder5 sauf pour la période couvrant les décennies de 1650 à 1674.

  • 6 Simon Schama, L’embarras de richesses, Paris, Gallimard, 1991, p. 20.
  • 7 Claude-France Hollard, Archives des princes, de la principauté, du parlement et du conseil de guer (...)

2Durant tout ce long siècle, des relations se sont nouées entre les uns, Orangeois et les autres, habitants des Provinces-Unies. Qui sont les personnes concernées par ces échanges ? Une approche sociologique permet de présenter les différentes catégories car nombreux sont les voyageurs entre ces deux contrées, les gens de pouvoir comme les princes, gouverneurs et conseillers, les hommes de la parole avec les pasteurs et imprimeurs qui tous pratiquent la même religion calviniste ; au total, une dizaine de pasteurs orangeois se rendent aux Provinces-Unies, des familles entières avec femmes, enfants et domestiques, mais aussi marchands6, militaires ou archivistes7.

La Principauté, une enclave bi-confessionnelle

Les institutions

  • 8 Paul Delsalle, André Ferrer, Les enclaves territoriales aux temps modernes, XVI-XVIIIe siècles, Be (...)
  • 9 Philip Benedict, Guido Marnef, Henk van Nierop, Marc Venard (dir.), Reformation..., op. cit. ; Eug (...)
  • 10 Wilhemus François Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », Commission de l’histoire des églises wallon (...)
  • 11 René Moulinas, article « Orange », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, (...)
  • 12 W. F. Leemans, « Conflits religieux à Orange à l’époque de la réforme », Provence historique, t. 3 (...)

3C’est un petit territoire, environ 250 km2, presque enclavé dans le Comtat Venaissin8 et limitrophe du royaume de France par le Rhône et au sud des états du pape9. Orange, peuplée d’environ 3 000 habitants au XVIe siècle détient tous les pouvoirs10 : la ville possède un siège d’évêché, la résidence du gouverneur qui gère la principauté, un parlement, créé en 1471, une université11 depuis 1365 et un collège réformé fondé par Louis de Nassau en 1573. Des liens économiques existent avec les bourgs voisins de Courthézon, Jonquières et Gigondas. La Réforme s’est implantée très tôt dans une société en mutation où s’est développée une nombreuse classe de marchands, d’artisans et de professions libérales, notaires, médecins, régents12 ; les calvinistes sont une minorité numérique, environ un tiers, mais sociologiquement ils appartiennent aux catégories aisées. Au XVIIIe siècle, la population est passée à environ 10 000 habitants.

  • 13 Christine Feuillas, « Tolérance dans la principauté d’Orange » in Pierre Bolle (dir.), L’édit de N (...)

4Après des décennies de guerres de religion, le prince Philippe-Guillaume octroie un édit qui partage également toutes les institutions entre les deux confessions13. C’est le cas du parlement, du collège, des consulats, des conseils politiques des cités du territoire. Voici le premier article :

  • 14 Archives Communales d’Orange, AA 6/2 – 4.

« Premièrement suivant les édits faits par feu de très heureuse memoire nostre très honnoré seigneur et père et par feu nostre tres cher oncle Louis de Nassau, nous ordonnons que tous nos bons subjects de nostre principauté tant de la religion catholique apostolique romaine que de la religion prétendue reformée de quelque estat et qualité qu’ils soient, seront maintenus et entretenus en mesme esgalité sans exception, conservés et entretenus en l’exercice libre, public, entier et general de leur religion : deffendant tres expressement à toutes personnes de quelque estat, qualité ou condition qu’elles soyent, de les troubler, molester ny inquieter en façon et soubs quelque pretexte que ce soit14. »

  • 15 Léopold Duhamel, Une ambassade au XVIe siècle, Avignon, 1879, p. 3-48.
  • 16 Archives Communales d’Orange, BB 29, f ° 216 et 263.
  • 17 A.C. Orange, BB 29, f ° 356-375.

5Après cette rapide présentation, intéressons-nous à tous ces gens qui se rendent, soit dans la principauté, soit aux Provinces-Unies par un long et difficile voyage qui peut, parfois, durer deux mois et demi à l’aller en passant par Nice, Genève, Bâle, Dillembourg, Cologne, Emden et la mer pour gagner Rotterdam quand les conflits empêchent de prendre une route plus directe15. Deux fois par an, un messager ordinaire quitte Orange en destination du Nord. Cette distance éloignée génère des dépenses importantes comme le montre, en 1631, la facture de 60 écus pour les frais du voyage en Flandres du greffier de La Pise ou encore 1 800 livres en 1632 pour le séjour de deux députés auquel s’ajoute la location de chevaux16. Cet aspect non négligeable est rarement évoqué. Lors du décès du prince en 1647, les représentants de la ville décident d’envoyer deux députés, un pour chaque confession mais finalement un seul, de religion réformée, part, à cause des frais trop élevés pour une telle ambassade, tout en promettant que le prochain sera catholique17. La parité religieuse fonctionne bien.

Les détenteurs du pouvoir

Les princes d’Orange

  • 18 A.C. Orange, BB 26, f ° 202.
  • 19 A.C. Orange, BB 29, f ° 15.
  • 20 A.C. Orange, BB 27, f ° 5.
  • 21 A.C. Orange, BB 29, f ° 357.

6Les habitants de la principauté éprouvent un sentiment fort pour leurs princes comme en témoignent les feux de joie allumés pour l’avènement de Frédéric-Henri en 162518, pour son mariage19, pour la naissance de son fils20, ou encore pour l’arrivée du prince Guillaume II en 164721 et à l’annonce de son décès en 1650 :

  • 22 A.C. Orange, BB 30, f ° 32.

« le premier consul a remontré la larme à l’œil à ce conseil que Dieu ayant voulu retirer Monseigneur Guillaume de Nassau nostre souverain prince au grand regret de tout le monde et particulièrement de ces estats auquel il avoit departi tant de grace et tesmoigné tant de bonté [...] grande et irréparable perte quy tiroit des sanglots des cœurs les plus endurcis et rendant au posthume qui est dans le ventre de Madame la Princesse Royale sa veuve et à elle tous les devoirs de fidelité et obéissance que doibvent les vrays subjects à leur prince légitime et lui prester le serment en tel cas requis22 ».

  • 23 A.C. Orange, BB 30, f ° 33.
  • 24 Bibliothèque Ceccano d’Avignon, ms. 5333, f ° 58v ; inventaire après décès en 1613 de Jacques de V (...)
  • 25 A.C. Orange, BB 26, f ° 108.
  • 26 J. J. Poelhekke, Frederik Hendrik, Prins van Oranje, Schriks, 1978, p. 68-70.
  • 27 J. J. Poelhekke, « Het bezoek van Frederik Hendrik aan oranje en Avignon », Mededelingen van het N (...)
  • 28 A.C. Orange, BB 25, f ° 205v.
  • 29 A.C. Courthézon, GG 16, f ° 76-79.

7Quand la naissance de l’enfant posthume est annoncée23, ils ordonnent le feu de joie « le plus solennel et splendide qui se pourra » dont le montant doit être équivalent à celui allumé pour son père en 1626. Un certain attachement, peut-être protocolaire, apparaît avec les représentations des princes comme ces deux rares mentions le laissent deviner ; dans la salle principale d’un ancien consul, sont visibles les « armoiries des princes de papier collées sur du boys24 ». En 1623, le conseil de ville demande au gouverneur le portrait du prince Maurice « pour le tenir dans ceste maison de ville25 ». Cette annotation laisse supposer que c’est une coutume habituelle. Les Orangeois ont l’occasion, rare, de voir leur prince. En 1619 le prince Frédéric-Henri26 se rend dans la principauté, envoyé par Maurice, son aîné27. C’est la première fois depuis les séjours de Philippe-Guillaume et la dernière pour un Nassau. Les préparatifs de la visite princière constituent l’unique sujet de la réunion du conseil, tenu le 13 juillet, au cours duquel la ville décide d’organiser une entrée « la plus honorable que faire se pourra, comme estant prince de la maison de Nassau, frère de Son Excellence » et de lui offrir une somme de trois mille livres, lors de son arrivée le 27 juillet ; en outre, des meubles et du linge ont été préparés « pour assurer la meilleure commodité que faire se pourra28 ». Un bal donné en l’honneur du prince provoque à Courthézon les foudres du ministre de La Croze ainsi que celles du consistoire car certaines de ses fidèles ont franchi l’interdit de la danse en se rendant à ces réjouissances29.

  • 30 Archives départementales de Vaucluse (A.D.V.), 3 E 51/446, f ° 664 et 3 E 53/66, f ° 567.
  • 31 A.D.V., 3 E 51/429, f ° 404.
  • 32 A.D.V., 3 E 51/356, f ° 441.

8Tous les actes sont datés du nom du prince régnant dans les registres des notaires ; par exemple, la formule de datation est modifiée avec la réapparition du nom de Guillaume, l’ennemi de Louis XIV, accompagné de son titre de roi de Grande-Bretagne, le 12 novembre 1697 chez les notaires Geyle et Thomas30, le 17 novembre pour Félix31 et le 17 décembre avec Jaubert32.

Les gouverneurs de la famille de Dohna33

  • 33 Orthographe variable selon les siècles : Dona en Français, Dhona au XVIIe siècle et Dohna au XVIII(...)
  • 34 Heinrich Borkowski, Les mémoires du burgrave et comte Frédéric de Dohna, Königsberg, Teichert, 189 (...)

9Trois membres de cette famille exercent les fonctions de gouverneur de la principauté ; Christophe, burgrave et baron de Dohna pour les années 1630-1637 ; il est le propre beau-frère du prince car sa femme Ursule de Solms est la sœur de la princesse Amélie, épouse du prince Frédéric-Henri ; elle-même lui succède après son décès en 1637 jusqu’en 1649, année où leur fils Frédéric prend en charge les destinées de la principauté jusqu’en 1660. La même famille gère la principauté pendant trois décennies34. Certes, ils sont d’origine germanique mais le choix d’un gouverneur dans le premier cercle familial du prince montre l’importance accordée à ce territoire par les Nassau.

  • 35 Albert Waddington, « Une intrigue secrète sous Louis XIII, visées de Richelieu sur la principauté (...)
  • 36 A.C. Orange, BB 27, f ° 175.
  • 37 A.C. Orange, BB 27, f ° 211.
  • 38 Siegmar comte de Dohna, Les comtes Dona à Orange de 1630 à 1660, traduit de l’allemand par Louis B (...)
  • 39 A.C. Orange, BB 27, f ° 205, 1er juin 1631.

10Le burgrave de Dohna est choisi par son beau-frère pour exercer la charge de gouverneur en 1630 afin d’effacer le sombre et lamentable complot fomenté par le précédent gouverneur hollandais Jean de Hertoge, sieur de Valkembourg, en association avec le royaume voisin35. Le rôle du nouveau responsable est donc de rétablir l’ordre dans ce territoire. Après une rencontre avec Richelieu à Lyon, il arrive le 14 octobre à Orange où il est accueilli par le parlement et la ville qui lui fait présent d’un cheval d’une valeur de 400 livres36. Son épouse Ursule, arrivée en juin 1631, reçoit en cadeau de la part de la ville 100 pistoles d’argent37 ; d’ailleurs chaque année, le gouverneur touche un don gratuit de 150 livres. L’œuvre du burgrave est positive dans tous les domaines : il complète le parlement de membres supplémentaires ; il noue des liens avec la noblesse locale et le vice-légat voisin38 ; il s’occupe du collège ; la tentative d’attirer un libraire par le conseil de ville ayant échoué39, en 1633, il réussit à installer dans sa résidence un imprimeur-libraire venu de Genève, Étienne Voisin, qui publie un premier livre dès l’année suivante, Traicté de la vraye joie.

  • 40 Martial Millet, Notice sur les imprimeurs d’Orange, Valence, 1877, p. 12-18.
  • 41 A.C. Orange, GG 38, f ° 229 et 243.
  • 42 W. F. Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », op. cit., p. 26.
  • 43 A. C. Orange, GG 39, f ° 276.

11Jusqu’en 1645, sept livres sortent de ses presses40. Le burgrave a même écrit un ouvrage religieux, intitulé Saintes méditations et explications sur le cantique des cantiques du roy Salomon, imprimé d’abord en allemand dont la traduction française, assurée par son aumônier André Kreguelius, est imprimée par Voisin. Parmi les douze enfants nés de l’union avec Ursule de Solms, les derniers ont vu le jour dans la principauté41 : en avril 1632, Théodore-Auriacus, soit « d’Orange », pour honorer les sujets dont le parrain est le fidèle lieutenant Van Santen qui accompagne le burgrave dans la principauté et la marraine, madame de Caritat de Condorcet42, est baptisé par le pasteur orangeois Sylvius ; l’année suivante, en avril, naît Élisabeth-Louise ; en octobre 1636, Heinrich, dont le parrain est Christophe Delficus et la marraine Amélie de Dohna, ses frère et sœur43.

  • 44 Françoise Moreil, « Les temples protestants de la principauté d’Orange sous l’ancien régime », col (...)
  • 45 Comte de Pontbriand, op. cit., p. 198.

12Le gouverneur achète pour la somme de 771 livres 15 sols un terrain dont il fait don à l’église réformée pour construire le grand temple44. Il a pu assister au premier prêche le 23 mars 163645. L’année suivante, son décès est relaté dans plusieurs documents dont le registre réformé des sépultures où un long paragraphe lui est consacré :

  • 46 A.C. Orange, GG 46, f ° 39.

« Le mercredi 1er juillet 1637 messire Christophe viscomte et baron de Dhona gouverneur de ceste principauté est décédé de maladie, a este ensepvely le vendredi troisième dudit mois a huict heures du matin, ayant este mis dans le grand temple neuf a coste droit de la porte du couchant et a la forme et maniere de ceux de la religion resformee et avec la pompe requise a sa qualite46. »

  • 47 A.C. Orange, BB 28, f ° 186.
  • 48 A.D.V., 3 E 50/226.
  • 49 Eugène Arnaud, op. cit., p. 281.
  • 50 Antoine Yrondelle, « Le tombeau de Christophe de Dohna », Revue du midi, juin 1910, t. 43, p. 347- (...)
  • 51 Gilbert Gaillard publie en 1641 à Genève un panégyrique du prince d’Orange : Le tableau du très ha (...)

13Le conseil de ville témoigne également du « desplaisir que nous avons receu à la mort de Monsieur le baron47 ». Le même sentiment de tristesse se lit sur la première page d’un registre du notaire Dubois : « Messire Christophe de Donnat gouverneur et lieutenant general de son altesse est decede à six heure du matin, regretté de tous a cause de sa probite integrite a este enseveli dans le grand temple avec beaucoup de solempnite48. » C’est dans ce temple bâti par sa volonté qu’il est enterré, à cinquante-trois ans, dans un magnifique monument selon la volonté de son épouse49. La pierre tombale a été retrouvée au début du XXe siècle avec sa très louangeuse inscription rédigée par le pasteur Pineton de Chambrun50. En 1685 les Orangeois ont réussi, malgré les soldats français, à la desceller et à la cacher dans une cave où elle est restée pendant plus de deux cents ans en souvenir de cet homme qui fut un dirigeant attentif et aimé de ses administrés51. Le bilan très positif de ces sept années explique que sa femme lui succède.

  • 52 Archives de la Maison royale des Pays-Bas, C1/168.
  • 53 A.C. Orange, BB 29, f ° 282, 18 février 1646.
  • 54 A.D.V., 3 E 51/170, f ° 191v, en mars 1652 pour l’achat de foin, f ° 357 en avril 1653 pour la ven (...)

14Sa femme Ursule est nommée gouvernante à la mort de son époux, de 1637 jusqu’en 1649. La principauté bénéficie encore de douze années calmes. Certes la gouvernante est souvent absente mais le fidèle Van Santen, présent depuis son arrivée avec le burgrave, la remplace et reçoit les serments de fidélité des vassaux, du parlement et des officiers52. Le conseil de ville le gratifie de vaisselle d’argent d’une valeur de 800 livres pour avoir été présent 16 ans comme lieutenant dans la principauté53. Il demeure en fonctions lorsque le fils succède à la mère et signe des actes chez les notaires54.

  • 55 Heinrich Borkowski (éd.), Mémoires du burgrave et comte Frédéric de Dohna, Königsberg, B. Teichert (...)
  • 56 Ibid., p. 115.
  • 57 Ibid., p. 140.

15Ensuite en 1649, Ursule de Solms obtient de son neveu, le prince Guillaume, que le nouveau gouverneur soit son fils Frédéric ; il assume ces fonctions jusqu’en 1660. Il a laissé une relation de son action55. Son témoignage se révèle intéressant sur « cet État, sujet à des grandes révolutions et composé d’un peuple très remuant », tandis que lui-même se décerne toutes les qualités : « un homme patient qui sut résoudre sans déchirer, gagner du temps, le ramener de ses égarements par des voies douces et le faire plutôt aimer que craindre56 ». Après dix ans de gestion, son jugement sur les habitants devient très sévère : « un peuple inconstant et volage, sujet à d’étranges emportements, gâté par des privilèges sans borne57 ».

  • 58 Wivine Van Rijssen-Zwart, La contestation politique de la principauté d’Orange pendant la période (...)
  • 59 W.F. Leemans, op. cit., p. 390-392 : le père a servi en tant que cornet de la compagnie des gendar (...)
  • 60 Son rôle est considéré de façon très négative par Pontbriand, p. 199 : « présomptueux, infatué, va (...)

16En effet les difficultés surgissent à la mort de Guillaume II car son fils, Guillaume III, est un enfant posthume ; sa mère Marie Stuart, fille du roi d’Angleterre Charles Ier, et sa grand-mère paternelle, Amélie de Solms, se disputent la tutelle de l’enfant et de la principauté. Quant à la principauté, le comte de Dohna doit attendre l’accord commun des trois princesses ; la troisième est la fille de Frédéric-Henri et l’épouse de l’électeur du Brandebourg. Cette difficile succession se déroule pendant le contexte français de la Fronde. Plusieurs lignes de partage se superposent avec une opposition dans laquelle la principauté se trouve divisée en deux camps où politique et religion sont inextricablement mêlées58. La princesse royale obtient l’appui de la famille Sylvius et de Beauregard, pourtant réformés, qui montent un complot dans le but de reconnaître uniquement la princesse royale comme seule régente de la principauté, sous protectorat du roi de France. Ce camp semble plutôt favorable aux catholiques car Marie Stuart est la fille de Marie-Henriette, fille d’Henri IV et de Marie de Médicis. De l’autre côté, Frédéric de Dohna soutient sa tante Amélie, la princesse douairière, avec l’appui de Chièze, catholique et capitaine des gardes de Dohna59. Durant cette période dramatique un très grand nombre d’échanges dans tous les domaines (lettres, argent, individus) se produit entre les deux pays. La situation s’envenime jusqu’à la menace de siège par le roi de France en mars 1660. Finalement, le gouverneur cède et se rend sans combattre, ce qui lui est vivement reproché60 et, pour se justifier, il publie ses mémoires. Il est soupçonné de s’être fait acheter par Louis XIV et d’avoir ainsi livré au roi de France l’imposante citadelle édifiée par le prince Maurice, craignant qu’elle ne serve de base de résistance aux réformés français du Languedoc et du Dauphiné. Louis XIV en profite pour occuper la principauté de 1660 à 1665.

  • 61 A.C. Courthézon, GG 3, f ° 143.
  • 62 Comte de Pontbriand, op. cit., p. 192-193.
  • 63 A.C. Orange, GG 38, f ° 61v.
  • 64 A.C. Orange, GG 38, f ° 63.
  • 65 Comte de Pontbriand, op. cit., p. 181.

17Quant aux conseillers, deux cas de figure se présentent : soit l’arrivée d’envoyés spéciaux du prince venus des Provinces-Unies pour chasser, en vain, le gouverneur Valkembourg comme Verdoës et Montens en 1629 qui meurt de la peste à Courthézon où il est enseveli dans la chapelle Sainte-Marie de l’église61. Ce conseiller, qualifié de « legatus » par la plume du curé était donc de religion catholique. Après cet échec, Fréderic-Henri choisit Knuigt qui fut plus habile dans sa mission62. Auparavant, en 1618 lors du baptême réformé d’Olympe de Langes, son parrain est un personnage hollandais, Gaspard van Vosberghen, « chevalier et conseiller au grand conseil de Hollande commissaire député par son Excellence pour l’establissement des affaires de la principauté d’Orange63 ». Il est aussi sollicité pour être le parrain du fils de Joseph de La Pise64 car Gaspard van Vosberghen est venu pour dresser un rapport au prince Maurice dans le but de renvoyer le gouverneur Croezer65. La liste des représentants des princes ne peut être exhaustive dans cette étude.

  • 66 Meindert Evers, Gabriel de Convenent, avoué de la « glorieuse rentrée des Vaudois », Genève, Droz, (...)

18Par contre, un autre exemple rare est le choix d’un Orangeois comme représentant des Provinces-Unies avec Gabriel de Convenent. Réfugié en 1685 à La Haye, il est envoyé, en juillet 1688, en tant que commissaire de la république des Provinces-Unies pour s’occuper des Vaudois réfugiés en Suisse66 ; sa correspondance rédigée en français couvre un peu plus de deux ans de négociations ; il a été vraisemblablement choisi grâce à l’influence de son oncle Pineton de Chambrun, devenu chapelain de la reine Marie.

Les hommes de l’écrit et de l’oral

19Certains pasteurs de la principauté ont des liens privilégiés, soit par leurs voyages, soit en devenant titulaires d’églises aux Provinces-Unies.

  • 67 A. C. Orange, GG 38, f ° 42-74.
  • 68 Jean Sambuc, « Documents sur le Dauphiné au XVIIe siècle », BSHPF, 1995, t. 141, p. 383.
  • 69 J. J. Poelhekke, Frederik Hendrik, Prins van Oranje, Schriks, 1978, p. 229.
  • 70 A. D. Vaucluse, 3 E 51/44, f ° 767v.
  • 71 Fréderic Spanheim, Commentaire historique de la Vie de Christophe de Dohna, Genève, Jacques Chouet (...)
  • 72 Robert Vareilles, L’itinéraire pastoral ou les controverses de Jean d’Espagne, La Rochelle, La Rum (...)

20Jean d’Espagne, après des études de théologie à l’académie de Die, arrive dans sa première paroisse à La Grave en 1612, puis en 1614 à Orange ; malheureusement, pour cette période n’existent plus que les registres de baptêmes où figure presque toujours le nom du pasteur officiant ; entre mai 1617 et mai 1619 soit environ quatre-vingts baptêmes ont été célébrés par Jean d’Espagne qui a été choisi comme parrain trois fois pour des garçons prénommés Jean67. En 1617 il participe au synode du Dauphiné tenu à Nyons68. Après 1620 il n’est plus présent car il est nommé ministre de l’église wallonne de La Haye en février. Ce départ est accepté pour trois ans par le synode69. C’est le premier pasteur d’Orange à prendre ainsi la route des Provinces-Unies. Pourquoi lui ? Quels sont les liens qui ont permis cette nomination ? Le 8 septembre 1620 il signe une procuration à Antoine Reynaud, marchand, pour régler ses affaires et notamment en tant qu’héritier de feue Colette de Picques, veuve de Guillaume de Guillermot, seigneur d’Establière, « estant sur la veille de son despart pour aller demeurer en Flandre vers Monseigneur le Prince d’Orange70 ». En 1624, il est de retour à Orange où il baptise le 13 sep-tembre avec ce titre recopié sur la page. En 1637 il est encore présent car les trois ministres orangeois David Sylvius, Pineton de Chambrun et Veilheux se relaient au chevet du burgrave de Dohna, agonisant : « Mon-sieur d’Espagne vint l’entretenir l’après-dîner et continua à lui fournir cette sainte pâture qu’il recevait avec tant d’avidité, sans avoir esgard ni à son estat ni à ses faiblesses ni aux prières des siens qui eussent désiré qu’il se ménagea davantage71. » il avait certainement rencontré le burgrave à La Haye quand il était en fonction. Jean d’Espagne avait gardé des liens avec cette terre méridionale où il s’arrête sur la route de ses voyages européens72.

Jean de Labadie

  • 73 Eugène Arnaud, op. cit., p. 293-294.
  • 74 Prevost (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, 1994, t. 18, p. 1294-1295 ; Jules Haa (...)
  • 75 Bibliothèque Ceccano, Avignon, Raban, 1658, 229 pages.
  • 76 Pierre Bolle, Les protestans dauphinois et la république des synodes à la veille de la Révocation,(...)
  • 77 Daniel Vidal, Jean de Labadie, Passion mystique et esprit de réforme, Grenoble, Jérôme Millon, 200 (...)
  • 78 A. C. O., GG 39, f ° 385, 394, 399, 401.

21Dans son parcours en France, après des études chez les jésuites bordelais, la prêtrise en 1636, l’abjuration en 1650, le pastorat en 1652 à Montauban et la direction de l’Académie réformée, il arrive à Orange en octobre 1657 où il demeure jusqu’en juin 1659 quand le pape « mit tout en œuvre pour le faire partir73 » ; prévoyant l’occupation prochaine de la principauté, il gagne Genève et il laisse à ses paroissiens, le dimanche 22 juin 1659, un texte lu en chaire suivi d’une lettre des anciens à laquelle Labadie répondit : « Lettre d’adieu de Monsieur de Labbadie, pasteur se retirant de l’Église d’Orange avec les réponses et les répliques qui les ont suivies74. » Durant son court séjour orangeois, il a trouvé le temps de publier deux textes, d’abord une préface de onze pages à une édition de la Discipline rédigée par Pierre Catalon75. Cet ouvrage, dédié à Fréderic de Dohna, a été commandé par le synode du Dauphiné de Montélimar76. Après l’examen du livre par une commission synodale composée de trois hommes, Daniel Bec, pasteur de Valdrôme, Guyon, pasteur de Dieulefit, Piffard Des Sagnes, pasteur de Saillans, favorables à l’impression, l’église d’Orange reçoit l’autorisation pour l’imprimatur et afin de payer les frais, chaque église doit verser une somme de deux livres en échange desquelles elle obtient un exemplaire relié de Raban, l’imprimeur installé à Orange. Le deuxième ouvrage, imprimé à Orange durant son court séjour, s’intitule Les saintes décades des quatrains de piété chrestienne touchant la connaissance de Dieu, son honneur, son amour et l’union de l’âme à luy I° partie. Dans la préface, datée de 1658 et dédicacée à la comtesse de Dohna, Labadie mentionne que « ce livre a été conçu et enfanté dans sa chambre », pendant leur entretien avant la Cène de septembre77. En 1680, une deuxième édition de cet ouvrage comportant cette fois plus de 250 pages est imprimée à Amsterdam, « chez la veuve de Joseph Bruyning sur le coin de la Bourse » ; il s’agit du même texte que la version orangeoise. La couverture se présente différemment par la taille des titres et, bien sûr, sans la dédicace. Pendant son séjour, il est le parrain de trois garçons prénommés Jean et d’une fille qui ne semble pas appartenir à l’élite, Jean Dufaux, né le 16 octobre 1657, Olympe Bonnet le 26 mai 1658, Jean Dussendre le 1er octobre 1658 et le 5 décembre 1658, Jean Charles Crespin78. On peut considérer cet homme comme un passeur entre tous les pays où il a séjourné au cours de sa vie mouvementée.

Olivier de Raffelis

  • 79 W. F. Leemans, « Orangeois aux Pays-bas », op. cit., p. 77-78.
  • 80 A. D. V., 3 E 51/246, f ° 216-220.
  • 81 J. M. Sernée, Het geschil over het Prinsdom Oranje in de jaren 1650-1660, Amsterdam, 1916, p. 30-3 (...)

22Son père Jean, originaire de Carpentras, arrive en 1562 à Orange où il s’est converti et se marie avec Judith, fille de Pierre de Chabert, viguier et consul ; ensuite naît une fille, Madeleine, qui est la première femme du pasteur Jacques de Pineton de Chambrun, donc la sœur d’Olivier. Une autre fille se marie avec Marc de Saunier et leurs enfants naissent aux Provinces-Unies ; parmi les fils, Jean, après avoir été soldat en Hollande, devient premier consul à Orange en 1626 ; puis Paul seigneur de l’Argentière, viguier d’Orange en 1638 ; Olivier, né à Orange en 1590, exerce d’abord comme ministre à Nyons de 1625 à 1630 ; il devient pasteur de l’église française de La Haye en 1632 et en même temps chapelain du prince Frédéric-Henri jusqu’en 1645 ; des trois enfants nés à La Haye79 ne survit que Judith ; revenu à Orange en 1646, il signe procuration pour son frère Paul avec le titre de « fidèle ministre du Saint-Evangile en l’eglise française réfformée de la Haye en Hollande80. » C’est le premier Orangeois à avoir occupé une telle charge auprès de son prince. Malheureusement pour lui, il prend part au conflit entre les princesses, ce qui lui vaut d’être emprisonné par le gouverneur lors d’une mission en 1651 dans la principauté ; il est libéré grâce à l’arrivée de Gabriel Sylvius, secrétaire de la princesse Marie81.

Les frères Piélat

  • 82 A. D. V., 3 E 51/246, f ° 7-17, inventaire de ses biens.
  • 83 D. F. Poujol, Histoire et influence des Églises wallonnes dans les Pays-bas, 1902, Paris, Fischbac (...)
  • 84 Hubert Bost, cf. sa communication dans ce volume, et « L’affaire Bayle » La bataille entre Pierre (...)
  • 85 Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, p. 164-165, 302, 308, 312, 344, 362, 380, 433, 577 (...)
  • 86 A. D. V., 3 E 51/471, f ° 114 et f ° 296.

23L’Orangeoise Magdeleine Agnel épouse Jacques Piélat, ministre de Condorcet82 ; le couple donne naissance à deux garçons, Barthélémy et Phinéas. Le premier part étudier la théologie à Genève en 1659 et devient pasteur de Meaux ; il émigre d’abord à Londres, puis en Hollande en 1672 où il meurt en 1681, après avoir publié de nombreux ouvrages. Phinéas, lui, suit un parcours identique à son aîné, par Genève en 1665, ensuite il poursuit sa carrière pastorale en France à Lagorce et Villeneuve de Berg d’où il est obligé de partir en 1672 car il est considéré comme non-français puisque né dans la principauté83. Il rejoint alors son frère et devient pasteur de l’église wallonne de Rotterdam de 1673 jusqu’en 1700, année de son décès84. Parmi les autres pasteurs de cette église, se trouvent Pierre du Bosc mais aussi Pierre Jurieu et Pierre Bayle ; dans le conflit entre les deux derniers, l’Orangeois apporte un « discret mais fidèle soutien au sein du consistoire pour Bayle », selon son biographe85. La Lettre écrite à M. Piélat, pasteur de l’église wallonne de Rotterdam, par les pasteurs de la principauté d’Orange, en suite de leur élargissement et de leur retour à leur église après douze ans et un mois de prison est ajoutée à l’édition de 1854 de l’ouvrage de Pineton de Chambrun. Le nom de Phinéas Piélat revient deux fois dans les actes notariés orangeois quand Charles Petit signe le 3 mai 1700 comme représentant de son cousin pour ses biens et le 17 octobre 1701 pour l’héritage des biens de Phinéas, décédé, à son fils François-Christophe avocat à la cour de Hollande86. Deux de ses fils embrassent aussi le ministère, l’un à Londres et l’autre à La Haye, où il baptise le prince Guillaume V en 1748.

Jacques Pineton de Chambrun

  • 87 A. C. Orange, GG 35, f ° 268.
  • 88 Constantin Huygens, De briefwisseling (1608-1687), uitgeg. door J. A. Worp, Rijksgeschiedkundige p (...)
  • 89 W. F. Leemans, op. cit., p. 28.
  • 90 Cf. la communication d’Amanda Eurich.

24Né à Orange en 163587, ce fils et petit-fils de pasteurs nîmois épouse en 1662 Louise de Perrotet de Chanavon ; après des études à Die et à Saumur, il vient dès 1655 seconder son père tout en enseignant aussi la théologie à l’Académie d’Orange. La venue du conseiller Huygens en 1665 permet à ces deux hommes de se rencontrer enfin, après avoir échangé une longue correspondance88. En 1683, le pasteur s’est rendu auprès du prince89. Lors de l’occupation de 1685, il est gardé par les soldats français et emmené jusqu’à Valence ; ce n’est qu’en 1686 qu’il réussit à s’enfuir à Genève où sa femme le rejoint. De là, ils gagnent la Hollande où il publie son fameux récit Les larmes qui connaît de nombreuses rééditions90. La princesse Marie le nomme chapelain personnel et l’emmène en Angleterre où il décède en 1689. Sa femme rentre d’abord en Hollande puis dans la principauté après 1697.

Jacques Chion

  • 91 A.C. Orange, GG 40, f ° 148.
  • 92 W. F. Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », op. cit., p. 70.
  • 93 « Lettre des pasteurs wallons de 1686 et remerciements des pasteurs d’Orange emprisonnés », BSHPF,(...)
  • 94 Eugène Arnaud, op. cit., t. II, p. 350-355.
  • 95 A.D.V., 3 E 51/472, f ° 674, le 10/4/1703, par exemple.

25Ce fils de pasteur, né en 1675 à Orange91, se réfugie aux Provinces-Unies en 1685 où il est inscrit à l’université de Leyde en 1689 en lettres et en 1697 comme étudiant en théologie92 ; c’est le seul cas parmi tous ces Orangeois, plus tournés vers Die ou surtout Genève pour les études de théologie. Il est pris en charge par les pasteurs wallons durant cette période : « Nous sommes sensibles aux bienfaits que M. Chion notre compagnon de souffrance a reçu de votre assemblée en la personne de son fils aîné [...] vous consolerez un père affligé de se voir hors d’état de donner ses soins à son enfant93. » Après le décès de son père, il est demandé par les Orangeois pour le remplacer94. Il signe de nombreux actes notariés comme procureur de sa mère, veuve95. En 1703, il quitte la principauté pour la Suisse avec ses compatriotes ; puis il est envoyé pour chercher de l’aide auprès des autorités hollandaises. En 1704 il exerce en tant que ministre des nobles et en 1710 comme titulaire de l’église wallonne où il meurt à La Haye en 1749.

Jean Convenent

  • 96 A.C. Orange, GG 39, f ° 55.
  • 97 Jacques Pineton de Chambrun, Les larmes..., 1854, p. 139. Où sont passées ces lettres ? Rien dans (...)

26Le frère de Gabriel, né en 1665 à Orange96, suit en 1685 son oncle Pineton de Chambrun durant son pénible voyage vers les geôles de l’évêque de Valence où l’envoie le comte de Tessé, chef des soldats de Louis XIV occupant la principauté : « Je passai la première nuit à dicter à mon neveu Jean Convenent des dépêches pour la Hollande et pour Paris97. » En 1690, il se trouve aux Provinces-Unies où il demeure jusqu’à son retour en 1700 ; il porte fièrement alors son titre de « ministre de la parole de Dieu pour Sa Majesté britannique en cette principauté », c’est-à-dire de Guillaume d’Orange, en tant que pasteur de la garnison.

Les imprimeurs

  • 98 Robert Bailly, « Un voyage de Joseph de La Pise en Hollande au XVIIe siècle », Bulletin des Amis d (...)
  • 99 Martial Millet, op. cit., p. 12.
  • 100 A.C. Orange, BB 25, f ° 15 et 48.
  • 101 A.D.V., 3 E 51/441, f ° 70 v, 22/3/1687.
  • 102 Martial Millet, op. cit., p. 19-43.

27Deux situations se présentent : aux Provinces-Unies avec Joseph de La Pise qui fait imprimer son grand ouvrage, Tableau de l’histoire des princes et principauté d’Orange à La Haye en 1638 chez Théodore Maire ; l’auteur séjourne pendant trois ans pour préparer l’édition98. Rappelons aussi l’impression de l’ouvrage de Pineton de Chambrun à la fin du XVIIe siècle. Voyons à présent le deuxième cas avec les imprimeurs de la principauté où leur présence est étroitement liée à l’introduction de la Réforme ; mais c’est seulement en 1633 que s’installe définitivement le premier imprimeur attiré par Christophe de Dohna. Les précédents, Sébastien Jacqui, invité par Jean de Serres99 et Jean Gillet de Montpellier qui n’est pas resté car « il n’a treuve aucune besogne en ceste ville [...] n’y a moyen de gagner sa vie100 » semblent n’avoir rien publié. Les Orangeois doivent au gouverneur Dohna la présence continue de l’imprimeur Voisin à qui succède Raban. C’est un bel exemple de transfert culturel qui est donné avec édouard Raban, actif imprimeur qui s’installe en 1646 dans la principauté après avoir travaillé en écosse, à Genève et à Grenoble ; âgé de 70 ans, il dicte, en 1687, son testament où il indique être né à Leyde ; cet homme du Nord a passé quatre décennies dans la principauté, logé dans « la chambre haute de Son Altesse pour y faire l’imprimerie101 ». Sa production, riche d’une cinquantaine de titres, comporte toutes sortes d’ouvrages, surtout pour la défense des Réformés102.

  • 103 A.C. Orange, BB 30, f ° 60 où il demande 600 livres pour les frais de son déménagement depuis la H (...)
  • 104 J. J. Haag, t. 9, p. 289-291.

28À ce groupe d’hommes de l’écrit, peut être ajouté Samuel Sorbières, choisi pour exercer la fonction de principal du collège, qui arrive en 1650 de Hollande103 ; durant son séjour orangeois, il publie à Leyde une traduction de la Politique de Hobbes104.

Les autres catégories : les militaires, les familles et les inconnus

  • 105 A.C. Orange, BB 26, f ° 24 et 253.
  • 106 Eugène Arnaud, op. cit., p. 301.
  • 107 A.C. Orange, GG 45, f ° 92.
  • 108 W.F. Leemans, La noblesse de la principauté d’Orange, op. cit., p., 210.

29Parmi les gens de guerre, le premier ingénieur venu de Hollande est Shervouters qui a transformé le château en une des plus impressionnantes places fortes du temps et qui, en 1626, reçoit 50 pistoles de la ville105. Le commandant du château qui le défendit héroïquement lors de la deuxième occupation française de 1673 est Jean Henry de Berckoffer qui a épousé Françoise, fille du pasteur orangeois Charles de Veilheux106. Un fils, Charles, né en 1657, entré dans la carrière militaire, revient dans la principauté en tant que major d’infanterie en 1698 ; sa propre fille, née à Orange, a pour parrain Louis de Drevon, conseiller au Parlement et pour marraine la femme de ce dernier et sœur du père, Henriette de Berckoffer, elle-même née en 1673 à Orange107. Leur fils, Fréderic de Drevon, devient lieutenant-colonel des états-Généraux des Provinces-Unies où il finit sa carrière comme général-major et décède en 1780 à La Haye108. Ces trois générations ont noué des liens solides avec les protestants orangeois ; ils sont quasiment des bi-nationaux selon les critères actuels.

  • 109 A.D.V., 3 E 51/134, f ° 75.
  • 110 A.C. Orange, GG 38, f ° 216 et GG 46, f ° 29.
  • 111 A.D.V., 3 E 51/170, f ° 178.
  • 112 A.D.V., 3 E 51/284, f ° 111.
  • 113 A.D.V., 3 E 51/134, f ° 409.
  • 114 A.C. Orange, GG 39, f ° 345.
  • 115 A.C. Orange, GG 39, f ° 384 ; décède en février 1662 (f ° 123) GG 46.
  • 116 A.C. Orange, GG 46, f ° 289.
  • 117 A.C. Orange, GG 39, f ° 395.
  • 118 Sylvaine Tondella, Orange au XVIIe siècle, aspects des demeures nobles et bourgeoises, mémoire de (...)
  • 119 A.D.V., 3 E 51/170, f ° 240, 349, 359.
  • 120 A.D.V., 3 E 51/374, f ° 15.
  • 121 A.C. Orange, GG 39, f ° 395. Le nom du père est orthographié « Escaut » qui devait être la prononc (...)
  • 122 A.C. Orange, GG 46, f ° 213.
  • 123 A.D.V., 3 E 51/375, f ° 486.
  • 124 A.C. Orange, GG 45, f ° 49.
  • 125 A.C. Orange, GG 40, f ° 45.
  • 126 A.C. Orange, GG 40, f ° 112.
  • 127 A.C. Orange, GG 40, f ° 272 et GG 46, f ° 391 sous le nom de « Marin Duvert ».
  • 128 A.C. Orange, GG 40, f ° 209.
  • 129 A.C. Courthézon, GG 15, f ° 121v.
  • 130 La plus importante est celle de Judith Sauzin avec 15 000 livres (A.D.V., 3 E 51/447, f ° 595).
  • 131 A.D.V., 3 E 51/374, f ° 15.
  • 132 Françoise Moreil, « Une arrivée retardée, les Orangeois à Berlin en 1704 », Guido Braun, Suzanne L (...)

30D’autres familles s’installent dans la principauté à la faveur de nominations. François de Weert, natif de Breda, exerce comme ingénieur au château d’Orange et épouse en 1627 l’Avignonnaise Éléonore de Pinet109. Parmi les témoins de cette union réformée, on peut voir la signature de Philippe Lowyeg, secrétaire et maître d’hôtel du gouverneur, très certainement un compatriote. La mère du marié est Joasine van der Cammen, également « originaire de Breda au pays de Brabant ». Leur premier enfant, Jan, naît l’année suivante à Orange110 ; son parrain porte un nom à consonnance hollandaise, Jean van Engelin, peut-être un parent. Les quatre autres enfants ne sont pas nés dans la principauté mais reviennent vivre, un certain temps, dans la région de leur mère, ce qui montre l’importance de ces liens établis sur plusieurs générations avec cet exemple. Une fille, Joasine épouse Joris van Cuyl, originaire de La Haye, nommé commis au château. Le contrat de mariage, signé en février 1652 dans la maison de la mère de la mariée comporte la mention d’une cérémonie réformée111. Sur l’acte, la signature du gouverneur en personne, extrêmement rare, apparaît ainsi que celle de « Berghover », c’est-à-dire le commandant Berckhoffer. En mars 1654 le « commis de Son Altesse pour les munitions du château » dicte son testament nuncupatif dans lequel il nomme sa femme héritière universelle à qui il demande d’élever leurs futurs enfants « en la vertu » ; sa foi réformée est manifeste par le legs de 100 livres aux pauvres d’Orange et le choix de sa sépulture « parmy ceux de la Religion Réformée112 ». Joris van Cuyl est le deuxième représentant de cette famille à assumer ces fonctions au château car un oncle, Jan, était déjà installé en 1630 ; sa tante Marie van Cuyl épouse le médecin Gallien Pardun, mariage béni par le pasteur Sylvius dans le château car le gouverneur de l’époque en personne, Hertoge, leur fait l’honneur d’être présent lors de la signature du contrat113 ; de plus, François de Weert signe en tant que témoin à la fois comme compatriote et collègue. La mère de ce médecin est originaire de Zélande. Ces deux familles hollando-orangeoises sont unies par des rapports professionnels et affectifs qui se poursuivent sur trois générations en mêlant leurs destins dans la principauté. Joris van Cuyl ne décède pas, malgré son testament, et voit naître, d’abord en 1655, un fils114 ; puis en septembre 1657 Marie, dont le parrain est Ambroise Schouten et la marraine Marie van Cuyl, veuve de Gallien Pardun, docteur en médecine115, la grand-mère paternelle, venue à Orange où elle décède en 1670 à l’âge de 67 ans116 ; ensuite arrive François, qui porte le prénom du grand-père maternel en septembre 1658 dont le parrain est Marin de Weert et la marraine Marthe Pardun, fille de Gallien Pardun117. Le couple Van Cuyl habite dans un des plus beaux hôtels, acheté à l’occasion du mariage118, qu’ils embellissent d’un escalier central sur rampe, de cheminées avec un décor floral de gypseries placées par les maçons locaux119 pour affirmer leur réussite sociale dans la pierre. En l’absence du propriétaire, le beau-frère Marin de Weert s’occupe du chantier120. La deuxième fille, Marie de Weert, née aux Pays-Bas, épouse le bailli d’Uithoorn Ambroise Schouten121 ; ils séjournent à Orange où est née le 29 juin 1658 leur fille Anne-Eléonore dont le parrain est son oncle, Joris van Cuyl, et la marraine la grand-mère maternelle, Eléonore de Pinet. Sont-ils venus pour la naissance de leur nièce en 1657 ou pour un autre motif ? Ont-ils été obligés de prolonger leur séjour jusqu’à la naissance de leur propre fille ? Une troisième fille, Catherine de Weert, décède en 1668 à l’âge de 24 ans dans la principauté122. Le seul fils, Marin de Weert, docteur en droit123, avocat, se marie en 1668 avec Olympe Jandin124, fille d’un orfèvre orangeois ; une première fille, Eléonore, naît en février 1669125, suivie de Jeanne, née en 1671126 ; puis un garçon, François, enregistré dans les baptêmes réformés en novembre 1673, décède le mois suivant127 ; un autre garçon, Jacques, voit le jour en 1676 avec comme parrain le pasteur Jacques Gondran et comme marraine Françoise de Caritat128. Enfin une fille Marie, née en 1682, épouse en mars 1703 à Courthézon Guillaume Ruat, avocat au parlement, avec la bénédiction du pasteur Aunet129 ; leur contrat indique une dot de huit mille livres ; c’est une des plus grosses dots de l’époque car elle est fille unique130. Après le départ de ses sœurs, Marin, représentant pour leurs biens, signe en 1667 pour des travaux du bâtiment131. En 1670, il en est devenu propriétaire. La destinée de Marin, devenu juge et consul, le conduit sur les routes de l’exil jusqu’à Berlin où il émigre, pour motif religieux, en 1704, accompagné de sa fille et de son gendre, comme ses compatriotes réformés132.

31Il n’est pas exagéré d’utiliser le terme de clan pour cette famille de Weert installée dans la principauté à partir du couple formé par l’ingénieur venu du nord, de ses trois enfants vivants et leurs conjoints, des petits-enfants et alliés, sans oublier les grand-mères qui sont enterrées à Orange. Tous pratiquent la religion réformée, même l’Avignonnaise Éléonore de Pinet. Soit au total un groupe d’une quinzaine de personnes. Le mariage de François de Weert a constitué la base d’un mélange entre deux mondes éloignés, les Provinces-Unies et la principauté. C’est une intégration tout à fait réussie car ces familles vivent tantôt dans un pays, tantôt dans l’autre, au gré des événements familiaux ou internationaux, selon les informations livrées par les sources utilisées. Avec cette famille, appartenant certes à l’élite locale réformée, se réalise l’union intime de deux terres associées par les hasards dynastiques et que rien ne semblait rapprocher à cause de la distance géographique. L’assimilation est totale. Cette famille, tout à fait symbolique, illustre fort bien le thème de cet ouvrage.

  • 133 W.F. Leemans, « Orangeois aux Pays-bas », op. cit., p. 33-34.
  • 134 A.D.V., 3 E 51/272, f ° 40.
  • 135 A.C. Orange, BB 32, f ° 159.
  • 136 A.D.V., 3 E 51/246, f ° 139v.

32L’Orangeois François de Riomal accomplit, de 1678 à 1692, une carrière dans le régiment wallon au service des états généraux133 ; en mars 1678, il adresse une procuration à Louis de Saint-Clément par l’intermédiaire du notaire Fabry de La Haye134 ; envoyé extraordinaire du prince dans la principauté au printemps 1679, il reçoit en cadeau lors de son arrivée des fruits confits, du vin et des flambeaux qui coûtent 76 livres aux finances urbaines135 ; son mariage avec une Hollandaise est béni par Phinéas Piélat en 1685 à Rotterdam. Son père Charles, marchand, avait signé une procuration le 28 mai 1646 en faveur de Constantin Reynaud, « originaire de La Haye en Hollande, résident à présent en ceste ville d’Orange136 » pour la somme de 27 pistoles. C’est encore un autre exemple de liens familiaux entre ces deux pays.

  • 137 A.D.V., 2 E 25/82.

33Un autre membre de la famille Chion, Jean, frère du pasteur et militaire dans les troupes des états généraux, raccompagne sa mère dans la principauté en 1697 ; ce militaire, colonel à la fin de sa carrière, doit avoir des talents de dessinateur puisqu’il est sollicité pour établir un plan des futures fortifications qui ne seront jamais reconstruites137. Ces deux frères, en constant déplacement entre les deux pays pour des motifs religieux, éclairent parfaitement ce sujet des échanges.

  • 138 W.F. Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », op. cit., p. 69.
  • 139 D.F. Poujol, op. cit., p. 293.
  • 140 Françoise Moreil, « Le récit de la Révocation de l’édit de Nantes dans la principauté d’Orange : l (...)
  • 141 A.D.V, 3 E 51/432, f ° 280-288.

34Après la Révocation, deux familles des pasteurs emprisonnées à Lyon pendant les douze années suivantes ont pu se réfugier aux Provinces-Unies jusqu’à leur retour rendu possible par la signature de la paix de Rijswick en 1697. Il s’agit d’abord de madame Chion, fille du trésorier général138, accompagnée de ses enfants qui reçoivent une pension des églises wallonnes lors du synode de 1687139. En 1703 elle se réfugie à nouveau à La Haye. Sa fille Uranie épouse, en 1701, un capitaine au service des états ; leur fils devient pasteur de l’église wallonne d’Amsterdam. La femme du ministre Gondrand et sa fille Marie ont pris la même route après 1685 vers le Nord de l’Europe où elles sont restées aussi jusqu’en 1697. Elles rentrent également après la paix de Rijswick dans la principauté où elles retrouvent le pasteur, libéré comme ses collègues140. En 1700, quelques jours après le décès du pasteur, un inventaire des biens est dressé par le notaire, en présence de la veuve et de Marie, l’héritière. Dans la cuisine, des objets ordinaires parlent du drame vécu par cette famille protestante : une cafetière, un moulin et une bassinoire lui « ont été donnés lorsquelle étoit réfugiée pour cause de religion à La Haye [...] la garniture de lit de Liège vert brun cadis, [...] huit draps quatre nappes, deux douzaines de serviettes ». Finalement, ces ustensiles ont suivi la direction du Midi avec leurs propriétaires quand la principauté a été rendue à son souverain légitime, trois ans auparavant141. Pour une seule mention due au hasard de la plume du notaire, combien d’autres nous échappent ?

  • 142 A.C. Orange, GG 38 f ° 84v.
  • 143 A.D.V., 3 E 51/374, f ° 321.
  • 144 A.DV., 3 E 51/374, f ° 349.
  • 145 A.C. Orange, GG 46, f ° 504.
  • 146 A.C. Orange, BB 30, f ° 64-71, par exemple. Mais les lettres sont très fréquentes.
  • 147 Archives nationales et royales de La Haye que je remercie pour leur accueil ; M. C. J. C. Van Hoof (...)

35En 1620, François Ernst Hil, fils d’un soldat de la garnison du château, a comme parrain Guillaume Bendig, qualifié de gentilhomme hollandais sur la page du registre des baptêmes réformés142. Qui est Johannes Vlacq, « originaire de La Haye en Hollande » qui signe le 5 avril 1668 comme témoin la promesse du mariage réformé entre Georges Sauzin et Françoise de Drevon143 ? Le même homme est toujours présent en octobre où il signe encore en tant que témoin un acte chez le même notaire144. Qui est ce Hollandais Jean Brydenkins, mort en 1699 à Orange145 ? Il est à noter que les noms néerlandais déformés par les scribes provençaux sont difficiles à identifier. Se pose alors la question de la langue utilisée, le français certainement, comme les lettres des princes recopiées dans les registres du conseil le prouvent146. Dans les archives des Pays-Bas, les textes conservés sont rédigés en français147.

  • 148 Claude-France Hollard, op. cit., p. 23-24.

36Les tribulations des archives se révèlent aussi compliquées que l’histoire de cette région car elles subissent de nombreux déplacements, d’abord en Franche-Comté quand la souveraineté de la principauté dépend des princes de Chalon, puis aux Pays-Bas ensuite quand la famille de Nassau en hérite, en 1563 à Breda et ensuite à La Haye à partir de 1581. De nombreux voyages sont effectués par les archivistes d’Orange pour rapporter des pièces ou consulter des inventaires quand Guillaume de Nassau organise une administration de son domaine148. Gaspard van Vosberghen emporte une grande partie des archives à l’occasion de son retour. En 1622 Jacques de La Pise, en 1637 Jean Sauzin se rendent à la Haye pour établir un inventaire et encore en 1686. Les consuls envoient régulièrement des dossiers au prince.

37Sur la quarantaine de pasteurs de la principauté en fonction pendant le XVIIe siècle, sept d’entre eux, originaires de la principauté ou ayant exercé leur ministère, arrivent aux Provinces-Unies et en deviennent titulaires ; ce sont Jean d’Espagne, Jean de Labadie, Olivier de Raffelis, Phiénas Piélat, Jacques Chion, Pineton de Chambrun, Jean Convenent. Plusieurs reviennent dans la principauté et ont l’occasion de prêcher avec le titre acquis en terre hollandaise comme Jean d’Espagne, Chion et Convenent ; ce chiffre, certes peu élevé, est, malgré tout, révélateur de la circulation constante entre ces deux terres des représentants religieux. Dans ce monde de gens instruits, le livre est très important, soit en étant imprimé soit à Orange, et écrit bien souvent par les pasteurs, soit aux Provinces-Unies avec les exemples de l’historien Joseph de La Pise ou de Pineton de Chambrun. Pour la principauté, pendant plus de cent cinquante ans, un lien naturel est établi avec le pays de leur prince lointain mais indispensable dans ce temps et dans tous les domaines, religieux, financier, législatif et militaire. Ces hommes et femmes voyagent en emportant des objets, de l’argent, des archives, des actes notariés et des livres. Un flux continuel s’écoule sur les routes, jusqu’en 1703, dans les deux sens comme la famille Berckoffer l’illustre. Après 1704, ces liens se distendent quand les réfugiés orangeois sont accueillis par le roi de Prusse. Ces rapports constants sont fortement dépendants de la conjoncture internationale compliquée. Dans le tumulte de ce siècle, cette relation est essentielle pour les protestants Orangeois car les Provinces-Unies leur servent de base arrière, surtout en 1685-1697, quand leur religion est attaquée.

38La principauté, petit pion dans les relations internationales, entretient aussi des liens avec l’Angleterre, la Suisse et la Prusse, ces autres pays du Refuge qui mériteraient une semblable étude.

Notes

1 H. H. Bolhius, « La Hollande et les deux refuges », BSHPF, t. 115, 1969, p. 407-428.

2 Bernard Quilliet, Guillaume le Taciturne, Paris, Fayard, 1994, 654 pages.

3 J. A. H. Bots, G.H.M. Posthumus Meyes, La Révocation de l’édit de Nantes et les Provinces-Unies, colloque du tricentenaire, Amsterdam, Holland university press, 1986, 224 pages où la principauté est à peine mentionnée.

4 Fred W. Felix, Die Ausweisung der Protestanten aus dem Fürstentum Orange 1703 und 1711-13, Bern, 2000, 164 pages.

5 Christophe de Voogd, Histoire des Pays-Bas, Paris, Hatier, 2003, p. 96 ; Catherine Denys, Isabelle Paresys, Les anciens Pays-Bas à l’époque moderne (1404-1815), Paris, Ellipses, 2007, p. 114.

6 Simon Schama, L’embarras de richesses, Paris, Gallimard, 1991, p. 20.

7 Claude-France Hollard, Archives des princes, de la principauté, du parlement et du conseil de guerre d’Orange, Répertoire numérique détaillé, Avignon, Département de Vaucluse, 2005, 216 pages.

8 Paul Delsalle, André Ferrer, Les enclaves territoriales aux temps modernes, XVI-XVIIIe siècles, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2000, 448 pages, où sont évoquées les enclaves du Comtat Venaissin et des états du pape mais rien sur la principauté d’Orange.

9 Philip Benedict, Guido Marnef, Henk van Nierop, Marc Venard (dir.), Reformation..., op. cit. ; Eugène Arnaud, Histoire des protestants du Dauphiné et de la principauté d’Orange, Paris, Grassart, 1875, 2 t. ; Comte de Pontbriand, Histoire de la principauté d’Orange, Paris-La Haye, Picard, 1891, 466 pages ; W.F. et E. Leemans, La noblesse de la principauté d’Orange, La Haye, Société royale de généalogie et d’héraldique des Pays Bas, 1974, 466 p. Marc Venard, Réforme protestante, réforme catholique dans la province d’Avignon, XVIe siècle, Paris, Cerf, 1993, 1280 pages ; Amanda Eurich, « La charité et les conflits confessionnels dans la principauté d’Orange au XVIIe siècle », Colloque Protestants en Vaucluse, Mémoires de l’académie de Vaucluse, 8e série, t. VII, 1998, p. 55-67.

10 Wilhemus François Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », Commission de l’histoire des églises wallonnes, bulletin 1969/71, p. 17-82.

11 René Moulinas, article « Orange », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 930-931.

12 W. F. Leemans, « Conflits religieux à Orange à l’époque de la réforme », Provence historique, t. 38, fascicule 151, janvier-mars 1988, p. 3-10.

13 Christine Feuillas, « Tolérance dans la principauté d’Orange » in Pierre Bolle (dir.), L’édit de Nantes : un compromis réussi ? une paix des religions en Dauphiné-Vivarais et en Europe, Grenoble, P. U. G., 1999, p. 156-168.

14 Archives Communales d’Orange, AA 6/2 – 4.

15 Léopold Duhamel, Une ambassade au XVIe siècle, Avignon, 1879, p. 3-48.

16 Archives Communales d’Orange, BB 29, f ° 216 et 263.

17 A.C. Orange, BB 29, f ° 356-375.

18 A.C. Orange, BB 26, f ° 202.

19 A.C. Orange, BB 29, f ° 15.

20 A.C. Orange, BB 27, f ° 5.

21 A.C. Orange, BB 29, f ° 357.

22 A.C. Orange, BB 30, f ° 32.

23 A.C. Orange, BB 30, f ° 33.

24 Bibliothèque Ceccano d’Avignon, ms. 5333, f ° 58v ; inventaire après décès en 1613 de Jacques de Valleton, neveu de Jean de Serres.

25 A.C. Orange, BB 26, f ° 108.

26 J. J. Poelhekke, Frederik Hendrik, Prins van Oranje, Schriks, 1978, p. 68-70.

27 J. J. Poelhekke, « Het bezoek van Frederik Hendrik aan oranje en Avignon », Mededelingen van het Nederlands historisch instituut te Rome, 3e reeks, dl. 9, 1957, p. 196-213.

28 A.C. Orange, BB 25, f ° 205v.

29 A.C. Courthézon, GG 16, f ° 76-79.

30 Archives départementales de Vaucluse (A.D.V.), 3 E 51/446, f ° 664 et 3 E 53/66, f ° 567.

31 A.D.V., 3 E 51/429, f ° 404.

32 A.D.V., 3 E 51/356, f ° 441.

33 Orthographe variable selon les siècles : Dona en Français, Dhona au XVIIe siècle et Dohna au XVIIIe siècle (source : comte de Dohna 1878, Berlin).

34 Heinrich Borkowski, Les mémoires du burgrave et comte Frédéric de Dohna, Königsberg, Teichert, 1898, p. 114.

35 Albert Waddington, « Une intrigue secrète sous Louis XIII, visées de Richelieu sur la principauté d’Orange (1625-1630) », Revue historique, juillet-août 1895, p. 276-291.

36 A.C. Orange, BB 27, f ° 175.

37 A.C. Orange, BB 27, f ° 211.

38 Siegmar comte de Dohna, Les comtes Dona à Orange de 1630 à 1660, traduit de l’allemand par Louis Bourgeois, Berlin, 1878, 146 p.

39 A.C. Orange, BB 27, f ° 205, 1er juin 1631.

40 Martial Millet, Notice sur les imprimeurs d’Orange, Valence, 1877, p. 12-18.

41 A.C. Orange, GG 38, f ° 229 et 243.

42 W. F. Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », op. cit., p. 26.

43 A. C. Orange, GG 39, f ° 276.

44 Françoise Moreil, « Les temples protestants de la principauté d’Orange sous l’ancien régime », colloque international, mai 2003, Montpellier, BSHPF, t. 152, 2006, p. 457-479.

45 Comte de Pontbriand, op. cit., p. 198.

46 A.C. Orange, GG 46, f ° 39.

47 A.C. Orange, BB 28, f ° 186.

48 A.D.V., 3 E 50/226.

49 Eugène Arnaud, op. cit., p. 281.

50 Antoine Yrondelle, « Le tombeau de Christophe de Dohna », Revue du midi, juin 1910, t. 43, p. 347-354 ; elle mesure 1,39 m sur 0,86 m. Elle se trouve à présent dans les réserves du musée d’Orange.

51 Gilbert Gaillard publie en 1641 à Genève un panégyrique du prince d’Orange : Le tableau du très haut et très illustre et très victorieux Frédéric-Henry par la grâce de Dieu, prince d’Orange, comte de Nassau et gouverneur et capitaine général des Provinces-unies du Pays bas dédié à son fils Guillaume (156 pages). Il salue l’illustre burgrave et baron de Dona « sous lequel à Orange ils sont fortunés de vivre » (p. 132).

52 Archives de la Maison royale des Pays-Bas, C1/168.

53 A.C. Orange, BB 29, f ° 282, 18 février 1646.

54 A.D.V., 3 E 51/170, f ° 191v, en mars 1652 pour l’achat de foin, f ° 357 en avril 1653 pour la vente d’un bateau à des marchands marseillais.

55 Heinrich Borkowski (éd.), Mémoires du burgrave et comte Frédéric de Dohna, Königsberg, B. Teichert, 1898, 517 p.

56 Ibid., p. 115.

57 Ibid., p. 140.

58 Wivine Van Rijssen-Zwart, La contestation politique de la principauté d’Orange pendant la période 1660-1665 ; le rôle important d’une petite principauté dans la politique européenne du XVIIe siècle, mémoire de maîtrise, Strasbourg, 1985, 247 pages.

59 W.F. Leemans, op. cit., p. 390-392 : le père a servi en tant que cornet de la compagnie des gendarmes du prince Maurice ; tous les enfants sont nés aux Provinces-unies.

60 Son rôle est considéré de façon très négative par Pontbriand, p. 199 : « présomptueux, infatué, vaniteux ».

61 A.C. Courthézon, GG 3, f ° 143.

62 Comte de Pontbriand, op. cit., p. 192-193.

63 A.C. Orange, GG 38, f ° 61v.

64 A.C. Orange, GG 38, f ° 63.

65 Comte de Pontbriand, op. cit., p. 181.

66 Meindert Evers, Gabriel de Convenent, avoué de la « glorieuse rentrée des Vaudois », Genève, Droz, 1995, 236 p.

67 A. C. Orange, GG 38, f ° 42-74.

68 Jean Sambuc, « Documents sur le Dauphiné au XVIIe siècle », BSHPF, 1995, t. 141, p. 383.

69 J. J. Poelhekke, Frederik Hendrik, Prins van Oranje, Schriks, 1978, p. 229.

70 A. D. Vaucluse, 3 E 51/44, f ° 767v.

71 Fréderic Spanheim, Commentaire historique de la Vie de Christophe de Dohna, Genève, Jacques Chouet, 1639, p. 381-420 ; livre dédicacé à Ursule de Solms.

72 Robert Vareilles, L’itinéraire pastoral ou les controverses de Jean d’Espagne, La Rochelle, La Rumeur des Âges, 2008, 78 p. ; je le remercie vivement pour l’échange d’éléments sur ce pasteur.

73 Eugène Arnaud, op. cit., p. 293-294.

74 Prevost (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, 1994, t. 18, p. 1294-1295 ; Jules Haag, op. cit., t. 6, p. 140-147.

75 Bibliothèque Ceccano, Avignon, Raban, 1658, 229 pages.

76 Pierre Bolle, Les protestans dauphinois et la république des synodes à la veille de la Révocation, Lyon, La Manufacture, 1985, p. 57-58.

77 Daniel Vidal, Jean de Labadie, Passion mystique et esprit de réforme, Grenoble, Jérôme Millon, 2009, 218 p. Merci pour les informations concernant ce ministre.

78 A. C. O., GG 39, f ° 385, 394, 399, 401.

79 W. F. Leemans, « Orangeois aux Pays-bas », op. cit., p. 77-78.

80 A. D. V., 3 E 51/246, f ° 216-220.

81 J. M. Sernée, Het geschil over het Prinsdom Oranje in de jaren 1650-1660, Amsterdam, 1916, p. 30-33.

82 A. D. V., 3 E 51/246, f ° 7-17, inventaire de ses biens.

83 D. F. Poujol, Histoire et influence des Églises wallonnes dans les Pays-bas, 1902, Paris, Fischbacher, p. 137.

84 Hubert Bost, cf. sa communication dans ce volume, et « L’affaire Bayle » La bataille entre Pierre Bayle et Pierre Jurieu devant le consistoire de l’Église wallonne de Rotterdam, Saint-Etienne, Presses de l’université Jean Monnet, 2005, p. 15, 101, 103, 116, 119, 120, 121, 123, 130, 131, 162, 164, 167, 169, 112.

85 Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, p. 164-165, 302, 308, 312, 344, 362, 380, 433, 577 ; Hans Bots, « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies : un groupe socio-professionnel tout particulier, 1680-1710 », in Jens Häseler et Antony Mckenna (dir.), La vie intellectuelle aux Refuges protestants, Paris, Champion, 1999, p. 58.

86 A. D. V., 3 E 51/471, f ° 114 et f ° 296.

87 A. C. Orange, GG 35, f ° 268.

88 Constantin Huygens, De briefwisseling (1608-1687), uitgeg. door J. A. Worp, Rijksgeschiedkundige publicatien, 6dln,’s-Gravenhage, 1911-1917 ; plus de 50 lettres entre les deux hommes de 1663 à 1687.

89 W. F. Leemans, op. cit., p. 28.

90 Cf. la communication d’Amanda Eurich.

91 A.C. Orange, GG 40, f ° 148.

92 W. F. Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », op. cit., p. 70.

93 « Lettre des pasteurs wallons de 1686 et remerciements des pasteurs d’Orange emprisonnés », BSHPF, t. 6, 1858, p. 366-370.

94 Eugène Arnaud, op. cit., t. II, p. 350-355.

95 A.D.V., 3 E 51/472, f ° 674, le 10/4/1703, par exemple.

96 A.C. Orange, GG 39, f ° 55.

97 Jacques Pineton de Chambrun, Les larmes..., 1854, p. 139. Où sont passées ces lettres ? Rien dans les archives royales et nationales des Pays-Bas.

98 Robert Bailly, « Un voyage de Joseph de La Pise en Hollande au XVIIe siècle », Bulletin des Amis d’Orange, n ° 34, 4e trimestre 1968, p. 12-16 ; 903 pages in-folio.

99 Martial Millet, op. cit., p. 12.

100 A.C. Orange, BB 25, f ° 15 et 48.

101 A.D.V., 3 E 51/441, f ° 70 v, 22/3/1687.

102 Martial Millet, op. cit., p. 19-43.

103 A.C. Orange, BB 30, f ° 60 où il demande 600 livres pour les frais de son déménagement depuis la Hollande.

104 J. J. Haag, t. 9, p. 289-291.

105 A.C. Orange, BB 26, f ° 24 et 253.

106 Eugène Arnaud, op. cit., p. 301.

107 A.C. Orange, GG 45, f ° 92.

108 W.F. Leemans, La noblesse de la principauté d’Orange, op. cit., p., 210.

109 A.D.V., 3 E 51/134, f ° 75.

110 A.C. Orange, GG 38, f ° 216 et GG 46, f ° 29.

111 A.D.V., 3 E 51/170, f ° 178.

112 A.D.V., 3 E 51/284, f ° 111.

113 A.D.V., 3 E 51/134, f ° 409.

114 A.C. Orange, GG 39, f ° 345.

115 A.C. Orange, GG 39, f ° 384 ; décède en février 1662 (f ° 123) GG 46.

116 A.C. Orange, GG 46, f ° 289.

117 A.C. Orange, GG 39, f ° 395.

118 Sylvaine Tondella, Orange au XVIIe siècle, aspects des demeures nobles et bourgeoises, mémoire de maîtrise, Aix, 1985, p. 95. Le musée est installé là depuis 1928.

119 A.D.V., 3 E 51/170, f ° 240, 349, 359.

120 A.D.V., 3 E 51/374, f ° 15.

121 A.C. Orange, GG 39, f ° 395. Le nom du père est orthographié « Escaut » qui devait être la prononciation utilisée par ces Provençaux pour ce patronyme étranger, ce qui pose le problème du repérage de ces noms dans les registres avec une transcription si fantaisiste.

122 A.C. Orange, GG 46, f ° 213.

123 A.D.V., 3 E 51/375, f ° 486.

124 A.C. Orange, GG 45, f ° 49.

125 A.C. Orange, GG 40, f ° 45.

126 A.C. Orange, GG 40, f ° 112.

127 A.C. Orange, GG 40, f ° 272 et GG 46, f ° 391 sous le nom de « Marin Duvert ».

128 A.C. Orange, GG 40, f ° 209.

129 A.C. Courthézon, GG 15, f ° 121v.

130 La plus importante est celle de Judith Sauzin avec 15 000 livres (A.D.V., 3 E 51/447, f ° 595).

131 A.D.V., 3 E 51/374, f ° 15.

132 Françoise Moreil, « Une arrivée retardée, les Orangeois à Berlin en 1704 », Guido Braun, Suzanne Lachenicht (dir.), Hugenotten und deustche Territorialstaaten, München, Oldenbourg Verlag, 2007, p. 85-106.

133 W.F. Leemans, « Orangeois aux Pays-bas », op. cit., p. 33-34.

134 A.D.V., 3 E 51/272, f ° 40.

135 A.C. Orange, BB 32, f ° 159.

136 A.D.V., 3 E 51/246, f ° 139v.

137 A.D.V., 2 E 25/82.

138 W.F. Leemans, « Orangeois aux Pays-Bas », op. cit., p. 69.

139 D.F. Poujol, op. cit., p. 293.

140 Françoise Moreil, « Le récit de la Révocation de l’édit de Nantes dans la principauté d’Orange : les aventures du pasteur Aunet (1685-1697) », in BSHPF, t. 147, 2001, p. 425-434.

141 A.D.V, 3 E 51/432, f ° 280-288.

142 A.C. Orange, GG 38 f ° 84v.

143 A.D.V., 3 E 51/374, f ° 321.

144 A.DV., 3 E 51/374, f ° 349.

145 A.C. Orange, GG 46, f ° 504.

146 A.C. Orange, BB 30, f ° 64-71, par exemple. Mais les lettres sont très fréquentes.

147 Archives nationales et royales de La Haye que je remercie pour leur accueil ; M. C. J. C. Van Hoof, E. A. T. M. Schreuder, B. J. Slot, De Archieven van de Nassause Domeinraad 1581-1811, Den Haag, 1997, p. 594-607.

148 Claude-France Hollard, op. cit., p. 23-24.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search