Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre calvinistes et catholiques

 | 
Yves Krumenacker

Quatrième partie. Les protestants français et les Provinces-Unies au XVIIe siècle

Au service de l’érudition

Samuel Bochart et les Provinces-Unies (1599-1667)

Luc Daireaux

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Luise Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit in der Frühneuzeit. Deren Anteil a (...)
  • 2 Hans Bots, « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies : un groupe socio-professionnel t (...)
  • 3 François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire. Érudits et politiques protestants devant l (...)
  • 4 André Rivet (1572-1651), oncle de Samuel Bochart, est pasteur de l’Église réformée de Thouars (159 (...)
  • 5 Françoise Waquet, « L’espace de la République des lettres », in Hans Bots et Françoise Waquet (éd. (...)

1L’histoire des pasteurs exerçant en France au XVIe et au XVIIe siècle reste encore mal connue. Alors que les historiographies allemande et anglosaxonne s’intéressent depuis plusieurs années à ce thème1, les travaux concernant les pasteurs français restent bien moins nombreux. Pour l’étude de ce « groupe socio-professionnel tout particulier2 », les voies d’approche sont multiples : histoire religieuse, histoire sociale au sens large (milieu d’origine, alliances contractées et rapports avec la progression de la carrière), histoire politique mais aussi histoire des idées. Ce dernier volet n’est pas le moindre. Il occupe une place majeure dans l’ouvrage pionnier de François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire...3. L’importance des échanges noués avec les Provinces-Unies y apparaît nettement. La publication de correspondances, notamment celle d’André Rivet4, a fourni un matériau de premier choix pour comprendre la fabrication et l’épanouissement de cette République des lettres, cet espace qui « transcende les États nationaux5 ».

2Né à Rouen en 1599, pasteur de l’Église réformée de Caen en 1624 et jusqu’à sa mort, survenue en 1667, Samuel Bochart est l’un des acteurs de ce mouvement d’érudition qui traverse tout le XVIIe siècle. On présentera d’abord le personnage, son milieu social, son parcours professionnel, ses principales œuvres. On analysera ensuite les liens qui unissent le pasteur aux Provinces-Unies, depuis ses études à Leyde jusqu’à sa mort, en passant par son voyage à Stockholm, en 1652-1653. On cherchera enfin à comprendre l’imbrication des réseaux bochartiens, de la Normandie jusqu’à l’Europe du Nord en passant par Paris.

  • 6 Voir les registres baptêmes de l’Église de Rouen-Quevilly, Archives départementales (AD) de Seine- (...)
  • 7 Sur les aïeux de Samuel Bochart, on peut lire « Bochart », in Henri Bordier (éd.), La France prote (...)
  • 8 Pour une présentation générale du cas normand, je me permets de renvoyer à ma thèse, « Réduire les (...)
  • 9 De manière générale, on peut lire Édouard-Herbert Smith, « Recherches sur la vie et les principaux (...)

3Samuel Bochart est né le 10 mai 1599 à Rouen (Illustration 35). Il est baptisé le 30 mai au temple de Quevilly6. La famille, originaire de Bourgogne et devenue parisienne au XVe siècle, est noble. Ses armes sont « d’azur au croissant d’or surmonté d’une étoile de même ». Le grand-père de Samuel, Étienne, fut avocat général à la chambre des comptes puis conseiller du parlement de Paris. Le père, René (1560-1614), sieur du Mesnillet, d’abord proposant à Londres, est appelé à Dieppe, avant d’exercer le ministère à Rouen. La mère, Esther Du Moulin, est la fille de Joachim, pasteur d’Orléans, et la sœur de Pierre (1568-1658), ministre de l’Église de Paris au début du siècle puis professeur à l’académie de Sedan à partir de 16217. En juin 1624, après plusieurs années d’études, Samuel Bochart devient pasteur de Caen, l’une des plus importantes communautés réformées normandes après celles de Dieppe et de Rouen et à côté des Églises d’Alençon ou de Saint-Lô8. Il le reste jusqu’à sa mort, exerçant au même poste plus de quarante ans. À une date inconnue, Samuel Bochart épouse Suzanne de Beverslhuys, l’une des filles d’un riche marchand. Le couple n’a qu’un enfant, Esther, née en 1633, mariée en 1649 à Pierre Le Sueur de Colleville, conseiller au parlement de Normandie entre 1659 et 1678. Bochart meurt à Caen, à l’hôtel du Grand-Cheval, domicile du poète Jacques Moisant de Brieux, en pleine séance de l’académie des belles-lettres, le 16 mai 1667, à l’âge de 68 ans, au cours d’une discussion sur la signification de quelques médailles espagnoles... C’est une attaque d’apoplexie qui le foudroie9.

Illustration 35. – Portrait de Samuel Bochart, figurant dans le Hierozoicon..., 1663, R. Lochon.

  • 10 Sur la réputation du pasteur caennais, voir Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 130 et 140-142.
  • 11 Ces thèses, in-4° de 7 p., sont signalées dans la Bio-bibliographie normande..., p. 409-410.
  • 12 Sur cette conférence théologique, cf. Alfred Galland, Essai..., p. 40-44. Voir aussi ma thèse, « R (...)
  • 13 Samuel Bochart, Geographiae sacrae pars prior, Phaleg, seu de dispersione gentium et terrarum divi (...)
  • 14 Cf. Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 138. Voir aussi la thèse de Zur Shalev, Geographia sacra. (...)

4Quelques étapes de l’itinéraire intellectuel de Samuel Bochart, la plupart du temps salué par les contemporains10, méritent d’être évoquées. La précocité du Rouennais est rappelée à loisir par la plupart des biographes, du XVIIe siècle à nos jours : très jeune, Bochart suit les leçons latines et grecques de Thomas Dempster, avant d’entamer un cycle de philosophie et de soutenir des thèses publiques à Sedan dès 161511. Sa maîtrise des langues anciennes est bientôt connue. En 1628, installé depuis quatre ans à Caen, Samuel Bochart répond positivement au « cartel de défi » lancé par François Véron (v. 1575-1649), un ancien jésuite, brillant polémiste. La conférence théologique qui se tient au château de Caen du 22 septembre au 3 octobre 1628 donne une certaine assise au pasteur. S’il n’est pas un bon orateur, Bochart se montre à son aise dans la polémique littéraire et savante qui suit12. Au cours des années 1630 et 1640, Samuel Bochart, tout en exerçant son ministère, s’emploie à rassembler les matériaux de sa Géographia sacra, texte qui paraît en deux volumes en 164613 (illustration 36). La première partie cherche à établir « la carte de la terre connue de l’auteur de la Genèse ». La seconde traite de l’histoire des Phéniciens, de leur commerce, de leurs colonies et de leur langue14.

  • 15 Samuel Bochart, Hierozoicon sive bipetitum opus de animalibus sacrae scripturae. Pars prior agit l (...)
  • 16 On peut lire, à ce sujet, Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 139-140, et la communication de Jea (...)

5Un second maître-livre est publié à Londres, en 1663. Dédié à Charles II Stuart, le Hierozoicon constitue une description de tous les animaux dont il est question dans la Bible15. Ce travail devient bientôt un classique de l’histoire de la zoologie et du symbolisme dans l’Antiquité (illustration 3716).

Illustration 36. – Carte figurant au début de la Geographiae sacrae pars prior...

  • 17 J’ai utilisé l’édition de 1712 : Samuelis Bocharti opera omnia. Hoc est Phaleg, Chanaan et Hierozo (...)
  • 18 Voir les ms. 2488 et 2489 du fonds des Nouvelles acquisitions françaises de la Bibliothèque nation (...)

6Plusieurs dissertations érudites sont imprimées dans les Opera omnia, parues en 1675 puis en 1692 et en 1712, avec une introduction d’Étienne Morin, pasteur de Caen depuis le début des années 166017. De nombreux traités ou notes (en français, en latin, en grec, en hébreu ou en arabe), conservés à Paris ou à Caen, demeurent inédits18.

Illustration 37. – Page de titre du Hierozoicon...

  • 19 Sur cette question, cf. Jacques Bottin, « La présence flamande à Rouen : l’hôte, l’auberge, la mai (...)
  • 20 Voir La France protestante..., tome 2, col. 650 et 653. À Sedan, Samuel Bochart soutient des thèse (...)
  • 21 Cf. Guillaume Du Rieu, Album studiosorum academiae Lugduno Batavae. mdlxxv-mdccclxxv. Accedunt nom (...)
  • 22 Disputatio theologica decima nona de idolatria, cuius theses favente deo opt. max. preside reveren (...)
  • 23 Sur l’histoire de l’université de Leyde, on peut consulter Th. H. Lunsingh Scheurleer et G.H.M. Po (...)
  • 24 François Laplanche, L’Écriture..., p. 250. La plupart des biographies placent le séjour d’Oxford i (...)

7Les relations qu’entretient Samuel Bochart avec les Pays-Bas peuvent être appréhendées à plusieurs niveaux. Les premiers contacts remontent à l’enfance. À Rouen, ville encore éminente dans le paysage démographique et économique du royaume malgré la grave crise de la seconde moitié du XVIe siècle, les Flamands et les Hollandais occupent de solides positions19. Samuel Bochart découvre les Provinces-Unies en 1620. La peregrinatio academica du jeune savant passe par Sedan, Saumur et Leyde20. Le futur pasteur s’inscrit en théologie dans cette dernière université le 24 novembre 162021. Son arrivée intervient dans un contexte bien particulier. Le synode de Dordrecht (1618-1619) vient de rejeter les positions armi-niennes. Samuel Bochart suit les cours de son oncle André Rivet, sous la présidence duquel il soutient ses thèses, De idolatria..., le 23 juin 162122. Dans le même temps, il se perfectionne dans les langues orientales auprès de Thomas van Erpe, dit Erpenius (1584-1624), lequel enseigne l’arabe depuis 161323. Le parcours académique de Samuel Bochart se termine à Oxford, en 1622-162324.

  • 25 Toutes les preuves documentaires figurent dans ma thèse, en particulier l’annexe 8, « Réduire les (...)

8Cette formation est-elle exceptionnelle ou reste-t-elle classique ? Faute d’étude générale, on présentera ici l’exemple normand. On considère le groupe pastoral en 1660. à cette époque, au moins 54 pasteurs exercent en Normandie, dans les limites de la province synodale, c’est-à-dire dans le ressort du parlement. On connaît, en totalité ou non, le parcours universitaire de 32 ministres, soit 48 lieux de formation. Le graphique suivant présente les résultats, qu’il faut manier avec prudence tant la documentation est lacunaire. Les matricules des académies françaises sont en effet perdus. En revanche, les chiffres relatifs aux établissements étrangers sont sans doute plus proches de la réalité : on y constate l’importance de l’académie de Genève et de l’université de Leyde. En général, ceux qui étudient à l’étranger sont amenés à occuper les postes les plus prestigieux à leur retour en France. C’est précisément le cas de Samuel Bochart ou de son cousin Matthieu Bochart (v. 1602-1662), pasteur d’Alençon à partir de 1634, après avoir étudié à Sedan, Heidelberg et Leyde. C’est aussi la situation de Pierre Laignel, passé par Leyde (1621), avant de devenir pasteur de Dieppe, la communauté la plus importante de la Normandie protestante. Signalons aussi le cas d’Étienne Lemoine, pasteur de Rouen, après avoir étudié à Sedan et à Leyde (1644). Les contre-exemples existent pourtant. Qui connaît aujourd’hui Luc Pouquet (v. 1598-1674), ministre de la très modeste Église de Cormeray-Pontorson, à la frontière de la Bretagne ? Ce pasteur a pourtant fait ses études à l’université de Groningue25.

  • 26 Rappelons ici que l’université de Caen accueille un petit groupe d’étudiants étrangers, Anglais, É (...)
  • 27 Cf. Pierre Leroy, Le Dernier Voyage à Paris et en Bourgogne, 1640-1643, du réformé Claude Saumaise (...)
  • 28 Ibid., p. 93-94. Voir aussi Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale d’André Rivet et de (...)
  • 29 Cf. Paul Dibon et Françoise Waquet, Johannes Fredericus Gronovius, pèlerin de la République des le (...)
  • 30 Durant les années 1650 et 1660, Bochart et Gronovius entretiennent une correspondance dont il rest (...)

9Durant son long ministère caennais, Samuel Bochart bouge peu. Il reçoit cependant, à plusieurs reprises, des visiteurs venus des Provinces-Unies26. En octobre 1640, à Rouen, il s’entretient avec Claude Saumaise. Celui-ci, arrivé de Leyde, fait étape en Normandie avant de rejoindre Paris et la Bourgogne, où il doit régler la succession de son père27. Cette rencontre est l’occasion d’échanger sur la question controversée de la langue dite hellénistique. Dans ce débat, Samuel Bochart prend parti pour les thèses de Daniel Heinsius, s’attirant bientôt les foudres de Claude Saumaise28. En 1642, le Hambourgeois Johannes Fredericus Gronovius (1611-1671) achève à Caen une longue peregrinatio, qui l’a conduit de la Hollande à la Normandie en passant par l’Angleterre et l’Italie. Le nom de Bochart figure dans l’Album amicorum de Gronovius, à la date du 2 janvier 164229. Quelques semaines plus tard, ce dernier est nommé professeur d’éloquence et d’histoire à l’école illustre de Deventer, avant d’intégrer l’université de Leyde en 165830. En 1644, le pasteur caennais accueille Isaac Vossius (1618-1689), fils de Gérard-Jean, alors professeur à l’Athénée illustre d’Amsterdam. Isaac termine un long voyage qui l’a conduit en Italie. Claude Sarrau l’annonce en ces termes à son ami André Rivet :

Les lieux de formation de 32 des 54 pasteurs exerçant en Normandie en 1660.

  • 31 Lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 2 septembre 1644, texte publié par Hans Bots et Pier (...)

« Monsieur Vossius fils est parti et a quitté ceste ville [Paris]. Il partit dimanche [28 août 1644] pour aller à Caen, principallement y veoir M. vostre nepveu, M. Bochart, que je mets au rang des plus grands hommes du siècle31. »

  • 32 Cf. W. Th. M. Frijhoff, La Société néerlandaise et ses gradués..., p. 61, d’après AD Calvados D 87 (...)

10Un peu plus tard, en octobre 1648, le pasteur Bochart rencontre certainement Nicolas Heinsius, venu prendre son grade de licence en droit à l’université de Caen32. Nicolas est le fils de Daniel, professeur et responsable de la bibliothèque de l’université de Leyde.

11Au milieu des années 1640, malgré son attachement à l’Église de Caen, Samuel Bochart semble tenté par l’aventure des Provinces-Unies. L’annonce de la parution de la Geographia sacra paraît lui ouvrir des opportunités. C’est ce qui ressort en tout cas de la correspondance d’André Rivet. Comme le confie ce dernier à Claude Saumaise, dans une lettre du 14 juin 1646, la venue de Bochart à Leyde

  • 33 Lettre d’André Rivet à Claude Saumaise, La Haye, 14 juin 1646, texte publié par Pierre Leroy et al (...)

« seroit un grand acquest pour l’académie et pour l’Église, et il auroit moyen de produire ses labeurs. [...] Il est homme qui ne se jettera ni dans les nouveautez ni dans les contestations. Un esprit non asservi et qui a son jugement libre33 ».

  • 34 La correspondance d’André Rivet (été 1646) permet de suivre les détails de cette affaire : Corresp (...)
  • 35 Voir les lettres de Claude Saumaise à André Rivet, Leyde, 27 août, 14 septembre et 8 octobre 1648,(...)
  • 36 En 1652, Samuel Bochart, alors en Suède, paraît de nouveau candidat à une chaire de théologie à l’ (...)

12Le projet n’aboutit pas cependant34. Il est relancé quelques mois plus tard, en août 1648 : deux postes sont alors vacants à Leyde et à Hardevic35. Samuel Bochart reste toutefois en Normandie36.

  • 37 Sur la « ruée des visiteurs », érudits ou libertins, à la cour de Stockholm au début des années 16 (...)
  • 38 Nicolas Heinsius séjourne en Suède entre 1649 et 1651. Claude Saumaise est à la cour de Stockholm (...)
  • 39 Sur ce voyage, voir tout particulièrement Alfred Galland, « De Caen à Stockholm : deux Bas-Normand (...)
  • 40 [Pierre-Daniel Huet], Iter Suecicum ad Johannem Capelanum, S.l., 1662. Ce texte a été présenté et (...)
  • 41 Iter Suecicum..., p. 6.
  • 42 Ibid., p. 7.
  • 43 Alfred Galland, « De Caen à Stockholm... », p. 227.
  • 44 Voir ce que disait déjà Claude Sarrau à André Rivet, dans une lettre du 8 juillet 1645 : « Monsieu (...)
  • 45 Cf. la lettre de Jean Chapelain à Nicolas Heinsius, Paris, 29 janvier 1665, texte publié par Berna (...)

13La renommée du pasteur franchit bientôt les frontières. Au milieu du siècle, la reine Christine de Suède invite Bochart à séjourner à Stockholm37. Nicolas Heinsius, Claude Saumaise et Isaac Vossius ont joué les intermédiaires38. Le Normand se décide donc à abandonner ses ouailles en avril 1652. C’est avec le jeune Pierre-Daniel Huet, né à Caen en 1630 d’un père protestant converti au catholicisme, qu’il entreprend ce voyage39. Samuel Bochart part le premier et rejoint Amsterdam depuis Le Havre. L’itinéraire suivi par Pierre-Daniel Huet est connu par un petit opuscule en latin paru en 1662, l’Iter Suecicum40. Le jeune catholique passe par la Zélande, par Rotterdam, par Delft et par Leyde, où il salue Nicolas Heinsius et Claude Saumaise, « duo maxima [...] lumina »41. Après Haarlem, Huet gagne Amsterdam, où il retrouve le pasteur Bochart. Les deux amis rendent visite au marrane Menasseh ben Joseph ben Israël, auteur de la célèbre adresse à Cromwell en faveur des juifs. Début mai 1662, les deux compagnons se remettent en route. Leurs dernières étapes en Hollande sont Utrecht, Zwolle et Hardenberg. À Utrecht, ils rencontrent la femme de lettres Anna-Marie von Schurman, « mulieris gloria sexus42. » Quant au séjour à Stockholm, il s’avère plutôt fructueux malgré les caprices dont fait preuve la reine. Bochart consulte avec passion treize manuscrits arabes du Coran. Pierre-Daniel Huet quitte la cour de Suède dès août 1652, repassant par les Provinces-Unies où il fait de nombreuses et fructueuses rencontres. Samuel Bochart part le 1er juin 1653. On ne connaît pas le détail des étapes de l’itinéraire de retour. En tout cas, le pasteur est à Dunkerque le 9 juillet puis à Caen au cours des jours qui suivent43. Dans les dernières années de sa vie, Samuel Bochart se déplace peu44, préférant consacrer toute son énergie à l’étude. Il accueille cependant toujours des visiteurs de marque. Ainsi, en 1664, Isaac Vossius revient à Caen saluer son ami pasteur45.

  • 46 Pour comprendre l’influence des penseurs des Provinces-Unies dans la formation et les recherches d (...)
  • 47 Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 143, considère que le pasteur caennais est « à l’avant-garde (...)
  • 48 Voir l’index analytique fourni par Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 3, (...)
  • 49 Lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 7 mai 1644, ibid., tome 2, p. 264.
  • 50 Cf. Georges Lepreux, Gallia typographica, ou répertoire biographique et chronologique de tous les (...)
  • 51 Voir la lettre de Jean-Maximilien de L’Angle à André Rivet, Rouen, 5 août 1644, texte transmis par (...)
  • 52 Lettre de Claude Saumaise à André Rivet, Leyde, 8 octobre 1644, in Pierre Leroy et alii, Claude Sa (...)
  • 53 Voir la lettre de Claude Saumaise à André Rivet, Leyde, 20 octobre 1644, ibid., p. 385.
  • 54 Lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 12 novembre 1644, in Hans Bots et Pierre Leroy, Corr (...)
  • 55 Voir les lettres d’André Rivet à Claude Sarrau, La Haye, 18 juin et 10 octobre 1646, ibid., tome 3 (...)

14Les relations de Bochart avec les Provinces-Unies constituent-elles un mirage ou un rêve inabouti, inachevé ? C’est en fait dans l’échange épistolaire qu’elles s’épanouissent46. Sans revenir ici dans le détail aux arguments échangés en matière de philologie ou de doctrine47, on peut noter que Samuel Bochart trouve auprès de ses correspondants aux Provinces-Unies un soutien logistique. Plusieurs pages de la correspondance d’André Rivet tournent ainsi autour des conditions matérielles de l’impression de la Geographia Sacra, ouvrage qui paraît finalement en 1646, à Caen, chez Pierre de Cardonnel. L’histoire de cette édition constitue une véritable aventure. Elle occupe plusieurs lignes dans la correspondance d’André Rivet, à partir de la fin de l’été 164348. En 1644, des menaces pèsent sur la parution de l’ouvrage, « M. le chancelier [Séguier] s’y rendant fort contraire, sans vouloir écouter raison »49. Le 14 mars de cette année, le matériel de Pierre de Cardonnel est saisi50. André Rivet et Jean-Maximilien de L’Angle, pasteur à Rouen, beau-frère de Samuel Bochart, redoutent l’échec de l’entreprise. Une publication à Leyde ou à Amsterdam est alors envisagée51. Jean Le Maire, imprimeur à Leyde entre 1617 et 1656, est sollicité par Claude Saumaise, aidé par son collègue de l’université, Frédéric Spanheim52. La négociation est difficile. L’ouvrage, particulièrement imposant, sort d’une plume dont la renommée ne paraît pas suffisante53. Malgré tout, Samuel Bochart « s’opiniastre à faire imprimer son livre à Caen »54. C’est chose faite en 1646. Pour éviter que l’ouvrage ne soit copié par le premier imprimeur venu, André Rivet obtient, le 7 septembre de cette année, un « privilège » des États généraux des Provinces-Unies55.

  • 56 Le 30 mai 1644, André Rivet note, un peu dépité, dans une lettre adressée à Claude Sarrau : « Je n (...)
  • 57 Cf. Paul Dibon (éd.), Inventaire..., p. xiii et passim. La seconde épouse d’André Rivet, Marie Du (...)
  • 58 La correspondance avec Claude Sarrau, plusieurs fois citée ici, en est la manifestation la plus éc (...)

15Dans le réseau savant que construit Samuel Bochart au milieu du XVIIe siècle, de Caen aux Pays-Bas, les relations familiales sont déterminantes. De manière particulièrement étonnante, le fonds Rivet de la Bibliothèque universitaire de Leyde ne conserve aucune lettre émanant de Samuel Bochart56. En revanche, on y trouve soixante-sept lettres rédigées par Jean-Maximilien de L’Angle, autre neveu d’André Rivet57. En tout cas, depuis La Haye, où il est pasteur et gouverneur de Guillaume de Nassau, puis à Breda, où il est curateur de l’école illustre à partir de 1646, et jusqu’à sa mort survenue en 1651, Rivet suit attentivement les travaux du ministre caennais58.

  • 59 Né en Aquitaine dans une famille nouvellement anoblie, Claude Sarrau est successivement conseiller (...)
  • 60 Pierre Leroy, « “Au nom du père...” : le testament de Claude Sarrau et la vocation de pasteur de s (...)

16En 1646, lorsque paraissent les deux volumes de la Geographia sacra, Samuel Bochart rend un double hommage au monde de l’érudition. La première partie de l’ouvrage est dédiée à Jacques Turgot, sr de Saint-Clair et de Mesnil-Gondouin, conseiller d’État. La seconde est adressée à Claude Sarrau (v. 1600-1651)59, dont le « rôle de bons offices » dans la République des lettres60, est ainsi salué :

  • 61 Samuel Bochart, Geographiae sacrae pars altera, Chanaan..., dédicace non chiffrée.

« Tu mihi domum, scrinia, bibliothecam quam habes instructissimam, et quod maius est pectus ipsum apervisti. Quin per te patuit accessus ad libros Thuanaeos et bibliothecae regiae. Et viri undecumque celebres Bignoni, Puteani et Salmasii mihi sunt conciliati61. »

  • 62 Jérôme Bignon est nommé grand maître de la bibliothèque du roi en 1642. Dans une lettre à André Ri (...)

17Par Claude Sarrau, Samuel Bochart a eu accès à la bibliothèque du roi et à celle de Jacques-Auguste de Thou. Il a pu entrer en relation avec Jérôme Bignon, les frères Dupuy et Claude Saumaise, professeur à Leyde62.

  • 63 François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire..., p. 250.
  • 64 De nombreuses lettres ont certainement disparu au XIXe siècle, comme le rapporte le pasteur Paumie (...)
  • 65 Voir, à ce sujet, Pierre Gouhier, « La société intellectuelle à Caen aux XVIe et XVIIe siècles », (...)
  • 66 Après avoir servi dans l’armée de Maurice de Nassau puis dans celle de son frère Frédéric-Henri, l (...)
  • 67 À ce propos, voir Katherine Stern Brennan, Culture and Dependencies : The Society of the Men of Le (...)
  • 68 Sur les rapports entre Pierre-Daniel Huet et Samuel Bochart, de la belle entente du milieu du sièc (...)
  • 69 Cf. « Stephanus Morinus de clarissimo Bocharto et omnibus ejus scriptis », in Samuelis Bocharti op (...)

18Si on ne se trompe pas en plaçant Bochart « dans le groupe des érudits protestants de taille européenne »63, il faut cependant rester mesuré, en attendant une analyse plus approfondie des épaves de la correspondance du pasteur normand64. S’il entretient de nombreux contacts avec le monde parisien ou avec des savants vivant ou ayant vécu aux Provinces-Unies, tels Claude Saumaise, Johannes Fredericus Gronovius, Isaac Vossius ou Nicolas Heinsius, Samuel Bochart ne néglige pas les ressources locales. On se cantonnera ici à l’examen du milieu caennais65. On sait peu de choses des relations de Samuel Bochart avec une figure restée fort discrète, Jacques Le Paulmier de Grentemesnil (1587-1670), brillant helléniste, auteur d’une étude sur la géographie de la Grèce ancienne, parue de manière posthume, à Leyde, en 167866. Le monde savant bas-normand compte bien d’autres personnalités, protestantes comme catholiques, lesquelles se retrouvent, à partir de 1652, au sein d’une académie, dont le principal fondateur est le poète Jacques Moisant de Brieux (1611-1674), formé à Sedan et à Leyde, marié à Catherine Van der Thomb, originaire d’Hondschoote67. Le jeune Pierre-Daniel Huet est l’une des figures éminentes de cette société68. Parmi les pasteurs normands, le neveu par alliance de Jacques Le Paulmier, Étienne Morin (1625-1700), en poste à Caen à partir de 1664, demeure sans doute le plus fidèle disciple de Bochart. Spécialiste des antiquités judaïques, formé à Sedan et à Leyde, réfugié aux Provinces-Unies après la Révocation, il fait paraître les œuvres complètes de son maître avec une biographie-hagiographie en guise de préface69.

19Tout au long de sa vie, Samuel Bochart a manifesté ce « goût de l’érudition » qui connaît certainement un sommet au milieu du XVIIe siècle, au moment même où le pasteur entreprend un éprouvant voyage qui le mène de Caen à Stockholm en passant par Amsterdam. Les premiers contacts avec les Provinces-Unies datent des années de formation. L’aisance familiale permet au futur pasteur d’accomplir une longue peregrinatio academica, passant notamment par Leyde. La publication de la Geographia Sacra constitue incontestablement une césure dans la vie du pasteur caennais. Durant les années 1650 et 1660, après le voyage en Suède, le réseau bochartien atteint vraisemblablement une ampleur sans précédent. L’érudit bénéficie alors pleinement des réseaux académiques normands, plutôt bien connectés au monde parisien et à l’ensemble de l’Europe du Nord. À la même époque, l’ancien disciple de Samuel Bochart, Pierre-Daniel Huet, soucieux de prendre son envol dans un contexte confessionnel qui se raidit, fait aussi le choix de rester à Caen, où il fonde une académie de physique. Structures provinciales et érudition à vocation internationale font ainsi bon ménage.

Notes

1 Voir notamment Luise Schorn-Schütte, Evangelische Geistlichkeit in der Frühneuzeit. Deren Anteil an der Entfaltung frühmoderner Staatlichkeit und Gesellschaft, Güttersloh, Güttersloher Verlagshaus, 1996, et, du même auteur, « Priest, Preacher, Pastor: Ressearch on Clerical Office in Early Modern Europe », Central European History, tome 33, 2000, p. 1-39. On peut lire également l’ouvrage suivant, C. Scott Dixon et Luise Schorn-Schütte (éd.), The Protestant Clergy of Early Modern Europe, Basingstoke et New York, Palgrave Macmillan, 2003. Ce recueil comprend une brève étude sur les pasteurs des Églises réformées françaises : Mark Greengrass, « The French Pastorate : Confessional Identity and Confessionalization in the Huguenot Minority, 1559-1685 », p. 176-195.

2 Hans Bots, « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies : un groupe socio-professionnel tout particulier, 1680-1710 », in Jan Häseler et Antony Mckenna (éd.), La Vie intellectuelle aux Refuges protestants. Actes de la table ronde de Münster du 25 juillet 1995, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 9-68.

3 François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire. Érudits et politiques protestants devant la Bible en France au XVIIe siècle, Amsterdam et Maarssen, APA-Holland University Press, 1986.

4 André Rivet (1572-1651), oncle de Samuel Bochart, est pasteur de l’Église réformée de Thouars (1595-1620) puis professeur à la faculté de théologie de Leyde (1620-1632), avant de rejoindre la cour du prince d’Orange à La Haye (1632-1646) où il s’occupe notamment de l’éducation du futur Guillaume II. Il devient curateur de l’école illustre de Breda en 1646. Cf. Paul Dibon (éd.), Inventaire de la correspondance d’André Rivet (1595-1650), La Haye, Martinus Nijhoff, 1971 ; Hans Bots et Pierre Leroy (éd.), Correspondance intégrale d’André Rivet et de Claude Sarrau, 1641-1650, Amsterdam, APA-Holland University Press, 1978-1982, 3 volumes ; Pierre Leroy, Hans Bots et Els Peters (éd.), Claude Saumaise et André Rivet. Correspondance échangée entre 1632 et 1648, Amsterdam et Maarsen, APA-Holland University Press, 1987. Ajoutons que Jean-Luc Tulot prépare l’édition des lettres adressées, entre 1622 et 1650, à André Rivet par Jean-Maximilien de L’Angle, pasteur de l’Église réformée de Rouen et beau-frère de Samuel Bochart.

5 Françoise Waquet, « L’espace de la République des lettres », in Hans Bots et Françoise Waquet (éd.), Commercium Literrarium. La Communication dans la République des lettres, 1600-1750, Conférence des colloques tenus à Psaris 1992 et à Nimègue 1993, Amsterdam et Maarsen, APA-Holland University Press, 1993, p. 175-189, ici p. 176. Voir aussi, de manière générale, Hans Bots et Françoise Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, 1997.

6 Voir les registres baptêmes de l’Église de Rouen-Quevilly, Archives départementales (AD) de Seine-Maritime, 5 Mi 1766.

7 Sur les aïeux de Samuel Bochart, on peut lire « Bochart », in Henri Bordier (éd.), La France protestante par MM. Eugène et Émile Haag. Deuxième édition, Paris, librairie Sandoz et Fischbacher, 1879, tome 2, col. 647-649, et « Du Moulin », ibid., 1886, tome 5, col. 799 et suivantes. On peut ajouter Émile Lesens (éd.), Histoire de la Réformation à Dieppe, 1557-1657, par Guillaume et Jean Daval dits les policiens religionnaires, publiée pour la première fois, avec une introduction et des notes, Rouen, Société rouennaise de bibliophiles, 1878, tome 1er, p. 146-149. Après avoir été proposant à Londres, où il a rencontré son futur beau-frère, Pierre Du Moulin, René Bochart est appelé à la charge « de surveillant à Dieppe, pour se fasçonner », le 7 septembre 1590. Il devient peu après pasteur de cette même communauté. Avec d’autres, il « redresse » l’Église de Rouen, en 1594. Cette même année, il est « prêté » à Pontorson, près du Mont-Saint-Michel. Il revient ensuite dans la capitale normande. Il a épousé Esther Du Moulin, veuve de Georges Guillebert, à Caen, le 18 juin 1595 : cf. Véronique Petit, La Noblesse protestante de l’élection de Caen de 1589 à 1715, mémoire de maîtrise, Caen, Université de Caen, 2001, p. 122.

8 Pour une présentation générale du cas normand, je me permets de renvoyer à ma thèse, « Réduire les huguenots ». Protestants et pouvoirs en Normandie sous le règne de Louis XIV : processus, acteurs, discours, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2007, tome 1er, chapitres 3 et 4, p. 118-235.

9 De manière générale, on peut lire Édouard-Herbert Smith, « Recherches sur la vie et les principaux ouvrages de Samuel Bochart », Mémoires de l’Académie royale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, 1836, p. 341-377 ; Louis-Daniel Paumier, Éloge historique de Samuel Bochart, Rouen, imprimerie de N. Périaux, 1840 ; « Bochart », in La France protestante..., tome 2, col. 649-665 ; et surtout les deux articles suivants, Éd. Reuss, « Samuel Bochart », Revue de théologie et de philosophie chrétienne, tome 8, janvier-juin 1854, p. 129-156, et « Bochar[t] Samuel », in V. Bourrienne et Tony Genty (éd.), Bio-bibliographie normande. Athenae Normannorum. Manuscrit inédit du R. P. François Martin, cordelier, publié pour la première fois avec introduction, notes, additions et corrections, Caen, L. Jouan éditeur, 1902 et 1903, fascicules 2 et 3, p. 376-413. On peut également se reporter aux travaux suivants : Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen et en Basse-Normandie de l’édit de Nantes à la Révolution, (1898), Paris, Les Bergers et les Mages, 1991, spécialement p. 96, 126-133, 140-141, 159-162, et passim ; François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire..., notamment p. 29, 226, 250-254, 527, 615, 723, 729, et passim ; Jacques Bailbé, « Autour de Samuel Bochart », Mélanges de littérature et d’histoire offerts à Georges Couton, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 75-84.

10 Sur la réputation du pasteur caennais, voir Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 130 et 140-142.

11 Ces thèses, in-4° de 7 p., sont signalées dans la Bio-bibliographie normande..., p. 409-410.

12 Sur cette conférence théologique, cf. Alfred Galland, Essai..., p. 40-44. Voir aussi ma thèse, « Réduire les huguenots »..., tome 1er, p. 136-137.

13 Samuel Bochart, Geographiae sacrae pars prior, Phaleg, seu de dispersione gentium et terrarum divisione facta in aedificatione turris Babel, cum tabula chorographica, et duplici indice, 1. Locorum Scripturae. 2. Rerum et Verborum. Adicti sunt tres alii indices in fine totium operis, Cadomi, typis Petri Cardonelli, 1646, cum privilegio regis et foederatarum Belgii Provinciarum, et, relié au précédent, Geographiae sacrae pars altera, Chanaan, seu de coloniis et sermone phoenicum, cum tabulis chorographicis, et duplici indice, 1. Locorum Scripturae. 2. Rerum et Verborum. Sequuntur tres alii indices in totum opus. 1. Fabularum quae explicantur aut refelluntur. 2. Vocum Phoeniciarum, Graecarum, Romanarum, Gallicarum etc., quae ex Ebrae a lingua et vicinis deducuntur. 3. Vocum Ebraearum, Syrarum, et Arabicarum, quae explicantur aut cum aliis conferuntur, Cadomi, Typis Petri Cardonelli, 1646, cum privilegio regis et foederatarum Belgii Provinciarum.

14 Cf. Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 138. Voir aussi la thèse de Zur Shalev, Geographia sacra. Cartography, Religion and Scholarship in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Ph. D., Princeton University, 2004, chapitre 3.

15 Samuel Bochart, Hierozoicon sive bipetitum opus de animalibus sacrae scripturae. Pars prior agit libris quatuor de animalibus in genere et de quadrupedibus, viviparis et oviparis. Pars posterior agit libris sex de avibus, serpentibus, insectis, aquaticis et fabulosis animalibus, cum indice septuplici I. Locorum Scripturae, II. Auctorum qui citantur, III. Vocum Hebraici, Chaldaici, Syriaci, Samaritanici, et Aethiopici Sermonis, IV. Vocum Arabicarum, V. Graecarum, VI. Romanarum, quae passim explicantur, VII. Rerum, Londini, Tho. Roycroft, Regiae Majestatis in linguis orientalibus, Typographus impensis Jo. Martyn et Jac. Allestry, ad insigne Campanae, in Cœmeterio D. Pauli, 1663, 2 volumes in-fol.

16 On peut lire, à ce sujet, Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 139-140, et la communication de Jean Fraikin, « Serpents et dragons dans le bestiaire sacré de Samuel Bochart, ou le folklore dans la Bible », Cahiers internationaux de symbolisme, no 86-88, 1997, p. 97-128. Ce dernier auteur relativise les critiques formulées par l’exégète dieppois Richard Simon, lequel ne voyait en Bochart qu’un « pur grammairien, un grand faiseur d’étymologies, [...] dont toute l’érudition consiste à se servir de quelques dictionnaires » (passage cité p. 99).

17 J’ai utilisé l’édition de 1712 : Samuelis Bocharti opera omnia. Hoc est Phaleg, Chanaan et Hierozoicon. Quibus accesserunt dissertationes variae. Ad illustrationem sacri codicis aliorumque monumentorum veterum. Praemittitur vita auctoris a Stephano Morino descripta. Et paradisi terrestris delineatio ad mentem Bocharti. Indices denique accurati et mappae geographicae suis locis insertae sunt. In quibus omnibus digerendis atque exornandis operam posuerunt viri clarissimi Johannes Leusden et Petrus de Villemandy. Editio quarta, Lugduni Batavorum, Apud Cornelium Boutesteyn et Samuelem Luchtmans, Trajecti ad Rhenum, Apud Guilielmum vande Water, 1712.

18 Voir les ms. 2488 et 2489 du fonds des Nouvelles acquisitions françaises de la Bibliothèque nationale de France : une description détaillée est donnée dans l’article déjà cité de La France protestante..., col. 659-664. Voir aussi le dossier de la Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, ms. 1640. On peut se reporter également aux ms. in-fol. 11, 27, 402, 429, in-4° 5, 6, 14, 15, 57, et in-8° 1 et 26 de la Bibliothèque de Caen. À ce sujet, cf. la Bio-bibliographie normande..., p. 411-412, et Pierre Ageron, « Les manuscrits arabes de la Bibliothèque de Caen », Annales de Normandie, tome 58, juin 2008, p. 77-133. Voir enfin le ms. 246 de la collection Mancel de la bibliothèque du musée des beaux-arts de Caen.

19 Sur cette question, cf. Jacques Bottin, « La présence flamande à Rouen : l’hôte, l’auberge, la maison », in Jacques Bottin et Donatella Calabi (éd.), Les Étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen âge à l’époque moderne, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002, p. 283-298.

20 Voir La France protestante..., tome 2, col. 650 et 653. À Sedan, Samuel Bochart soutient des thèses en 1615 (philosophie, sous la présidence de Jean Smith), les 1er et 20 novembre 1623 puis le 6 mars 1624 (théologie, Pierre Du Moulin, Jacques Cappel, Abraham Rambourt). À Saumur, la soutenance a lieu le 21 août 1621, sous la présidence de Jean Caméron. Voir notamment les renseignements fournis par François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire..., p. 250. On renvoie aux cotes suivantes de la BnF, D2 1771 (28) et D2 1891 (25) [thèses sedanaises], D2* 3806 [thèses saumuroises]. Voir aussi Hoc est thesaurus disputanionum theologicarum in alma Sedanensi academia variis temporibus habitarum a reverendis celeberrimisque pastoribus et SS. theologicae professoribus DD. Petro Molinaeo, Jacobo Cappello, Abrahamo Ramburtio, Samuele Maresio, Alexandro Colvino, Ludovico Le Blanc, Josua Le Vasseur, Jacobo Alpaeo de S. Maurice. Nunc primum collectus et in lucem emissus, ac in duos tomos distributus, indicibusque necessariis illustratus. Accesserunt aliquot tractatus theologici quos sequentes paginae indicabunt, Genève, Jean-Antoine et Samuel de Tournes, 1661, tome 1er, p. 908-912 et 975-986, et tome 2, p. 367-380 [thèses sedanaises].

21 Cf. Guillaume Du Rieu, Album studiosorum academiae Lugduno Batavae. mdlxxv-mdccclxxv. Accedunt nomina curatorum et professorum per eadem secula, Hagae Comitum, 1875, col. 151.

22 Disputatio theologica decima nona de idolatria, cuius theses favente deo opt. max. preside reverendo clarissimo, doctissimo viro, D. Andrea Riverto, SS. theologiae doctore et professore eximio in illustri academia Lugduno-Batava, tueri conabitur. Samuel Bochartus Rothomagensis, ad diem 23. Junij, horis locoque solitis, Lugduni Batavorum, ex oficina Isaaci Elseviri, Jurati Academiae Typographi, 1621, in-4°, 10 ff. n. c., texte signalé par la Bio-bibliographie normande..., p. 410.

23 Sur l’histoire de l’université de Leyde, on peut consulter Th. H. Lunsingh Scheurleer et G.H.M. Posthumus Meyjes (éd.), Leiden University in the Seventeenth Century. An Exchange of Learning, Leyde, E. J. Brill, 1975, tout spécialement J. C. H. Lebram, « Ein Streit um die hebraïsche Bibel und die Septuaginta », p. 21-63, et J. Brugman, « Arabic Scholarship », p. 203-215. On peut lire aussi Paul Dibon, « L’université de Leyde et la République des lettres au XVIIe siècle », in Regards sur la Hollande du siècle d’or, Naples, Vivarium, « Biblioteca Europea, 1 », 1990, p. 31-85 [article paru initialement dans Quaerendo, tome v, janvier 1975, p. 4-38] ; Roger Zuber, « De Scaliger à Saumaise : Leyde et les grands “critiques français” », BSHPF, t. 126, octobre-décembre 1980, p. 461-488. Enfin, cf. les pages consacrées à Samuel Bochart dans Philologia arabica. Arabische Studiën en drukken in de Nederlanden in de 16de en 17de eeuw. Catalogus. Tentoonstelling Museum Plantin-Moretus. 25 October. 21 December, Anvers, Museum Plantin-Moretus, 1986, p. 210-213.

24 François Laplanche, L’Écriture..., p. 250. La plupart des biographies placent le séjour d’Oxford immédiatement après celui de Saumur : « La guerre civile étant venue, en 1621, interrompre les exercices de cette institution académique [Saumur], Bochart accompagna Caméron en Angleterre, et passa quelques mois dans ce pays, principalement à Oxford [...], puis nous le trouvons à Leyde [...]. » (Édouard-Herbert Smith, « Recherches... », p. 345). Compte tenu des informations données par les matricules universitaires, cette chronologie ne paraît pas soutenable.

25 Toutes les preuves documentaires figurent dans ma thèse, en particulier l’annexe 8, « Réduire les huguenots »..., tome 3, p. 781-788.

26 Rappelons ici que l’université de Caen accueille un petit groupe d’étudiants étrangers, Anglais, Écossais et Néerlandais. Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen..., p. 90-91, en a établi un relevé très sommaire, d’après les registres des facultés de médecine et de droit. Il faut surtout lire les travaux de Paul Dibon, « Le voyage en France des étudiants néerlandais au XVIIe siècle », in Regards sur la Hollande..., p. 110-151, ici p. 137-138 [article initialement paru en 1963], et ceux de W. Th. M. Frijhoff, La Société néerlandaise et ses gradués, 1575-1814. Une recherche sérielle sur le statut des intellectuels à partir des registres universitaires, avec une bibliographie, des annexes statistiques, trois index et un résumé en néerlandais, Amsterdam, APA-Holland University Press, 1981, p. 60-61, 86, 164-167, 236, 238, 383-384, et passim, ainsi que « Le médecin selon Jacques Cahaignes (1548-1612) : autour de deux soutenances en médecine à Caen au début du XVIIe siècle », Lias, tome 10, 1983, no 2, p. 193-215.

27 Cf. Pierre Leroy, Le Dernier Voyage à Paris et en Bourgogne, 1640-1643, du réformé Claude Saumaise. Libre érudition et contrainte politique sous Richelieu, Amsterdam et Maarssen, APA-Holland University Press, 1983, p. 81-82.

28 Ibid., p. 93-94. Voir aussi Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale d’André Rivet et de Claude Sarrau..., tome 1er, notamment p. 8, 12 (octobre 1641), 302, 309 (novembre 1642), 338 (décembre 1642), 362, 373, 386 (janvier 1643), 393, 397 (février 1643), 411, 415, 419, 423, 426, 430 (mars 1643), 436, 445, 455 (avril 1643), 458 (mai 1643). ; tome 2, p. 1, 9 (mai 1643), 52, 60 (juillet 1643), 68, 74, 81 (août 1643), 87 (septembre 1643), 114 (octobre 1643), 256 (avril 1644), 264 (mai 1644).

29 Cf. Paul Dibon et Françoise Waquet, Johannes Fredericus Gronovius, pèlerin de la République des lettres. Recherches sur la voyage savant au XVIIe siècle, Genève, Droz, « École pratique des hautes études, IVe section, Hautes études médiévales et modernes, 53 », 1984, ici p. 177 ; Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 1er, p. 54 : lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 24 janvier 1642 : « M. Gronovius, s’ennuyant au Havre, a passé la mer, et il est allé à Caen y veoir et visiter M. vostre neveu. Ils sont sortis très satisfaits l’un d’avec l’autre, car ils m’en ont touts deux escrit leur contentement mutuel. »

30 Durant les années 1650 et 1660, Bochart et Gronovius entretiennent une correspondance dont il reste quelques traces : voir P. Dibon, H. Bots et E. Bots-Estourgie, Inventaire de la correspondance de Johannes Fredericus Gronovius (1631-1671), Martinus Nijhoff, 1974, p. 225, 229, 333, 337, 339, 340, 366, 409 (lettres de 1653, 1661, 1664, 1667).

31 Lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 2 septembre 1644, texte publié par Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 2, p. 367.

32 Cf. W. Th. M. Frijhoff, La Société néerlandaise et ses gradués..., p. 61, d’après AD Calvados D 874, fol. 107v. Voir aussi Hans Bots, Correspondance de Jacques Dupuy et de Nicolas Heinsius (1646-1656), La Haye, Martinus Nijhoff, 1971, p. xlii-xliii.

33 Lettre d’André Rivet à Claude Saumaise, La Haye, 14 juin 1646, texte publié par Pierre Leroy et alii, Claude Saumaise et André Rivet. Correspondance..., p. 476. Voir aussi la lettre d’André Rivet à Claude Sarrau, La Haye, 2 juillet 1646, texte publié par Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale d’André Rivet et de Claude Sarrau..., tome 3, p. 441 : « Mons. de Saumaise [...] le [l’ouvrage de Samuel Bochart] prise grandement. Il dit seulement qu’en quelques endroits, [l’auteur] manque de sçavoir la langue persienne, en quelques mots qui sont de cette langue, il s’est mespris. Au reste, il luy tesmoigne grande amitié et voudroit bien le faire appeller à Leyde, si on sçait qu’il se puisse libérer du païs de sapience et quitter la France sans son préjudice. À quoy je travailleroy aussi très volontiers. » Voir aussi la lettre de Claude Sarrau à Claude Saumaise, Paris, 19 août 1648, où les mêmes réserves sur la Geographia sacra sont exprimées : « Votre lettre sur le livre de M. Bochart est excellente [...]. Comme il ne sçait pas la langue persique, il peut s’être abusé en ce qui concerne ce païs-là. Il a appris depuis quelques mois la langue éthiopienne ou abyssine [...] Je m’étonne que vous appelliez fondemens ruineux ce qui est pris dans la Bible. [...] il vaut mieux vous laisser à démêler cette querelle avec lui. Seulement, je vous prie qu’il n’en paraisse rien en public. Vous avez dans [cet] ouvrage-là des témoignages en grand nombre de l’estime qu’il fait de vous, dont [ce] seroit le mal reconnoître que de traduire et d’écrire contre le consentiment universel des doctes, ou qui sont estimez tels », texte figurant dans Marquardi Gudii et doctorum virorum ad eum epistolae. Quibus accedunt ex bibliotheca gudiana clarissimorum et doctissimorum virorum, qui superiore et nostro saeculo floruerunt, et Claudii Sarravii senatoris parisiensis epistolae ex eadem bibliotheca auctiores. Curante Petro Burmanno, Utrecht, ad Franciscum Halmam et Gulielmum vande Water, 1697, 2e partie, p. 263.

34 La correspondance d’André Rivet (été 1646) permet de suivre les détails de cette affaire : Correspondance intégrale..., tome 3, p. 445, 449, 452, 467, 476, 482, et Claude Saumaise et André Rivet..., p. 479, 482, 484, 487.

35 Voir les lettres de Claude Saumaise à André Rivet, Leyde, 27 août, 14 septembre et 8 octobre 1648, ibid., p. 539, 543 et 553.

36 En 1652, Samuel Bochart, alors en Suède, paraît de nouveau candidat à une chaire de théologie à l’université de Leyde : cf. Paul Dibon, « Lettres de Samuel Desmarets à Claude Saumaise (1644-1653) », in Regards sur la Hollande du siècle d’or..., p. 389-430, ici p. 426.

37 Sur la « ruée des visiteurs », érudits ou libertins, à la cour de Stockholm au début des années 1650, on peut lire René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, Boivin et Cie, 1943, tome 1er, p. 389-403.

38 Nicolas Heinsius séjourne en Suède entre 1649 et 1651. Claude Saumaise est à la cour de Stockholm en 1650-1651. Isaac Vossius, bibliothécaire de la reine Christine depuis 1649, est un proche de Samuel Bochart. En 1650, ces deux derniers se retrouvent à Paris, comme l’attestent deux lettres de Guy Patin au médecin protestant Charles Spon, Paris, 26 juillet et 16 août 1650, textes publiés par Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, janvier 1649-février 1655, Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque des correspondances, mémoires et journaux, 21 », 2006, tome 1er, p. 704 et 717. Isaac Vossius, qui accompagne Samuel Bochart et Pierre-Daniel Huet sur le chemin d’Amsterdam à Stockholm au printemps 1652, apprend sa disgrâce à la frontière suédoise. La reine Christine demande à son bibliothécaire de mettre un terme aux différends qui l’ont récemment opposé à Claude Saumaise. Vossius ne reviendra en Suède qu’en août 1653. Durant son séjour scandinave, Samuel Bochart joue un rôle de médiateur. Sur tout ceci, voir F. S. de Vrieze, « Academic Relations between Sweden and Holland », in Leiden University in the Seventeenth Century..., p. 345-365, spécialement p. 358-359 et 363 ; Hans Bots, Correspondance de Jacques Dupuy..., p. xliv-xlv, 80 et 97 ; Philip Wolfe, Lettres de Gabriel Naudé à Jacques Dupuy (1632-1652), Edmonton [Canada], lealta, Alta Press, 1982, p. 134-136.

39 Sur ce voyage, voir tout particulièrement Alfred Galland, « De Caen à Stockholm : deux Bas-Normands à la cour de Christine en 1652 », Revue de Cherbourg et de la Basse-Normandie, tome 1er, avril 1907, p. 221-227 ; Léon Tolmer, Pierre-Daniel Huet (1630-1721), humanistephysicien, Bayeux, Colas, 1949, p. 138-170 ; François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire..., p. 250 et 881. Ce dernier auteur signale des lettres adressées par la reine Christine à Samuel Bochart, textes conservés à la Bibliothèque universitaire de Leyde.

40 [Pierre-Daniel Huet], Iter Suecicum ad Johannem Capelanum, S.l., 1662. Ce texte a été présenté et traduit par Brigitte Gauvin, « L’Iter Suecicum (1662) et le voyage en Suède de Pierre-Daniel Huet (1652-1653) », XVIIe siècle, tome 60, no 241, octobre 2008, p. 583-616. Voir aussi la lettre de Guy Patin à son ami Charles Spon, Paris, 28 mai 1652, texte publié par Laure Jestaz, Les Lettres de Guy Patin..., tome 2, p. 895 : Samuel Bochart « est allé premièrement en Hollande y voir M. de Saumaise, chez lequel il a demeuré 4 jours, et est parti pour [la] Suède. [...] Ce M. Bochart travaille par le commandement de ladite reine à un bel ouvrage, De animantibus Sacrae Scripturae, qui n’est pas loin d’estre prest à estre imprimé. J’ay maintefois icy veu et entretenu ledit Bochart ; c’est un homme de 60 ans, qui est fort honneste et fort civil, très sçavant et d’un excellent entretien ».

41 Iter Suecicum..., p. 6.

42 Ibid., p. 7.

43 Alfred Galland, « De Caen à Stockholm... », p. 227.

44 Voir ce que disait déjà Claude Sarrau à André Rivet, dans une lettre du 8 juillet 1645 : « Monsieur Bochart, vostre neveu, est en ville [à Paris], pour se plaindre de quelque taxe à laquelle, pour la sixiesme fois, il a esté mis. Sans de semblables disgrâces, nous ne le verrions jamais », texte publié par Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale d’André Rivet et de Claude Sarrau..., tome 3, p. 161.

45 Cf. la lettre de Jean Chapelain à Nicolas Heinsius, Paris, 29 janvier 1665, texte publié par Bernard Bray, Les Lettres authentiques à Nicolas Heinsius (1649-1672). Une amitié érudite entre France et Hollande, Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque des correspondances, mémoires et journaux, 22 », 2005, p. 432. Paul Dibon, « Le voyage en France... », p. 149, indique que SamuelTennulius, né à Deventer, futur professeur d’histoire et d’éloquence à Nimègue, a rencontré Samuel Bochart, à l’occasion de sa peregrinatio en France, en 1659-1661. La rencontre se fait à Paris. Le pasteur caennais se trouve dans la capitale à la fin du mois d’octobre 1659 : cf. Lea Caminiti Pennarola, Gilles Ménage. Lettres inédites à Pierre-Daniel Huet (1659-1692). Avec une introduction et des notes, Naples, Liguori Editore, 1993, p. 85 et 285-286. Le 18 juillet 1663, dans une autre de ses lettres, Gilles Ménage annonce à Pierre-Daniel Huet que le savant allemand Marquard Gudius « passera par Caen en se retournant en Hollande », après avoir séjourné en Italie et s’être arrêté à Paris.

46 Pour comprendre l’influence des penseurs des Provinces-Unies dans la formation et les recherches de SamuelBochart, on pourrait également analyser en détail le contenu de la « bibliotheca » de l’érudit, en tout cas des livres réputés en provenir, déposés à l’université de Caen en 1732. Je prépare une étude détaillée du catalogue de ces ouvrages, d’après le ms. in-fol. 109 de la Bibliothèque de Caen, fol. 19r-65r (no 545 à no 2662). On peut d’ores et déjà lire le travail de Claudine Poulouin, « La bibliothèque érudite de Samuel Bochart », dans Histoire et représentations des ‘ temps reculés’, de Samuel Bochart à l’Encyclopédie, thèse, Saint-Denis, Université Denis-Diderot, 1997, tome 3, p. 773-834.

47 Éd. Reuss, « Samuel Bochart... », p. 143, considère que le pasteur caennais est « à l’avant-garde de cette génération de philologues-historiens qui, sans le savoir et surtout sans le vouloir, préparèrent une révolution dans les esprits et dans les sciences, jusqu’alors trop exclusivement assujetties aux étroites conceptions du scolasticisme théologique ».

48 Voir l’index analytique fourni par Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 3, p. 533.

49 Lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 7 mai 1644, ibid., tome 2, p. 264.

50 Cf. Georges Lepreux, Gallia typographica, ou répertoire biographique et chronologique de tous les imprimeurs de France, depuis les origines de l’imprimerie jusqu’à la Révolution, Paris, Champion, 1912, tome 3, Province de Normandie, 1er volume, p. 435-437, et 2e volume, p. 180-183.

51 Voir la lettre de Jean-Maximilien de L’Angle à André Rivet, Rouen, 5 août 1644, texte transmis par Jean-Luc Tulot que je remercie, d’après la Bibliothèque universitaire de Leyde, BPL 278, fol. 62-63. Cf. également les lettres d’André Rivet à Claude Sarrau, La Haye, 22 août et 3 octobre 1644, in Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 2, p. 358 et 398.

52 Lettre de Claude Saumaise à André Rivet, Leyde, 8 octobre 1644, in Pierre Leroy et alii, Claude Saumaise et André Rivet. Correspondance..., p. 382 : « Je suis bien aise que M. Bochart veut faire imprimer son livre De origine gentium, mais fasché de ce qu’il n’a pu establir selon son souhait une imprimerie à Caen. J’en parlerai au Maire [Jean Le Maire] de bonne sorte et lui ferai savoir l’estime qu’on doit faire des ouvrages qui sortent de cette main-là et le proffit certain qu’il se doit promettre de l’impression. »

53 Voir la lettre de Claude Saumaise à André Rivet, Leyde, 20 octobre 1644, ibid., p. 385.

54 Lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 12 novembre 1644, in Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 2, p. 430. La fin de 1644 et le début de l’année suivante sont marqués par quelques tergiversations. Voir, par exemple, la lettre de Claude Sarrau à André Rivet, Paris, 13 janvier 1645, ibid., tome 3, p. 21 : « Enfin, M. Bochart est tout à fait résolu, comme il m’escrit par ses dernières, de se servir de vostre crédit pour l’impression de son livre, sans se laisser davantage amuser à M. Cardonnel, qui promet beaucoup et ne fait rien. »

55 Voir les lettres d’André Rivet à Claude Sarrau, La Haye, 18 juin et 10 octobre 1646, ibid., tome 3, p. 429 et 492, avec les notes p. 431 et 493.

56 Le 30 mai 1644, André Rivet note, un peu dépité, dans une lettre adressée à Claude Sarrau : « Je n’apprens rien de Monsieur Bochart que ce que vous dîtes. Il ne m’escrit que par boutades une fois l’an, et puis laisse le commerce », texte publié par Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 2, p. 282.

57 Cf. Paul Dibon (éd.), Inventaire..., p. xiii et passim. La seconde épouse d’André Rivet, Marie Du Moulin, est la demi-sœur de la mère de Samuel Bochart. La sœur de ce dernier, Marie, a épousé, le 1er mai 1616, Jean-Maximilien de L’Angle. Comme on l’a déjà dit, Jean-Luc Tulot prépare l’édition des lettres adressées à André Rivet par le pasteur de L’Angle.

58 La correspondance avec Claude Sarrau, plusieurs fois citée ici, en est la manifestation la plus éclatante.

59 Né en Aquitaine dans une famille nouvellement anoblie, Claude Sarrau est successivement conseiller aux parlements de Rouen (1627-1636) et de Paris. Cf. Rodolphe Peter et Jean Rott, Les Lettres à Jean Calvin de la collection Sarrau, publiées avec une notice sur Claude et Isaac Sarrau, Paris, PUF, « Cahiers de la revue d’histoire et de philosophie religieuses », 1972, p. 10-16. De la correspondance de Sarrau avec Bochart, on possède apparemment peu de choses. Quelques lettres du premier paraissent de manière posthume, en 1654. Elles sont rééditées en 1697, dans le recueil intitulé Marquardi gudii et doctorum virorum ad eum epistolae..., 2e partie. La plupart des missives sont en latin. Le nom de Samuel Bochart y apparaît à plusieurs reprises (voir l’index iii, ainsi que les p. 263, 270, 274, et passim).

60 Pierre Leroy, « “Au nom du père...” : le testament de Claude Sarrau et la vocation de pasteur de son fils Isaac », in Michelle Magdelaine et alii (éd.), De l’Humanisme aux Lumières. Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’Élisabeth Labrousse, Paris et Oxford, Universitas et Voltaire Foundation, 1996, p. 365-380, ici p. 368.

61 Samuel Bochart, Geographiae sacrae pars altera, Chanaan..., dédicace non chiffrée.

62 Jérôme Bignon est nommé grand maître de la bibliothèque du roi en 1642. Dans une lettre à André Rivet, Paris, 4 février 1645, Claude Sarrau indique : « M. Bochart ne peut pas vous envoier si tost son escrit, car il n’en est pas resaisi. Je l’ay mis entre les mains de M. Bignon, qui en fait une estime merveilleuse et le veut achever de lire soigneusement avant que de me le restituer », texte publié par Hans Bots et Pierre Leroy, Correspondance intégrale..., tome 3, p. 38. Sur le rôle des frères Pierre et Jacques Dupuy, gardes de la bibliothèque du roi à partir de 1645, on peut lire notamment Hans Bots, Correspondance de Jacques Dupuy..., p. xxv et suivantes.

63 François Laplanche, L’Écriture, le Sacré et l’Histoire..., p. 250.

64 De nombreuses lettres ont certainement disparu au XIXe siècle, comme le rapporte le pasteur Paumier, qui découvre vers 1818 l’usage qui est fait de quelques-uns des papiers de Samuel Bochart : « depuis plus de 25 ans, [un] épicier s’en servait pour faire des enveloppes » (Louis-Daniel Paumier, Éloge historique..., p. 47).

65 Voir, à ce sujet, Pierre Gouhier, « La société intellectuelle à Caen aux XVIe et XVIIe siècles », La Basse-Normandie et ses poètes à l’époque classique. Actes du colloque organisé par le groupe de recherches sur la littérature française des XVIe et XVIIe siècles, tenu à l’université de Caen en octobre 1975, Cahiers des Annales de Normandie, no 9, 1977, p. 179-194.

66 Après avoir servi dans l’armée de Maurice de Nassau puis dans celle de son frère Frédéric-Henri, le gentilhomme se retire de la vie militaire et voue son existence à l’érudition dans sa demeure située près de Caen. Cf. Raoul Baladié, « La géographie historique de la Grèce antique, au XVIIe siècle, à Caen », Journal des Savants, juillet-décembre 1993, p. 287-331.

67 À ce propos, voir Katherine Stern Brennan, Culture and Dependencies : The Society of the Men of Letters of Caen from 1652 to 1705, Ph.D., John Hopkins University, Baltimore, 1981, et, du même auteur, « Indépendance et dépendance : la fondation de l’académie de Caen et la construction des relations entre Caen et Paris, 1652-1674 », Annales de Normandie, tome 46, décembre 1996, p. 675-696. On peut lire aussi le travail plus ancien de René Delorme, Étude sur Moisant de Brieux (1614-1674), Caen, F. Le Blanc-Hardel, 1872 [extrait des Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen].

68 Sur les rapports entre Pierre-Daniel Huet et Samuel Bochart, de la belle entente du milieu du siècle jusqu’au différend de 1666-1667, cf. April G. Shelford, Transforming the Republic of Letters. Pierre-Daniel Huet and European Intellectual Life, 1650-1720, Rochester, University of Rochester Press, 2007, p. 15, 27-28, 39, avec un schéma particulièrement instructif p. 32. Du même auteur, voir aussi « Amitié et animosité dans la République des lettres : la querelle entre Bochart et Huet », in Suzanne Guellouz (éd.), Pierre-Daniel Huet (1630-1721). Actes du colloque de Caen (12-13 novembre 1993), Paris, Seattle et Tübingen, Biblio 17-83, « Papers on French Seventeenth Century Literature », 1994, p. 99-108. On peut lire enfin Katherine Stern Brennan, « Le zèle religieux et la discipline de la République des lettres à Caen au XVIIe siècle : les rapports entre Pierre-Daniel Huet et Samuel Bochart », Annales de Normandie, tome 46, décembre 1996, p. 697-708.

69 Cf. « Stephanus Morinus de clarissimo Bocharto et omnibus ejus scriptis », in Samuelis Bocharti opera omnia..., 10 p. Voir aussi Alfred Galland, Essai sur l’histoire du protestantisme à Caen..., p. 133-134.

Table des illustrations

Légende Illustration 35. – Portrait de Samuel Bochart, figurant dans le Hierozoicon..., 1663, R. Lochon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Illustration 36. – Carte figurant au début de la Geographiae sacrae pars prior...
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Légende Illustration 37. – Page de titre du Hierozoicon...
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Les lieux de formation de 32 des 54 pasteurs exerçant en Normandie en 1660.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540