Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre calvinistes et catholiques

 | 
Yves Krumenacker

Première partie. Le temps des Réformes

Louis de Nassau et le parti huguenot

Hugues Daussy

Texte intégral

  • 1 Lettre de Walsingham à Leicester, Paris, 12 août 1571, in Mémoires et instructions pour les ambass (...)

« Je voudrais que vous connussiez l’homme : on parle de lui pour le bras et pour la tête comme un autre Coligny. Il est éloquent et moelleux en parole ; mais le principal est qu’en matière de religion il est aussi honnête homme pour les mœurs que franc et de bonne foi pour la négociation. Je crois que Dieu l’a suscité de nos jours pour l’instrument et l’avancement de sa gloire1. »

  • 2 Dans les documents du XVIe siècle, il est fréquemment appelé Ludovic ou Ludovicq.

1Le personnage ainsi décrit par Francis Walsingham, dans une lettre adressée à Leicester le 12 août 1571, n’est autre que le comte Louis2 de Nassau. Il peut sembler étonnant qu’un homme pétri d’une telle variété de qualités n’ait que trop rarement retenu l’attention des historiens, mais cela s’explique aisément par la personnalité exceptionnelle de son frère aîné Guillaume, le prince d’Orange, qui a beaucoup contribué à éclipser le parcours de son cadet. L’essentiel de l’action politique, diplomatique et militaire de Louis a eu pour cadre les Pays-Bas, où il a beaucoup œuvré en faveur des réformés néerlandais, mais son engagement en France, aux côtés des huguenots, mérite également d’être évoqué. Son intervention dans les affaires de France s’articule en trois étapes. Il participe d’abord aux combats de la troisième guerre civile, à partir du mois d’avril 1569. Il joue ensuite un rôle essentiellement diplomatique pendant la phase de rapprochement entre les réformés et la monarchie qui suit la paix de Saint-Germain. Il s’efforce enfin, après le massacre de la Saint-Barthélemy, de favoriser l’établissement d’une pacification civile et religieuse durable dans le royaume de France, en plaidant la cause de ses coreligionnaires français auprès de Charles IX.

  • 3 Projet d’alliance du Prince d’Orange avec l’Amiral de Coligny et le Prince de Condé pour obtenir en (...)
  • 4 Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., vol. II (1567-1572), p. 182-186 ; Stép (...)
  • 5 Pieter Johannes Blok, Lodewijk van Nassau, ‘ s-Gravenhague, Nijhoff, 1889, p. 60-67; Anton Van der(...)

2C’est à l’occasion de la troisième guerre civile que le comte Louis intervient pour la première fois dans les affaires de France. Au mois d’août 1568, un projet d’alliance entre son frère, Guillaume d’Orange, et les chefs du parti huguenot, Louis de Condé et Gaspard de Coligny, a été élaboré. Il prévoit que chaque partie devra porter secours à l’autre en cas de péril, l’accord étant conclu de manière « ferme et inviolable pour le service de Dieu, des Roys nos souverains et du bien publicq3 ». Même s’il n’a, a priori, jamais été officiellement ratifié, la validité de texte n’en est pas moins reconnue. C’est en application des dispositions qu’il contient qu’en avril 1569, après une valse-hésitation de plusieurs mois, Guillaume et Louis de Nassau décident de répondre à l’appel à l’aide lancé par les huguenots en direction des princes protestants étrangers4. Leur intervention est certes motivée par le désir de porter secours aux réformés français, mais l’entrée dans le royaume de France permet également au prince d’Orange et aux siens de se soustraire à la pression militaire exercée sur eux par le duc d’Albe. Le gouverneur général des Pays-Bas a en effet écrasé leur armée à Jemmingen, le 21 juillet 1568, leur infligeant une déroute dont le comte Louis a réchappé de justesse en traversant l’Ems à la nage ! Les exploits militaires antérieurs et le comportement héroïque de ce même Louis, notamment à la bataille d’Heilligerlee, en Frise, remportée quelques mois auparavant, n’ont pu éviter cette lourde défaite à ses coreligionnaires5.

  • 6 La jonction s’opère à Jussy le 6 avril 1569. Information fournie par une lettre de Gervais Barbier (...)
  • 7 Jules Delaborde, Gaspard de Coligny, amiral de France, tome III, Paris, Fischbacher, 1882, p. 134.
  • 8 Le parcours accompli par Louis de Nassau et son frère le prince d’Orange à travers le royaume est (...)
  • 9 Bernard Quilliet, Guillaume le Taciturne, Paris, Fayard, 1994, p. 341.
  • 10 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, tome V (1564-1570), Londres, 1734, p. 630 ; Stéphan (...)
  • 11 Afin de conduire un renfort de reîtres à Coligny, placé à la tête de l’armée, il abandonne le comm (...)
  • 12 François de La Noue, Discours politiques..., op. cit., p. 765 et Agrippa d’Aubigné, Histoire unive (...)
  • 13 Philip Benedict, Graphic History. The Wars, Massacres and Troubles of Tortorel and Perrissin, Genè (...)
  • 14 Jean de Serres, Mémoires de la troisième guerre civile et des derniers troubles de France, s. l., (...)

3La situation des réformés français n’est alors guère plus brillante. Lorsque les deux frères pénètrent en France, les huguenots viennent en effet de perdre la bataille de Jarnac, au terme de laquelle Condé a été tué. À la tête d’un corps expéditionnaire de 600 chevaux, Guillaume, Louis et leur cadet Henri opèrent rapidement la jonction avec une autre armée de secours, commandée par le Duc des Deux-Ponts6. Après deux mois d’une progression sans difficulté à travers le royaume, c’est le 22 juin, juste avant le combat victorieux de La Roche-L’Abeille, auquel Louis de Nassau prend part au sein de l’avant-garde de l’armée protestante conduite par Coligny7, que les renforts étrangers se joignent aux troupes réformées8. Le prince d’Orange n’y demeure toutefois que peu de temps. Appelé en Allemagne afin de préparer une nouvelle campagne aux Pays-Bas, il quitte l’armée dès la fin du mois de septembre9. Louis, qui est resté avec son frère Henri aux côtés de Coligny et des jeunes princes de Navarre et de Condé, se distingue par son courage à la bataille de Moncontour, le 3 octobre 1569. En l’absence du comte de La Rochefoucault, malade, c’est à lui qu’est confié le commandement du corps de bataille, sous l’autorité supérieure de l’Amiral10. Même si son désir de combattre était tel qu’il commit, selon certains observateurs, une erreur tactique préjudiciable à son camp11, François de La Noue, fin connaisseur en la matière, mais aussi Agrippa d’Aubigné, non moins habile à évaluer la valeur militaire, ont souligné la bravoure du comte lors du combat et son habileté à sauver finalement une partie de l’armée protestante de la déroute12. Car la bataille se solde par un nouvel échec. Il n’est toutefois pas sans intérêt d’observer que ces louanges sortent presque invariablement de plumes réformées, sans doute soucieuses de mettre en relief les hauts-faits d’un prince calviniste étranger venu secourir ses coreligionnaires français. Sur la scène gravée en 1570 par l’artiste réformé Jean Perrissin afin d’évoquer la défaite de Moncontour, la seule allusion à l’intervention de Louis de Nassau concerne la retraite bien ordonnée de quatorze cornettes de reîtres, organisée conjointement avec le comte Wolrad de Mansfeld13. Jean de Serres, dans ses Mémoires de la troisième guerre civile, donne du relief à cet acte finalement peu glorieux en le qualifiant de « chose remarquable en telle desroute14 ».

  • 15 Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Œuvres complètes, tome II : Grands capitaines estrange (...)
  • 16 François de La Noue, Discours politiques..., op. cit., p. 777.

4Cet épisode ne doit toutefois pas ternir les qualités de combattant qu’il manifeste à cette occasion et sa détermination à faire triompher la cause réformée, deux éléments constitutifs essentiels de la personnalité de Louis qui font irrésistiblement penser aux vertus caractéristiques de François d’Andelot, l’intrépide frère de Coligny décédé des suites d’un empoisonnement quelques mois plus tôt. Brantôme, qui a eu l’occasion de recevoir chez lui les deux frères durant leur séjour dans le royaume, établit une comparaison révélatrice des caractères de Louis et Guillaume. Alors que le comte est réputé « plus hardy et hasardeux », le prince d’Orange lui paraît « plus sage, plus meur que luy et plus avisé15 ». Lorsque l’Amiral tombe malade au terme de cette très dure campagne, La Noue laisse ainsi entendre que Louis de Nassau, « brave chef et bien estimé des François », serait le plus apte à prendre la tête de l’armée si Coligny venait à disparaître, non sans émettre une réserve relative à son manque « d’expérience16 ».

  • 17 Au sujet du rôle joué par Louis de Nassau lors des derniers combats, voir notamment le récit d’Agr (...)
  • 18 L’article 19 déclare une amnistie pour tous les princes et capitaines étrangers qui ont porté seco (...)

5Après avoir participé à la fin de la campagne17, le comte Louis ne semble pas avoir contribué à la négociation de la paix, conclue à Saint-Germain-en-Laye au mois d’août 1570. La détermination du roi de France à faire preuve de bonne volonté avec les princes de la maison de Nassau trouve une expression concrète dans les articles 19 et 30 de l’Édit de Saint-Germain18. Sa volonté de ménager le comte Louis et son frère s’y exprime notamment par la restitution de la principauté d’Orange ainsi que de toutes les possessions, les droits et les titres qu’ils possèdent dans le royaume.

  • 19 Mickaël Augeron, « Coligny et les Espagnols à travers la course (ca. 1560-1572) : une politique ma (...)
  • 20 Mickaël Augeron, « Course et protestantisme à La Rochelle vus par les Espagnols, d’après les Archi (...)
  • 21 Mickaël Augeron, « Coligny et les Espagnols... », art. cit., p. 173.
  • 22 Aux côtés des paraphes de Jeanne d’Albret, Henri de Navarre, Henri de Condé et Gaspard de Coligny (...)

6Commence alors la deuxième phase de l’action de Louis de Nassau en France. Le comte choisit en effet de ne pas quitter le royaume, non seulement pour être plus proche de la principauté d’Orange, dont il assure la régence en l’absence de son frère, mais surtout afin d’exploiter au mieux une conjoncture qui paraît désormais plus favorable aux intérêts réformés. Établi à La Rochelle entre août 1570 et juillet 1571, en compagnie de tous les chefs huguenots, il utilise ce port comme base arrière pour les corsaires de Zélande qui, sous son autorité, interceptent et rançonnent les navires ennemis, des bouches de la Meuse à celles de la Loire. Durant cette période, les corsaires rochelais entretiennent des contacts étroits avec ces marins néerlandais et le comte Louis agit en bonne intelligence avec les chefs du parti huguenot. Il arrive ainsi que Jeanne d’Albret et Coligny fournissent du ravitaillement à sa flotte, mais aussi que les escadres fran-çaises et néerlandaises envisagent la conduite d’actions coordonnées contre les navires espagnols, afin de priver Philippe II d’une partie des ressources venues d’Amérique19. Lors de ces expéditions, les « gueux de mer » font preuve d’une efficacité qui vaut au comte Louis les honneurs des rapports de la diplomatie ibérique. Il y est désigné, de manière significative, comme le cabeça de las armadas de la Rochela20. Il semble également qu’un projet de constitution d’une flotte gigantesque, composée de 70 à 80 navires, a été élaboré, en janvier 1571, conjointement par Coligny, Louis de Nassau et les princes, mais il a finalement avorté21. Pendant son long séjour rochelais, le comte Louis assiste aussi, au mois d’avril 1571, au septième synode national des Églises réformées de France au terme duquel il appose sa signature au bas de la Confession de foi22, symbole de solidarité entre les réformés français et néerlandais.

  • 23 Pieter Johannes Van Herwerden, Het verblijf van Lodewijk..., op. cit., p. 86-90 ; Kervyn de Letten (...)
  • 24 Nancy Lyman Roelker, Jeanne d’Albret, reine de Navarre (1528-1572), Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)
  • 25 La correspondance de l’ambassadeur espagnol Alava prouve que ce projet est conçu dès avant la sign (...)
  • 26 Nicola Mary Sutherland, The Huguenot Struggle for Recognition, New Haven and London, Yale Universi (...)

7L’engagement du frère du prince d’Orange au service des intérêts réformés s’exprime toutefois essentiellement sur le terrain diplomatique. Le but qu’il poursuit alors est d’orienter la politique des chefs huguenots, mais aussi celle de Charles IX et de Catherine de Médicis, afin de réunir les conditions d’une intervention militaire française aux Pays-Bas en faveur de la cause défendue par le prince d’Orange. Alors qu’il espère également obtenir le soutien financier et naval de l’Angleterre23, le comte Louis considère que la paix restaurée dans le royaume de France, grâce à la signature de l’édit de Saint-Germain, permet désormais d’employer utilement l’ardeur belliqueuse d’une noblesse française réunifiée afin de combattre l’ennemi espagnol. Cet argument devient la clé de voûte de la politique française du comte de Nassau qui jouit alors de l’estime de Jeanne d’Albret24. Il s’efforce d’utiliser cette bonne entente afin de peser, plus ou moins discrètement, sur le jeu très complexe des négociations matrimoniales qui monopolisent l’attention des diplomates. Le comte tente d’orienter la décision vers une double alliance, qu’il juge profitable aux intérêts de la Réforme en général et à ceux de ses coreligionnaires néerlandais en particulier. Il souhaite que les tractations engagées entre la reine mère et Jeanne d’Albret afin de marier leurs enfants, Marguerite de Valois et Henri de Navarre, puissent aboutir favorablement. Il estime que cette union scellerait durablement la réconciliation entre catholiques et protestants français, libérant ainsi les énergies devenues disponibles pour une intervention militaire aux Pays-Bas25. Sur ce point, il est en désaccord avec Coligny qui préférerait nettement un mariage entre la reine d’Angleterre et le prince de Navarre. L’Amiral craint non seulement qu’une union de ce dernier avec Marguerite de Valois ne fasse perdre au parti huguenot sa principale figure de proue, car les catholiques ne tarderont pas à le pousser vers l’abjuration, mais il doute également de la possibilité d’un engagement de Charles IX aux côtés du prince d’Orange. Favorable à une intervention aux Pays-Bas, ne serait-ce que pour s’acquitter de la dette qu’il a contractée envers Guillaume et Louis de Nassau et respecter les termes de l’accord conclu en 1568, Coligny considère que l’Angleterre est la plus apte à prendre l’initiative d’une intervention ; il juge par conséquent opportun de resserrer les liens avec Élisabeth au moyen d’une alliance matrimoniale26.

  • 27 Susan Doran, Monarchy and Matrimony..., op. cit., p. 101; Susan Doran, Elizabeth i and Foreign Pol (...)
  • 28 L’idée d’un mariage entre Henri de Navarre et Marguerite de Valois n’était pas nouvelle. Le projet (...)
  • 29 Ibid., p. 331.
  • 30 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye, publiés par Alphonse de Ruble, tome I (1570-1577), Paris (...)
  • 31 Junko Shimizu, Conflict of Loyalties..., op. cit., p. 150-151.
  • 32 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye..., tome I, op. cit., p. 20-21.
  • 33 Vue avec le recul, la décision de Jeanne d’Albret d’opter pour le mariage Valois peut-être considé (...)
  • 34 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye..., op. cit., tome I, p. 99-101.

8Loin de partager cette vision de la situation, Louis de Nassau est partisan d’une autre union pour Élisabeth. C’est avec un prince Valois qu’il veut la marier, l’un des deux frères du roi. Le duc d’Anjou dans un premier temps puis, après l’abandon rapide de cette éventualité, le duc d’Alençon27. Une telle alliance contribuerait, selon lui, à fixer le roi de France dans le camp réformé. Elle favoriserait également la lutte contre les Espagnols dans les Flandres. Pendant plusieurs mois, le comte travaille dans l’ombre, s’entremet, s’agite de tous côtés afin de favoriser l’aboutissement de ce double projet. Jeanne d’Albret semble sur la même longueur d’ondes. Elle n’est pas disposée à marier son fils à une princesse étrangère qui ne ferait, au bout du compte, de lui qu’un prince consort et se montre favorable au projet d’union avec Marguerite, mais pas à n’importe quelles conditions28. La proximité de Louis de Nassau avec la reine de Navarre fait de lui un homme clé de la négociation. Les partisans d’un mariage anglais pour le prince Henri, tel Michel de La Huguerye ou le diplomate Robert Beale, qui agissent au nom de Coligny et de Walsingham, s’efforcent de faire changer le comte d’avis et d’obtenir son appui. Bien que remis en doute par Nancy Roelker29, il ne semble pas inutile de faire état du récit que La Huguerye donne de trois entretiens censés avoir eu lieu à La Rochelle, entre la reine de Navarre et le comte Louis, à la fin du mois d’août 1571. Les partisans du mariage anglais auraient, selon cet auteur, réussi à semer le doute dans l’esprit du frère du prince d’Orange et obtenu de lui qu’il intercède en faveur de leur projet auprès de Jeanne d’Albret qui demeure inflexible30. Devant la détermination de la reine de Navarre, Coligny doit finalement se ranger à son avis31. Comme le suggère Nancy Roelker, les informations données par La Huguerye au sujet de cet hypo-thétique retournement de Louis de Nassau dans l’affaire du mariage doivent être prises avec précaution, car cet agent diplomatique fort habile n’hésite pas à travestir la vérité lorsqu’elle le dérange. Mais il est impossible de trancher avec certitude en faveur d’une falsification totale des faits, même s’il est probable que l’aversion bien connue de La Huguerye à l’égard de Jeanne d’Albret32 et le regret que lui inspire l’échec du projet anglais l’ont peut-être conduit à vouloir exonérer Louis de Nassau de toute responsabilité dans ce choix qu’il considère comme une grave erreur politique33. Entré au service du comte Louis quelques mois après les faits, au printemps 157234, il a pu vouloir mettre en valeur sa sagacité. Quoi qu’il en soit, même dans l’hypothèse où Louis de Nassau aurait, pendant quelques jours, penché du côté des huguenots favorables à une union d’Henri de Navarre avec Élisabeth, il ne fait toutefois aucun doute qu’il se réjouit finalement de la décision prise par la reine de Navarre, beaucoup plus favorable à la mise en œuvre de la politique interventionniste qu’il préconise depuis plusieurs mois en direction des Pays-Bas.

  • 35 Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., tome II, p. 299-300. Voir aussi la let (...)
  • 36 Les rapports de l’ambassadeur espagnol Alava apportent des informations décisives. Valentin Vazque (...)
  • 37 D’après la lettre de Francis Walsingham à Lord Burgley, Paris, 12 août 1571, dans Dudley Digges, T (...)
  • 38 Les lettres et rapports de ces diplomates sont abondamment cités par Kervyn de Lettenhove, Les hug (...)
  • 39 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Blois, 15 octobre 1571, in Négociations diplomatiques de (...)
  • 40 Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., tome II, p. 347.
  • 41 L’ambassadeur Petrucci fait état de ce rôle décisif dans une lettre qu’il adresse de Blois à Franç (...)

9Parce qu’il bénéficie de l’oreille de Jeanne d’Albret, le comte Louis est également l’objet de nombreuses sollicitations de la part du roi et de la reine mère, avec lesquels il entretient des contacts réguliers. Ses souhaits s’accordent en effet assez bien avec ceux de Catherine de Médicis et de Charles IX, qui veulent absolument conclure l’union pacificatrice entre Henri et Marguerite. Car si la reine de Navarre est hostile à l’union de son fils avec Élisabeth d’Angleterre, elle n’est pas pour autant encore définitivement séduite par les propositions de la reine mère. Celle-ci s’efforce d’obtenir l’appui du comte Louis dès le mois de mars 1571, afin de vaincre les dernières réticences de Jeanne d’Albret. Par le truchement de Gian Galeazzo Fregoso, envoyé vers Louis par Catherine, le contact est noué. Pour convaincre le comte de Nassau d’user de son crédit auprès de la reine de Navarre, on lui présente la perspective de la réalisation de son souhait le plus cher, c’est-à-dire une intervention française aux Pays-Bas35. Louis obtient deux entrevues avec Charles IX. La première a probablement lieu en Brie, au château de Lumigny, le 19 juillet 1571, et se trouve pro-longée par une seconde rencontre à Fontainebleau du 28 au 30 juillet36. Il n’est pas impossible qu’un plan de partage des Pays-Bas ait été envisagé à cette occasion. En cas de victoire sur l’Espagne, la France aurait reçu la Flandre et l’Artois, l’Angleterre se serait vue attribuer la Zélande et des ports hollandais, Guillaume d’Orange recevant de l’Empire la domination sur le Brabant, la Gueldre et le Luxembourg37. Même si les choses paraissent alors assez bien engagées, le roi de France n’accepte toutefois d’intervenir qu’à la condition d’une action concertée avec l’Angleterre et les princes protestants allemands. Partout, le bruit court qu’un accord est sur le point d’être conclu. Les rapports et la correspondance des observateurs étrangers, notamment ceux du diplomate espagnol don Francès de Alava, de l’ambassadeur anglais Francis Walsingham et d’Hubert Languet, agent de l’électeur de Saxe, attestent le rôle prépondérant joué par Louis de Nassau dans ces négociations secrètes38 qui se poursuivent lors du séjour du comte à Blois, à partir du mois d’octobre 1571. L’ambassadeur toscan Petrucci rapporte l’excellent accueil réservé au comte par le roi39, avec qui il a des entretiens réguliers au cours desquels Charles IX le berce des plus douces illusions au sujet d’une intervention française aux Pays-Bas40. Mais rien ne vient concrétiser ces belles promesses alors que le comte Louis répond à tous les espoirs placés en lui par la reine mère, puisqu’il joue un rôle décisif dans la conclusion définitive du mariage entre le prince de Navarre et Marguerite de Valois au cours d’entretiens qui ont lieu à Blois au début d’avril 157241.

  • 42 Nicola Mary Sutherland, The Massacre of St. Bartholomew and the European Conflict (1559-1572), Lon (...)
  • 43 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Blois, 30 novembre 1571, in Négociations diplomatiques d (...)
  • 44 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Paris, 19 mars 1572, in Ibid., tome III, p. 755.
  • 45 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Blois, 30 novembre 1571, in Ibid., op. cit., tome III, p (...)
  • 46 Nancy Lyman Roelker, Jeanne d’Albret..., op. cit., p. 354-355 et 361.
  • 47 Isabelle Pebay-Clottes et Paul Mironneau, « Le goût du bel objet à propos des richesses d’art de J (...)

10On ne peut toutefois éviter de s’interroger sur la nature du jeu auquel le comte de Nassau a accepté de se livrer. En se faisant presque le porteparole de Catherine de Médicis auprès de Jeanne d’Albret et des princes réformés, dans le cadre de la négociation du mariage Valois-Bourbon, n’oublie-t-il pas l’intérêt des huguenots au profit de ceux des calvinistes néerlandais ? Ne sacrifie-t-il pas tout à sa volonté d’obtenir l’appui du roi de France contre Philippe II ? La question mérite d’être posée, d’autant plus qu’en récompense de ses services, il obtient d’abord une pension de 1 000 écus42, puis une autre pension ordinaire de 15 000 francs43 qui est finalement portée à 120 000 francs annuels44. Une telle générosité ne manque pas de susciter des jalousies et l’ambassadeur toscan Petrucci n’hésite pas à affirmer à son maître qu’afin de se montrer plus persuasif, le frère du prince d’Orange est même allé jusqu’à promettre au roi de France de porter les armes contre les huguenots si jamais ils venaient à troubler la paix !45 Mais sans doute ne faut-il pas se fier aux apparences, et peut-être convient-il plutôt de voir dans cette attitude équivoque une manifestation de l’habileté diplomatique de Louis. Son comportement ne trouble en tout cas pas le moins du monde Jeanne d’Albret, pourtant réputée pour sa méfiance, qui semble toujours plus en accord avec les objectifs poursuivis par le comte. Le 11 mars 1572, elle écrit à Beauvoir : « Plaignez moi pour estre la plus travaillée personne du monde [...] assaillie estrangement d’ennemys et d’amys, et ne suis assistée de guière de gens. Monsieur le comte Ludovic de Nassau me sert infiniment, et se range tout à moy46 ». On ne peut être plus clair. Le 5 mai 1572, un mois après avoir finalement donné son accord pour le mariage de son fils avec la sœur du roi, elle se rend d’ailleurs à Vendôme en sa compagnie, afin de faire élever un monument à Louis de Condé. Quelques semaines plus tard, en juin 1572, peu avant de mourir, elle lui fera don d’une horloge en cadeau de souvenir et d’amitié47.

  • 48 Junko Shimizu, Conflict of Loyalties..., op. cit., p. 158.
  • 49 Les 23 et 24 mai 1572, Louis de Nassau s’empare de Valenciennes et de Mons. Valenciennes est repri (...)
  • 50 Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’État, Paris, Gallimard, 2007, p. 8 (...)

11C’est donc semble-t-il en harmonie avec la reine de Navarre, mais aussi finalement avec Coligny, qui ne ménage pas sa peine pour emporter l’adhésion des principaux membres du conseil du roi au projet d’intervention aux Pays-Bas, que Louis de Nassau multiplie les efforts afin d’obtenir l’engagement au moins officieux de la France. Dans cette optique, il œuvre en faveur de la conclusion à Blois, le 19 avril 1572, d’un traité d’alliance défensive entre la France et l’Angleterre48. Celui-ci assure à Charles IX un appui militaire en cas d’offensive espagnole, ce qui doit contribuer à le rassurer et le pousser à faire preuve d’audace. Mais malgré les promesses de soutien que le roi de France renouvelle sans cesse au comte Louis, il y a toutefois loin du projet à sa mise en œuvre. Le bruit court dans les courriers diplomatiques que le mariage entre Henri et Marguerite, qui doit se dérouler au mois d’août, pourrait être le signal de la prise d’armes. Mais le 16 mai 1572, lorsque Louis de Nassau quitte Paris pour les Flandres à la tête d’un corps expéditionnaire comprenant nombre de capitaines huguenots49, Charles IX n’a apparemment encore pris aucune décision définitive. Pire encore, quand à la mi-juillet la nouvelle annonçant la défaite de Genlis parvient à Paris, le roi de France désavoue publiquement l’entreprise50. Quelques semaines plus tard, le massacre de la Saint-Barthélemy ruine provisoirement tout espoir et bouleverse le jeu politique international.

  • 51 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye..., op. cit., tome I, p. 153-158.
  • 52 Lettre de Théodore de Bèze à Louis de Nassau, Genève, 25 mai 1573, in Correspondance de Théodore d (...)
  • 53 Au sujet de ces négociations très complexes, voir Guillaume Groen Van Prinsterer (éd.), Archives e (...)
  • 54 Remonstrance faicte au Roy par le Conte Ludovic de Nassau touchant les moyens de remédier aux troub (...)

12Dans le cadre de la vaste opération diplomatique engagée par la France auprès des princes protestants étrangers, afin de justifier les massacres d’août 1572, Gian Galeazzo Fregoso est envoyé à Syburg dès novembre 1572. Il est chargé d’assurer Louis de Nassau des bonnes intentions du roi à son égard. C’est avec une méfiance bien compréhensible que le comte accueille l’émissaire royal, mais il ne ferme toutefois pas la porte à une reprise du dialogue51. En attendant que la situation se décante, il vient en aide aux réfugiés huguenots et s’efforce sans succès d’intercéder en faveur de la veuve de Coligny, prisonnière du duc de Savoie52. À partir du mois de mars 1573, c’est avec Gaspard de Schomberg, un autre envoyé du roi de France, que le comte Louis entre à nouveau en négociations. Il s’agit encore et toujours de conclure une alliance entre la France et les réformés néerlandais, afin de permettre à ces derniers de triompher de la tyrannie espagnole. Longs et complexes, les pourparlers engagés par Louis de Nassau n’aboutissent à aucun engagement réellement clair de la part du roi de France, même si le projet d’une intervention aux Pays-Bas du plus jeune de ses frères, le duc d’Alençon, commence à être envisagé53. Cet espoir d’obtenir enfin l’appui de la monarchie française, pour vaincre l’ennemi espagnol, rend encore plus nécessaire la propension déjà naturelle de Louis de Nassau à plaider auprès de Charles IX l’établissement dans le royaume d’une paix civile et religieuse durable. Seul un royaume de France purgé de ses troubles internes pourra en effet offrir au prince d’Orange l’aide tant attendue. C’est dans cette perspective que le frère de Guillaume adresse au roi de France, le 1er juin 1573, la Remonstrance faicte au Roy par le Conte Ludovic de Nassau touchant les moyens de remédier aux troubles du royaulme54. Dans ce texte remarquable, vibrant plaidoyer en faveur de ses coreligionnaires français, il subordonne toute réconciliation définitive de la France avec les princes protestants étrangers à la cessation de la guerre contre les huguenots. Ainsi, pour « recouvrir la réputation dont les excez passez l’ont despouillé », il faudrait que Charles IX

  • 55 Ibid., p. 83*.

« cessast en premier lieu de faire la guerre à ses subjectz de la religion, qui est le vray et seul fondement sur lequel elle peult rebastir de nouveau sa reputation et tout ce qu’elle voudra avec les dicts Princes ; car aultrement il n’est possible de rien avoir. Ils fondent tous leur comportement sur cela, car ilz ne pourront jamais esperer ferme amitié et alliance avec S. M., pendant qu’elle se monstrera tant contre eulx en ce poinct principal de la religion, qui a tant de commandementz sur les actions des hommes55. »

  • 56 Ibid., p. 85*.
  • 57 Ibid., p. 86*.
  • 58 Ibid., p. 89*.

13Louis de Nassau décrit ensuite l’état de délabrement auquel le royaume de France est confronté à cause de la guerre civile qui a repris avec le massacre de la Saint-Barthélemy. Le roi, parce qu’il a « voulu forcer les consciences de ses sujets », s’est privé de « la plus fort colomne de sa couronne, qui est l’amour et bienveillance de ses subjetcs ». C’est à la relation de défiance qui existe désormais entre le souverain et les Français que fait ici allusion le comte Louis. Tous les maux qui rongent le royaume sont donc dus, selon lui, aux persécutions et à la guerre conduites contre les huguenots. Si elles ne cessent pas rapidement, la France s’écroulera comme un « vieil bastiment56 ». Quant aux espoirs nourris par les frères de Charles IX, l’accession au trône de Pologne pour le duc d’Anjou et le mariage avec la reine d’Angleterre pour le duc d’Alençon, ils resteront vains aussi longtemps que le roi continuera « à faire la guerre à ceulx de la religion et ne les point endurer en son royaume57 ». Une trop longue per-sévérance, de la part de Charles ix, dans une attitude hostile à l’encontre des réformés français laisserait en effet trop mal augurer du comportement de ses cadets à l’égard des protestants anglais et polonais. Avec une grande fermeté et une grande liberté, Louis de Nassau n’hésite pas à ajouter que le comportement du roi à l’égard de Coligny, dont il a permis l’assassinat après l’avoir assuré de son soutien, n’encourage pas le prince d’Orange à se fier à sa parole, lorsqu’il lui fait à nouveau miroiter la perspective d’un secours. Il conclut en renouvelant son appel, affirmant que la religion « est une affection enracinée ès cœur des hommes, qu’on ne peult arracher avec les armes ». Le seul moyen d’éviter la ruine du royaume de France est donc de faire « une bonne paix en son royaulme, [...] cessant de tour-menter ses pouvres subjects de la relligion58 ».

  • 59 Guillaume Groen Van Prinsterer (éd.), Archives et correspondance inédites..., op. cit., tome IV, p (...)

14Il est difficile de mesurer l’impact précis de ce discours audacieux, qui témoigne à la fois de la place prépondérante accordée par le comte Louis à la défense de la cause réformée et de son souci de voir la paix rétablie en France, seul le souverain d’un royaume en paix étant susceptible de venir en aide aux révoltés néerlandais. Quoi qu’il en soit, l’édit de pacification de Boulogne, signé en juillet 1573, vient combler son attente et a pour conséquence l’accélération des négociations. Toutefois, malgré son industrie et les avancées permises par l’entrevue de Blamont, où il rencontre en novembre 1573 Catherine de Médicis, François d’Alençon et le fils cadet de l’Électeur palatin59, Louis de Nassau attend toujours vainement l’aide militaire promise lorsqu’il est tué le 14 avril 1574 à la bataille de Mook.

15Ardent défenseur de la cause réformée, combattant valeureux et habile négociateur, Louis de Nassau correspond donc bien au portrait que dressait de lui Walsingham. Son intervention dans les affaires de France, auxquelles il s’est trouvé mêlé de manière intensive pendant les cinq der-nières années de sa vie, a obéi à une double logique. Tout en œuvrant en faveur de la cause huguenote, il a cherché à favoriser celle des réformés néerlandais. Le dénominateur commun aux deux équations qu’il lui fallait résoudre n’était autre que la paix, que l’établissement d’une coexistence pacifique durable dans le royaume de France. En garantissant la survie des huguenots, elle devait permettre une intervention militaire française aux Pays-Bas, seule susceptible de libérer les Néerlandais de la tyrannie espagnole.

Notes

1 Lettre de Walsingham à Leicester, Paris, 12 août 1571, in Mémoires et instructions pour les ambassadeurs ou lettres et négociations de Walsingham, ministre et secrétaire d’État sous Élisabeth reine d’Angleterre, Amsterdam, George Gallet, 1700, p. 144.

2 Dans les documents du XVIe siècle, il est fréquemment appelé Ludovic ou Ludovicq.

3 Projet d’alliance du Prince d’Orange avec l’Amiral de Coligny et le Prince de Condé pour obtenir entière liberté de conscience dans les Pays-Bas et en France, août 1568, publié in Guillaume Groen Van Prinsterer (éd.), Archives et correspondance inédites de la maison d’Orange-Nassau, Première série, tome III (1567-1572), Leyde, S. et J. Luchtmans, 1836, p. 284-286.

4 Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., vol. II (1567-1572), p. 182-186 ; Stéphane Gigon, La troisième guerre de religion. Jarnac, Moncontour (1568-1569), Paris, Charles-Lavauzelle, 1909, p. 232.

5 Pieter Johannes Blok, Lodewijk van Nassau, ‘ s-Gravenhague, Nijhoff, 1889, p. 60-67; Anton Van der Lem, Opstand! Der Aufstand in den Nederlanden, Berlin, Wagenbach, 1996, p. 73-75; Simon Groenveld (dir.), De Tachtigjarige Oorlog: opstand en consolidatie in de Nederlanden (ca. 1560-1650), Zutphen, Walburg Pers, 2008, p. 84.

6 La jonction s’opère à Jussy le 6 avril 1569. Information fournie par une lettre de Gervais Barbier de Francourt, agent des chefs huguenots auprès du duc des Deux-Ponts, datée du 6 avril 1569. Lettre interceptée, conservée au Public Record Office, SP foreign 70/106, fol. 89 v °.

7 Jules Delaborde, Gaspard de Coligny, amiral de France, tome III, Paris, Fischbacher, 1882, p. 134.

8 Le parcours accompli par Louis de Nassau et son frère le prince d’Orange à travers le royaume est retracé dans Pieter Johannes Van Herwerden, Het verblijf van Lodewijk van Nassau in Frankrijk. Hugenoten en Geuzen (1568-1572), Assen, Van Gorcum, 1932, p. 52-59.

9 Bernard Quilliet, Guillaume le Taciturne, Paris, Fayard, 1994, p. 341.

10 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, tome V (1564-1570), Londres, 1734, p. 630 ; Stéphane Gigon, La troisième guerre..., op. cit., p. 319-346.

11 Afin de conduire un renfort de reîtres à Coligny, placé à la tête de l’armée, il abandonne le commandement du principal corps de bataille qui, dépourvu de direction, perd de son poids dans la mêlée. Voir Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, édition par André Thierry, tome III, Genève, Droz, 1985, p. 133-134, François de La Noue, Discours politiques et militaires, édition par F. E. Sutcliffe, Genève, Droz, 1967, p. 764-765, Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, op. cit., tome V, p. 638 et Pieter Johannes Van Herwerden, Het verblijf van Lodewijk..., op. cit., p. 68.

12 François de La Noue, Discours politiques..., op. cit., p. 765 et Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, op. cit., tome III, p. 135.

13 Philip Benedict, Graphic History. The Wars, Massacres and Troubles of Tortorel and Perrissin, Genève, Droz, 2007, p. 364-366.

14 Jean de Serres, Mémoires de la troisième guerre civile et des derniers troubles de France, s. l., 1571, p. 425.

15 Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Œuvres complètes, tome II : Grands capitaines estrangers, Grands capitaines françois, Paris, Renouard, 1866, p. 165-166.

16 François de La Noue, Discours politiques..., op. cit., p. 777.

17 Au sujet du rôle joué par Louis de Nassau lors des derniers combats, voir notamment le récit d’Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, op. cit., p. 175-187 et Pieter Johannes Van Herwerden, Het verblijf van Lodewijk..., op. cit., p. 69-81.

18 L’article 19 déclare une amnistie pour tous les princes et capitaines étrangers qui ont porté secours aux huguenots pendant la guerre, parmi lesquels le « comte Ludovic » est nommément mentionné. Le texte de l’article 30 est plus spécifiquement consacré aux Nassau : « Voulons pareillement que noz chers et bien amez cousins le prince d’Orenge et conte Ludovicq de Nausau (sic) son frere soient effectuellement remys et reintegrez en toutes les terres, seigneuries et jurisdictions qu’ilz ont dans nosd. royaume et pays de nostre obeïssance, ensemble de la principaulté d’Orenge, droitz, tiltres, papiers et documens et dependence d’icelle prinse par noz lieutenans generaulx et aultres noz ministres par nous à ce commis ou autrement, lesquelles seront aud. prince d’Orenge et conte son frere remis et restabliz au mesme estat qu’ilz y estoient auparavant lesd. troubles. Jouyront d’icelles doresnavant et suyvant les provisions, arrestz et declarations accordées par feu de tres louable memoyre nostre tres honoré seigneur et pere le roy Henry (que Dieu absolve) et autres noz predecesseurs roys, comme ilz faisoient auparavant les troubles. » Texte établi par Bernard Barbiche, L’édit de Nantes et ses antécédents (1562-1598), publication électronique en ligne sur le site de l’École nationale des chartes : http://elec.enc.sorbonne.fr/editsdepacification/.

19 Mickaël Augeron, « Coligny et les Espagnols à travers la course (ca. 1560-1572) : une politique maritime au service de la Cause protestante », in Martine Acerra et Guy Martinière (dir.), Coligny, les protestants et la mer, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1997, p. 172-173. Voir également Marcel Delafosse, « Les corsaires protestants à La Rochelle (1570-1577) », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 121 (1963), p. 194 et Pieter Johannes Van Herwerden, Het verblijf van Lodewijk..., op. cit., p. 105-118.

20 Mickaël Augeron, « Course et protestantisme à La Rochelle vus par les Espagnols, d’après les Archives du Consejo de Estado (1568-1628) », in Dominique Guillemet et Jacques Péret (dir.), Les sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique de la Préhistoire à nos jours, tome I, Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1998, p. 227.

21 Mickaël Augeron, « Coligny et les Espagnols... », art. cit., p. 173.

22 Aux côtés des paraphes de Jeanne d’Albret, Henri de Navarre, Henri de Condé et Gaspard de Coligny figure celui de « Louis, très illustre comte de Nassau ». Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises réformées de France, tome I, La Haye, chez Charles Delo, 1710, p. 111.

23 Pieter Johannes Van Herwerden, Het verblijf van Lodewijk..., op. cit., p. 86-90 ; Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., vol. II, p. 294-296. Ces négociations avec l’Angleterre n’aboutissent pas.

24 Nancy Lyman Roelker, Jeanne d’Albret, reine de Navarre (1528-1572), Paris, Imprimerie nationale, 1979, p. 322.

25 La correspondance de l’ambassadeur espagnol Alava prouve que ce projet est conçu dès avant la signature de la paix de Saint-Germain. Voir les documents cités par Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., tome II, p. 292-294.

26 Nicola Mary Sutherland, The Huguenot Struggle for Recognition, New Haven and London, Yale University Press, 1980, p. 189; Junko Shimizu, Conflict of Loyalties. Politics and Religion in the Career of Gaspard de Coligny, Admiral of France (1519-1572), Genève, Droz, 1970, p. 151-152; Susan Doran, Monarchy and Matrimony. The courtships of Elizabeth I, London, Routledge, 1996, p. 120-121.

27 Susan Doran, Monarchy and Matrimony..., op. cit., p. 101; Susan Doran, Elizabeth i and Foreign Policy (1558-1603), London, Routledge, 2000, p. 30-31.

28 L’idée d’un mariage entre Henri de Navarre et Marguerite de Valois n’était pas nouvelle. Le projet en aurait été conçu dès février 1557, alors qu’Henri n’avait que trois ans, sans doute à l’initiative de son père Antoine de Bourbon. L’éventualité de cette union avait ensuite été régulièrement évoquée, mais c’est à la fin de l’année 1569, en pleine guerre civile, que le projet avait pris une réelle importance dans la politique de réconciliation déjà envisagée par Catherine de Médicis. Engagées en janvier 1571, les négociations ne devaient s’intensifier qu’à partir du mois de septembre de la même année. Nancy Lyman Roelker, Jeanne d’Albret..., op. cit., p. 96, 295, 326 et 335.

29 Ibid., p. 331.

30 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye, publiés par Alphonse de Ruble, tome I (1570-1577), Paris, Renouard, 1877, p. 53-90.

31 Junko Shimizu, Conflict of Loyalties..., op. cit., p. 150-151.

32 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye..., tome I, op. cit., p. 20-21.

33 Vue avec le recul, la décision de Jeanne d’Albret d’opter pour le mariage Valois peut-être considérée comme une cause indirecte du massacre de la Saint-Barthélemy rendu possible par la présence des chefs huguenots dans la capitale à l’occasion des noces d’Henri de Navarre et de Marguerite de Valois.

34 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye..., op. cit., tome I, p. 99-101.

35 Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., tome II, p. 299-300. Voir aussi la lettre de l’ambassadeur florentin Petrucci à François de Médicis, Paris, 8 mars 1571, dans Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, publiées par Abel Desjardins, tome III, Paris, Librairie impériale, 1865, p. 649

36 Les rapports de l’ambassadeur espagnol Alava apportent des informations décisives. Valentin Vazquez de Prada, Felipe ii y Francia (1559-1598), Pampelune, Ediciones Universidad de Navarra, 2004, p. 198. Voir également Mémoires inédits de Michel de La Huguerye..., tome I, op. cit., p. 24-27.

37 D’après la lettre de Francis Walsingham à Lord Burgley, Paris, 12 août 1571, dans Dudley Digges, The Compleat Ambassador, Londres, Newcomb, 1655, p. 126. Voir Nicola Mary Sutherland, The Huguenot Struggle for Recognition, New Haven and London, Yale University Press, 1980, p. 185-186.

38 Les lettres et rapports de ces diplomates sont abondamment cités par Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., tome. II, p. 305-313 et 323.

39 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Blois, 15 octobre 1571, in Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, op. cit., tome III, p. 720.

40 Kervyn de Lettenhove, Les huguenots et les gueux, op. cit., tome II, p. 347.

41 L’ambassadeur Petrucci fait état de ce rôle décisif dans une lettre qu’il adresse de Blois à François de Médicis le 4 avril 1572 (datée par erreur du 9 avril), dans Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, op. cit., tome III, p. 760-761.

42 Nicola Mary Sutherland, The Massacre of St. Bartholomew and the European Conflict (1559-1572), Londres, Macmillan, 1973, p. 174.

43 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Blois, 30 novembre 1571, in Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, op. cit., tome III, p. 734.

44 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Paris, 19 mars 1572, in Ibid., tome III, p. 755.

45 Lettre de Petrucci à François de Médicis, Blois, 30 novembre 1571, in Ibid., op. cit., tome III, p. 734.

46 Nancy Lyman Roelker, Jeanne d’Albret..., op. cit., p. 354-355 et 361.

47 Isabelle Pebay-Clottes et Paul Mironneau, « Le goût du bel objet à propos des richesses d’art de Jeanne d’Albret à Pau et à Nérac », in Evelyne Berriot-Salvadore, Philippe Chareyre et Claudie Martin-Ulrich (éd.), Jeanne d’Albret et sa cour, Paris, Champion, 2004, p. 385.

48 Junko Shimizu, Conflict of Loyalties..., op. cit., p. 158.

49 Les 23 et 24 mai 1572, Louis de Nassau s’empare de Valenciennes et de Mons. Valenciennes est reprise dès le 29 et les Espagnols mettent ensuite le siège devant Mons.

50 Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’État, Paris, Gallimard, 2007, p. 88.

51 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye..., op. cit., tome I, p. 153-158.

52 Lettre de Théodore de Bèze à Louis de Nassau, Genève, 25 mai 1573, in Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hyppolyte Aubert, publiée par Alain Dufour et Béatrice Nicollier, tome XIV (1573), Genève, Droz, 1990, p. 126-129.

53 Au sujet de ces négociations très complexes, voir Guillaume Groen Van Prinsterer (éd.), Archives et correspondance inédites de la maison d’Orange-Nassau, Première série, tome IV (1572-1574), Leyde, S. et J. Luchtmans, 1837, p. 163-169, 270-277, 36*-81* (sont numérotées ainsi les pages d’un dossier complémentaire inséré à la fin du volume).

54 Remonstrance faicte au Roy par le Conte Ludovic de Nassau touchant les moyens de remédier aux troubles du royaulme, 1er juin 1573, in Guillaume Groen Van Prinsterer (éd.), Archives et correspondance inédites..., op. cit., tome IV, p. 81*-90*. Une copie manuscrite de ce texte est conservée à l’Archivo General de Simancas, K 1532, no 1.

55 Ibid., p. 83*.

56 Ibid., p. 85*.

57 Ibid., p. 86*.

58 Ibid., p. 89*.

59 Guillaume Groen Van Prinsterer (éd.), Archives et correspondance inédites..., op. cit., tome IV, p. 275-281.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540